Tout perdre ne voudrait t-il pas dire tout gagner ?



toli
Cette question a été posée par Toli, le 17/01/2012 à à 13h27.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Réflexions.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 papiguy a écrit [17/01/2012 - 15h31] 
3 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
papiguy

Le superficiel est aussi le masque de la pauvreté,...



[ Lire la suite de la réponse écrite par papiguy ]



Réponses



 Toli a écrit [17/01/2012 - 13h27 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Toli

Dans cette société basée sur la consommation et le matérialisme, tout perdre ne pourrait t-il être la solution pour reprendre conscience de ce qui est réellement important ? Pensez-vous que parvenir à se passer du superficiel est synonyme d’échec comme on l'entend un peu partout ?




«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»


 papiguy a écrit [17/01/2012 - 15h31 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

Le superficiel est aussi le masque de la pauvreté, matérielle ou affective, un moyen de (sur)vivre dans l'illusion, une béquille à l'âme.
Reste à savoir ce qui est important, se priver de la béquille et se faire mal en retombant sur un essentiel ébréché, ou continuer à survivre dans le virtuel et l'artificiel ?

Il est vrai que ce n'est que lorsqu'on est privé d'une chose ou d'un être qu'on en mesure l'importance et qu'on peut faire un retour sur l'essentiel.

Ce devrait être le fond du débat d'une élection importante, car conditionnant des choix à faire.




 Mana a écrit [17/01/2012 - 15h43 ]  
Mana

C'est un énorme risque à prendre que de repartir à zéro en écartant le superficiel... Je ne doute pas que ton raisonnement soit juste, mais qui est encore capable de vouloir tout jeter à la poubelle pour recommencer ?
Tout perdre, c'est tout gagner, seulement pour ceux qui le veulent et qui ont la force de tout recommencer avec un tel optimisme. Car il faut être sacrément optimiste pour se dire "chanceux" quand on perd tout, personnellement j'admire ce mode de pensée et je pense que je ne serais pas capable d'une telle prouesse étant ensevelie par les sables mouvants de la consommation.




"If you talk to God you're religious. If God talks to you, you're psychotic."


 framboise72 a écrit [17/01/2012 - 15h56 ]  
framboise72

Optimiste peut être mana.Je ne suis pas optimiste à 100% hélas,car j'aurais voulu l'être,mais dans mon malheur,quand j'ai des tuiles,ou que je vis pas ce que je voudrais,j'essaie de penser aux gens plus pauvres plus malheureux. Exemple hier j'ai lu sur un magazine que des femmes dans un pays étaient en prison et voyaient peu leur gosses,elles vivent dans des conditions lamentables ainsi que leur enfants.Je me dis que ces gosses et femmes là ca doit pas être rose pour eux.Et pourtant ils survivent!la survie de certaines personnes que j'admire,dans la presse,ou les actualités,mais j'aime particulièrement trois ou quatre personnes qui ont soit perdu la vue et l'ouïe précocement,enfant même,soit perdu l'usage de leurs jambes,comme j'ai vu ca sur un journal et le gars a fait un marathon,ca ca m'aide a lutter et me dire que j'y vois clair,j'ai cette chance,j'entends,je marche,j'ai mes deux jambes,je ne meurs pas de faim.Je peux me faire des plaisirs de temps en temps. La superficialité est aussi un cache misère je pense,elle sert à masquer la détresse, affective souvent.Et la pire détresse a mes yeux nest pas matérialiste meme si on doit avoir un minimum pour vivre mais relationelle,affective.




 missterre.80 a écrit [17/01/2012 - 16h53 ]  
missterre.80

Bonjour Toli,

Tout perdre matériellement est une terrible épreuve pour un matérialiste, tout perdre affectivement est aussi une terrible épreuve pour un sentimental...

Perde le matériel pour un être sentimental est moindre, perdre l'affection pour un matérialiste est moindre...

La question est de savoir dans quelle catégorie tu te situes ? L'une ou l'autre ou les deux ?

On ne vit pas d'amour et d'eau fraiche, l'argent ne fait pas le bonheur des pauvres etc..

Quand on n'a plus rien, on n'a plus rien à perdre... Euh ? Nan rien.... Chais pu.... ;-)


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour framboise72,

Si ton voisin se casse la jambe tu n'auras pas moins mal aux dents...

Autrement dit, la souffrance des autres, même quand elle est supérieure, ne nous enlève pas la notre, elle nous en détourne un instant en nous culpabilisant de souffrir pour moins qu'eux...

Bises, bonne soirée !




Natacha


 framboise72 a écrit [17/01/2012 - 17h01 ]  
framboise72

Je comprends ce que tu veux dire missterre mais relativiser ses malheur est important.Certes les malheurs des autres nenlèvent pas les notres mais on peut pas vivre en se regardant le nombril.ce n'est pas sain!il faut se décentrer même dans le malheur,ca aide a aller un peu mieux.




 carter a écrit [17/01/2012 - 19h15 ]  
carter


« Les objets que tu possèdes finissent par te posséder » Nietzsche.

Il est évident que nous vivons à côté d’une crise économique une crise des valeurs. La société marchande née de la Révolution française a tout misé sur le consumérisme. Nous avons été endoctrinés à croire qu’une vie réussie se jugeait à l’aune des biens que nous aurions entassé au cours de notre existence ! Une telle conviction était nécessaire pour que nous daignions nous ruer sur la dernière camelote en vogue. C’est oublier que toutes les philosophies (Socrate, Diogène mais plus récemment Schopenhauer) et les religions (Jésus, Bouddha, Mahomet) ont fait l’apologie du dénouement pour bien vivre ensemble et s’épanouir. Elles ont toujours analysé le danger pour le lien social que représentait l’accumulation des choses…
Elles ont également exprimé le fait qu’une vie épanouie était avant tout dans une quête de sens que dans un gain matériel…

Prenons Schopenhauer. Que dit-il ? La souffrance est le propre de l’expérience humaine. Elle provient de ce « vouloir-vivre » , ce désir de désirer qui nous anime et qui nous fait poursuivre but après but ; souvent en pure perte car à cause de ces pulsions, nous subissons soit la souffrance de la fatigue, soit la souffrance de l’ennui. Pour vaincre notre mal originel, nous devons taire en nous cette volonté qui désire désirer…Schopenhauer rejoint ainsi le bouddhisme.

Or le consumérisme est à l’opposé de cet état esprit. Il nous met inévitablement en frustration car il est concupiscence : il veut désirer en permanence. Une fois le dernier Ipod acquis, je rêve de posséder le suivant ! On vit alors un état de frustrations permanentes ! Le désir crée par la société de consommation est insatiable : après le Ipod, on rêve de la télévision à acheter, puis de la maison et enfin de la dernière voiture. Une fois acquis tous ces objets...eh bien ! …on recommence !

Outre cet état de tension permanente ; la « quête du superflu rend la vie superflu » comme disait Pasolini. Autant d’énergie, de travail, d’effort, de souffrance dépensés pour obtenir des babioles à la con ; comme c’est stupide !
Nos efforts méritent mieux que de viser l’obtention de gadgets ! Car sinon, c’est bien la vacuité de nos vies qui se profile à l’automne de nos vie comme conclusion macabre…

De ce point de vue, tout perdre permet de clarifier ses objectifs de vie en permettant de relativiser le superflu : toutes ces objets, ces gadgets étaient-ils si utiles ; une fois que l’on s’aperçoit que c’est plus la perte de notre compagne qui nous manque de d’avoir perdu notre garde robe Zara et Yves St Laurent ?




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 framboise72 a écrit [17/01/2012 - 19h24 ]  
framboise72

Vrai carter!belle et juste analyse digne d'un sociologue ou personne sage.Oui le consumérisme nous pousse sans cesse a acheter,et comme tu dis une fois le dernier ipod acquis ou l'ordi dernier cri ou les chaussures dernières mode achetées,on est frustré et on désire encore autre chose et toujours autre chose.C'est un cercle sans fin...on est frustré et jamais rassasiés,satisfaits puisqu'il faut toujours recommencer pour que le désir soit comblé mais il est intarissable.De plus la vie ensemble est riche et bien au dessus de la vie matérialiste.Et le matérialisme a outrance mène a la vacuité,au vide,au non sens a l'absurdité et appauvrit le vrai sens de la vie.Or le vrai sens de la vie comme tu le dis si justement n'est pas dans la possession d'objets,mais dans le partage,la communion avec d'autres,l'amitié,le service,le travail...Ceci dit on ne peut faire abstraction totale de la société de consommation mais il ne faut pas se laisser dominer par elle,et savoir vivre heureux si on ne possède pas telle chose,se contenter de ce qu'on a.




 missterre.80 a écrit [17/01/2012 - 19h33 ]  
missterre.80

frambois72,
On va dire que ce qui fonctionne pour toi ne marche pas pour moi... ;-)

Bises




Natacha


 framboise72 a écrit [17/01/2012 - 19h35 ]  
framboise72

Que veux tu dire par la?que ca marche pas pour toi?Il y a des moments ou je vais pas bien comme tout le monde mais j'essaie en me disant que j'ai le droit d'aller mal et que ca passera,de regarder pire,car il y a toujours pire.Mais ceci dit chacun réagit différemment suivant son tempérament,sa culture...




 framboise72 a écrit [17/01/2012 - 19h36 ]  
framboise72

La souffrance est légitime je veux dire mais il ne faut pas s'y enfermer,se laisser écraser par elle.




 Wisty a écrit [17/01/2012 - 22h27 ]  
Wisty

Bonsoir,

Bonne question Toli,et meilleurs voeux,ne perds pas 2012 en cours de route, tiens la bien cette année, en
oubliant la crise collective.

On est occupé de conditionner la perte de nos droits de libertés, en rabotant la finance dans les fonds de tiroirs bancaire.

Je pense qu'il nous faudra du courage pour résister dans cette souffrance matérielle qui va se greffer sur les familles. ;-)




Wisty


 betinaweb a écrit [18/01/2012 - 00h11 ]  
betinaweb

Je ne pense pas que d'avoir une maison,une voiture soit du consumérisme à outrance.Ce n'est pas non plus du superficiel.
Pensez-vous tous que d'avoir un ordinateur soit du superficiel alors que vous vous en servez tous les jours et que pour certains,c'est leur outil de travail.

Par contre,il est vrai,que nous pouvons nous passer de beaucoup de choses.On nous fait croire que nous ne pouvons pas nous passer d'un tas d'appareils,tout deviendrait indispensable et bien sûr c'est faux.

Ce qui nous est indispensable dans la vie c'est l'amour des nôtres,ça je ne pourrais jamais m'en passer.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 missterre.80 a écrit [18/01/2012 - 11h36 ]  
missterre.80

betinaweb,

Et moi qui croyais que tu étais méchante.... En fait tu l'es seulement avec moi... ;-)




Natacha


 symbol a écrit [18/01/2012 - 14h15 ]  
symbol

" Lorsque des voisins vinrent dire à un homme que sa maison avait été emportée par un éboulement, il répondit : C'est impossible, j'ai la clé de la maison dans la poche ! " d'un auteur inconnu et j'y rajouterai volontiers du Père Anthony de Mello " La spiritualité, ce n'est pas de savoir ce que vous voulez, mais de comprendre ce dont vous n'avez pas besoin."

C'est lorsque nos personnalités sont égarés, loin du chemin que l'âme a choisi, à cause de nos désirs matériels, ou parce que quelqu'un nous a persuadés d'aller ailleurs, qu'un conflit s'instaure. Il est la racine de la maladie et l'absence du bonheur.

Tout perdre amène la souffrance et quel que puisse être son sens, sa signification, cela appelle toujours d'abord une lutte, un combat contre elle. Ensuite, la recherche d'un message, d'une signification, d'une plus grande lucidité, d'une réorganisation du système de valeurs.
D'ailleurs carter l'explique.

John Powell : " Il existe une loi de la vie humaine presque aussi certaine que la loi de la gravité. Pour vivre pleinement, nous devons apprendre à utiliser les choses et aimer les gens plutôt que d'aimer les choses et d'utiliser les gens."
Ce sont bien les désirs qui deviennent des attachements, ceux qui induisent la dépendance, la peur de perdre, le fait de s'accrocher et l'anxiété de posséder. Moyen infaillible de perdre la paix. " A peine en possession de ce désir, mêmes inquiétudes, chagrins, dégoûts, craintes, désirs et le bonheur ne consiste pas à acquérir et à jouir, mais à ne pas désirer. Car il consiste à être libre; " ( extrait d'Epitècte ).




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 framboise72 a écrit [18/01/2012 - 14h24 ]  
framboise72

Nous devons apprendre a utiliser les choses et aimer les gens plutôt que d'aimer les choses et utiliser les gens"!comme c'est vrai! ;-)Et pourtant c'est encore peu pratiqué.On utilise de plus en plus les autres,l'être humain dans tous les domaines pourtant aimer les gens serait tellement plus constructif.




 betinaweb a écrit [18/01/2012 - 16h46 ]  
betinaweb

Tu n'es pas encore sortie de ta cour de maternelle misterre,il serait temps d'y penser à ton âge.Arrête de chercher la petite bête.

Quand on a vécu des choses difficiles,on sait ce qui est essentiel dans la vie.Mais faut-il en passer par là pour s'en rendre compte?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


Répondre à Toli






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.