La France est t'elle devenue le paradis des pauvres ?



ferd_schi
Cette question a été posée par ferd_schi, le 11/12/2012 à à 10h40.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie News politique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 ferd_schi a écrit [11/12/2012 - 10h40 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
ferd_schi

Conférence nationale sur la pauvreté, Jean-Marc Ayrault devrait annoncer aujourd’hui une hausse du revenu de solidarité active (RSA) de 10% sur 5 ans. Le Gouvernement veut montrer qu’il lutte contre la pauvreté, alors que "Plus de 8,5 millions de Français vivent avec moins de 964 euros par mois", "un Français sur cinq déclare avoir renoncé aux soins", "800.000 personnes ont recours à l'aide alimentaire" C'est bien l'assistanat qui dure depuis des dizaines d'année, mais ne faudrait t'il pas aussi penser à remettre les français (ses) sur le marché du travail au lieu de toujours essayer de colmater les brèches par des "mesurettes".




 Coucouilles a écrit [11/12/2012 - 10h58 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Coucouilles

Le gouvernement va augmenter les impôts des ménages de plus de 10 milliards d'euros, comme cela il y aura encore des pauvres en plus ! On ponctionne les français de plus en plus, quand tous les français seront tous devenus pauvres, comment fera le gouvernement ? Une fois de plus on s'attaque aux conséquences et pas aux causes ! :-/ Alors comment s'en sortir, c'est quoi ce boulot !.




 eretria a écrit [11/12/2012 - 11h01 ]  
eretria

L'enfer des pauvres plutôt. ;-(
J'ai toujours du mal à croire qu'on puisse avoir autant de misère dans un pays soit disant ''développé''
Remettre les gens sur le marché du travail serait une bonne chose, mais pour cela il faudrait qu'il y ait du travail en France, or avec les mesures actuelles, nous ne sommes pas prêt de voir les offres d'emploi fleurir.
Et pour ceux et celles qui ne sont plus en mesure de travailler soit pour des raisons de santé, soit parce qu'ils arrivent à un certain âge, c'est encore pire...




J'ai perdu m'quinzaine..!


 ferd_schi a écrit [11/12/2012 - 11h33 ]  
ferd_schi

pour eritria, j'ai écrit "La France est t'elle devenue le paradis des pauvres ?", un peu par ironie, car on n'utilise bien "paradis fiscal pour les riches", alors la majeure partie des gens qui travaillent encore sont aussi en difficulté et vivotent ! jusqu'à quand on pourra encore payer ! Cela devient du "socialiste libéral", attention aussi au rétablissement en hausse de la TVA ! Qui pourrait m'expliquer la différence avec le précédent gouvernement de droite ? On colmate les brèches à droite et à gauche, pour tenir au calme la population, c'est tout. :-o -




 eretria a écrit [11/12/2012 - 14h17 ]  
eretria

AH ok je n'avais pas saisi je croyais que vous disiez que c'était le paradis des pauvres car le montant des aides augmentait :-D Au temps pour moi
Oui c'est vrai que pour beaucoup c'est la déception ce nouveau gouvernement. Les choses ne changent pas et on voit toujours cet écart qui se creuse entre les riches et les pauvres, sans compter les gens qui perdent leur emploi et le chômage qui ne baisse pas. A quand une vraie politique différente ?




J'ai perdu m'quinzaine..!


 oyster a écrit [11/12/2012 - 19h18 ]  
oyster

On ne peut rien résoudre en faisant toujours du court terme ...

mais la recette est toujours la meme pour tous les gouvernements ,il faut rentrer des taxes de plus en plus fortes .

Si encore le bateau ne prenait plus l'eau. :-o




 carter a écrit [11/12/2012 - 23h10 ]  
carter

A la rigueur, mieux vaut vivre dans le paradis des pauvres que dans celui des riches car :
-L’Histoire de l’humanité étant celle des luttes des classes et de l’éternel rapport de classe dominant/dominé ; les paradis des riches ont été légion sur cette terre, en tous lieux et en tout temps depuis la naissance de la division du travail ; soit depuis la révolution agricole, il y’a environ 2000 ans. De sorte qu’un petit village d’irréductibles qui refusent de se plier à l’éternelle loi d’airain de l’Histoire me parait doté d’une certaine forme d’esprit subversif (à défaut de posséder celui d’une rationalité économiciste) …

-L’éthique en philosophie politique, depuis les conséquentialistes, se veut utilitariste : soit faire le plus grand bonheur pour le plus grand nombre de personnes. Or par définition, le pauvre est toujours en nombre supérieur par rapport aux riches- la définition de la richesse et de la pauvreté étant relatif : par exemple, l’ONU (et les économistes) définissent la pauvre dans un pays riche comme toute personne visant avec moins de 60% du revenu médian) –il est donc hautement morale de faire le bonheur de la masse puisqu’il constitue le plus grand nombre. Et oui, la philosophie anoblit l’idéal du paradis des pauvres…


Ceci dit, nous sommes en récession (et elle est mondiale d’ailleurs) et il est utile de réfléchir à la cause de cette récession en termes macroéconomiques. Il se semble que tous les économistes actuels de tous les bords admettent que nous sommes vivons une récession mondiale de type « insuffisance de la demande » chère à Keynes et non pas une récession de type « détérioration de l’offre » comme celle que nous avons connu dans les années 80 et qui a abouti à la mise en place des politiques néolibérales pour libérer l’offre (à cette époque, du fait des largesse de l’Etat-providence, les entreprises avait de faibles capacités d’auto-investissement) .

Bref, le problème macroéconomique actuel est que, du fait de la mondialisation, les masses salariales dans les pays riches baissent globalement (l’augmentation de la productivité crée de bons salaires mais en quantité réduite par rapport aux dégraissages d’effectifs que ce même accroissement de la productivité produit : quelques emplois hyper qualifiés et excellemment bien payés et de nombreux macjob pour les malchanceux incapables d’obtenir un doctorat en ingénierie informatique) afin de rester compétitif au niveau international. Or la baisse salariale créée une « crise des débouchés » (comme dirait Marx) ou une insuffisance de la demande (comme dirait Keynes) puisque du fait de salaires trop bas, il n’y’a pas grand monde pour acheter la camelote produite (et c’est également un merdier pour les pays en voie de développement puisqu’il espère bien vendre leur camelote dans les pays riches)

La solution est donc d’accroitre les masses salariales ou les aides sociales afin de ne pas s’enfoncer encore plus dans une longue dépression…

Bref, le gouvernement met en place une classique formule contracyclique pour endiguer la récession. C’est déjà ça, mais ça ne résout en rien le big problème structurel : la guerre économique mondiale tend à tellement dessécher la demande que nous risquons de rester de nombreuses années en récession…
Cette demande étant jadis maintenu par le crédit puis les politiques néolibérales en libérant l’offre avait déjà fait un sacré boulot pour détériorer la demande…Or le crédit s’en est allé depuis que le prêt interbancaire s’est gelé suite à la crise des subprimes. Or sans crédit, les politiques néolibérales montraient le roi nu : soit la vérité crue que les masses salariales étaient tellement réduite à la portion congrue qu’elles ne pouvaient acheter la camelote sans l’aide d’un petit crédit revolving…

EN conclusion, cette mesure qui te fend l’âme d’un haut le cœur –ô combien émouvant !- est justement une petite tentative afin de maintenir à flot notre économie (en autre), et donc d’éviter le rocher grec qui nous attend inexorablement (et qui touchera ensuite les allemands sur lequel le patronat germophile s’extasie benoitement… Car quid des exportations de l’Allemagne quand la France et le reste des pays de l’Europe ne pourront plus acheter sa camelote ?) …




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 oyster a écrit [12/12/2012 - 09h47 ]  
oyster


Reste que nous ne pouvons dépenser éternellement plus que nous ne gagnons .




 bougainvilliee a écrit [12/12/2012 - 10h25 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Le mot "Paradis" est de trop.




Le doute est ma seule certitude


 oyster a écrit [12/12/2012 - 11h04 ]  
oyster

Le paradis par définition n'est pas de ce monde, et nous devons lire entre les lignes...
mais DE GAULLE qui n'était pas considére comme excessif dans ses propos, annoncait dans un discours du 5 Mars 1959 que nous devions prendre garde de ne pas etre dépassé par l'accueil des étrangers ...




 bougainvilliee a écrit [12/12/2012 - 16h03 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Puisque nous en sommes aux citations, je citerais donc André Maurois, qui déclarait en 1962 :

"FIN DU MONDE"
"(1962)"
"Six planètes, plus le soleil et la lune, seront dimanche en conjonction. Depuis huit jours mages et astrologues annoncent la fin du monde.
A Bénarès, des foules immenses l'attendent ou essaient de la retarder en priant au bord du fleuve sacré.
Chez André Gillon, un groupe d'écrivains parle de l'An Mille."

Comme quoi rien n'a changé... Le peuple est toujours aussi crédule.




Le doute est ma seule certitude


Répondre à ferd_schi






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.