Que pensez-vous du suicide ? Comment le jugez-vous suivant les cas ?



irwina
Cette question a été posée par irwina, le 26/07/2008 à à 11h10.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Suicide.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 moumoune_27 a écrit [26/07/2008 - 16h55 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
moumoune_27

Acte de Courage ou acte de Lâcheté ?




 melissa06 a écrit [26/07/2008 - 19h50 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
melissa06

C'est du courage !J'y ai dèjà pensé mais je suis trop lâche bien sure ! Le suicide c'est une délivrance lorsaque on souffre trop ou qu'on déprime,(ma mère à fait une dépression alors je sais ce que c'est). Par contre s'il y a des remèdes à notre souffrance,il ne vaut mieux pas le faire.




 cochise_fr a écrit [27/07/2008 - 03h23 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Le suicide est à la fois un acte de désespoir et un acte de solitude.
Dans nos sociétés de course permanente conduisant immanquablement au "chacun pour soi et dieu pour tous " les personnes mal en point passent inaperçu et aucune aide ne leur est apportée. Et si un peu de lâcheté ou un peu de manque de courage empêche certains de passer à l'acte, c'est toujours cela de gagné...... mais cela ne résout en rien leurs problèmes pour autant.

Il serait grand temps que les plus faibles soient découverts, regardés, écoutés et soutenus plutôt que de poser le couvercle de la poubelle par dessus pour ne pas les voir. C'est un acte politique d'assassinat que de ne rien faire, d'attendre que les gens viennent quémander pour avoir de l'aide quand ils arrivent au bout du rouleau. Des solutions existent, mais elles ne sont pas rentables, bien évidemment, alors elles tombent aux oubliettes.......parce que à l'inverse, pour soutenir le cac40 et les entreprises qui s'y rattachent, on trouve des solutions et des financements dans les jours qui suivent..... ce qui représente une véritable insulte et la reconnaissance du mépris que les dirigeants ont pour la population en général et les plus faibles en particulier.

Il n'y a qu'une seule solution pour éviter le suicide, c'est de parler, de parler et de parler encore, .... sous réserve que l'on dispose d'une oreille attentive et patiente, que l'on ait une famille, des amis sur qui s'appuyer...... et pour cela il faut que tous ces gens arrêtent de courir pour écouter, juste écouter pour comprendre et anticiper l'avenir.

On pourrait ajouter à la même liste des personnes à risques de mal être les personnes âgées et les enfants en éducation...... eux aussi ont besoin que d'autres arrêtent de courir pour observer, pour écouter.

Je ne me fait pas d'illusion, c'est un peu comme " décrocher la lune ", mais si une telle action permet de sauver une vie, ne serait ce que provisoirement, c'est mieux que rien.

C'est en partageant ses peines que l'on parvient à les surmonter !!!!.... et c'est toujours possible même si ce n'est pas facile.

Venez en parler ici, par exemple, si vous en sentez le besoin.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darken Spirit a écrit [27/07/2008 - 14h37 ]  
Darken Spirit

Moi j'ai eu une dépression avec tentatives de suicide ratées (2). Je n'ai pas voulu me taillader les poignets car j'avais beaucoup trop peur de le faire et d'avoir mal. Maintenant je n'ai plus le courage de me suicider car je trouve que c'est trop dur...




"Ma réalité est intérieure"


 Toli a écrit [28/07/2008 - 11h24 ]  
Toli

Alors la je dis STOP tout de suite !

Peu importe la raison ou le degré de dépression, la suicide ne sera JAMAIS un acte courageux!
C'est la solution la plus lâche au contraire.

Le suicide est un acte égoïste qui n'aura pour conséquence que de semer la tristesse de ceux pour qui vous comptez.

Nous n'avons qu'une vie, après c'est le néant! Pas de paradis ou de délivrance comme dans les films...

Tant qu'on a la capacité de vivre, on doit le faire !




«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»


 tdumans a écrit [28/07/2008 - 15h23 ]  
tdumans

Je suis du même avis que toli. On n' a qu' une vie et faut en profiter meme s' il y a des moments durs. Il y a toujours des solutions aux problèmes rencontrés.




Vive la vie.


 cochise_fr a écrit [28/07/2008 - 20h40 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bien sur, Toli et Tdumans, mais quand vous énoncez cela, vous avez les deux pieds par terre et les idées dans le bon ordre..... enfin, je suppose.

Hors celui ou celle qui en arrive à penser se suicider n'a plus cette clarté de raisonnement qui pourrait l'amener à faire autre chose. Les amis, les parents, les voisins, les biens matériels,..etc sont devenus des choses futiles au regard de l'énormité réelle ou supposée du problème de l'intéressé(e).... et c'est bien là une grande différence d'approche du problème en cours. Contrairement à votre raisonnement réfléchi, la personne concernée ne voit plus aucune solution nulle part à son ou ses problèmes, et c'est bien pour cela que la meilleure solution possible lui apparait être la disparition totale.... et c'est aussi pour cela que je pense que seule la parole peut extérioriser le blocage que le ou les problèmes représentent. Tant qu'il y a du dialogue, même houleux, il y a de l'espoir d'inverser la situation. Quand le silence s'installe, et il est parfois installé depuis très longtemps, c'est le début de la fin......ce qui conduit beaucoup de familles ou de proches à dire " on a rien vu venir " ou " on a pas compris ".....et j'ajouterai " on a rien écouté, on a rien entendu ", plus préoccupé de ses propres problèmes que de l'aide que chacun peut amener fortuitement à autrui, parfois sans beaucoup d'efforts, simplement en prenant le temps de prêter une oreille attentive, en accueillant le(la) solitaire réel ou virtuel (rien de plus effrayant que de se sentir seul(le) au milieu de la foule, même quand cette foule est exclusivement composée de proches).

Il y a souvent (pour ne pas dire toujours), des signes avant-coureurs dont l'observation, l'interrogation, l'analyse, puis le dialogue auraient pu empêcher les actes de suicide, mais personne n'a pris le temps de s'y intéresser quelle que soit la bonne raison que l'on se donne et les excuses que l'on se trouve pour ne pas avoir vu, pour ne pas avoir compris. Avant de juger de la lâcheté ou du courage de l'intéressé(e), c'est d'abord un énorme échec de l'entourage et des proches qui justifie tout à fait leur souffrance quand c'est devenu...... trop tard.

Et personne n'est à l'abri de ce genre d'échec, quelle que soit soit son rang social, son éducation, sa culture, sa richesse.!!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Toli a écrit [29/07/2008 - 11h08 ]  
Toli

Bonjour

Tout cela est vrai cochise, mais mon message avait plus pour but de n'accorder aucun mérite, quelle que soit la situation, à ce geste qui je le répète sème une souffrance énorme.

J'ai connu une personne qui à fait une dépression pendant plusieurs années et qui est passée à l'acte au moment ou tout le monde pensait qu'elle allait mieux.
Ce qui revient à ce que vous avez dit à propos de la clarté de raisonnement.

Il est impératif de déceler un comportement suicidaire chez quelqu'un et de l'aider à s'en sortir bien évidemment, mais mon précédent post était plus un message d'alerte.
En venir à penser que la meilleure solution est le néant total et à l'infini est en effet une situation d'extrême désespoir.

Mon discours est peut être dur mais c'est ma façon de penser. Je ne tolère pas le suicide même si je peux le comprendre.




«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»


 cochise_fr a écrit [29/07/2008 - 12h10 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Toli, parce que vous êtes "raisonnable" vous n'avez pas à tolérer ou pas le suicide.....puisqu'il ne vous concerne pas....sauf éventuellement pour vous même, et que les intéressés ne viendront jamais vous demander votre avis, pas plus qu'à quelqu'un d'autre.
Et si vous pouvez le comprendre, ce n'est toujours qu'après coup.....ce qui ne sert à rien quand c'est trop tard.

"...et qui est passée à l'acte au moment ou tout le monde pensait qu'elle allait mieux."

C'est tout le problème de l'égoïsme généralisé actuel, et de la course à tout et n'importe quoi, qui conduit à l'anéantissement des relations simplement humaines. Il faut du temps, beaucoup de temps pour parler avec les autres, c'est déjà vrai pour les individus entre eux, mais c'est encore plus vrai entre le corps médical et les patients...... et le corps médical n'a plus de temps non plus puisqu'il faut qu'il soit rentable.... comme si la santé était proportionnelle aux bénéfices réalisés...vaste c....ie.!!

Avant, il y a.... très longtemps, les médecins et autres membres de la médecine prenaient le temps de prendre des nouvelles régulièrement de leurs patients, d'aller les voir....comme ça, en passant, et de discuter un peu de tout et de rien, un peu comme on le fait au café du commerce avec n'importe qui se trouvant là. Ce simple fait de pouvoir parler librement et sans que cela prenne de l'importance est vital pour tout le monde, même sans avoir d'idées suicidaires, simplement pour "décompresser" les problèmes réels ou supposés que chacun détient dans sa besace en plus ou moins grande quantité.

Et toute personne qui reprend gout au dialogue, même insignifiant, perd conjointement ses idées noires quand elle en a. L'humain n'est pas fait pour vivre en sauvage solitaire. Il est fait pour vivre en communauté, là où chaque individu interagit sur tous les autres.... et réciproquement.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Toli a écrit [29/07/2008 - 12h31 ]  
Toli

Bien sûr, et c'est bien souvent des personnes qui n'arrivent pas à s'adapter à ce mode de vie qui en viennent au suicide.

Le monde médical va en effet de mal en pis, mais le cadre médical psychiatrique va lui à reculons!
Les patients n'ont quasiment AUCUN suivi dans les structures publiques et les personnes qui souffrent de dépression aujourd'hui ont plutôt intérêt à être entourés car ils trouveront difficilement de l'aide ailleurs.

Quand je dis que je ne tolère pas le suicide, c'est assez "personnel" je parle pour moi et ceux qui m'entourent.
Je n'irais pas (ou plutôt plus) à l'enterrement d'un proche qui aurait mis fin à ses jours.

C'est pour moi un devoir de se battre pour vivre surtout quand on a une famille, on a pas le droit de s'enfuir par la petite porte. C'est dur mais c'est ma façon de penser.

Pour les personnes seules, c'est un problème bien plus grave qui en revient à ce que vous évoquiez concernant le changement du comportement social de l'homme et la non prise en charge des personnes dépressives.

Et c'est peut être bien plus triste...




«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»


 un peu perdu a écrit [29/07/2008 - 22h57 ]  
un peu perdu

Si ta envie de te suicider vas y, c'est pas moi qui vait te pleurer et t'inquiète pas le monde ne s'arrêtera pas de tourner. T'es sois disant amis vont pleurer le jour de ton enterrement mais après plus rien il continuerons leur petite vie de merde comme si rien avait changé, les seul malheureux seront peut être t'es parent et encore? alors ne penses pas être considérée comme une martyre et d'ici quelques mois tout le monde t'auras déjà oubliée alors fait pas la conne et vie ta vie. Profite de chaque instant et si vraiment ça va pas si tu veux je te paye un verre et on en discute. Allez chasse ses idées a la con de ta tête.




 cochise_fr a écrit [29/07/2008 - 23h56 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est un peu cru, mais cela a mérite d'être clair.

"... si vraiment ça va pas si tu veux je te paye un verre et on en discute."

Voilà très exactement ce que plus personne n'est capable de faire, là, tout de suite, quand quelqu'un le demande parce qu'il ou elle en a besoin.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 un peu perdu a écrit [30/07/2008 - 00h25 ]  
un peu perdu

JE c'est j'ai un grand coeur. Irwina plus poliment le suicide c'est nul et c'est pas bien. La tout de suite ca fait pas le même effet




 mimi23230 a écrit [01/08/2008 - 03h22 ]  
mimi23230

Je trouve que le suicide est un acte de lâcheté, les personnes qui se suicides sont souvent des personnes n'ayant pas confiance en soit, qui ont peur des difficultés de la vie, alors pourquoi pas profiter de la vie avec ses bons et coter biensur!!!
En tout cas ce n'est pas un acte de courage !!!!

Quand pensez vous de ma réponse?




 Charlotte a écrit [01/08/2008 - 14h57 ]  
Charlotte

je pense à peu près la même chose que toi.en tout ças ca relève plus de la lâcheté que du courage. Pour moi ca s'apparente à une sorte de fuite, un refus de souffrir quand la douleur devient trop forte. quelque part c'est aussi un acte égoïste car en voulant mettre un terme à son mal de vivre et à sa douleur on entraîne ceux qui nous aiment dans la souffrance.mais on ne peut pas se permettre de juger ceux qui fuient la réalité de cette manière car certains ont de bonnes raisons de préférer aller voir ailleurs.mais il y a sûrement d'autres ailleurs à explorer avant celui la.




 takave a écrit [19/11/2009 - 16h36 ]  
takave

Ni lâcheté, ni courage. Un mal être extrêmement profond qui fait tellement souffrir moralement plus d'une douleur physique, qu'on ne peut plus la supporter. La sensation d'être arrivé au bout de sa vie, que le fait de disparaître est la seule solution, pour ne plus penser, pour ne plus avoir mal.
Pour ceux qui restent, c'est de la lâcheté, car il y a en plus du chagrin, la colère d'avoir été abandonné. Le suicide est une conséquence de la dépression et il faut avoir été dans ce cas pour savoir ce que c'est et ce que l'on ressent dans ce genre de situation.




Répondre à irwina






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.