Pourquoi l'Irlande a revoté le traité de Lisbonne ?



fulup
Cette question a été posée par fulup, le 04/10/2009 à à 22h59.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Politique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 MEH a écrit [05/10/2009 - 14h11 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
MEH

Plus d'un an après avoir voté contre le traité de Lisbonne, les irlandais étaient de nouveaux invités à se prononcer sur ce traité. Avant le deuxième vote, les principaux partis politique et le gouvernement ont pris position pour le "oui" et le Premier Ministre irlandais avait exclu un troisième vote si c'était une nouvelle fois le non qui serai sorti des urnes. Malgré tout, beaucoup d'irlandais dénoncent ce deuxième vote sur une question dont ils avaient déjà donné leur avis. L'année dernière les irlandais étaient contre plusieurs points du traité auxquelles ils se sentent attachés notamment la neutralité militaire ou leur fiscalité sur les sociétés qui attire les investisseurs étrangers, aujourd'hui il semblerai que les partenaires européens de Dublin est rassurés les irlandais sur ces points et ils ont abandonnés l'idée de réduire la taille de la Commission Européenne comme souhaité dans le traité de Lisbonne ce qui a permis cette fois-ci au OUI de remporter l'élection.




Quand les mouettes suivent un chalutier, c'est qu'elles pensent qu'on va leur jeter des sardines...


 lucius a écrit [05/10/2009 - 14h21 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
lucius

Ils ont revoté parce que...c'est ça l'europe,
"plus démocratique "comme disent les gens de gauche ou de droite.
les Pays(bas ont dit non,
tout aurait du s'arreter là,
la France a dit non,
mais on continue encore,
et l'irlande dit non,
et on continue....

Croyez vous que c'est ça la démocratie?
On ne respecte meme pas ce qui a été décidé lors de Maastrich,
on ne respecte pas vos votes.

Pourquoi?
parce qu'il se met en place une dictature géante,
et sarko l'a dit.
"rien n'y personne ne pourra s'opposer à un nouvel ordre mondial".

Préparez vous à souffrir.




Gare au gorille !


 Toli. a écrit [05/10/2009 - 14h48 ]  
Toli.

En juin 2008, les Irlandais avaient dit « non » au traité de Lisbonne à 53,4 % avec une faible participation de 53,1 %. Cette fois, ils ont voté « oui » à 67,13 % avec une participation de 59 %. Entre-temps, il y a eu la crise, avec un taux de chômage multiplié par 3 et des déficits record. Selon Declan Ganley, homme d’affaires qui défendait le « non » au traité de Lisbonne, les Irlandais auraient peur de ce qui les attend. Le « non » était aussi défendu par les partis d’extrême-gauche qui évoquaient la perte de souveraineté du pays et par les partis d’extrême droite qui parlaient de baisse du salaire minimum garanti, d’autorisation de l’avortement, de l’euthanasie, etc. Quant au parti indépendantiste britannique dont le leader était venu faire campagne en Irlande, il évoquait l’entrée dans l’Europe de la Turquie… Un bon nombre d’arguments fallacieux qui n’ont pas persuadé les Irlandais… Les autres pays européens ont rassuré les Irlandais sur le fait que son commissaire allait être maintenu à Bruxelles et que les caractéristiques du pays allaient aussi être respectées comme le taux d’impôts réduit, la neutralité militaire, l’interdiction de l’avortement, etc.
La situation économique de l’Irlande était toute différente en juin 2008 car il s’agissait d’une place financière importante et les Irlandais pensaient qu’ils n’avaient pas besoin de l’Europe pour vivre bien… Depuis, la crise les a fait changer d’avis. De fait, comme les Irlandais ont été rassurés sur les points cités plus haut, ils ont désiré entrer complètement dans l’Europe pour se sentir plus forts, d’autant plus que ceux qui prônaient le « oui » leur disaient qu’en cas de vote négatif, l’Irlande serait mise à l’écart tant sur le plan économique que politique et que « voter oui » serait la seule manière de créer à nouveau des emplois.
Il faut dire aussi que cette fois, les partisans du « oui » au traité de Lisbonne, ont mis le paquet dans leur campagne, beaucoup plus qu’en juin 2008. Le PDG de Ryanair est intervenu pour soutenir le « oui » ainsi que les syndicats. Ils ont expliqué qu’il s’agissait d’un enjeu à long terme et qu’il ne fallait pas exprimer ce vote comme un vote sanction à l’égard du gouvernement en place, extrêmement impopulaire.
En quelques mois, c’est donc un véritable retournement et les Irlandais pensent pour une bonne partie, qu’on leur a mieux expliqué les enjeux.




 cochise_fr a écrit [05/10/2009 - 19h51 ]  
cochise_fr

Bonjour,

Bienvenue à la manipulation de l'opinion,

Bienvenue à tous les mensonges et à la propagande mafieuse,

Bienvenue à la dictature,

Bienvenue au moutonnage à grande échelle,

Dormez.! Dormez.! Bonnes gens, les élites veillent.!!!! Quand vous vous réveillerez, ce sera trop tard.!!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à fulup






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.