La vache médicament, une révolution pharmaceutique ?



orpheenet
Cette question a été posée par orpheenet, le 17/01/2008 à à 19h05.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Santé.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 orpheenet a écrit [17/01/2008 - 19h05 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
orpheenet

Des scientifiques ( encore eux ) ont réussi à implanter dans le lait des vaches qu'ils élèvent des protéines thérapeutiques humaines qui serviraient à guérir les personnes atteintes de certaines maladies. Aprés les OGM, les clonages et les cochons fluorescents, va t'on vers une prochaine révolution pharmaceutique?




www.amstaff-rescue.net


 bougainvilliee a écrit [17/01/2008 - 23h01 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour orpheenet,
Voilà maintenant que les scientifiques élèvent des vaches. C'est l'agriculture scientifique quoi ?
Donc ces bons paysans scientifiques injectent (plutôt qu'implantent. Mais peut-être me trompe-je) des protéines médicamenteuses dans le lait de ces pauvres bêtes. Déjà qu'on y trouvait des restes d'hormones et de pesticide, on voit le cocktail détonnant pour soigner.
Si ça marche, je suis pour. Il est vrai que je ne suis pas un fan de lait, sinon sous forme de beurre et de fromage. Mais si cela doit soigner et guérir, je me mettrais volontiers au lait. Les recherches actuelles, tout azimuts, sont de notre temps. Il faut les accepter comme des tentatives d'améliorer les choses. Je sais que l'air du temps est de les tenir pour suspectes. Cela fait parti de l'esprit de notre siècle. Au 19e, au contraire, on était pour ce qu'on appelait le "progrès". Autre temps autres moeurs. Que ne dirions nous pas, si la vaccination était découverte aujourd'hui.
Vivons avec notre époque.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 carter a écrit [17/01/2008 - 23h26 ]  
carter

"on était pour ce qu'on appelait le "progrès". Autre temps autres moeurs"

C'est qu' entre temps, le Progres a reçu un procès cartonné de nombreux philosophes:

-Pour Lyotard, les grands récits d'une société rationnelle ont vécu: nous vivons dans des économies mafieuses et menacées par les problèmes environnementaux. Si c'est ça le résultat de la pensée objective et du Progrès; y'a quand même un couac...

Pour Ellul, la technique crée des problèmes qu'elle promet de résoudre grâce à de nouvelles techniques. C'est le fameux "On finira bien par trouver une solution". Pour corriger le stress générer par la société technicienne: psychotropes et somnifères. Pour lutter contre l'insécurité: de la bonne vidéosurveillance. Non seulement la technique résout les problème à sa manière mais elle en soulève de nouveaux et il faut plus de technique , et encore plus, pour les résoudre. Le plastique permet l'emballage mais pour le détruire, il faut inventer les incinérateurs et les décharges...
Ou tout cela s'arrêtera?
En somme: "
En somme, le progrès est une idéologie qui:
- est utilisé comme un impératif de consommation.
-constitue un espoir aveugle de résolution des problèmes sociaux.
-et dont évolution est présentée comme une continuité historique vers un
''mieux'', sans préciser exactement la signification de ce ''mieux'' pour les
populations et sociétés concernées.


Pour méditer sur le Progrès, on pourra parcourir:
http://www.les-renseignements-genereux.org/var/fichiers/brochures-pdf/broch-progres-20061012-oria5-a5.pdf




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 orpheenet a écrit [18/01/2008 - 07h29 ]  
orpheenet

en fait d'après ce que j'ai pu comprendre, la vache produit elle même dans son lait les fameuses protéines. ceux sont des vaches modifiées génétiquement qui peuvent produire ce type de lait. ils ont réussi à "fabriquer" des vaches qui peuvent produire de l'insuline humaine dans leur lait. les protéines seront alors extraites du lait . les scientifiques affirment que 25 vaches ainsi génétiquements modifiées pourront traiter tous les diabétiques argentins ( ces recherches se passent en argentine ) soit 150 kilogrammes de protéines par an. Ils espèrent réduire le coût de la production d'insuline de 30%. ce qui ne représente pas une petite économie pour la planète. le marché de l'insuline en argentine représente 150 millions de dollars. alors pour la planète entière.... il reste toujours le pour et le contre à peser. la population est elle prête à se soigner avec des protéines issues d'animaux OGM et clonés? ces innovations pourraient permettre de soigner les populations qui n'ont pas les moyens de se payer les traitements? il faut espérer que les grands groupes pharmaceutiques feront l'effort, mais ceci reste à voir.




www.amstaff-rescue.net


 bougainvilliee a écrit [18/01/2008 - 08h46 ]  
bougainvilliee

Carter étant "pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour", la vache clonée n'étant pas "bio" et son lait, dans ce cas, encore moins, il y a peu d'espoir que cette forme de thérapie trouve grâce à ses yeux. Moi je suis pour toutes les recherches qui tentent de faire progresser l'humanité. Donc, à priori, favorable à ce genre de recherche. Il fut un temps où la "Gauche" était progressiste et traitait la "Droite" de réactionnaire, c'est-à-dire refusant de changer et de faire évoluer les choses. Aujourd'hui, la "gauche" en déliquescence, s'oppose à toute évolution. Pensant, sans doute, que les acquis humains actuels sont suffisants (la fin de l'histoire humaine annoncée : ne bougeons plus de peur d'y perdre quelque chose). Or tout changement, toute évolution suppose un risque, et est empreinte d'incertitude. Toute évolution remet en cause les repères acquis, les resitue ou les rend obsolètes. Refuser ces risques et incertitudes, c'est de l'immobilisme. On connaît ça depuis longtemps. Il y a toujours eut une humanité qui risque qui s'aventure et une qui freine. Au temps des premiers tracteurs (polluants et laissant des traces de mazout dans les champs à chaque passages) les vieux paysans bardés de leur expérience millénaires s'y sont opposés. Cela remettait en cause leur savoir et leur savoir faire ancestral. Et, il faut bien le dire, ils étaient un peu perdu face à un engin et sa mécanique qu'ils maîtrisaient mal. Ces paysans ont disparus, pas les tracteurs.
Les chiens aboient et la caravane passe.
Je sens que je vais encore me faire cartériser.




Le doute est ma seule certitude


 orpheenet a écrit [18/01/2008 - 08h52 ]  
orpheenet

Je pense oui que tu auras droit à une réponse salée!!! :-o




www.amstaff-rescue.net


 cochise_fr a écrit [18/01/2008 - 10h20 ]  
cochise_fr

Bonjour,
à Bougainvilliée:
"Au temps des premiers tracteurs (polluants et laissant des traces de mazout dans les champs à chaque passages) les vieux paysans bardés de leur expérience millénaires s'y sont opposés. Cela remettait en cause leur savoir et leur savoir faire ancestral. Et, il faut bien le dire, ils étaient un peu perdu face à un engin et sa mécanique qu'ils maîtrisaient mal. Ces paysans ont disparus, pas les tracteurs."
Mauvais exemple: de plus en plus d'agriculteurs reviennent à l'utilisation des animaux traditionnels dans les champs. Bien sur, ce ne sont pas des multinationales agro-alimentaires, mais cela compte. Il fut un temps ou la technique avait comme but d'améliorer la vie des utilisateurs, maintenant, le seul but de la technique est de rendre l'homme dépendant d'elle et d'augmenter les profits des multinationales à l'origine de la technique.

Une preuve de plus:
Vouloir produire de l'insuline grâce à des vaches.... pourquoi pas. Mais il faut s'assurer que la vache elle même n'est pas autrement polluée comme le fait remarquer justement Bougainvilliée. Ensuite, il me semble que dans le cas où la production serait propre, le prix de revient devrait baisser de 90% par rapport à une production technique de laboratoire actuelle. Hors, si la baisse n'est que de 30%, c'est bien que le seul intérêt de la chose est d'augmenter les bénéfices des entreprises fabricantes...CQFD.

Parce que le meilleur des médicaments, c'est de faire en sorte de ne pas être malade, plutôt que de courir comme le signale Carter après des médicaments qui soignent des maladies crées par l'homme et, bientôt il faudra des médicaments pour se soigner des médicaments précédents..... vous ne croyez pas que l'on nous prend pour des cons ?? Quand à ceux qui sont vraiment malades, je craints que les soins qu'ils reçoivent relèvent plus de l'expérimentation médicale que du vrai souhait de les soigner. Là encore, le seul intérêt est l'intérêt financier...... s'il en faut une preuve de plus, il suffit de regarder le peu d'intérêt porté aux maladies orphelines car les soigner n'est pas rentable...... drôle de mot pour de la médecine !!.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 carter a écrit [18/01/2008 - 11h00 ]  
carter

Las,Carter fait sienne des paroles de Georges Orwell:
"Il y'a une décennie, tout individu doté d'intelligence était d'une certaine façon révolutionnaire. Aujourd'hui, on serait plus près de la vérité en affirmant que tout individu intelligent est réactionnaire" .

La question n'est pas d'être contre le Progrès ou la Croissance. La question est de savoir ce que l'on veut et de regarder si le Progrès ou la croissance nous rapproche de notre objectif ou nous en éloigne...

Si c'est le bonheur l'objectif défini depuis les Lumières, je ne suis pas que le stress d'une vie produite par une rationalisation de nos vie humaine nous y rapproche...Et quand au nom de la croissance, on s'oppose à l'interdiction du tabac et que l'on applaudit la vente d'armes à feu pour notre économie; on touche à l'absurde, non?
Donc, je suis amplement de l'avis de Cochise...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 bougainvilliee a écrit [18/01/2008 - 11h58 ]  
bougainvilliee

Je remercie carter, pour sa réponse élégante et polie. La passion n'est jamais objective. C'est donc avec attention que l'on doit prendre la réflexion d'autrui. Aucun d'entre nous ne détient la vérité. Ce qui peut paraître important pour l'un paraîtra marginal pour l'autre. Le monde ne peut se construire que sur le respect des pensées différentes. Seules les dictatures pensent détenir la vérité.




Le doute est ma seule certitude


 carter a écrit [18/01/2008 - 12h47 ]  
carter

"Aucun d'entre nous ne détient la vérité."

C'est exact. Mais alors pourquoi certaines personnes comme les élites dominantes semblent la détenir plus que d'autres et imposent leurs vues aux peuples contre leurs avis? Mais alors pourquoi économisme, l'idéologie du Progrès dirigent nos vies si ils ne détiennent pas plus la vérité que les autres? Et que l'on ne me parle pas du principe démocratique, vu que c'est principalement un outil pour ratifier les désirs des puissants via une "illusion de choix"...


"le monde ne peut se construire que sur le respect des pensées différentes."
Non, sans blague. T'as pas un peu l'impression que les valeurs occidentales deviennent totalitaires? Respect des différences des autres... C'est facile une fois qu'on a obligés les aborigènes d'Australie à bosser, les anarchistes à être dirigés par des patrons à coup de triques..Une fois que l'Occident à uniformiser le monde, c'est sympa de parler du respect des différences. Maintenant que les Indiens bouffent du mcDo, que les chinois vénèrent le PIB; c'est toujours sympa de s'enrichir des différences d'autrui, maintenant qu'elles ressemblent à s'y méprendre aux nôtres...

"Seules les dictatures pensent détenir la vérité."
Hélas, s'ils y 'avaient qu'eux...Mais les démocraties sont aussi totalitaires, peut être pas dans le fond (pas d'idéologie de l'État) mais dans la forme. Voila qui est typique des régimes totalitaires et que l'on retrouve dans notre belle France:
culte de la surveillance, culte de la mobilisation (ici économique: tous doivent faire des efforts) culte de l'identification de l'État à l'individu lambda, culte des vérités à transmettre aux mondes, culte de la rationalité, culte de la propagande (médias assujettis), culte du pouvoir caché non ostentatoire, culte d'une idéologie (ici le travail) qui se veut sa norme et son dépassement (comme on n'était jamais assez patriote, on ne travaille jamais assez!), culte de la dénégation de la division interne (c'est sur, les Rmiste ont les mêmes avis que les patrons).
Si on appelle le totalitarisme l'effacement des signes de distinctions du pouvoir, de la loi, du savoir pour opérer un bouclage du social sur lui-même (Annah Ahrend); faut admettre que nos sociétes vont finit par le réaliser (le bouclage étant la productivité économique comme fin social)

"sur sa réponse élégante et polie"
Mais mes réponse sont toujours élégantes et polies. A moins que pour toi, l'opposé de politesse soit l'insolence, ce qui est faux...Quant à élégance, c'est bien subjectif...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Carcarax a écrit [18/01/2008 - 23h59 ]  
Carcarax

- Pour ma part tant que l'animal n'en souffre pas, je suis d'accord. Pour moi la souffrance reste la souffrance. Que ce soit l'humain ou la bête c'est toujours un animal qui souffre et peiner l'un pour soulager l'autre m'a toujours semblé inique. Je sais à quel point ce genre de déclaration peut heurter et faire souvent crier la foule mais bon je le pense je le dis :) On ne mettra jamais assez d'armes dans notre camps pour lutter. La nature ne connaît pas de trêve et les assauts de ses créations chaque fois transformées ne sont pas prés de cesser. Elle se perfectionne sans cesse, innove, avec comme seul obsession le maintient de la vie; pour elle le virus vaut bien l'homme et si à l'un elle a accordé l'intellect, elle a insufflé à l'autre la mutabilité et la multiplication effréné. C'est comme si la nature après avoir battit l'arène, distribuait les armes et se délectait maintenant du combat. La lutte est acharnée aussi les armes se doivent d'être de plus en plus puissantes. Il m'est avis que plus nous ferons pression sur la biosphère plus elle réagira avec agressivité. Si elle succombe se sera au combat. C'est le tonneau des danaïdes, un duel éternel ou il faut constater que l'homme ne peut guère que réagir aux manoeuvres de l'ennemi. Un jour peut être viendra la fin de la médecine métallique ou chimique. Nous en sommes peut être a l'heure de la médecine "biologiquement" assistée. Que ce soit bonne ou mauvaise chose ,je n'en sais rien, on ne peut juger souvent d'un phénomène qu'a sa maturité alors le temps nous dira. Une ironie sauvage fait que bien souvent les meilleures choses sont également bien souvent porteuses également des pires pestes. Plus nous progresserons ou régresserons selon les avis plus nos erreurs auront de répercussions. La forge génétique pourrait bien s'emballer et libérer des forces démentielles.




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 Carcarax a écrit [19/01/2008 - 00h01 ]  
Carcarax

Pour paraphraser un film d'horreur célèbre, je dirais "On ne baise pas la nature". Je pense néanmoins que ce n'est plus le milieu dans lequel se déroule la science que la science elle même qu'il faut pointer du doigt. L'homme cherche c'est dans sa nature, il invente, brave encore et sans cesse les interdits. Il a toujours adoré mettre la main au feu. L'humanité et toute jeune, elle casse encore ses jouets. On peut se demander si elle a maturité nécessaire pour juger de la dangerosité de ses nouveaux jeux. Elle créera ainsi peut être un jour son grand destructeur..... Ce que je disais la, est le résumé d'une sensation, le reflet d'une construction mentale en quelque sorte car je ne prétend pas pour ma part être un bâtisseur de théorie. Rien ne m'agace plus que la polémique. Vrai ou faux que m'importe, tout est illusion mais j'aime ces sortes de constructions qui doivent plus à "l'esthétique" qu'a la raison. Je goûte moi ,juste des idées, je laisse les pensés a d'autres car je n'ai pas la vanité ni l'envie de pouvoir appréhender le monde. Le jour viendra ou peut être je détruirais en riant ce palais de brume mais j'aime a ce moment cette idée de combat contre une nature ennemie.




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


Répondre à orpheenet






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.