Avocat ou Juge ?



xmarinee
Cette question a été posée par xMarinee, le 17/01/2012 à à 14h37.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Formation professionnelle.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 xMarinee a écrit [17/01/2012 - 14h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
xMarinee

Quel métier trouver-vous,le plus intéressant ? Donnez moi votre opinion.




xMarinee!


 papiguy a écrit [17/01/2012 - 16h49 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
papiguy

Un métier c'est comme l'auberge espagnole, on en retire ce que l'on y met.

A part cela, le Juge n'a pas les soucis de fin de mois en début de carrière comme le jeune Avocat, et possède la sécurité de l'emploi, mais il est soumis à davantage de pression de la part de la hiérarchie (encore que dans les grands cabinets d'avocats, c'est un peu marche ou crève).




 baba2 a écrit [17/01/2012 - 19h54 ]  
baba2

A mes yeux le métier d'avocat est un très beau métier.

Par contre je déteste les juges, ils ont un peu trop tendance à se prendre pour Dieu :-o




 inconnue2598 a écrit [17/01/2012 - 22h11 ]  
inconnue2598

Avocat, je voudrais bien être avocate plus tard. Quand on y pense (en simplifiant un peu), le juge écoute et choisis. Alors que l'avocat, même si l'homme à défendre est quelqu'un de particulièrement affreux, il doit fournir un travail monstre (pour les grosses affaires parmi) et il est également vrai qu'un jeune avocat a plus de soucis qu'un juge ;-)




"Pardonnez vos ennemis, c'est ce qui les embêtera le plus" Oscar Wilde


 Wisty a écrit [17/01/2012 - 22h17 ]  
Wisty

Bonsoir xMarinee,

Pour être Juge,il faut obligatoirement être avocat avant:parce qu'i faut bien assimiler les lois civiles et pénales.

Il est vrai qu'un Juge est payé par le Ministère de la Justice,et son traitement tombe à l'heure,
tandis qu'un avocat ( si c'est comme chez nous),il est payé une fois l'année, selon des points obtenus par procédure qu'il a effectuées.
Entretemps,c'est son client....( à la tête de pipe ), qui doit allonger des honoraires, et comme c'est la crise, tout le monde est fauché.
Ou alors,il faut avoir des affaires médiatisées,....Et encore ??? ;-)




Wisty


 bougainvilliee a écrit [22/01/2012 - 21h39 ]  
bougainvilliee

C'est la même chose.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [22/01/2012 - 22h43 ]  
papiguy

C'est un peu rapide de dire que c'est la même chose car il y a déjà des différences au niveau de la formation.

La formation de juge est plus longue (une année de spécialisation à l'ENM de bordeaux, après la maîtrise de droit et, c'est recommandé car le concours d'entrée à l'ENM est très sélectif, une année de préparation.
Ceci par comparaison avec la formation "basique d'avocat" (maitrise de droit et études dans une école d'avocat (CRFPA) qui durent pratiquement deux ans).

Par contre, si on veut pouvoir viser la clientèle d'affaires et intégrer un grand cabinet, mieux vaut avoir fait Science Po en plus.




 johanndechezeau a écrit [23/01/2012 - 11h30 ]  
johanndechezeau

Bonjour
Me concernant, je trouve que le métier d’avocat est le plus intéressant. On se bat alors pour ses convictions, on se donne à fond pour une cause et à la fin de la journée, on se sent utile. C’est un combat quotidien, ça évite la monotonie ou encore de devoir rester la à écouter pendant des heures des débats, on est dans le feu de l’action quand on est avocat.




 Wisty a écrit [23/01/2012 - 11h42 ]  
Wisty

Bonjour,

Sans oublier la patience nécessaire lorsque l'on se trouve devant un prétoire avec d'autres avocats
qui attendent leurs tours, sur base du planning du rôle des affaires à traiter. ;-)




Wisty


 papiguy a écrit [23/01/2012 - 13h14 ]  
papiguy

Revenez un peu sur terre,

L'avocat ne se bat pas pour ses convictions, il travaille pour gagner, ou pour limiter la casse quand il défend une cause perdue.
Son travail ne se limite pas à son action dans le prétoire qui n'est, pour le profane que l'aspect visible de ses activités. il doit se documenter, étudier son dossier, piocher dans la jurisprudence et la législation, étudier les conclusions de la partie adverse, choisir et faire évoluer sa stratégie.
Beaucoup de ces taches sont souvent ingrates, sans compter les taches bassement matérielles, propositions d'honoraires, facturation, recouvrement, comptabilité...
Ne pas oublier les heures d'attente avant que son tour vienne, et le fait que le métier est pour la plupart fait de petits dossiers pas forcément de nature à provoquer l'enthousiasme des foules.




 papiguy a écrit [23/01/2012 - 13h32 ]  
papiguy

Un point à ajouter:
Quand on fait des études de droit, on peut aussi envisager de faire une carrière en entreprise, soit comme avocat (avantage: salaire fixe et régulier dès l'embauche. On évite de ramer en début de carrière), soit comme juriste si on ne veut ou ne peut pas réussir des études d'avocat.

L'éventail des taches est plus limité et on n'a qu'un seul "client" qui est son employeur: étude des documents contractuels (embauche, contrats de vente,...), création de filiales, acquisition fusion,... et aussi malheureusement stratégie et procédures de licenciement....




 Wisty a écrit [23/01/2012 - 14h05 ]  
Wisty

Bonjour Papiguy,

Je ne vais pas te contredire ,mais sache aussi que l'avocat qui plaide, possède un cabinet avec du personnel qui se charge de la préparation des dossiers et du reste administratif,pendant que l'avocat
se trouve au Tribunal, à l'audience convoitée
Chez nous,ils s'associent également,pour n'avoir les frais que d'un seul cabinet et un seul nombre
de personnel.
Outre cela, s'ils sont payés qu'une fois par an, sur la comptabilité des procédures à rentrer au ministère, qui ne font qu'un pour le prix d'honoraires de plusieurs avocats, donc là, ils ont une fortune sous la garantie de l'état.
Sans compter les honoraires qu'ils demandent au client, en interval.
Alors ! Ils n'ont aucune raison de se plaindre.
;-)




Wisty


 bougainvilliee a écrit [23/01/2012 - 14h06 ]  
bougainvilliee

Saint-avocat, coincé entre son ami le procureur, et son (très cher client, surtout "cher" (qui lui permet de vivre), mais qui ne connait rien à une procédure inquisitoriale napoléonienne, sinon moyen-âgeuse...




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [23/01/2012 - 14h28 ]  
papiguy

Wisty,
Tous les avocats n'ont pas de personnel à leur disposition et la majorité travaillent seuls. et comment un employé pourrait étudier le dossier ? Tu penses que le rôle de l'avocat est de faire de longues phrases et d'agiter les manches de sa robe ?

bougainvilliee,
Au nom de quoi te permets tu de proférer de telles insultes. Si tu as eu des déboires avec un avocat incompétent (il en existe comme dans toutes les professions), ce n'est pas une raison pour généraliser. A moins que, calquant ton attitude sur celle du Grand Chef Indien, tu remplaces le "tous pourris" par un "tous nuls" tout aussi absurde. Si tu es honnête et compétent, il doit aussi exister des avocats qui ont ces qualités.




 Wisty a écrit [23/01/2012 - 17h47 ]  
Wisty

Papiguy,

O.K. Oui,il y en a qui travaille seul, mais de plus en plus ils s'associent, c'est plus intéressant,je peux en
parler, j'ai travaillé dans un cabinet... Ils était trois,et deux employées pour l'administratif.
Et puis, il y a une période d'adaptation pour se mettre au courant. ;-)




Wisty


 bougainvilliee a écrit [23/01/2012 - 20h12 ]  
bougainvilliee

Bonsoir Wisty,
Sans à priori, et sans insultes, insultes qui ne grandissent que ceux qui les profèrent pas.

Pourrais-tu nous dire si la justice dans ton pays est une honnête justice (c'est-à-dire qui protège le citoyen innocent au travers d'une vraie et objective recherche de la vérité) ?




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [23/01/2012 - 23h13 ]  
papiguy

La justice dans tous les pays est la justice des hommes avec les imperfections et les travers de ceux-ci ainsi que des institutions qu'ils ont mis en place pour la rendre.
Ces institutions peuvent être perverties par la montée des extrémismes, la corruption et l'influence des pouvoirs.
Seul l'exercice des contre-pouvoirs, en particulier la presse (sous toutes ses formes, écrites, audiovisuelle et via internet) peut limiter les dérives.

La protection des citoyens innocents relève de la Justice mais aussi de la Police et de la Gendarmerie sous le contrôle de la Justice pendant la période de l'instruction.

En ce sens, placer les Juges de l'instruction sous l'autorité du Parquet, donc, à son niveau le plus élevé, du Gouvernement, comme cela vient de se faire en France, est un recul.

On peut trouver d'autres exemples, mais ce n'est pas le sujet.




 bougainvilliee a écrit [24/01/2012 - 08h10 ]  
bougainvilliee

"Placer le juge d'instruction sous l'autorité du parquet, donc à son niveau le plus élevé, du Gouvernement, comme cela vient de se faire, est un recul."

Un recul de quoi, sur quoi, par rapport à quoi ? A la situation antérieure ?

Nous sommes déjà en situation de recul général, dans la mesure, ou y figure le "Gouvernement", ce qui indique clairement qu'il n'y a pas de séparation des pouvoirs.

Le Recul se situant, dès lors, par rapport à "l'ancien régime", abattu par la révolution. Régime ou les "Parlements" étaient à ce point séparés du pouvoir royal, qu'ils en étaient un contre-pouvoir.

Seule la "déclaration des droits de l'Homme " de 1789, offrait un espoir de justice, en stipulant :

Article VII : "...Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis.

Article IX : "Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article XV : "La société a droit de demander compte à tout agent public de son administration."

Voilà pour l'essentiel. Cette avancée fut vite édulcorée, en particulier dans son article IX, puisque aujourd'hui, le principe est : "tout homme est déclaré coupable jusqu'à qu'il soit innocenté."




Le doute est ma seule certitude


 Wisty a écrit [24/01/2012 - 10h57 ]  
Wisty

Bonjour,

bougain, pour répondre à ta question, Je m'associe à la réponse de Papiguy, la Justice est en générale
institutionnée pour les citoyens, mais de là, à dire que toutes les compétences sont appliquées, à la recherche de toutes les vérités.....???? Il y a parfois de la fumée dans l'eau....

Sans négliger son coût....(parfois à la tête du client)
;-)




Wisty


 papiguy a écrit [24/01/2012 - 12h05 ]  
papiguy

bougainvilliee, merci de préciser ma réponse. bien entendu, un recul ne peut avoir comme référence que la situation antérieure. Quand on fait marche arrière en voiture, ce n'est pas par rapport à sa situation 2 semaines avant...

Si j'ai mentionné le changement dans la position du juge de l'instruction, c'est bien pour pointer la dérive en matière de séparation des pouvoirs.

En ce sens, la législation européenne et l'action des Institutions de l'UE peuvent constituer des garde-fous pour limiter ce type de dérives.
http://europa.eu/pol/justice/index_fr.htm

L'essentiel est énoncé dans la Charte des Droits Fondamentaux (rendue juridiquement contraignante par le Traité de Lisbonne) en son chapitre VI:

"justice (droit à un recours effectif et à un tribunal impartial, présomption d%u2019innocence et droits de la défense, principes de la légalité et de la proportionnalité des délits et des peines, droit à ne pas être jugé ou puni pénalement deux fois pour une même infraction);"

Par ailleurs, la Justice ne peut s'exercer correctement que si elle est basée sur un ensemble législatif et réglementaire défendant les droits et les libertés.
Ci après une liste des procédures d'infraction lancées contre les Etats Membres de l'UE. On notera que cela s'est traduit par des modifications des législations nationales:

http://ec.europa.eu/taxation_customs/common/infringements/infringement_cases/bycountry/index_fr.htm
(comme ces listes sont antérieures à la mise en oeuvre du Traité de Lisbonne, les infractions relatives à la Justice ne sont pas mentionnées. On peut cependant rappeler la récente controverse relative aux Roms, qui démontre que la vigilance des Institutions de l'UE fonctionne, même si les Etats font barrage).

Un avocat de ma connaissance a obtenu satisfaction devant un Tribunal français en se basant sur une Directive européenne non encore transposée en France.
Mais il y a encore du chemin à faire car par exemple, l'UE n'est pas encore compétente dans le domaine des dispositions policières (souvenez vous du nom des ministres de l'Intérieur et de celui de l'initiateur du Traité de Lisbonne et cherchez l'erreur)




Répondre à xMarinee






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.