Encore des magouilles au Sénat, qui peut encore croire à l'intégrité des politiques ?



cochise_fr
Cette question a été posée par cochise_fr, le 22/08/2013 à à 08h29.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Journal national.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 Idzou a écrit [27/08/2013 - 11h24] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
Idzou

Il faudrait quand même arrêter un jour avec le ''tous...



[ Lire la suite de la réponse écrite par Idzou ]



Réponses



 cochise_fr a écrit [22/08/2013 - 08h29 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Le gouvernement s'acharne à chercher les moyens de conserver son avantage au Sénat en tripatouillant les moyens d'élections.
Notons que l'opposition ferait sans doute la même chose si elle était au pouvoir.

Peut on ensuite s'étonner de la désaffection des français pour les politiques à si peu d'éthique professionnelle.??

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/les-combines-du-gouvernement-pour-garder-le-senat/




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [22/08/2013 - 09h20 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

cochise_fr a bien raison¿ et ce qui se passe en Italie le confirme. Quel que soit le parti politique au pouvoir le risque de tripatouillages existe. Les partis populistes qui dénoncent ces magouilles à longueur de journée sont les premiers à les pratiquer à grande échelle.
Le seul moyen de limiter ces déviations n'est pas de porter ces extrémistes au pouvoir car ils feront la même chose sinon pire, c'est de soutenir une presse libre.




 Broussard a écrit [22/08/2013 - 11h03 ]  
Broussard

Tout à fait d'accord avec papyguy, mais malgré ça, je pense que ce genre de magouilles existera toujours.
J'en viens même à me dire qu'il n'est plus possible de faire de la politique de manière complètement honnête aujourd'hui.
J'ai le sentiment que même si quelqu'un le voulait, il se prendrait tellement de bâtons dans les roues que ça ne pourrait pas marcher.
Il existe tellement de critères extérieurs maintenant qui influencent notre politique que je ne crois plus au pouvoir des gouvernements.
C'est triste à dire mais c'est vraiment le sentiment que j'ai.
J'ai vraiment l'impression que les hommes politiques ne sont que dans marionnettes...




 Gouache a écrit [26/08/2013 - 14h43 ]  
Gouache

Comment dissocier la politique des magouilles ? Moi je pense que pour faire son chemin en politique il faut magouiller, pour y rester il faut magouiller aussi et quand on en sort même topo pour s'assurer une bonne retraite tranquille.
Aucun doute que certains font ça uniquement pour l'argent, comme Henri Guaino par exemple qui se plaint d'être mal payé avec plus de 15000 euros par mois.




 Idzou a écrit [27/08/2013 - 11h24 ]  
Idzou

Il faudrait quand même arrêter un jour avec le ''tous pourris'' on se croirait dans un bistrot ou dans un sketch de Coluche.
La politique soit aussi être vue comme un moyen de changer les choses, et les gens intègres qui font ou qui ont fait de la politique ne sont pas des inventions...
Tout le monde peut avoir sa part d'ombre, peu de gens sur terre peuvent dire qu'ils n'ont jamais commis d'erreurs mais ça ne veut pas dire pour autant que ce sont de mauvaises personnes.
Si vous prenez des exemples simples comme Gandhi, il faisait de la politique d'une certaine manière, et je ne crois pas qu'il soit considéré par beaucoup comme étant mauvais ?..
Certes chez nous c'est différent mais je suis sûr que certains hommes politiques font leur métier pour vraiment changer les choses.




 papiguy a écrit [27/08/2013 - 12h48 ]  
papiguy

Tout à fait d'accord avec Idzou, et d'autant plus que ceux qui pratiquent ce langage du "tous pourris" font la promotion d'idées défendues par des nationaux populistes qui, en Italie mais aussi ailleurs, ont montré en quoi consistaient leur "probité" (beurk).
Je vote des deux mains pour la réponse d'Idzou.




 cochise_fr a écrit [27/08/2013 - 13h22 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Justement Idzou, il ne s'agit pas du tout d'erreurs de jugement, mais de détournements volontaires des richesses du peuple de France (en France) au profit de minorités dirigeantes et de privilégiés bien placés. Si,si, ils sont bien tous pourris soit pour avoir agit ainsi, soit pour être les complices de ceux qui agissent en laissant faire quand ce n'est pas en soutenant ces agissements.....et cela ne date pas d'aujourd'hui.

Fermer les yeux pour ne pas voir relève de la complicité active à ces détournements.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [27/08/2013 - 13h46 ]  
papiguy

"Fermer les yeux pour ne pas voir relève de la complicité active à ces détournements."

et prendre quelques cas pour en faire une généralité relève de la manipulation malhonnête ou d'une vision déformée des choses. Ouvrir les yeux quand on interprète ce que l'on voit toujours avec la même logique partisane ne sert à rien, car on se trompe soi même en croyant détromper les autres.
:-D




 cochise_fr a écrit [27/08/2013 - 20h31 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est vous qui êtes malhonnête....ou de mauvaise foi.
Ce n'est pas parce que 80% des choses vont bien qu'il faut absoudre les 20% pourris comme vous le faites. Tolérer l'inacceptable parce qu'il est minoritaire n'est en rien une excuse. Et justement le tolérer (quand ce n'est pas l'encourager) rend complice des délinquants et cela d'autant plus qu'on est en haut de la hiérarchie des pouvoirs décisionnaires.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [27/08/2013 - 20h55 ]  
papiguy

Est-ce que j'ai écrit qu'il fallait tolérer des anomalies de comportement ?
La malhonnêteté consiste à écrire "qui peut encore croire à l'intégrité des politiques ?"
puis admettre "80% des choses vont bien".
Mon propos n'est pas destiné à absoudre les magouilleurs mais de dénoncer le langage du "tous pourris". Pratiquer la confusion n'est pas correct.




 cochise_fr a écrit [28/08/2013 - 11h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Il n'y a aucune contradiction, car tous les politiques depuis 40 ans sont concernés par les dérives financières, soit pour les avoir initiées, soit pour les avoir soutenues, soit pour en avoir été complice par le silence, soit même pour en avoir profité.

Il faut abolir les privilèges, quels qu'ils soient, au lieu de remplacer des privilèges par d'autres privilèges en fonction du vent du moment.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [28/08/2013 - 18h36 ]  
papiguy

Parce qu'avant 1973 (curieuse limite 40 ans auparavant), les politiques étaient tous vertueux. Mais que s'est il donc passé qui a ainsi brutalement perverti nos édiles et hommes politiques ?
J'ai du manquer un épisode de la série "Batchise contre les pourris"
:-D




 cochise_fr a écrit [28/08/2013 - 19h04 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Certes les fraudes et les détournements n'ont pas été inventés il y a 40 ans, mais leur ampleur était certainement bien moindre.

Mais en 1973 une loi est venue légaliser les détournements financiers de grande ampleur, et cette loi a été reprise par les directives européennes pour la direction de l'Europe toute entière.
Depuis 1973, c'est près de 1700 milliards d'euros qui ont ainsi été dépensés en pure perte en France,...et en toute légalité, indépendamment de toutes les autres procédures de détournements financiers, et cela coûte environ 60 à 70 milliards d'euros par an actuellement rien que pour les intérêts à payer. Et on a de la chance que les taux payés actuellement soient exceptionnellement bas, car 1% de hausse de ces taux conduisent à trouver 20 milliards d'euros supplémentaires PAR AN. Des pays comme la Grèce, l'Italie, ou l'Espagne ont des taux bien supérieurs aux nôtres ce qui prouve bien que cela pourrait bien nous arriver aussi.

Ramené à l'endettement cumulé de la France sur la même période (1900 milliards actuellement) on voit bien que cet endettement n'est du qu'aux détournements financiers et il ne serait que de 200 milliards imputables à l'activité du pays.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [28/08/2013 - 19h38 ]  
papiguy

Pas crédible:
les emprunts sont placés sur les marchés financiers et il faudrait que les gouvernants fassent volontairement du déficit et connaissent les organismes qui vont souscrire aux emprunts d'état.
Ces mêmes gouvernants qui sont à l'origine de la politique de limitation des déficits ?




 cochise_fr a écrit [29/08/2013 - 03h25 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Cela n'a absolument rien à voir avec des emprunts bancaires ordinaires pour acheter une voiture pour un particulier (par exemple).
Les sommes concernées devraient venir des émissions de la monnaie nationale, par définition sans intérêt, comme le font la grande majorité des pays dans le monde à commencer par les USA, le Japon, etc, qui ne sont pas que je sache des républiques bananière.

OUI, les gouvernants qui usent de ce déficit SAVENT très bien que cela ruine la France (en France), et les autres pays de la même façon en Europe. Et ils savent aussi que cela permet de juteux bénéfices à certains organismes de leurs amis. De là à en déduire que l'on reverses des commissions occultes sur de telles pratiques, il n'y a qu'un pas facile à faire, même sans preuves établies (surtout quand on ne les cherchent pas).




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/08/2013 - 09h15 ]  
papiguy

Suppositions parfaitement gratuites confinant à la diffamation, et encore une fois peu crédibles. Comment les décideurs d'emprunts pourraient-ils savoir quels seront les organismes qui souscriront aux emprunts, une bonne partie d'entre-eux étant accordés par des banques étrangères. Par ailleurs il faudrait impliquer trop de personnes dans la magouille pour espérer garder le secret. Enfin, les taux d'intérêts sont très bas ce qui limite les profits.




 cochise_fr a écrit [29/08/2013 - 09h31 ]  
cochise_fr

Bonjour,
On a pas besoin de savoir à qui la France souscrit des emprunts.
Le simple fait qu'elle le fasse auprès de n'importe quel établissement financier payant (par obligation) par préférence à la monnaie nationale (gratuite) suffit à vérifier la corruption généralisée. Les politiques pourraient faire cesser ces pratiques mais aucun ne le semble le souhaiter, ce faisant du même coup les complice du système en place.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/08/2013 - 12h21 ]  
papiguy

"Le simple fait qu'elle le fasse auprès de n'importe quel établissement financier payant (par obligation) par préférence à la monnaie nationale (gratuite) suffit à vérifier la corruption généralisée.": totalement absurde et découlant d'un à priori ubuesque.




 cochise_fr a écrit [29/08/2013 - 18h20 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Il n'y a aucun à priori, puisqu'il s'agit bien de détourner l'argent public des contribuables d'un usage pour le bien de la nation vers des intérêts privés de toutes sortes. Je crois bien ce serait vous, UBU roi, pour ne pas voir ou ne pas vouloir voir.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [29/08/2013 - 18h55 ]  
papiguy

Si j'ai bien compris le raisonnement:
soit un couple qui n'a aucune épargne
- le couple veut changer sa voiture
- le vendeur propose un achat à crédit
Selon le Grand Chef Indien pourfendeur des tous pourris, le vendeur qui détourne l'argent du ménage pour satisfaire des intérêts privés, est un escroc.

Par contre, la solution préconisée par le Grand Chef Indien est la suivante:
- le couple fabrique de la monnaie de singe (on appelle cela faire marcher la planche à billets)
- le couple paie sa voiture avec cette monnaie

Question: qui est le plus grand escroc ?

Pour qu'il y ait escroquerie, il faut que celui qui est baptisé escroc, tire un bénéfice de l'opération.




 cochise_fr a écrit [30/08/2013 - 03h17 ]  
cochise_fr

Bonjour,
On ne parle pas de crédit aux particuliers, mais de la gestion financière du pays. Un pays n'est pas un particulier comme les autres. C'est l'organisateur des finances publiques, c'est à dire le gestionnaire et le décideur des recettes et des dépenses de l'état. Il a justement (il devrait avoir) comme prérogative la gestion de la monnaie nationale. Et bien sur les gestionnaires et les décideurs ne doivent agir que pour le bien public, et non pour leurs intérêts personnels ou ceux de leurs amis quels qu'ils soient.

http://www.youtube.com/watch?v=R_rQ6MWj-OQ

Régalez vous....et cela date de 1960




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/08/2013 - 08h40 ]  
papiguy

C'est bien parce qu'il y a une différence entre un particulier et un pays qu'il y a des approches différentes. La moralité est une affaire personnelle, un pays est un ensemble d'intérêts, ce qui rend la dérive moins traumatisante pour l'individu qui la pratique.
La comparaison garde tout son sens et illustre cette différence anormale.




 cochise_fr a écrit [30/08/2013 - 12h00 ]  
cochise_fr

Bonjour,
La moralité est certes une affaire personnelle, mais elle concerne tout autant tous les acteurs de l'administration nationale. Et en tant que personnel investit d'une mission de service public, cette moralité devrait être bien supérieure....et vérifiée comme telle fréquemment




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/08/2013 - 12h45 ]  
papiguy

Le prêt d'argent est un service rendu et comme tout service doit être rémunéré. Le prêt sans intérêt est immoral, au sens ou l'entend le Grand Chef Indien, puisque porteur de corruption, comme toute chose donnée gratuitement. Puisque la moralité s'impose partout, pourquoi faire une différence ?
Encore une fois, le "tous pourris", par son outrance et sa répétition, est grotesque.




 cochise_fr a écrit [30/08/2013 - 13h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Sauf qu'au niveau de l'état il ne s'agit pas d'un prêt sans intérêt comme on peut le faire pour un particulier, mais de création monétaire de l'état pour l'état, ce qui est très différent et ce qui justifie la non existence des intérêts.

Obliger un état à emprunter comme un particulier à des organismes qui deviennent les vrais créateurs monétaires sans aucune légitimité pour ce faire est un détournement à la fois de la gouvernance nationale et des finances publiques représentant le travail de la population. C'est la négation de l'existence des états qui ne deviennent que des marionnettes aux ordres des financiers et des grands industriels ou commerçants. C'est totalement inacceptable.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/08/2013 - 15h15 ]  
papiguy

"Sauf qu'au niveau de l'état il ne s'agit pas d'un prêt sans intérêt comme on peut le faire pour un particulier, mais de création monétaire de l'état pour l'état":
sauf qu'à créer de la monnaie de singe, celle-ci ne vaut plus rien, ce qui renchérit nos importations, accroit le déficit de notre commerce extérieur, nourrit l'inflation intérieure, et en définitive appauvrit la population.
Le raisonnement ne pourrait être acceptable que pour un pays vivant en autarcie absolument totale. On voit ce que cela peut donner en Corée du Nord....




 cochise_fr a écrit [30/08/2013 - 20h21 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Cela ne devient de la monnaie de singe que lorsque son usage est détourné de l'action publique et du bien public.
Cela ne renchérit pas obligatoirement les importations, et cela n’accroît pas non plus automatiquement le déficit du commerce extérieur, car ces deux domaines peuvent être réglementairement régulés par l'état....ce qui va bien sur à l'opposé de la mondialisation et de la liberté des échanges commerciaux.
Il est faux de dire que cela conduit à l'autarcie. De très grands pays pratiquent ainsi et ne sont pas la Corée du Nord.....à commencer par les USA, la Chine, le Japon...etc




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/08/2013 - 20h57 ]  
papiguy

On croit rêver ....




 miette38 a écrit [03/09/2013 - 15h58 ]  
miette38

qu'est ce que l'intégrité des politiques?




 cochise_fr a écrit [03/09/2013 - 21h06 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Oh c'est très simple:
C'est d'agir pour le bien public et non pour des intérêts privés.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à cochise_fr






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.