Mon psychiatre m'incite à mentir. Fait-il son travail ?



marie789
Cette question a été posée par marie789, le 19/04/2013 à à 15h33.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Troubles de la personnalité.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 carter a écrit [21/04/2013 - 16h02] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
carter

Le mensonge en soi n’est pas une faute morale. C’est sa...



[ Lire la suite de la réponse écrite par carter ]



Réponses



 papiguy a écrit [19/04/2013 - 16h29 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

C'est à lui qu'il faut poser la question, et non à des personnes qui ne connaissent rien de tes problèmes psychiatriques, et lui demander ses raisons, car il doit en avoir.
On peut supposer qu'il s'agit de masquer ces problèmes aux yeux de l'entourage, et dans ce cas, son attitude peut se comprendre compte tenu des préjugés stupides de la plupart des personnes à l'égard des troubles psychiatriques.




 Brandye a écrit [19/04/2013 - 16h47 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Brandye

Bonjour, si ton psychiatre t'incite a mentir, il a du sans doute te donner les raisons. Je ne pense pas qu'un psychiatre, t'as dit de mentir sans te dire le pourquoi du comment. Il est évident, que dans certains cas, tout n'est pas bon a dire, mais se taire pour certaines choses, ce n'est pas mentir. ;-)




 anonyme22 a écrit [19/04/2013 - 21h37 ]  
anonyme22

bonjour, a mon avis se n'est pas vraiment son rôle de t'inciter a mentir... mais parle lui en c'est important. bon courage :-)




camille


 carter a écrit [21/04/2013 - 16h02 ]  
carter

Le mensonge en soi n’est pas une faute morale. C’est sa finalité qui le rend répréhensible ou pas. On distingue par exemple le mensonge dit « altruiste » ou l’on ment pour faire plaisir à l’autre. Si une copine vient avec un vêtement dont elle est fière d’en avoir fait l’achat alors que vous le trouvez d’une laideur absolue ; vous allez sans doute mentir pour ne pas lui faire de la peine. Ce mensonge n’est éthiquement pas immoral. De même que le mensonge par omission dans certains cas (le médecin qui cache une maladie à son patient pour accroitre son taux de guérison).

Bref, en philosophie, la discipline qui étudie le Bien et le Mal s’appelle l’Ethique. Et après des milliers et des milliers de pages écrites, les philosophes admettent que la question du Bien et du Mal ne sera jamais tranchée parce qu’il existe deux conceptions contradictoires (en fait trois, mais je ne parlerais pas ici de la « vertu » d’Aristote) du divin Bien :

-la version déontologique : est bien ce qui est défini comme tel par des règles décrites une fois pour toutes propres à chaque société. Le bien, c’est toujours « ça » et pas autrement ! « Mentir, c’est mal » et « dire la vérité, c’est bien ! » Le sommet de cette approche est la très théorique approche Kantienne avec sa maxime universelle…Le Bien est avant tout dans le moyen que dans la finalité…

-l’approche téléologique (ou conséquentialiste) : ce qui compte, c’est la finalité, l’objectif visé par votre acte. Le sommet de cette approche est l’utilitarisme. Une version moderne est la morale de la science économique : par exemple, l’appât du gain et du profit n’est pas un vice puisqu’elle est le moteur de l’entreprenariat qui bénéficie à toute la société puisqu’elle accroit la production de biens manufacturés ...

En somme, la philosophie est incapable de trancher cette question toute simple : « Robin des bois, en volant les riches pour donner aux pauvres, fait-il le bien ? »

Un déontologue vous dira : « voler, c’est mal » donc Robin des bois est un salaud ! Il se base sur des règles qui ne doivent pas être transgressées…

Un adepte de la téléologie vous dira : « il vole pour soulager la souffrance des autres ; c’est donc un juste ! ». Seule la finalité des moyens lui permet de distinguer le Bien du Mal….


Bref, revenons à nos moutons : votre psychiatre vous propose de mentir. Cela ne vous convient pas (sinon vous ne poseriez pas la question sur ce site). Vous avez donc une approche déontologique du Bien. Votre psychiatre, lui, penche pour une approche téléologique du Bien…


Prenons un cas simple : vous avez fait 2 ans d’hôpital psychiatrique pour dépression. Vous cherchez un boulot autre que les éternels travaux manuels que l’on propose aux internés pour les réinsérer dans des voies de garage…Il vous faudra donc écrire un CV doté d’un joli trou de deux ans. Vu la conjoncture actuelle, autant dire que vous n’avez aucune chance qu’un recruteur décroche son phone pour vous appeler…Faut-il donc mentir ?

La version déontologue : « mentir, c’est mal ». conséquence : pas de boulot et rechute en dépression…

La version téléologique : ces recruteurs discriminant la maladie mentale ; je me perds si je dis la vérité. Or je subis une injustice : ma pathologie ne donne encore moins accès à l’intégration sociale qui permettra justement de me guérir (le bonheur étant corrélé aux relations sociales, lui-même corrélé à l’accès à un emploi digne…). C’est aussi toute la réflexion d’un conséquentialiste célèbre du nom de Machiavel (dont le concept de « machiavélisme » fut fort mal compris). Il a montré que pour changer le monde; il fallait forcement faire des entorses à la déontologie puisque dans ce monde règnent les coups foireux….

Maintenant, comme nous sommes en psychiatrie et que vous payez 45 euros les 25 mn pour changer votre vie ; quelle approche du Bien est-il le plus intéressant pour améliorer votre vie ? L’approche déontologique est certes noble dans l’absolu mais peu pratique dans le réel (thèse de Machiavel).

Faut alors voir le mensonge demandé. Dans le cas du CV ; honnêtement, je crains qu’il faille admettre que le point de vue de Machiavel est –hélas- le meilleur…

Il se pourrait donc que votre psychiatre en voulant que vous bougiez votre cul fasse preuve de plus d’aspect pratique que votre sens moral qui, rigide comme un pic, vous empêche d’agir le plus efficacement possible (ce qui s’apparenterait à une forme de rationalisation ou d’évitement expérientiel) …Encore une fois, ce n’est qu’une hypothèse…il faudrait que vous détaillez le mensonge proposé …




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 eretria a écrit [23/04/2013 - 09h23 ]  
eretria

Ton psychiatre t'oblige à mentir sur quoi et à qui ? Si il t'oblige à te mentir à toi même ça peut être pour t'aider ? Tout dépend de ce qu'il te demande de faire.
Pourrais-tu nous en dire plus ?




J'ai perdu m'quinzaine..!


Répondre à marie789






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.