Pourquoi, seulement 20% des enfants autistes ont aujourd'hui accès à l'école ? votre avis



melly
Cette question a été posée par melly, le 25/03/2011 à à 18h20.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Santé.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses 1 à sur 82

 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  



 melly a écrit [25/03/2011 - 18h20 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
melly

Pourquoi selon vous, 80% des enfants autistes, n'ont pas accès à l'école ? Cette situation la trouvez-vous normale, alors que la loi du 11 février 2005, reconnaît à tout enfant handicapé le droit d'être scolarisé ?




 cochise_fr a écrit [25/03/2011 - 18h27 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Comme toute politique incompétente, on pond des lois en oubliant volontairement les moyens financiers qui devraient aller avec. Bien sur, compte tenu de la situation financière de la France, il est bien difficile, à moins de devenir grandement impopulaire, de faire les coupes franches ou les prélèvements nécessaires à un rétablissement de finances saines pour le pays qui permettront, si les dirigeants sont honnêtes (ce qui reste à démontrer), d'envisager une vie sociale plus acceptables à tous ceux qui en ont besoin...... soit quand même 10 à 15 millions de personnes à un titre ou un autre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Gaul a écrit [25/03/2011 - 19h43 ]  
Gaul

Cette situation, pour les enfants autistes, au niveau de la scolarité, est inacceptable. D'autant qu'il est bon pour eux de se retrouver entraîner par les autres enfants, mais comme le dit Cochise, dans les écoles il faudrait qu'il y ait une personne qui s'occupe de l'enfant autiste, et c'est la que le bas blesse ! il n'y a pratiquement jamais d'accompagnant, donc les parents se retrouvent complètement démunis, car il est évident qu'il faut s'occuper beaucoup des enfants autistes, et les directrices et instituteurs ou institutrices, n'ont aucun renfort de personnel accordé ! au contraire, en France on supprime des classes, des instituteurs, etc... Il y a une loi, pour scolariser les enfants autistes, mais elle n'est pas respectée. Honte aux gouvernants qui font des lois et ne les respectent pas. :-C




 cochise_fr a écrit [25/03/2011 - 20h41 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ouais.... et honte aussi à ceux qui les élisent.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [25/03/2011 - 20h45 ]  
papiguy

Les difficultés de scolarisation des enfants autistes ne sont dues uniquement au manque de moyens:
- nombre insuffisant d'AVS (auxiliaires de vie scolaire)
- absence ou insuffisance de formation des AVS
- insuffisance d'information et de formation des enseignants (malgré des efforts louables de certains)

Il faut avoir en tête que:
- la détection trop tardive de l'autisme chez les enfants (aucun diagnostic n'est formulé avant l'âge de trois ans, alors qu'on peut déceler l'autisme dès deux ans grâce à des tests simples) entraîne un retard dans la prise en charge et donc un retard dans le processus de rééducation.
- certaine méthodes de rééducation ayant fait leurs preuves à l'étranger depuis des décennies sont encore utilisées de façon trop limitée, voire contestées par des psychiatres en retard de plusieurs guerres et refusant l'évidence.

Ces éléments font que nombre d'enfants autistes sont mal ou pas pris en charge ce qui rend impossible ou difficile une scolarisation qui a pourtant des effets positifs sur la socialisation des enfants.

Enfin, il faut savoir que la prise en charge complète d'un enfants autistes (psychomotricien, orthophonistes, comportementaliste,...) coûte cher et que la plupart des familles ne peuvent y faire face (compter de 1000 à 2000 euros par mois dont une petite partie seulement est prise en charge par les organismes sociaux).

En résumé, il ne s'agit pas seulement de pousser à la scolarisation sans se préoccuper de tout le reste, car ce serait courir à l'échec.
Il faut investir dans la détection, la formation des personnels médicaux (accessoirement détacher l'autisme de la psychiatrie pour le rapprocher de la neurologie, évitant ainsi les délires surréalistes de certains praticiens).

Un enfant rééduqué plus tôt et mieux, s'insèrera plus facilement dans la vie scolaire et aura plus de chances d'acquérir de l'autonomie, coûtant moins cher à la société.
Mais la prévention n'a plus les faveurs de nos gouvernants, hypnotisés par le court terme et les économies de bout de chandelles.




 christianna a écrit [25/03/2011 - 21h56 ]  
christianna

Bonsoir,
Il est difficil de detecter des enfants autistes non pas par l'incompetence des professions medicales mais parce que les symptomes peuvent donner differents diagnostiques differentiels comme un retard mentale, un trouble du comportement... De plus, selon les enfants l'autisme peut se déclarer a un age avance et il y a egalement plusieurs stades d'autisme. Donc des moyens financiers n'aideront pas forcement mais certes fera aider les familles dans les demarches de prise en charge des enfants.
Mettre un enfant dans un établissement scolaire normale ne l'aidera pas forcement parce que meme si les enfants ne le font pas expres, ils mettent a l'ecart les personnes differentes d'eux, de plus l'enfant autiste aura plus facilement une baisse de confiance en lui face a la reussite de ses camarades. Une ecole adaptée a ses besoins qui l'aide dans son developpement lui serait plus convenable.




 tuseki a écrit [26/03/2011 - 00h23 ]  
tuseki

toujours le même problème : des sous
l'intervention en Lybie va coûter des millions, Le Chef d'état remonte dans les sondages grâce à la courageuse intervention et y pas de pépètes pour les prolétaires !




 papiguy a écrit [26/03/2011 - 14h39 ]  
papiguy

christianna,
Le retard mental comme un trouble du comportement sont des symptomes de l'autisme et non des syndromes en tant que tels.
Le test CHAT, à la portée de quiconque sait lire et a un peu de jugement, permet de déceler l'autisme et demande peu de temps.
Pour avoir été confronté au syndrome de l'autisme, je persiste et signe, une bonne partie des professions médicales est totalement à côté de la plaque en ce qui concerne le diagnostic et le traitement de l'autisme. La France a un retard inadmissible par rapport à tous les autre pays développés.
Par exemple, la méthode ABA qui donne de bons résultats, est considérée en France comme expérimentale alors qu'elle est utilisée depuis plus de 30 ans aux USA, au Canada, au Brésil.... Certains psy (kk) en sont encore à utiliser le packing, alors que cette méthode, utilisée uniquement en France, est considérée comme barbare par tous les autres pays..

Tu fais une grave erreur en affirmant que scolariser un enfant autiste ne l'aidera pas. au contraire, les autres enfants n'ont pas nos préjugés d'adultes et poussent les enfants autistes à se socialiser (je pourrais te montrer des vidéos sur ce point).
Par contre, ta réflexion sur la perte de confiance est parfaitement fondée et il est vrai, qu'au syndrome autistique peuvent s'ajouter des troubles psychologiques.




 christianna a écrit [26/03/2011 - 22h53 ]  
christianna

Bonsoir,
Je pensais au retard mental avec un arret de developpement pas un developpement en retard mais qui continue de progresser. Et le trouble du comportement il est vrai que c'est une des caracteristiques de l'autisme.
Pour ce qui est des examens de depistages je ne suis pas qualifier pour juger de leur fiabilite. Mais j'ai notamment entrevue deux types d'autisme a des stades reellement different et un enfant atteint d'un autisme aggravé est recroqueville sur lui meme il avait peur lorsque l'on s'approchait de lui il n'arretait pas de bouger sur sa chaise, son comportement faisait penser a un enfant hyperactif mais emprisonne sur lui meme. Et un autre enfant aidé par une AVS qui était dans une classe normale était beaucoup moins atteint et meme le diagnostique d'autisme a été remis en cause, les professionnels ont ensuite pense a la maladie de Lyme.
Pour mettre un enfant autiste dans une classe il faudrait avoir une institutrice ou instituteur ayant suivi une formation, un enfant autiste demande beaucoup d'attention et d'autres maladies peuvent etre associe, il est difficil de faire le diagnostique d'un enfant autiste du fait qu'il demande une observation sur le long terme dans un environnement sociale ainsi que des professionnels pluridisciplinaires.
Pour ce qui est de faire une generalisation de tous les mettre dans un etablissement scolaire normale je ne suis pas d'accord il y a trop de difference d'un enfant a l'autre.
En effet ca m'interresse de voir tes videos puisque ayant souffert d'une marginalisation dans mon ecole, peut etre qu'ils n'ont pas nos prejugés mais ils ont ceux de leurs parents donc pour moi ca revient au meme.




 betinaweb a écrit [26/03/2011 - 22h59 ]  
betinaweb

C'est le même problème pour les enfants trisomiques,ils ne sont pas acceptés à l'école alors que beaucoup peuvent apprendre à lire,on préfère les mettre dans des institutions qui coûtent très chères.Cherchez l'erreur.
Tous les enseignants ne sont pas prêts à les accepter,le handicap fait peur,plus aux adultes qu'aux enfants.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 christianna a écrit [26/03/2011 - 23h07 ]  
christianna

Pensez vous reellement que dans une classe d'une vingtaine d'eleve un enseignant a lui seul peut eduquer en plus, des enfants ayant de graves pathologies? Que ce soit l'autisme, la trisomie ou autre cela demande une attention constante qu'un enseignant ne peut accorder. Deja 20 enfants physiologiquement normales sont intenables...




 aiguemarine a écrit [26/03/2011 - 23h49 ]  
aiguemarine

Avec des auxiliaires de vie il est tout à fait possible de scolariser des enfants soufrant d'autisme et de trisomie dans des écoles normales .

Le problème c'est qu'il manque cruellement de personnes formées pour cet emploi dans lequel il n'y aurait pas de chômage tant la demande est forte .




 betinaweb a écrit [27/03/2011 - 00h32 ]  
betinaweb

Ils ne sont pas anormaux,ils sont justes différents.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [27/03/2011 - 11h23 ]  
papiguy

Quelques liens utiles:

Une bonne approche
http://vivreautisme.over-blog.com/ext/http://www.asperansa.org/autisme_psych.html

Deux exemples de "conneries" de psy kk qui font beaucoup de dégâts chez les parents et enfants
http://vivreautisme.over-blog.com/ext/http://www.psychanalyse-en-ligne.org/index.php?41-tustin-frances-1913-1994
http://vivreautisme.over-blog.com/ext/http://psychanalyses.blogspot.com/2006/09/psychopathologie-de-lautisme-selon.html

Exemple (vécu) d'évaluation stupide par un psy qui proposait un puzzle de 8 pièces à un enfant. L'enfant s'étant détourné du puzzle, la conclusion est tombée: inapte à la scolarisation. Le psy est resté sourd aux informations données par la mère selon laquelle l'enfant était capable de faire des puzzles de 30 pièces.que feriez vouqs si on vous proposait un jeu sans intérêt ? L'enfant autiste réagit pareillement mais ayant des difficultés de communication ne peut l'expliquer.
L'enfant a été tout de même scolarisé, n'a pas créé de trouble dans la classe, a été bien accepté par les autres enfants qui dans une certaine mesure l'ont pris en charge, et a fait des progrès sensibles (il est content d'aller à l'école alors que le psy affirmait qu'il refusait de communiquer).
Je pourrais citer de nombreuses autres âneries proférées avec le plus grand sérieux par des psy toujours focalisés sur l'approche psychanalytique d'un syndrome qui relève de façon indiscutable de la neurologie.




 aiguemarine a écrit [27/03/2011 - 14h03 ]  
aiguemarine

Quand j'ai parlé d'écoles " normales " j'ai voulu dire dans des milieux d'apprentissage qui ne sont pas réservés qu'à des enfants qui ont des problèmes psychiques .
Je tenais à le préciser car je ne juge pas ces enfants comme anormaux mais simplement différents .

Papiguy

Il y a malheureusement des mauvais psy qui prononcent des diagnostics à la hâte et qui sont sourds à ce que la mère dit à propos de son enfant , c'est une triste réalité avec toutes les conséquences graves que cela peut avoir c'est pour cela que je trouve plus juste d'emmener l'enfant chez un pédo-psychiatre.
Les psychiatres qui n'ont aucune formation spécialisée en psychiatrie infantile sont souvent ceux qui diagnostiquent mal ces enfants et le plus grave c'est qu'ils évaluent très mal leurs aptitudes .
Les pédo -psychiatres sont de plus en plus rare en France de plus cette spécialité en psychiatrie n'a pas la relève derrière , c'est encore un problème grave dans la médecine psychiatrique qui n'évolue pas beaucoup dans notre pays .
La psychiatrie est la dernière roue de la charrette de la médecine et l'état ne fait rien pour remédier à ce grave problème qui est alarmant à raison de plus quand ça concerne les enfants .




 papiguy a écrit [27/03/2011 - 14h47 ]  
papiguy

aiguemarine,
Le problème n'est pas l'état de la psychiatrie en France, mais le rattachement de syndromes neurologiques à la psychiatrie alors qu'ils devraient relever de la neurologie .
Ceci conduit des psychiatres à vouloir expliquer l'autisme par un traumatisme subi par la mère ou l'enfant, alors que le problème est d'ordre génétique.
Combien de mères ont été littéralement démolies par des discours imbéciles de l'obscurantisme d'une partie du corps médical.




 betinaweb a écrit [27/03/2011 - 15h40 ]  
betinaweb

Ça c'est sûr,c'est toujours de la faute des mères,elles culpabilisent assez sans qu'on leur en rajoute une couche.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 aiguemarine a écrit [27/03/2011 - 16h13 ]  
aiguemarine

Papiguy

J'ai parlé des pédo -psychiatres parce que je pense qu'ils sont bien plus compétents pour diagnostiquer la maladie neurologogique de l'enfant et diriger les parents vers le médecin compétent . Il est vrai que les psys ont vite fait de tout mettre sur le compte de la mère avec toute la culpabilité que cela engendre alors que la pauvre elle n'y est pour rien si son enfant souffre de cette pathologie .




 papiguy a écrit [27/03/2011 - 17h41 ]  
papiguy

N'importe quel médecin peut diagnostiquer le syndrome d'autisme pour autant qu'il ait reçu un minimum de formation pour cela, ce qui est loin d'être le cas en Fac de Médecine.
Les symptômes sont connus, il suffit d'aller sur des sites spécialisés essentiellement gérés par des parents d'enfants autistes. On peut aussi se documenter sur des sites étrangers (américains ou anglais comme ceux des Ministères de la Santé).

http://www.cdc.gov/ncbddd/autism/index.html

Un exemple de l'incompétence française comparée à ce que recommande le CDC américain (équivalent de notre Ministère de la Santé):

"All children should be screened for developmental delays and disabilities 18',this);">during regular well-child doctor visits at:

* 9 24',this);">months
* 18 months
* 24 or 30 months "

autrement dit il est recommandé de rechercher les symptomes de troubles du développement (autisme) entre 9 mois et 30 mois, alors qu'en France aucun médecin ne voudra poser un diagnostic d'autisme avant 36 mois.

Il n'y a pas de dépistage systématique de l'autisme car le caractère génétique n'est pas encore pris en compte comme pour la Trisomie.
C'est lamentable quand on sait que 3 à 7 % des enfants ont des troubles de cet ordre à des degrés divers, la trisomie affectant moins de 0,2 % des naissances. Cherchez l'erreur.
Si on ajoute à cela des traitements inadaptés, on peut dire que la France est un pays largement sous développé dans ce domaine, et que cela lui coûte très cher. Faute de prise en charge précoce et adaptée les enfants ne peuvent en effet acquérir l'autonomie nécessaire à un insertion au moins partielle dans la société et restent donc une charge pour les familles et la société, sans compter les conséquences psychologiques.




 betinaweb a écrit [27/03/2011 - 19h10 ]  
betinaweb

Mardi soir,sur France 5 il y a une émission Autisme,l'espoir;
Etat des lieux sur l'accompagnement en France des autistes et de leurs familles et sur les thérapies comportementales importantes des Etats-Unis et du Canada.

Pour information,pour ceux qui sont intéressés.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [27/03/2011 - 19h38 ]  
papiguy

Merci betina :-)




 christianna a écrit [27/03/2011 - 21h03 ]  
christianna

Bonsoir,
J'ai regarde tes sites papiguy.
En effet il est plus facile de rejeter la faute sur les parents plutot que d'en chercher une cause neurologique mais les connaissances sur la neurologie evolue chaque jour et la psychologie n'est pas une science donc des erreurs sont possibles. Personnellement je trouve que ses familles ont beaucoup de dignite et de courage face a la maladie pour la confronter et pour avoir le meilleur pour ses enfants donc il est vrai qu'en les accusant on ne fait que leur rajouter un probleme.
Dans les definitions sur l'autisme on voit que c'est un trouble du developpement caractérisé par des perturbations dans les domaines des interactions sociales réciproques, de la communication et par des comportements et qu'aucune notion sur la neuroscience y intervient.
Ensuite pour le 2e site que tu as mis en effet la classification de l'autisme en trois groupe n'est pas "bonne" puisqu'ayant suivit des cours de psychologie les etapes qu'ils donnent sont des etapes d'un bebe physiologique.
Quand tu dis qu'un simple psychologue ayant suivi une formation sur l'autisme peut le diagnostiquer je n'en suis pas certaine puisque dans les C.A.M.S.P il faut l'avis de plusieurs professionnels pour que le diagnostique tombe comme pour un dyslexique et autre.




 papiguy a écrit [27/03/2011 - 21h49 ]  
papiguy

chritianna,
Il ne faut pas confondre le diagnostic clinique et le diagnostic administratif qui en France ne peut intervenir avant l'âge de trois ans et conditionne la prise en charge éventuelle par les organismes sociaux.

Une famille que je connais avait constaté des anomalies dans le comportement de leur enfant, dès l'âge de 18 mois: retard à la marche, pas de réponse à l'appel de son prénom, pas d'interaction visuelle, mémoire visuelle élevée,.....

Ils ont signalé ces éléments à leur pédiatre qui n'a "rien vu", puis ont conduit l'enfant dans deux hôpitaux ou le refus d'émettre un diagnostic leur a été confirmé.

Ils se sont documentés sur de nombreux sites, ont découvert le test CHAT et l'ayant utilisé sont arrivés au diagnostic d'autisme de haut niveau.
Sur cette base ils ont commencé un traitement sur la base de la méthode ABA auquel a été ajouté l'appel à un psychomotricien et un orthophoniste.

Ils ont eux même suivi une formation à l'ABA et ont eu recours à un médecin comportementaliste afin d'améliorer leur propre comportement vis à vis de leur enfant, et apprendre dans un premier temps à maîtriser des colères qui pouvaient durer des dizaines de minutes.

Les différentes thérapies ont commencé dès l'âge de 2 ans et demi et après quelques semaines les progrès étaient sensibles.

La scolarisation en maternelle s'est faite sans problème (malgré l'opposition initiale du psychologue), grâce à des enseignants intelligents et motivés qui ont accepté une intervention du psy ABA (qui suivait l'enfant) à l'école pour voir le comportement de l'enfant et donner des indications aux enseignants et à l'AVS.

La méthode ABA a permis de gros progrès, mais à partir d'un certain stade il devient nécessaire de stimuler l'esprit d'initiative, la curiosité et là encore on ne trouve rien en France sur le sujet. C'est aux USA que les parents ont trouvé un médecin qui s'est spécialisé sur ce sujet. Ils ont commencé à utiliser son approche avec quelques résultats encourageants.

Cependant tout peut être remis en question lors du changement d'année scolaire si l'enseignant n'a pas la "bonne approche" ou n'est pas motivé. On peut voir réapparaitre des comportements qui avaient disparu (colères) ou voir de nouveaux comportements inadaptés (agressivité).




 christianna a écrit [28/03/2011 - 20h52 ]  
christianna

Bonsoir,
Je pensais que l'admnistration se basait sur le diagnostic medicale pas qu'il y avait aussi un diagnostic administratif a moins que ca ne soit pas la meme chose...
La famille que tu connais est tres courageuse je n'ais pas de proche ayant d'enfant handicape donc ce n'est qu'une approche exterieur medicale que j'ai.
Mais je reste quand meme sur ma position pour mettre un enfant dans une ecole specialisee ou alors que s'ils sont aptes dans cette ecole qu'elle leur serve de tremplin pour aller dans une ecole normale.




 papiguy a écrit [28/03/2011 - 22h30 ]  
papiguy

christianna,
il n'y a pas de règle, et rien n'est plus nuisible que les positions bien arrêtées et les guerres de chapelles. Les enfants sont tous différents et c'est un bilan de compétences qui permet seul de définir la meilleure formule. Encore fait-il savoir faire ce bilan, ce qui n'est pas le cas pour beaucoup de psy.
A titre d'exemple l'enfant dont je parlais partage son temps entre un IME (ABA) et l'école maternelle oû un des animateurs de l'IME l'accompagne pour jouer le rôle d'AVS. L'année précédente il l'a passée uniquement à l'école maternelle, l'instituteur s'étant bien impliqué et ayant collaboré avec le psy ABA qui suit l'enfant depuis près de 3 ans.
Le principal problème est la formation inégale des personnes en contact avec les autistes, que ce soit à l'école publique ou dans les établissements spécialisés. Ne parlons pas des hôpitaux de jour qui sont la plupart du temps des garderies oû les enfants recoivent une camisole chimique ou bien sont soumis à des traitements "expérimentaux" aussi stupides les uns que les autres, par exemple le packing:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Packing


Ce que j'appelle le diagnostic "administratif" est lié au fait qu'aucun médecin ne posera de diagnostic d'autisme par écrit avant que l'enfant ait 3 ans, ce qui peut retarder la prise en charge, même s'il constate qu'il est bien en présence d'un enfant autiste..




 christianna a écrit [29/03/2011 - 15h04 ]  
christianna

Bonjour,
D'accord pour diagnostic administratif.
Je suis tout a fait d'accord les positions arretees ne menent a rien et c'est sur qu'un enfant est different d'un autre donc il faut que les instituteurs aient une formation s'ils le souhaitent pour accueillir un enfant autiste dans leur classe. Peut etre que ca aidera certains enfants mais pas tous c'est pour ca que je preconise aussi la place des ecoles specialises pour les plus atteints de la maladie.




 betinaweb a écrit [29/03/2011 - 15h18 ]  
betinaweb

Il faut que chaque enfant autiste puisse trouver la place qui lui correspond et qu'il ne soit pas condamné d'avance à entrer dans une case.Ils sont tous tellement différents.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [29/03/2011 - 21h37 ]  
papiguy

Une émission en cours sur l'autisme sur France 5




 christianna a écrit [29/03/2011 - 21h39 ]  
christianna

Sur arte?? moi j'ai une femme qui parle de son cancer du sein




 papiguy a écrit [29/03/2011 - 21h41 ]  
papiguy

Sur la 5




 christianna a écrit [29/03/2011 - 21h44 ]  
christianna

Sniiif je n'ai pas cette chaine !! Merci cependant.




 papiguy a écrit [29/03/2011 - 21h46 ]  
papiguy

Tu peux voir l'émission ici
http://www.tv-replay.fr/programmes-tv/france5-pluzz/nc/date/1.html

Je l'ai trouvée très "juste" compte-tenu de ce que je connais.




 christianna a écrit [29/03/2011 - 21h49 ]  
christianna

Merci beaucoup!
Juste c'est a dire limitée ou juste dans le sens que c'est une bonne emission?




 betinaweb a écrit [29/03/2011 - 22h02 ]  
betinaweb

Très bien cette émission,la méthode ABA est formidable mais demande beaucoup d'investissement de la part des parents.Ce n'est pas à la portée de toutes les familles,il faut déjà avoir un certain niveau.
Tous les autistes ne pourront pas s'en sortir de la même façon,il y a tellement de différences entre les enfants.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [29/03/2011 - 22h40 ]  
papiguy

La méthode ABA permet d'obtenir des progrès mais sous réserve qu'elle soit utilisée par des personnes expérimentées. Je viens d'avoir une conversation avec une mère d'enfant autiste qui me l'a confirmé en disant "la méthode ABA ne dispense pas les éducateurs d'utiliser leur bon sens".

L'émission ne doit pas non plus laisser croire que tous les enfants progresseront au même rythme et atteindront une autonomie suffisante pour pouvoir se passer d'aide.

Des statistiques américaines montrent en effet que tous les enfants "Asperger" (autistes de haut niveau sans déficit intellectuel, voire avec un QI supérieur à la moyenne) suivaient la même trajectoire quelles que soient les modalités de prise en charge.
Il n'y a pas de thérapie miracle mais des outils qu'il faut utiliser au bon moment et faire évoluer.

Il faut en particulier savoir détailler les processus d'apprentissage, et c'est ce qu'a souligné une institutrice dans l'émission "grâce au travail effectué avec des autistes on peut maintenant prendre en charge plus facilement d'autres enfants ayant des problèmes". Une de mes parente institutrice me l'avait déjà dit "la pédagogie de tous les jours avec les enfants aurait beaucoup à gagner en s'inspirant des méthodes comportementalistes telles l'ABA".
Une institutrice motivée ayant des rudiments d'ABA sera plus efficace qu'un psychologue diplômé formé de façon théorique à l'ABA et n'ayant aucune expérience de terrain.




 cochise_fr a écrit [29/03/2011 - 23h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Vous qui semblez bien connaitre ces problèmes d'autisme..... quel en est le cout pour les familles et quel en est le cout pour la société.?
Parce que les Yaka et les Faukon oublient souvent que l'argent est le nerf de la guerre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/03/2011 - 23h45 ]  
papiguy

Entre 1500 et 2000 euros par mois pour une famille que le connais, dont environ 500 euros sont pris en charge par les organismes sociaux. Ceci va durer de 10 à 15 ans et une minorité ne coûtera plus rien à la société car socialisés. Si l'investissement peut se faire, il est "rentable" sur le long terme.

Pour la grande majorité c'est l'hôpital de jour soit une pièce, une aide soignante et quelques remèdes pour que les enfants restent tranquilles parce qu'on ne peut pas ou ne sait pas s'occuper d'eux. Ceci pendant toute la vie et à fonds et vies perdus.




 betinaweb a écrit [30/03/2011 - 00h08 ]  
betinaweb

Le problème est que peu de famille peuvent mettre 1500 euros pour leur enfant,la prise en charge devrait être totale.
Papiguy,tu oublies de signaler qu'en France,il y a un manque de place pour accueillir les grands jeunes dans les structures.Nous avons des amis qui ont leur fils placé en Belgique,il revient tous les week-end.Il n'y avait aucune structure pour l'accueillir,autiste très difficile à gérer donc débrouillez-vous.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 cochise_fr a écrit [30/03/2011 - 00h15 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Et quand l'autiste est chez des smicards.... comment ils font.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/03/2011 - 00h39 ]  
papiguy

cochise_fr,
c'est ce que j'ai dit, hôpital de jour. Les parents sont totalement désarmés et impuissants.
La situation en France est lamentable.




 betinaweb a écrit [30/03/2011 - 00h47 ]  
betinaweb

En France,on parle beaucoup,on pond des lois comme la belle loi des handicapés de 2005 qui n'est pas appliquée ou si peu et on se glorifie.
Rien n'est fait pour les handicapés et les finances diminuent de plus en plus alors que la demande est là.
C'est une honte.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 aiguemarine a écrit [30/03/2011 - 00h54 ]  
aiguemarine

J'ai regardé ce reportage très intéressant qui concernait ces enfants autistes et ce qui me choque terriblement et me fait mal au coeur c'est leur avenir une fois devenus adultes .
Ceux qui ont les parents pour continuer à s'occuper d'eux c'est formidable bien que la charge pour les parents soient très lourde mais ceux qui n'ont pas de famille ils se retrouvent en milieu psychiatrique parce qu'il n'y a pas assez de structures adaptées en France .
C'est pas normal dans un pays évolué comme le notre et je ne comprend pas pourquoi en France le gouvernement ne fait rien pour ce sérieux problème qui est celui de la prise en charge des personnes handicapées enfants et adultes .

Tout l'amour donné , toute l'énergie dépensée pour permettre à son enfant autiste de se développer et de grandir du mieux possible elle aura servit à quoi si une fois devenu adulte il doit finir en psychiatrie ?
C'est la question que je me pose en pensant aux parents , à leurs enfants , à toutes ces vies gâchées .
















 papiguy a écrit [30/03/2011 - 01h42 ]  
papiguy

Aller s'occuper des populations libyennes en danger est quand même plus rentable pour notre industrie, et puis les vrais autistes ne doivent pas voter souvent.
C'est à croire que les autistes ne sont pas ceux qu'on pense.
A la place de faire le procès de certaines religions et de parler de laïcité certains feraient mieux de parler de la religion du profit !




 cochise_fr a écrit [30/03/2011 - 01h53 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bah oui, mais dès qu'on parle de taxation des revenus, tout le monde crie au scandale...... alors, il faudrait être cohérent..... surtout qu'il n'y a pas que les handicapés qui sont dans ce cas, il y a aussi les 10 millions de pauvres en France.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 aiguemarine a écrit [30/03/2011 - 04h03 ]  
aiguemarine

Papiguy

Je suis bien d'accord avec vous , ceux qui nous gouvernent ne pensent pas avec le coeur mais avec le porte feuille hélas .

Cochise

Il y a du fric pour l'armement par exemple alors c'est pas la peine de dire qu'on rale quand on est taxé de partout !
Si l'état voulait il pourrait faire quelque chose pour les personnes handicapées le problème ne date pas de hier et il est bien plus grave que celui de la pauvreté .

On parle de personnes malades et handicapées , je considère que la maladie et le handicap est bien plus grave que la misère !












 cochise_fr a écrit [30/03/2011 - 10h19 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je ne suis pas sur que déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul soit la bonne solution.
Si on y regarde avec attention, il y a peu de secteurs de l'économie nationale qui n'aient pas besoin de compléments financiers pour fonctionner normalement même si l'on peut sans doute faire ici ou là quelques réductions de dépenses pas forcément justifiées.

On a pas besoin de faire la guerre, certes, mais on a besoin d'une armée performante pour garantir l'indépendance du pays face à des partenaires hégémoniques, qu'ils soient agressifs ou pas sur le plan militaire. Il y a maintenant bien d'autres façons d'imposer ses vues au monde que les canons, à commencer par les finances et certains pays sont des artistes en la matière.

"On parle de personnes malades et handicapées , je considère que la maladie et le handicap est bien plus grave que la misère !"

Je ne partage pas cette hiérarchie, car la misère est bien souvent la cause de toute une quantité de désagréments divers et variés, dont les maladies et les handicaps ne sont qu'une expression. Anéantir la misère solutionnera simultanément bien des maux de la société, ce qui libèrera des fonds pour d'autres usages comme ceux dont on parle ici. D'ailleurs, si tout le monde pouvait payer les 1500 ou 2000 euros dont vous parliez, il n'y aurait plus de problème, et c'est bien parce que beaucoup n'ont pas ces moyens financiers que des malades ou handicapés (j'ajouterai les personnes âgées) ne sont pas traités comme ils le devraient avec la dignité et le respect auxquels ils ont droit.

C'est donc bien de revenus supplémentaires de solidarité que l'état a besoin, pour le bien public dans tous les domaines, et comme l'argent ne tombe pas du ciel, il faut le prendre là où il se trouve afin de le rendre utile à toute la société.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/03/2011 - 12h17 ]  
papiguy

On peut partager ce point de vue qui sur un plan global parait raisonnable.

Cependant nous parlons de souffrances difficiles à supporter en permanence, et il conviendrait de dégager des moyens pour faire évoluer rapidement une situation inacceptable. L'année de l'autisme en France a vu l'Etat allouer quelques millions d'euros pour l'augmentation de capacité d'un seul centre et "à titre expérimental",... une misère. L'expérience existe pourtant depuis 40 ans dans d'autres pays et on continue à dépenser bêtement des sommes importantes dans des soins qui ne servent à rien si ce n'est à détruire davantage des vies.

Une approche qui ne coûterait rien consisterait à supprimer ce gaspillage nuisible et à ré-allouer les sommes concernées dans la formation de personnel médical et d'éducation à des techniques rodées et utiles, et ceci dans le cadre d'une approche pluridisciplinaire (neurologues, psychologues de terrain, enseignants et associations de parents).

Mais on se heurte aux chapelles du monde médical arc bouté sur des approches improductives sauf pour leur chiffre d'affaire et au manque d'information d'une bonne partie de l'Administration de la Santé.




 cochise_fr a écrit [30/03/2011 - 12h49 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ne croyez pas que l'argent soit dépensé "pour rien"..... il tombe bel et bien dans des poches privées, et si ce n'est pas utile aux malades, cela fait le bien être des entrepreneurs de la science ou de la médecine qui savent très bien détourner des fonds de leur usage initial pour leur propre profit, souvent en toute légalité..




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/03/2011 - 12h55 ]  
papiguy

cochise_fr
Et "approches improductives sauf pour leur chiffre d'affaire" cela signifie quoi ?




 betinaweb a écrit [30/03/2011 - 13h25 ]  
betinaweb

cochise,je ne comprends pas quand vous dites que la maladie et le handicap ne sont qu'une expression de la misère.
La maladie peut en être une mais le handicap?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


Réponses 1 à sur 82
 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  

Répondre à melly






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.