Sommes nous vraiment uniques ?



andoudouille
Cette question a été posée par Andoudouille, le 20/06/2010 à à 22h50.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Génétique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Andoudouille a écrit [20/06/2010 - 22h50 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Andoudouille

Si nous sommes uniques, alors pourquoi "nous". Et puis, si nous sommes si diffèrent les uns des autres, pourquoi appel-t-on le peuple " la masse", et pourquoi y a t-il des gens qui sont considérés comme "supérieurs" ?
Quelqu'un de bizarre est-il donc diffèrent ou unique ?
Cela m'embête ... C'est des questions assez pénibles, qui hantent surement plein de monde. J'en ai marre de jouer le philosophe junior, je veux juste savoir. Savoir ce que les gens qui ont crée les mots, les langues et autres, avaient pour idées en les inventant. Ce qu'ils voulaient vraiment dire ou sous entendre. Ou bien s'agit-il simplement de la perception de ce mot par chacun, ce qui pourrait se révéler comme un critère du fait que nous sommes unique ?




L'avenir vous montre son derrière.


 betina a écrit [21/06/2010 - 00h25 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betina

Tu vois,tu es unique Monsieur le philosophe junior.Tu le dis toi même.

Plus sérieusement,nous sommes des êtres uniques,même des jumeaux sont différents malgré leur grande ressemblance.

Nos gènes nous différencient des autres,nous avons un capital génétique unique,nos empreintes aussi sont uniques.

Tu es différent et unique,je ne vois pas pourquoi tu dis ou?
tu peux ressembler mais tu n'es pas l'autre.Tu es toi,et uniquement toi.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 carter a écrit [21/06/2010 - 01h07 ]  
carter

Tu poses beaucoup de problèmes philosophiques à la fois:

Problème du langage (c’est le problème majeur dans ta question) : Le philosophe Wittgenstein avait très bien expliqué en quoi de nombreux problèmes philosophiques ne viennent que de pièges du langage et n’ont aucune réalité propre. Et tu viens de tomber dans un beau en confondant la carte avec le territoire ! Grosso modo, le mot « chien » n’aboie pas : c’est juste une convention, un concept qui n’a rien à voir avec la réalité de l’animal qui te suit partout avec une queue qui remue. Chien pourrait tout aussi bien dire autre chose : la chose dite n’a peut être rien à dire sur la chose qu’elle désigne et auquel pourtant tu cherche à dire quelque chose ! Et bien, c’est pareil pour tes mots « masse », « moi », etc. En quoi une contraction dans les concepts moi/ nous (grosso modo, l’eternel débat philosophique entre individu/ Société) devrait constituer une contradiction dans la Réalité ? La contraction Moi/nous ne serait –elle pas simplement une contraction virtuellement crée par le langage ??? Pourquoi la réalité (territoire) devrait être divisée parce que les mots qui la décrivent (carte) le sont ??? Ne confond pas la carte avec le territoire ! Pour quelles raisons, parce que le monde tel que nous percevons devant nous semble former un tout indivisible et non-contradictoire, les mots pour le comprendre n’auraient pas le droit de se diviser en concepts opposés ???


Problème philosophique de l’opposition individu/Société qui forme un débat sans fin sur ce qu’est la Société car il y’a une division radicale entre deux courants traditionnels de la philosophie :

-le courant individualiste des Lumières : le Nous -ou Société- n’existe pas ! Seul existent des individus qui s’agrègent pour faire une société : la société est donc la somme des individus ou individualités. Dans ce cas, là il n’y a de pensée collective, ni de collectif, ni d’inconscient collectif. La France n’est qu’une synecdoque (figure de style ou l’on exprime une partie par le tout) : il n’y a que des français !
Ce point de vue est défendu actuellement principalement par la science économique ; plus précisément par le libéralisme économique. La conséquence est que ce sont les individus qui produisent la société dans laquelle ils vivent et non la société qui produit un certain type d’individu : si la société dans laquelle tu vis est raciste, c’est de la faute de l’individu ! S’il y’a du racisme, c’est parce que je suis raciste, et non parce que j’ai été élevé dans une société qui m’a appris à l’être !

-le courant sociologique de Tarde et Durkheim: la société est une entité propre qui existe indépendamment des individus qui la composent selon l’adage de la gestalt « la somme est plus que la somme des parties ». par exemple, tu es un individu composé de cellules, d’ADN , d’eau , de molécules chimiques et pourtant tu possèdes un esprit que l’on ne peut réduire à toute cette chimie !
Idem pour la société. Il existe des phénomènes sociaux qui ne peuvent pas s’expliquer exclusivement comme la somme d’individualités. Par exemple : le suicide. Au niveau de l’individu, on peut sans doute l’expliquer par la tristesse et la dépression. Mais comment expliquer ces vagues de suicides qui touchent telle population à un moment donnée ? Il y’a donc des phénomènes sociaux irréductibles à la somme des individualités.

ces courants semblent irrémédiablement opposés mais la réflexion intuitive te dira sans doute que c’est tout simplement des courants explicatifs de mêmes phénomène vu à des échelles différentes : l’un, le courant individualiste, va du microscope (individu) au macroscope (société) ; l’autre, la socio, va du macroscope(société) au microscope (individu).

Ca parait logique comme ça sauf qu’il y’a un hic : si tel est le cas (distinction simple de l’orientation micro/macro), pourquoi ces courants débouchent sur des conclusions différentes qui n’arrivent plus à se recouper ???? Par exemple, le suicide expliqué par des facteurs individuels peinent à en expliquer les facteurs collectifs de ce même phénomènes !
C’est sans doute là qu’intervient l’épistémologie, la partie de la philosophie qui cherche à savoir comment on construit le savoir. Elle nous montre qu’un même phénomène vu a des échelles différentes s’expliquent différemment (ça, on l’avait compris après tout ce que je t’ai dit !) mais que ces explications ne peuvent pas forcement se recouper ca voir ce phénomène sous un certain angle, cela ne permet plus de le voir sous un autre ! il y’a donc parfois des « cassures » qu’on on passe d’un point de vue à un autre ! :

Moi : au niveau de mon individualité, j’explique mes motivations, mes comportements par des facteurs qui me sont personnels : je suis donc unique dans l’explication que je donne à ma vie, etc. En fait, j’explique ce qui m’arrive par la logique de l’intentionnalité : j’ai fait ça parce que j’avais l’intention de

Le collectif, le nous, s’explique par d’autres facteurs comme un déterminisme social : les mouvements de sociétés, etc.

. En conclusion l’individu et la Société existent toute les deux en même temps dans la Réalité. Le problème est comment articuler les deux ? Comment du « moi », je passe au « nous » et comment de la société, je passe à l’individu ?


Dernière question : suis-je unique. Une individualité par définition est toujours unique ! « Je » est toujours unique ! Déjà, génétiquement, tu es unique. Supposons que tu sois jumeau et bien ; même ton jumeau monozygote n’aura pas la même expression génétique que toi !
Philosophiquement, seul la chose qui dit « Je » en moi ne peux être remis en question ! Je peux, si j’utilisais le démon malin de Descartes, remettre l’existence de tout en question sauf de ce qui dit « je » en moi ! Le fameux cogito « je pense donc je suis ». Qui me que Carter n’est pas le produit de ma propre imagination, qui me dit que le monde existe réellement et que je ne suis pas dans Matrix ? Je peux tout remettre en question sauf le fait que quelque chose d’unique pense que je pense que !
Je ne vais pas m’attarder sur ce point car je suppose que d’autres personnes t’expliqueront assez bien la chose.


Bref, tu n’as pas posé une question mais plusieurs à la fois pour qu’on lit le post que tu as mis apres ta question!




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 carter a écrit [21/06/2010 - 02h53 ]  
carter

Autre question : Il y’a aussi un autre problème dans ton post : tu confonds unicité ou individualité ET VALEUR : ce n’est pas parce que quelque chose est unique qu’ELLE VAUT QUELQUE CHOSE !
L’unicité, c’est basiquement quand il en y’a qu’un. Tu es unique parce qu’il y’a quelque chose en toi qui dit « je » mais qui n’est pas moi, Carter, ni un autre, ni personne d’autre. Seul ton « je » est un moi pour toi ! Il y’a plein d’êtres humains sur terre mais un seul est capable de dire « je » pour toi : c’est toi-même !

Ce qui fait qu’une chose a de la valeur est l’importance que les gens donnent à cette chose. Cela peut être parce que cette chose est unique mais pas forcement. Cela peut être parce qu’elle est de grande nécessité, parce qu’elle est rare ou tout simplement parce que tout le monde cherche à se l’approprier! Dans notre société marchande, ce qui a de la valeur est ce rapporte beaucoup d’argent et c'est donc une chose que tout le monde cherche à avoir ! Or certaines personnes ont des compétences très recherchées ; ce qui fait qu’elles ont de la valeur ! , dans une société marchande, cela veut dire qu’elles rapportent beaucoup. Michael Jackson a d la valeur parce qu’il rapporte beaucoup d’argent. Voila pourquoi on le considère comme « superieur » mais il n’est pas moins unique que moi ou toi !
Sa superiorité n’a rien à voir avec le fait qu’il soit unique !


Autre question : si l’homme est 6 milliards sur cette planète ; en quoi puis-je dire que je suis unique ? On revient toujours à l’individualisme des Lumières : les hommes sont peut être nombreux mais un seul peut dire « je » à ma place, un seul est dans mon corps et scupte mon âme : moi-même.


Mais sui-je unique ? Qui dit «-je » en moi ? Est-ce moi-même comme le pense le courant individualiste ? Certains philosophe comme Hume ont remis en question le cogito de Descartes en se posant la question qu’il se pourrait que ce qui dit « je » en moi ne puisse pas être moi.

Qui dit « je » en moi ? si ce n’est pas moi, alors je suis sous influence comme un pantin que l’on manipule ! La conséquence s est que se serait force extérieure à moi qui agit à travers moi, une entité comme la Société ! Apres tout, ce n’est pas moi qui ai inventé les mots avec lequel je dis « je » !Mais on revient alors toujours au débat individu/Société




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Wisty a écrit [21/06/2010 - 08h57 ]  
Wisty

Chacun est unique dans son genre et sa personnalité, tous les éléments philosophique, se traduisent selon les conceptions enseignées durant le vécu d'expériences, c'est ce qui forge une mentalité sensée.




Wisty


 polochon a écrit [21/06/2010 - 10h26 ]  
polochon

Ton unicité se fera par ton indépendance d'esprit et ton refus de suivre les diktats des modes et des médias.
Cela oblige à développer une force de caractère pour se différencier des autres.
Après, qui est supérieur et par rapport à qui et à quoi ?
Chacun fixe ses normes et positionne la supériorité par rapport à des critères qui semble importants.




 symbol a écrit [21/06/2010 - 11h22 ]  
symbol

Je te renvoies à ce livre de René Egli : Le Principe LOL²A, La perfection du Monde aux éditions d'Olt.
Cet auteur s'est intéressé aux modes de fonctionnement de la vie. Il travailla de nombreuses années dans le secteur informatique en tant qu'économiste, avant de réunir ses connaissances dans le séminaire sur ce principe.

Il s'agit des lois universelles de la vie auxquelles chaque homme sans exception est soumis.
Dans UN, on réunit corps, âme, esprit...

Carter, je pensais que tu n'étais pas prêt à lire ce livre qui m'a servi de base sur des réponses où tu pensais que je fumais... Veux tu bien fumer avec moi de ce concept ? Tes réponses m'incitent à te poser cette question.
;-)




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 symbol a écrit [21/06/2010 - 11h27 ]  
symbol

Voilà qu'il me transforme LOLA puissance carré : je détaille donc l'abréviation :
LO = Loslassen = Lacher prise, libérer
L = Liebe = amour (L² = amour au carré)
A = Aktion/Reaktion = action/réaction

Va-t-il me le retraduire en émoticones ?




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 Andoudouille a écrit [21/06/2010 - 17h53 ]  
Andoudouille

Que de réponses merci :).
Mais dites, au sujet de l'unicité avec vos lois etc, a commencer par le fait de ne pas suivre le dictât des médias : Ce ne serait pas être un peu ermite sur les bords ?
Ensuite, Je suppose que nous sommes unique que de l'extérieur, parce qu'au fond, on est tous identique,
Nous agissons dans un but, nous éprouvons tous les même sentiments, et nous avons tous les même réactions, le " truc " qui différencie les " choses " les unes des autres, est le temps de réaction que chacune met avant " d'arriver ".




L'avenir vous montre son derrière.


 symbol a écrit [21/06/2010 - 18h34 ]  
symbol

Andoudouille, l'unicité ne marche pas avec l'extérieur, tu es déjà dans la séparation et la division.

Hermann Hesse dans Siddharta disait :
- Le monde, ami Govinda, n'est pas une chose imparfaite ou en voie de perfection, lente à se
produire : non, c'est une chose parfaite, et à n'importe quel moment.

L' être humain passe le plus clair de son temps à se combattre et parfois à se tuer.
Sans avoir la moindre idée de la manière dont l'univers fonctionne, il se considère comme la couronne de la création et les théories prétendent que l'homme, point culminant de l'évolution, est par nature agressif et doit par conséquent apprendre à vivre avec des conflits, guerres, tueries.

Nous avons besoin de bon sens, les excès de connaissances rendent parfois aveugle aux vérités les plus simples. Cela ne concerne pas le monde. cela ne concerne pas les autres, cela nous concerne nous mais nous devons le penser car personne ne pourra jamais le faire pour nous.
Donc ce UN, réside bien en chacun, en sa capacité d'agir, en son temps de réaction, en se donnant les moyens pour aller à son but.

Le fait d'agir dans un but et d'éprouver des sentiments ne nous rend pas identique.







"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 Christophe31 a écrit [11/07/2010 - 12h40 ]  
Christophe31

J'avoue de pas trop comprendre pourquoi tu te poses autant de questions sur ce sujet.
Des personnes qui se ressemblent physiquement auront toujours une mentalité différentes, l'un sera peut-être plus malin qu'un autre, l'autre sera...etc.
Rien que cela fait qu'ils sont uniques.

J'espère aussi que ma signature pourra te donner quelques réponses. ;-)




Le silence est la seule musique qui nous permet de nous entendre.


Répondre à Andoudouille






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.