Parent d'une fille de 20 ans, nous ne comprenons plus ses comportements, que faire ?



mayva
Cette question a été posée par mayva, le 26/03/2008 à à 19h14.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Jeunes.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 mayva a écrit [26/03/2008 - 19h14 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
mayva

On se dispute tout le temps pour ses comportements, ses manières de parler avec son père, elle ne supporte pas les conseils de son père qui était alcoolique auparavant et qu'elle commence à boir de l'alcool aussi avec ses copines, elle sait pertinemment que je n'aime pas du tout ça mais elle se cache et beaucoup d'autre erreurs si elle continue à ne pas m'écouter. Que dois-je faire moi sa mère ? Merci




rakotovahiny


 dali a écrit [26/03/2008 - 21h26 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
dali

salu,mayva,les jeunes d'aujourd'hui,n'en font qu'à leur tête;ils se croient invincibles , hélas;c'est la vie. pourtant,maintenant,si elle a vu son père boire,je ne pense pas qu'elle veuille lui ressembler . avez-vous,songé à lui parler ,pas chez vous,dans un endroit extérieur ,un endroit qu'elle apprécie particulièrement. crier après quelqu'un,cela n'arrange pas toujours les choses,mieux vaut discuter dans le calme




 carter a écrit [27/03/2008 - 02h41 ]  
carter

Il n'ya rien à comprendre si ce n'est à accepter la classique (et naturelle) crise d'adolescence. Le hic est que les années de crises adolescentes sont aussi celles ou l'on prend des décisions souvent irréversibles quant à notre futur...

Un conseil toutefois! Ne vous braquez pas sur ces comportements! C'est normal à son âge de vouloir tout expérimenter.
Sinon, à force de crier au loup, il finit à poindre le bout de son nez! Ne pratiquez pas des prophéties auto-réalisantes, c'est à dire ne provoquez le comportement dont vous craignez la venue en poussant votre fille à le faire! ce sont des prophéties auxquelles on croit tellement que l'on fait tout pour qu'elles se réalisent...

Je m'explique: a force de dire qu'elle boit comme son père, vous ne voyez pas que vous la poussez forcément...à boire? Si à chaque fois qu'elle rentre tard, l'haleine alcoolique, vous l'engueulez; la réprimandez en la questionnant sans cesse; elle n'aura qu'une seule envie: repartir se saouler avec ses copines. Et finalement, la prophétie, que vous craignez de voir apparaitre, finira par se produire...Elle rentrera de plus en plus tard pour ne pas se coltiner les scènes de ménages avec sa mère et donc, elle restera de plus en plus avec ses copines; Et un cercle vicieux se crée jusqu'à l'alcoolisme puisque forcement..."c'est dans ses gènes" pensera t-elle...

Bref, il faut distinguer deux choses:
-elle boit en soirée ou en journée avec ses copines. Elle boit toujours en groupe. C'est un comportement typique d'adolescente qui pratique les mœurs de sa "tribu". C'est désagréable mais c'est l'expression de besoin d'appartenance à un groupe. Je suppose que tous les parents rêvent que leur fille appartienne à la tribu des binoclardes lectrices du dernier Goncourt et passionnées de musique classique...Mais voila, on s'envoie moins en l'air (au propre comme au figuré) ... Tant qu'elle boit que par socialisation, c'est pas bien grave...

-elle boit tout le temps, et encore plus lorsqu'elle est seule pour noyer son spleen. La, cela pose en effet un problème...
Remarquez que dans les deux cas, on ne peut encore parler d'alcoolisme puisqu'il faudrait démontrer sa dépendance envers la bibine (éventuellement, que vous l'ameniez voir un médecin pour mesurer sa dépendance à l'alcool)

Quoi qu'il en soit; EVITEZ les arguments fatalistes du genre "tu finiras comme ton père" et tentez la dédramatisation. N'oublions pas qu'elle expérimente sa liberté et que vous êtes son geôlier dans son imaginaire.
Alors, passez plutôt à un rôle de conciliateur et marchandez ses sorties avec l'assurance d'une rigueur dans sa vie professionnelle ou universitaire (contrairement à une idée reçue, les soirées arrosées -et autres amusements- et la réussite scolaire vont de pair: il faut savoir s'amuser pour préparer sereinement les examens car sinon, on risque le burn-out )

Vous pouvez aussi aller faire une thérapie familiale avec un psychologue systémique; question de voir ce qui cloche dans votre triangle familial (le père, la mère et la fille)

Mais je pense qu'il vous faut recarder la situation. C'est normal qu'elle vous échappe. Elle est grande; elle a les seins qui pointent et elle se réapproprie et sa vie et sa liberté. Forcement, cela passe par un retrait ou une remise en question de l'autorité parentale.Généralement, ça passe avec le temps pour peu que les parents envisagent la situation pour ce qu'elle est: la classique crise d'adolescente et la prise de risque qui va avec.
Mieux vaut alors jouer les conciliateurs plutôt que de cristalliser encore plus sa "révolte"...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Frédérique a écrit [27/03/2008 - 10h37 ]  
Frédérique

Pour rebondir sur ce que dit Dali, je ne pense pas que cela soit spécifique aux jeunes "d'aujourd"hui". Comme le dit Carter, c'est une crise d'adolescence (enfin j'espère pour vous). Il faut donc être vigilant et surtout patient. C'est l'âge où tout ce que disent les parents est remis en question, tout est dans la provocation. Il faut également espérer que l'éducation que vous lui avez donné jusqu'alors lui évitera de prendre des risques inconsidérés. Essayez de doser : pas trop de réprimandes, mais surtout pas de laxisme. Même si ses comportements ne sont pas encore ceux d"une adulte, parlez lui comme à une adulte (sans être moralisateur). Bon courage...




Il y a un temps pour tout......


 bougainvilliee a écrit [27/03/2008 - 13h44 ]  
bougainvilliee

Bonjour mayva,
Ta question est d'importance. Il s'agit là, d'un rapport mère-fille, classique et complexe. Aussi n'est-il pas étonnant que ce soit la mère qui la pose. Cela aurait pu être la fille. Car s'agit aussi d'un rapport femme-femme. Car ta fille est une femme. Et cela il faut que tu l'admettes. Ce sera le premier pas vers la résolution de votre problème.

Car il a problème et difficulté, autant de toi envers ta fille, que de ta fille, envers toi.

D'abord il te faut comprendre le déséquilibrage qu'il y a entre une mère et sa fille.

Dans vos rapports c'est toi qui détiens l'autorité. Cela veut dire que c'est un rapport de force en ta faveur.

C'est toi qui puni. Et elle n'en a pas la réciprocité.

La punition va dans un seul sens, sans que ta fille puisse répliquer au même niveau que le tien.

Donc c'est un rapport de force déséquilibré entre deux femmes.

Comme c'est toi qui manies l'interdit, ta fille se défend de toi, se défend face aux interdictions que tu es seule à imposer. Elle ne peut pas t'en imposer en retour. Tout au moins directement.

Ainsi elle est amenée à utiliser une autre façon de te punir. Comme celle de boire. Car elle sait que tu n'aimes pas ça, car cela te rappelle des souvenirs désagréables.

Aimer ta fille, c'est l'aimer telle qu'elle est et non pas telle que tu voudrais qu'elle soit. Et tenter de la comprendre et non pas lui demander de te comprendre.

Fini la petite enfance où ta fille était docile. Parce que tu n'as plus à faire face à une enfant, mais à une femme. Une femme sexuée comme toi.

C'est donc à une autre réalité que tu dois faire face. Il faut que tu lui permettes d'avoir sa vie, sa vie de femme, pleine et entière.

Cela te renvois à toi-même, à ce que tu es et à ce que tu as été lorsque tu avais le même âge qu'elle.

Tu n'as plus à la protéger, mais au contraire à lui laisser faire ses expériences de la vie.

Bien sûr tu penses (à tort ou à raison) qu'elle s'y prend mal.

Mais elle s'y prend à sa façon à elle, qui, parce que vous êtes différentes et uniques, ne sont pas les tiennes.

Tes façons d'agir, sont les tiennes et tu en subis seule les conséquences. Il faut que les expériences de ta fille soient les siennes, parce que c'est elle seule (en réalité) qui en subira les conséquences.

Je sais ce n'est pas facile. Mais commence à t'oublier, à oublier ce qui te ferait plaisir, à oublier ce qui te contenterait chez elle. Laisses-lui vivre sa vie. Après tout c'est la sienne. Elle lutte pour son autonomie de femme, pour sa vie, pour sa survie, pour être, enfin, maîtresse de son existence d%u2019aujourd%u2019hui et de demain (tu ne seras pas toujours là).

Aimer c'est rendre heureux. Rend la heureuse en lui laissant ses désirs à elle, ses rêves, ses comportements propres.

Elever un enfant, c'est l%u2019amener à être adulte, à être autonome, lui permettre d'être lui et seulement cela.

Ton rôle, c%u2019est d%u2019être là, seulement pour la soutenir et seulement lorsqu%u2019elle te le demandera.

La « soutenir » dans ses épreuves et non la conseiller. Car les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.

Elle sait très bien ce qu'elle veut et ce que tu ne veux pas. Les conseils sont superflus, voire nuisibles, à ta fille d'abord, à toi ensuite, aux rapports familiaux enfin.

Je sais que pour toi c'est, peut-être, de l'ordre de l'impossible.

Mais si tu ne peux changer ton rapport à elle, comment veux-tu que ta fille trouve, elle aussi, la force de changer. Ne lui demande pas, ce que tu ne saurais faire.

Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [27/03/2008 - 14h06 ]  
bougainvilliee

Rebonjour mayva,
J'ajouterai que le conseil de carter d'aller consulter un psychologue systémique et de suivre une thérapie familiale pour comprendre ce qu'il en est de votre triangle familial (le père, la mère et la fille) est tout à fait indiqué.

Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


Répondre à mayva






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.