Est-ce que le libre-échange international doit etre limité/régulé par les politiques économiques nationales ?



krevco
Cette question a été posée par krevco, le 10/09/2008 à à 12h22.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Libéralisme.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 cochise_fr a écrit [10/09/2008 - 17h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est bien là la nuance.
Dès que l'on parle de fixer des limites à quelque chose, il y a toujours les champions des libertés à tout prix qui enfourchent leurs chevaux de bataille..... sans vraiment avoir réfléchi à la question avant de se lancer en pourfendeurs des restricteurs de droits.

Pourtant, tous ces gens oublient un peu vite par égoïsme personnel que toute liberté a ses limites, à commencer par la liberté des autres à ne pas être obligé de subir la leur, suivi de près par la liberté collective de la société à ne pas subir les libertés privées imposées par certains pour leur bien-être personnel.

Donc, par définition, le "libre-échange" ne sera plus "libre" si on met des limites à la libre circulation des marchandises. Mais cela n'oblige pas à laisser lesdites marchandises circuler à n'importe quel prix dans n'importe quelles conditions..... et c'est là qu'intervient la régulation, qui ne saurait être uniforme partout, mais qui me semble obligatoire pour rendre le commerce plus "équitable" (je sais, c'est à la mode). Ce que l'on sait faire pour du café, ou des céréales dans des pays en voie de développement, pourquoi ne pas l'admettre aussi, en d'autres termes, dans nos pays dits civilisés (ce qui reste à démontrer) afin de rendre la vie des citoyens concernés plus agréable....parce que le but est bien celui là.

Les droits de douane sont précisément là pour cela.... et il serait bon, à mon avis, que le commerce de nombreux produits soit régulé de cette façon. N'oublions pas que les droits de douane enrichissent l'état, et donc..... en principe.... profitent à tous.

Je vois déjà l'armée des capitalistes me foncer dessus.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 carter a écrit [11/09/2008 - 02h04 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
carter

Bah...bah...bah... votre vocabulaire est déjà piégé!

primo, le libre-échange n'existe pas étymologiquement parlant car le commerce est toujours régulé par des instances fussent-elles nationales ou internationales. S'il était « libre », dites-moi alors pourquoi est-il si contrôlé par autant d'administrations, de « codes » comme le droit des affaires. Bref, les instances internationales ne cherchent qu'à faire au niveau international ce que font les état font au niveau national : réguler le commerce ; principalement pour les besoins des dominants ; comme jadis le roi régulait le marché au centre de sa cité et s'appropriait les taxes.

Si le « libre-échange » existait réellement, alors le pauvre aurait le droit de prendre son barbecue pourrave et vendre au marché sa bouffe, comme dans les souk du Moyen-Orient (au à la rigueur, il existe encore là-bas un « vrai » libre-échange). Si vous faites ça en France, vous tombez sous la loi pour commerce illégal ; à moins bien sur de créer votre entreprise et de faire les démarches nécessaires auprès d'administration. Ce qui fait que vous vous retrouvez face à des « barrières à l'entrée » pour tout commerce potentiel. Le rôle de l'OMC n'est que de continuer cet esprit de régulation du commerce afin que ses dividendes aillent dans les bonnes poches La seule différence dans la régulation internationale, c'est que, libéré de l'avis des peuples, elle s'offre un partage du butin digne des fantasmes les plus fous pour les dominants, contrairement à la régulation des Etats qui, pour conserver une certaine paix sociale, a des obligations de justice sociale, et donc de redistribution des gains (au moins pour les démocraties) %u2026

Mais, si on aime les mots, c'est une drôle de vision du libre-échange, Ou du moins, le mot « libre-échange » devient orwellien ; et on devrait plutôt parler de « commerce administrativement géré »


Secundo, il me semble que le libre-échange actuel est un mot qui n'a rien à voir avec sa définition primaire Pour Adam Smith, le libre échange, c'est la circulation des biens et des personnes ! Or, à ce jour, le libre-échange ne concerne nullement les personnes%u2026puisque les frontières sont pour la plupart fermées aux immigrés et pour longtemps.

Les mots sont piégés et vous oubliez que le « libre-échange » ,si on le prend au mot , n'existe plus depuis belle lurette.

Ceci dit, je pense que nous allons à court terme vers plus de protectionnisme (par exemple, un protectionnisme européen ); seule façon de gérer les crises qui vont poindre à l'horizon. Donc je répondrais oui, les États doivent gérer le chaos d'une finance dérégulée (car en fait, le libre-echange actuel concerne principalement la finance et libre circulation des capitaux...)




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


Répondre à krevco






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.