Un suicide reconnu comme accident de travail par la sécu,qu'en pensez-vous?



betinaweb
Cette question a été posée par betinaweb, le 24/11/2010 à à 19h11.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Journal régional.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 19h11 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betinaweb

Un ingénieur s'est suicidé,il y a un an,la sécurité sociale vient de reconnaitre que c'est un accident du travail,la société Thallés de Toulouse refuse cette qualification.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Hera a écrit [24/11/2010 - 19h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Hera

Ben si vraiment c'est le cas c'est pas normal.
Après faut faire attention et se renseigner avant de juger.
En l'absence d'éléments je ne peux rien dire.




 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 20h21 ]  
betinaweb

Pourquoi ce ne serait pas normal?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Hera a écrit [24/11/2010 - 22h56 ]  
Hera

Ben s'il s'est suicidé ce n'est pas un accident du travail puisque c'est lui qui s'est donné la mort, ce n'est pas un accident.

Après si on me dis qu'il s'est suicidé à cause du travail, harcèlement ou stress, trop de pression ou encore discrimination... alors la ca devient plus compliqué, à débattre.

C'est ce dernier détail que j'ai appelé élément (sur mon 1er post), élément que je suppose. (Qui ne m'a pas été donné, raison pour laquelle j'ai dis que je ne pouvais pas juger.






 papiguy a écrit [24/11/2010 - 23h40 ]  
papiguy

Le problème est tout bêtement économique.
En cas d'accident du travail des indemnités sont versées à la famille par la Sécurité Sociale (indemnité forfaitaire plus rente pour le conjoint.
Mais "Tout accident du travail reconnu par la Sécurité Sociale est inscrit au compte de l'employeur.
Dès que les dépenses sont effectuées, elles sont portées au compte de l'employeur, quel qu'en soit le montant et la durée de l'arrêt de travail."

Donc c'est l'employeur, en l'occurrence Thalès qui devrait payer la rente à la veuve, rente qui peut aller jusqu'à 40% du salaire de base.

Tout bénéfice pour la Sécu. On comprend que Thalès conteste.
Mais comme le dit Hera, nous n'avons que peu d'éléments.

Dans le cadre du travail, la pression peut venir de la hiérarchie, mais être aussi liée à l'état d'esprit du salarié (craintes pour l'emploi, ambition,...). Tous les individus n'ont pas la même aptitude à supporter la pression, et pour peu que d'autres facteurs externes à l'entreprise viennent s'jouter, celle-ci peut devenir insupportable. Le même cadre dans une autre entreprise auraît peut être eu le même comportement suicidaire, et l'entreprise n'est pas en cause.

Ce qui est inacceptable c'est une méthode de gestion financière des "ressources humaines" qui utilise la fragilité de certaines personnes pour les pousser à quitter l'entreprise en démissionnant parce que cela coûte moins cher qu'un licenciement. Certains ne supportent pas les traitements qui leur sont infligés. Cette pratique a toujours existé, mais ce qui est relativement nouveau c'est le fait que des "Conseils en management" font de la formation à la méthode. La Justice devrait les poursuivre pour mise en danger de la vie d'autrui et incitation au harcèlement.

http://www.pratique.fr/accident-travail.html
http://www.atousante.com/accidents_du_travail/taux_de_cotisation_accident_du_travail#_titre_position_1




 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 23h43 ]  
betinaweb

Il subissait trop de pression à son travail.C'était un ingénieur,il était convoqué pour qu'on lui remette les nouveaux objectifs à suivre.10 minutes avant,il s'est donné la mort dans son garage.Sa femme se bagarre depuis pour que l'on reconnaisse que c'est le travail qui l'a tué.
La sécurité sociale admet l'accident de travail mais l'entreprise refuse ce qui la forcerait à admettre la pression qu'elle met à ses employés.Elle fait donc appel.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Hera a écrit [25/11/2010 - 00h18 ]  
Hera

Oué euh ... je veux pas être mauvaise langue ou paraître méchante mais il avait cas démissionner plutôt que se suicider !

Alors, d'après moi et le peu d'éléments que j'ai :
Soit c'est un faible qui réfléchi pas (c'est pas un reproche, je me considère comme faible d'esprit aussi mais je réfléchi un minimum !! )
Soit c'est un 'héros', qui voulait justement faire éclater le scandale.




 papiguy a écrit [25/11/2010 - 00h32 ]  
papiguy

Pas si simple, Hera !
Démissionner par les temps qui courent n'est pas forcément la meilleure solution, car on se trouve dehors sans indemnité. Il est préférable de se faire licencier si c'est le but inavoué de l'entreprise de voir partir ce cadre.
Et comme toutes les entreprises pratiquent la gestion par objectifs, le problème serait probablement identique ailleurs.
D'autres s'accommodent de cette pratique, voire même trouvent des parades, sans compter le recours en dernier ressort au CHSCT, puis à l'inspection du Travail. Mais il faut avoir encore envie de se battre.




 Hera a écrit [25/11/2010 - 01h09 ]  
Hera

Je me doute bien que c'est difficile. Je suis encore jeune je ne pense pas pouvoir bien me rendre compte ( C'est français ca ?? lol )

Mais entre démissionner, ne pas avoir d'indemnité et s'ôter la vie, n'est-il pas préférable (et plus raisonnable) de démissionner ?? Je sais bien qu'on vit dans une société de merde m'enfin quand même ...
8-O




 cochise_fr a écrit [25/11/2010 - 08h58 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"La Justice devrait les poursuivre pour mise en danger de la vie d'autrui et incitation au harcèlement."
Tiens.? Demandes de condamnation des chefs.? ... encore un effort et on arrivera à la direction.!!

Bien sur que le travail peut tuer, et ce n'est malheureusement pas nouveau, même si on en parle un peu plus depuis quelques années. Il reste que la judiciarisation de tout porte obligatoirement la faute sur la victime puisqu'elle doit à la fois supporter les griefs qu'elle reproche (à tord ou à raison) et en plus supporter l'attente interminable de la judiciarisation de l'affaire qui peut, avec tous les appels possibles durer des années sans que l'on sache combien à priori. Cela suppose aussi que la personne qui se plaint a les moyens financiers pour assumer cette course de font judiciaire quand l'entreprise a, elle, tout son temps, et une armée de juristes à disposition dont les dépenses passent en frais divers. Si le plaignant n'a pas ces moyens financiers, c'est la ruine assurée, qu'il ait tord ou raison sur le sujet de la plainte..... et sachant cela, il peut tout à fait se concevoir de préférer se donner la mort que d'affronter ces contraintes pendant un temps indéterminé.

Je l'ai déjà mentionné ailleurs, mais la seule solution à ce genre d'agression de la direction d'une entreprise est la syndicalisation, sous réserve qu'elle soit indépendante et fasse son travail. Cela permet d'anticiper les mauvaises conditions de travail et d'être soutenu par d'autres membres de l'entreprise, syndicalement solidaires, de mettre les problèmes au grand jour avant que cela ne devienne plus grave (voir irréversible), et de disposer d'un service juridique comparable à celui de l'entreprise, ce qui permet de se défendre avant que cela ne devienne préoccupant.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Dunamis a écrit [25/11/2010 - 10h57 ]  
Dunamis

Tu sais héra, le suicide c'est le signe d'un désespoir profond et non de la lâcheté.

On ne se suicide pas pour mourir mais pour fuir. La dépression est à l'origine du suicide et un dépressif ne raisonne plus de la même manière.
C'est plus par fatigue que par faiblesse qu'il agit. Et la société enbrigade les esprits. Il y a fort à parier que la victime se sentait prisonnière. C'est triste mais c'est plus que probable.

Mes pensées vont à sa famille et au défunt.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


Répondre à betinaweb






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.