Pensez-vous que certains psy sont psycho et plus malades que leurs patients ?



framboise72
Cette question a été posée par framboise72, le 02/08/2010 à à 18h35.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Psychologie.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 kipic a écrit [02/08/2010 - 21h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
kipic

Psychologues ou psychiatres ?




 framboise72 a écrit [02/08/2010 - 21h39 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
framboise72

Psychothérapeutes.Avez vous eu affaire a des tordus?Moi oui à une psycho machin chouette cinglée,carrèment cinglée.




 Nono182 a écrit [02/08/2010 - 21h39 ]  
Nono182

ou psychanalystes, psychotérapeutes, psychomotricien?




 framboise72 a écrit [02/08/2010 - 21h40 ]  
framboise72

Non psychologues et psychothérapeutes seulement.




 Nono182 a écrit [02/08/2010 - 21h44 ]  
Nono182

tu peux rayer les psychologues de tes interrogations je pense, ceux sont eux qui font des etudes / recherches en psychologie, donc tu n'aura pas affaire a eux!




 kipic a écrit [02/08/2010 - 21h49 ]  
kipic

aussi tarés que les autres, j'ai bossé avec certains .... quand j'étais jeune :-D




 carter a écrit [02/08/2010 - 22h39 ]  
carter

La sphère « psy » (psychologue/ psychiatre/ psychothérapeute) a toujours drainé en son sein quelques génies un peu dérangés. D’un Freud névrosé et affabulateur qui avouait lui-même « être son principal patient » à un Hayes actuel (psychologue américain inventeur d’une thérapie innovante, l’ACT) ,ayant longtemps souffert de troubles paniques, en passant par un Bandler (fondateur de la PNL) où plane sur son nom une obscure accusation de meurtre ; la sphère psy semble être un repère de personnes dont on dira pudiquement qu’elles sont un peu à part..

Toutefois, une telle idée est-elle fondée scientifiquement ou ne relève t-elle pas simplement d’un stéréotype ? « Apres tout, pour aider les fous ou les gens malades psychologiquement ; ne faudrait-il pas l’être un peu soi-même ? » aurait-on envie de dire… Ce genre de biais cognitif connu sous le nom « d’effet de halo » (contamination de deux sources d’informations indépendantes : aider les « malades » induit inconsciemment une appréciation négative sur celui qui en fait son commerce et métier) est sans doute (en partie) responsable de la mauvaise opinion que l’on peut avoir sur les psys…

Toutefois, une telle opinion reste infondée.

Primo, on remarquera que, question esprit dérangé, la psychologie n’est pas au premier rang des sciences où l’on côtoie le plus ! De nombreuses études ont essayé de faire le lien entre des pathologies et des domaines intellectuels. La psychologie n’est pas l’endroit ou l’on côtoie le plus de grands esprits dérangés…La littérature, par exemple, regorge tellement de dépressifs que cela ne peut relever du hasard pour un statisticien. Si vous voulez finir fou, je ne peux que vous conseiller d’entreprendre des études de mathématiques : de grands mathématiciens ont tôt ou tard porté la camisole ; ce qui est assez troublant comme fait… Mais cette analyse empirique (on prend un domaine qui regorge de génies : on calcule le nombre d’esprits dérangés pour le nombre d’esprits sains) n’a pas vraiment de valeur explicative : on constate simplement.


Il existe une autre méthode que l’on trouvera dans le livre de l’epidémiologue Kovess-Masfety au titre évocateur « N’importe qui peut-il prêter un câble ? »

Ces travaux ont été effectués par des chercheurs américains sur divers metiers comme celui de psychiatre ou d’infirmiers:

Question : on constate que les psychiatres vivent moins longtemps que les autres catégories de CSP+ et expriment plus de souffrance « psychiques » que les autres métiers de CSP de même niveau. Pourquoi ? Comment expliquer cette « vulnérabilité » des psychiatres américains ?

Deux hypothèses sont alors possibles :

-Hypothèse 1 : les étudiants qui se lancent dans des études de psychiatrie ont une vulnérabilité psychique à la base. C’est sans doute parce qu’ils ont eux-mêmes des troubles psys qui se lancent dans cette voie... Le point de vue du webnaute relève de cette approche. Mais on peut également émettre un autre éclairage…

Hypothèse 2 : le métier de psychiatre, parce que l’on est tout le temps en contact avec la souffrance, « use » psychiquement. Même si vous êtes en bonne santé au début, en y entrant, vous allez vous épuiser psychiquement…Hé oui ! Pourquoi cette hypothèse ne vous vient jamais à l’esprit ?

Comment départager entre ces 2 hypothèses ? Voyons …réfléchissez un peu… Vous ne trouvez pas la réponse ?

Bon, je vous la donne : nous allons faire passer une batterie de test aux étudiants qui choisissent des études de psychiatrie au début de leurs études : test de personnalité, tests de psychopathologie, etc. Nous allons les suivre à long terme et effectuer une autre batterie de ces mêmes tests, quand ils travailleront et seront bien établis dans la vie…On compare les résultats obtenus. Si le nombre de problème ont augmenté, c’est le boulot qui « rend fou ». Si le nombre de pathologie est supérieur aux tests initiaux comparés à dans d’autres branches universitaires (comme la philo, la bio) , c’est que les étudiants qui choisissent cette voie sont un peu « dérangés » à la base. Etc.

Les conclusions montrent qu’aux USA, les étudiants qui choisissent le métier de psychiatres ont, à la base, des problèmes psy. L’hypothèse 1 est vérifiée… Mais l’hypothèse 2 est également vérifiée. Son effet est toutefois moins important que l’hypothèse 1…

Quant est-il des infirmiers/infermières ? Ben, c’est l’inverse. L’hypothèse 2 est verifié et pas l’hypothèse 1 : en somme, le boulot use psychiquement…

Quant est-il des psychologues ? Le livre ne mentionne pas les résultats sur ce métier… Je ne peux donc pas conclure…

Toutefois, ces recherches ne sont pas forcement transposable en France pour certains metiers : notre système éducatif est différent du système américains. Par exemple, en France, les concours de spécialisation de médecine sont au bonheur la chance : les étudiants les passent tous : ils sont mus par la recherche d’un métier friqué…Aux USA, on choisit sa voie, indépendamment d’un concours ubuesque… Je doute donc de la transposition des résultats pour les psychiatres français…

Par contre, je pense que l’on peut transposer les recherches américaines pour le métier d’infirmiers. L’espérance de vie d’une infermière française est également plus faible à CSP identique. Il en est de même pour un psychologue (si j’ai bonne mémoire, un psy vit 6 ans de moins pour une CSP+ ! ce qui en fait un boulot à peu près aussi dangereux qu’un ouvrier à l’usine ! ) Ce qui laisse supposer que les mécanismes sont les mêmes…



Conclusion : pour l’instant, votre point de vue manque de validation scientifique : on touche plus au stéréotype qu’à une énonciation d’un fait scientifique…De nombreux psychologues, quand on leur demande d’emettre un avis sur la faible espérance de vie dans leur métier, émettent sur la question l’hypothèse 2. Mais je suppose qu’eux-mêmes ont une vision biaisée (dur d’admettre l’hypothèse 1) ; de sorte que je n’ai guère envie de trancher dessus… en conclusion, sans duplication de l’expérience épidémiologique pour les psychologues, dur de trancher la question…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 betina a écrit [02/08/2010 - 22h50 ]  
betina

Ma fille est psychologue et elle n'est pas cinglée,vous êtes tombés sur des spécimens.
Je connais des plombiers ou même des maçons cinglés, oui ça existe dans toutes les catégories de métier.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 framboise72 a écrit [02/08/2010 - 23h13 ]  
framboise72

excusez betina,je ne visais pas votre fille.Il y a des psys très bien aussi,et psychologues mais je me méfie des psychothérapeutes car je suis tombée sur un spécimen cinglé.




 Nono182 a écrit [02/08/2010 - 23h15 ]  
Nono182

Freud était lui-même bipolaire!

"un psy vit 6 ans de moins pour une CSP+ ! "
quel sont les échantillons comparé, quel est la taille de cette échantillon? j'ai du mal à croire une conclusion aussi drastique!




 framboise72 a écrit [02/08/2010 - 23h18 ]  
framboise72

Freud eh bien ca craint!!il devait pas être super bien dans sa peau ni dans sa tête ce mec la.Et puis c'est quoi être bipolaire?On en parle pas mal en ce moment mais je sais pas ce que ca veut dire.




 betina a écrit [02/08/2010 - 23h24 ]  
betina

Ne t'inquiète pas Framboise,ça ne me dérange pas les à priori que l'on a sur les professions,il faut juste savoir pourquoi?
Les psychothérapeutes n'ont pas de réelles formations pour venir en aide aux personne,avant il suffisait de visser une plaque sur une porte et de s'installer,je crois qu'aujourd'hui ce n'est plus possible.

Nono,pourquoi,traites-tu carter de cinglé cintré?ce qu'il nous dit est intéressant.Reste poli,tu n'es pas Akinator le génie du web.Un peu d'humilité STP.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 Nono182 a écrit [02/08/2010 - 23h30 ]  
Nono182

framboise,

les bipolaires correspondent à un stade avancer des maniaco-dépressifs!
avec des phases maniacs et d'autres dépressives!

en attendant freud à aider à élargir le conscient humain, justement car il etait atteint de ce trouble et savait l'expliquer!




 Wisty a écrit [02/08/2010 - 23h30 ]  
Wisty

Si l'on rentre dans ce débat très complexe, qui est la psychologie et ses composants professionnels, on est pas parti de l'auberge.

Même une infirmière spécialisée en psychiatrie, elle ne peut que limiter la durée de ses services, tellement, c'est ardu.




Wisty


 carter a écrit [02/08/2010 - 23h41 ]  
carter

"quel est la taille de cette échantillon? j'ai du mal à croire une conclusion aussi drastique!"

Excuse-moi mais c’est du baba de l’épidémiologie… Pas besoin de vérifier la taille de l’échantillon (qui soit dit en passant n’est pas forcement corrélée avec la qualité de la recherche si tu connais un peu les statistiques. Tout dépend de ta méthode de prélèvement) Ces résultats sont bateau et on les trouve dans les recherches du CNRS. Je pense que tu le retrouveras dans des livres comme les « cles du destin » des chercheurs Amadieu (et bien sur dans le livre cité plus haut)

Je l’ai cité de tête, n’ayant pas le livre sous la main (mais tu retrouve ces données dans ce livre) . Donc il se peut qu’ils vivent 5 ans de moins ou 7ans de moins. Mais c’est archi-connu dans le milieu (la durée de vie d’un psy est plus courte à CSP identique) ; de sorte que je me sens pas le besoin d’aller rechercher l’information. De mémoire, ca tourne à 6 années de moins.

Soit dit en passant, c’est la même chose pour d’autres métiers du « care » comme infirmiers, psychiatre.
C’est tellement connu que l’on a inventé une « pathologie » rien que pour eux ! C’est la fameux « burn-out » que la majorité des gens utilisent pour dire tout et n’importe quoi…

Le burn-out est un épuisement professionnel caractéristique des métiers du « care » ou métiers de soin : théoriquement parlant, si vous n’êtes pas employé dans un métier de soin ou d’aide, vous ne deviez pas utiliser ce mot (si on puriste en science) …




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 attikson a écrit [13/06/2012 - 19h49 ]  
attikson

Dire cela c'est faire un stéréotype et alimenter , des rumeurs. C'est catégoriser,juger.Pourquoi ce stéréotype est il si important dans le sens commun?
Parce que la psychologie est un domaine,qui échappe ,à la compréhension de beaucoup.Et c'est justement lorsque les choses,nous échappent que nous catégorisons!
idée reçue,rien de plus! Vous serai heureux de trouver ,un psychologue compétent,qui vous aidera lorsque personne ne pourra vous porter secours ce que je ne vous souhaite pas, bien sur!!!




 Anonyme a écrit [03/11/2012 - 20h24 ]  
Anonyme

Les analystes refusent l'évaluation de leur travail. Quid de leurs éventuelles difficultés personnelles dans
L'exercice de la neutralité bienveillante ? :-| 8-) 8-)




Répondre à framboise72






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.