Pourquoi les hommes battent-ils leur femme ?



mona123
Cette question a été posée par mona123, le 29/03/2009 à à 19h19.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Témoignages et informations.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses 1 à sur 52

 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  



 mona123 a écrit [29/03/2009 - 19h19 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
mona123

je poses cette question car il y a beaucoup d'homme qui battent leur femme et s'il ya des reponses et bien allez-y repondez!!




 lucius a écrit [29/03/2009 - 19h21 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
lucius

Sais-tu que l'inverse est vrai aussi?




Gare au gorille !


 simon30z a écrit [29/03/2009 - 19h55 ]  
simon30z

pour se faire obéir !




 cochise_fr a écrit [29/03/2009 - 21h13 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Dans un sens comme dans l'autre.... ce sont des malades mentaux 'au QI d'une huitre' (ce n'est pas de moi.... mais je trouve cela très adapté à ces individus).

La violence entre humains n'a aucune justification si ce n'est la défense de soi même ou d'une autre personne. Encore faut il que la justice puisse être rendue simplement pour TOUS les cas qui se présentent..... ce qui est, j'en conviens, très, très très, très loin d'être le cas.

D'ailleurs, elle ne se justifie pas d'avantage envers les animaux.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/03/2009 - 21h32 ]  
papiguy

Même si la (mauvaise) blague suivante attribuée au Coran dit:
"frappe ta femme tous les matins, si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait",

rien à ajouter à ce que vient d'écrire cochise_fr

Il faudrait aussi ajouter les violences verbales qui sont tout aussi traumatisantes, et toutes les formes de harcèlement.




 cochise_fr a écrit [29/03/2009 - 22h22 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bien sur Papiguy,.... mais les paroles s'envolent, et il n'y a rien de plus jouissif que d'ignorer sans rien dire un causeur ennuyeux en continuant de faire autre chose.

Alors que je suis assez intolérant de la violence sous toutes ses formes hors la défense, je laisse tout à fait les paroles libres à chacun.... y compris insultantes ou déplacées... car nul ne m'oblige à les relever pour leur donner de l'importance, même si elles m'ont blessé. Cela laisse la possibilité aux abrutis de s'exprimer sans violences physiques et quand les chiens ont aboyé, la caravane passe. Le plus difficile est alors de surveiller les parleurs pour qu'ils n'explosent pas.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/03/2009 - 23h28 ]  
papiguy

Bien d'accord quand on est en pleine possession de ses moyens, mais il en est qui s'attaquent aux personnes affaiblies.
C'est le cas de ceux qui pratiquent le harcèlement moral, qui, en public ont une attitude normale et en privé mettent l'autre en situation d'infériorité et ceci par tous moyens, y compris des remèdes.
Pour avoir vécu ce genre de situation au travers d'une personne proche, je peux affirmer que c'est insupportable pour la personne qui le subit, difficile à détecter pour l'environnement même immédiat, et qu'il faut des années pour s'en remettre.

Un bon livre sur le sujet: "Le harcèlement moral : la violence perverse au quotidien" de Marie-france HIRIGOYEN




 lucius a écrit [30/03/2009 - 01h22 ]  
lucius

c'était quant meme mieux avant!

Loin du Coran et de vos idées à deux balles,demain je vais prendre le temps de vous répondre sur ce sujet,et de vous casser!

Messieurs ,vous avez tiré les premiers,vos arguments de papiers!

A demain,duel à trois!




Gare au gorille !


 papiguy a écrit [30/03/2009 - 10h53 ]  
papiguy

J'en tremble, le lucius va encore frapper (comme les fantômes ? ou plutôt comme les esprits) :-o




 lucius a écrit [30/03/2009 - 13h32 ]  
lucius

Il se trouve,que si des hommes battent leurs femmes,certaines femmes y trouvent leur compte!

Hé oui,je sais,je vais secouer les idées reçues....

Dans certains couples,l'homme picole,tape sur sa femme.
Désaoulé,il veut se faire pardonner,la femme prend alors l'acendant sur l'homme....jusqu'a ce qu'il reboive,et retape sur sa femme!

C'est un cercle vicieux,pervers,dans lequel les deux protagonistes sont coupables:l'alcoolisme de l'homme,sa brutalité,sont liés à la perversité de la femme.
Ce piège vivieux relationnel explique pourquoi des femmes,meme battues à mort,restent avec leur conjoints.
N'étant pas psychologue,je ne vais pas plus loin dans mes explication,mais celles et ceux qui s'intéresse à l'analyse transactionnelle trouveront vite plus d'explications sur "le triangle pervers".

Ainsi,n'est pas forcément la victime celle qui a reçu des coup...




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 13h36 ]  
lucius

trouvé sur le net:

"Des transactions, des sous-entendus, des messages cachés (Appât) accrochent des Points Faibles réciproques pour déclencher des Réactions où chacun joue un rôle (Persécuteur ou Sauveur et Victime). Ces transactions vont conduire à un Coup de Théatre, se manifestant par l'inversion des rôles. Suivra de la confusion et ensuite un Bénéfice Négatif, renforçant la position existentielle des participants, obtenant des stimulations, collectionnant les timbres. "

"Triangle Dramatique

Le triangle dramatique de Karpman est composé de trois sommets illustrant un rôle dans un jeu ou stratagème. Ces trois sommets correspondent aux rôles de Persécuteur (P), de Sauveur (S) et de Victime (V). Dans un jeu, les 2 partenaires sont dans 2 positions différentes. L'un est soit en position de Persécuteur ou de Sauveur, l'autre dans la position de Victime. Le jeu culmine lors du "coup de théâtre", à l'issue duquel les rôles s'inversent, le Persécuteur ou le Sauveur devenant Victime et la Victime devenant Persécuteur ou Sauveur. "






Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 14h15 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.... hein Lucius.?

Tout cela n'est qu'une question d'éducation.... hélas, rien d'autre, avec peut être le sentiment d'impunité quelle qu'en soit l'origine.... surtout que la justice est tellement laxiste que cela encourage les délinquants.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [30/03/2009 - 14h27 ]  
lucius

Non cochise,
ce n'est pas qu'une question d'éducation.
La perversité est un trouble psychologique d'étiologie inconnue,et il est bien de rappeller que certaines personnes sont des malades.
Certains hommes,qui battent leurs femmes,sont des malades,mais certaines femmes battues sont tout autant malades.
On n'en parle pas à la tv,on laisse croire qu'il ne s'agit que de brutes alcooliques....ce qui fait qu'on n'est pas prés de voir ce genre de chose s'arreter!




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 14h30 ]  
lucius

Pour rappel,car souvent les gens en parlent sans rien en savoir:la perversité n'a pas grand chose à voir avec le sexe...La perversité,c'est le fait de prendre du plaisir à la manipulation d'autrui(du point de vue psychiatrique)




Gare au gorille !


 lover a écrit [30/03/2009 - 14h31 ]  
lover

C'est un manque de maîtrise de soi, de son tempérament ... et Cochise a raison, çà s'apprend.




 lucius a écrit [30/03/2009 - 14h39 ]  
lucius

non,cochise à tord,
tous les jours en psychiatrie on voit des femmes battues,qui ne veulent pas quitter leur conjoint,car elles sont dans le triangle pervers expliqué plus avant.

Tant qu'on laissera les gens sur leur bete idée qu'il s'agit uniquement de brutes alcooliques incapables de se controler,on ne sortira pas du problème.

Les femmes battues trouvent dans ce rapport pervers un bénéfice,appellé "timbre" en AT,bénéfice qui va les pousser à retrouver une attitude similaire à celle qui a déclenché les coups du conjoint.
Ainsi le conjoint recommence,jusqu'au coup de théatre et inversement des roles,et la femme retrouve de nouveau un bénéfice.
Un cercle vicieux ou l'éducation n'a rien à voir.
La perversité est une maladie,comme la schizophrénie,ou l'anorexie par exemple.




Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 14h47 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Pas du tout (mais on peut penser autrement), ce ne sont pas des malades, ou alors des malades volontaires.

L'éducation est justement là... en principe... pour apprendre les limites, les interdits, les moments où il convient de dire "NON" à tout un tas de choses.

Si l'on suivait ton raisonnement, on serait en permanence en train de taper sur la gueule de quelqu'un d'autre pour de multiples raisons.... et c'est bien parce qu'on a appris que cela ne se faisait pas qu'on ne le fait pas.... et qu'en cas de litige.... la justice devrait être là pour trancher le différent AVANT que chacun ne trouve plus expéditif de régler le problème par la violence.

Cela s'appelle la cohérence de l'administration..... qui, j'en conviens, n'est pas du tout à l'ordre du jour.

Pour reprendre ton exemple d'un alcoolique..... la justice ne fera rien tant que son alcoolisme n'aura pas fait de dégât sur quelqu'un ou quelque chose..... il est parfaitement légal de se bourrer la gueule chez soi.... tant que cela ne fait pas de vague. Mais une femme qui va porter plainte parce que son mari se saoule sans avoir été frappée.... recevra un refus d'enregistrement.... et ce n'est qu'après plusieurs séries de coups que les plaintes commenceront à avoir un peu de suite juridiques..... logique... non.???




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lover a écrit [30/03/2009 - 14h51 ]  
lover

En tout cas, même s'il s'agit de malades, l'éducation en est en partie la clé ...
Un homme à qui on a toujours appris dès son enfance qu'il ne faut pas frapper les femmes a des fortes chances à ne pas faire de tels actes qu'un autre à qui on n'a jamais appris cela! Ces derniers ne savent même pas que c'est mal de faire çà, que c'est de la perversité!




 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 14h51 ]  
cochise_fr

re-Bonjour,
suite...

Quand aux femmes dont tu dis qu'elles ne veulent pas quitter leur conjoint..... donnes leur juste les moyens financiers de refaire une vie décente.... et tu verras qu'elles partiront TOUTES.!!!!... sauf peut être de rarissimes adeptes du masochisme.... qui de toute façon ne portent pas plainte puisqu'elles aiment cela (chacun ses gouts après tout).




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [30/03/2009 - 14h57 ]  
lucius

Tant que les gens raisonnerons comme des tanks à la façon de cochise,le problème ne sera pas réglé!

Il s'agit de malades,et un malade,cela se traite,se soigne.
Enfermé un malade 20 ans en prison,il en ressortira malade.

Quant à l'exemple que tu donnes,cochise,d'une "femme qui va porter plainte",cela est TRES rare,justement parce que la plupart des femmes battues sont dans ce cercle vicieux ou elles trouvent un bénéfices(je rappel qu'il s'agit de gens malades,quelqu'un de bien portant ne tire pas de bénéfices d'une telle situation).
Meme battues à mort,la plupart restent jusqu'au bout,jusqu'au drame final:la mort d'un des participants au jeu.

Tant qu'on traite ce problème comme un simple problème de violence,on ne le résoudra pas!




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 14h59 ]  
lucius

Si come moi tu avais fait des études d'infirmier,se spécialisant en psychiatrie,tu aurais rencontré ces femmes et ces hommes.
Il est exessivement difficile de pousser la femme à quitter son conjoint,meme si celle ci a une possibilité d'autonomie.




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h02 ]  
lucius

D'ailleur,
il est remarquable de voir que les femmes battues,quant elles quittent leur"bourreau",retombent dans les bras du meme genre de gars:ce qui est normal,puisque ces femmes sont dans une recherche d'affection anormale,pervertie,et vont recommencer le triangle de Karpman.




Gare au gorille !


 papiguy a écrit [30/03/2009 - 15h02 ]  
papiguy

D'accord avec lucius sur l'aspect pervers de la relation violent(e)/battu(e), mais dire que certaines y trouvent leur compte et se limiter à cela est une abomination.

La manipulation du faible ou affaibli par le pervers, faite d'une alternance de violence de quelque nature qu'elle soit et de séquences de pseudo réconfort du genre "tu as besoin de moi, je suis le seul à pouvoir te comprendre parce que tu es malade,..." se traduit par une dépendance à l'égard du pervers. Dans le cas dont je parlais plus haut, ce dernier, issu d'une famille bourgeoise, très bien éduqué et ayant fait des études supérieures, était même allé jusqu'à influencer un psy pour prescrire des remèdes (neuroleptiques) dont la consommation peut induire une maladie psychiatrique, et par la suite il augmentait les doses de son propre chef.

Non et non, ce n'est pas qu'une question d'éducation, et continuer à le croire ne facilite pas la détection des pervers et l'aide qu'il faut apporter à leurs victimes.




 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h05 ]  
lucius

Ce qui vous gene,c'est que cela met à mal votre idée reçue,qu'il s'agit d'homme uniquement brutaux,sans éducation,et alcoolique de surcroit!
Une sorte d'image d'Epinal,toute prete,qui colle bien et permet de ne pas réfléchir plus avant sur le problème,en étant sur de sa bonne morale!

Manque de bol,la victime n'est pas toujours celle qui reçoit les coups....Les deux individus du cercle vicieux de Karpman sont responsables.
Elles doivent etre soignées toutes les deux.




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h10 ]  
lucius

Ce triangle dramatique de Karpman met d'autre choses en évidence.

Le syndrome de Munchahausen par procuration(orthographe pas sure),est du meme type.

La mére rend malade son bébé,afin d'attiré l'attention sur elle.
Cela arrive souvent aprés une dépression puerpérale.
Le bébé,meme si la mére l'aime,devient un objet permettant la collection de "timbres positifs" pour la mére.
Parfois,la mére va trop loin,et le bébé est en danger de mort.




Gare au gorille !


 stuart a écrit [30/03/2009 - 15h10 ]  
stuart

Il y en a qui sont malades, d'autres mal-éduqués, d'autres encore porteur du fameux chromosome du crime, il y en a ceux qui sont faibles et leur seul le recours c'est la violence, les causes sont divers, il y a une part de vérité dans tout cela !




 papiguy a écrit [30/03/2009 - 15h11 ]  
papiguy

Pour répondre à ton dernier post, lucius, la personne dont je parle n'est pas retombée dans ce type de relation, et elle a maintenant une vie équilibrée. Mais il lui a fallu près de deux ans pour se reconstruire.

Ce genre de sujet est sensible et il faut se garder d'affirmations gratuite et caricaturales. Certains théoriciens pseudo psy aiment aussi bien les clichés et les constructions fumeuses. Il faut avoir touché de près ces choses pour en ressentir toute la complexité et la difficulté.

Puisqu'on parle d'aider les victimes, commençons par les respecter en évitant nos simplifications de personnes sans trop de problèmes.

Il est dommage que ce débat soit monopolisé par les hommes qui sont malgré tout souvent les violents. Allez donc faire un tour sur les forums consacrés au harcèlement.




 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h12 ]  
lucius

Il ne va pas vous venir l'idée,j'espére,de dire que c'est là une "question d'éducation"?

C'est une déviance mentale,dont les causes sont mal connues(voire inconnues parfois).
Un malade mentale peut avoir une trés bonne éducation.




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h14 ]  
lucius

Stuart,
il n'existe pas de "chromosome du crime".

Je ne prétend pas que toutes les femmes battues soient dans le cas d'un triangle de Karpman,mais plus de la moitié des couples qui viennent en consultation sont dans cette trame dramatique.




Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 15h36 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais si... justement.
Accepter de recevoir des coups, ce n'est pas une maladie mais un signe de faiblesse. En principe, une société normale devrait sanctionner l'auteur dès le premier coup et conforter la victime, dès la première violence et c'est ce laxisme juridique qui engendre la répétition (puisque ce n'est pas réprimé, on continue...suivant le bon principe qui veut que tout ce qui n'est pas interdit est autorisé).... c'est donc bien de l'éducation..... et peut importe l'instruction, j'en suis d'accord.

Et "la complexité et la difficulté" de ces problèmes ne justifie en rien l'inaction ambiante tant qu'il n'y a pas eu de drame.

C'est justement parce qu'il y a prise d'habitude de ce genre de délinquance que cela devient à vos yeux une maladie .... mais il y a toujours eu une première fois non sanctionnée... et c'est là tout le problème.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h42 ]  
lucius

T'es lourd cochise,
le triangle pervers met les gens dans deux positions importantes:victime,sauveur.

La position de bourreau est passagére.

La femme reçoit des coups,non pas avec plaisir,mais avec la possibilité ensuite de passer sauveur,en pardonnant.
Le fait est que c'est une maladie:personne,normalement constitué,ne rentre dans ce genre de jeu.

L'éducation n'a rien à voir la dedans,meme quelqu'un de trés bien éduqué peut-etre pervers.

Ces hommes,et ces femmes,doivent etre séparés,et soignés.
L'enfermement sans soins ne change rien au problème.
L'éducation n'est pas a prendre ne compte.
IL y a autant de femmes battues dans des milieux aisés que dans des milieux pauvres.
L'éducation,et l'argent ne sont pas en rapport avec les brutalités conjugales.




Gare au gorille !


 stuart a écrit [30/03/2009 - 15h49 ]  
stuart

Puisque je vous dis que certains sont malades (et ont donc besoins d'être soigné) et d'autres manquent d'éducation ...




 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h56 ]  
lucius

L'éducation n'a rien à voir là-dedans!

Les pauvres et les illéttrés ne battent pas plus leur femmes que les riches et les intellectuels!

Ce sont des idées nauséabondes que vous avez là,des idées qui ressemblent fort aux idées genre eugénisme des années avant guerre....




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 15h58 ]  
lucius

Supprimons les pauvres et les illettrés,et ont supprimera le mal?

Beurk!

Et pourquoi,comme aux USA entre 1895 et 1920,stérilisons les pauvres,comme ça on éradiquera la pauvreté(c'est bien connue,la pauvreté est dans les génes!).

De telles idées me font gerber




Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 15h59 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Ces hommes,et ces femmes,doivent etre séparés,et soignés.
L'enfermement sans soins ne change rien au problème."

Là je suis tout à fait d'accord.... mais séparés dès la première fois.
Et souvent les faits de début de violence remontent à l'enfance, bien avant le mariage, mais aucune sanction n'étant tombée....on continue, c'est que ce doit être bien et normal. Ensuite, cette habitude devient une maladie... peut être, une fois que c'est trop tard pour redresser la barre et que le naufrage est garanti.

Il y a deux choses qui retiennent les couples:
- la sécurité matérielle
- les enfants
Donnez la sécurité matérielle et les enfants aux victimes... et elle partent toutes, sans exception.

Mais bien sur, si c'est pour perdre son cadre de vie et crever la dalle, ou se priver de ses gosses, je reconnais que le choix est difficile en face des coups, ce qui justifie cette attitude.... quel que soit le nom qu'on lui donne.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [30/03/2009 - 16h08 ]  
lucius

Non cochise,
la majorité des femmes qui se retrouvent à consulter aprés une plainte de leur part pour coups et blessures du conjoint,ne veulent pas le quitter,meme si elles en ont la possibilité.

C'est justement là qu'on reconnait un rapport pervers:la femme préfére prendre des coups,mais avoir le dernier mot au sein du triangle dramatique de Karpman.
Quitter son conjoint,c'est arreter d'avoir les bénéfices pervers de cette relation:Et elles ne le désirent pas.

Quant elles quittent le conjoint,si il n'y a pas suivi thérapeutique,elles retombent avec un autre dans le meme schéma.
C'est leur mode de fonctionnement.

D'un coté comme de l'autre,on a des malades,qu'ils faut séparer et soigner,bien sur dés le début.

Il est vrai qu'il y a du laxisme de la part de la justice,mais ce n'est pas que dans ces cas...
On remarquera le laxisme social;En effet,de la part des médecins,par exemple,on n'est pas trop regardant quant on a à faire à des familles bourgeoises biens établies....On ferme facilement les yeux sur la violence conjugale dans ces familles...et aussi sur l'inceste.




Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 16h22 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Quant elles quittent le conjoint,si il n'y a pas suivi thérapeutique,elles retombent avec un autre dans le meme schéma.
C'est leur mode de fonctionnement."

Je suis bien d'accord.... et ce n'est pas réservé à celles qui reçoivent des coups.

Quitter un ensemble familial, plus ou moins bien bâti, pour se retrouver seule, ou accompagnée d'enfants sans autre support social est une épreuve pour tout le monde et des femmes en particulier et on appelle pas cela une maladie.... mais des emmerdements.

Il faut donc en cas de coups faire la part de l'acceptable et du supportable..... je suis bien d'accord que la facilité va à la résignation, que je comprend, mais qui n'excuse pas l'auteur des coups pour autant.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [30/03/2009 - 16h37 ]  
lucius

Cochise,
tu es lourd,

Que fais tu des femmes battues qui travaillent et n'ont pas d'enfant?
Si elles restent avec leur"bourreau",c'est parce qu'elles sont malades,elles sont dans un schéma de fonctionnement ou les coups ont leur importance.
Elles sont tout autant responsables que celui qui donne les coups.
Si elles ne sont pas soignées,elles reproduirons le meme schéma.

Je n'ais pas dit que toutes étaient dans le triangle pervers de Karpman,mais une majorité de femme se trouve dans ce schéma de fonctionnement.
S'il y a des pathologies typiquement féminine(boulimie,anorexie...),la perversité en fait partie.Mais toutes les femmes ne sont pas perverses,et il est vraies que certaines tombent sur des brutes,et qu'elles ont peur de fuir car elles n'en n'ont pas les moyens.

On reconnait vite le Karpman dans les centres pour femmes battues:Elles quittent le centre au bout de deux ou trois jours pour retourner au foyer famillial,alors qu'elles sont à l'abris et sont prises en charge avec leur enfants.Généralement,elles ne portent pas plainte,ou essayent aprés coup de retirer cette plainte.




Gare au gorille !


 papiguy a écrit [30/03/2009 - 18h20 ]  
papiguy

La perversité en tant que syndrome n'est pas réservée aux femmes, et s'il y a un problème d'éducation c'est celui du conditionnement à base de religion qui veut que:
- on ne quitte pas son mari
- on ne porte pas plainte contre lui
- c'est un problème passager, cela va s'arranger

La méconnaissance du problème aidant, on maintient ensemble des personnes qu'il faudrait séparer et qui s'enfoncent progressivement dans le cycle violence-pardon et dans la dépendance. Refuser de voir le problème est de la non assistance à personne en danger.
Si la femme battue n'est pas malade au début, elle a toutes les chances de le devenir si rien n'est fait pour écarter le pervers brutal.




 lucius a écrit [30/03/2009 - 18h29 ]  
lucius

C'est la femme la perverse,c'est elle qui reste,car elle y trouve son compte.
N'oublions pas que la perversité,c'est une maladie psychiatrique.
Il faut donc 1/séparation 2/traitement.
Sinon,tu vas retrouver la meme femme dans le meme schéma,avec quelqu'un d'autre.
plus de la moitié des femmes battues le reste,meme aprés avoir changé de conjoint,meme aprés suivit psy.

C'est une maladie,la perversité:elle consiste a trouver du plaisir en manipulant autrui,et autrui,c'est l'homme qui bat,mais aussi l'entourage direct.

La perversité n'est pas spécialement féminine,mais comme l'anorexie,c'est une pathologie qui touche plus les femmes que les hommes.

Tant que vous resterez sur vos idées betes de "pauvre victimes féminines de brute violente",vous ne verrez pas la fin du problème.




Gare au gorille !


 lucius a écrit [30/03/2009 - 18h38 ]  
lucius

Un exemple de troubles pervers:

Une femme ne veut pas d'enfant,mais elle dit le contraire à son mari.
Elle fait tout pour ne pas tomber enceinte(sans le dire à son mari).
Elle lui raconte qu'elle est peut etre stérile,elle fait des examens,voit des médecins....Personnes ne comprend pourquoi elle n'a pas d'enfant,elle qui pourtant dit en vouloir.

En fait,elle manipule son entourage,elle attire sur elle une attention.On est dans une relation ambigue à l'autre,et à soit meme,qui pourtant n'est pas dangereuse en l'état actuel.

Puis,elle tombe enceinte....

Et là,tout ce gate,surtout pour le nouveau né:la mére reporte son besoin sur l'enfant,lui trouve plein de maladies,l'emméne régulièrement chez le médecin....et parfois,elle va jusqu'à provoquer la maladie ou l'accident pour son bébé(syndrome de Munshahausen par procuration).

"Oh,mon dieu,qu'ais-je fais?Je suis une mauvaise mére!"(la femme)
"Mais non madame X,vous avez fait votre maximum"(le médecin)

bref,elle se met en bourreau,en attendant qu'on la replace en victime.

Jeu pervers du triangle,nous le subissons souvent sans nous en rendre compte:regardez autour de vous,et soyez attentif à ces jeux pervers.




Gare au gorille !


 cochise_fr a écrit [30/03/2009 - 20h03 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Lourd ou pas, tu ne me convaincs pas.

Quand la femme est seule.... c'est un peu moins de charges qu'avec des gosses.... mais la solitude est toujours dure à porter quand on y est pas habitué.... et le changement du jour au lendemain un vrai traumatisme.

il n'empêche que comme le dit bien Papiguy, je trouve cela inacceptable.

Quand à celles que tu nous dit voir partir après deux ou trois jours chez vous.....alors "qu'elles sont à l'abris et sont prises en charge avec leur enfants".... si l'accueil est au niveau des services sociaux nationaux, je comprend qu'elles s'enfuient. Même pris en charge, il y a en France des situations d'aide indignes d'un pays développé. Je ne connais évidemment pas l'établissement dont tu parles, mais je doute que ce soit un trois étoiles.... malgré la surement bonne volonté du personnel. je connais le problème pour les personnes âgées, c'est vraiment minable.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 missterre.80 a écrit [02/04/2009 - 13h46 ]  
missterre.80

Oh ! Les mecs, vous polémiquez entre vous et chacun y va de ses affirmations imposées à l'autre, l'un théorise sur un thème psychiatrique réducteur bien connu (parmi tant d'autres) et l'autre se sert de son pragmatisme légendaire et de son sens de l'observation sociale limité à son entourage...

C'est très bien tout cela mais le problème est bien plus vaste et bien plus compliqué que cela, il existe aussi des hommes qui frappent leurs femmes car ils en ont peur, oui messieurs, généralement cela est dû à un énorme manque de virilité et de masculinité, l'homme qui frappe son épouse est beaucoup plus faible mentalement qu'elle et il a besoin de prouver par la force physique qu'il peut avoir le dessus sur elle, tout cela pour se rassurer en niant son angoisse profonde face au sexe opposé.

Maintenant la femme qui encaisse tout ça n'est pas forcément masochiste ou déséquilibrée, elle pèse le pour et le contre car il existe d'autres enjeux dans un couple comme les enfants, l'argent et aussi les sentiments qu'elle porte malgré tout à son conjoint qui n'est pas toujours forcément violent et le peu de moments d'accalmie qu'elle peut vivre en présence de son mari lui font souvent oublier ses travers.

Je parle en connaissance de cause, j'ai vécu 20 ans avec un tyran domestique que j'ai essayé de comprendre et d'aider pour finalement partir un beau jour avec un homme doux, tendre, respectueux et gentil.

Conclusion, je n'ai pas reproduis le schéma "bourreau/victime" dont parle Lucius, j'ai été attiré par le parfait contraire de mon précédent conjoint, suis-je si différente de la majorité des femmes, j'ose croire que non et que nombreuses sont celles qui agissent comme moi simplement par amour pour l'homme qui les malmène en espérant qu'il change et qu'il guérisse un jour de sa violence grâce au trésor de compréhension et d'aide qu'elle déploie à son encontre.

Gros bisous à vous deux ! Je vous laisse rebondir là-dessus...




Natacha


 cochise_fr a écrit [02/04/2009 - 15h07 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais ton cas est hélas courant, et tant mieux pour toi si tu as pu ou su t'en sortir en rencontrant quelqu'un de plus raisonnable, ce dont peu de femmes ont la chance.

La seule chose que je tire de ton histoire personnelle, c'est que, comme la plupart, tu n'as rien dit pendant longtemps et tu as supporté jusqu'à l'insupportable qui t'a fait enfin partir.

Je pense qu'il faut convaincre toutes les victimes de violence de porter plainte contre l'agresseur ET de lourdement condamner les agresseurs en les séparant systématiquement de leurs victimes dès la première fois..... afin au moins d'éviter les fois suivantes en donnant aux victimes les moyens de se reconstruire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 lucius a écrit [02/04/2009 - 15h15 ]  
lucius

Je n'ais jamais fait une généralité des cas....
Bien au contraire,et dans le schéma que j'ai décris,l'alcoolisme de l'homme est trés (trop?)souvent présent.
C'est sa culpabilité face à son état d'alcoolique qui permet à la femme de prendre "le dessus" après coup(si je puis dire ainsi sans mauvais humour),et fait rentrer le couple dans le triangle dramatique de Karpman.
Si chez l'un on détecte une addiction,preuve d'un problème psy grave,chez l'autre on déscelle vite la perversité.




Gare au gorille !


 missterre.80 a écrit [03/04/2009 - 12h51 ]  
missterre.80

Cochise,
Appeler les gendarmes ne me servi pas à grand chose car pour mon cas les gendarmes m'ont obligée à retourner avec mon bourreau après s'être entretenu longuement avec lui alors que je les avais appelé de chez mes voisins où je m'étais réfugiée pour ne pas subir sa violence.
Mon bourreau très habile à la manipulation les a manipulés comme il l'a fait également auprès de l'expert psychiatre lors du divorce en voulant me faire passer pour folle pour me déchoir de mes droits parentaux...
Il n'est pas facile de lutter contre la perversité narcissique...




Natacha


 papiguy a écrit [03/04/2009 - 13h35 ]  
papiguy

C'est hélas souvent le cas, les pervers pratiquant le harcèlement ont une attitude souvent très "sociable" avec les tiers et trompent leur monde. Dans le cas dont je parlais, il fallu deux ans pour que nous comprenions les appels au secours, tant le pervers était habile à manipuler.

Bravo pour t'en être sortie, et d'avoir le courage d'apporter ton témoignage car replonger dans ce genre de passé peut être douloureux. :-)




 cochise_fr a écrit [03/04/2009 - 17h02 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais c'est bien pour cela que je dis qu'il faut sanctionner à la première occasion de violence par la séparation de fait des opposants..... mais en donnant les moyens d'une séparation digne.

Des 'refus de voir' comme ceux que tu décris sont une indignité administrative totalement irrecevable.

Cela ne se limite d'ailleurs pas aux femmes battues, et devrait s'appliquer à toute violence non justifiée par une défense de sa vie..... à commencer par les marmots mal élevés qui se battent sans véritable raison pour asseoir un pseudo-pouvoir. Il n'y a pas de 'petite violence'.... il y a ou il n'y a pas de violence... point. Et tout individu violent doit être lourdement sanctionné au même titre que ces sanctions doivent être dissuasives de commencer ou de recommencer.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Amy Stenford a écrit [08/10/2011 - 14h18 ]  
Amy Stenford

Euh je viens de lire tout ce que tu as marque Lucius et j'arrive pas à le croire que tu puisses penser ça! Si beaucoup de femmes ne vont pas se plaindre c'est parce que c'est un sujer encore tabou, malheureusement....Alors peut-être que c'est vrai, il existe sûrement des femmes "perverse", mais ce qui es sur aussi c'est qu'elle sont rares.
Beaucoup de femmes hésitent pour se plaindre, car comme l' a dit misterre.80, les maris sont capables de les faires passer pour folles, et d'enlever leurs droits parentaux. D'autres femmes n'ont pas de ressources...De plus, encore aujourd'hui, des policiers méprisent ces femmes qui vont se plaindre. Tu n'as pas à juger ces femmes, alors que tu n'es pas dans ce cas. Tu ne sais pas ce qu'elles endurent.




 Amy Stenford a écrit [08/10/2011 - 14h38 ]  
Amy Stenford

Pour répondre à la question, beaucoup d'hommes battent leur femme car ils ont veut leur père battre leur mère. Ils reproduisent donc cet acte de violence sur leur femme. Certains veulent aussi se faire obéir, pensant que la place de la femme est de faire des tâches ménagères et par conséquent doivent leur être soumise. Bien sur il y a aussi les problème d'alcoolisme. Par ailleurs, dans certains cas les hommes ne supportent pas que leur femme gagnent plus.

Mais ce qui est vrai aussi, c'est que des femmes battent leur mari aussi. Je pense que très difficile pour les hommes qui subissent les violences conjugales, car ils doivent avoir honte. Car malheureusement, encore aujourd'hui, on pense que l'homme doit être le plus fort et ce lui qui domine.




Réponses 1 à sur 52
 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  

Répondre à mona123






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.