Pourquoi les ministres ne sont pas adaptés à leurs ministères ?



alp
Cette question a été posée par alp, le 16/01/2009 à à 17h10.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Ministères.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 lucius a écrit [16/01/2009 - 17h57 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
lucius

Parce que tous ces gens que tu as au gouvernement s'en branlent pas mal de la France et des français!
Ils jouent au jeu de celui qui restera le plus longtemps en place,avec comme condition d'endormir le peuple,et surtout de ne pas le laisser arriver au pouvoir(le peuple) sans l'avoir corrompu.
Tu crois vraiment qu'ils en ont quelque chose à faire de nous,de la crise,du chomage...
Ils blindés à mort,mettent leur gosses en pensions en Suisse,leur action en Chine,passent les vacances aux states...Et depuis 30 ans nous promettent monts et merveilles!
rien de ce qu'a voulu le peuple n'est là,tout ce à quoi on a dit non,on la quant meme!




Gare au gorille !


 papiguy a écrit [16/01/2009 - 17h59 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

Cela a-t-il vraiment de l'importance actuellement, alors que les décisions sont préparées par l'Elysée et mises en oeuvre par les fonctionnaires des Ministères concernés ?
En schématisant à peine, la seule utilité des Ministres, c'est leur rôle de fusible permettant au Chef de l'Etat d'opérer des replis stratégiques quand il s'est planté.




 cochise_fr a écrit [17/01/2009 - 01h24 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Parce qu'on ne trouverait personne de suffisamment qualifié et de suffisamment compétent pour assumer la responsabilité et assurer les prérogatives du poste considéré.

En effet, en dehors d'avoir des idées, il faut aussi avoir la possibilité et la capacité de les traduire en langage administratif à des "administratifs qui, eux, restent en poste et surtout étaient là bien avant ton arrivée. Tous les essais de mettre un enseignant à l'éducation nationale, un chercheur à la recherche, un financier aux finances, ...etc ont échoué.

C'est la différence entre la politique et la réalité de la vie économique.

Un politique a besoin de savoir comment faire faire ce qu'il y a à faire..... mais il n'a pas du tout besoin de savoir le faire..... nuance d'importance.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [17/01/2009 - 01h40 ]  
papiguy

En somme il faut, appliquant le principe de Peters, avoir en quelque sorte dépassé son niveau d'incompétence dans le domaine considéré.

Encore une fois, aucune importance si on se réfère maintenant à l'étymologie du mot
"Lat. minister ; le mot est de même radical que l'osque ministreis, génitif correspondant à minoris ; et, par conséquent, il est fait par rapport à minus comme magister est fait par rapport à magis (voy. , pour la finale ister)."

Un ministre ne serait ainsi pas grand chose, d'ailleurs le fait d'en changer pour un plus (ou moins) compétent n'a jamais empêché une administration de fonctionner.


3 citations contenant le mot ministre

"Il vaut mieux être cocu que ministre. Ca dure plus longtemps et l'on n'est pas obligé d'assister aux séances."
Léo Campion

"Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir. Dans quelques minutes vous allez voir le journal télévisé (1962). Vous n’en reconnaîtrez pas l’indicatif et vous noterez des changements je pense dans la présentation et dans le rythme. J’espère que vous aimerez ce nouveau journal télévisé. Nous avons demandé au ministre de l’Information, Monsieur Alain Peyrefitte d’inaugurer cette nouvelle formule dont il a pris lui-même l’initiative."
Léon Zitrone

"Un ministre inculpé de corruption de fonctionnaire : il avait donné un sucre à un chien policier."
Coluche




 alp a écrit [18/01/2009 - 00h36 ]  
alp

Bonsoir,
On peut donc passer sans problème de l'écologie au développement numérique par exemple, de la culture à l'agriculture ou de la santé aux affaires étrangères. Ensuite, il ne faut s'étonner du résultat.




 papiguy a écrit [18/01/2009 - 00h56 ]  
papiguy

alp, ta remarque se télescope un peu avec la question que j'ai posée "Remaniement ministériel - Un sujet qui nous concerne ?"

cochise_fr a en partie répondu à ton interrogation, cependant,

- les compétences nécessaires pour diriger un Ministère sont d'une autre nature que celles requises pour maîtriser la technique ou le domaine concerné. C'est un peu pareil que pour l'équipe dirigeante d'une entreprise, il est nécessaire de connaître l'environnement de celle-ci, mais pas forcément son métier dans le détail. Par contre il faut savoir animer une équipe et s'entourer des compétences techniques nécessaires.

- le rôle d'un Ministre est aussi relationnel: il doit savoir gérer les relations avec les organisations représentatives professionnelles et syndicales, ainsi qu'avec le monde associatif.

- il reste aussi un personnage politique et doit gérer les relations de son ministère avec les partis politiques, ses confrères au Gouvernement et les conseillers de l'Elysée.




 papiguy a écrit [18/01/2009 - 01h06 ]  
papiguy

En conclusion de mon message précédant, un bon ministre dans un poste, a de grandes chances de rester un bon ministre s'il change de poste. C'est une des raisons qui poussent certains à penser que l'arrivée de NKM au "développement numérique et à la prospective" est plutôt une bonne chose. D'autres craignent le conflit d'intérêt avec son frère.

A mon avis, un ministre qui agit, même s'il commet des erreurs, est préférable à un autre qui ne fait rien et donc ne crée pas de vagues. Une erreur se corrige, un retard à agir est difficile à rattraper.




 cochise_fr a écrit [18/01/2009 - 05h36 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je ne partage pas la comparaison avec le chef d'entreprise, les buts ne sont pas du tout les même et les objectifs non plus.
De plus, tout dirigeant public devrait en principe être au service du peuple et non au service de son parti. Il est censé être un concentrateur d'énergie au bénéfice de tous et non un VRP sectaire des idées de son camp, toute autre étant bonne à jeter. C'est la corruption généralisée.

A la manière d'Iznogoud, chacun se préoccupe plus de son plan de carrière que des actions utiles qu'il pourrait être amené à mettre en oeuvre. Il suffit pour s'en convaincre de voir les courts séjours qu'ont faits les quelques ministres ayant voulu changer les choses en accord avec leurs idées de la société et la quantité indigeste de couleuvres que d'autres s'obligent à avaler pour rester en place..... la qualité de la gamelle justifiant sans doute cette attitude.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [18/01/2009 - 12h36 ]  
papiguy

Bonjour cochise_fr
Ce n'est pas parce que les buts d'un ministère sont différents de ceux d'une entreprise qu'il n'y a pas similitude entre les compétences nécessaires, ce qui ne préjuge pas des qualités particulières que l'on peut attendre d'un ministre.

La seule différence majeure c'est que dans le cas d'une entreprise le Président doit rendre des comptes au conseil d'administration qui représente les actionnaires.
Alors qu'en matière de service public, ce qu'est un ministère, les actionnaires sont les électeurs, mais le ministre ne rend des comptes qu'au premier d'entre-eux et au Président.
En fait, un ministre est assez comparable au Président d'une entreprise publique, nommé et viré de la même façon, faisant face aux acteurs sociaux de la même façon.

D'ailleurs, les passages de la fonction de Président d'une entreprise à celui de ministre ne sont pas rares, et il ne faut pas prendre les Chefs d'Etat et de Gouvernements pour plus idiots qu'ils ne sont. Mais tu vas me rétorquer que c'est le résultat de la perversion des moeurs publiques. Peut-être ;-)




 cochise_fr a écrit [18/01/2009 - 18h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Idiots, surement pas, mais corrompus jusqu'à la moelle....certainement, qu'ils soient ministres ou présidents d'entreprise publique.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 alp a écrit [19/01/2009 - 13h19 ]  
alp

Salut à tous, Je partage tout à fait le point de vue de Cochise.




Répondre à alp






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Conseil des ministres : composition, rôles et compétences




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.