Qu'attendez-vous du Front National ?



eureka
Cette question a été posée par Eurêka, le 28/05/2014 à à 16h15.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Front National.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Eurêka a écrit [28/05/2014 - 16h15 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Eurêka

Cette question s'adresse bien-sûr aux personnes qui ont plébiscité le FN.
Tous propos extrémistes et haineux à part, d'accord?




Dieu n'existe pas et Dirac est son prophète.


 papiguy a écrit [29/05/2014 - 00h08 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

"Tous propos extrémistes et haineux à part":

Pourquoi cette précision Eureka ? Ceux qui ont "plébiscité" le FN seraient-ils coutumiers de cette pratique ?

Il ne t'aura pas échappé que je ne fais pas partie de ceux-ci, et que donc je ne peux dire ce que j'en attends.
Par contre je peux dire CE QUE JE N'EN ATTENDS PAS:
- le redressement économique de la France
- une augmentation du pouvoir d'achat des Français
- la diminution des injustices sociales
- la considération des populations des pays épris de liberté et de démocratie.
- un accroissement de l'influence de la France et une meilleure défense des intérêts nationaux.
- la liberté de la presse
- un apaisement des tensions entre communautés
- une diminution des violences y compris du terrorisme.
- le respect des engagements pris et des promesses.

Ceci ne signifie pas pour autant que je puisse être inconditionnel de l'un des partis traditionnels de gouvernement. Des progrès importants sont à faire dans beaucoup de domaines, et ils ont perdu du temps voire aggravé certaines situations.

Ma mémoire, les informations à ma disposition et les analyses des propositions du FN me conduisent à penser que ce dernier n'est pas apte à identifier et à fortiori à conduire des actions de progrès.




 Hobi a écrit [29/05/2014 - 15h49 ]  
Hobi

J'attends du Front National qui devienne un parti qui assume ses idées sans se cacher.
Le FN depuis des années joue le carte du flou et n'ose pas assumer ses idées certes peu républicaines. Le souci c'est que le FN séduit justement par son extrémisme et son rejet de l'autre, alors pourquoi ne pas l'assumer jusqu'au bout ?
Ça n'est pas parce qu'ils ont un programme économique moins nul que celui des autres partis qu'il faut oublier que ça reste avant tout un parti xénophobe.




 papiguy a écrit [29/05/2014 - 16h28 ]  
papiguy

Nous sommes bien d'accord sur cette idée d'assumer ses idées: dans ce cas il faut replacer JM Le Pen à la tête du FN et renvoyer Marine étudier ce que sont l'économie, la politique internationale et l'organisation de l'UE, au lieu de passer son temps à repeindre en bleu les barbelés sur la façade :-D




 carter a écrit [02/06/2014 - 22h26 ]  
carter

M’es avis que ceux qui ont voté FN (moi, je me suis abstenu d’aller voter. Pas le temps pour ces conneries) l’on fait pour discréditer la politique de rigueur que mène actuellement Bruxelles. Il s’agit avant tout d’un vote contestataire contre les institutions opaques et peu démocratiques de l’union Européenne, de sa philosophie profondément néolibérale (ou ordo-libéral. Mais c’est pareil), de son allégeance aux banques privées via une BCE qui ne vise que la protection des intérêts des capitalistes au détriment de celui des peuples européens.
Il s’agit d’un camouflet d’un projet européen, fer de lance du néolibéralisme dans le monde. D’où la montée des partis extrémistes qui, de gauche ou de droite, ont tous un point en commun : ils sont eurosceptiques.


On voit d’ailleurs la médiocrité (volontaire) des mass médias dans leur incapacité de voir l’éléphant devant soi : c’est juste un camouflet pour la politique européenne…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 papiguy a écrit [02/06/2014 - 23h08 ]  
papiguy

"c'est juste un camouflet pour la politique européenne ":
à partir de cette affirmation on peut maintenant se poser la question suivante:
ce qui est contesté dans cette politique c'est sa faiblesse ou les contraintes qu'elle impose ou les deux à la fois.
Autrement dit y-a t-il trop peu ou trop d'Europe ?

Mais avant de répondre à cette question d'autres se posent:

1 - l'économie étant maintenant complètement mondialisée, qui peut imposer les changements nécessaires ?

2 - de grands ensembles de pays sont en train de naître comme le Mercosur et l'ASEAN, et veulent peser sur les règles de l'économie. Les pays européens peuvent-ils rester à l'écart de ce mouvement après avoir pris un peu d'avance ?

3 - si la réponse à la question précédente est oui, quel choix faut-il faire ? Une Europe morcelée et partiellement arrimée à la Russie comme le préconise le FN, une Europe limitée à une grand marché, ventre mou économique comme le voudraient les USA ?
Dans le cas contraire ne faudrait-il pas faire avancer l'UE vers plus d'intégration pour la rendre capable d'impulser une troisième voie en ramenant le capitalisme financier à la raison ?

Un commentaire sur l'affirmation gratuite de carter "les institutions opaques et peu démocratiques de l%u2019union Européenne":
Avant d'affirmer il faut se renseigner un peu. Les Institutions ne paraissent opaques qu'en raison de la désinformation pratiquée depuis des années par tous les partis politiques, et de la bêtise des media qui n'ont fait que relayer le discours de ceux-ci.
Certes, l'UE d'il y a 15 ans était tout sauf démocratiques, mais de traité en traité la démocratie a pris sa place. Le Parlement élu au suffrage universel direct et à la proportionnelle a maintenant un pouvoir décisionnaire sur les points essentiels que sont les directives, le budget et la nomination du Président de la Commission.

Quand la France a refusé le Projet de constitution, elle l'a fait en mettant en avant l'aspect social absent alors que le projet avait un volet social, la complexité alors que la Constitution supprimait la complexité des traités successifs et simplifiait l'architecture des textes régulant l'UE.
Et maintenant certains critiquent l'absence de démocratie alors que des droits nouveaux viennent d'être donnés au Parlement Européen, et toujours critiquant l'absence de démocratie crachent dessus en vantant leur abstention.
Belle attitude de Jocrisse.
l'UE a reçu un camouflet mais ce sont les Jocrisses qui vont payer leur paresse et leur peu de clairvoyance.




 carter a écrit [02/06/2014 - 23h54 ]  
carter

Réponses aux questions posées :


L’UE a été un projet néolibéral dès sa construction. Le néolibéralisme est dans son ADN, point barre. La réformer est impossible (les clauses pour la modification du traité sont si complexes qu’il est quasi impossible dans les faits de transformer l’UE pour une Europe sociale) ; il faut donc la détruire pour mieux la reconstruire. Comment voit-on que le néolibéralisme est dans son ADN ?

D’abord, par les principes économiques qui sous-tendent l’UE. Inspiré du triangle de Mundell, l’UE se voulait une zone économique optimale marquée par la libre circulation des capitaux et des personnes. Or, 1 er problème soulevé par Mundell : cela s’oppose à l’indépendance politique, soit à la démocratie même (triangle d’incompatibilité de Mundell) …2eme problème : comme la BCE ne peut fixer un euro adapté aux différentes économies européennes, on a, à cause d’un euro obligatoirement chois comme « moyen », pour les pays du Nord un assèchement du crédit et pour les pays du sud une profusion de crédit, ce qui a amené les crises des pays du sud. Bref, l’euro est inadapté aux nécessitées des économies locales. Et donc, l’UE n’est pas une zone économique optimale. 3eme problème : De surcroit, la libre circulation des capitaux produit une « loi des avantages comparatifs », ce qui accroit la spécialisation de chaque pays : tandis que les industries françaises et italiennes disparaissent, l’Allemagne en accroit le nombre…Bref, l’euro devait produire une convergence des économies…c’est l’inverse qui s’est produit…Arrêtons donc le massacre avant que l’on soit tous engloutis…

Cui bono d’une telle débandade ? Comme on ne peut dévaluer, la seule façon de s’ajuster à l’économie mondiale est donc la réduction du cout du travail… On voit pourquoi le patronat aime bien l’euro : seule la politique de dévaluation salariale est possible dans une telle construction…

Bref, l’UE est vraiment néolibérale dans sa construction même. Voter au parlement de changera rien puisque les seules éléments qui permettrait de modifier une telle logiques ont été soustraits aux peuples pour les graver dans une constitution délirante…


Question 2.
Et alors ? Il y’a de nombreux pays qui se développent très bien dans leur coin sans être happé dans un grand espace. De surcroit, on voit bien avec le traité transnational que le but ultime de l’UE est d’être le débouché naturel de l’économie américaine. Bref, Asselineau avait raison : l’UE ne contrebalance pas l’Amérique : elle est un outil construit par les intérêts américains pour perpétuer l’ordre mondial post-seconde guerre mondiale : soit une Europe vassalisé aux intérêts ricains.

Or, comme les USA s’affaiblissent, ils se feront bien sûr les dents sur nous, avant que leurs intérêts ne soient réellement attaqués. En somme, nous sommes priés, nous peuples européens, avec l’UE, de permettre à l’Amérique de conserver ses standards de qualité de vie : tandis qu’on trimera en Europe de plus en plus dur, les américains consommeront de plus en plus…Voici, in fine, les fantasmes non avoués des américains.

Devant une Europe ingérable, c’est eux qui la gérerons et tirerons les ficelles contre nos intérêts réels…D’où le besoin de foutre le bordel en Ukraine pour saborder le rapprochement UE/ Russie ; seule alliance possible pour éviter d’être les dindons de la farce que je narre dans les lignes précédentes.


Question 3 :

Pff…tout le monde sait que l’Europe est le ventre mou de l’économie mondiale dont tout le monde se torche le cul avec. Dans la guerre des monnaies que se jouent actuellement les grandes puissances, les chinois attaquent, les américains contre-attaquent et qui ne font rien sous prétexte que ce n’est pas dans le mandat de la BCE ? L’Europe, bien sur…
L’Euro, variable d’ajustement de l’économie mondiale…
Le pauvre Emmanuel Todd s’époumone le gosier pour expliquer cela mais personne ne semble l’écouter…

Bref, le ventre mou de l’économie mondiale, nous le sommes déjà !!!
Incapable de protéger ses intérêts (regarder devant l’affaire Snowden, la tête d’impuissant qu’on prit nos dirigeants européens !).
L’Europe, vaste entreprise de dilution de toute responsabilité, de tout pouvoir : L’Europe, qui ne sait qu’encaisser les tracas de l’économie mondiale sans moufter ; l’Europe, cette parfaite tête à claque, ce peine à jouir de l’économie mondiale que l’on rêve « dominant » ! On n’a jamais transformé un couard en courageux ! L’Europe, ce rêve de masochistes !




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 papiguy a écrit [03/06/2014 - 01h39 ]  
papiguy

1 - De la génétique:

"l’UE se voulait une zone économique optimale marquée par la libre circulation des capitaux et des personnes. Or, 1 er problème soulevé par Mundell : cela s’oppose à l’indépendance politique":

en quoi cela s'oppose-t-il à l'indépendance politique, et d'ailleurs de quelle indépendance s'agit-il? Dès lors qu'on a décidé la construction d'une entité et donc de mettre en place des règles communes, c'est qu'on a accepté de partager la souveraineté au sein d'un ensemble plus vaste, au prix d'une perte d'une partie de son indépendance, C'est le principe même de la construction de tout ensemble, Les décideurs de la construction européenne ont d'ailleurs encadré et limité la perte de souveraineté de chaque Etat Membre en appliquant (et en le réaffirmant il y a peu) le principe de subsidiarité,
Par ailleurs, le besoin d'un rééquilibrage entre l'économie et le politique, ou plutôt d'une évolution vers une forme d'intégration plus politique était évident dès la finalisation du "Grand Marché":
C'est d'ailleurs à partir de cette date que les oppositions sont devenues virulentes, à la grande satisfaction des principaux acteurs économiques étrangers à l'UE, C'est ainsi que le Projet de constitution a été refoulé notamment à cause de Français désinformés, alors qu'il pouvait donner de la visibilité à l'UE et surtout d'entamer un processus de réinstauration de la primauté du politique,


2 - De l'Euro:

"comme la BCE ne peut fixer un euro adapté aux différentes économies européennes":
On peut tenir le même raisonnement pour un pays, qui peut avoir des régions avec des économies très différentes, Le Franc a été un compromis entre les différentes régions françaises métropolitaines et outre mer, comme l'euro est un compromis entre l'Europe du nord et celle du sud,
La France n'a jamais été une zone économique optimale, ni plus ni moins que l'UE ne l'est maintenant, Le principe sur lequel a été bâtie la France est celui de la solidarité entre les régions, L'UE a mis en place un système similaire avec les fonds structuraux et la PAC qui a longtemps profité aux agriculteurs français,
Le terme inadapté à propos de l'euro est inadapté,


3 - De la convergence des économies:

Là on est en plein délire d'affirmations gratuites, Qui peut nier que les pays les plus pauvres ont vu leur économie et leur niveau de vie s'améliorer?

Il faut arrêter avec le massacre de la vérité et des faits,


4 - De la dévaluation:

"Comme on ne peut dévaluer, la seule façon de s’ajuster à l’économie mondiale":
Ce serait vrai si nous ne faisions qu'exporter, Avec le renchérissement du prix des matières premières et de l'énergie, la dévaluation de la monnaie n'est pas forcément la solution la plus intelligente, Par ailleurs vouloir se battre uniquement sur les prix est une politique de perdant, l'Allemagne en est la meilleure démonstration, ayant misé sur le haut de gamme, Pourquoi d'ailleurs les pays en développement exigent-ils des transfert de technologie, si ce n'est pour venir se battre sur notre terrain, Au lieu de chercher à améliore les marges en faisant la politique de supermarché il est préférable de miser sur le luxe, l'épicerie fine,,,,


Le raisonnement est donc faux à plus d'un titre et reflète un manque cruel de vision et d'ambition,


5 - Du Traité transatlantique:

"on voit bien avec le traité transnational que le but ultime de l’UE est d’être le débouché naturel de l’économie américaine;:
On voit surtout que carter est mal informé! C'est l'UE qui a pris l'initiative de ces tractations avec l'objectif de faire tomber les barrières techniques et douanières des USA, Certaines barrières techniques sont d'ailleurs déjà tombées avec la mise en place d'équivalences entre des normes et des réglements des deux côtés de l'Atlantique,
Sur certains points l'UE est en train d'imposer sa normalisation dans le monde, et ceci va dans le sens des intérêts de l'économie de l'UE,


6 - De l'affaiblissement des USA:

C'est complètement faux, C'est toujours la deuxième puissance économique mondiale derrière l'UE, mais de loin la première puissance militaire, La montée en puissance de pays comme le Brésil et l'Inde ne doit pas masquer l'avance considérable (et qui se maintient) des USA au plan technologique,


7 - De l'alliance avec la Russie;:

On a bien compris que c'est le fond de la politique étrangère du FN, On nous propose, pour nous "sauver" des griffes des méchants américains, de nous jeter dans les bras du gentil Poutine, Et ce serait l'UE qui aurait "foutu le bordel en Ukraine"? Qui peut croire une telle ânerie?
C'est de la démagogie de dindon qui va s'embrocher tout seul, après s'être enduit de sa propre graisse pour mieux cuire,


8 - Du ventre mou:

merci de dénoncer la faiblesse de l'UE, mais le remêde qui consiste à la détruire au lieu de la renforcer risquerait fort de faire de celle-ci non un ventre mou mais une réserve de chasse pour les autres, C'est suicidaire, et encore une fois fait montre de peu d'intelligence, d'imagination, d'ambition, et de confiance dans les européens,




 carter a écrit [06/06/2014 - 16h01 ]  
carter

Depuis le temps que je devais répondre à Papi-pipo...alors, allons y gaiement :

a)Sur l’euro :

Je vois que papi-pipo ne comprend guère la macroéconomie : un pays comme la France peut se doter d’une monnaie unique qui produit, au sein de l’ensemble de son territoire géographique, une zone monétaire optimale pour la simple et unique raison qu’elle REDISTRIBUE VIA L’IMPOT des aides aux régions défavorisées pour les maintenir à flot (en ponctionnant les régions favorisées). Cette solidarité nationale via des transferts de revenus publics est ce qui produit mécaniquement au sein d’un pays une zone monétaire optimale.

Le cas est identique aux USA : la Floride, pays riche, « paye » pour maintenir à flot le Maine, pays désindustrialisé.

Ainsi, cette redistribution compense une monnaie nationale qui serait alors trop forte pour la zone « sinistrée ». Dit autrement, l’argent qui fuit la zone sinistrée pour la zone riche retourne à la zone sinistrée via des transferts monétaires. De sorte qu’il n’y a plus de déséquilibre monétaire, tout simplement ! Ainsi un pays peut se doter d’une monnaie unique parce qu’elle se solidarise avec l’ensemble de son territoire !

Conclusion( et tous les économistes le savent) : si l’Europe veut continuer sans euthanasier monétairement ses membres les plus faibles, elle devra tôt ou tard (plutôt tôt que tard) réaliser des transferts publics de revenus des pays riches vers les pays pauvres de la zone monétaire; jusqu’à par exemple augmenter les impôts des allemands de 10%….Sinon, l’argent, sans l’entrave des taux de change, fuira les pays pauvres pour se loger dans les banques allemandes (c’est tout l’objectif du dispositif TARGET : contrer ce phénomène ! mais il ne peut le réaliser qu’imparfaitement, faute de solidarité entre les peuples), asséchant ainsi encore plus l’économie du pays en difficulté !

Question : les allemands se sentent-ils solidaires aux grecs, aux espagnols au point de s’amputer de 10% de leur pouvoir d’achat?

Bref, c’est la question de la solidarité des européens qui est posée (et donc du fédéralisme). Force est de constater que dans les faits, aucun peuple ne veut payer pour un autre !
Or si l’Europe ne se fait pas ainsi, l’épargne des pays pauvres fuyant leurs pays, on détruit toute possibilité de construire une zone monétaire optimale de dimension européenne !

Bien sûr, c’est faisable sur le papier…mais un peuple solidaire d’un autre peuple ; pour l’instant, ce serait une première dans l’Histoire de l’humanité….
Une solution élégante est de revenir à une monnaie commune (écu) en quittant la monnaie unique (euro). D’autres économistes proposent un taux d’imposition commun à toutes les entreprises européennes afin de payer cette solidarité si nécessaire…
Bref, la seule chose dont on est sûr est que l’on va vers un mur si l’Europe reste comme elle est…


b) De la convergence des économies :

Là, désolé, c’est sourcé, chiffré, documenté. Il n’a pas d’équivoque. Lisez Patrick Artus « la crise de l’euro » où toutes ces données sont noires sur blancs indiquées et interprétés dans le sens d’un accroissement des divergences des économies des pays de la zone euro.
Pour être précis, il y’a bien une convergence au début de l’entrée dans la zone euro due au fait que le pays qui entre dans la zone bénéficie des mêmes taux d’emprunt que les autres. Cela produit un boom économique au début, donnant une illusion de convergence.
Malheureusement, les fondamentaux de l’économie reviennent tôt au tard selon l’éternel principe de la loi des avantages comparatifs de Ricardo ; loi qui s’exacerbe d’autant plus que ces pays bénéficient d’une monnaie commune, empêchant alors toute « protection » de leur économie via les mécanismes naturels de la dévaluation monétaire. En somme, comme tous ces pays possèdent la même monnaie, ils deviennent concurrents et ne peuvent se protéger qu’en développer leurs avantages comparatifs. Du coup, les économies nationales se spécialisent, empêchant toute convergence.
Pour illustrer le propos, l’Allemagne devient plus industrielle (c’est son avantage comparatif qui prend le relais) et la France plus agricole…

Evidemment, comme c’est Carter qui le dit, forcement, on doute. Bref, je m’en vais réécrire un passage d’Artus (Chef économiste de Nataxis hyper réputé que l’on ne peut pas décemment taxer d’anti-européiste…) :

« Les pays de la zone euro ont des structures productives extrêmement différents, en particulier en ce qui concerne le poids de l’industrie (plus généralement des secteurs exportateurs) ; la valeur ajoutée de l’industrie va de 6% (Grèce) à 23% (Finlande) et 27% (Irlande) du PIB. A la création de l’euro, ces pays étaient déjà hétérogènes, mais l’unification monétaire a amplifié l’hétérogénéité avec la disparition du risque de change et la spécialisation productive induite(…). On peut aussi regarder l’évolution des capacités de production de l’industrie manufacturière : depuis la création de l’euro, elle va de -12% (Grèce) à +28% (Allemagne, Finlande).
L’hétérogénéité des structures productives conduit à l’hétérogénéité des situations de commerces extérieures : les pays fortement désindustrialisés (Grèce, Espagne, France, Portugal) ont des déficits structurels de leurs balance courante, donc accumulent des dettes extérieures croissantes, la France ne faisant partie des pays à déficit extérieur que depuis 2006 »

In « La crise de l’euro ». Edition Armand Colin.


c) de la dévaluation :
Là encore, c’est de la logique économique élémentaire : soit on dévalue la monnaie, soit on compresse les masses salariales…Point barre. La France s’exécute pour réduire les salaires, faute de ne pas pouvoir dévaluer sa monnaie.

Quant à ceux qui parlent surenchérissement du prix du pétrole ; ils oublient qu’en période de crise mondiale, le pétrole est toujours bas ! Et donc, ce serait le moment idéal de se casser de l’euro !!! (Lire Sapir sur le sujet). De plus, de par son nucléaire et son infrastructure ferroviaire électrique, la France est moins dépendant qu’on le croit aux énergies fossiles. Enfin, c’est bien l’achat de pétrole qui plombe notre balance des paiements car nous nous sommes désindustrialisés tandis que nos importations d’énergie fossile sont restées identiques…Or l’industrie est ce qui fait de vous un exportateur ! Hé oui ! 70% DES EXPORTATIONS SONT INDUSTRIELS ! Or, en se référant au point précèdent, on voit bien que l’Europe piège la France : elle la désindustrialise, la rendant de plus en plus incapable sans emprunt d’acheter l’or noir….


Bon, on va s’arrêter là…Mais bon, Papi-pipo n’a toujours rien compris aux véritables enjeux. Mais c’est vrai que lorsque ses seules sources sont tf1 ET France 2, ca fait limite…Faudrait ouvrir des livres d’économie…Tiens, parcours ou matte des vidéos d’économistes comme Lordon ou Artus (j’ignore s’il a fait des videos, tiens). Déjà, tous les prix Nobels d’économie qui ont traité la question européenne ont tous ironisés sur la monnaie unique ! Rien que de savoir ça !




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 papiguy a écrit [06/06/2014 - 17h10 ]  
papiguy

Remerçions carter pour son aimable contribution au débat:

a)Sur l’euro : tout à fait d'accord, mais la démonstration s'applique aussi à l'Euro comme monnaie commune sur un ensemble plus vaste dans lequel la solidarité s'exerce depuis des années déjà au travers des fonds structuraux, des fonds régionaux,...
Pourquoi donc trouver normal ce qui se passe aux USA en matière de redistribution et rejeter la même chose au sein de l'UE, en méconnaissant le redistribution mise en oeuvre, lors de la procédure d'adhésion et après l'adhésion ?

Un peu de lecture pour celui qui se retranche souvent derrière des écrits (il a une lecture sélective semble-t-il)
http://www.europe-en-france.gouv.fr/Configuration-Generale-Pages-secondaires/FEDER
Extraits:
"Au total, l’Europe investit 23,3 milliards d’euros dans les régions françaises pour la période 2007-2013. ".
http://www.fse.gouv.fr/qu-est-ce-que-le-fse/en-savoir-plus-sur-les-programmes/d-autres-projets-d-autres-fonds/article/le-feder

Bref, l'argumentation de carter ne fait que renforcer l'idée de la pertinence de la construction européenne (sauf bien sûr quand il nie l'évidence). Ce n'est certes pas moins d'Europe qu'il faut, mais au contraire davantage d'Europe pour accélérer les harmonisations.


b - du reste:
toute l'argumentation de carter (et de ses sources, chiffrées ou non) est basée sue une erreur historique: jamais dans l'histoire on n'a vu une dévaluation réussir sur le long terme. La dévaluation n'est qu'un artifice temporaire qui ne supprime pas les faiblesses d'une économie.
Sortir d'une monnaie commune qui nous protège pour un bénéfice illusoire, temporaire et trompeur, n'est ni pertinent ni nécessaire pour devenir compétitif.


c) de la dévaluation :
"Là encore, c’est de la logique économique élémentaire : soit on dévalue la monnaie, soit on compresse les masses salariales…Point barre. La France s’exécute pour réduire les salaires, faute de ne pas pouvoir dévaluer sa monnaie.":

La logique élémentaire de carter est 30' onClick="correctionSuggest('reponse','30',this);">"élémentaire" pour ne pas dire primaire, relevant toujours de la vision à court terme et de la technique commerciale dite de "supermarché".
On reste fixé dans sa condition, ses productions, sa technique, ses habitudes et comme les autres ont évolué dans ces domaines, on essaie de les combattre uniquement sur le terrain des prix.
Cette stratégie est possible quand on tire profit de de sa trésorerie (on est payé cash et on paie les fournisseurs à 30 ou 60 jours) ET quand on peut changer ses produits.
Quand on se place au niveau d'un pays comme la France, chantre du changement mais adepte de l'immobilisme, appliquer la recette de la dévaluation est un suicide.


Au passage quelques erreurs manifestes:
"de par son nucléaire et son infrastructure ferroviaire électrique, la France est moins dépendant qu’on le croit aux énergies fossiles.":
Faux car le prix de l'électricité nucléaire est en train de grimper. Faux encore car l'uranium est bien un minerai tiré du sol comme le pétrole ou le gaz non, et la ressource n'est pas inépuisable ?

Autre erreur qui montre le manque de vision à long terme:
déclarer que les exportations ne peuvent être qu'industrielles est une ânerie. D'ici quelques décades, les produits alimentaires et l'eau vont devenir des "produits" très demandés. que carter se demande pourquoi la Chine (par exemple) est en train de tuer la diversité de l'écosystème en Afrique pour suppléer à son déséquilibre alimentaire.
La vraie richesse d'une économie c'est bien sa diversité et sa capacité à évoluer. Pour le voir il ne faut pas mettre les jumelles à l'envers devant ses yeux.


Bon, on va s’arrêter là…Mais bon, carter par terre n’a toujours rien compris aux véritables enjeux, et met en avant des logiques dépassées. Bref, il propose de conduire la France comme on conduirait une voiture en regardant uniquement dans le rétroviseur.

Quand aux Prix Nobel d'économie, si ils sont capables de changer d'avis, c'est qu'ils peuvent se tromper
http://www.atlantico.fr/decryptage/prix-nobel-economie-qui-aimait-euro-et-qui-voit-maintenant-entre-train-detruire-europe-nicolas-goetzmann-925152.html

Qu'ils se trompent ou non, l'argument des prix Nobel est un classique du FN, c'est de l'intoxication pure et simple.
http://www.liberation.fr/politiques/2014/01/23/sortir-de-l-euro-des-nobel-pris-au-piege-par-le-front-national_975044

Le carter pisse l'huile...




Répondre à Eurêka






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.