Une première salle de shoot à Paris, est-ce bien raisonnable ?



cochise_fr
Cette question a été posée par cochise_fr, le 22/08/2013 à à 08h37.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Santé.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 11h56] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
cochise_fr

Bonjour, Eh Papiguy, il faut pas pousser mémère dans...



[ Lire la suite de la réponse écrite par cochise_fr ]



Réponses



 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 08h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Une fois de plus les délinquants seront mieux traités que les citoyens ordinaires et leur bien-être semble plus important que celui les citoyens sans problèmes autres que financiers.

Bien sur, ce sont les contribuables (parisiens pour cette première salle) qui paieront.

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/cout-de-la-premiere-salle-de-shoot-a-paris/

Ne devrait on pas commencer par faire payer les gens concernés, pas tous démunis, plutôt que les contribuables.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 dominique03y a écrit [22/08/2013 - 10h43 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
dominique03y

On devrait plutôt créer des espaces pour les sans abris au lieu de créer des salles de shoot pour les toxicomanes.
Je ne critique pas la démarche mais plutôt la manière de faire.
C'est très bien de vouloir limiter les dommages collatéraux liés à la toxicomanie, mais il faudrait quand même avoir le sens des priorités car je trouve inadmissible qu'autant de gens soient sans abris ou mal logés en France aujourd'hui.
Les salles de shoot ne doivent pas devenir un hôtel pour les toxicomanes, il faut que le suivi et la prise en charge soit immédiate car ça peut vite déraper cette histoire...




 papiguy a écrit [22/08/2013 - 10h47 ]  
papiguy

C'est une opération d'essai. Attendons les résultats avant de porter des jugements catégoriques.
Ceux qui fréquenterons ce genre de salle ne sont pas les plus aisés qui eux continueront à se schooter ailleurs. Ceux qui iront sont beaucoup plus des victimes et les faire payer n'est pas d'une logique évidente quand on parle à longueur de post d'indemniser les victimes.
Arrêtons les clichés stupides et encore une fois attendons les résultats de ce qui n'est qu'une expérience.




 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 11h56 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Eh Papiguy, il faut pas pousser mémère dans les orties, un toxicomane n'est en rien une victime, sauf de lui même, et c'est à lui à en payer le prix dans tous les sens du terme, pas à la société. Si des bonnes âme veulent les prendre en pension à leurs frais, qu'ils le fassent.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 mimi a écrit [22/08/2013 - 13h57 ]  
mimi

Bien d'accord avec cochise.
Je ne dis pas qu'on doit pas aider les toxicomanes à s'en sortir mais il ne faut pas non plus les faire passer pour des victimes. Personne ne les a forcé à se droguer la première fois et c'est de leur faute si ils sont devenus accro, il ne faut pas l'oublier.
La société a sans doute sa part de responsabilité mais tous les gens en difficultés ne deviennent pas toxicomanes, bien heureusement.




 papiguy a écrit [22/08/2013 - 14h38 ]  
papiguy

Les toxicomanes sont victimes des cartels de la drogue et des dealers comme les alcooliques sont victimes des dérives de notre société, et pourtant on a créé pour eux des salles de consommation spécialisées, les bistrots. Les toxicomanes sont victimes de notre société comme les arnaqués sont victimes des arnaqueurs, et ces derniers ont des "terrains de jeux" aménagés pour eux et une publicité qui les pousse dans l'ornière.

Les choses ne sont pas aussi simples qu'on voudrait nous le faire croire. Profiter de la faiblesse des autres a toujours été un moyen de s'enrichir. La simplification caricaturale n'est pas le meilleur moyen d'aborder les problèmes et reste la méthode préféré des populistes. C'est tellement plus simple de taper sur les victimes que de traiter les problèmes à la racine.




 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 18h25 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bah voyons.!! Chacun est responsable de sa personne, et on a jamais obligé qui que ce soit à se saouler la gueule ou à se droguer. Chacun a toujours la possibilité de dire "NON merci" à toutes ces saletés. Et encore ne parle-t-on pas des délits commis pour avoir les moyens financiers nécessaires à ces addictions ruineuses, tant pour la santé que pour le porte-monnaie.

Alors certes on ne va pas les laisser crever sur le bord de la route, mais ce n'est pas une raison pour tout mettre sur le dos de la société quand les gens concernés en ont les moyens.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [22/08/2013 - 19h37 ]  
papiguy

Bien entendu, chacun devrait normalement disposer de son libre arbitre, mais ce dernier ne peut s'exercer correctement que si l'éducation a fait son travail, ce qui n'est pas toujours le cas.
Les choses ne sont pas binaires, et toucher à l'humain demande un minimum d'humanité et de précautions.




 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 20h36 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Sauf que l'humanité ou les précautions ne changent en rien la responsabilité de chacun pour ses actes, qu'il ou elle ait été bien éduqué ou pas. Quand on commence à accepter les excuses pour n'importe quoi, il n'y a plus de limites aux excuses.....ce qui se passe actuellement et on en voit les conséquences désastreuses sur la vie de la société.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 symbol a écrit [23/08/2013 - 10h15 ]  
symbol

Donc papiguy, tu pars du principe que si l'éducation fait son travail, tout va bien.
N'est-ce pas un processus habituel de penser où l'on assume volontiers la responsabilité tant que tout va bien ?

A rejeter la responsabilité sur les parents, on peut tuer, violer, se shooter puis se plaindre d'une enfance difficile. Puis accusés, les parents pourront avouer qu'eux aussi ont eu une enfance misérable et que ces conditions ont influencé l'éducation de leurs enfants. Est-ce que continuer ainsi mène quelque part ?

Est-ce que l'Etat doit accentuer ce rôle de victimisation comme il sait si bien le faire, et dans quel intérêt ? Toucher à l'humain, ce n'est pas inventer des excuses et trouver des coupables car nous n'avons aucune chance de résoudre nos problèmes ainsi. Cela ne fonctionne pas et l'Etat use et abuse de thérapie de surface comme d'autres organismes.

Résoudre nos problèmes n'est jamais l'affaire des autres et rejeter notre responsabilité sur autrui, sur l'Etat, sur Dieu, etc. ne permet à personne de progresser. Bien au contraire, c'est deux types d'abdication de pouvoir : nous rejetons notre responsabilité pour un monde de paix sur autrui ; nous attendons l'aide de l'extérieur... Attendons... Et comme dit cochise fr, voyons les conséquences.

papiguy, tu parles de traiter les problèmes à la racine. La racine est-elle "la faute aux autres, la recherche du coupable, l'acceptation d'être une victime impuissante de forces incontrôlables" ? Qu'est-ce qu'une victime ? Je ne peux rien faire, je n'ai pas de pouvoir et je suis dépendant des autres. C'est un jeu de plus en plus apprécié que ce refus de la responsabilité mais à la soupe populiste comme tu le dis si bien et que je n'entends pas de la même manière, on transforme cela en victime et on tourne en rond...
Nous sommes toujours et uniquement les victimes de nos systèmes de pensée.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 papiguy a écrit [23/08/2013 - 12h10 ]  
papiguy

"tu pars du principe que si l'éducation fait son travail, tout va bien. "
Toi aussi, symbol, tu ne prends qu'une des composantes du problème ! Bien évidemment que seule l'éducation ne peux le résoudre, faites moi au moins l'aumone de croire que ma stupidité n'est pas totale :-D

L'addiction à la drogue a de multiples origines, l'effet de mode (fumer est le signe qu'on est adulte), la misère sociale, les manipulations des ados par les dealers (notamment à la sortie des lycées et parfois dans les lycées eux même), le terrorisme et l'intégrisme qui se financent grace à la culture du pavot (en Afghanistan notamment), la complaisance des autorités marocaines à l'égard des paysans qui cultivent des plantes halucinogènes, les cartels de la drogue qui corrompent les autorités politiques,.... et certains hommes politiques qui financent leurs campagnes grace à l'argent de la drogue....

Alors il faut faire feu de tout bois: interdire de fumer dans les lycées, y compris pour le personnel sou peine de révocation, renforcer la lutte contre les trafiquants, apporter plus de transparence dans le financement des partis et des hommes politiques, améliorer l'information, sanctionner les consommateurs par des peines utiles (travaux d'intérêt général par exemple),....




 clabe73 a écrit [23/08/2013 - 15h49 ]  
clabe73

Bonjour a tous.
Perso je ne comprend pas pourquoi nos dirigeants ouvrent ce genre de salle.
Il me semble que la détention simple de substance interdite est punis par la loi dans notre pays. Et la sous couvert de santé public, on veut ouvrir des salles pour que des personnes, malade, patient, on leurs donnera le nom qu'on veut... puisse venir dans un endroit contrôlé pour leur permettre de faire quelque chose d'interdit.
Dans la même lignée je propose l'ouverture de salle de pédophilie, de meurtre impulsif, de viole et pourquoi pas, de dealer pour qu'ils puissent vendre leur dose en toute impunité.
Sur certain sujet ON MARCHE VRAIMENT SUR LA TETE DANS CE PAYS.
C




C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule. Michel Audiard


 cochise_fr a écrit [23/08/2013 - 17h30 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Oui Papiguy, il faut les mettre au travail sous surveillance. Ce n'est évidemment pas en prison sans rien avoir à faire que cela les soignera. Et puis ceux qui travaillent n'ont en principe pas le temps de fumer, de boire ou de se droguer.....et c'est bien ce qu'on cherche à leur inculquer, non.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 filou a écrit [23/08/2013 - 18h28 ]  
filou

D'un autre côté, même si c'est sûr que cela coûte à la collectivité; on aura peut être plus de facilités à assister ces gens médicalement, et les éducateurs auront aussi peut être plus de facilités d'aider les drogués qui le souhaitent à se sevrer et pourquoi pas guérir.




hello


 symbol a écrit [24/08/2013 - 10h27 ]  
symbol

Papiguy, quel déclenchement à la première phrase ! Même que tu me colles un " ma stupidité n'est pas totale ". As-tu besoin d'être rassuré sur ton aptitude à analyser ? Je ne pense pas :-D

Je me suis surtout centrée sur la responsabilité et comme tu l'abordes, cela me renvoie au libre arbitre qui n'est pas à prendre à la légère. C'est sans doute le plus grand cadeau que l'être humain est reçu et chacun peut penser ce qu'il veut de la vie, du monde, des autres et de lui-même. Nous l'utilisons constamment à notre avantage ou désavantage.

Grâce au libre arbitre, l'être humain peut penser ce qu'il veut et nous ne sommes pas les victimes ou les esclaves de nos pensées mais les maîtres. Ce n'est pas évident d'imaginer qu'en pensant ce que nous voulons, ce libre arbitre nous donne une liberté totale.
Dans cette liberté totale, tout est possible, comme l'addiction : drogue, alcool, etc.

On peut s'écrier : " Comment est-ce possible, comment peut-on laisser se produire des choses pareilles ? " Non seulement c'est possible, non seulement cela se doit car nous sommes dotés du libre arbitre et cela implique la totale responsabilité. La liberté de penser ce que nous voulons implique la responsabilité pour tout ce que nous pensons et cela a des conséquences car nos pensées affectent nos sentiments et nos actes.

Je lis : il n'y a qu'à, faut que... Interdire, supprimer. Expliquez-moi pourquoi malgré les sommes considérables investies pour " la lutte contre ", les associations de soutiens, etc., nous en sommes toujours au même point ?
Mis à part les profiteurs de ce système d'addiction, ce qui n'est qu'une conséquence, on en arrive toujours à l'homme et sa volonté. Personne ne peut sauver l'homme contre sa volonté et il doit en accepter les conséquences.

La création d'une salle de shoot prétextant la cause humanitaire me semble vaine. Cela ne redonne pas à l'humain le pouvoir qu'il a sur sa vie. Cela l'encadre dans ce qui nous semblent bons pour lui, un point c'est tout.





"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 papiguy a écrit [24/08/2013 - 15h08 ]  
papiguy

symbol,
Pour respecter des règles, qu'elles soient liées à l'hygiène de vie, à la vie en société,... il faut au minimum deux conditions:
- avoir la capacité à l'exercice du libre arbitre
- posséder un système de référence et un ensemble de valeurs

Si l'une ou l'autre des conditions ou bien les deux à la fois, ne sont que partiellement respectées, il ne reste de ton raisonnement qu'un rêve de dissertation philosophique.

Un individu en situation de faiblesse, physiologique ou psychologique ne peut avoir le comportement d'une personne en pleine possession de ses moyens.
De la même façon, un adolescent placé dans un milieu défavorisé ou dont l'environnement familial se sera dégradé verra son système de références et de valeurs sérieusement perturbé.
C'est pour cela que j'ai utilisé le terme de victime, car il suffit qu'un dealer exploite ces faiblesses pour faire plonger un ado ou un adulte dans l'enfer de la drogue.




 symbol a écrit [24/08/2013 - 16h49 ]  
symbol

Cela n'a rien de philosophique papiguy, cela explique pourquoi cela ne fonctionne pas puisque l'exercice du libre arbitre est donné à chacun et que chacun l'utilise à son avantage ou désavantage.

Exemple : Le fils d'une de mes connaissances à qui l'on a inculqué références et valeurs ( sociétales), a fini par se détruire ( je ne parle pas de suicide mais le résultat est bien le même ) malgré tout le soutien familial... Travail, toit, cures de désintoxication à répétition...
C'était cependant dans une famille de " favorisés " et son libre arbitre était que le monde était mauvais.
Ce n'est malheureusement pas le seul cas.

Tu axes sur un milieu défavorisé avec un système de références perturbé et je peux de nouveau te donner des exemples mais avec une autre manière de penser ce monde qui n'est pas une vallée de larmes et qu'il y a plein de possibilités. Les conséquences ne seront pas les mêmes car même si le dealer est passé par là, l'alcool, la misère, son libre arbitre va aller à son avantage à un moment de sa vie.

J'en suis donc toujours au même point : A quoi sert une salle de shoot ? Caser les paumés de la vie proprement selon nos critères, références et valeurs ?
Et les paumés, il y en a de plus en plus... Sauf qu'ils ne passent pas obligatoirement par la drogue, l'alcool. Et l'on constate que, malgré l'évolution, l'aide, aucun progrès dans le développement humain ne s'opère.

Je pense que nous expérimentons pleinement l'échec de " notre " approche rationnelle.





"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 papiguy a écrit [24/08/2013 - 19h38 ]  
papiguy

"Je pense que nous expérimentons pleinement l'échec de " notre " approche rationnelle. "
Nous sommes d'accord sur ce point.
L'exemple que tu donnes ne fait que conformer mes propos. il montre le fragilité des individus , et comme tu le soulignes, le fait que le libre arbitre s'est exercé à partir d'un système de valeurs perturbé (le monde est mauvais) peut conduire à des dérives .
D'une certaine façon, un enfant qui se drogue est l'échec des parents et de l'entourage en général, et je pourrais te citer des exemples d'enfants ayant commencé à se droguer et remis sur les rails par les grands parents.
Je suis pleinement d'accord avec ton idée selon laquelle "le monde n'est pas qu'une vallée de larmes", et que la motivation, l'ambition que l'on peut donner à nos enfants est le meilleur rempart contre la tentation de la drogue, meilleur que toutes les censures et les punitions.




 cochise_fr a écrit [24/08/2013 - 21h02 ]  
cochise_fr

Bonjour,
N'oubliez quand même pas que les valeurs et les références ne sont pas proportionnelles à la fortune...et heureusement. Ce n'est pas parce qu'on vient d'un milieu financièrement ou culturellement défavorisé que l'on a plus de chance de tomber dans la drogue ou autres dérives du même genre. Pour les parents, lutter et expliquer les dérives des drogues en tous genres ne nécessite aucun argent, juste beaucoup de temps de parole avec ses enfants.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 miette38 a écrit [03/09/2013 - 16h04 ]  
miette38

oui mais de toute manière le shoot ne sera jamais raisonnable et ce qui tourne autour aussi quoi qu'on fasse




 cochise_fr a écrit [10/10/2013 - 09h45 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bonne nouvelle:
Le Conseil d’État vient d'interdire les salles de shoot.
"les services publiques n'ont pas le droit de délivrer de la drogue"....ce qui semble bien la moindre des choses.

Il vaudrait mieux investir dans le démantèlement des filières, des officines connues, ainsi que dans la prévention active aux addictions de toutes sortes, à commencer par les écoles.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [10/10/2013 - 13h05 ]  
papiguy

Fausse bonne nouvelle car le Conseil d'Etat a simplement déclaré que c'était impossible faute d'une loi. Il ne s'est pas prononcé sur le fond car ce n'est pas son rôle. Il suffit donc qu'une loi soit proposée et votée par le Parlement pour que cela devienne possible. La décision du Conseil d'état est sur la forme une bonne chose car elle remet les choses dans le bon ordre.

http://www.leparisien.fr/politique/video-salle-de-shoot-la-justice-n-autorise-pas-son-ouverture-10-10-2013-3212931.php




 cochise_fr a écrit [10/10/2013 - 14h00 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Heu,!! Une loi qui autoriserait l'état à délivrer de la drogue, même sous condition.? J'ai hâte de voir cela, car ce n'est pas le bâtiment qui pose problème, mais ce qu'on y fait à l’intérieur. Il faut rappeler que les hôpitaux, par exemple, sont habilités à délivrer des drogues en cas de besoin.....médicaux, mais pas pour fournir les consommateurs.... et c'est heureux.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [10/10/2013 - 14h16 ]  
papiguy

Aucune loi n'ayant encore été proposée, il est quelque peu hasardeux de se prononcer sur son contenu. Les commentaires de l'article que j'ai cité ne parlent pas de drogue en libre service mais de "salle médicalisée" et, suivant la Ministre en charge:
"La volonté du gouvernement, ma volonté c'est de faire en sorte que les personnes qui souffrent d'addictions soient mieux suivies, mieux accompagnées et cela doit se faire évidemment dans un cadre juridique qui ne souffre aucune discussion. Des projets de même type sont intervenus dans de très nombreux pays européens avec des résultats convaincants"




 cochise_fr a écrit [11/10/2013 - 06h34 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bah çà (la citation) c'est du vent.!! Elle ne va évidemment pas dire le contraire....mais faire une salle de shoot, c'est faire le contraire. Il ne s'agit pas de soigner les gens atteints, ce qui peut se faire dans des hôpitaux spécialisés, mais d'alimenter les consommateurs en produit 'propre et contrôlé' plutôt que de les laisser s'alimenter en produit frelatés de l'extérieur. Il s'agit également de récupérer les seringues pour éviter que des mômes de maternelle 'et d'autres bien sur) ne les retrouvent aux portes ou dans leur établissement, ou sur le chemin de l'école.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [11/10/2013 - 09h12 ]  
papiguy

Bof, c'est du vent comme peuvent l'être la plupart des déclarations de la pseudo déferlante bleue marine ? :-D




Répondre à cochise_fr






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.