Comment pardonner et mettre de côté ses blessures et son orgueil pour reprendre une relation qui nous a fait du mal ?



ftm_bi_veget
Cette question a été posée par ftm_bi_végét, le 12/01/2010 à à 20h53.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Information santé.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 ftm_bi_végét a écrit [12/01/2010 - 20h53 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
ftm_bi_végét

Bonjour / Bonsoir,

une personne dont vous vous sentiez très proche, avec laquelle vous avez été élevé-e vous a énormèment déçu-e en vous injuriant publiquement, en se moquant de vous devant des gens, en vous attaquant sans cesse, en vous menaçant physiquement et en reniant vos goûts etc. Seriez-vous prêt-e à pardonner toutes ces exactions? Pnseriez-vous que son reproche 'tu dois prendre la responsabilité de tes actes car nous sommes deux à nous disputer' soit valide, Est-ce que vous penseriez que l'ancienne relation affectueuse qui vous liait vaille le coup de prendre le risque d'être à nouveau traîner dans la boue? Pensez-vous qu'il soit facile de pardonner des offenses et surtout comment le faire si, et seulement si ce pardon est accessible? Et si reprise de relation l y a par quoi commenceriez-vous le contact?

Merci pour vos conseils...




 K0rig4n a écrit [12/01/2010 - 22h49 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
K0rig4n

Ca dependrai de la facon dont je tien a la dite personne, pour une oui je le ferai :-/ =D




 betina a écrit [12/01/2010 - 23h17 ]  
betina

Prends des distances avec cette personne pour réfléchir à tout ça,si les insultes t'ont humilié,t'ont rabaissé,t'ont nui,ont touché ton amour propre il faut que tu vois si peux le supporter.Après c'est toi qui prendra la décision de voir ou de ne pas revoir la personne car nous ne savons pas dans quel contexte votre dispute a éclaté et ce n'est pas le sujet.Il faut parfois savoir aussi se remettre en cause. :-o




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [13/01/2010 - 02h15 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Le pardon est une faiblesse.!! Ne pardonnez jamais même quand cela fait mal.!!.... jusqu'à excuses ET indemnisations si nécessaire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [13/01/2010 - 02h40 ]  
betina

L'argent ne répare pas tout cochise et le pardon n'est pas une faiblesse,il peut soulager de ne plus entretenir cette haine. :-o




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [13/01/2010 - 02h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"L'argent ne répare pas tout"
C'est l'évidence même, mais il me semble que de savoir que quelqu'un a des contraintes pénibles est un début de satisfaction.

Si,si, c'est une faiblesse, car pardonner un peu c'est pardonner pour tout.
Je suis toujours surpris, quand on voit les parents d'un enfant sauvagement assassiné appeler au calme, au pardon, et au recueillement.... alors que je suis certain que c'est la punition des coupables qui les hantent...... et qui va les hanter toute leur vie durant de ne jamais avoir satisfaction.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 ftm_bi_végét a écrit [13/01/2010 - 11h01 ]  
ftm_bi_végét

Merci à vous tous et à vous toutes pour vos interractions.

@ K0rig4n : Oui mais bon c'est bien beau mais aucune excuses n'ont été présentées donc ... Je pense que la réponse est assez défavorable pour le moment. Je pense que cette personne cherche encore à me faire du mal parce qu'elle esaie de me dire que j'ai mérité ce que j'ai vécu et je toruve ça offensant. Elle a l'ai de dire que ce n'est pas elle qui a abusé. C'est pour ça qu'elle ne présente pas ses excuses, elle n'a toujours pas compris la gravité de la situation et les antécédents qui nous ont poussé à un silence voire une 'haine' actuel-le-s. Je suis d'accord sur le fait que j'ai eu des repsonsabilités mais de là à m'accuser d'être coupable fichtrement non. Mes repsonsabilités : m'être obstiné à arrondir les bords alors que c'était elle la bornée, je n'aurais jamais dû céder voilà mon erreur. Je ne parviens à ma souvenir d'une 'bonne' chose quand je repense à elle : tout le passé de l'enfance passé ensemble a été essuyé par ses exactions de ces quelques dernières années, par son entêtement, par sa fuite de ses responsabilités et par sa non-présentation d'excuses. En même temps, j'ai fait mon dueil de cette relation et ça m'a pris justement alors le problème c'est que si ça fait mine de 'reprendre' une tournure 'normale' (disons non-conflictuelle, apaisée) ça va peut-être me 'faire croire' qu'elle a peut-être elle aussi des sentiments 'positifs', affectueux tu vois ce que je veux dire or il n'en est rien et je dois savoir qui est de mon côté et qui ne l'est pas. Est-ce que tenter de 'rabibocher' cette relation vaut vraiment le coup, je ne crois pas mais je ne suis pas d'un naturel optimiste. Les dégâts sont irréparables. On ne peut pas jeter une assiette par terre, regarder ce que ça fait, se réjouir presque de ce qui se passe, puis revenir comme une grosse maladroite en disant et beh écoute, c'est pas mon prob' si t'es cassé, t'es qu'une petite nature. On ne peut jeter des gens comme des vieilles chaussettes pendant un 'affrontement' qui a duré plusieurs mois, les laisser seul qqs années et revenir la gueule enfarinée en leur demandant d'encaisser toutes les responsabilités. Ca ne se passera pas comme ça... J'ai connu une facette de cette personne qu'elle serait capable de manifester à tout moment donc je pense que c'est pas rassurant pour la relation : je pense qu'elle a prouvé qu'elle était non-fiable, colérique, impulsive, excessive, et imprévisible en plus d'être perfide donc je n'ai pas forcément envie de renouer contact avec elle. Peut-être est-ce encore un petit peu trop récent : peut-etre davantage de temps est nécessaire pour refermer la plaie.




 ftm_bi_végét a écrit [13/01/2010 - 11h17 ]  
ftm_bi_végét

@ betina :
"Prends des distances avec cette personne"
Oui de toute façon c'était la seule action qui était possible alors je n'ai pas trop eu le choix finalement.
Au vu de ce qui s'est passé, je ne regrette pas du tout cette distance, je la vis très bien. Ca ne me pèse pas du tout en tout cas plus du tout.

'pour réfléchir à tout ça,'
... Oui, comme quoi y'a un début à tout.

"si les insultes t'ont humilié,t'ont rabaissé,t'ont nui,ont touché ton amour propre il faut que tu vois si peux le supporter."
Je ne sais même pas si je suis capable de pardonner tout ce qui a été fait et alors quand la personne n'est même pas capable de reconnaître ses torts et ses exactions, ça ne donne envie de 'fuir' version TGV. Il ne faut pas se moquer du monde...

'Après c'est toi qui prendra la décision de voir ou de ne pas revoir la personne car nous ne savons pas dans quel contexte votre dispute a éclaté et ce n'est pas le sujet.Il faut parfois savoir aussi se remettre en cause.'
Dans tous contextes confondus enfin presque... Peu importe le lieu, peu importe les gens j'enprenait plein la gueule : à l'hôpital, à la maison (encore heureux pas à l'université ou au boulot sinon je crois que j'aurais basculé de l'aut' coté). Mais avec le maximum de personnes qu'elle a pu prendre comme 'témoin' de ses accès de colère vais-je dire : nos parent-e-s, ses ami-e-s, mes ami-e-s, ma compagne même (à l'époque j'étais avec une fille). Et tout sujet était bon pour m'en foutre plein la gueule aussi : mes études, mon identité, mes goûts, mes occupations... Tout a été touché, contaminé par sa merde. Donc effectivement ça met pas mal d'années à se rétablir... Je ne sais pas coment expliquer son 'entêtement' excessif : je pense qu'elle a trop pris les mauvais aspects de notre demi-frère. Elle l'a toujours magnifié dans notre enfance et il lui manquait un frère selon elle donc si lui reste encore fréquentable ou tout juste fréquentable avec ses travers, elle comme puissance dix, tu peux toujours t'accrocher. Ce n'est certainement pas avec elle que j'ai envie de me réconcilier et je neparle pas de mon frère pour rien. De toute façon, j'ai l'impression qu'elle a toujours aimé retourné les gens contre moi : ça a commencé avec notre demi-frère, et après avec nos parent-e-s et après me descendre en public avec ses relations (à elle) puis avec les miennes aussi. Elle ne s'en rend pas compte mais elle est toxique et je n'ai peut-être pas envie qu'elle détruise ce que j'ai déjà construit pendant ces qqs années bon sang de soir. C'est beaucouop plus facile de détruire que de construire. La personne dont je parle, elle, ma 'soeur', c'est elle par exemple quand j'étais à l'hôpital qui s'est permise de continuer à me faire des réflexions, et devant les médecins qui n'a rien écouté de ce qu'ils / elles disaient, qui a continué à me regarder de travers par exemple. Comme si ça allait aider à aller mieux. C'est le genre de personne qui va arriver chez toi, à l'improviste et qui va se pinter la gueule et qui va peut-être te menacer après. C'est le genre de personne qui va arriver chez toi en furie, qui va rentrer dans ta chambre et qui va arracher tes affiches parce qu'elle ne les aime pas. C'est elle qui va violer ton intimité. Et tout ce qui a du sens à tes yeux sera de la merde : tu n'es qu'une merde, ce qui compte c'est ce qu'elle fait et c'est elle qui est réussie dans la famille et personne d'autre. Je ne vais pas en parler davantage parce que ça fait remonter de très mauvais souvenirs...

Me remettre en cause : mon problème c'est d'avoir existé dans un contexte pareil. C'est d'avoir à faire à des gens de mauvaise foi et excessifs comme elle, c'est que même si tu t'affirmes, même si tu n'acceptes pas cette violence, tu t'en prends encore davantage dans la tronche et après on va te dire que tu l'as cherché et que tu le méritais...




 ftm_bi_végét a écrit [13/01/2010 - 11h17 ]  
ftm_bi_végét

Je répondrai au reste plus tard car là je sens que j'ai la nausée.




 Nono182 a écrit [13/01/2010 - 11h26 ]  
Nono182

ftm,
ll ne s'agit pas d'une relation amoureuse?




 ftm_bi_végét a écrit [13/01/2010 - 15h02 ]  
ftm_bi_végét

"Bonjour,
Le pardon est une faiblesse.!! Ne pardonnez jamais même quand cela fait mal.!!.... jusqu'à excuses ET indemnisations si nécessaire."

Bonjour cochise_fr :
voilà enfin ce que tes posts m'inspirent. Je peux enfin revenir qqs instants sur le site pour continuer à réagir à ce qui m'a été dit.
Je ne pense pas que le pardon soit une faiblesse. Mais ça peut l'être en effet. Je te le concède. Ca dépend sans doute (enfin je pense) decomment on le fait, on l'énonce et surtout des motivations qui nous ont agité.
Mais je reste convaicnu que c'est celui ou celle qui a abusé qui doit présenter ses excuses... Et que tant que ce n'est pas fait ça équivaut à dire que l'abusé-e est encore une fois injurié-e et que l'abuseur-e n'a toujours pas saisi ses fautes et enq uoi ses fautues étaient inacceptables...

'Bonjour,
"L'argent ne répare pas tout"
C'est l'évidence même, mais il me semble que de savoir que quelqu'un a des contraintes pénibles est un début de satisfaction.

Si,si, c'est une faiblesse, car pardonner un peu c'est pardonner pour tout.
Je suis toujours surpris, quand on voit les parents d'un enfant sauvagement assassiné appeler au calme, au pardon, et au recueillement.... alors que je suis certain que c'est la punition des coupables qui les hantent...... et qui va les hanter toute leur vie durant de ne jamais avoir satisfaction.'
Oui je vois ce que tu veux dire. Si pardonner signifie faire comme si de rien était, une personne qui ne verrait pas que c'est simplement une faveur de pardonner pourrait voir ici, en ect acte un appel à encore pire comme exaction (si tu m'excuses c'est que ce n'était pas si grave que ça). Si c'est ce que tu voulais dire alors je pense que je comprends.
Le problème ce n'est pas l'excuse mais comment elle est perçue donc : si une personne ne se rend pas compte qu'elle a abusé, et si en plus c'est elle qui demande des excuses alors elle n'aura jamais compris effectivement. Il faut s'en méfier à vie. Le problème c'est donc comment la personne en face considère la chose. La vérité c'est qu'il y a des choses qu'une personne pourra pardonner et que l'autre ne pourra pas pardonner et que quand les dégâts sont irréparables, ils le sont et rien ni personne bien évidemment ne peut changer le passé... Mais penses-tu que 'répondre' à son message et demander une rencontre visuelle soit un signe qui pourrait être vu comme un pardon? Parce que ce n'est pas mon cas du tout : je veux la voir pour parler et pas du passé mais de comment elle voit la relation à venir entre nous avant-tout (le passé qui nous accable entre nous et qui crée un fossé est trop sensible pour moi, même encore aujour'hui). Toi, tu prendrais comment que la personne que t'as rabaissée tant est plus te dise je veux te voir pour paler de notre relation future?




 ftm_bi_végét a écrit [13/01/2010 - 15h05 ]  
ftm_bi_végét

@ Nono128 :
non pas du tout, il n'y a jamais eu d'ambiguité entre nous deux et tant mieux. De mon côté en tout cas, les rapports s sont cententés d'être fraternels.
N'étant pas dans sa tête, je ne peux pas te dire ce qu'il en est du sien (= de son côté).
Non je n'ai jamais été amoureux d'elle, je ne l'ai pas aimée de cette façon...

Pourquoi ça te donne l'imrpession que je suis mordu d'elle?

C'est une relation familiale qui a disons 'mal tourné' : elle a dégénérée et ne semble prendre le pas de l'amélioration. Les rapports, selon moi étaient fraternels uniquement... Je pense luui avoir témoigné de l'amour fraternel uniquement. Ca reste de l'amour certes mais bon...




 cochise_fr a écrit [13/01/2010 - 15h43 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Mais je reste convaicnu que c'est celui ou celle qui a abusé qui doit présenter ses excuses"
Bien sur, je ne vois pas ce qui aurait pu vous faire croire le contraire.?

En effet, présenter des excuses (et non s'auto-excuser) c'est se déclarer coupable et demander l'absolution.... ce qui me semble incompatible.

Ceux qui "s'auto-excusent" ne sont que des imposteurs.... au même titre que les adeptes du "je suis désolé"..... que je traduis par "je suis responsable, je suis coupable.... mais je m'en fout."

"Toi, tu prendrais comment que la personne que t'as rabaissée tant est plus te dise je veux te voir pour parler de notre relation future?"
C'est simple... ce serait "dehors et ne reviens plus, ne m'appelles plus.!!". Je l'efface de ma vie..... mais je conçois qu'on puisse envisager les choses autrement.... bien que je ne voie pas comment.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [13/01/2010 - 15h49 ]  
betina

bonjour ftm_bi_veget
d'après ce que tu peux raconter de ta soeur,elle est nuisible à ta vie,il est préférable que tu ne la vois plus car visiblement elle t'a fait beaucoup souffrir,mais il n'est pas toujours facile de tourner une page de sa vie.
Par contre,je voulais dire que le pardon n'était pas une preuve de faiblesse,mais une façon de vouloir que la vie avance autrement ce qui ne veut pas dire l'oubli de ce qui s'est passé car on n'efface pas ce que l'on veut de sa mémoire,mais entretenir des haines fait parfois plus mal.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 ftm_bi_végét a écrit [14/01/2010 - 00h17 ]  
ftm_bi_végét

@ cochise_fr :

"Bonjour,
"Mais je reste convaicnu que c'est celui ou celle qui a abusé qui doit présenter ses excuses"
Bien sur, je ne vois pas ce qui aurait pu vous faire croire le contraire.?"
Bonsoir cochise_fr,
et bien, vu qu'elle n'a aucun scrupule et aucune intention de le faire, peut-être que je marchais dans son jeu de manipulation et de retournement de cerveau. Si le fautif / la foutive doit présenter ses excuses mais ne le fait pas est-ce que ça veut dire qu'il / elle n'est donc pas le fautif ou la fautive et donc qu'abus il n'y avait pas?

"En effet, présenter des excuses (et non s'auto-excuser) c'est se déclarer coupable et demander l'absolution.... ce qui me semble incompatible."
Oui justement, le problème est là : si la faute est reconnue par la victime, elle ne l'est aps pour autant de la part de son auteur.

'Ceux qui "s'auto-excusent" ne sont que des imposteurs.... au même titre que les adeptes du "je suis désolé"..... que je traduis par "je suis responsable, je suis coupable.... mais je m'en fout."'
Des gens qui manquent cruellement de confiance en soi.
Ou des personnes qui ont été élevées dans ce processus d'auto-excuse on va dire ça comme ça pour te citer.
Il peut y avoir plusieurs explications.
Oui enfin, dire je suis désolé ce n'est que reconnaître qu'on a mal agi non? Ca peut être totalement injustifié d'ailleurs...

'"Toi, tu prendrais comment que la personne que t'as rabaissée tant est plus te dise je veux te voir pour parler de notre relation future?"
C'est simple... ce serait "dehors et ne reviens plus, ne m'appelles plus.!!". Je l'efface de ma vie..... mais je conçois qu'on puisse envisager les choses autrement.... bien que je ne voie pas comment.'
Donc tu ne nouerais pas contact avec elle. Je pense que tu as raison là-dessus mais bon, quand il s'agit d'une personne dont on a été si proche, ce n'est pas forcément simple.
Puis on a peut-être envie d'avoir l'impression d'avoir tout fait pour que ça se passe pour le mieux : non seulement pour les autres mais aussi pour soi (c'est à la fois altruiste et égoïste) : si les relations sont apaisées, ça aide à ne pas être rabaissé, humilié etc voire à déprimer et ça aura une influence positive sur l'entourage aussi qui ne devra plus être témoin des 'crises'.




 ftm_bi_végét a écrit [14/01/2010 - 00h35 ]  
ftm_bi_végét

@ betina :

"bonjour ftm_bi_veget"
Bonjour betina,

'd'après ce que tu peux raconter de ta soeur,elle est nuisible à ta vie,il est préférable que tu ne la vois plus car visiblement elle t'a fait beaucoup souffrir,mais il n'est pas toujours facile de tourner une page de sa vie.'
Oui en effet mais j'avouerais en toute sincérité que ce n'est ici que ma version des faits.
Oui je pense que j'avais pris conscience dans la peine mais aussi avec une certaine dose de stoïcisme du fond du problème et du cheminement qui a été nécessaire pour que la dérive soit telle. Elle la prouvé dans ses actes et dans ses paroles en fait... Enplus de l'avoir manifesté dans son silence.
Je me suis fait la réflexion, hier qqs heures après lecture de son message que je vivais très bien la situation présente (tant que cette relation est regardée) : j'avance avec prudence mais je n'attends absolument rien de 'souhaitable' dans cette relation. Je pense qu'elle a maintes fois prouvé à quel point elle pouvait se révéler 'redoutable', adpet des mauvaises surprises... Donc, autant partir préparé au 'pire' du 'pire' (armé aurais-je envie de dire). Il faut se montrer pugnace dans ses paroles et manifester son affirmation.
Le problème ne réside pas tout-à-fait dans le tournage de la page si je puis dire mas dans le fait je dirais en toute franchise qu'on me fasse chier avec une cause qui est perdue : en termes plus aceptables, je n'ai franchement pas l'imrpession que qqc soit possible, je le fais histoire de ne pas me laisser envahir par du pessimisme disons injustifié mais je sais très bien que les efforts seront avortés par cette personne : tu peux tendre autant de mains que tu veux, tu peux faire un pont en direction si elle a décidé de ne pas saisir la main et de ne pas mprnter cette voie elle ne le fera pas. C'est peut-être une façon d'en finir une bonne fois pour toute même qui sait, ça vient de me traverser l'esprit.

'Par contre,je voulais dire que le pardon n'était pas une preuve de faiblesse,mais une façon de vouloir que la vie avance autrement ce qui ne veut pas dire l'oubli de ce qui s'est passé car on n'efface pas ce que l'on veut de sa mémoire,mais entretenir des haines fait parfois plus mal.'
Oui je suis partisan du pardon mais pas pour autant se ramollir et oublier tout les torts qui ont été faits : c'est peut-être en contradiction même avec la quintessence du pardon mais... Il y a comme une odeur de 'foutage de gueule' dans l'air : on ne peut pas faire la guerre, sans la déclarer (encore plus abjecte qu'une guerre déclarée), l'assiéger, laisser du temps, puuis revenir quelques année splus tard en espérant que l'accueil soit amical.

Je te dis franchement, il n'y a absolument aucun efforts possibles de son côté, j'ai reçu deux courriels jusque là et je peux te dire que c'est exactement pareil qu'il y a qqs années : style impropre, grammaire torturée, absence de ponctuation, incisif, droit au but, je parle de ma vision et je me fiche de la tienne, je n'en ai rien à faire de tes limites, ce sont les miennes qui seront acceptées, t'as rien à dire, t'as qu'à subir, les choses se passeront comme je les ai décidées... L'écrit même témoigne de la violence qu'elle me réserve même si son cerveau dit qu'elle est pacifiste, ses tripes disent autre chose... Fais-toi une opinion d'après la chose, regarde par toi-même l'un des deux messages que j'ai reçu, je te donne le deuxième si tu veux aussi.

"par ou commencer je vais tacher d'etre breve même si j'ai beaucoup de choses a dire ...

je viens seulement de lire ton message

tu peux me prendre pour une déséquilibrée je m'en fiche et je te rassure tout va bien dans ma vie : j'ai un boulot stable qui me permet de vivre et de me procurer ce que je veux, qui me nourrit , j'ai une amie avec qui je vis une histoire des plus belles , j'ai des tas d'amis sur qui je peux echanger et compter... alors bien sur la famille n'est pas au mieux j'ai ma part de responsabilité mais comme on dit pour s'engueuler il faut être au minimum deux. Alors moi je veux bien ton mail est super dans tout ce que tu dis mais a aucun moment tu ne parles de ta part de responsabilité a toi. enfin....

en ce qui concerne le dernier épisode avec maman tu n'etais même pas la et tu te permet d'emettre tes opinions sur comment ca s'est passé, juger mon comportement mais arrete. de toute facon ce qui s'est passé, je ne reviendrais dessus qu'avec mounie et mounie seule après tout. je vois que ton message est toujours aussi aggressif et que tu ne change pas, moi au contraire je suis passée au dessus de ca.. j'ai laissé la colère , les jugements trop hatifs, les discours qui n'aboutissent a rien de coté.. c'est beaucoup mieux

tu me parles de maman comme si il n'y avait que toi qui etait préoccuppait ca me fait doucement rigoler tu pourras dire ce que tu veux, mais c'est ma mère aussi et son bien être j'y pense aussi, je sais que nos rapports ne resteront pas comme ils sont a l'heure actuelle car elle me manque.

pour revenir sur noel j'espere qu'il fut bon pôur vous sincerement ... mais moi quand papa m'a dit que vous faisiez noel de votre coté cela m'a fait de la peine ce n'est pas comme ca que je voyais les choses peut être valait il mieux remarque ..

après tu me parles de tes relations et je suis heureuse d'apprendre que tu as quelqu'un dans ta vie et que ca se passe bien tant mieux pour toi . je pense que nous pouvons faire des efforts et cela commence par ne plus s'agresser MUTUELLEMENT , et se contenter et apprécier que l'autre connaisse un bonheur sans equivauque .

on a beau dire ce que l'on veut je pense que papa maman toi et moi souffrons de cette situation ou personne n'arrive a se parler sans se faire du mal, il n'est jamais trop tard pour changer les choses j'en reste persuadée moi

maintenant maman m'a ecrit et je lui ai repondu , j'irais la voir...

voila une reponse simple et non aggressive a toi d'en faire autant"

Je n'aime pas influencer les autres ou leur 'dire quoi penser'. Jouis de ton libre-arbitre...

Merci beaucoup pour ton avis et pour ton aide en tout cas...




 betina a écrit [14/01/2010 - 00h48 ]  
betina

Bonsoir ftm_bi_veget,
je ne sais plus quoi te dire,ce n'est pas facile de s'immiscer dans une histoire telle que la vôtre,car en fait ne connaissant pas en réalité tous les tenants et les aboutissants de votre querelle qui a l'air de mêler vos parents,je risque de prendre position pour toi,mais aurais-je vraiment raison?aurais-je tort?tu es le seul à savoir ce qu'il faut faire,tout ce que je peux te dire c'est que chacun doit se protéger,si tu souffres trop arrête avec elle,mais ne vas-tu pas souffrir de ne plus avoir aucun contact?à toi les réponses,bon courage à toi :-)




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 ftm_bi_végét a écrit [14/01/2010 - 01h02 ]  
ftm_bi_végét

@ betina :
merci tout d'abord pour ton sang-froid face à tant d'insolence et de provocation décomplexé-e-s de la part du membre dont le pseudonyme est Louisiana. Ca me laisserait presque admiratif.

"Bonsoir ftm_bi_veget,"
Re-bonsoir betina,

'je ne sais plus quoi te dire,ce n'est pas facile de s'immiscer dans une histoire telle que la vôtre,'
Ce n'est jamais facile, je te le concède...
Surtout sans les faits, sans le contexte, donc ça explique pourquoi j'ai partagé le message... Histoire que tu te fasses une opinion de ce à quoi je faisais référence mais si tu as des questions, n'hésites pas. Je n'ai pas de tabous...

'car en fait ne connaissant pas en réalité tous les tenants et les aboutissants de votre querelle qui a l'air de mêler vos parents,'
Ca remonte à 'vieux'.
Sans mauvais jeux de mots mais les parent-e-s sont en effet mêlé-e-s car ils / elles étaient en présence lors des faits que je vois comme exactions de la part de 'ma soeur'.
Et oui il y eu un épisode de son comportement envers notre mère (commune) qui m'a été apporté par elle-même (notre mère) et comme j'en suis proche, je n'ai pas aimé la voir souffrir de ses exactions. Tant que les exactions me visaient, je peux plus ou moins vivre avec mais quand ça vise une personne proche, je ne sais pas pourquoi mais tout-à-coup, je trouve ça intolérable...

'je risque de prendre position pour toi,'
Merci bien...

"mais aurais-je vraiment raison?aurais-je tort?"
C'est complexe, je l'admets.
Je pense que c'est partagé et que peutt-être le piège de la situation consiste à raisonner or comme il s'agit de ressenti-s, peut-être serait-il judicieux et approprié de ne pas faire interférer la raison là-dedans (ceci est juste une hyothèse), une pensée comme ça...

'tu es le seul à savoir ce qu'il faut faire,'
Sans doute mais pourquoi me sentirais-je aussi mitigé alors? C'est juste une question rhétorique...

"tout ce que je peux te dire c'est que chacun doit se protéger,"
... La protection n'est pas comment dire 'accessible' à tout le monde.
Si on ne connaît pas le danger ou la menace qui nous guette tapis dansl'ombre (sans pour autant rechercher une métaphore), on ne pourra pas espérer une protection efficace : c'est très risqué pour moi oui en effet.

'si tu souffres trop arrête avec elle,'
Oui, c'est ce que je fis mais on m'a quand même rattrapé.
Je me fais l'effet d'une personne quui serait au bord du précipice, et que l'abyse chercherait à dévorer, tu vois ce que je veux dire, si tu veux une représentation concrète de mon état d'esprit.
Je sais que je serai détruit, mais pas comment, ni les outils, ni les moments, ni les contextes.
Cette personne est une bombe à retardement...

"mais ne vas-tu pas souffrir de ne plus avoir aucun contact?"
Non bien au contraire, au moins j'avais la paix, j'étais serein, je me sentais mieux, vraiment.

'à toi les réponses,bon courage à toi'
Merci beaucoup pour ton encouragement et ton support en tout cas...

Passe une tendre nuit,
je vais essayer d'en faire autant.




 ftm_bi_végét a écrit [14/01/2010 - 22h35 ]  
ftm_bi_végét

Merci à la modération de weblibre pour avoir supprimé les divers 'abus'. Aussi bien de mon côté que de celui de Louisiana.

(Je précise que je aucunement sarcastique mais vraiment sincère... Et la précision est donnée parce qu'il sagit d'un écrit et pas d'une parole... Donc il manque le ton...)




 Nono182 a écrit [14/01/2010 - 23h12 ]  
Nono182

@ftm,
bon je n'ai pas lu tout les posts mais je vais quand même te donner mon avis!

Je me suis récemment rendu compte que le pardon est loin d'être facile et que le temps est maître dans ce domaine car il diminue l'influence du ressenti qu'il soit positif ou negatif en l'absence de la personne! Tu comprends, quand une personne te fait du mal, tu as tout un bagague émotionelle qui anime ton corps, tu as une sensation physique bien réel. Il ne s'agit pas simplement de dire je pardonne, car tu risques de te faire plus mal encore dansla mesure ou tu vas à l'encontre de ton propre ressenti! Donc, la première chose à faire c'est de marquer une distance pour laisser les émotions se tasser. Ensuite avec le recul, tu peux analyser la situation avec plus de lucidité et d'objectivité et mesurer le pour et le contre. En général, le temps m'a appris à pardonner les erreurs des autres, mais cela ne vas pas s'en qu'il y ai eu une démarche au préalable de mon agresseur...non, la dignité il en faut quand même! Donc si l'autre vient s'excuser et que je me sens physiquement soulagé, alors le pardon se fait! Attention néanmoins au récidive! dernier point, je te demandais si c'était une copine car dans ce cas c'est bien plus compiqué... je ne vais pas rentrer dans les détail mais lorsqu'il y a eu trahison en amour.... l'experience et l'observation m'a appris que rester ami (après un certain temps) est faisable mais redémarrer la relation est dans la grande majorité des cas voué à l'échec! Voilà.




 ftm_bi_végét a écrit [18/01/2010 - 01h08 ]  
ftm_bi_végét

Ce n'est pas ron ron, c'est reuh-reuh lol.

"bon je n'ai pas lu tout les posts mais je vais quand même te donner mon avis!"
Mais je t'en prie, la question est faite pour faire parler... C'est moi qui te remercie d'avoir apporté autant de paroles adéquates vais-je dire concernant cette problématique très sensible et délicate. Tu résumes pratiquemment à la perfection (idoine) ce que je pense.

'Je me suis récemment rendu compte que le pardon est loin d'être facile et que le temps est maître dans ce domaine'
Oui en effet ce n'est pas facile que ça en a l'air : c'est plus facile à dire qu'à faire... Je ne suis pas pro' mensonges tu vois ce que je veux dire. Je préfère ne rien dire que d'être non-sincère. Je pense que ça ne sert à rien de dire 'je te pardonne' si on n'est pas encore prêt-e...

'car il diminue l'influence du ressenti qu'il soit positif ou negatif en l'absence de la personne!'
Oui justement comme on dit laissons du temps au temps surtout quand l'effort de relation n'a pas été fourni par l'agresseur. Comme tu parles d'agresseur... Ce qui a fait tant souffrir l'autre la personne quui l'a fait, elle s'en fout, elle ne juge pas ça comme reprochable ou regrettable. Qu'elle n'a toujours pas compris que des excuses étaient exigeables et sans excuses et efforts aucune relation paisible est possible : tout le débat est là. Tout le problème se loge ici. Je suis ce genre de personnes qui préfèrent être seul-e-s que mal accompagné-e-s donc la solitude me va très bien. Ca ne me dérange aucunement, et parfois peut-être même le contraire suivant la personne en face et la relation. Je vais te le dire, ça va être atroce à lire mais : cette relation j'en ai fait mon dueil, il y a longtemps (qqs années) et ça m'a pris du temps parce que comme je viens de le dire ce n'est pas faute de lui avoir tendu une perche comme on dit et aucune n'a été saisi alors pour moi le message était assez clair dans son silence. Cette personne pourrait être morte que ça ne me ferait ni chaud ni froid. Je vais être encore plus froid, indifférent et méchant peut-être en disant ça mais je le pense pourtant vraiment... J'ai quand même du mal de le dire mais quelque part j'étais en train de me dire que si elle était morte ce serait peut-être même plus 'facile' parce qu'au moins j'aurais la paix, on me laisserait tranquille, il faut arrêter d'être sur ma bosse. Je veux dire qu'il y en a assez de ces allers-retours incessants : c'est elle qui a un problème, je l'ai déjà dit, pour moi c'est du passé, le remuer ne fera remonter que du mal de la haine et de l'animosité. Il faut laisser retomber les choses comme tu dis, physiquement parlant, il faut laisser les tensions aussi grande ssoient-elles retomber. Je te dis franchement je ne suis pas prêt pour la rencontre : elle va me sortir un 'truc' de 'trop' parce qu'elle ne saura pas tenir sa langue ou elle me fera une réflexion et elle est foutue de seretrouver avec son café en plein milieu de sa tronche alors qu'elle fasse vraiment attention à son choix de mots et de regards, parce que ça pourrait sauter à son visage aussi angélique soit-il très très rapidement. Il faut pas tirer la queue du Diable quand on est pas prêt à assumer l'appel qu'on fait. J'espère qu'elle sait à quoi s'en tenir et surtout qu'elle saura manifester un minimum de savoir-vivre parce qu'elle va pas être déçue du voyage je (te) préviens. Et je suis dans mon état 'normal'.

"Tu comprends, quand une personne te fait du mal, tu as tout un bagague émotionelle"
On peut dire ça comme ça oui.

'qui anime ton corps, tu as une sensation physique bien réel.'
S'il y a qqs années, j'ai été capable de choisir la fuite physique plutôt que l'affrontement (physiquement) parlant, après qu'il y ait eu menace physique (et empoignement), je ne suis pas sûr de le faire une seconde fois. Qu'elle m'attrape, qu'elle me frappe mais j'en ferais autant. C'est tout ce que je dis. C'est elle qui choisit la nature de la relation suivant ce qu'elle donne, retire, ce qu'elle prête ou pas prête à donner... Elle aura ce qu'elle veut bien montrer : c'est un effet miroir les relations. Elle contemple ce qu'elle réfléchit. C'est aussi simple que ça. J'ai passé l'âge de me faire avoir par les bons sentiments... Qu'elle soit alcoolisée ou non, ce sera exactement la même chose, je me souviendrai toujours de ce qu'elle a fait, de tout ce qu'elle a fait.

'Il ne s'agit pas simplement de dire je pardonne, car tu risques de te faire plus mal encore dansla mesure ou tu vas à l'encontre de ton propre ressenti!'
Je crois en effet que je ne suis pas encore prêt d'accepter un pardon parce que pour donner / accorder, il faudrait au moins que l'agresseur présente ses excuses, ce qui n'a toujours pas été fait donc on en reparlera quand ce sera fait, c'est aussi simple que ça. Je sais que je suis risible mais de là à se foutre de ma chetron ouvertement pas vraiment. Y'a des limites.

'Donc, la première chose à faire c'est de marquer une distance pour laisser les émotions se tasser.'
Oui la question du temps est très importante si pas déterminante dans le pardon...

"Ensuite avec le recul, tu peux analyser la situation avec plus de lucidité et d'objectivité et mesurer le pour et le contre."
La distance, elle a déjà été prise et elle a été prise aussi parce que rien d'autre ne pouvait 'soulager' la situation puisque beaucoup de contacts ont été menés t tous se sont révélés inutiles... Fruits d'un échec. Regrettable? Donc l'analyse de la situation présente et aussi des antécédents a été produite il y a quelques années (2 ans). Et que faire quand il n'y a que du contre qui est déterré? Mon petit doigt me dit que ça veut dire 'casse-toi très vite, fuis cette personne' : tu vas te foutre dans la merd et tu vas te détruire... Voilà ce que ma raison me dit.

'En général, le temps m'a appris à pardonner les erreurs des autres, mais cela ne vas pas s'en qu'il y ai eu une démarche au préalable de mon agresseur...non, la dignité il en faut quand même!'
Aujourd'hui aucune excuse n'a été prononcé : c'est injurieux pour tous les préjudices qui ont été subis et dont je refuse de faire la liste de toute façon car ce serait plus néfaste qu'autre chose. Si on regarde le passé, on ne peut pas voir le présent et le futur et que je saches c'est au présent qu'on vit et pas au passé. Le passé ne m'intéresse guère et est enterré. Question de prospection.
Est-ce forcément une question de dignité ou de fierté ou d'orgueil à demander des excuses quand des abus ont été effectués? Je pense qu'il s'agisse plutôt de logique, d'analyse de son propre comportement, des effets que ça a occassionné sur les autres mais sincèrement entre nous soit dit, c'est une personne qui a été élevée dans une victimisation que je qualifierais d'excissive, il fallait toujours que ce soit qqn-e qui paye ses erreurs, elle n'est pas habituée à assumer et ne serait-ce que sa vie présente prouve à lui seul que c'est une personne qui fuis les responsabilités : dois-je rappeller par exemple qu'elle a laissé la chienne dont elle avait la garde au domicile parental alors qu'elle était déjà établie (elle avait un appartement bien elle et c'est encore le cas)? Donc elle avait largement les capacités et les moyens de l'assumer mais non elle ne l'a pas fait... Quand je repense au simple fait qu'elle ne pouvait pas parler et que c'est moi qui devait parler à sa place (et moi comme un con je le faisais, par empathie parce que je suis moi-même comprendre les timides). Moi avant j'étais ça : une personne docile face à sa soeur, qui lui a peut-être conféré une position qu'elle n'avait pas à s'octroyer, sous prétexte qu'elle était plus âgée que moi qui sait? C'est vrai j'avoue, j'ai marché dans ses pas avant d'être moi-même et je pense que le fond du problème c'est ça c'est qu'elle n'est plus 'ma référence'... La vérité c'est que je fus idiot : on peut me demander ce qu'on veut, si j'ai de l'affection pour la personne, ça passera sans problème et je pense qu'elle a profité de ça plusieurs fois dans notre enfance. Maintenant, la relation n'est plus enfant - enfante : ces enfant-e-s sont devenu-e-s des adultes et elle n'a pas encaissé ce tournant. Nous sommes notre propre référence et notre propre maître-sse car nous sommes des adultes. Et puis quoi encore? Je ne suis pas son gamin, je mène ma vie comme je l'entends et elle de même (d'ailleurs elle n'en a rien à foutre de notre avis et elle a raison) alors qu'elle ne vienne pas nous donner le sien sur la nôtre bon sang ! Chacun-e mène comme il / elle l'entend et puis voilà. Bref... Voilà mon avis, mon analyse sur ce qui s'est passé ça remonte à très 'vieux'.


"Donc si l'autre vient s'excuser et que je me sens physiquement soulagé, alors le pardon se fait!"
Oui je pense que la question du pardon sera de nouveau examinable quand excuses seront présentées et quand efforts seront fournis. C'est totalement inutile d'en parler, ce sera non, catégorique vais-je dire.

'Attention néanmoins au récidive!'
Il faut veiller...
Je vais sortir une généralité mais je pense que c'est le 'problème', le 'risque' à fréquenter une personne égocentrique, nombriliste, culpabilisante, castratrice, tyrannique... C'est une dérive possible à chaque seconde passée avec cette personne. Sincèrement, je ne sais pas si tu te rends compte mais elle avait pu choisir notre place elle l'aurait fait : du genre j'aimerais beaucoup que la vie soit sous forme de sims (tout ce que je décides c'est bien et les gens se plient à ma volonté). Par exemple, même quand la famille était réunie, elle choisissait la repas, le moment du repas, la musique qu'on écoutait au repas... Ce n'est pas une panacée. Tu crois que si je lui offres une paire de menottes à son anniv' avec un fouet, une laisse, un collier étrangleur et une musolière elle va comprendre? Où est la limite : où s'arrête son autorité, bientôt il faudra lui demander une autorisation pour pouvoir utiliser les toilettes? Les toilettes et la salle de bains c'était elle qui devait les utiliser en premier et pas les autres ! Non mais on est où là? C'est fini l'esclavage !! Nous sommes différent-e-s et tant mieux, c'est dur, tu le payes le prix fort mais c'est comme ça...

"dernier point, je te demandais si c'était une copine car dans ce cas c'est bien plus compiqué..."
Ca dépend des copains et des copines mais en effet quelque fois c'est plus facile que d'autres fois pour changer la nature de la relation. Par exemple, empiriquement parlant, il y eu de 'ces' relations où y'avait une connaissance de longue date donc ça va 'tout seul' même quand le lien 'charnel' et amoureux est rompu, ce n'est pas grave, y'a le reste aurais-je envie de dire. J'ai qqs relations comme ça lol. Mais y'en a d'autres c'était totalement impossible ou alors on revenait à qqc de plutôt cordial (neutre) qu'amical. Ca dépend, c'est du cas par cas. Y'en a d'autres où c'était une incomptabilité d'humeur va t-on dire donc rien après...

"je ne vais pas rentrer dans les détail mais lorsqu'il y a eu trahison en amour.... l'experience et l'observation m'a appris que rester ami (après un certain temps) est faisable mais redémarrer la relation est dans la grande majorité des cas voué à l'échec! Voilà."
En ce cas précis aussi, ça ne fait pas du jour au lendemain : il faut laisser passer du temps. Ca ne peut pas se faire comme ça lol.

Merci beaucoup pour ton intervention très juste et sage.

Passe une bonne semaine.

A + tard.

CDT.




 marsupilami1234 a écrit [31/12/2013 - 19h00 ]  
marsupilami1234

prend tes distances et explique lui ce qui ne va pa... si elle ne comprends tjrs pa, cree un electrochoc: fais la reagir en lui faisant prendre cconscience qu'elle tien a toi et si sa marche pardonne lui




Répondre à ftm_bi_végét






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.