Avec cette crise, la Chine n'est-elle pas entrain de prendre de l'ascendant sur les USA?



betinaweb
Cette question a été posée par betinaweb, le 12/08/2011 à à 23h17.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Politique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 betinaweb a écrit [12/08/2011 - 23h17 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betinaweb

Quelles conséquences pour l'avenir?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 hyvan a écrit [12/08/2011 - 23h47 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
hyvan

A ce rythme,la Chine sera la 1ère puissance économique d'ici la fin de la décennie.
Pour les conséquences,on verra bien...D'ici là,on devra se contenter de la fascination et de l'inquiétude que ce pays inspire.




 papiguy a écrit [13/08/2011 - 02h16 ]  
papiguy

Complètement faux. La crise actuelle est essentiellement un problème de dette.

Quand un pays cesse de payer ses dettes, les premières "victimes" sont les pays (ou les particuliers/sociétés) qui avaient acheté des bons du Trésor, et elles le sont doublement car la cessation de paiement, ou le moratoire s'accompagnent le plus souvent d'une dévaluation de la monnaie du pays défaillant. Donc, même si le pays en question reprend ses remboursements, les pays prêteurs perdent de l'argent.

La dette la plus importante est celle des USA. Et quel est le pays qui possède la plus grande partie des bons du Trésor américain ? La Chine qui serait la première victime.

Quant à la Chine première puissance mondiale, on en est loin. On ne peut prendre seulement en compte le seul critère du PIB. Il faut tenir compte des capacités technologiques et militaires, de la production agricole, du marché intérieur,...

Sur de nombreux points, la Chine accuse encore un retard considérable et en particulier dans les domaines militaires et technologiques ainsi que dans l'agriculture.

Les USA seront encore pour longtemps la seule vraie superpuissance, et des pays moyens comme la France la dépassent encore dans de nombreux domaines (Technologie militaire, agriculture, BTP).

Si la Chine a progressé rapidement et a maintenant le deuxième PIB mondial avec un peu moins de 6000 milliards de dollars, elle est loin encore derrière les USA avec 14600 milliards de dollars. N'oublions pas l'UE car si on cumule les PIB des pays membres on obtient la première puissance mondiale avec un peu plus de 16000 milliards de dollars. La puissance militaire de l'UE, sans lui permettre de faire jeu égal avec les USA lui donne le rang de superpuissance, très loin devant la Chine qui ne peut faire valoir que la masse de son infanterie, sans avoir de moyens de projection.

La Chine progresse et c'est un bien car l'élévation du niveau de vie devrait à terme entraîner un assouplissement du régime.




 hyvan a écrit [13/08/2011 - 02h45 ]  
hyvan

Je vais demander à Madame Irma de me rembourser...tu vas chez quel voyant?




 Wisty a écrit [13/08/2011 - 09h21 ]  
Wisty

Bonjour,

@ hyvan, ce n'est pas l'affaire d'une voyance, c'est la réalité politique et économique mondiale.

C'est tout à fait cela, selon les explications de Papiguy, ( c'est sa détente,les analyses....statutaires)... :-D




Wisty


 cochise_fr a écrit [13/08/2011 - 15h47 ]  
cochise_fr

Bonjour,
La Chine ne progresse QUE parce qu'elle maintient 90% de sa population en état d'esclavage. Même si les 10% restant font quand même beaucoup de monde, ils ne font qu'exploiter la pauvreté de leur peuple pour le bien être capitalistique d'une bourgeoisie commerciale, militaire, et partisane.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Wisty a écrit [13/08/2011 - 15h53 ]  
Wisty

Re- cochise...

90 % d'esclavage,c'est énorme,ne crois tu pas, que tu y vas un peu fort ?




Wisty


 cochise_fr a écrit [13/08/2011 - 18h16 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ils sont environ 1.300.000.000, parmi lesquels environ 100.000.000 de riches. Tous les autres crèvent de faim plus ou moins.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 hyvan a écrit [14/08/2011 - 03h46 ]  
hyvan

C'est vrai,ils sont pénibles tous ces pauvres.Ils veulent donner mauvaise conscience aux riches de dépenser un fric qu'ils n'auront jamais.Et bien,c'est raté !




 bougainvilliee a écrit [14/08/2011 - 09h28 ]  
bougainvilliee

"Pauvreté n'est pas vice."

Richesse non plus d'ailleurs.

On ne devient pas riche ou pauvre.
On naît riche, comme on naît pauvre... sans le savoir.




Le doute est ma seule certitude


 Wisty a écrit [14/08/2011 - 11h27 ]  
Wisty

Bonjour,

Sans le savoir,le riche peut devenir pauvre et vice-versa.....

:-D




Wisty


 papiguy a écrit [14/08/2011 - 11h35 ]  
papiguy

"On ne devient pas riche ou pauvre.": bienvenue dans le monde figé et déterministe de bougainvilliee. Heureusement que des personnes comme Bill Gates ou Mark Zuckerberg ne savaient pas qu'ils allaient devenir riche, ne l'étant nés. Les personnes ruinées aimeraient qu'il en ait été ainsi.
On naît intelligent ou stupide.... sans le savoir aussi ? :-D




 Wisty a écrit [14/08/2011 - 11h37 ]  
Wisty

Bonjour,

Papiguy , BRAVO.... :-D




Wisty


 bougainvilliee a écrit [14/08/2011 - 14h27 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,
On peut rêver à partir de quelques exemples... et en lisant "Nous-deux" et "Bonnes-soirées".

Certes on peut devenir français, en étant Belge... mais on naît d'abord Belge, sans le savoir.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [14/08/2011 - 15h14 ]  
papiguy

Il est vrai que l'aigreur ne fait pas bon ménage avec le rêve. Tous ceux qui ont entrepris et réussi, quel que soit leur niveau de réussite, et leur nombre ne se limite pas à quelques exemples, n'étaient pas forcément des lecteurs de romans photos.

"Certes on peut devenir français, en étant Belge... mais on naît d'abord Belge, sans le savoir." ?
On peut aussi naître con sans le savoir et le rester en le sachant :-D
http://www.youtube.com/watch?v=gznDOMKeWkA




 cochise_fr a écrit [14/08/2011 - 17h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Si la pauvreté n'est pas un vice, la richesse en est un puisqu'elle est uniquement basée sur la pauvreté des autres, et qu'elle n'est que le produit du travail des autres.

Tous ceux que vous honorez comme de grands entrepreneurs ne sont en réalités que de sombres exploiteurs du travail des autres. Ils n'ont fait que bénéficier des réalisations de leurs salariés qui sont eux les vrais créateurs.

Dès l'instant où un entrepreneur seul prend un employé, il perd automatiquement son statut pour devenir exploiteur, ce dont il n'y a nul besoin de se glorifier. N'oubliez pas que le principe de l'emploi de tout salarié est de le payer le moins cher possible pour faire un travail qui rapporte le plus possible. Ce n'est que le rapport de ces deux critères qui détermine si on prend ou pas un employé supplémentaire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [14/08/2011 - 18h10 ]  
papiguy

Donc un entrepreneur qui donne un travail à un chômeur ou un jeune demandeur d'emploi, est forcément un exploiteur. Pour ma part, je trouve ce type d'exploiteurs moins détestable que les truands ou politiciens véreux qui exploitent la crédulité des gens.

Tout le monde n'a pas vocation ou les compétences pour créer une entreprise et la faire vivre, et un société qui ne comporterait que des mono-entrepreneurs ne serait pas viable
Tu confonds l'organisation du travail avec ses dérives, cochise_fr et cet amalgame trompeur ne vaut pas mieux que les dérives elles même.




 cochise_fr a écrit [14/08/2011 - 19h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"un société qui ne comporterait que des mono-entrepreneurs ne serait pas viable"

Bien sur que si.
Tout emploi est une mini entreprise en lui même.
Une entreprise qui a actuellement 5000 salariés pourrait sans rien changer avoir 5000 sous-traitant chacun à son poste actuel pour le même travail. Ce serait même beaucoup plus simple à gérer puisque ce ne serait que 5000 factures à payer.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [14/08/2011 - 21h39 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,
En effet prendre un employé, c'est espérer qu'il fasse un travail que l'on ne peut ou veut faire, mais surtout que son travail permette de payer son salaire et, si possible (une fois toutes les charges et impositions payées) laisser un bénéfice à son employeur.




Le doute est ma seule certitude


 hyvan a écrit [15/08/2011 - 00h40 ]  
hyvan

Vous vous faites du mal.
Je vous signale quand même que les riches payent des impôts,que sur 1 an d'éreintant labeur à donner des ordres aux autres,il y a 6 mois dont ils ne verront jamais la couleur,l'Etat les détrousse pour que les enfants des pauvres aillent à l'école.Alors laissez les tranquilles !




 papiguy a écrit [15/08/2011 - 11h29 ]  
papiguy

cochise_fr,
tu fais dans le comique maintenant ? Tu viens de réinventer le travail intérimaire !
Parce que les sous-traitants ne sont pas soumis à la concurrence ?
Gérer des sous-traitants avec des commandes à passer, des factures à faire, est beaucoup plus coûteux sur le plan strictement administratif que gérer des salariés.
Quid de la formation des sous-traitants ?
Tout le monde ne sait pas ou ne veut pas gérer sa propre auto entreprise, payer ses charges, prendre des assurances, gérer ses commandes et factures, faire comptes et bilans....

Allez, on repart dans sa réserve et on se remet au troc.




 cochise_fr a écrit [15/08/2011 - 12h04 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Les sous traitants ont les avantages et les inconvénients de ce statut. Ils se forment, ils peuvent avoir plusieurs fournisseurs, et ils assument leur comptabilité en toute liberté, ce qui, quand on en a l'habitude (ce qui s'apprend) présente de multiples avantages.

Pour ceux que l'administratif déprime, on peut concevoir des associations qui les regroupent et s'occupent de cela, une sorte de GIE pour indépendants déprimés par la paperasse (cela existe déjà pour les commerçants intéressés actuellement).

Dans une autre question, vous parliez du portage salarial, c'est un peu le même principe.... sans les frais.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [15/08/2011 - 12h49 ]  
papiguy

Une chose à ne pas oublier, cochise_fr, c'est l'utilisation des moyens de production. Comment gérer une occupation qui doit être optimisée par des personnes formées, avec un personnel par définition mobile. Dans une entreprise tous les postes de travail sont interdépendants et on ne peut jongler avec le personnel sans la désorganiser totalement.
On ne peut pas non plus délocaliser tous les moyens de production chez les sous-traitants. ceci ne vaut que pour les petites machines-outils.
Par ailleurs il faut imaginer les problèmes de logistique que cela poserait. Il y en a déjà assez avec la migration journalière de millions de personnes de leur domicile au lieu de travail.

Par ailleurs, l'idée du portage salarial sans les frais est tout simplement une utopie: les activités de gestion ont un coût qui doit bien être supporté par quelqu'un.

L'idée est un non sens absolu qui conduirait inévitablement à la faillite. elle ne pourrait se concevoir que pour des activités limitées à la subsistance dans un espace économique fermé, vivant en autarcie totale et en état de régression.




 cochise_fr a écrit [15/08/2011 - 13h18 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Il n'y a aucune différence entre une personne salariée, et la même personne au même poste sous-traitante. Ce ne sont que les relations administratives qui changent. Les mêmes personnes peuvent rester aux mêmes postes. Il n'y a rien à délocaliser. Rien ne change pour l'entreprise que le système de paiement.

Le portage salarial est une entreprise de profit, un GIE est une association de partage des frais communs sans profits. L'intérêt est dans la diminution des frais et des charges pour chacun.
Par ailleurs, rien n'empêche le GIE de fournir des services à des tiers pour cette fois des bénéfices supplémentaires.... mais ce n'est pas une obligation.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [15/08/2011 - 14h59 ]  
papiguy

"Il n'y a aucune différence entre une personne salariée, et la même personne au même poste sous-traitante": ah bon, tu n'as sans doute pas eu à gérer quoi que ce soit pour affirmer une telle énormité.
Par quel miracle la constitution en GIE ferait-elle disparaître les frais de gestion ? La marge faite par les sociétés de portage salarial étant ridicule comparée aux masses "salariales" mises en jeu, serait largement payée par les économies liées à la rigueur de la gestion, les associations ne brillant pas en général pour la qualité de leur gestion.

Pour pouvoir fournir des services à des tiers, il faut des moyens de production ! L'entreprise les possédant accepterait volontiers qu'on les utilise pour lui faire concurrence ? Là on dépasse le "mur du çon" de mon volatile préféré le Canard Enchaîné.




 bougainvilliee a écrit [15/08/2011 - 18h49 ]  
bougainvilliee

On fait voler bas le volatille...




Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [15/08/2011 - 18h52 ]  
bougainvilliee

Qu'est devenue la Chine et son ascendant sur les USA, dans tout ça (le débat sur l'économie des entreprises occidentales) ?




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [15/08/2011 - 19h23 ]  
papiguy

"Qu'est devenue la Chine et son ascendant sur les USA, dans tout ça":
Après une remarque inutile sur les belges, et un exposé sur l'emploi qui enfonce allègrement les portes ouvertes, nous attendons tes idées lumineuses sur le sujet avec une impatience fébrile, bougainvilliee !

Pour l'instant ce sont plutôt tes contributions qui rasent les pâquerettes.
:-D




 cochise_fr a écrit [15/08/2011 - 22h08 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Vous n'avez sans doute d'expérience des associations que celle des boulistes du coin de la rue. Ce peut être d'une toute autre conception, et d'un tout autre usage, avec une gestion tout aussi rigoureuse que celle d'une entreprise quelconque et s'associer ne signifie pas une gestion laxiste.

Un GIE ne fait pas disparaitre les frais de gestion, il les réduit fortement quand c'est son but (car on peut faire des GIE pour d'autres buts que la gestion) et son travail est justement de répartir les travaux aux adhérents du GIE et d'en assurer le suivi commercial et administratif.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [16/08/2011 - 11h49 ]  
papiguy

cochise_fr,
Quel que puisse être le degré de rigueur de la gestion d'un GIE, c'est pourtant dans les structures associatives que l'on a découvert le plus souvent des dérives (les scandales plus connus étant ceux de l'ARC ou du comité d'entreprise d'EDF).

Même si la gestion était d'une extrême rigueur, il n'en reste pas moins que quelque soit la formule utilisée pour monnayer et organiser le travail d'autrui, l'objectif pour une entreprise sera toujours d'optimiser ses "achats" de main d'oeuvre. Alors, si l'on ne considère que l'aspect coût, salariat ou sous-traitance c'est bonnet blanc et blanc bonnet.

L'idée a quand même été mise en oeuvre avec un certain succès dans certaines industries comme l'horlogerie. Ces expériences ne sont toutefois pas généralisables.




 papiguy a écrit [16/08/2011 - 12h04 ]  
papiguy

La Chine a essayé d'appliquer cette méthode à des industries telles la sidérurgie, avec la création de hauts fourneaux dans une multitude de villages. Le résultat a été catastrophique à tous les points de vue : qualité de l'acier ou de la fonte absolument lamentable conduisant à des accidents graves, pollution importante de l'air et des nappes phréatiques,...

Pour l'avoir constaté de visu, je peux confirmer que beaucoup d'industries ont encore un retard considérable; absence de normes ou incapacité à les respecter faute de compétence ou corruption endémique, moyens de production dépassés...
La Chine, comme le Japon l'a fait il y a un siècle, ne sait que copier dans beaucoup de domaines, et c'est la raison pour laquelle elle attire les industriels étrangers en assouplissant progressivement les conditions auxquelles ils sont soumis.




 cochise_fr a écrit [16/08/2011 - 14h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
On ne peut associer l'incompétence à une quelconque structure. Ce n'est l'oeuvre que des gens assurant la direction ne sachant ou ne voulant choisir des gens compétents qu'ils soient salariés ou sous traitants.
Quand des dérives et des escroqueries existent, elles ne sont que de la responsabilité des personnes qui en sont l'auteur et non de la structure qui les supporte.

D'ailleurs, c'est bien du manque de contrôle de certaines structures que viennent les dérives que vous décrivez. Les associations loi 1901 n'ont pas les obligations comptables des autres entreprises ordinaires. Il en est de même des syndicats, ou des partis politiques, des fondations..etc. Il est bien sur nécessaire de remettre ces structures dans les obligations communes de gestion.

Je ne suis jamais allé en Chine, mais que je sache, il n'a jamais été mis en oeuvre une structure de production entièrement en sous traitance, que cela soit en Chine ou ailleurs.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [16/08/2011 - 14h59 ]  
papiguy

En Chine, c'étaient (et il en subsiste encore) de très petites entreprises de forme coopérative au niveau du village, et qui peuvent s'apparenter à ce schéma. Leur faillite à tous points de vue ne pourrait que se reproduire si on morcelait encore le monde du travail.

A l'inverse, il est vrai que la constitution de groupes énormes et la hiérarchisation excessive qui a suivi ont introduit une déshumanisation des relations entre le "top management" et les personnes exerçant les métiers techniques. Des cloisons étanches se constituent inévitablement sous l'impulsion de "petits chefs" (quel que soit le niveau hiérarchique de ces andouilles). La désinformation dans les deux sens qui en résulte conduit inévitablement à la gabegie, gabegie que l'on compense en jouant sur la masse salariale, avec les félicitations d'actionnaires idiots ou mal informés.
Peu de dirigeants sont capables de lutter contre cette dérive, et le "manque de contrôle" que tu cites fort justement, quand il n'en sont pas à l'origine.




 cochise_fr a écrit [16/08/2011 - 20h27 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce qui fait la grande différence entre ce que je décris et une coopérative, c'est que dans une coopérative, il peut ne pas y avoir de vrai chef, et d'autre part que les pseudo salariés coopérateurs sont captifs de la structure, en général pour y avoir mis des pions, ce qui n'est jamais le cas d'un sous-traitant qui reste libre de faire son travail pour le prix convenu.... ou d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte chez le voisin. Il n'est tenu que par les termes précis du contrat convenu pour un travail donné, en qualité et quantité et bien sur en rémunération. Cela ouvre la liberté à la stabilité pour un travail comme avant en salarié ou bien de choisir la diversité des emplois multiples pour des travaux multiples, que cela soit les mêmes ou des différents n'ayant aucune importance.

La seule limite est la capacité humaine de la personne concernée, dans son organisation personnelle, ses besoins d'argents, sa gestion des temps, etc... et tout le monde a une limite. On ne peut pas travailler 24h sur 24 impunément, il faut savoir s'arrêter avant que les conséquences ne dépassent les bienfaits.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [17/08/2011 - 08h03 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Ce que décrit cochise semble vrai...
Sauf qu'un sous-traitant est livré à la loi du marché, survivre ou disparaître....
Ainsi il est face, aux industries qui l'emploient, dans une situation de concurrence avec d'autres sous-traitants.
Et donc soumis à l'offre et la demande.
Ce qui fait que pour avoir des commandes ou un agrément, il doit serrer ses prix au-delà du viable et au détriment de ses investissements et de son personnel.
Les sous-traitants sont ainsi exploités et prisonniers de leurs commanditaires.
Leurs fournisseurs sont ainsi soumis aux mêmes lois, ainsi que les salaires de leurs employés.

C’est ainsi une longue chaîne ou l’exploité, se fait à son corps défendant exploiteur.
Car au début de la chaîne, les grandes entreprises se trouvent, également, en concurrence.
A moins d’ententes sévèrement dénoncées lorsqu’elles sont connues du public.

Notre économie est donc prisonnière de ses structures, et les salaires aussi.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [17/08/2011 - 09h48 ]  
papiguy

Tout à fait d'accord avec toi, bougainvilliee,

La Chine n'arrive à fournir le monde en produits en tous genres que parce qu'elle dispose d'un réservoir humain considérable dans ses campagnes. Quand des ouvriers commencent à réclamer des augmentations de salaire on les licencie et ils vont grossir les bidonvilles. Parallèlement ils sont remplacés par des paysans auxquels on fait miroiter un niveau de vie plus élevé.
Ce petit manège peut encore durer 10 ou 20 ans.

Le revers de la médaille, c'est que les campagnes se dépeuplent et que la Chine n'est plus en situation d'autosuffisance alimentaire. Elle est obligée d'importer des produits agricoles, dont de grandes quantités de blé, faisant du coup grimper le prix de ces produits. Dans le même temps elle met en oeuvre une politique néo coloniale dans certains pays, en Afrique en particulier, fournissant matériel et encadrement pour exploiter à sonseul profit des surfaces très importantes, sans aucun souci des équilibres naturels, et traitant les populations locales avec le plus grand mépris.

La Chine est effectivement en train de supplanter les USA, après être devenue le plus grand pollueur de la planète avec son industrie, elle devient le plus grand destructeur d'écosystèmes, et l'impérialiste le plus agressif.

Tôt ou tard, les populations africaines se révolteront, les populations chinoises sans travail manifesteront, la famine qui s'est déjà manifestée deviendra endémique dans ce pays aux besoins immenses. De plus, la crise de la dette va appauvrir la Chine qui aura de moins en moins de moyens pour acheter des produits de base dont les matières premières nécessaires à son industrie.
La part relative des salaires dans le prix des produits va baisser rapidement, du fait de l'augmentation importantes du prix des matières premières, rendant la compétitivité chinoise moins attractive, compte tenu également du prix des transports.

Parallèlement , les pays occidentaux seront passés dans l'ère post industrielle tout en ayant conservé une industrie de plus en plus performante.

Alors on peut douter de l'avenir radieux de la Chine qui s'est engagée dans la course économique avec les pires recettes du capitalisme ultra-libéral. Malheureusement, pour des centaines de millions de Chinois, la facture est déjà lourde. La vitrine de Shanghai n'est qu'un miroir aux alouettes.




 cochise_fr a écrit [17/08/2011 - 11h40 ]  
cochise_fr

Bonjour
Vos descriptions à tous les deux sont fait exactes.
Mais je relève la dernière phrase de Bougainvilliée:
"Notre économie est donc prisonnière de ses structures, et les salaires aussi."

C'est bien pour cela qu'il faut que l'état reste le régulateur du premier palier de revenu, le fameux revenu minimal de dignité permettant de vivre décemment à celui qui le reçoit même si ce n'est pas dans l'opulence. Ce revenu minimal doit être le même pour tous, de la majorité qui sépare des parents jusqu'au décès. En fonction de l'âge et des capacités (ou incapacités), ce ne sont que les modalités d'application qui changeront, pas le revenu lui-même qui sera garanti, tant pour le versement que pour sa compensation totale ou partielle (c'est un egangement réciproque entre les citoyens et l'état..

A partir du moment où le minimum est fixé, le supplément peut se négocier suivant les lois de l'offre et de la demande, seulement pour le supplément. Ce sont donc les cadres et professions dites supérieures qui auraient à en pâtir, bien que je ne sois pas convaincu de la baisse des prix permanente quand une qualité de travail est nécessaire. Une personne peu compétente (ou incompétente) est toujours trop payée. Par contre, dans un état quel qu'il soit, il est de l'intérêt de toute la société que les gens soient le mieux formés et le plus formés possible. L'organisation d'une sorte de formation permanente pour tous devrait compléter la formation initiale scolaire tout au long de la vie à chaque fois que c'est possible et bien sur quand cela devient impératif. On peut envisager des structures de formations non capitalistique (cas actuel en grande partie... il suffit de regarder les prix) pour tous dans presque tous les domaines, et par exemple ce pourrait utilement être une activité des anciens quand les capacités physiques ou autres se réduisent. C'est le partage de l'expérience, le tutorat, ou autres cours du soir.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à betinaweb






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.