Pensez-vous que d'avoir une bonne santé est le reflet d'une bonne alimentation ?



oceane67j
Cette question a été posée par oceane67j, le 24/03/2011 à à 09h31.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Nutrition.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 oceane67j a écrit [24/03/2011 - 09h31 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
oceane67j

On nous dit qu'il faut manger 5 fruits et légumes par jour ! pensez-vous réellement que le fait d'avoir une bonne santé passe automatiquement par une bonne alimentation ? car je n'aime pas trop les légumes




 Wisty a écrit [24/03/2011 - 10h40 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Wisty

Bonjour océane,

Disons que la bonne alimentation contribue à maintenir sa santé, mais bon, on ne peut prévoir les pénuries microbiennes cuasant certaines maladies. ;-)




Wisty


 symbol a écrit [24/03/2011 - 10h50 ]  
symbol

Apprendre à se nourrir est un trésor pour la santé.
L'équilibre de notre physiologie et de notre santé physique dépend de trois fonctions : l'apport nutritionnel (le combustible), le métabolisme (la combustion) et l'élimination (l'évacuation des déchets).

Trop ou trop peu d'aliments, des aliments inadéquats, un mauvais tirage par ralentissement du métabolisme, une élimination insuffisante, et voilà que stagnent dans le corps des déchets qui auraient dû être évacués : ce sont les toxines. leur présence provoque des symptômes dont le rôle est de nous avertir qu'un déséquilibre s'installe.
Les symptômes généraux peuvent être aussi bien mentaux (esprit confus...), qu'émotionnels (lassitude, anxiété...) ou encore physiques (paupières enflées, vue trouble, nez bouché, maux de tête, de ventre, douleurs articulaires...);
Quand l'intoxication devient plus importante, des maladies aigües surviennent puis des maladies chroniques s'installent.

Rétablir la santé, c'est favoriser l'élimination en aidant l'organisme à se détoxiquer, stimuler les combustions par l'exercice physique, réajuster l'apport nutritionnel en quantité et qualité, en apprenant à se nourrir sainement.

Les aliments qui engendrent la vie sont la base qualitative idéale de notre alimentation : graines, céréales, légumineuses, herbes et légumes germés ou à l'état de jeunes pousses. Les plantes sont d'une extrême richesse au début de leur croissance. Elles renforcent la vitalité des cellules (vitamine, minéraux, oligo-éléments, acides aminés, enzymes...).
Les aliments qui activent la vie sont la base quantitative idéale de notre alimentation : baies, fruits, herbes, légumes, légumineuses, graines, céréales et oléagineux parvenus à maturité et consommés en parfait état, crus ou trempés.

Ces deux types d'aliments forment la catégorie des aliments vivants. Ils ont été prévus par la nature pour assurer la vie et le bien-être de l'être humain. Leur consommation apporte vitalité et santé à tout âge.
Ceux qui ralentissent la vie ( forces vitales diminuées par le temps, le froid, la chaleur) sont le résultat d'habitudes sociales. Ils assurent le fonctionnement minimum de notre organisme et entraînent le vieillissement des cellules.
Et ceux qui détruisent la vie sont devenus prépondérants dans le mode alimentaire occidental ( forces vitales détruites par les procédés physiques ou chimiques de raffinage, de conservation, de préparation).

Dites vous que notre corps a été prévu pour fonctionner avec les éléments vivants contenus dans les aliments naturels.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 Edith a écrit [24/03/2011 - 10h53 ]  
Edith

Une bonne alimentation journalière, renforce les défenses immunitaires d'un individu, mais bien sûr, on ne peut pas dire qu'une bonne alimentation seule, protège la santé, car comme le dit Wisty, on peut et on doit faire face dans la vie à de nombreuses maladies, comme par exemple le cancer, maladies dégénératives ou maladies apportaient par les virus et les bactéries, etc... Une bonne alimentation, c'est aussi certain, fera que la personne atteinte refera plus vite surface, qu'une personne qui ne mange pas, ou ne mange pas ce qu'il faut. De là, qu'il faut essayer de bien se nourrir, par pas trop de graisses, sucres, et qu'il vaut mieux privilégier une alimentation diversifiée en fruits, légumes, poissons, viandes maigres, fromages maigres, calcium, etc... Essayes de manger de tout pour préserver ta santé, en quantité normale, après la santé est pour chacun différente.




Non, rien de rien, non, je ne regrette rien...


 bougainvilliee a écrit [24/03/2011 - 13h17 ]  
bougainvilliee




Bonjour,

J'ai de forts doutes sur cette prétention de croire que notre santé dépend de notre alimentation.

Je pense que c'est une question de génétique et de ventres pleins, qui peuvent se permettre de chipoter dans leurs assiettes.

Je suis né au début de la deuxième guerre mondiale, les restrictions étaient si fortes, alors que j’étais nourrisson, que j'ai mangé ce que l'on me donnait (d'ailleurs lorsqu'on est en bas-âge on n'est pas maître de ce que l'on vous donne à manger.
Pas de viande, pas d’œufs, pas de lipides (huile, graisse, beurre).
La stérilisation n'existait pas, et dans la basse-Auvergne la pasteurisation encore moins.

La soupe de châtaignes était le plat principal.
On a eut droit en 1946 à un peu de saindoux. Les cartes d’alimentation ont perdurées jusqu’en 1947.

Puis on a connu les "trente-glorieuse" durant lesquelles le DTT, les insecticides, les pesticides, et autres "cides", étaient répandus à profusion par les USA qui se débarrassaient de leurs stocks et avaient enfin un débouché pour leur industrie chimique.
Il fallait bien nourrir le bon peuple (ce qui pouvait donner le "pain de Pont-Saint-Esprit).

Aujourd'hui la plupart de ces produits sont interdits, mais nous avons eut Tchernobyl et maintenant le nuage japonais.

J'ai aussi connu les rations militaires, à la "libération" d'abord et durant mes campagnes obligatoire dans les djebels, ou j’ai bu un peu n’importe quelle eau. On trouvait même (en Algérie) des mouches mortes dans les bouteilles d’Orangina.

J'ai mangé de tout, des larves, des chauves souris (si, si, les Fanny se mangent à Madagascar) des lémuriens, du serpent, des araignées noires, des tangs (sorte de petits hérissons de l'île de la Réunion), des bichiques pêchées à l'eau de Javel, des merguez servies, dans un vieux papier journal sale, par un lépreux aux mains presque inexistantes, et j'en passe... comme le Nuoc-mam traditionnel, qui obtient, en mettant du poisson à pourrir sur des claies, pour en recueillir le liquide de décomposition (le Nuoc-mam) dans des bassines (jamais nettoyées) placées en dessous, le tout par 35° à l'ombre. (ça sent autre chose que l'espèce d'édulcoration, vendue en grande surface).

On est ce qu'on est et non ce que l'on mange.




Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [24/03/2011 - 13h25 ]  
bougainvilliee

En tous cas une bonne santé, n'est pas (vu mon expérience) le reflet d'une bonne alimentation.
Vu que la mienne était aléatoire et incertaine (je parle de mon alimentation).

Qu'à mon époque les réfrigérateurs n'existaient pas et que dans les divers pays où j'ai vécu, ils n'existaient pas, soit pas absence d'électricité, soit parce que c'était comme ça.

Allez achéter vos crevettes (elles sont pas chères) au Gabon, dans des vieux fûts à Gazoile, sur le bord de mer. Si on a pas tout vendu le soir, c'est à nouveau là le lendemain matin, avec un peu plus de mouches.




Le doute est ma seule certitude


 imagine54 a écrit [25/03/2011 - 03h33 ]  
imagine54

La vrai question à poser ne serait ce pas plutôt celle ci:
Reste t-il quelque chose de bon et saint à consommer aujourd'hui?




 symbol a écrit [25/03/2011 - 08h56 ]  
symbol

Et ta santé à l'époque bougainvilliee ?
Je ne vois aucun rapport avec la génétique, peut-être plus avec la psychogénéalogie puis très justement de mauvaise santé avec des ventres pleins de... Et imagine54 pose sans doute une excellente question.

Si je me réfère à des gens de ta génération et même plus âgés, je retrouve des personnes qui ont vécu les privations et qui sont à ce jour de constitution solide.
Nous devenons ce que nous sentons, touchons, voyons, entendons et mangeons, ce que nous ressentons émotionnellement, ce que nous pensons.
La santé, ça s'apprend et une alimentation de santé existe.

Actuellement de nombreux scientifiques tirent la sonnette d'alarme quant à la qualité sanitaire des aliments et la prolongation de la conservation (irradiation des aliments par des substances radioactives : à l'origine l'américain Green en 1904 démontra les propriétés stérilisantes des rayons X et en 1968, les américains mirent en vente le premier bacon irradié).
En France, on traite par irradiation les pommes de terre, les oignons, les échalotes et l'ail. Aus U.S.A l les pommes de terre et les céréales.
En Hollande : les champignons, les oignons, les poulets, les cuisses de grenouille, le riz, les épices, les asperges, les crevettes, les repas congelés des hospitalisés, les filets de poissons, les fraises, le pain et le seigle.
En Afrique du Sud : les pommes de terre, les oignons, l'ail, les poulets, les papayes, les mangues et fraises, les bananes séchées et les avocats.
Au Japon, l'irradiation est massive (avant cette catastrophe).

On ne peut prévoir à quels points ces combinaisons peuvent jouer un rôle dans la genèse du cancer ou d'autres maladies graves. On peut aussi se demander si ces molécules dénaturées ne risquent pas d'entraîner une baisse de l'immunité générale de l'organisme.
N'oublions pas le DTT considéré comme inoffensif. Utilisé abondamment sur toute la planète, on en trouve aujourd'hui dans le corps de toutes les créatures vivantes, nouveau-né compris !

En s'intéressant un peu aux nouvelles lois de l'alimentation humaine (pas celles des faiseurs de régime), en suivant certains travaux des Sociétés des Sciences Naturelles, etc... Le bon sens serait de prendre conscience des effets à long terme que peut engendrer un certain type d'alimentation.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [25/03/2011 - 12h49 ]  
bougainvilliee

Bonjour symbol,

Ma santé était bonne... à cette époque aussi. Je courrait en culotte courtes (on n'appelait pas encore ça des shorts) et le voile ne posait pas encore de problème (toutes les villageoises en portaient, au marché, aux champs, à l'église, et même l'instituteur ne refusait pas une mère d'élève en fichu.

Les assiettes pleines ne sont, apparemment, pas très bonnes puisque l'on se plaint de surpoids.

A l'époque le garde mangé était moins rempli, sans doute parce qu'on ne connaissait pas le réfrigérateur (dont l'humanité s'est passée jusqu'en 1955. Il est vrai que l'espérance de vie était bien moindre) et que les conserves l'étaient tout autant.

I955 date du plein DDT (sur les cultures, dont tu nous dit que c'est un produit inoffensif).

Certes ont s'ébréchait les dents sur les miettes de cailloux dans les lentilles et l'on devait soi-même plumer et vider ses volailles (maintenant on les plonge, une fois automatiquement plumées et éviscérées, dans de l'eau de javel).

L'étrange, c'est qu'au moment ou les normes sanitaires sont très rigoureuses, que l'on s'inquiète de ce que l'on mange.

Lorsque l'on avait faim, il importait peu qu'il y ait des asticots dans le potage. Sans ce poser de question sur leur provenance et l'état sanitaire des entrepôts et des cuisines (y compris les chaudrons), on mangeait le tout, en regrettant qu'il y en ait si peu.

Avec la hausse des produits (pas seulement alimentaires), sans doute serons nous moins regardants.




Le doute est ma seule certitude


 symbol a écrit [25/03/2011 - 16h09 ]  
symbol

Non, surtout pas inoffensif, le DTT, considéré comme inoffensif lorsqu'il fut lancé sur le marché. Il ne devait détruire que les insectes nuisibles et les experts répétèrent à l'envi qu'il était sans danger pour les autres animaux et pour l'homme.

Le professeur Louis Kervran disait : A mon avis, on est allé trop vite, comme trop souvent dans ces domaines nouveaux où l'on joue à l'apprenti sorcier" et ce lorsque l'on parle du procédé d'irradiation des aliments, dont on a pu prouvé la nocivité par la création d'alcaloïdes dangereuses dans certains légumes.
Pour le DTT, ce n'est plus à prouver, non plus...

Les normes sanitaires ont beau être rigoureuses, elles ne s'intéressent pas à la vitalité des aliments.
C'est ce que j'avais envie de t'entendre dire bougainvilliee, ta santé était bonne malgré...




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


Répondre à oceane67j






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Produits de la même thématique :

• Miss Bisous bonne nuit


Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.