Pourquoi demander un déficit à 3%... au lieu d'un équilibre à 0% dans le budget de l'état ?



cochise_fr
Cette question a été posée par cochise_fr, le 04/05/2013 à à 11h02.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Ressources économie.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 papiguy a écrit [04/05/2013 - 14h07] 
3 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
papiguy

La réponse est dans la question, point stop, le reste...



[ Lire la suite de la réponse écrite par papiguy ]



Réponses



 cochise_fr a écrit [04/05/2013 - 11h02 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
L'escroquerie financière à grande échelle:

Chacun, dans son budget familial, sait ce qu'est un budget en équilibre.
Cela consiste à ne pas dépenser plus qu'on ne gagne, sauf exception, afin de ne pas tomber dans le surendettement.
Le budget de l'état n'échappe pas à la règle.

En France cela fait maintenant 40 ans (oui, oui, 40 ans) que le budget national est en déficit chronique.
On pourrait croire que cela vient d'une mauvaise gestion des gens au pouvoir qui se sont succédés à la tête de l'état décisionnaire......mais il n'en est rien.

Le déficit national EST TOTALEMENT VOLONTAIRE car il permet aux banques d'engranger de substantiels intérêts depuis la loi de 1973 qui oblige l'état français, et depuis, les états européens, à l'inverse de presque tous les autres états dans le monde dont les plus grands - les USA, la Chine, la Russie, le Brésil..le Japon...etc - , à emprunter aux banques avec intérêts au lieu de créer la monnaie dont ils ont besoin à taux d'intérêt nul (0%) comme tous les autres.

Comme cela dure depuis 40 ans, l'état est donc obligé de "faire de la cavalerie", c'est à dire d'emprunter un peu plus chaque année pour couvrir les emprunts précédents par de nouveaux emprunts un peu plus gros qui incluent les intérêts de l'année et le déficit de l'année......et ainsi de suite depuis 40ans....sans discontinuer puisqu'on ne peut plus rembourser d'avantage au regard de la montagne de dette accumulée qui coûte actuellement environ 50 à 60 milliards d'euros PAR AN.

Depuis ces 40 ans, sur les 1890 milliards d'euros de dette accumulée officiellement (la dette réelle est bien supérieure) 1700 milliards ne sont QUE des intérêts bancaires cumulés.

SI ON VEUT COMMENCER A REMBOURSER QUELQUE CHOSE POUR DIMINUER LA DETTE NATIONALE, IL FAUT QUE LA CROISSANCE SOIT SUPÉRIEURE AU DÉFICIT ANNUEL....quel que soit le chiffre de la croissance....actuellement à 0% (voir négatif aux dernières nouvelles).

Il faudrait donc logiquement que le budget national soit au moins à l'équilibre (avec une croissance à 0%) et non à 3% (et à fortiori d'avantage) comme le préconise Bruxelles. Sachant que 1% du PIB représente environ 20 milliards d'euros, un déficit de 4% représentera 80 milliards d'euros de travail des salariés français détournés vers les banques et ajoutés ) la dette nationale générant des intérêts un peu supérieurs aux intérêts annuels précédents pour les années suivantes.

IL N'Y A QU'UNE SEULE MANIÈRE D’ARRÊTER LA MACHINE INFERNALE:

- permettre à la banque centrale, qu'elle soit européenne ou française, de prêter directement aux états ) à taux 0% en interdisant aux banques la création monétaire infinie.
- comme l'Allemagne (et quelques autres) ne veut pas entendre cette solution au sein de l'Europe et bloque ce principe de financement, il ne reste plus que la sortie de l'Euro pour retrouver la monnaie nationale à TOUS les états qui aspirent à un peu de liberté en remplacement de l'esclavage financier entretenu de longue date par de savants voyous de la finance bien représentés au sein des instances dirigeantes des pays et surtout de l'Europe.

N'oubliez jamais que c'est votre travail qui est ainsi donné aux banques casino pour le détourner du bien être des citoyens du pays, de tous les pays européens.

Sans les intérêts bancaires à payer chaque année, c'est 25% de pouvoir d'achat supplémentaire qui serait à disposition de l'état pour le bien-être des citoyens, toutes choses égales par ailleurs.

VOUS NE POURREZ PLUS DIRE: "Je ne savais pas".




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [04/05/2013 - 14h07 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

La réponse est dans la question, point stop, le reste étant de la propagande partisane. et populiste.




 betinaweb a écrit [07/05/2013 - 21h59 ]  
betinaweb

Je vote pour ta réponse papiguy.C'est toujours le même discours qui nous ramène toujours aux mêmes. :-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 ritchi a écrit [08/05/2013 - 09h33 ]  
ritchi

Je maitrise très mal le sujet mais il m’intéresse quand même de plus en plus.
J'ai déjà lu des interventions similaires sur d'autres sites mais quelque chose m'échappe ; pourquoi la France était t-elle déjà aussi endettée avant l'euro ?
Vous dites cochise que ça fait 40 ans que le budget national est en déficit chronique, mais l'Euro n'a pas 40 ans, alors pourquoi sortir de l'euro rétablirait les choses ? C'est ça que j'ai du mal à comprendre.
Merci de m'éclairer.




 papiguy a écrit [08/05/2013 - 10h06 ]  
papiguy

Bah, c'est histoire de pouvoir à son gré s'offrir quelques dévaluations. Même si cela marchait, et on peut en douter car bonjour le retour de l'inflation sur certains produits comme le pétrole ou les produits technologiques (smartphones, tablettes,...), cela ne soignerait momentanément que les symptômes et pas le mal.

Pour restaurer l'équilibre des finances il n'y a que deux remèdes: diminuer les dépenses en évitant les gaspillages, et augmenter les recettes (pas uniquement par l'augmentation du taux d'imposition et des taxes). Cela impose des réformes structurelles qui n'ont d'effet qu'à moyen terme.

Le reste n'est que divagation populiste.




 cochise_fr a écrit [08/05/2013 - 15h04 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Effectivement, Ritchi, ce n'est pas l'euro l'initiateur de la dette nationale.
Le pratique de la dette nationale a été instituée par les anciens voyous de la République qu'étaient George Pompidou (président de la République mais avant fondé de pouvoir de la banque Rothschlld pendant des années) et Valéry Giscard d'Estaing qui ont décidé (avec la bénédiction des financiers américains) d'interdire à la banque de France de financer l'état français (à 0%) et de passer obligatoirement par le marché financier pour les besoins financiers de la politique nationale (moyennant intérêts bien sur, les banquiers n'étant pas philanthropes). Cette loi date de 1973, et depuis cette date, aucun budget national n'a pu (ou n'a voulu) être en équilibre.

Celle pratique a été reprise ensuite par l'Europe (pour l'euro) dans les mêmes conditions et a donc produit les mêmes effets. Comme on ne rembourse pas la totalité du principal, les intérêts s'accumulent et on fait ce qu'en comptabilité d'entreprise on appelle "faire de la cavalerie" c'est à dire rembourser un emprunt par un autre emprunt encore plus gros puisqu'il doit inclure l'ancien, majoré des intérêts supplémentaires et majoré du déficit de l'année en cours. On en est ainsi à environ 1900 milliards de dettes (officielles, la dette réelle est bien plus importante) dont environ 1700 milliards d'intérêts cumulés....depuis 1973....ce qui coûte environ au budget national 50 à 60 milliards d'euros par an.

L'important n'est effectivement pas de sortir de l'euro, mais d'avoir une banque centrale qui crée la monnaie à la place des banques commerciales ET QUI FINANCE LES ÉTATS EN DIRECT SANS INTÉRÊTS. Hors, en Europe, certains pays dont l'Allemagne ne veulent pas de cela (en Europe les décisions doivent se faire à l'unanimité des membres, si 1 seul dit "non", cela ne passe pas) ce qui oblige donc ceux qui voudraient revenir aux anciennes pratiques à sortir de l'euro pour recouvrer leur liberté de créer leur monnaie et de la gérer à leur guise en dehors des banques commerciales.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [08/05/2013 - 15h31 ]  
papiguy

"Le pratique de la dette nationale a été instituée par les anciens voyous de la République qu'étaient George Pompidou "

Il faut relire les manuels d'histoire, car la pratique de la dette est beaucoup plus ancienne, datant de la royauté. Mais le PNB français augmentant régulièrement plus vite que l'inflation, le poids de cette dette restait supportable, et la pratique des budgets en déficit devenait une solution de facilité.
Le ralentissement de l'économie a renversé les tendances et rendu cette pratique suicidaire.

Le financement des déficits par l'emprunt ou l'émission d'obligations assortis d'intérêts versés aux prêteurs n'a pas du tout été imposé par l'arrivée de l'Euro, il existait ainsi bien avant, et il ne faut pas travestir l'histoire.

Un peu de lecture
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique




 cochise_fr a écrit [08/05/2013 - 15h51 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Tout à fait d'accord pour l'antériorité de cette pratique, mais pas pour l'accumulation sur 40 ans.
Cette loi de 1973 aurait pu être appliquée avec l'obligation pour l'état d'un équilibre budgétaire permanent. Même avec cela, il reste les intérêts inutiles à payer aux banques, qui ne seraient indolores QUE quand la croissance dépasserait le taux d'intérêt. C'est cette incohérence des décisions qui a créer la boule de neige en grossissement permanent.

Un état doit rester maître de sa monnaie. C'est une hérésie de confier la création monétaire aux banques.
Et cela n'empêche pas d'avoir une gestion saine de l'état....ce qui n'est plus le cas depuis 40 ans.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [08/05/2013 - 18h10 ]  
papiguy

"mais pas pour l'accumulation sur 40 ans. "
La différence, c'est que dans le passé il ne fallait pas attendre 40 ans pour avoir une dette qui dépassait très largement les ratios que nous connaissons. Ceci signifie que les gouvernants d'aujourd'hui ne sont pas plus "voleurs" "corrompus" ou incapables que ceux d'hier. La gestion de la dette est depuis plusieurs siècles une technique, ce qui montre bien que pour l'état faire des dettes n'est pas nouveau et spécifique aux 40 dernières années.

Quant à être maître de sa monnaie, quel intérêt si c'est pour la voir se déprécier comme dans le passé ?




 cochise_fr a écrit [08/05/2013 - 18h56 ]  
cochise_fr

Bonjour,
FAUX, les taux actuels ne pouvaient pas être atteints puisqu'il n'y avait pas d'intérêts à payer. C'est l'accumulation des intérêts qui mets les pays dans la panade. Si la France n'avait que sa dette de gestion, elle serait largement supportable par l'économie du pays, et on ne connaîtrait pas les problèmes actuels, toutes choses égales par ailleurs.

Quant aux gestionnaires, c'est au détournement des fonds publics qu'il faut les confronter, et là, ils sont bien à la fois voleurs et corrompus depuis des années, quelle que soit la couleur du parti au pouvoir. Le fait que les fruits du travail des salariés soit transféré aux banques n'a rien d'une obligation. S'il avait été utilisé pendant tout ce temps pour l'amélioration globale du bien public, on aurait pas eu un creusement du fossé qui sépare les plus pauvres des plus aisés.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [08/05/2013 - 19h07 ]  
papiguy

"FAUX, les taux actuels ne pouvaient pas être atteints puisqu'il n'y avait pas d'intérêts à payer"

FAUX, il suffit de lire l'article dont j'ai donné le lien. Les prêteurs n'ont jamais avancé de l'argent sans se faire rémunérer.
Il se trouve que les taux d'intérêts actuels auxquels la France emprunte sont très faibles (il est vrai aussi que le taux d'inflation n'est pas très élevé).




 cochise_fr a écrit [08/05/2013 - 20h58 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Eh bah oui.!! et alors.?
Quand l'état crée et gère sa monnaie, on a pas besoin de prêteurs rémunérés....sauf pour les emprunts de voleurs comme celui de Giscard par exemple.

En principe, l'augmentation de la masse monétaire en circulation au gré des besoins devrait suffire SI l'argent n'est pas détourné des circuits économiques vers les thésaurisations privées. C'est là qu'il faut adapter la fiscalisation en fonction des besoins de l'état et de l'usage que peuvent en faire certains particuliers peu scrupuleux. Cette fiscalisation doit être modulable à souhait pour faire en sorte que le maximum d'argent reste circulant dans l'économie réelle. Il appartient aux politiques honnêtes de mettre en place cette fiscalisation. Tous ceux qui ne le font pas (ou facilitent les détournements) sont malhonnêtes, y compris s'ils n'en bénéficient pas personnellement.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [08/05/2013 - 21h04 ]  
betinaweb

Sortir de l'euro serait vraiment une catastrophe,la faillite,la chute de la France.

Sans l'euro,les français auraient perdu beaucoup de leur patrimoine.Nous aurions eu dévaluation sur dévaluation du franc,il faut arrêter avec idée que martèle l'extrême droite.Il faut avancer,c'est tout.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [08/05/2013 - 21h33 ]  
papiguy

Pas grave, betina

Le Grand Chef Indien, piochant dans les "programmes" du FN et de ceux de l'extrême Gauche, est en train de nous démontrer
- que la dette est la plus grande catastrophe qui nous soit arrivée,

mais qu'au lieu de prévoir à terme des budgets en équilibre, voire en excédent, il faut prévoir comment la rendre indolore, et que pour cela:

- on doit faire ce qu'il considère comme une horreur de la part des banques c'est à dire de la cavalerie

- pour cela il faut reprendre le contrôle de sa monnaie (entre parenthèses, l'Etat Français a délégué le contrôle de la monnaie à la Banque de France, membre du directoire de la Banque Européenne qui contrôle l'Euro - il n'y a donc pas abandon du contrôle de la monnaie comme certains voudraient le faire croire, mais contrôle collégial).

- donc, pour reprendre le contrôle (qu'on n'a pas abandonné) de la monnaie, il faut abandonner le pacte de stabilité, sortir de l'Euro et forcément sortir de l'UE.


Autrement dit on veut soigner les symptômes et non la maladie, et ceci avec des remèdes qui risquent de tuer le malade.

Mais il est vrai que plus la situation de dégradera plus les partis populistes ont des chances de recruter des inconscients.




 cochise_fr a écrit [09/05/2013 - 03h07 ]  
cochise_fr

Bonjour,
FAUX, la banque de France a abandonné la création monétaire en 1973, et l'a confiée aux banques moyennant intérêts.

La BCE pourrait agir comme une banque nationale, mais elle ne le fait pas, et c'est justement cela le problème de l'Europe entière....et pas seulement de la France.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [09/05/2013 - 09h36 ]  
papiguy

"FAUX, la banque de France a abandonné la création monétaire en 1973, et l'a confiée aux banques moyennant intérêts."

Toujours FAUX:
" l'article 19 de la loi de 1973 autorise l%u2019État à emprunter à la banque de France, mais il ne permet pas au parlement lui-même de se servir de cette initiative : « Les conditions dans lesquelles l%u2019État peut obtenir de la Banque des avances et des prêts sont fixées par des conventions passées entre le ministre de l'Économie et des Finances et le gouverneur, autorisé par délibération du conseil général. Ces conventions doivent être approuvées par le Parlement. »"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_3_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France


C'est en 1993 qu'a lieu la réforme la plus marquante:

"À compter du 1er janvier 1994, la loi no 93-980 du 4 août 1993 relative au statut de la Banque de France interdit à celle-ci dans son article 3 d'autoriser des découverts ou d'accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics, de même que l'acquisition de titres de leur dette."
https://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_de_France


Il n'y a donc pas 40 ans, mais 20 ans que la Banque de France doit se faire rémunérer par l'Etat. Il faut d'ailleurs signaler que Cette Institution ne pouvait prêter sans intérêts qu'un maximum de 10 milliards d'euros (soit moins de 20 % du déficit des finances publiques), le reste devant venir du marché financier.


Le débat engagé par les partis populistes sur la sortie de l'euro pour permettre à la Banque de France de prêter sans intérêts à l'Etat est donc basé sur une fausse présentation de la réalité des faits.

Au taux actuel auquel la France emprunte soit 2 % en moyenne, les intérêts payés en supplément du fait de l'entrée dans la zone Euro, et de la gestion calamiteuse de la droite, représentent une dépense supplémentaire d'environ 200 millions d'euros. Sortir de l'Euro entraînerait automatiquement une hausse des taux d'intérêts réduisant les effets de la manoeuvre à néant en ne nous laissant que l'inflation, meilleur moyen de paupériser un peu plus les français.

Fausse bonne solution donc, la seule solution logique reste la réduction du déficit pour revenir à des budgets en équilibre, puis excédentaires pour rembourser progressivement la dette.




 cochise_fr a écrit [09/05/2013 - 10h39 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je vous invite à la lecture de cet article:

http://www.atlantico.fr/decryptage/loi-1973-prets-etats-banques-privees-interdiction-banques-centrales-argent-taux-zero-jeanluc-schaffhauser-269187.html

qui fait une excellente description de ces pratiques et de leurs conséquences sur l'économie des états.

Pour ce qui est des intérêts de la dette, ce n'est pas 200 millions mais 50 à 60 milliards PAR AN qu'il faut payer aux banques auxquelles on ne devrait rien avoir à payer du tout. C'est bien sur du en grande partie à l'accumulation de la dette, mais comme je l'ai déjà mentionné, si l'on avait pas institué ce système pernicieux, avec environ 1700 milliards d'euros d'intérêts cumulés payés en 40 ans, la dette réelle serait bien plus supportable et l'économie du pays aurait sans doute pu mieux résister aux attaques extérieures réduisant l'industrie et le commerce français par obligation financières.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [09/05/2013 - 13h40 ]  
papiguy

"Pour ce qui est des intérêts de la dette, ce n'est pas 200 millions mais 50 à 60 milliards PAR AN":
Qui a dit le contraire ? Les 200 millions que j'ai avancé ne concernent que les intérêts de la somme que la Banque de France ne peut plus prêter sans intérêts depuis 1993, il ne faut pas tout mélanger et lire correctement !




 papiguy a écrit [09/05/2013 - 17h27 ]  
papiguy

Pour ce qui concerne le lien donné ci-dessus par cochise_fr, c'est à dire l'article de atlantico, il contient des erreurs flagrantes que j'ai déjà mentionnées en répondant au Grand Chef Indien.

Il ne faut pas se contenter de lire des articles en les prenant pour argent comptant. Quand on cite une loi, il faut en lire le contenu !

Faux et usage de faux.




 betinaweb a écrit [10/05/2013 - 00h49 ]  
betinaweb

Toujours les mêmes,Jean-Luc Schaffhauser est en lien avec le comité de souveraineté nationale.Discours faussé par les extrêmes,dangereux de divulguer des mensonges. :-o




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Berger a écrit [29/10/2013 - 12h57 ]  
Berger

Cochyse, bonjour,

Après vos démonstrations lucides, irréfutables sur cette loi de 1973 digne de l'âge des cavernes, ne pas vous avoir compris relève soit :

- de l'autisme
ou
- d'être chargé de communication par le lobby des banques privées
ou alors,
- des deux à la fois.
Il faut d'urgence abroger cette loi inique, répudier la "dette" provenant des intérêts rackettés, en tous cas récupérer les 1800 milliards d'euros représentant les "intérêts", c'est le cas de le dire.
Ce qui permettrait à Hollande de ne plus toucher aux retraites et allocations familiales, d"arrêter son hystérie fiscale, ses mesures anti sociales.
Pour cela il faut absolument se retirer de l'UE car le veto de Mme. Merkel empêche cette abrogation.
Par ailleurs, les catastrophes qu'entraînerait notre sortie de l'UE souvent proclamées mais jamais expliquées seraient enfin connues de tous

Amitiés
Berger




Berger


 papiguy a écrit [29/10/2013 - 18h54 ]  
papiguy

Combien de fois faudra t'il répéter que les "démonstrations" du FN et de ses sympathisants sont basées sur des postulats faux !
La loi de 1973 n'est pas en cause car elle ne concerne qu'une petite part du financement du déficit. Il faut lire les lois et non se limiter à prendre pour argent comptant ce que déclare le FN. Une précision : le spécialiste des questions fiscales aux FN a été condamné pour exercice illégal de la profession de banquier et de détournement de fonds !
Si on se met à croire ce que racontent les repris de justice....




 cochise_fr a écrit [29/10/2013 - 20h08 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est inutile d'ergoter sur les dates.....la création monétaire DOIT être l’EXCLUSIVITE de chaque état souverain sous la direction de son gouvernement.
C'est d'ailleurs le cas dans la plupart des pays du monde....sauf en Europe, seule exception ou presque.

A ce titre, son usage ne crée aucun intérêt pour la part utilisée en services publics....et peut produire des intérêts au bénéfice de l'état (et non des banques) pour tous les usages privés.

Rien n'empêcherait la Banque européenne de faire la même chose, mais cela suppose que TOUS les services publics de TOUS les états membres soient identiques.....ce qui qui n'est à l'évidence pas le cas puisque l'Europe se construit en dépit du bon sens.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [31/10/2013 - 17h31 ]  
papiguy

Encore tout faux !
La création monétaire dans l'Union Européenne est placée sous la responsabilité de la Banque Européenne dans laquelle la Banque de France est membre du Comité Directeur. Les gouvernements des états membres peuvent influencer les décisions de cette banque. Dire que la France a perdu le contrôle de sa monnaie est un mensonge, elle en assure le contrôle dans un cadre collégial. Par ailleurs, la monnaie unique interdit les dévaluations compétitives entre les pays membres, avec lesquels, il faut le rappeler, nous faisons l'essentiel de notre commerce.
Le reste est pure démagogie frontiste.




 cochise_fr a écrit [31/10/2013 - 18h34 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je ne vois pas en quoi c'est faux....puisque ce que vous décrivez correspond exactement à la réalité qui prive chaque pays de sa souveraineté pour une usine à gaz collégiale...comme vous dites...c'est à dire incapable de prendre la moindre décision.

La banque centrale européenne pourrait très bien agir à l'égard de l'ensemble des pays de l'Europe comme je le décrit pour la France en France, mais il y a des pays européens totalement opposés à cette pratique, dont l'Allemagne, ce qui ferme toute négociation.....d'où l'utilité urgente de quitter cette Europe là pour retrouver notre indépendance et notre souveraineté.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [31/10/2013 - 23h59 ]  
papiguy

Alors il faut consulter un ophtalmologiste d'urgence....
Ce n'est pas l'accumulation d'affirmations gratuites qui fait un raisonnement .




Répondre à cochise_fr






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.