Un chauffeur taxi étant locataire de son véhicule a-t-il l'obligation d'ouvrir un compte professionnel ?



bibsou
Cette question a été posée par bibsou, le 26/09/2007 à à 01h41.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Taxi.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 bibsou a écrit [26/09/2007 - 01h41 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bibsou

Si oui, quels sont les inconvénients et les avantages ?




 cochise_fr a écrit [26/09/2007 - 02h18 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
En tant qu'artisan, il est plus pratique d'avoir un compte professionnel et un compte personnel séparés. Cela facilite grandement la gestion des frais ainsi nettement séparés, et de la comptabilité en général. Qu'il soit locataire ou pas ne change rien à l'histoire. La seule nuance d'inutilité serait s'il était salarié, ce qui n'est pas le cas.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bibsou a écrit [26/09/2007 - 02h29 ]  
bibsou

MAIS IL N'EST PAS ARTISAN, il loue le véhicule à une société. Ca se passe comment dans ce cas ? merci




 cochise_fr a écrit [26/09/2007 - 04h23 ]  
cochise_fr

Bonjour,
S'il est locataire, il est obligatoirement artisan. Il doit être inscrit au registre des métiers comme artisan taxi, ce qui lui permet (quand il a le permis taxi évidemment) d'être soit à son compte en ayant sa propre voiture et son propre numéro de plaque, soit locataire de la voiture et du numéro de plaque, statut qui fait du chauffeur un artisan déguisé en salarié. Ce statut permet aux grosses compagnies d'exploiter au maximum des artisans qui n'ont aucun pouvoir de liberté et travaillent plus pour payer leur location que pour leur salaire de misère, guère plus élevé que si ils étaient salariés, mais sans aucun des droits des salariés (35h, vacances, repos, sécurité sociale, retraite, ...etc), c'est à la limite de l'esclavage.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cochise_fr a écrit [26/09/2007 - 04h36 ]  
cochise_fr

reBonjour,
Pour infos:
En voici leurs descriptions :

1. L'artisan taxi : le chauffeur est propriétaire de son véhicule et de sa licence (autorisation administrative de stationnement sur la voie publique). Pour ceux qui le souhaitent, il leur est possible de s'affilier en louant le matos adéquat (appareil de localisation, carte bleu...) à une des centrales telles que G7, les taxis bleus ou autres... Ces dernières sont plus ou moins exigentes sur les qualités que ceux-ci doivent respectés (qualité du service, horaires de présence, voitures, connaissances, etc...).
En banlieue, tous les taxis ont le statut d'artisans taxis.
2. Le locataire : le chauffeur loue son véhicule auprès d'une compagnie locatrice de taxis, mais reste (soit-disant) autonome. Il est considéré comme travailleur indépendant mais bénéficie malgré tout de la Sécurité Sociale et d'une retraite... Il s'assimile au statut d'artisan sans en faire l'investissement... Il existe sous ce statut beaucoup de différences en fonction de la compagnie chez qui il loue... Pour lui taxi et pour nous client... état de la voiture, esprit de service... Visiblement, coté taxi, c'est le pire des statuts : prix de location élevé (~ 20.000 francs par mois), pas vraiment de protection sociale...
3. L'actionnaire : Apparemment, l'actionnaire d'une société achète le véhicule, mais la carte grise appartient à l'entreprise. Je dois avouer ne pas avoir encore très bien compris comment on devient actionnaire... Une grosse société de taxis, la GESCOP, semble proposer ce statut en comptant plus d'un millier de taxis actionnaires. Dans les faits, ça semble ressembler beaucoup au statut de locataire...
4. Le salarié : le chauffeur est alors salarié (fiche de paie et régime général de la sécu) d'un patron qui détient l'autorisation de stationner, et est rémunéré sur la base d'un fixe et d'un pourcentage du compteur (~30%) mais n'a aucun frais.

Le meilleur statut est sans aucun doute celui d'artisans taxi, tant pour le chauffeur que pour le client... Cependant, l'investissement de départ est assez élevé : le prix d'une licence (400 à 500KF), du véhicule (150-300 KF) auquel on ajoutera l'examen obligatoire (~18 KF), un compteur, un horodateur, ... et en arrête plus d'un.

Source:
http://podvin.club.fr/taxis/ltpmetier/devenirtaxi/index.htm

A vous de voir.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à bibsou






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.