Doit-on abandonner son passé en venant en France, Turquie, Israël ?



bougainvilliee
Cette question a été posée par bougainvilliee, le 04/06/2014 à à 15h44.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Réflexions.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 symbol a écrit [07/06/2014 - 09h09 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
symbol

Bonjour,

Une petite réponse spirituelle te conviendrait-elle ?

Christian Tal Schaller écrivait " ... Accepter la vie, c'est oser tout lâcher. Laisser voguer au loin son passé sans retenir ni amasser de souvenirs exaltés."

De Raoul Follereau, je retiens " ... Un homme n'est vraiment un homme que s'il accepte tous les jours avec courage, avec force, avec persévérance et avec joie de recommencer la vie."

Si le passé nous retient en arrière, difficile de vivre ce jour pleinement et ainsi permettre à l'avenir d'émerger.
On peut bien vivre n'importe où et se servir de notre passé (racine) comme d'un tremplin (aile).

Rentrer dans une discussion sur le choix d'un pays d'accueil et une éventuelle soumission à un dogme ne m'enchantait guère. Il est vrai que nos individualités sont mises à rude épreuve lorsqu'on parle de moule égalitaire. L'égalité en droits ne devrait pas intervenir sur notre liberté de penser et d'agir dans le respect de chacun, de son histoire.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [07/06/2014 - 09h46 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour symbol,
J'ai apprécié ton intervention et tes citations.
Bien qu'elles aillent dans un sens opposé à mon impertinente question.

Je ne désapprouve pas, cependant, ta réflexion.

Car savoir tout abandonner, n'être rattaché à rien, nous rend libre, nous fait libre, d'une liberté toute intérieure.

Laisser le passé, disait une de mes amies, c'est accepter comme dans un train, de voir le paysage se transformer et devenir autre.

Une autre réflexion et celle de Lino Ventura dans "le Rapace" ou il dit au jeune "chiquito" (je crois) : "tu tiens à trop de choses pour être vraiment libre" (ou quelque chose d'approchant).




Le doute est ma seule certitude


 symbol a écrit [07/06/2014 - 10h46 ]  
symbol

Oui, bougainvilliee, j'avais compris le sens de ta question et cela ne s'oppose pas en analogie.

Nos pensées linéaires entravent bien souvent notre capacité à penser : l'autoroute dans le cerveau avec une flèche de chaque côté. Résultat, blocage et conflits.

Alors je propose, Et le passé, Et la France, Et la Turquie, Et Israël, etc. Personne n'abandonne et chacun fait selon son libre arbitre si on lui laisse sa liberté sans le juger, le condamner, en l'enfermant dans un diktat, en le soumettant.
Et le nœud du problème se situe bien dans le jugement et la liberté.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [07/06/2014 - 17h25 ]  
bougainvilliee

Bonjour symbol,
C'est vrai que je suis absolument heureux de te retrouver.
Tu m'apportes beaucoup, ainsi que "Lucius"' (complétement disparu) et "carter" toujours présent.

Merci de d'être revenue.




Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [08/06/2014 - 10h15 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Les Présidents de notre monarchie-républicaine (depuis de Gaulle), devraient avoir pour conseillers des Psychologues, avant de faire n'importe quoi. (il est vrai que c'est la vote qui est important pour eux).

Ainsi l'on constate que la première génération de migrants (dont nous avons fortement besoin, dans notre Europe vieillissante, pour payer nos retraites), vit comme par le passé dans son pays d'origine ( même m%u0153urs, coutume, religion, habitude alimentaire, vêtements et maladies).

Ce n'est qu'a la deuxième génération (Celle qui parle le français, regarde la télévision française, va à l'école ou au collège) que ce juge l'intégration (abandon des vêtements traditionnels, religion, mœurs, coutume, mariages-mixtes, abandon du foulard et cheveux au vent, afin de ressembler à la société ambiante)

Malheureusement les lois interdisant le port du voile et de la hidjab; on brouillé les cartes. Et les nouvelles générations, en on fait les portes drapeaux (comme il fallait si attendre) d'une religion et d'une intégration à celle-ci (Alors qu'elle l'abandonnait).

Et c'est pour cela , que demain, l'Islam sera la "première religion de France", sans retenue




Le doute est ma seule certitude


 symbol a écrit [10/06/2014 - 17h59 ]  
symbol

Comme tu peux le voir, bougainvilliee, je n'ai guère eu le temps de revenir sur cette question et c'est en partie pour cela que j'évite d'ouvrir web libre.
En effet, à partir du moment où je m'y intéresse, il me semble honnête de ma part de pouvoir suivre le fil de la conversation.

J'ouvre de temps à autre et l'orientation donnée me fait souvent refermer web libre... Je ne suis donc pas complètement partie et je te remercie pour ton accueil.

Je ne sais ce qui brouille les cartes... Un ensemble de volontés en matière de religions et de politiques.
Le philosophe de l'Islam, Abdennour Bidar revient sur Iqbal et parle d'instrumentalisation par l'homme, qu'il y a eu falsification dans la dualité religion et pouvoir politique amenant à la soumission.

Cette religion, comme toute autre religion, peut être pleine de bons sens à partir du moment où l'homme dés instrumentalise ce qu'il a érigé.

En France, il y a eu séparation et l'on pensait ainsi clarifier religion et politique.
Lorsque nous en voyons les effets, nous nous rendons compte que les conflits se perpétuent.

Le problème de fond, c'est qu'en entretenant cette notion de séparation dans notre conscience sociale "étriquée", nous ne percevons que quelques détails dans toutes les possibilités offertes par la vie et nous ne nous ouvrons pas à la conscience de l'unité de toute vie.

En légiférant, interdisant, la pensée du voile et d'un monde "dangereux" existent comme possibilité et se matérialise. Nous récoltons exactement le contraire de ce que nous voulions.
Les nouvelles générations se sentent bafouées, se regroupent avec des consciences similaires de lutte et de défense.

Ce qui est incompréhensible, c'est qu'on pouvait se réjouir du peu d'importance que l'Islam ou le Bouddhisme attribuaient à l'évangélisation - c'est-à-dire à l'ingérence. L'intégrisme islamique qui se manifeste actuellement nous donne une bonne idée de ce qui pourrait se produire dans le cas contraire et en Occident, la crainte d'un tel développement est considérable.

C'est très embrouillé ce que j'écris. Difficile de s'y retrouver entre l'élargissement de la conscience et l'ingérence politique réductrice.












"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


Répondre à bougainvilliee






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.