Qu'entendez-vous par "tromper son conjoint" ?



sotaro
Cette question a été posée par sotaro, le 14/12/2007 à à 23h04.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Philosophes.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Vianvian a écrit [15/12/2007 - 00h13 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Vianvian

Personnellement, je prends "tromperie" dans le premier sens du terme, à savoir quand il y a mensonge ou mensonge par omission. Dès lors que l'on cache ou déforme une information qui concerne les sentiments ou la sexualité, il a tromperie.
Bien sûr, il ne faut pas non plus juger que par ça, sinon on en arrive à des extrêmes tel que "je n'ai pas exprimé ma préférence envers telle Miss France à ma conjointe, je l'ai donc trompée" ou bien "j'ai baisé avec tous les mecs de l'immeuble mais comme mon keum est au courant, je ne l'ai pas trompé !" Quoique après tout, c'est aussi une façon de voir qui se défend... Mais ce n'est pas la mienne.




Vian²


 bougainvilliee a écrit [15/12/2007 - 22h46 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour sotaro?
Le mot "tromper" dans ce cas, c'est du vieux français. Ça n'existe plus. Ce n'est même plus dans le Larousse.

A moins que je n'ai pas compris la question.

En fait je crois qu'il s'agit des relations plus ou moins intenses que l'on peut avoir avec d'autres personnes, autres que celle avec qui on partage, d'une façon privilégiée, une grande partie de notre quotidien. Je ne vois pas ce qui a de gênant à avoir d'autres relations avec d'autres personnes. Chacun est libre de lui-même, de se vivre comme il le souhaite, et donc de son corps. Avoir des relations différentes, vivre des expériences, d'avoir d'autres vécus, pourquoi pas.

Personnellement, je ne me suis jamais senti "trompé" et je n'ai jamais considéré avoir "trompé". Il en est de même, à ce que je sache, des personnes qui ont partagé ou partagent encore mon existence. Peut-être parce que nous nous sommes jamais dissimulé ce que nous étions, ce que nous vivions et la façon dont nous voyions les choses. La sexualité est une nécessité comme une autre, qui fait partie intégrale de nous, qui nous constitue et nous motive. L'essentiel, est donc, en ce domaine d'être en harmonie avec nous-mêmes et de ne pas faire souffrir ceux que nous aimons, apprécions ou que le hasard amène à partager avec nous un morceau de vie.

Un couple, une union, un mariage, est un contrat. Aucune clause ne doit être en être secrète. On doit mettre ce que l'on est et espérons vivre, sur la table dès le premier jour, par respect de l'autre et de soi-même. Faire de sa vie une chose sincère et épanouie, c'est ne pas s'aliéner, surtout pas à l'autre. C'est être attentif à cet autre, comprendre ses désirs, l'accepter tel qu'il est et veut vivre et, apprécier si ses désirs, si ce qu'il veut vivre et ce qu'il est, s'accordent à ce que nous sommes, à nos propres désirs et à notre façon de vivre. Et puis arrive ce qui arrive la vie est ainsi faite.

Il n'y a alors pas de tromperie, mais des vies partagées et respectées par chacun. Quelle richesse, car on n'a qu'une vie. J'ajouterai que, bien sûr, il faut avoir la même attitude de confiance avec tous et toutes. Dans tous les cas l'amour ne doit jamais être conditionnel pour être bien vécu.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [16/12/2007 - 00h11 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Petit rappel théorique:
Dans un couple, on se jure mutuellement (d'où l'importance de l'affront) fidélité, aide et assistance "jusqu'à ce que la mort nous sépare" (c'est long tout ça).

"Tromper son conjoint"....c'est déroger à cela, rien de plus, rien de moins.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [16/12/2007 - 11h19 ]  
bougainvilliee

Bonjour sotaro, Bonjour cochise,
Cochise à une approche un peu conventionnelle des choses. Qu'il se rassure c'est encore largement partagé.

Cependant faire des promesses de fidélité éternelle, alors que nous sommes dans l'égarement de la passion, ne me semble guère raisonnable. Faire cette même promesse à un moment où l'on ne désire que l'autre et, dans l'instant, rien d'autre, m'apparaît comme tout aussi déraisonnable. A aucun instant, nous ne sommes maître de notre existence, et surtout pas à ce moment là. Aliéner ainsi le restant de ses jours, s'asteindre à une seule relation, définitive, est inhumain. C'est-à-dire contraire à notre humanité, à ce que nous sommes. Mais je sais que ces préceptes, issus d'une chrétienté dévoyée et torturée, sont si bien installés en nous, qu'ils en sont devenu des réflexes, au point de nous faire croire qu'ils sont des règles de vie, de bienséance et de noblesse. Cependant être libre, s'est s'affranchir de nos conditionnements, de nos préjugés et de nos réflexes. C'est d'ailleurs la seule vraie liberté à laquelle nous pouvons accéder. Les autres sont symboliques ou illusoires.

Que l'on ne s'y "trompe" pas, il s'agit de vivre une existence éphémère, rapide et risquée, sans faire autre chose que de la vivre. Il n'y a rien à provoquer où rechercher, mais vivre l'instant fragile qui nous est donné, sans l'encombrer des réticences et des convenues humaines qui n'ont souvent qu'un temps, qu'une époque.

Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 dali a écrit [16/12/2007 - 12h27 ]  
dali

salu,sotaro,tromper son conjoint : c'est déjà de ne pas lui avouer certaines choses que l'on fait derrière son dos et cela n'est pas forcément sexuel. cela peut-être par exemple prendre un crédit à son nom sans lui en parler et quand il est question d'argent dans un couple,cela peut rapidement s'enflammer. le pire c'est de continuer de faire semblant d'aimer alors que l'on aime plus alors un jour u l'autre l'un des deux partira et le mal sera là . MAIS TOUTEFOIS CHACUN A LE DROIT D AVOIR UN PETIT JARDIN SECRET ET JE NE PENSE PAS QUE CELA SOIT CRIMINEL CAR DANS UN COUPLE IL FAUT TOUJOURS UN PEU DE PIMENT




 cochise_fr a écrit [16/12/2007 - 13h31 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Le plus aliéné n'est pas toujours celui qu'on pense.
La chrétienté a repris à son compte quelques préceptes de la nature, mais elle n'en est pas l'initiatrice. Aucun être n'est fait pour vivre seul et isolé, nulle part, jamais, et encore moins un humain. Ce n'est qu'une démarche intellectuelle d'égoïstes patentés, irresponsables de surcroît, que de croire que l'on peut à son gré jeter l'autre ou s'enfuir pour assouvir son propre plaisir, parce que des pulsions animales vous bottent le cul toutes les 5 secondes et que votre tête est incapable de réfléchir sainement à vos devoirs (ah! j'ai dit un gros mot, là) envers celui ou celle qui vous accompagne.

Oui, se mettre ne couple, c'est abandonner volontairement une partie de sa liberté au profit de l'autre, et réciproquement. Ce n'est pas une perte sèche, c'est un échange consenti. On offre à l'autre une partie de ses compétences et/ou de ses aptitudes et l'on reçoit les siennes, la richesse des deux en est enrichie. C'est un engagement mutuel à partager (ah ! zut !! encore un gros mot !!) et dans ce cadre, ce que l'on désigne pudiquement par "tromper" n'est autre réellement que "trahir", dans le plus strict emploi du terme. Eventuellement, c'est "déserter" qui n'est qu'une forme de trahison de pleutres. A l'armée, vous seriez fusillé, sur le champ, pour n'avoir pas respecter vos engagements (chacun sait ce que je pense de la peine capitale, pas la peine d'épiloguer la dessus)....sauf peut être dans les armées de bureaucrates ou de chefs d'entreprise plus soucieuses de ne pas se salir les mains en faisant des morts à distance afin qu'on ne les voit pas.

Avant de faire un pacte, de faire une alliance, de signer un contrat, de prendre un engagement, on a le devoir de réfléchir longuement aux conséquences de cet acte qui engage l'avenir des participants que par définition personne ne connaît. Il peut y avoir une période de renseignements, voir une période d'essai, une période de doute et d'incertitude, c'est tout à fait normal. Cela permet à chacun des participants au contrat de vérifier que l'engagement est nécessaire. Que l'un seulement refuse de signer pour convenances personnelles, quelle qu'en soit la raison, et Plouf !! le contrat projeté tombe à l'eau, définitivement. On ne peut en effet pas contracter seul. Et il est inutile d'essayer par la force ou la ruse de faire signer les récalcitrants contre leur gré (le traîté européen en est un exemple flagrant).

Vous voulez vivre libre.... mais par rapport à quoi ?? Vous rejetez la société, soit, mais assumez votre liberté de retourner au mode de vie animal....et encore, même le monde animal s'organise en groupe pour survivre et résister aux prédateurs de toutes sortes. Plus d'eau courante, plus de logement que vous n'auriez construit, plus d'électricité, plus de voiture, plus de supermarché, plus de sécurité sociale, plus de nourriture que vous n'auriez cherchée ou cultivée ...etc.... plus rien de ce qui fait notre société, malgré toutes ses imperfections. Vous voulez être libre, alors fichez le camp au coeur de la forêt amazonienne et ne revenez plus, assumez vos choix et mettez les en oeuvre au lieu d'être seulement des faux-culs de profiteurs quand cela vous arrange.
Ce que vous décrivez comme la liberté, ce n'est que de la lâcheté, pas de quoi en être fier.

Pour rompre un contrat, les seuls à pouvoir en décider sont les signataires du contrat, à l'unanimité en principe, ou à la majorité si ils l'avaient décidé au contrat préalablement à la rupture. C'est ce que j'appelle se séparer proprement et dignement, indépendamment des douleurs que cela procure et des sentiments d'échec puisqu'il s'agit bel et bien d'un échec du contrat.
Vouloir rompre unilatéralement un contrat, c'est un acte de dictature, rien de moins, au même titre que celui de faire signer parla force ou la ruse, d'où évidemment la réticence des obligés à obtempérer aux injonctions du dictateur.

Je vous souhaite à tous d'être les plus heureux possible, il n'y a que cela d'important, sans faire souffrir les autres, volontairement ou pas.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [16/12/2007 - 18h50 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Je suis parfaitement d'accord avec dali. Il y a mille et une façons de "tromper" ceux qui nous ont accordé leur confiance, leurs faiblesses, et partagent notre vie et pas seulement sexuellement. Les trahisons de l'esprit sont autrement plus dévastatrices. La complicité intellectuelle notamment. Les instants privilégiés dans lesquels l'autre n'a pas sa place.
Ceci dit, il y a de multiple façon de vivre avec l'autre, avec les autres. Il n'y a pas ici à convaincre que l'une ou l'autre façon de vivre est la bonne. Tout dépend de la complicité que nous avons avec notre partenaire. Et c'est cette complicité là que nous devons enrichir dans l'échange. Respecter l'autre et nous-mêmes est la base d'une entente heureuse. Garder des jardins secrets et savoir préserver ceux de l'autre, afin qu'il se sente en sécurité avec vous. Ne pas mystifier l'autre en lui faisant des promesses d'un moment que nous ne sommes pas assurés de tenir. En fait nous ne rencontrons, le plus souvent, que ceux qui partagent nos conceptions. Cela est important si nous voulons aller plus loin avec lui.
Il n'y a pas besoin de contrat pour cela, mais un ressenti. Etre lucide et savoir que l'on ne traverse pas la vie impunément. Ne jamais dire : "Fontaine, je ne boirais pas de ton eau." La vie nous attend toujours au virage et nous renvois toujours à ce que nous sommes. Les engagements ne valent que par ce que nous en faisons. Jurer fidélité absolue et faire jurer cela à l'autre, c'est s'enfermer et enfermer l'autre. Je ne conçois pas ainsi les choses. Tout est possible dans l'existence. Evitons de culpabiliser l'autre en lui traçant des frontières que la nature humaine l'amènerait, peut-être un jour, à transgresser. Je préfère quelqu'un qui partage librement ma vie, que quelqu'un qui se torturerait en se sentant prisonnier d'une voie trop bien tracée.
Mais chacun traverse la vie comme il lui plait en se chargeant des chaînes qui lui conviennent ou le rassurent.
Aussi je n'émets, ici, qu'un point de vue. Celui-ci est ce qu'il est, sans plus. Une vision des choses très personnelle. Et l'on sait qu'un point de vue n'a pas pour objet de se fonder en règle.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 Vianvian a écrit [19/12/2007 - 00h26 ]  
Vianvian

Petite remarque plus légère au milieu de ce débat...
Cher Bougainvillee, il me semble que pour formuler votre toute première réaction, vous ayez (sûrement involontairement) plagié une pièce de théâtre bien connue !
En effet, "(...) c'est du vieux français. Ça n'existe plus. Ce n'est même plus dans le Larousse." est bien une réplique tirée de Si je peux me permettre, de Robert Lamoureux. Ils parlent alors du mot "honnête", qui dans un contexte d'affaires financières est un mot qu'il vaut mieux considérer comme désuet si l'on veut entreprendre sans encombre !
Alors, Bougainvilliee, avouez-vous ? ;-)




Vian²


 bougainvilliee a écrit [19/12/2007 - 00h52 ]  
bougainvilliee

Bonjour Vainvian,
J'avoue avec le plus grand des plaisirs, ce plagiat. Mais j'adore cette pièce et ses répliques. C'est du grand Robert Lamoureux. Il y a deux pièces que je revisite souvent c'est "Le canard à l'orange" joué par le regretté Michel Roux et "Si je peux me permettre", dont d'ailleurs je ne comprend pas le titre. Il me semble que "Comment peut-on ?" lui aurait mieux convenu. A ce propos je regrette amèrement que l'on ne puisse trouver cette pièce en DVD. J'ai eu la chance de l'enregistrer lors d'une diffusion à la télé. Mais je m'inquiète de ne pas trouver cette pièce sur aucun autre support, même pas sur casette vidéo. Car je craint qu'au long de son utilisation elle perde de ses qualités d'enregistrement (les bandes magnétiques souffrant de trop être utilisées). Je pense tenter la faire mettre sur DVD à titre personnel à partir de mon enregistrement pour la sauvegarder. Mais c'est très onéreux. Peut-être, Vianvian, pourrais-tu me conseiller et savoir si cette pièce peut s'obtenir sur un support DVD, en particulier, ou sur Cassette vidéo, en désespoir de cause.
Merci.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 Vianvian a écrit [19/12/2007 - 01h34 ]  
Vianvian

J'ai hélas eu les mêmes soucis que vous en la matière !
En effet, j'ai mis en scène cette pièce pas plus tard que l'année passée. J'ai moi-même effectué de laborieuses recherches d'une version écrite de cette pièce, voire un quelconque support vidéo, mais toujours en vain ! Aucun magasin, aucun site Internet de vente par correspondance, aucune médiathèque universitaire ou municipal que j'ai consultés ne se sont soldés par un résultat heureux. J'ai donc récupéré un vieil enregistrement qu'un ami bienveillant avait enregistré une des fois que la pièce est passée à la télévision et qu'il avait soigneusement conservé. C'est donc à l'usure de la cassette vidéo et de mon poignet que j'ai recopié chaque réplique et mis sur papier chaque didascalie ! Il me fallut revenir en arrière sur le support vidéo ô combien de centaines de fois, car la prononciation de Jacques Balutin était affreusement mauvaise, et bon nombre de répliques m'échappaient à la première, deuxième, voire parfois (sans exagérer !) quinzième écoute. Depuis lors, je déteste Jacques Balutin ! Mais c'est au prix de ce labeur que je suis maintenant sûrement un des seuls à posséder une version écrite de Si je peux me permettre, de Robert Lamoureux !
Je ne puis malheureusement vous fournir de version vidéo de cette pièce, mais si vous le souhaitez, je peux vous envoyer la version dactylographiée de mes propres mains (en absolu désespoir de cause !).
Voici donc, si je peux me permettre, mon adresse email afin de vous laisser me contacter d'abord, afin que je vous envoie ensuite le fichier par courriel.




Vian²


 bougainvilliee a écrit [19/12/2007 - 20h13 ]  
bougainvilliee

Bonjour Vianvian,
Je te remercie vivement pour ta généreuse proposition. Mais je ne saurais que faire du texte de la pièce. Ce que je recherche c'est une version DVD de celle-ci. Possédant une bonne version de son enregistrement, je cherche à la faire dupliquer et surtout de l'avoir en un bon support DVD. Cependant dans le commerce ce n'est pas possible. Je cherche donc un amateur qui puisse le faire. Si j'obtiens une bonne duplication, même en vidéo, je me ferais un plaisir de t'en informer et, éventuellement, de t'en faire parvenir une copie, au moins en vidéo. Cela te réconcilieras avec Jacques Balutin. Cette pièce si elle est correctement enregistrée est un délice. Je ne comprends pas que l'on ne puisse pas la trouver dans le commerce. Que ce soit en vidéo ou en DVD. Il est est de même avec "La poudre d'escampette" film dont les principaux acteurs son Michel Piccoli et Marlène Jobert, ou "Un homme de trop" de Costa Gravas, film également avec Michel Piccoli, Brubo cremer, Charles Vanel et plein d'autres excellents acteurs et tiré d'un roman de Jean-Pierre Chabrol. Ne pas retrouver ces films, me semble une aberration à notre époque.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 semigreg a écrit [23/11/2010 - 09h28 ]  
semigreg

Bonjour Vianvian,

Je cherche désespérément le texte de cette pièce "Si je peux me permettre" sur Internet et je tombe sur ce fil. Je vois cette proposition que vous faites de faire parvenir ce texte par mail. Si c'est toujours possible pour vous, je vous en serai très reconnaissant.

Merci beaucoup.
semigreg




 bougainvilliee a écrit [23/11/2010 - 12h16 ]  
bougainvilliee

Bonjour semiqreq,

On demande "Vainvian" et c'est "Bougainvilliee" qui répond.

"Vianvian", il y a deux ans, proposait le texte de cette pièce de Robert Lamoureux.
Peut-être se manifestera-t-il, parce que je ne l'ai plus vu sur ce site depuis cette époque.

Pour ma part, j'ai eu l'extrême chance d'enregistrer cette pièce, de Robert Lamoureux, avec ce dernier et Jacques Ballutin.

J'ai encore cette K7, mais ne la céderais que contre "Tiercé gagnant" avec jacques Ballutin, ou un des films que je recherche, ci-après.

J'ai aussi eu la grande chance d'enregistrer aussi : "Sacré Noêl", avec Henri Guybet et Marion Game.

Ces pièces sont introuvables, que ce soit en K7 ou en DVD, je ne sais pourquoi.

Pour ma part je cherche désespérément un enregistrement de : "Un homme de trop" de Costa Gravas, avec Michel Piccoli, Bruno Kremer, Blain, Vanel, etc. ainsi que les "Sorcières de Salem" avec Yves Montand et Simonne Signoret.

En espérant vos réponses.




Le doute est ma seule certitude


 semigreg a écrit [26/11/2010 - 11h23 ]  
semigreg

Bonjour bougainvilliee,

je n'ai malheureusement pas ce que vous cherchez. Et puis me concernant, je cherche le texte de la pièce, non pas la vidéo.

Merci quand même.

Semigreg




Répondre à sotaro






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.