Pourquoi désirons-nous la propriété ?



dunamis
Cette question a été posée par Dunamis, le 18/01/2011 à à 14h48.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Réflexions.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 Dunamis a écrit [20/01/2011 - 16h29] 
2 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
Dunamis

Oui CdP, je parle des débordemments auquels on...



[ Lire la suite de la réponse écrite par Dunamis ]



Réponses



 Dunamis a écrit [18/01/2011 - 14h48 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Dunamis

Qu'est ce qui pousse à l'achat, à la possession ?
De quoi découle la cupidité et la folie des grandeurs ?

Cherchons-nous une identité, un existence, une sécurité ?




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 coeur de patate a écrit [18/01/2011 - 15h33 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
coeur de patate

bonne question universelle !! et philosophique !! il faut peut être mettre ça sur l'esprit du pouvoir ! aux temps primitifs ceux qui possédait le feu avait le pouvoir sur les autres ? Et ceux qui possédait le fer ensuite et ainsi de suite !

chez l'animal c'est surtout posséder de la nourriture , les droits de saillies sur une femelle pour se reproduire , et une tanière ! avec un point d'eau !!




ciao!


 jolonna a écrit [18/01/2011 - 16h18 ]  
jolonna

Pourquoi désirons nous la propriété ! grande question, déjà de savoir exactement ce que représente la propriété ! Je pense par exemple, que de vouloir posséder, une maison ou appartement, c'est un but dans la vie tout à fait louable, je pense, que de savoir que l'on possédera sa maison à la retraite, rassure pas mal de gens, cette possession assure dans la tête des gens une certaine sécurité, quant à l'avenir. Maintenant quand il s'agit de posséder... pour posséder, c'est tout autre chose, la cupidité ou le désir immodéré de posséder des richesses, de l'argent, des choses, relève tout simplement d'une certaine forme de trouble psychique, les personnes qui n'arrêtent pas d'acheter, qui ont la fièvre acheteuse, compensent très certainement un manque dans leur vie, elles veulent aussi souvent prouver quelques choses aux autres, pour elles, ce doit être synonyme d'être reconnues, d'avoir réussi leur vie. La folie des grandeurs, c'est aussi un trouble de la personnalité. De toute façon, le fait posséder de l'argent, des biens, etc... nous mènera tous, quand même au même endroit... alors à quoi bon.




 Leumas80 a écrit [18/01/2011 - 16h28 ]  
Leumas80

Comme le dit jolonna, je pense qu'on est tous soumis à un manque dans certains domaines, légitime, ou non.
Pour le combler, on ressent le besoin d'avoir, d'obtenir, d'acheter (ou de voler?)...
Mais ce besoin n'est jamais comblé, et pour cause, notre société actuelle crée de multiples autres besoins inutiles, qu'il nous faut absolument posséder, peut être pour ne pas mourir idiot.
On parle de propriété physique, mais ce besoin, ce manque, peut être également plus subtil, comme les loisirs, la connaissance ou l'amitié.
En effet, des gens rêvent de faire un tour en famille à Disneyland, seraient capable de tout pour connaitre l'avenir ou son passé, sans compter les réseaux sociaux et autres sites de rencontres, créés spécialement pour ceux qui sont en manque d'amitié.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 Dunamis a écrit [18/01/2011 - 16h31 ]  
Dunamis

CdP, l'homme ne se contente pas de nourriture, sexe et boisson comme le font les animaux.

jolonna, si nous allons tous au même endroit, certains iront plus vite que d'autres et en moins bon état. Certaines possessions sont indispensables, comme le logement que tu as évoqué.

Il arrive que des hommes renoncent à toute forme d'Avoir. Certains SDF choisissent la rue. Pourtant, on veut les aider en les sortant de ce que nous appelons la misère.
Dans ce cas là, sommes-nous coupables de vouloir nous approprier leur liberté d'agir pour ce que nous identifions comme bien et ce contre leur gré ?

La misère, c'est bien de manquer de quelque chose. Alors, quelle chose nous manque au point de nous pousser vers les biens ?




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 Dunamis a écrit [18/01/2011 - 16h33 ]  
Dunamis

Il doit y avoir une possession autre que celles que nous connaissons, qui nous pousse vers des dérivatifs qui ne nous satisfont pourtant pas. Une possession que nous ne savons pas nommer.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 coeur de patate a écrit [18/01/2011 - 16h46 ]  
coeur de patate

oui les hommes sont possédés par les démons !! :-D

oui mais je voulait dire que l'homme au départ était comme l'animal !
enfin l'origine de l'homme est bien animal !
la convoitise des richesses est venue progressivement avec l'apparition de ses mêmes richesses !!

et je continus à dire que c'est une histoire de pourvoir sur les autres,

il y a un embryon d'instinct de propriété chez le lion par exemple !
quand quelques autres s'approche de la carcasse de la proie qu'il vient de chasser !!
et pour l'homme ça viens de la c'est assez primitif je dirais !!




ciao!


 papiguy a écrit [18/01/2011 - 17h44 ]  
papiguy

L'approche de coeur de patate me parait frappée au coin du bon sens, y compris dans sa première réponse.
On parle bien de l'instinct de propriété qui peut encore conduire l'homme à avoir des réactions animales.
La jalousie n'est-elle pas une expression de cet instinct appliquée au couple ?
De la même façon qu'un animal délimite souvent son terrain de chasse qui lui permet d'assurer sa survie alimentaire, l'homme a toujours voulu protéger ou étendre le territoire sur lequel il s'était établi, chassait, puis cultivait la terre.

Il s'est d'abord agi d'assurer la survie de l'espèce puis de l'individu et du clan.
Plus récemment certains ont parlé d'espace vital pour justifier tous les excès.

Les sociétés évoluant, la notion de propriété s'est modifiée comme cela a déjà été dit, mais les mêmes ressorts la sous-tendent




 coeur de patate a écrit [18/01/2011 - 18h58 ]  
coeur de patate

merci Papiguy pour une fois que je ne passe pas pour un abruti ! c'est sympa !! :-D

je pense que Dunamis nous parle des débordements contemporains du sens de la propriété ostentatoire !
c'est a dire du ""(regardéz moi je suis plus riche et donc puissant que vous bande de minables)""

que j'ai souvent observé en Espagne et en France aussi peut être un peu moins !
mais en Espagne il y a eu un phénomène d'arrivisme notoire pour la simple raison que de grosses fortunes ce sont fait en peu de temps !!
et l'orgueil du pauvre qui devient riche, est de montrer son ascension sociale en étant démonstratif !! et dans ce cas c'est l'escalade à la bêtise de la surconsommation pour avoir mieux que son voisin !

c'est vrai Dunamis je reconnais que la nous sommes loin du lion qui mange sa proie !!
mais c'est le temps de l'évolution de l'homme !
ou de sa décadence intellectuelle ! je suis sans doute hors sujet ?? :-D




ciao!


 Wisty a écrit [19/01/2011 - 00h42 ]  
Wisty

Bonsoir à tous (tes),

Pour répondre à ta question Dunamis, je pense, qu'outre les réactions de cdp et de Papiguy, Leumas et joanna, je ne vois pas réellement le problème de vouloir ce que l'on désire, du moins si l'on en possède les moyens, sans pour autant avoir des attitudes de supériorités comme beaucoup ont.
Dans la vie, il est utile de se donner un but logique , où la nécessité l'impose.
Il est vrai, qu'un nouveau riche, va se gonfler le coup. Cela c'est connu.

- Blague à part, vu l'économie en baisse, c'est peut-être pour cela qu'il y a de nombreux faux billets de 50 et 20 € en circulation.




Wisty


 betinaweb a écrit [19/01/2011 - 01h41 ]  
betinaweb

Nous sommes dans une société de surconsommation.Acheter,posséder est devenu presque naturel chez beaucoup.
Il faut toujours plus,le dernier truc à la mode,les jeunes y sont très réceptifs,mais il n'y a pas qu'eux beaucoup de familles surendettées ne sont pas des familles dans le besoin mais des familles de classe moyenne qui consomment plus qu'elles ne gagnent.
Vivre dans le paraître semble important pour certains,et tout est fait pour ça.

Je pense que les gens se désintéressant de leurs congénères,vivant que pour eux,ont l'impression d'exister à travers ce qu'ils possèdent.Ils compensent leur mal-être.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 ladysky a écrit [19/01/2011 - 02h01 ]  
ladysky

ah oui oui oui dunamis bonne question :-D

alors propriété = obtenir = vouloir = désir, l'homme est doté de pulsions qui le poussent à avoir des désirs fort d'autres qui le sont moins et se traduisent par des souhaits, ces pulsions éveillent l'intérêt que l'on a pour un objet, une chose ou pour une "personne" (des guillemets car on ne possède pas une personne mais parfois c'est équivalent au sentiments que manifeste l'homme d'où le sentiment d'appartenance,en passant par cette sensation de peur, d'angoisse qui se traduit par la de "violence" donc la jalousie ).
Réussir a obtenir l'objet tant convoité c'est avoir le sentiment de sécurité, c'est aussi atteindre son but et se donner satisfaction propre, pouvoir se prouver a soi et à autrui dans certains cas de son "pouvoir".
Tout ce qui entre dans la spécificité de "propriété" c'est la notion de plaisir, de responsabilité, d'engagement, c'est le ying et le yang c'est à dire qu'elle révèle tout ce qu'il y a de bon en nous et pour nous, et inversement tout ce qu'il y a de pire en nous et pour nous et créer un rapport à autrui ou a "la" chose d'une manière singulière au point d'en instaurer la fameuse domination, dominer c'est avoir le pouvoir mais c'est aussi avoir "cette" chose tant désirée et toute ces choses que l'on est en mesure d'obtenir par ses propres moyens, par son pouvoir tout en ayant LE pouvoir sur CA.

conclusion : pourquoi? je ne sais pas loool




il y a des regrets qui resteront éternels quoique l'on puisse faire c'est comme ça...


 bougainvilliee a écrit [19/01/2011 - 09h56 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

sur un tel sujet, il faut considérer la réflexion de Proud'hon qui disait :
"la propriété est du vol".

Sa formule traduisait bien ce qu'il en est.

La terre, cet espace commun, appartenait au départ à l'homme, à tout homme.
Comme l'air, comme l'eau...

Puis vint ce qui a régit, en bien et en mal, ce que nous sommes devenus : le cultivateur, le sédentaire.
L'homme, jusque là, vivait en nomade, de chasse, de cueillette et d'élevage primaire et ne faisait donc que passer.

Le cultivateur lui fut obligé de rester sur place pour surveiller sa récolte (des voleurs, des animaux, des intempéries, etc.), puis éleva, toujours dans un but de protection, des barrières et des haies autour de ses cultures, en interdisant le libre accés aux autres hommes, aux nomades (qui devinrent à ses yeux des pillards).

Il considérait que sa récolte était à lui, ce qui était juste.
Puis que la terre, qui supportait sa culture, lui appartenait.
Là commença le vol : il s'appropriait une partie de l'espace commun à tous les hommes, et le faisait sien.




Le doute est ma seule certitude


 Dunamis a écrit [20/01/2011 - 16h29 ]  
Dunamis

Oui CdP, je parle des débordemments auquels on assiste.

Bougain, tu parle de vol d'une terre, comment réagissons-nous quand le fruit de NOTRE labeur va dans les poches d'un autre ?

Quand je pense aux salaires indécents que touchent une minorité de la population. Les acteurs, les présentateurs télé, les sportifs de haut niveau,...
C'est pire que de la surconsommation, c'est de la surenchère.
je ne vois pas en quoi ils sont bons de faire des dons. Proportionnellement, ils ne donnent pas plus que le quidam du coin et eux ne le font pas sans arrière-pensée.
Ils n'offrent pas ce qu'ils possèdent.
La propriété des biens est assez malmenée, sans en plus s'approprier la souffrance des gens pour un coup de pub.
Cela me fait penser à cette phrase : "tu prend ma place, tu pend mon handicap".
On nous assomme avec des demandes de dons, mais les personnes que nous voulons aider ne touchent rien.
Pourquoi ce que nous cédons ne bénéficie pas à leurs destinataires ?
Pourquoi tout doit-il avoir un prix ?

Je crois que nous confondons sécurité fianancière et bien-être. Un homme qui se sens bien en ayant peu de chose ne voudra rien de plus.
Un autre, qui possède beaucoup mais ne se sens pas en accord avec lui-même, voudra plus.
C'est une fuite.

Nous avons confondu le "bien être" au profit du "tout avoir".

En tout cas, c'est la conclusion que je tire de tout vos posts.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [20/01/2011 - 16h47 ]  
papiguy

Dunamis, sans réfléchir beaucoup, on ne peut qu'être d'accord avec ta réponse pour laquelle je vote des deux mains.




 coeur de patate a écrit [20/01/2011 - 16h53 ]  
coeur de patate

moi aussi ! nah !! :-D




ciao!


 bougainvilliee a écrit [20/01/2011 - 17h57 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,

Dunamis, ce que tu décris est la suite logique de la sédentarisation, qui fut plus tard la base du système marchand qui s'est développé jusqu'à aujourd'hui.

Le cultivateur, qui s'est arrêté de nomader pour cultiver au lieu de cueillir, était en butte aux nomades (que ses clôtures gênaient), qui étaient, encore pour un temps, les plus nombreux et ne faisaient guère de différence entre cueillette et pillage.

Le sédentaire amassait ses récoltes, ce qui l'assujettissait encore plus au lieu ou il se trouvait.
Créant des greniers, qui lui permettait de faire la soudure entre ses récoltes.
Mais il était si préoccupé par toutes ses activités de cultivateur, qu'il savait peu se défendre contre les pillards.

Aussi, certains nomades qui, étant des chasseurs et pillards, connaissaient bien le maniement des armes, proposèrent au cultivateur, de le protéger, en compensation celui-ci leur donneraient un peu de leur récolte.

C'est ainsi que sont nés les impôts, taxes, armées, police, princes et marchands (qui se sont enrichis sur le dos des cultivateurs (travailleurs), victimes à la fois consentantes et contraintes d'un système devenu désormais bien installé, voire irréversible).






Le doute est ma seule certitude


 Dunamis a écrit [23/01/2011 - 20h28 ]  
Dunamis

Rectification Bougain, c'est parce que se nourrir en suivant les troupeaux était trop dangereux que l'Homme s'est sédentarisé.

Au départ, nulle question de tarif et d'argent. Tout se gérait au troc. Tu me rend un service, je t'en rend un aussi.

La notion de propriété à quasiment toujours existé.
La monnaie, donc la valeur d'un bien (ou d'un mal) fut créé en mésopotamie si je ne m'abuse.
En tout cas, c'est Alexandre Le Grand lui-même qui a propagé la monnaie pour sa cupidité et sa mégalomanie personnelle.

Et avec cela, il a mis à mal le troc qui a disparu. La création de la monnaie a rétiré la valeur d'une compétence au profit d'un morceau de métal, qui lui ayant matériellement moins de valeur que quoi que ce soit, remplace l'équité.
On ne peut pas triché sur un travail effectué. Sur une pièce, si, pense à l'arrivé de l'Euro.

Donc le vol, c'est la monnaie. Et malheureusement, la monnaie, ce n'est pas nous ! Donc, les voleurs, ce n'est pas nous non-plus. Ni les propriétaires, d'ailleurs.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 bougainvilliee a écrit [23/01/2011 - 21h05 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,

Pour répondre à la question qui est :
"Pourquoi désirons-nous la propriété ?"

Sans doute parce que dans le temps, les possédants, les riches étaient propriétaires de leurs biens et domaines, et que, à l'inverse, les pauvres, n'avaient rien, et étaient au service des possédants.

Dès lors, dès que les gens l'ont pu, ils ont désiré être propriétaire, pensant par là accéder, à la classe des possédants, donc des riches.

Il semble donc que ce soit le désir de promotion sociale qui poussent les gens à devenir propriétaires.




Le doute est ma seule certitude


Répondre à Dunamis






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.