Ben Ali est en Arabie Saoudite, comment voyez-vous la suite pour le peuple tunisien ?



nayege54s
Cette question a été posée par nayege54s, le 15/01/2011 à à 09h09.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Tunisie.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 nayege54s a écrit [15/01/2011 - 09h09 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
nayege54s

Zine El Abidine Ben Ali a quitté la Tunisie, vendredi 14.1.2011, en fuite, il a été accueilli par l'Arabie Saoudite, Ben Ali est remplacé aux commandes de la Tunisie, par le premier ministre Mohammed Ghannouchi, qui est en poste depuis 1999. Comment voyez-vous la suite, pour le peuple tunisien ? même si Ghannouchi, a promis des élections législatives. N'y a t'il pas de risques, selon vous, d'ingérance en Tunisie d'autres pays ou de groupes comme Al-Qaida ?.




 papiguy a écrit [15/01/2011 - 12h35 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

D'abord il est amusant de constater que c'est l'Arabie Saoudite, principal bailleur de fonds et soutien des terroristes islamistes, qui accueille Ben Ali, qui a réprimé l'islamisme extrémiste en Tunisie comme peu de gouvernants l'ont fait dans le Monde.

On pourrait craindre que le fondamentalisme islamiste refasse surface, profitant de la situation actuelle. Mais n'oublions pas que la "révolution" est née dans les milieux étudiants, éduqués et bien formés. S'ils ont réclamé la démocratie en n'hésitant pas à manifester dans la rue, au risque de se faire arrêter ou tuer, ce n'est pas pour se jeter dans les bras d'une dictature religieuse.

Au contraire, la Tunisie peut devenir un modèle de transition démocratique dans le Monde arabe, et s'il y a ingérence, il sera de l'intérêt des grandes puissances occidentales d'aider cette transition sans pour autant risquer de fausser le processus.
Les Tunisiens n'accepteraient pas non plus une autre forme de pression.

Par contre, il faudra que le nouveau gouvernement agisse vite pour améliorer le sort de la population pour éviter le désenchantement propice aux dérives éventuelles.

Un aspect intéressant de cette révolution, qui peut donner des idées aux étudiants d'autres pays est l'aspect révolte contre un système établi et qu'on pensait sans alternative. La jeunesse est soumise, dans les pays développés à une autre forme de dictature et ce qui vient de se passer en Tunisie pourrait lui donner des idées si le libéro-capitalisme sauvage ne modère pas ses appétits.




 bougainvilliee a écrit [15/01/2011 - 13h16 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

Papiguy me rejoins en constatant que la Tunisie, au travers de son ancien dirigeant, a quelque chose à voir avec l'armée révolutionnaire islamiste (les terroristes et autres ravisseurs, suivant la dénomination occidentalo-cfrétienne).
Même si ce rapport peut paraître distant, il fait parti de la géopolitique actuelle en terre d'Islam.

La période actuelle est une période de transition, puisque le premier ministre (depuis 20 ans) de Ben Ali, conserve la direction du pays
Ce qui évite, momentanèment, les chaos et les réglements de compte.

Mais sans doute que la rue ne conserve longtemps un pouvoir compromis avec Ben Ali.

Ensuite, le risque que l'armée prenne ce pouvoir est grand.

Tout laisse à penser que la situation difficile que traverse la Tunisie dure encore.
La crise que traverse le monde actuel et les troubles en Afrique, ne sont pas de très bonne augure, pour une solution, qui si elle n'a pas une base économique saine, démocratique, ne serait-ce qu'à l'algérienne ou à l'africaine.




Le doute est ma seule certitude


 Yacin a écrit [15/01/2011 - 18h08 ]  
Yacin

Ben Ali est parti, les Tunisiens le connaissaient, mais qui sera son remplaçant, on sait qui l'on perd mais pas qui l'on gagne, en souhaitant que les Tunisiens aient un dirigeant qui leur est digne.




 bougainvilliee a écrit [16/01/2011 - 18h28 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,
Ben Ali après que son avion ait hésité sur sa destination.
Malte (îles Chrétiennes), puis l'Italie (catholique), enfin la France qui l'a si longtemps soutenu, n'ont pas voulu l'acceuillir, ausi est-ce L'Arabie-Séoudite, qui l'a recueillis, par fraternité musulmane.
Ben Ali étant, de plus, un Hadj.

Puis au travers des préssions US, l'Arabie-Séoudite, n'a pu lui faire prolonger son séjour sur son territoire.

Finalement c'est la Libye de Kadhafi, qui va l'acceuillir.
Un pays voisin de la Tunisie (ils ont une frontière commune).

Dans les mois à venir la Libye va être satanisée par le monde occidental.

D'autant que la proximité géographique des deux pays, laisse à penser que Ben Ali continuera à jouer un rôle en Tunisie (la tentation sera trop grande d'envoyer des emissaires et des trublions en Tunisie, depuis la Libye).

Des incidents de frontières sont à craindre et une intervention franco-US possible.

Mais au delà, l'on perçoit, au travers du refus de France de l'acceuillir (comme elle l'avait fait avec Bébé-Doc Duvallier, Bokassa, Mobutu) et en déclarant que les enfants et la parenté de Ben Ali, n'avaient pas pour vocation de rester en France (les expulsants de fait, tout en gelant les avoirs bancaires des Ben Ali) un changement net de la politique africaine de la France (et au delà vis à vis du terrorisme islamiste dans le Maghreb-Sahel-Moyen-orient-Afghan).

Le retrait de nos armes du bourbier afghan ne va pas tarder.

La France vient de subir de cruel revers dans son ancien pré-carré africain, au travers de ses échecs d'interventions militaires (contre-productifs), de la crise ivoirienne, de la position nigérienne, de l'élection contreversée d'Ali Bongo, qui font suite à la maladresse Rwandaise.

De plus, en refusant de servir de refuge au dictateur Tunisien, elle envoit un message très fort à tous les dirigeants africains quelle paraît soutenir :
Le roi du Maroc, Bouteflika, Ali Bongo, Alassane Ouattara, Idriss Déby, Amadou Touré, Paul Bya, etc.
"Tant que vous êtes au pouvoir on vous soutient, mais dès que vous le perdez, ne comptez plus sur nous."

Cela ne veut pas dire que sa position, sur ce point n'est pas bonne.
Mais c'est ainsi que les potentat africain jugerons l'attitude française, qui va du coup perdre tout le reste de crédit qu'elle avait auprès de certains pays africains, qui lui étaient encore favorable.

Désormais les français, de privilégiés qu'ils étaient (dans ces pays) vont devenir du gibier, aussi bien en terre musulmane qu'en Afrique noire.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [16/01/2011 - 18h44 ]  
papiguy

Et tu penses, bougainvilliee, que si la France avait continué à soutenir Ben Ali, sa position en Tunisie et dans d'autres pays aurait été meilleure ?
On peut y voir un autre message adressé aux dirigeants que la France soutient : comportez vous correctement, et non en dictateurs corrompus, sinon on vous laissera tomber et vos avoirs seront saisis.

Une politique ne peut se juger que sur la durée et avec le recul du temps.
Mais la position hésitante voire réservée de Mitterrand à propos de la réunification de l'Allemagne a montré qu'il n'est pas bon d'aller à l'encontre du mouvement des peuples.




 bougainvilliee a écrit [16/01/2011 - 20h20 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,
Non, papiguy.
Ce que j'ai exprimé, est une constation et non un jugement ou une appréciation.

Le constat est que la France a fermé les yeux pendant plus de 20 ans sur le régime de Ben Ali.

Et qu'aujourd'hui, il lui était impossible d'avoir une autre attitude que celle qu'elle a prise.
Car il lui faut réserver son avenir (politique et économique) en Tunisie.
Ben Ali a fuit et il y a peu de chance qu'il revienne au pouvoir en Tunisie.
Dès lors la France ne pouvait avoir qu'une attitude favorable au prochain régime, quel qu'il soit.

Mais les autres potentats africains qui regarde cela, s'attendre à subir (de la part de la France) au même sort, quel que soit l'attitude favorable que leur porte aujourd'hui la France.

Désormais ils savent que la France n'est qu'un partenaire fiable que tant qu'ils tiennent bien leur pays.
Mais qu'elle ne leur est pas acquise inconditionnellement, quel que soient les sourires qu'elle leur fait.

Les potentats africains vont alors regarder la France comme un partenaire non fiable, qui s'enfuit dès que le bâteau coule.

Encore un fois, je ne juge pas, je décris juste comment la France va être ressentie.

Dès lors, ces dirigeants ne pouvant plus compter sur elle, s'en détacheront d'autant plus facilement.
C'est que j'appelle la deuxième décolonisation.

Cette perte d'influence, vont rendre ces anciennes colonies particulièrement négatives envers la France (Dès lors, on comprend mieux le comportement de Gbagbo, des dirigeants et des gendarmes nigériens).

C'est sans doute pour éviter, d'y ajouter un différent avec les futurs dirigeants Tunisiens, que la France n'a pas donné asile à Ben Ali.
Espérant ainsi faire oublier qu'elle a soutenu, dans le passé, son régime.

Ceci atténuera, peut-être cette hostilité, car les échanges d'intérêts entre les deux pays sont très importants, mais ne facilitera pas la position de la France (actuellement très fragilisée) en Afrique et dans le monde arabe.

Ceux que les autorités françaises appellent "terroristes" sont des combattants extrêment aguerris et souvent avec un matériel militaire supérieur à celui des armées locales.
De plus, ils n'y ont pas de frontières et sont musulmans, ce qui veut dire qu'ils sont en toutes terres musulmanes en pays frère (ce qui les différent de nous, qui sommes considérés comme des étrangerset des coffre-forts).

Mourir pour eux, qui n'ont pas une espérance de vie qui dépasse 40 ans, n'est rien.
Alors que les occidentaux sont beaucoup plus économes de leurs vies.
Cela, ils le savent, en conséquence la capture de blancs (surtout des français, du fait que leur pays est particulièrement impliqué dans ces régions) est un acte de guerre important.

Au travers de ces otages (tant qu'ils sont vivants) on peut agir idéologiquement et politiquement sur les orientations et interventions françaises.
Cela mérite donc que ces "terroristes" prennent des risques.

D'autant qu'un enlèvement est mieux et plus longtemps médiatisé, qu'un attentat, qui, souvent effacé par un autre, est plus vite oublié.





Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [16/01/2011 - 20h21 ]  
bougainvilliee

Une constatation...




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [16/01/2011 - 21h36 ]  
papiguy

"Désormais ils savent que la France n'est qu'un partenaire fiable que tant qu'ils tiennent bien leur pays.
Mais qu'elle ne leur est pas acquise inconditionnellement, quel que soient les sourires qu'elle leur fait.

Les potentats africains vont alors regarder la France comme un partenaire non fiable, qui s'enfuit dès que le bâteau coule. ":

Sur ce point j'ai déjà répondu.

Que la France change d'attitude à l'égard d'un dirigeant est dans la droite ligne de ce qui a toujours été la ligne directrice de tous les gouvernements. La France ne reconnaît que les gouvernements en place et non les personnes. Ben Ali s'étant enfui n'est plus rien et donc la France ne lui doit rien. Le soutenir d'une façon ou d'une autre serait interférer dans une affaire intérieure à un pays ami.

Il faut ensuite différencier les terroristes appartenant à des réseaux organisés comme Al Qaida & Co, des brigands qui se font un peu d'argent en enlevant des occidentaux et en les vendant aux dites organisations terroristes.

Si ta réflexion sur le prix de la vie vaut pour les terroristes elle doit être modulée pour les brigands qui n'ont comme seule motivation que l'argent.
C'est le même type d'individus qui a pendant des années piraté des navires de commerce dans l'Ocean Indien. Depuis que les marines occidentales les pourchassent, ils deviennent moins agressifs, bien qu'inconscients au point d'avoir attaqué un navire de guerre français.




 bougainvilliee a écrit [16/01/2011 - 22h10 ]  
bougainvilliee

Bonsoir papiguy,

On peut comprendre les choses comme cela...
Mais je ne partage cependant pas cette vision des choses.




Le doute est ma seule certitude


Répondre à nayege54s






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Arabie Saoudite : le plus grand pays du Moyen-Orient




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.