Allocations familiales : Suppression en cas d'absence scolaire, bonne ou mauvaise chose ?



simon30z
Cette question a été posée par simon30z, le 24/01/2011 à à 18h32.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Société.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 papiguy a écrit [24/01/2011 - 20h17] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
papiguy

Un enfant qui ne va pas à l'école peut être...



[ Lire la suite de la réponse écrite par papiguy ]



Réponses



 simon30z a écrit [24/01/2011 - 18h32 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
simon30z

Les allocations familiales, seront supprimées pour l'enfant, qui n'ira pas à l'école, comme il se doit. Pour vous, la suppression de l'allocation familiale, qui ne sera rétablit que si l'enfant retourne en classe, est t-elle une bonne ou mauvaise chose ? Cela responsabilisera t-il plus les parents ?




 papiguy a écrit [24/01/2011 - 20h17 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

Un enfant qui ne va pas à l'école peut être significatif d'un problème familial.
Ajouter un problème, c'est à dire la diminution des ressources à un autre peut apparaître comme quelque peu stupide.

Par contre on peut aussi dire que l'enseignement est obligatoire et payé par la communauté nationale. Refuser de se plier à cette obligation est une façon de s'exclure de cette communauté. Dans ce cas, il n'y a aucune raison pour la communauté de continuer l'aide apportée à la famille. N'oublions pas que les allocations familiales ont été instaurées en partie pour compenser la perte de revenus qu'a entraîné pour les familles l'instauration de l'enseignement obligatoire.

Chose curieuse, il semble que cette proposition de loi ne soit pas une nouveauté, pour preuve l'exemple suivant
http://www.lexpress.fr/informations/moselle-on-ne-seche-pas-la-religion_636823.html

et plus récemment, lire la réponse de Toli
http://www.web-libre.org/questions/academies_1073/instruction-obligatoire-france-a-partir-quel-age,21138.ihtml

On peut se reporter aussi au Code de l'Education (en vigueur depuis Juin 2000) qui stipule à l'Article L131-3
"Art.L. 552-4.-Le versement des prestations familiales afférentes à un enfant soumis à l'obligation scolaire est subordonné à la présentation soit du certificat d'inscription dans un établissement d'enseignement public ou privé, soit d'un certificat de l'autorité compétente de l'Etat attestant que l'enfant est instruit dans sa famille, soit d'un certificat médical attestant qu'il ne peut fréquenter régulièrement aucun établissement d'enseignement en raison de son état de santé. ".

Alors d'un côté une loi inutile et de l'autre une tempête dans un verre d'eau.




 coeur de patate a écrit [24/01/2011 - 20h46 ]  
coeur de patate

papiguy à tout dit de ce que je voulais dire je ne peux pas mieux dire alors je vote pour sa réponse !

enfin c'est prendre les choses à l'envers si l'école n'est pas attractive !
cela n'est pas toujours la culpabilité des parents qui pour la plus part rêvent d'une bonne scolarité pour leurs mômes !!




ciao!


 betinaweb a écrit [24/01/2011 - 21h58 ]  
betinaweb

Si on retire les allocations familiales,la famille aura des problèmes supplémentaires et le problème de l'enfant ne sera pas réglé pour autant.
Le gouvernement recommence ses effets d'annonce.
Il cherche vraiment des sous dans les classes populaires car c'est d'eux dont il s'agit.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 cochise_fr a écrit [25/01/2011 - 10h06 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Une nouvelle fois, une décision gouvernementale dénuée de cohérence même si elle se voudrait logique... ce qu'elle n'est pas du tout.

Tout d'abord, il conviendrait de rendre l'attribution des allocations familiales sous conditions de ressources, car rien ne justifie de subventionner les gens aisés financièrement.

Ensuite, avant de sanctionner des familles déjà dans la difficulté (en général) financière, il faut savoir pourquoi les élèves en question ne vont plus en classe. Certes les motifs peuvent être divers et variés, mais une grande part, à mon avis, vient déjà d'élèves en échec scolaire patent avant même de décider de ne plus assister aux cours. C'est cet échec scolaire qui les a conduit à préférer la rue à l'école. Il faut donc qu'il existe une (ou des) structure(s) permettant de re-scolariser ces élèves, si possible par petits groupes au regard de leurs lacunes et des enseignements à acquérir, ainsi que la quantité correspondante d'enseignants qualifiés à enseigner à ces élèves en difficulté.
Actuellement, ni les structures ni les enseignants ne sont disponibles, ce qui va conduire à remettre de force (on se demande bien comment) les élèves en question dans des classes qu'ils ne suivent plus depuis longtemps, et dont ils n'ont en général pas le niveau, ce qui sera plus perturbateur pour les élèves studieux qu'utile aux élèves réintégrés qui ne feront que des actes de présence pas vraiment motivants..




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 10h18 ]  
papiguy

L'argument est valable cochise_fr, et cela montre bien qu'il ne peut s'agir d'une décision administrative automatique. Seul le Chef d'Etablissement assisté des professeurs connaissant l'enfant, avec éventuellement le concours des services sociaux, peut apprécier l'opportunité d'une sanction.

C'est déjà ce qui se passait et il n'était nul besoin d'une nouvelle loi qui encombre un peu plus le Parlement. Pendant que celui-ci débat de lois inutiles il ne fait pas son travail plus urgent de transcription de directives européennes créees à sa demande....




 cochise_fr a écrit [25/01/2011 - 12h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Une sanction dans ce domaine ne sert à rien, ni à l'enfant, ni aux parents, ni hier, ni maintenant, ni plus tard, et surtout pas une sanction financière auprès de gens ayant déjà du mal à joindre les deux bouts de leur budget mensuel.

Le souci est que mettre en place les structures nécessaires n'est pas gratuit, et que personne n'a le courage de dire qu'il faut plus de moyens à l'état pour cela, que l'on prenne ces moyens sur des économies faites ailleurs, ou que l'on prenne ces moyens sur de nouvelles taxations à déterminer.

la logique voudrait au niveau national...
- que l'on détermine les besoins (tous les besoins)
- que l'on chiffre les besoins..... honnêtement.
- puis que l'on appelle (année en cours ou année suivante au plus tard) les recettes nécessaires à couvrir la totalité des besoins sans avoir recours à la dette sans fin.
et ceci dans cet ordre.
Déjà on y gagnerait sur les intérêts.... qui représentent en 2010 (et chaque année en augmentation puisque la dette augmente) 43 milliards d'euros environ.... une paille..... ceci en pure perte, sauf pour les banques bien sur.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 13h16 ]  
papiguy

On ne voit pas ce que viennent faire les intérêts de la dette dans ce débat, mais bon...
Avant d'augmenter les recettes, il faudrait effectivement sans doute mieux gérer l'utilisation de celles qui existent, mais c'est un autre débat.

Que la menace d'une sanction existe et des rappels à l'obligation de scolarité soient faits ne parait pas plus idiot que les panneaux annonçant les radars automatiques au bord des routes. La sanction et la menace de sanction ont fait baisser le nombre de morts sur les routes.

Que dans le domaine de l'éducation elle réduise l'absentéisme et mette mieux en lumière les progrès à faire pour adapter l'école, pourquoi pas. A condition qu'on fasse un suivi et des statistiques précises et non bidouillées comme celles de la délinquance.




 cochise_fr a écrit [25/01/2011 - 14h49 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ouais, mais ce n'est pas d'un suivi dont l'école a besoin, mais de prévention.
Il faut agir avant que les gosses ne décident d'eux même de quitter les classes, et si les responsables de l'éducation que sont les enseignants et les administratifs et les responsables sociaux des écoles faisaient leur travail en corrélation avec les parents dès l'apparition des problèmes, on aurait pas à en venir à des sanctions devenues inutiles.

D'autre part, dans ce domaine comme dans d'autres, la prévention coute beaucoup moins chère que les soins, quelles que soient leurs formes.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 freddyvegan a écrit [25/01/2011 - 15h50 ]  
freddyvegan

Répression, menace, chantage..

Le gouvernement Sarkozy ne connaît que cela et cela ne donne jamais rien de bon !




Les animaux ne nous appartiennent pas Nous n'avons pas le droit d'en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs et nos expériences scientifiques


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 16h21 ]  
papiguy

cochise_fr,
L'absentéisme est à la fois un symptôme et une maladie, et en faire un suivi est une forme de prévention, non seulement de cet absentéisme mais également d'autres dérives de notre société.
A part cette interprétation des mots nous sommes bien d'accord sur le fond du problème.

freddyvegan, il est bien évident que le traitement des problèmes par la seule répression ne règle rien, comme un emplâtre sur une jambe de bois. Il donne l'illusion que l'on a fait quelque chose et cela peut tromper les tenants de la fessée. Par contre cela nous coûte cher pour un résultat nul.




 cochise_fr a écrit [25/01/2011 - 17h58 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Tout cela ayant un prix, j'en reviens à la nécessité de gérer la dette nationale qui absorbe de nombreux milliards d'euros beaucoup plus utiles ailleurs (pour le sujet dont on parle par exemple) que dans les caisses privées des banques et assimilés.

Ce qui me fait répéter que les états (La France comme les autres) doivent être maitres de leur monnaie, même s'il existe des accords de changes internationaux.
On pourrait d'ailleurs tout à fait avoir das tous les pays une monnaie nationale, et une monnaie commune mondiale pour les échanges internationaux avec des taux de change fixes et permanents entre les monnaies nationales et cette monnaie d'échanges mondiaux (indépendante de tout état bien sur, sur le mode collégial par exemple)




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 18h23 ]  
papiguy

Mais, cochise_fr, la monnaie commune mondiale existe, c'est le dollar US, et que nous soyions maîtres de notre monnaie sur notre territoire ou au niveau européen ne change rien au problème de la dette,....

Sauf si l'Euro devenait une monnaie d'échange au même titre (ou supplantant le dollar), ce qui nous permettrait de nous moquer de notre dette, comme les américains le font depuis des lustres, puisqu'il leur suffit de faire marcher la planche à billets. Avec une limite quand même, qui vient du fait que la Chine devient le principal possesseur de bons du Trésor américains. Leur vente sur le marché mondial ferait s'écrouler la monnaie américaine avec toutes les conséquences...




 cochise_fr a écrit [25/01/2011 - 20h18 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"que nous soyions maîtres de notre monnaie sur notre territoire ou au niveau européen ne change rien au problème de la dette"

Ah,!! Vous croyez cela.?
Pourtant il suffit que le dollar remonte un peu par rapport à l'euro (par exemple) et notre dette nationale augmente de quelques dizaines de milliards sans rien faire.
Pourtant, il suffit que le taux de base bancaire remonte pour les prêts qui nous sont octroyés et c'est pareil une note de quelques milliards d'euros en plus à payer (et on a 1800 milliards de prêts en cours.... ne l'oubliez jamais.... 7 à 8 pour cent du budget de l'état ne sert qu'à payer les intérêts de la dette aux banques.... sans rembourser le capital.... ce qui explique que la dette augmente sans cesse vu que les budgets depuis 35 ans sont tous déficitaires.).

Pour que cela fonctionne il faudrait que la parité avec le dollar soit fixée et permanente (car peu importe le nom de la monnaie) et que personne ne puisse dans son coin en changer le taux de change ou en produire en cachette (d'où la nécessité que ce soit indépendant de tous les états sans exception).

C'est d'ailleurs ce que l'argent (nom générique) aurait toujours du faire: être seulement un moyen pratique d'échange de confiance..... et rien d'autre.

C'est le principe de faire de l'argent avec de l'argent que l'on a pas qui perverti le système depuis des lustres.

Si encore c'était les états qui faisaient cela (il faut alors qu'ils soient maitres de leur monnaie en lieu et place des banques), cela profiterait aux peuples des pays concernés, mais là les profits vont dans des poches privées et les frais sont à la charge de la population..... et vous trouvez cela normal.?.?.?.? Moi pas.!!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 22h03 ]  
papiguy

"Pour que cela fonctionne il faudrait que la parité avec le dollar soit fixée et permanente"

Certains ont la mémoire est courte. Avant la création de l'Euro, le Franc fluctuait beaucoup plus par rapport au Dollar que maintenant l'Euro face au dollar. Et pourtant cochise_fr souhaite que la France sorte de la zone Euro.
Le lendemain de la sortie de l'Euro
- le Franc serait dévalué d'au moins 20 %,
- la note de la France donnée par les agences de notation serait dégradée de plusieurs points.
- les importations de la France seraient plus coûteuses, entrainant une hausse immédiate des prix, en premier lieu l'énergie et les carburants
- la balance des paiements serait encore plus déficitaire, augmentant dans les mêmes proportion l'endettement global de la France.

Seule compensation, nos exportations seraient favorisées, mais les effets sur nos comptes mettraient un à deux semestres avant de se faire sentir. entre temps les déficits se seraient creusés.

Tout ceci nous amène loin des allocations familiales et de l'absentéisme scolaire, mais c'est au champion de la bande du billard que nous le devons.




 betinaweb a écrit [25/01/2011 - 22h26 ]  
betinaweb

Ce n'est pas ce soir que je vais m'étouffer de rire,je vous laisse débattre,à plus. ;-)




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [25/01/2011 - 22h37 ]  
papiguy

De toutes façons, les allocations familiales ne pouvant plus être retirées à mes parents, j'ai rangé mon sac d'écolier et séché l'école depuis quelques années. Je vais en faire autant pour ce sujet qui part dans tous les sens, le Grand Chef Indien faisant flèche de tout bois :-D




 Ben Mouss a écrit [28/01/2011 - 15h37 ]  
Ben Mouss

Mauvaise chose. Je vais me focaliser sur un cas particulier d'absentéisme pour argumenté mes propos.

Pour beaucoup, la rentrée au monde adulte se déroule lors des 20 ans ( du moins, vers ces eaux là ). Néanmoins pour moi, tout se déroule au collège. C'est en effet au collège que les enfants découvrent véritablement les premiers signe de l'intolérance, de l'irrespect, de la méchanceté gratuite, et cette fâcheuse tendance humaine de vouloir humilier et écraser son prochain. Certains enfants n'ont pas ce tempérament, et c'est malheureusement ceux-ci qui en souffrent le plus. Bien souvent, ces enfants sont victimes de la méchanceté des autres, sans cesse humilié et montré du doigt. Ces enfants deviennent alors mal dans leurs peaux, introverti et refuse même la plupart du temps toutes communications avec leurs parents : Car avouer a ses parents qu'on est souvent un martyr dans la cours de recrée et hélas honteux pour beaucoup d'enfants. C'est alors que certains sont alors victimes de ce que certaines associations appellent : La phobie scolaire. Même si je trouve pas vraiment ce nom adéquat, pour moi, cela serait plutôt la phobie des gens...

Ils ont des crises d'angoisses le matin, et même le soir au moment du couché tout en pensant a la journée qui les attends le lendemain. Et c'est alors que peu apparaître beaucoup de comportement qui ne devraient pas exister : Fugues, automutilations et j'en passe.

Pour ne pas arranger le tout, beaucoup de professeurs, peut être compétant dans l'enseignement, sont néanmoins incapables de comprendre l'enfant, considérant cet absentéisme d'avantage pour de la fainéantise, et ceux-ci humilient a leurs tours leurs élèves sans même le percevoir.

Des enfants qui souffrent, des parents désemparés qui ne comprennent plus leurs enfants et en souffrent a leurs tours, croyez vous vraiment qu'il faut les condamner eux ? Croyez vous vraiment que si un enfant ne part pas a l'école, cela est dû a la famille et non a l'école elle même ?

Peut être serait-il d'avantage préférable d'apprendre correctement aux enfants les valeurs de la France : Respect, égalité, et fraternité. Une éducation plus moral et plus spirituelle ( je ne parle pas de religion, mais je me comprends ), au mieux de se focaliser sur des enseignements qui pour la plupart ne serviront pas dans leurs vie d'adulte et qu'ils finiront même pas oublier.

Je parle en connaissance de cause, j'étais un de ces élèves absent pour les raisons citées plus haut. Qui a manqué de peu d'être retiré a ses parents par des services sociaux qui tiennent aujourd'hui d'avantage du requin que de l'humain.

Amicalement, Ben.




 Leumas80 a écrit [28/01/2011 - 16h18 ]  
Leumas80

Euh, excuse moi Ben, mais tous les enfants qui "sèchent" les cours ne sont pas des introvertis et des martyrs.
Je ne suis pas si loin de cela de ma propre scolarité, mais ceux qui sèchaient les cours, c'étaient les grandes gueules de l'école, ceux qui allaient régulièrement en colle, ceux qui étaient déjà délinquants (parfois même mes propres copains), et j'ai moi même sèché des cours volontairement par amusement.
Et dans tous ces exemples, les élèves avaient séché les cours par jeu, par provocation ou par "je m'en foutisme". Aucun n'était martyre (surtout pas moi).

Que les absentéistes aient des problèmes de famille, d'intégration à l'école, d'échec scolaire, je veux bien en convenir, mais que ces adsentéistes soient tous des introvertis et des malheureux, j'en doute fort.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 Leumas80 a écrit [28/01/2011 - 16h19 ]  
Leumas80

Excuse moi à nouveau Ben, j'avais mal lu le début de ta réponse, tu as bien expliqué que tu t'étais focalisé sur un seul exemple.
Mea culpa.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 papiguy a écrit [28/01/2011 - 18h45 ]  
papiguy

Pour connaître un exemple similaire à celui de Ben, je peux confirmer ce qu'il décrit. Les exemples de racket et de brimades, souvent par des adolescents extérieurs à l'établissement scolaire ne sont pas rares. L'enfant menacé n'ose pas parler aux adultes et préférera fuir l'école.




 betinaweb a écrit [28/01/2011 - 22h18 ]  
betinaweb

L'enfant en échec scolaire fuira aussi l'école,se sentir humilié à l'adolescence n'est pas facile,alors le choix de zoner comme ils disent leur paraît plus facile.
Il n'y a pas de réponse à leur souffrance.
Tous ceux qui sèchent ne sont pas des voyous et je peux en témoigner moi aussi.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Ben Mouss a écrit [30/01/2011 - 19h13 ]  
Ben Mouss

Pas de souci Leumas80, cela m'apprendra a faire des pavés. J'adhère a ce que tu dit en tous cas. Mais je voulais juste mettre en avant ce qui me semble être une injustice, nous en avons déjà trop, des injustice. Et je n'arrives pas a concevoir que pour en punir certains, il faut enfoncer d'autres.




Répondre à simon30z






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.