Trouvez-vous la vie difficile pour les jeunes aujourd'hui?



nono182
Cette question a été posée par Nono182, le 19/01/2010 à à 21h10.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Jeunes et étudiants.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses 1 à sur 111

 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2  3 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  



 Nono182 a écrit [19/01/2010 - 21h10 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Nono182

jeunes, oups!




 papiguy a écrit [19/01/2010 - 22h28 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

La vie n'est pas un tout mais un ensemble de choses. Si on compare celles-ci et leur évolution au cours du temps, il devient difficile de dire que la vie était plus facile pour les jeunes il y a vingt ou quarante ans.
- pendant la période dite des "trente glorieuses", peu de jeunes avaient vraiment du mal à trouver un emploi, mais
- le niveau de vie était plus bas et le coût des études relativement plus élevé. Il fallait souvent combiner les études avec un travail ou travailler pendant les vacances, faire de l'auto stop au lieu de prendre le TGV.
- on n'avait pas de téléphone portable et il fallait se contenter de cabines téléphoniques,...

Par contre, on n'était pas encore pervertis par la société de consommation qu'on était en train de bâtir, et on se contentait de ce qu'on avait, sans se poser des questions de ce type.




 Tofinho a écrit [19/01/2010 - 23h45 ]  
Tofinho

Pas facile, c'est sur. Surtout quand on part de zéro... Si les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas une petite aide des parents, il est très difficile de s'en sortir complètement seul, voir impossible. Trouver un emploi est déjà une dure labeur, alors en plus vu les salaires misérables et le prix de tout et n'importe quoi... C'est un vrai casse tête.




www.olhares.com/Tof - http://locaisesquecidos.webnode.pt/


 betina a écrit [20/01/2010 - 02h06 ]  
betina

La vie est plus stressante aujourd'hui,pas de travail,plus de besoins,plus d'études,plus de tout mais pas ou peu d'argent,pas d'appartement avant un certain âge,besoin des parents plus longtemps,plus d'alcool,plus de drogue pour tenir le coup ou pour s'amuser,plus de suicides...etc... :(




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 Nono182 a écrit [20/01/2010 - 02h12 ]  
Nono182

je vous rejoints dans vos opinions! je me serai bien vu dans les années 60-70, certe avec moins de pouvoir d'achat mais moins de question a se poser sur la vie... travail! j'ai desfois l'impression qu'il faille faire des efforts démesurés dans ce monde pour arriver à un reslutat! Ce que je trouve être une grosse barrière, c'est la précarité qui règne aujourd'hui.

quant aux faits de ne pas acoir de tel internt et tout le bins avant.. je trouve pas que cela rendait la vie plus difficile. ce sont des accesoires ces choses la pas des necessite comme un travail, des sous...




 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 02h21 ]  
cochise_fr

Bonjour,
La vie pour un jeune est beaucoup plus facile qu'avant...... MAIS les besoins et les prétentions des jeunes sont aujourd'hui beaucoup, beaucoup, beaucoup plus importantes que jadis..... ce qui rend la satisfaction de ces besoins et prétentions difficile à satisfaire..... et cela fait une sacré nuance.

Il suffirait le plus souvent d'un peu d'humilité pour que la vie leur redevienne plus facile.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Nono182 a écrit [20/01/2010 - 02h27 ]  
Nono182

Bonsoir Cochise,
La vie pour un jeune est beaucoup plus facile qu'avant...... cela sous-entend qu'il y a eu un progrès social?

MAIS les besoins et les prétentions des jeunes sont aujourd'hui beaucoup, beaucoup, beaucoup plus importantes que jadis. Je suis d'accord! les prétentions oui mais les besoins... vous parlez ici de "faux besoin" ou "besoin non nécessaire" je pense.

Mais quant à la possibilité de trouver un job et une situation pérenne qui est quand même une nécessité dans la vie, surtout si l'on veut construire des projets familiaux et achat de logement... dans ce sens là, c'est peut-être plus difficile aujourd'hui? surtout que c'est déprimant à la longue!
(j'attend toujours une reponse sur mon autre question)




 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 04h38 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bien sur qu'il y a eu progrès social..... même si ce n'est pas pour tout le monde, ce qui est un simple (dans la théorie) problème politique.
Ne serait ce que l'avancée des communications ainsi que le développement de l'informatique ont largement bouleverser les possibilités d'études, que ce soit à l'école (quelle qu'elle soit) ou tout au long de sa vie.

"vous parlez ici de "faux besoin" ou "besoin non nécessaire" je pense."
C'est tout à fait cela.

"Mais quant à la possibilité de trouver un job et une situation pérenne qui est quand même une nécessité dans la vie, surtout si l'on veut construire des projets familiaux et achat de logement... dans ce sens là, c'est peut-être plus difficile aujourd'hui? surtout que c'est déprimant à la longue.

C'est sans doute un peu vulgaire.... mais cela évite les longs discours:
Ce qui est surtout déprimant, c'est d'essayer en permanence, parfois par conditionnement je vous l'accorde, de "péter plus haut son cul". Du travail, il y en a.... encore faut il accepter de le faire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 carter a écrit [20/01/2010 - 09h28 ]  
carter

a vie pour un jeune est beaucoup plus facile qu'avant

FAUX ! FAUX ! ABSOLUMENT FAUX !
N’importe quel sociologue, n’importe quel économiste sait qu’il est plus difficile pour un jeune de réussir actuellement que pour ses parents à leur époque !

Florilège choisi :
- on observe un « allongement de la jeunesse pour tous et la désynchronisation des calendriers d’entrée dans la vie adulte » (27 questions d’économie contemporaine à la question «une jeunesse en panne d’avenir) ; c'est-à-dire le fait qu’on accède de plus en plus tard à l’autonomie financière (en moyenne, c’est à 33 ans qu’un type accède à l’autonomie financière ! Sans aucune aide familiale, peu de jeunes ou de jeunes adulte vivraient correctement !) et on observe de plus en plus des trajectoires individuelles chaotique. Bref, « sans le sédatif que représente l’aide substantielle que de nombreux parents attribuent de façon presque automatique à leurs enfants, la souffrance d’une partie nouvelles générations n’aurait pu passer inaperçue » ( « les classes moyennes à la dérive » du sociologue Chauvel)

-  on observe « la transformation du régime des salaires des jeunes à l’embauche » : aux jeunes les CDD pourris tandis que les papis se la coulent douces dans leurs CDI bien au chaud. La flexibilité, c’est pour les jeunes et les entreprises les considèrent comme la variable d’ajustement par excellence

- La dévalorisation et l’inflation des diplômes : un exemple parmi mille autres : en 1969, 83 des bac+2 étaient cadres, aujourd’hui, c’est 76. Non seulement le diplôme ne permet plus d’accèder facilement à la vie facile mais en plus, il en faut plus !

- Les difficultés de logement touche principalement les nouveaux arrivants dans la vie active

- le chômage touche les jeunes principalement : moins d’emplois et plus d’études pour y accéder…tel est le slogan de notre génération

- Le taux de suicide est révélateur : de tout temps, c’était les ados et les vieux qui se suicidaient… Maintenant, après les ados, ce sont les trentenaires qui se suicident le plus ! c’est une nouveauté historique ! ils dépassent les vieux dont le nombre de suicidés s’est réduit considérablement depuis l’installation du régime vieillesse…

Bref, tous les indicateurs sont au rouge pour la jeunesse. Il y’a de bons livres dessus qu’il suffit simplement de les ouvrir




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 10h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais on est pas obligé de se laisser bourrer le mou par des idoles qui font partie de la caste et la défende.

Ces arguments ne me convaincront pas, car on oblige personne à être conditionné, on oblige personne à faire des études supérieures inutiles, on oblige personne à suivre des filières bouchées pendant que d'autres sont en pénuries. Maintenant, quand on décide de ne pas marcher droit, il faut aussi en assumer les inconvénients. La vraie vie n'est pas faite que d'avantages, de droits, de loisirs, de consommation à outrance..... heureusement.!! Il est parfois bon de le rappeler à ceux qui y croient.

Quand aux statistiques, on peut, comme chacun sait, leur faire dit ce que l'on veut, tout et son contraire.

Et puis il faudrait déjà s'entendre sur ce l'on appelle "réussir".... car je ne suis pas du tout convaincu que nous en ayons la même définition.

"'c'est-à-dire le fait qu'on accède de plus en plus tard à l'autonomie financière (en moyenne, c'est à 33 ans qu'un type accède à l'autonomie financière !"
Tout dépend des besoins que l'on détermine comme étant nécessaires à cette autonomie. Plus on met de contenu dans le contenu de base, plus il est difficile à atteindre, c'est l'évidence même..... mais ce n'est pas la faute au contenu, mais la faute aux désirs de l'individu.

Trop facile de dire en permanence "je veux, je veux, je veux.." et jamais "je dois".... et cette pratique extrêmement répandue n'est que du conditionnement dont on peut sortir, ou plutôt dans lequel on peut ne pas entrer.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Leumas80 a écrit [20/01/2010 - 12h43 ]  
Leumas80

Je rejoins cochise dans ses arguments.
Maintenant, un "jeune" (oh le vilain mot), veut entrer dans la vie active avec un CDI, 1500 euros minimum (et évolutif), un travail pas trop loin de chez lui et pas épuisant pour pouvoir payer ses communications téléphoniques, son abonnement internet et son crédit, qu'on lui a accordé alors qu'il n'avait presque pas d'argent.
Je ne suis peut être pas un exemple, mais avant d'avoir mon emploi "stable", j'ai travaillé pour des boites d'intérim pour 5000 francs à l'époque (une paille), je travaillais, et je travaille toujours, à plusieurs dizaines de kilomètres de mon logement, j'ai fait des boulots que personne n'aimerait faire (laver des personnes âgées, ce n'est pas un plaisir), j'ai passé des dizaines de concours et, mis à part le logement que me fournissait mes parents, c'est moi qui me payait mes loisirs et croyez moi, ils n'étaient pas nombreux. J'ajoute que je n'ai eu aucune aide extérieur des assedic et autres.
On peut me rétorquer que maintenant, c'est la crise, c'est un fait. Mais vu que j'ai déjà eu l'occasion de discuter avec ces "jeunes" de près et sans caméra, ni journaliste, je peux vous dire qu'ils préfèrent glander que d'aller bosser (et ce n'est que la vérité sur ce que je dis).
Bizarre qu'autours de moi, des personnes de différentes classes sociales, de différents âges et de diverses origines, trouvent encore du travail en période de crise. Certes, pas glorifiant ou bien payé, mais en France, j'ai l'impression qu'on fait le culte du "minimum syndical" pour bien vivre.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 12h57 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Dites moi, Leumas80, il n'y aurait pas un zéro de trop sur vos "5000 francs" de l'époque.? C'était une belle somme.... à cette époque... comme vous dites (750 euros de maintenant que beaucoup de gens ne gagnent pas alors que cette somme n'est pas suffisante pour vivre dignement aujourd'hui).

"Mais vu que j'ai déjà eu l'occasion de discuter avec ces "jeunes" de près et sans caméra, ni journaliste, je peux vous dire qu'ils préfèrent glander que d'aller bosser"

Je ne suis pas du tout convaincu que "glander" soit un but délibéré de la jeunesse. Il s'agit surtout de désoeuvrement et de la culture administrative de l'assistanat sans contrepartie. Il est rare qu'un individu valide soit nul en tout. Le vrai souci étant de déterminer, de reconnaitre, puis d'utiliser ces facultés au sein de la société contre raisonnable rémunération..

Il me semble qu'il suffirait de rendre obligatoire une partie de travail d'intérêt général à concurrence des aides allouées (ou même d'une partie seulement) pour redonner le gout oublié de participer à la vie de la société d'une façon ou d'une autre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Leumas80 a écrit [20/01/2010 - 14h07 ]  
Leumas80

Argh!
Le 5000 francs est exact, je ne suis pas si vieux que ça... ;-(
A l'époque, il n'était pas rare déjà de trouver du travail pour 9000 ou 10000 francs, c'est pour ça que je dis que c'était une paille.
En ce qui concerne le "glanger", oui, j'ai un peu exagéré le terme, mais pour les personnes qui m'ont dit, et qui me le redirais encore, ce n'est pas loin de la vérité.
Les termes exacts seraient plutot : "Travailler? Bah non, avec les aides que je perçois, je vis mieux et je me fatigue moins." (transformer "aides" par larcin dans certains cas. Et oui, je ne cotoie pas le beau monde, marlheureusement).
Maintenant, heureusement que tout le monde n'est pas comme ça, mais c'était juste pour dire qu'il ne faut pas "toujours" dire que c'est dur pour la jeunesse.
Les manches sont à retrousser pour pouvoir aller vers quelque chose.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 betina a écrit [20/01/2010 - 14h17 ]  
betina

La réalité saute aux yeux cochise,il est très difficile pour un jeune aujourd'hui de s'insérer dans la société avec ou sans diplôme et contrairement à ce qui se dit tous les jeunes ne sont pas des glandeurs,que dire quand on propose à un jeune des contrats de deux jours,trois jours par ci par là parce qu'on ne veut pas embaucher et le jeune le fait mais ça ne le fait pas vivre,des patrons qui vont se servir au pôle emploi pour ne pas avoir de charges à payer,le jeune lui aura attendu plusieurs mois pour avoir le poste,des CDD qui vous mettent sur le pavé au bout de 6 mois même si vous faites l'affaire car le patron a avantage à en prendre un autre,des boulots refusés par un patron parce que le jeune est trop diplômé,et pour commencer à travailler il faut de l'argent pour le transport car le transport en commun n'existe pas toujours,avoir une voiture est- ce possible pour eux?si les parents ne sont pas là
aucune chance de s'en sortir,et je rappelle que les jeunes de moins de 25 ans ne perçoivent rien du tout.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 14h26 ]  
papiguy

On oublie une chose importante que beaucoup ont pu constater:
C'est en période de crise que les opportunités de "réussir" sont les plus importantes pour ceux qui en ont envie et ne se contentent pas de se lamenter sur leur sort en retranchant leur paresse derrière des phrases telles que "la vie est plus difficile pour les jeunes qu'avant".

Il faut aussi savoir choisir "sa voie" et ne pas repousser toujours plus loin l'entrée dans la vie active en prolongeant des études par forcément adaptées au marché du travail. Le choix d'une filière est aussi un peu un "trompe couillon" et part du principe qu'un métier va s'adapter à vos goûts, alors qu'il reste très proche de l'auberge espagnole. Alors s'engager dans une voie bouchée et s'obstiner à y rester sous prétexte que cela plait est un leurre.

Cette attitude n'est heureusement pas partagée par la majorité des jeunes qui sont, à mon avis, beaucoup plus murs et mieux informés que les anciens l'étaient à leur époque. Il ne faut donc pas généraliser à partir de réflexions isolées, ou de littérature ne portant que sur une certaine classe sociale.




 betina a écrit [20/01/2010 - 14h40 ]  
betina

Il ne faut pas généraliser non plus sur ce que tu dis papiguy.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 14h55 ]  
papiguy

Bien sûr betina,
C'était une réflexion parmi d'autres, une façon de ne pas voir que la partie vide du verre.




 Nono182 a écrit [20/01/2010 - 15h03 ]  
Nono182

Bonjour,
je ne devrais pas poster étant donné la quantite de travail que j'ai à faire...mais j'ai quand même envie de faire une ou deux remarques:

Il faut aussi savoir choisir "sa voie" et ne pas repousser toujours plus loin l'entrée dans la vie active en prolongeant des études par forcément adaptées au marché du travail.
Si j'avais écouté les conseillés d'orientation en 3eme, je serai parti dans l'informatique sous prétexte qu'il y avait du boulot, le bug de l'an 2000... bref tout pour mettre du monde là ou le marché de l'emploi est porteur! J'ai préféré suivre mes envies et les choses qui m'intéressent.... bien que le secteur soit plus fermé... au moins je n'aurai pas de regret d'avoir essayé!
C'est quand même malheureux qu'il faille s'adater au marché du travail plutot qu'on laisse l'expression de l'immagination et la creativite de chacun là ou il est bon et intéressé! Comment peut-on s'investir autant dans un metier qui nous attire peu vs. une chose qui nous intésse? L'eficacite et la productivité s'en trouve aussi affectée!

Secondo, je crois aussi qu'il est faisable pour une jeune de trouver un emploi si il s'y donne les moyens.... mais à quel prix? souvent on vous demande de la mobilité (loin de la famille par ex), des contrats précaires.... et dans ce sens là, même si un jeune se bat pour avoir un job... il y a d'autres difficultés qui viennent après: trouver un job non précaire, suffisament payer pour vivre (aujourd'hui il est courrant de faire un pret sur 30 ans..., et trouver un emploi au meme endroit que avec votre conjoint... il me semble qu'avant c'était beaucoup plus simple pour les couples de construire une famille et avoir un emploi dans la meme zone géographique bien qu'ils ne jouissaient pas des mêmes possibilités que de nos jours.




 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 15h16 ]  
cochise_fr

Bonjour,
A tous ceux qui n'aiment pas les contrats insultants proposés par l'état et ses acolytes, il y a toujours la possibilité de créer SA propre entreprise (350.000 en 2009) et du même coup son emploi, même si, là encore, cela demande de se remuer le cul au moins un peu, de préférence beaucoup.... et surtout, d'être un excellent professionnel dans son domaine (ça c'est déjà plus dur).

"...la majorité des jeunes qui sont, à mon avis, beaucoup plus murs et mieux informés que les anciens l'étaient à leur époque."
J'aurais tendance à remplacer "murs" par "prétentieux", et "informés" par "entretenus". Peut être ne rencontrons nous pas les mêmes personnes ou n'avons nous pas les mêmes bases de comparaison.?

"je rappelle que les jeunes de moins de 25 ans ne perçoivent rien du tout."
C'est juste Betina, mais à 15 ans, je travaillais sur les marchés pour me payer l'école, et je n'ai jamais reçu le moindre sou de subvention. C'est toujours possible. Mais je n'ai jamais eu de dernier truc à la mode non plus, que ce soit en gadgets, en vêtements ou autres.
Pour 500 euros, on peut se trouver une voiture (même moins parfois), pour 150 euros un deux roues motorisé.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 15h30 ]  
papiguy

Les remarques de cochise_fr me remettent en mémoire une discussion portant sur la possibilité d'acheter une voiture neuve pour un chômeur.....




 betina a écrit [20/01/2010 - 15h31 ]  
betina

Les opportunités ne seront que pour une minorité et que fait-on pour tous les autres?il ne faut quand même pas se voiler la face,sur ce qui se passe dans notre pays et faire croire que tout est facile,surtout quand nous, nous avons tout ce qu'il nous faut!
;-)




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 15h42 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"faire croire que tout est facile,??"
Personne n'a dit que tout est facile.... seulement que ce n'est pas plus difficile qu'avant, même si les conditions de base changent. Avant, ce n'était pas facile non plus.

"....surtout quand nous, nous avons tout ce qu'il nous faut!"
Vous peut être.? ... mais surement pas tous le monde non plus.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 15h43 ]  
papiguy

"souvent on vous demande de la mobilité":
On va donc demander aux entreprises de s'installer devant ton pas de porte, et te créer un emploi sur mesure Nono.
Quand j'ai cherché un travail, j'ai du aller à l'autre bout de la France, et signer une clause de mobilité (France et étranger). Mes enfants ont aussi changé de domicile à plusieurs reprises, et l'un a créé son propre emploi. Comme dit cochise_fr, cela demande de se remuer un peu le postérieur

"C'est quand même malheureux qu'il faille s'adapter au marché du travail plutôt qu'on laisse l'expression de l'imagination et la créativite de chacun là ou il est bon et intéressé":
Il est curieux de constater qu'en posant la question à de nombreuses personnes, il est rare qu'elles vous disent qu'elles n'aiment pas leur travail. Il est vrai que si on n'y apporte rien, on n'en retirera rien.
La créativité et l'imagination peuvent s'exercer dans de nombreux métiers, et c'est bien pour cela que la majorité des gens aiment le leur.




 betina a écrit [20/01/2010 - 15h43 ]  
betina

Pour les chômeurs il est possible de louer une voiture pour 4 euros par jour quand le contrat est établi donc pas pendant la période d'essai,et il faut verser 300 euros de caution,si les parents n'aident pas comment font-ils?
moi aussi cochise à 13 ans,je travaillais dans une épicerie pendant mes jours de congé,pas déclarée bien sûr,il suffisait d'aller fapper à la porte et de dire je voudrais travailler et on nous prenait,à 15 ans j'ai travaillé dans une boulangerie pour me payer mes livres d'école tous les dimanche matins et toutes les vacances scolaires mais aujourd'hui,ce n'est plus possible,il ne faut pas rêver quand même,tous les jeunes ne sont pas des mous du genou,mais des désespérés de l'avenir,et tous les jeunes ne portent pas le dernier vêtement à la mode et n'ont pas le dernier gadget à la mode,quant à trouver une voiture à 500 euros voire moins,j'aimerais savoir dans quel état,elle se trouve?




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 betina a écrit [20/01/2010 - 15h48 ]  
betina

Bien sûr qu'aujourd'hui il faut être mobile et rester dans sa région sera de plus en plus difficile,il faut aussi se remuer,c'est indéniable,mais au départ il faut-être quand même aider le jeune à mettre le pied à l'étrier.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 15h51 ]  
papiguy

Ce débat est un peu la conséquence des discours politiques, des slogans réducteurs et trompeurs du genre:
"changer la vie"
"réduire la fracture sociale"
"travailler plus pour gagner plus"
Comme s'il suffisait de changer de gouvernement pour rendre tout plus facile. Alors les crédules se sont laissés abuser, et maintenant désabusés trouvent que la vie est plus difficile. Quoi de plus normal !




 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 15h57 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"quant à trouver une voiture à 500 euros voire moins,j'aimerais savoir dans quel état,elle se trouve?"

Ce n'est évidemment pas une voiture neuve ni de l'année dernière.

Il suffit que le véhicule ait son contrôle technique, et vous avez deux ans de tranquillité (après l'avoir essayé, évidemment). Si on choisit un modèle à grande diffusion, les pièces seront faciles à trouver en cas de besoin. Si on choisit un modèle sans électronique, l'entretien n'en sera que plus simple. Si on met le véhicule au nom de ses parents, ou même d'un adulte quelconque, ayant 50 pour cent de bonus en étant déclaré comme second conducteur habituel, le cout de l'assurance sera fortement réduit.
La peinture, la carrosserie, seront en état d'usage.... qu'importe du moment que l'habitacle est étanche.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Nono182 a écrit [20/01/2010 - 16h02 ]  
Nono182

papiguy,
c'est bien pour cela que la majorité des gens aiment le leur.
je doute fortement de cette affirmation! je vois plutot de nombreux gens qui se levent parce qu'ils doivent plutot que par plaisirs de leurs boulots.

On va donc demander aux entreprises de s'installer devant ton pas de porte, et te créer un emploi sur mesure . je suis d'accord. mais la mobilite qu'on demande aujourd'hui est bien plus forte qu'avant... sauf si vous faie boulanger ou des metiers manuels (carreleur.. paysagiste...) ou vous pouvez trouvez une boite pres de chez vous!

Seulement voila, les metiers manuels, peu de jeunes en veulent aujourd'hui notament à cause des contraintes et du manque de valorisation de ses metiers... on est donc de plus en plus amener a faire des etudes... et lorsqu'on est deux a faire des etudes et qu'on doit les deux trouver un posts dans le meme lieu c'est la que les problemes se font ressentir...
gardons a l'esprit que l'on fait des suppositions.. moi jeune sur le monde actuelle t les anciens comparent par rapport votre epoque... mais les jeunes n'ont pas vecu la generation d'avant et les anciens ne savent pas non plus les difficultes des jeunes aujourd'hui! d'ou ma question pour comparer! Je ne suis pas contre la mobilite... mais lorsque l'on est deux et que en plus c'est precaire, là cela devien compliqué d'y voir claire chose que je crois était rare une generation avant...




 betina a écrit [20/01/2010 - 16h16 ]  
betina

Il faudra toujours dépendre de quelqu'un pour payer moins cher la dite assurance,tout n'est pas si simple ni dans un sens ni dans un autre mais vous ne pouvez pas messieurs faire abstraction du chômage qui touche les jeunes et des problèmes qui en découlent.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 papiguy a écrit [20/01/2010 - 16h21 ]  
papiguy

La mobilité n'est pas plus forte, elle est plus fréquente.
Nono,
Les anciens ne peuvent pas connaître les difficultés des jeunes ? Sauf que dans leur grande majorité ils ont des enfants, et qu'ils assument une partie de leurs difficultés.

Il est inexact de dire que les jeunes ne connaissent pas les difficultés de leurs parents. Il est une période ou les enfants sont jeunes et peuvent voir que la vie de leurs parents n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Tout gamin, il m'est arrivé de racler les fonds de tiroir avant d'aller chercher du pain... mais c'est resté un bon souvenir, n'ayant jamais entendu mes parents se lamenter et dire que la vie était plus dure qu'elle n'avait été pour leurs propres parents.




 Nono182 a écrit [20/01/2010 - 16h27 ]  
Nono182

papiguy,
c'est vrai je suis d'accord ave toi... je crois que c'est pas evident de savoir ce qu'on veut aujourd'hui... les multiples possibilites peuvent être géniales mais on peut aussi vite s'y perdre... je crois que l'insatisfaction des jeunes actuels est plus grande qu'autrefois!




 cochise_fr a écrit [20/01/2010 - 16h41 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce qui me semble avoir changé, c'est de voir, par exemple, un chômeur depuis presque un an qui se présente à un emploi proposé, et dès la description du travail à faire vous dit gentiment "Oh, mais cela ne m'intéresse pas.!!"..... et préfère rester au chômage (éventuellement agrémenté de petits boulots au noir).

C'est vrai que cela ne me serait même pas venu à l'idée.... et j'ai souvent dit "merci" pour un emploi qui ne me plaisait pas et que je me suis efforcé de quitter au plus vite pour un autre plus gratifiant tout en le faisant du mieux possible.... mais en attendant de le trouver, cela faisait bouillir la marmite.

Ce que je conçois à l'embauche:
"faites votre travail à votre poste comme si vous étiez le patron de l'entreprise".... cela valorisera vos embauches suivantes.


Bah, oui, Nono182, il faut faire des choix dans la vie, et autant que possible savoir se projeter dans l'avenir pour voir ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. Attendre béat que tout tombe du ciel ne semble pas très raisonnable.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 wizard a écrit [28/01/2010 - 22h34 ]  
wizard

Salut a tous ,
j ai pas veritablement eu le temps de tous les posts faute de temps mais ce que je peux dire c est que la vie du jeune d aujourd hui est facile comme difficile d un domaine a un autre.Je m explique:

- si je prend par exemple les Situation de vie du point de vue technologique (internet ; telephone et autre) il va de soi que la vie de la jeunesse d aujourd hui est largement facile . Aussi sur le plan scolaire aussi c est plus facile ca le programme scolaire est quand meme facile. J avais d autres mais je les ai oubliées.
- Par contre , il faut reconnaitre que la vie df un jeune d aujourd hui est nettement plus difficile lorsqu on parle de boulot ou de reussite . Le boulot se fait de plus en plus rare et un jeune plus de s egarer du point de vue moralité et racine hors ce sont des fondements presqu incontournable dans la reussite de l homme. Il y a d autres éléments que nous négligeons au fil du temps: c est l absence des parents qui , en quete d argent ne sont là que quelque rare fois pour l education de leurs enfants. Eéééh oui on l avait pratiquement oublié en parlant de la délinquence ; de l impolitesse ou que sais e encore mais il ne faut pas oublier qu un enfantnait innocent ... La vie n est pas aussi rose pour les jeunes meme avec toute la technologie qu on dispose.
En parlant de technologie c ets un couteau a double tranchant puisque cette technologie met des gens au chomage du fait de la robotisation des activités.


Bon bref il y a vraiment plein de choses a dire. Je ne peux repondre véritablement a cette question mais il faut reconnaitre que la facilité de la vie est fonction du domaine . A TCHIIIIIAOOO!!!!




 cochise_fr a écrit [29/01/2010 - 08h08 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"En parlant de technologie c ets un couteau a double tranchant puisque cette technologie met des gens au chomage du fait de la robotisation des activités."

Cà, Wizard, c'est une magnifique idée reçue sans fondement, soigneusement entretenue par des gens de mauvaise foi, même s'il existe surement des exceptions.

Le progrès technologique modifie les emplois disponibles, améliore le niveau de vie global, et crée d'autres emplois nouveaux qui n'existaient pas auparavant..... et en supprime d'autres devenus obsolètes, mais globalement, le nombre d'emplois disponibles reste sensiblement le même.

Il appartient à la scolarité (ce qui représente au moins 10 ans d'apprentissage) de former les futurs têtes pensantes et mains actives en vue des emplois de demain. Il appartient aussi à l'éducation nationale de donner à chacun le minimum sanitaire de connaissance de la vie ordinaire, préalablement à la course intellectuelle au fric facile, ou du moins, le moins difficile possible.

Tout cela, l'éducation nationale ne le fait pas, je vous l'accorde, et cela handicape fortement les jeunes ensuite, mais en compensation, il est facile, aujourd'hui, de s'auto-instruire tout au long de sa vie pour pallier aux carences de l'état.

Que les jeunes apprennent déjà les trois fonctions de base: LIRE ÉCRIRE COMPTER ce qui leur donnera de bonnes bases pour continuer à s'instruire, pour se présenter, pour s'exprimer, pour assurer la gestion de leur vie d'adulte, et pour trouver un emploi, sans oublier de ne pas avoir peur de se remettre en cause en permanence pour s'adapter aux conditions environnementales.

Bon courage à tous.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 karol a écrit [29/01/2010 - 09h43 ]  
karol


Moi, j'ai peut-être un téléphone portable (premier prix avec forfait bloqué) mais mes parents avaient une maison et une voiture au même âge (je précise que je vis dans un minuscule F2 et que je n'ai même pas mon permis... trop cher... )

Moi, j'ai peut-être internet, mais mes parents ont la retraite. Et pour mes vieux jours, ma question à moi est plutôt: comment faire pour mourrir avant que ne vienne la dépendance ? (Parce que personne ne sera là pour s'occuper de moi) Et franchement, je préfererai avoir une retraite qu'un accès internet ou un I-Pod (que je n'ai pas non plus.. trop cher...)

Au niveau boulot, mon seul CDI, je l'ai eu lorsque j'ai bossé au Quick pendant mes études universitaires. Actuellement mon père gagne plus du double de mon salaire alors qu'il a un bac + 2 et moi un bac + 5 (phénomène de déclassement que connaissent beaucoup de gens de ma génération et des générations suivantes.) Jamais je n'arriverai à son niveau de vie...

Aujourd'hui, les jeunes doivent travailler plus pour gagner moins. Les soins médicaux sont de moins en moins bien remboursés, les retraites sont menacées, etc.

La croix est bien lourde à porter tout de même...







Nulle intelligence pour ce que nous faisons, rien que des éloges ou des blâmes.


 karol a écrit [29/01/2010 - 09h48 ]  
karol


"Que les jeunes apprennent déjà les trois fonctions de base: LIRE ÉCRIRE COMPTER ce qui leur donnera de bonnes bases "

Que c'est triste de penser cela... Je comprends maintenant pourquoi tu n'as que des idées stéréotypées, des idées "TF1" ou "M6" comme je les appelle...

L'instruction ne se limite pas à lire et à compter. Il faut aussi développer ses connaissances générales (via l'apprentissage des sciences humaines par exemple) susciter la curiosité, l'esprit critique.

C'est aussi cela le rôle de l'école: Nous permettre de devenir des citoyens attentifs et réfléchis (rôle qu'elle ne remplit pas vraiment mais qui devrait théoriquement être le sien.)

En plus, il faut vraiment être complétement déconnecté de la vie réelle pour penser que le fait de savoir lire et compter te permet d'accéder à l'emploi, à l'instruction, etc.




Nulle intelligence pour ce que nous faisons, rien que des éloges ou des blâmes.


 cochise_fr a écrit [29/01/2010 - 10h19 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Eh oui, Karol, c'est très chouette des études.... qui ne mènent à rien.
Former 300 personnes quand on sait déjà à l'avance qu'il n'y aura que 10 postes par an.... ce n'est vraiment pas sérieux de la part de l'éducation nationale. Ce n'est pas parce qu'une filière est populaire, ou facile d'accès ou moins difficile intellectuellement, que tout le monde doit s'y précipiter alors qu'aucun poste (ou très peu) n'est disponible dans ce domaine.

Et puis, avant de penser aux Bac 5, il faut aussi penser comment arriver jusque là, et pour cela, il y a un minimum: lire, écrire et compter correctement..... ce qui servira dans la vie courante, même si on ne fait pas d'études dites "supérieures". Cela servira aussi, comme vous le dites, pour se former soi-même tout au long de sa vie.

Je n'ai jamais dit que c'était les seules connaissances à acquérir, mais seulement que celles-là étaient impératives pour développer toutes les autres.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 karol a écrit [29/01/2010 - 12h24 ]  
karol


C'est là que nous divergeons...

Vois-tu, Cochise, nous ne sommes pas des machines. Nous ne sommes pas nés pour produire encore et encore et nous adapter à un système libéral et capitaliste qui serait "naturel"

Certaines personnes font des études par passion... et oui, car le simple fait d'apprendre peut être passionnant. C'est ainsi.

Les sciences humaines ne mènent pas forcément à un poste de travail bien défini: au guichet d'une banque, dans une administration, devant un ordinateur ou je-ne-sais-où.
Peut-on dire pour autant qu'elles n'apportent rien à la société? Ca j'en doute.

Oui, j'ai des amis qui ont des bac + 5 en histoire, en arts, en géographie qui sont au chômage alors qu'ils sont sans doute plus affutés intellectuellement que tous ceux que je connais et qui bossent...

Est-ce pour autant qu'il faille supprimer l'apprentissage de l'art, de la géographie ou de l'histoire? Ces disciplines sont-elles inutiles parce que "non-productives"?

Quant à la formation continue dont tu parles Cochise, elle est en effet essentielle. Malheureusement elle est plus souvent reservée aux ingénieurs qu'aux gens qui savent juste lire et écrire... ça, c'est un fait. Ceux qui se forment toute leur vie sont en général ceux qui ont déjà le plus haut niveau de formation. Ce n'est pas forcément "logique" mais c'est comme ça.

Sinon, nous nous accordons sur un point, il est en effet essentiel de savoir lire, écrire et compter pour développer d'autres connaissances.




Nulle intelligence pour ce que nous faisons, rien que des éloges ou des blâmes.


 cochise_fr a écrit [29/01/2010 - 12h51 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Malheureusement elle est plus souvent reservée aux ingénieurs qu'aux gens qui savent juste lire et écrire... ça, c'est un fait"
On ne doit pas côtoyer les mêmes gens.
C'est bien pour cela que ces trois impératifs sont essentiels à l'apprentissage scolaire pour pouvoir s'en servir ensuite, que l'on poursuive des études ou que l'on entre dans le monde du travail.

Quand aux études, c'est une chose d'en faire pour son plaisir personnel, c'en est une autre d'en faire pour obtenir une place dans le monde du travail..... et c'est bien sur encore mieux quand on peut combiner les deux.... mais c'est rare.

Alors, se précipiter dans des filières bouchées et connues comme tel, je trouve que ce n'est pas très raisonnable même si cela reste la liberté de chacun. Et surtout, venir se plaindre ensuite de ne pas trouver de travail avec les diplômes obtenus relève de la mauvaise foi.

Encore une fois, vous avez lu... trop vite:

Je vous ai parlé d'études qui "ne mènent à rien" et non "qui ne servent à rien".... nuance.!!

Quand des études ne débouchent pas sur des postes disponibles.... elles n'ont d'autre utilité que la culture personnelle, ce qui est surement enrichissant mais ne fait pas forcément bouillir la marmite.

"Est-ce pour autant qu'il faille supprimer l'apprentissage de l'art, de la géographie ou de l'histoire?"

Bien sur que non, mais ce n'est pas une raison non plus pour former plus de diplômés que de places disponibles dans les années à venir. S'il y a 10 places, on en forme 12, 13, 15 à la rigueur, mais pas 50, ce qui me semble relever du simple bon sens.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [30/01/2010 - 00h17 ]  
papiguy

Ayant déjà exprimé un avis similaire à celui de cochise_fr,

"Il faut aussi savoir choisir "sa voie" et ne pas repousser toujours plus loin l'entrée dans la vie active en prolongeant des études par forcément adaptées au marché du travail. Le choix d'une filière est aussi un peu un "trompe couillon" et part du principe qu'un métier va s'adapter à vos goûts, alors qu'il reste très proche de l'auberge espagnole. Alors s'engager dans une voie bouchée et s'obstiner à y rester sous prétexte que cela plaît est un leurre. "

je me contenterai d'ajouter que se lancer dans des études spécialisées et espérer que le monde du travail va se mettre en quatre pour vous faire une place si le domaine est bouché, relève de la paresse de faire un peu de prospective pour savoir si le domaine sera bouché ou non, de l'inconscience et d'une attitude d'assisté.

D'autre part,
- la formation scolaire et universitaire vous apprend seulement les rudiments d'un métier, l'adaptation se faisant sur le tas.
- la formation continue pendant toute la vie active (en faisant le bilan pour ce qui me concerne, j'arrive à une moyenne de 1 à 2 semaines de formation "externe" par an).

Ces réflexions concernent essentiellement les personnes faisant des études supérieures.




 wizard a écrit [30/01/2010 - 01h46 ]  
wizard

Salut cochise j ai lu ton post mais il ya un petit problème.

Au niveau du travail tu me parle de NOUVELLES ACTIVITés et du nombre de travailleurs qui diminue sensiblement. Prenons par exemple l agriculture qui etait la source d emploi principale mais avec la modernidation de celle ci (ce qui n est pas mauvais pour la production ) plusieur ouvrier ont perdu leur emploi . La plupart du temps la technologie profite a quelques uns qui sont ceux qui ont pensé et non a tous ceux qui l execute . Dans ce monde ici bas les plus payés sont ceux qui ne font que signer et ceux qui se tappent le vrai boulot ne font que recolter des miettes. Tu me parle de l ecole et autre mais laisse moi te dire que si nous voulons regarder telle ou telle chose disponible rien ne sera disponible par la suite .

En revenant sur la modification d emploi mis c est du pipo . Crois tu vraiment qu avec l informatiuque quelqu un qui ne sait pas l utiliser et qui travaille sera favorisé mais c est faux il sera remplacé du fait de son inefficacité au travail. La modification du travail mais le temps que cela prend pour se readapter tu y as pensé . Non je crois pas sinon tu saurais que le chomage créé par la technologie sera réelle pour toi . Ne te limite pas a ton pays et regarde a l horizon comme l afrique et tui verras ou reviens en arrière dans l histoire précisement au temps de la révolution et tu verras.

Aussi en parlant de difficulté de vie tu as pensé au cout de la vie d aujourd hui ; tout est devenu nettement plus cher hors la robotisation de l activité donne une diminution des couts de production ( diminution des salaires de ceux qui sont encore dans l entreprise et le gin total de ceux qui n y sont plus ) c est un fait réel .

Il y a aussi les bourses qui étaient accessibles avant mais aujourd hui ce n est pas evident. Ce qui fait que seul les plus nanties vont dans les meilleurs universités et ont les meilleures vies. Tout le monde a les capacités nécessaires pour exceller mais tout le monde ne peut pas aller loin du fait des moyens financiers minables alors comment veux qu il n aille pas dans les écoles ou meme si la chance est minime il peut reussir . Laisse moi te dire que ceux qui vont dans des branches bouchées soit aiment beaucoup cette branche ou y sont obligés car c est la seule opportinuté que la vie leur a offert.

Bon j ai plus grande chose car mes idées me filent toujours entre les doigts . A TCHIIIIAO ...




 Nono182 a écrit [30/01/2010 - 02h12 ]  
Nono182

papiguy
Il faut aussi savoir choisir "sa voie" et ne pas repousser toujours plus loin l'entrée dans la vie active en prolongeant des études par forcément adaptées au marché du travail

Heureusement qu'ils y en à qui font encore des études prolongées avant de rentrer dans la vie active comme tu dis! sinon, qui ferait les technologies de demain et qui les inventerait? qui irait ensigner dans les facultés! tu dis, il faut savoir choisir sa voie oui, mais il faut essyaer de ce donner les moyens de faire ce que l'on a envie... et il faut de tout, des ouvries, des techniciens, manutentionsites mais aussi des gens qui prolongent les études indéfiniment, des têtes penseurs! donc je ne suis pas entierement de ton avis!

et s'adapter au marché du travail bof! le marché du travail tel qu'il est c'est en grand majorite des bouleaux qui doivent rapporter, faire du profit et en peu de temps.. souvent au détriment des autres pas assez competiteurs, du socail et de l'envirionement! donc bof, on ferait mieux de repenser le système! mais cela viendra déjà quand des catastrophes majeurs se produiront.

Pourquoi toujours tout raisonner en terme de travail! faire des etudes adapter au marche du travail!
il est evident que les gens qui rentrent en faculté de sciences de la vie, de la terre, physique et chimie fondamentale, histoire et géo, lettres, philo.... tout cela n'a jamais été grandement porteur sur le marché du travail qui importent peu es entreprises! Mais pourtant, ce sont des etudes bien plus passionnantes, enrichissantes en terme de vie humain, d'ouverture d'esprit que de savoir comment vendre un maximum de voiture ....? comment fideliser au mieux la clientele? qui sont des questions de business et bien moins intéressantes à mon sens! Il faut faire ce que l'on a envie, ou du moins essayer! et ce n'est pas vrai ce que tu dis que la plupart des gens aiment leur boulot!!!!
non! les metiers a vocation oui, la beaucoup de gens se lèvent parce qu'il faut gagner sa croute et n'ont pas d'autre motivation, su ce n'est le salaire dans certaine fonctions!




 Nono182 a écrit [30/01/2010 - 02h31 ]  
Nono182

Karol,

Moi, j'ai peut-être internet, mais mes parents ont la retraite. Et pour mes vieux jours, ma question à moi est plutôt: comment faire pour mourrir avant que ne vienne la dépendance ? (Parce que personne ne sera là pour s'occuper de moi)
Je ne te connaissais pas aussi pessimiste! Je doute que personne ne soit là à ta retraite, des amis? un marie? et je reviens à la question des enfants si tu en as un jour ils seront là! je pense que tu irosinait en disant comment mourir avant d'être dépendante, voyons tu auras encore de belle surprise tout au long de ta vie qui remettrons ces dernières paroles à l'épreuve!

Et franchement, je préfererai avoir une retraite qu'un accès internet ou un I-Pod (que je n'ai pas non plus.. trop cher...) oui moi aussi!

Au niveau boulot, mon seul CDI, je l'ai eu lorsque j'ai bossé au Quick pendant mes études universitaires. Actuellement mon père gagne plus du double de mon salaire alors qu'il a un bac + 2 et moi un bac + 5 (phénomène de déclassement que connaissent beaucoup de gens de ma génération et des générations suivantes.) Jamais je n'arriverai à son niveau de vie...
Tu es encore jeune, qu'est ce qui te dis que dans 20 ans tu n'auras pas autant ou plus? qu'est ce qui te dis que tu va rester dans ta branche? sachant qu'aujourd'hui, on change plusieurs fois de travail au cours d'une vie... rien n'est sur! mais je coincois que les bacs 5 fac sont pas forcer les mieux armés pour la vie active... du mois en debut de carriere! de plus, il faut savoir ce qu'on veut! on peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre! tu as passe du temps a voyager, forcement cela à un cout et tu quittes ton boulot pour cela,ce qui retarde la montee dan les echelons!


Aujourd'hui, les jeunes doivent travailler plus pour gagner moins.
C'est de loin pas evident!!! cela depend comment on compare et par rapport à quand!
les indicateurs les plus fiables sont rapportant le temps de travail pour se pays un big mac!
je parle du big mac car c'est le prix le plus stable à travers le monde (dans la consommation alimentaire). Maintenant, si on fait des moyennes sur la population, avant il fallait travailler 45 minutes pour se payer un big mac dans les anness 80 et aujourd'hui 30! Il faut toujourd rapporter le temps de travail.. et non pas juste voir la hausse du cout de la vie! bien sur il y a les impots et tout le bins qui augmente...

Les soins médicaux sont de moins en moins bien remboursés, les retraites sont menacées, etc.
pour que les soins soient bien remboursé, il faut des sous dans les caisses!

La croix est bien lourde à porter tout de même...
je ne suis pas convaincu, tu parles de toi mais ton entourage? ce n'est pas facile de trouver un job stable, et du cout construire en couple a un endroit ou les deux doivent trouver du travail! mais bon, voyager est tres accessible de nos jours, la technologies nous facilite la vie, la duree de vie augmente, mois de metiers penibles et les salaires ... comment peux tu savoir que la situation va rester ainsi? on est dans un systeme financier mondial.. qui pour moi est bancale! les treader et compagnie vont encore sans mettre plein les poches un moment mais cela ne durera pas! que ce passera-t-il quand les classe moyennes pourront plus payé? on ne pourra pas nous prendre pus que ce que l'on as, et donc logiquement la tendance va se renverser! de plus, le papy boom, avec les departs a la retraite dans les 15 annees a venir favorisera logiquement le marche du travail... non, on n'a une vie differente de celle de nos parents avec d'autres problemes !
et mine de rien, vivre a deux facilite beaucoup de chose à condition que sa marche!




 cochise_fr a écrit [30/01/2010 - 05h27 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est triste de voir, Nono182, ta vision de l'économie.
Je te rappelle que tout ce que tu reproches à la société, à tord ou à raison, relève de la responsabilité des gens de pouvoir que tu soutiens à chaque fois qu'on en parle. C'est à eux qu'il te faut demander des comptes.

De plus, ce n'est pas en faisant des incantations, ou en attendant que les aides tombent du ciel que celles ci vont venir. Si tu ne veux pas t'adapter à la société, ce n'est pas la société qui va s'adapter à toi. Cela reste ta liberté de faire ce que tu choisis, mais il faut alors en assumer les conséquences quand il n'y a pas de débouchés dans ce domaine.

Et n'oublies jamais qu'en tout cas, tu peux créer ton emploi au lieu d'attendre que d'autres le crée pour toi, ce qui te permettra de te frotter à l'économie réelle, bien différente de l'économie scolaire ainsi que de l'économie virtuelle.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [30/01/2010 - 12h39 ]  
betina

Nono,tu mélanges tout,tu confonds tout,tu ne tiens pas toujours le même discours,ce n'est pas facile de te suivre mais tu es complètement à côté de la plaque pour beaucoup de choses. :(




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 Nono182 a écrit [30/01/2010 - 12h42 ]  
Nono182

non, c'est vous les anciens qui êtes à la masse!
et je ne melange rien du tout, il faut que vous arretiez sous pretexte que vous avez 50 berges passe que vous savez mieux que les jeunes! Je suis desole, la question que j'ai posé pei prendre beaucoup de direction (conjugale, travail, technologies, social..) mais c'est sur que si vous etes des epsprits etriqués vous ne comprenez pas!




 Nono182 a écrit [30/01/2010 - 12h48 ]  
Nono182

et je ne partage pas l'avis de cohise et de papiguy!
on n'a encore le droit de faire des etudes qui peuvent ne as etre en accord avec le marche du travail! c'est quoi ce bordel! il faut il faut il faut! il n'y a pas que le travail dans la vie et heureusement qu'il y a encore des gens qui aspirent a autre chose que se suivre le rang classique de la vie! etude porteuses puis s'instller a 20 ans! mon dieu que vos vis doivent etre triste! Si deja on n'a la chance d'etre dans un pays developpé, on esssaye de tirer son epingle du jeu et d'essayer d'avoir une vire rivhe et interressante.. et non pas juste faire des etudes porteuses et avoir ensuite une vie routiniere comme la majorite des gens! Non on n'est pas oblige de suivre le systeme a la lettre , il a plein de gens plus curieux que vous qui arrivent à avoir avec des etudes desaxées à trouver leur compte... vous faite juste comme tout le monde je constate! vous ne vous posez pas beaucoup de questions sur la vie! sous pretexte que c'est comme cela que ce marche on doit faire comme cela et moi je ne suis pas d'accord! j'aimerai vraiment pas avoir vos vies les quinquagenaires!




 Nono182 a écrit [30/01/2010 - 12h49 ]  
Nono182

tu ne tiens pas toujours le même discours,
c'est toi qui n'est pas capable de comprendre mes agments! et c'est toi qui rabage le meme discours sans etre capable de distingué la complexité des facteurs! tu es vraiment d'un esprit simpiste betina, a mon grand regret!




 betina a écrit [30/01/2010 - 15h04 ]  
betina

je ne t'ai pas parlé de tes études nono,c'est pour d'autres sujets etc...
Tu reliras mes posts et tu verras que je suis d'accord que pour les jeunes c'est difficile aujourd'hui et que malgré tous les arguments donnés de part et d'autres,les solutions ne sont pas trouvées,tous les jeunes ne peuvent pas créér leur emploi,les jeunes se font pièger dans les orientations qui ne mènent à rien,on ne peut leur reprocher,tout est formaté,et pas facile de sortir du système.
je voulais dire à cochise que tous les jeunes ne refusaient pas l'emploi qu'on leur proposait,il ne faut pas faire de quelques cas,une généralité.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 papiguy a écrit [30/01/2010 - 15h46 ]  
papiguy

Nono,

Personne n'empêche personne de choisir ses études et sa voie, en fonction de ses idées et ses goûts, mais
- comme l'a dit cochise_fr, il faut assumer ses choix et ne pas les reprocher à la société
- ainsi que j'ai essayé de l'exprimer, sans doute pas assez clairement, une activité professionnelle est comme une auberge espagnole: si on y apporte son imagination et un peu de bonne volonté, on y trouvera des satisfactions. On a souvent des idées préconçues sur beaucoup de métiers, et faute de s'investir suffisamment on sera déçu.

Comme je l'ai écrit sur un ancien post, j'ai fait toute ma carrière dans la même société, choisie (la chance de pouvoir choisir pendant les trente glorieuses) presque exclusivement sur des critères de rémunération. Lorsque j'avais le sentiment d'avoir fait le tour d'une activité, je me suis remué pour en changer. Ceci impliquait parfois des déménagements, et la plupart du temps une remise en cause de ma formation, et l'obligation de formations souvent différentes de ma formation de base.
La contrepartie de ces contraintes a été une formation plus large qui m'a ensuite permis de mieux aborder certains sujets, et une vie plus enrichissante, car faite de contacts avec des personnes d'origines différentes,....
Par ailleurs, en enrichissant ma formation, celle-ci prenait de la valeur au sein de ma société et ailleurs. J'ai ainsi pu "passer au travers" des restructurations, et eu la possibilité, à chaque étape de ma carrière, de choisir une évolution interne, ou externe (sollicité à plusieurs reprises par des "chasseurs de têtes").

Et puis la vie est autre chose que le travail, et trouver un équilibre n'est possible que si on s'investit aussi ailleurs.

Alors arrête de geindre et remue toi les fesses, quelle que soit la voie que tu auras choisie, bouchée ou pas.




Réponses 1 à sur 111
 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2  3 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  

Répondre à Nono182






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.