Que pensez vous du système éducatif Français par rapport aux autres pays?



sisiacdc
Cette question a été posée par sisiacdc, le 23/02/2010 à à 09h35.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Formation éducation.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 shogun41 a écrit [26/02/2010 - 00h30] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
shogun41

La Finlande s’est activement engagée dans le mouvement...



[ Lire la suite de la réponse écrite par shogun41 ]



Réponses



 cochise_fr a écrit [23/02/2010 - 10h48 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Bah, il faudrait déjà connaitre les systèmes des autres pays.

Par contre, si cela vous intéresse, je peut vous donner mon avis sur ce qu'il devrait être...... et il y a de quoi en faire un livre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [23/02/2010 - 11h49 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour sisiacdc, Tout à fait d'accord avec cochise. Ne connaissant pas suffisamment les systèmes étrangers comparables aux notre, je ne peux me prononcer. Et ce d'autant mieux que je connais mal le système français. Il a beaucoup évolué depuis que j'ai fini mes études. On peut certes imaginer divers systèmes plus idéaux les uns que les autres. Mais tout dépendra de la finalité envisagée. S'agira-t-il de l'épanouissement de l'individu, ou d'adapter celui-ci à la société (à son économie) ? Ce sont là les deux grands pôles opposables. Ensuite toutes les nuances de finalités peuvent faire des adeptes. La proposition de cochise, dont je ne connais pas la finalité, reste très intéressante, ne serait-ce que par la réflexion et le désir d'améliorer l'homme qui semble soutenir sa démarche. Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [23/02/2010 - 12h52 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"S'agira-t-il de l'épanouissement de l'individu"
Eh oui, cela me parait beaucoup, beaucoup plus important que n'importe quelle étude dite supérieure (je me demande en quoi).
Jusqu'au BAC, il ne devrait y avoir qu'un seule orientation aux enseignements: l'intégration de l'individu dans la société.... ce qui suppose de définir les comportements de l'individu et de décrire les arcanes du fonctionnement de la société..... ce qui fait déjà par mal d'enseignements sur plusieurs années après les enseignements de base: lire, écrire, compter .... et accompagné de l'enseignement le plus important de tous: apprendre à apprendre .... ce qui servira toute sa vie durant, que l'on fasse ensuite des études ou pas.

"La proposition de cochise, dont je ne connais pas la finalité,.."
Réformer d'urgence une administration de guignols.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [23/02/2010 - 14h45 ]  
betina

Je ne connais pas moi non plus les autres systèmes éducatifs des autres pays mais je suis convaincu que le notre serait à revoir,comme le dit cochise:lire,écrire,compter est la première priorité et nous ne devrions plus voir des enfants arrivés en sixième qui ne savent pas lire,il faudrait mettre en place des vrais moyens pour aider les élèves en difficultés et ne pas les laisser s'enliser d'année en année,il faut aussi changer les discours sur les orientations et professionnaliser les classes dés le collège pour ceux qui le souhaitent,donner le goût d'apprendre,etc..
Plus on a de savoir,plus on a la possiblité de se débrouiller,et de ne pas se laisser écraser.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 bougainvilliee a écrit [23/02/2010 - 15h08 ]  
bougainvilliee

Bonjour tous, L'épanouissement personnel est-il envisageable ?(Je n'ai pas de réponse ni de vrai a priori sur la question. Le vrai problème est que "l'homme" est un animal de groupe, de horde. C'est donc le groupe ou la horde qui agit sur lui pour qu'il ait une place parmis eux. Et lui s'éfforce d'y répondre, pour être intégré au groupe. Sinon il est rejetté comme étant inutile. Que ce groupe soit une "bande" ou une société élargie, le problème reste le même. C'est donc dans cette étroitesse, dans les bornes assignées par le horde ou la société, que l'homme devra trouver, sans vraie possibilité, ni vrai choix, son "épanouissement". Les utopies, intéressantes de Fréderico Ferrer, de Celestin Freinet, ne peuvent y trouver place, comme la plupart des utopies issues du 19e (période, post-révoltionnaire, ou les idées, d'un peuple libéré des barrières aristocratiques, se mirent à foisonner, sans tenir compte de réalités par trop contingentes de la nature humaine). Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 shogun41 a écrit [23/02/2010 - 15h09 ]  
shogun41

il semblerait que le système éducatif de la Finlande serait le meilleur, tant en pourcentage de réussite, qu'en mode de fonctionnement et en sélection. Le système éducatif en Finlande diffère du système français en bien des points ! il n’y a en principe pas de redoublement, pas de différenciation, pas de sanction, pas de sélection jusqu’à la dernière année de ce que nous nommerions le collège, tous les élèves ont alors 15 ans (cela dit les parents d’élèves peuvent décider du sort de leurs enfants et estimer qu’il serait bon pour eux de redoubler à cause de résultats insatisfaisants). Il n’y a pas d’inspecteur, pas de surveillant. Et même, très peu de personnel de service, le ménage étant fait par les élèves et les professeurs, voire le directeur dans certaines écoles. Il n’y a parfois pas non plus de réfectoire, les repas sont pris en classe, apportés par les élèves ou fournis par l’école. Les élèves nettoient ensuite. Ceci développe un sens de la collectivité, un esprit de camaraderie entre les élèves et entre la classe et le professeur qui joue ainsi un rôle éducatif. Il est même commun que le professeur mange dans la classe avec les élèves . Impensable en France avec notre hiérarchie! En Finlande, c’est la « psychologie » qui passe avant les apprentissages, un élève doit se sentir à l’école comme chez lui. Dans ce pays il y a un réel souci d’égalité des chances avec l’idée que chacun doit trouver sa place dans l’école. Plutôt que de pointer les difficultés, on s’accordera à montrer les possibilités et les points positifs de chaque élève. En Finlande il a une importance psychologique mais pas administrative puisqu’il faut passer un concours très difficile pour entrer à l’université, soit directement après le bac, soit en le préparant pendant un ou deux ans (et le système est aussi valable pour les étrangers qui voudraient rentrer à l’université). Le modèle finlandais paraît plus juste, dans l’intention qu’il a de trouver une place pour chacun et d’avoir instauré un système avec passerelles et un enseignement professionnel de qualité et surtout une formation continue gratuite, chacun pouvant reprendre des études quand il veut.




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 Dunamis a écrit [23/02/2010 - 15h41 ]  
Dunamis

Les pays du nord, à mon sens, sont plus évolués que les autres.
Ils ont été les premiers à abolir la torture sous Gustave IV roi de Suède et de Finlande.(16/17 ème siècles)
Pour ce qui est du système scolaire, si ma mémoire est bonne, les élèves ne sont notés qu'à partir de 12 ans, limitant ainsi le stress et favorisant l'épanouissement intellectuel. Et je crois que le mode d'enseignement est plus ludique.

Je me souviens que de la 5è à la 2nde, on nous rabattait les oreilles avec la seconde guerre mondiale. Ca m'en a dégouté.
Chaque année, le programme était accueilli par un "ENCOOORE !!" auquel les professeurs répondaient par "Oui, mais les informations de l'année dernière ont été tronquées. Vous avez appris des erreurs qu'il faudra corriger" -___-" C'est bon de se savoir (des)instruit...
En physique-chimie, la mole avait l'effet d'un sédatif. Qui se soucis de savoir que c'est une unité de mesure basé sur le carbone14 ayant un lien avec la constante d'Avogadro et utilisée seulement par les laborantins ?
En mathématiques, c'est le cercle trigonométrique sui m'a traumatisée. Pi dans un sens, -Pi dans l'autre....ça a changé ma vie.
En français, exit les textes classiques, place à Ionesco, Ponge et Eluard et leur divagations dont le caratère littéraire m'échappe.

Et avec toutes ces heures d'instruction étalées sur environ 12 ans (en dehors de la fac), nous ne savons plus écrire ni compter.
Peu importe, au moins je sais que "la Terre est bleue comme une orange" et que la cantatrice est chauve.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 cochise_fr a écrit [23/02/2010 - 19h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Merci Shogun41 de cette description finlandaise..... que je ne connaissais pas.
Mais ce n'est pas la négation de la hiérarchie, seulement son respect pa les parties, ce qui fait une grande nuance.
Il ne faut en effet pas confondre hiérarchie et dictature.

Merci Dunamis de cette pertinente description du système français dans ses dérives.... qui peuvent d'ailleurs être encore pire que cela.
C'est le principe: "tu suis ou on te jette" ou encore " si tu ne comprend pas, c'est que t'es nul"..... alors que ce n'est simplement que mal expliqué. Il me semblais que la base d'un bon prof était justement d'être capable d'avoir différentes approche de son sujet d'étude afin de le présenter différemment suivant l'auditoire..... peut être que je me trompe.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 luxius a écrit [23/02/2010 - 19h38 ]  
luxius

De toutes façons pour faire des chomeurs,

y'a pas besoin d'un système bien compliqué ...




ni dieu ni foi,ni maitre ni chaine,ni roi ni loi !


 cochise_fr a écrit [23/02/2010 - 19h50 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bien sur Lucius, mais fabriquer des chômeurs n'a rien d'une obligation..... c'est juste un choix politique.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 luxius a écrit [23/02/2010 - 20h09 ]  
luxius

je sais,
mais tant que ce choix s'impose,
rien ne sert d'avoir un quelconque système éducatif.

laissons nos gosses tranquilles,
apprenons leurs à becher,jardiner,pecher...




ni dieu ni foi,ni maitre ni chaine,ni roi ni loi !


 bougainvilliee a écrit [23/02/2010 - 20h33 ]  
bougainvilliee

Merci d'avoir répondu au fond de cette question difficile et d'avoir permis d'aouvrir des voies pour amélioré un système particulièrement complexe et sensible, pour le plus grand bénéfice de nos enfants et des générations futures. Porter l'éducation vers plus d'équité, de fraternité, d'éfficacité, c'est changer le monde... Peut-être... Mais au moins tenter de le faire. Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [24/02/2010 - 02h22 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Rien ne s'impose Lucius, et ça encore moins que le reste.
D'autre part, le système éducatif doit être mis en place de préférence avant le changement de politique pour tenter de rester cohérent dans l'ordre des choses.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 shogun41 a écrit [25/02/2010 - 12h02 ]  
shogun41

Les parents sont considérés comme des membres à part entière de la communauté éducative depuis les années soixante. Ils ont la possibilité de rencontrer des enseignants, le personnel d'éducation et le personnel de direction pour évoquer toutes questions relatives à la scolarité de leurs enfants. Ils sont associés à la prise de décision, notamment dans le cadre de leur participation aux différentes instances pour lesquelles ils élisent des représentants. La réussite de la scolarité de l'enfant dépend largement du dialogue qui s'établit entre le personnel de l'établissement scolaire et les parents ainsi que de leur implication dans l'accompagnement de sa scolarité; (presque comme chez nous !) tenter de copier sur la Finlande? c'est envisageable, la Finlande est un pays fortement engagé dans l'Europe. C'est un pays dont on parle beaucoup actuellement dans les milieux éducatifs en raison de ses excellents résultats aux évaluations internationales PISA. (Programme international pour le suivi des élèves). Les élèves finlandais restent, de loin, les meilleurs du monde. Avec 60% de diplômés, la Finlande détient le record mondial. Il ressort de cette étude que la Finlande est un des pays au monde où les inégalités sont les mieux corrigés par l'éducation, où les différences de compétences entre garçons et filles sont les plus faibles et où les élèves ont un sentiment d'eux-mêmes très positif par rapport aux apprentissages. Un des traits les plus connus du système finlandais est la grande liberté de choix laissée aux élèves pour organiser leur cursus. En réalité cette liberté est très progressive, en relation avec le degré de maturité des élèves. Tout au long de « l'école fondamentale » (entre 7 et 13 ans) le cursus est le même pour tous. Tous les élèves commencent l'anglais à 9 ans. A 11 ans, ils peuvent choisir une deuxième langue parmi l'allemand, le français, le suédois et le russe, l'allemand étant nettement majoritaire. A partir du niveau 7 (13 ans) , des matières optionnelles sont introduites, différentes selon les collèges qui définissent leurs propositions en accord avec les municipalités. Chaque collège peut choisir de mettre davantage l'accent sur telle ou telle option dont il tirera sa spécificité. Le choix peut être très varié : éducation physique, dessin, nouvelles technologies, musique, langues étrangères…




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 cochise_fr a écrit [25/02/2010 - 12h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Cela ma parait effectivement très bien et très tentant tout cela..... dommage que ce soit si loin.

Shogun41, vous qui semblez connaitre la Finlande et ses modes de vie....

... comment sont gérés les plus humbles de la population et les chômeurs (il doit bien y en avoir quelques uns quand même.?) .... le traitement de leur situation, leurs aides...




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 shogun41 a écrit [26/02/2010 - 00h30 ]  
shogun41

La Finlande s’est activement engagée dans le mouvement international de relance. En février, elle annonçait être le numéro trois européen de la relance. La récession qui a secoué le pays, dans les années 1990, a soumis celui-ci à une rude épreuve ; elle lui a aussi permis de tirer des leçons de la crise : le fort chômage coûte cher à l’Etat. L’unanimité politique a vu le jour dès qu’il s’est agi de combattre le chômage. En 1994, au pire de la tourmente, le taux de chômage atteignait 16,6%, tous les Finlandais étaient touchés. Pendant la précédente récession, des choix de valeurs ont été opérés, concrétisés par la réduction de la protection sociale et par l’aide aux entreprises. Ultérieurement, les décideurs politiques peuvent être fiers de ces choix. La reprise, particulièrement rapide, qui a permis à la Finlande de sortir de la récession s’explique largement par la réussite mondiale de Nokia et de la technologie en rapport avec ses activités. Durant les derniers mois écoulés, les entreprises finlandaises ont annoncé beaucoup d’interruptions d’activités dans les usines et de nombreux licenciements. La législation finlandaise du travail autorise la mise en congé temporaire des travailleurs, par exemple pour un mois, sans rémunération salariale. Les chefs d’entreprise et les travailleurs ont salué cette particularité du marché du travail en Finlande. Comparé au licenciement, cette mesure offre l’espoir que le commerce reprendra ses droits et que les travailleurs seront alors nécessaires.




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 cochise_fr a écrit [26/02/2010 - 01h09 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Intéressant, mais cela ne répond pas à ma question:
"La législation finlandaise du travail autorise la mise en congé temporaire des travailleurs, par exemple pour un mois, sans rémunération salariale"
Ceux qui subissent cela.... comment sont ils rémunérés.... parce qu'on ne vit pas de l'air du temps... même en Finlande..?.?.?
Ceux qui n'ont pas de travail, de quoi vivent ils.? Comment vivent ils.? Comment se logent ils.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [26/02/2010 - 11h58 ]  
bougainvilliee

Certes on peut se poser ce genre de question, (qui n'a pas grand-chose à voir avec un quelconque système éducatif). Mais on se pose toujours ce genre de question en regardant des pays qui nous ressemblent (pour bien comparer nous dit-on, pour comparer ce qui est comparable), c'est-à-dire des pays au ventre pleins et bien remplis. Nous ne nous interrogeons pas de savoir comment cela se passe par exemple, pour les travailleurs d'Afrique noire. Quelles sont leurs indemnités lorsqu'ils sont sans travail ? Et durant combien de temps. Il est vrai que nous avons que peu d'informations médiatisées, sur ces pays. Ce sont des pays sur lesquels il est fait silence, à peine en parle-t-on lorsque l'on y meurt de faim en masse, lorsqu'ils se tuent un peu trop ou lorsqu'ils changent de dictateur. Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [26/02/2010 - 14h50 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Oh mais si, Bougainvilliée, sécuriser les revenus est une partie principale et intégrée de l'éducation du citoyen. Ne pas voir peur de vivre, comme vous l'avez notez pour les pays africains corrompus, apporte une sérénité qui change grandement la vie de la société à tous les niveaux et dans tous les domaines.

Quand aux pays africains, il n'est nul besoin de se poser la question puisque la réponse invariable est zéro, en dehors des pseudo-élites corrompues bien sur.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 shogun41 a écrit [26/02/2010 - 22h32 ]  
shogun41

Il y a une rémunération savamment calculée: la pension de chômage est attribuée aux personnes nées au plus tard en 1947 ayant travaillée au moins 5 ans en tout pendant les 15 dernières années avant la retraite. Dans les 5 ans est compris tout travail effectué en Finlande, dans un autre état membre de l'UE ou dans un autre pays avec lequel la Finlande a signé un accord bilatéral de sécurité sociale. La pension de chômage comprend la pension nationale ainsi que les pensions professionnelles. Elle est versée jusqu'à l'âge de 62 ans, elle sera ensuite remplacée par le système de pension de vieillesse. L'assurance chômage comprend une indemnité journalière liée aux revenus ou une indemnité journalière de base d'un montant unique pour les personnes ne remplissant pas les conditions d'assurance ou ayant bénéficié des indemnités journalières liées aux revenus d'un temps maximum de versement. Pour prétendre à l'indemnité journalière de chômage, il faut être âgé de 17 à 64 ans, résider en Finlande, être apte au travail et disponible sur le marché de l'emploi. Les droits aux indemnités de chômage (de base ou liées au revenu) ne sont pas ouverts pour le demandeur d'emploi qui a le statut d'étudiant à plein temps. En généralité, en finlande, il existe un régime de sécurité sociale structuré. L'assurance sociale en Finlande inclut l'assurance pension nationale, l'assurance pension professionnelle, l'assurance maladie, l'assurance contre les accidents du travail et maladies professionnelles et l'assurance chômage.L'assurance-vie collective n'est pas obligatoire mais couvre la quasi-totalité des travailleurs.Le système comprend des prestations basées sur la résidence et des prestations basées sur l'activité professionnelle. En plus de l'assurance obligatoire, l'assurance sociale comprend aussi des assurances supplémentaires facultatives qui ont pour objet de compléter la protection obligatoire. Et puis le reste..il ne faut pas oublier que la Finlande est un pays européen, et du coup l'administration sociale finlandais ressemble étroitement au notre: prestations sociales et tout le toutime...




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 cochise_fr a écrit [26/02/2010 - 22h48 ]  
cochise_fr

Bonjour,
D'accord et merci.... mais...
- quel est le montant de cette pension au minimum.?
- quel est le montant pour ceux qui ne répondent pas aux critères.?
- quel est le pouvoir d'achat de cette somme en Finlande.? .... parce que ce n'est pas la valeur qui est importante, mais ce que l'on peut faire avec.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 shogun41 a écrit [27/02/2010 - 01h55 ]  
shogun41

Les allocations familiales sont versées jusqu'à l'âge de 17ans, pour chaque enfant à charge résidant en finlande. Leur montant varie en fonction du nombre d'enfants :
100 € par mois pour le 1er,
110,50 € par mois pour le 2ème,
141 € par mois pour le 3ème,
161,50 € par mois pour le 4ème,
182 € par mois pour chaque enfant suivant.
Le parent élevant seul un enfant bénéficie d'une majoration d'allocations familiales de 46,60 € par mois et par enfant.
Pour le chômage: L'indemnité journalière de base, pour les personnes âgées entre 17 et 24 ans sans formation professionnelle, l'indemnité journalière de base n'est versée qu'à condition de poursuite d'un stage ou autre formation qui vise à promouvoir une occupation professionnelle.
L'indemnité journalière de base s'élevant à 25,63 € est versée sous condition de ressources. Il existe un délai de carence de 5 jours ouvrables à compter du moment de l'inscription tant que demandeur d'emploi. L'indemnité de base est versée sans condition de durée maximale. L'indemnité journalière liée au revenu, pour prétendre à l'indemnité journalière liée au revenu, il convient d'avoir exercé une activité salariée pendant au moins 43 semaines pendant les 28 derniers mois, avec un minimum de 18 heures de travail par semaine et un revenu mensuel d'au minimum 1 019 € dans le cas où le salaire n'a pas été basé sur les conventions collectives du secteur d'activité. Si l'assuré a déjà bénéficié d'une précedante période d'indemnités journalières et que cette indemnisation a eu lieu après le 1.1.1997, il suffit d'avoir exercé une activité salariée pendant 34 semaines durant les 24 mois précédant la situation de chômage. L'indemnité journalière liée au revenu commence à être versée après que l'intéressé soit resté au moins sept jours ouvrables comme demandeur d'emploi. Elle est versée pendant une période de maximum 500 jours. L'indemnité journalière selon les revenus est égale à l'indemnité de base (soit 25,63 €) à laquelle s’ajoute une fraction des revenus salariaux antérieurs. Cette fraction représente la différence entre 45 % du salaire journalier et l’indemnité de base. Si le salaire mensuel est supérieur à 90 fois le montant de l’indemnité de base, la fraction définie selon le revenu salarial s’élève à 20 % de l’excédent. En cas de licenciement économique majoration de l'allocation de 4,21 € par jour pendant une période maximum de 150 jours. Majoration pour enfant à charge, l'indemnité de base et l'indemnité liée aux revenus professionnels peuvent être majorées pour enfant à charge âgé de moins de 18 ans (4,86 €/jour pour un enfant, 7,13 €/jour pour deux et 9,19 € pour trois et plus).




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 cochise_fr a écrit [27/02/2010 - 02h30 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est un peu comme chez nous, une vraie 'usine à gaz' leur système de calcul et de détermination des droits à allocations.

Ceux qui correspondraient à nos SDF (sans domicile fixe) .... ont ils droit à quelque chose.?




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [27/02/2010 - 08h18 ]  
bougainvilliee

shogun41 est très éclairé, semble-t-il, mais on s'y perd un peu. Par contre les interrogation de cochise sont pertinentes. Poser la question : "quel est le pouvoir d'achat de cette somme en Finlande.? .... parce que ce n'est pas la valeur qui est importante, mais ce que l'on peut faire avec", est d'évidence. Un chiffre n'est qu'un chiffre, qui donne certes une dimension, mais non son pouvoir. Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 shogun41 a écrit [27/02/2010 - 14h10 ]  
shogun41

en effet, comme dans tout système administratif en Europe, les démarches, l'acquisition des droits, les calculs savants de ces derniers, donnent l'impression d'un immense labyrinthe. Les institutions ayant pour mission d'aider les personnes démunies sont un élément caractéristique de la vie sociale. Aujourd'hui, les institutions d'aide sociale ont pour objectif d'intégrer et d'encourager ces personnes afin d'éliminer exclusion et stigmatisation. La pauvreté peut fortement éprouver le tissu social.Pourtant, éviter la misère aux personnes sans ressource tout en réduisant l'exclusion et la marginalisation n'est pas chose facile. Une attention particulière est accordée aux jeunes, aux chômeurs de longue durée, aux familles mono parentales, aux immigrants et aux demandeurs d'asile. Les conclusions font une large place aux moyens de supprimer les obstacles à l'activité professionnelle et, en particulier, les effets dissuasifs sur la recherche d'emploi. Ce sont autant d'armes indispensables dans le combat contre l'exclusion. Les quelques SDF réguliers disposent donc de foyers où ils peuvent passer la nuit au chaud. Quelques, parce qu’il y en a pas vraiment légion, l’État-Providence finlandais ayant décidé de lutter contre l’exclusion en amont, de ne pas expulser de chez eux les citoyens ayant perdu leur emploi. En outre, en leur réglant leur loyer, leurs communications téléphoniques locales et leur carte de transport en commun, l’État finlandais donne toute possibilité de retrouver du travail à ces malchanceux. L’exclusion en Finlande c’est rarement: “je reste à la maison, touche l’argent de l’Etat et m’amuse avec les copains”, mais plutôt: “j’ai perdu mon travail, valeur essentielle dans la société et je m’enferme chez moi pour ne pas avoir à affronter le regard des autres...” L’exclusion existe donc bel et bien en Finlande. Pour une nation tenant à intégrer sa population l’exclusion est intolérable. Éventuellement du côté des chantiers navals, en dehors de toute zone touristique, encore 20' onClick="correctionSuggest('reponse','20',this);">faut-il vraiment vouloir y aller et il n’y a pas foule de SDF. La belle Helsinki dissimulerait-elle honteusement ses exclus, sous son blanc manteau de façades et la verdure de son esplanade et de ses parcs? Les parcs, justement: bien sûr en été on peut y trouver quelques égarés mais dès les premiers frimas où sont-ils allés? Dans un pays nordique qui, l’hiver, connaît des pointes de froid à - 20 ou - 30° consentir à laisser une partie de la population dans les rues s’apparenterait à un “crime contre l’humanité”.




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 shogun41 a écrit [27/02/2010 - 14h15 ]  
shogun41

pardon pour ma faute de syntaxe en fin de texte, ne pas en tenir compte




"la vie est éphémère! pourquoi la tourmenter?"


 cochise_fr a écrit [27/02/2010 - 15h42 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ne vous inquiétez pas des bugs d'orthographe.... c'est courant... depuis longtemps.

"...laisser une partie de la population dans les rues s'apparenterait à un "crime contre l'humanité"."
Qu'il fasse -30 ou pas c'est exactement ce que je pense.

Mais en dehors de garder les gens chez eux, de quoi vivent ceux qui ont perdu leur emploi.?... parce que payer les factures de loyer et de téléphone, c'est bien, mais il faut aussi manger un peu.





La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [28/02/2010 - 05h22 ]  
bougainvilliee

Très bien shogun41. Une bonne analyse et une bonne connaissance de la Finlande. Mais là aussi, cela ne concerne que les pays "dits" évolué, donc de ventre remplis. Combien de crimes "humain" dans les autres pays, les exploités par notre richesse ? Nous ne regardons le nombril, en pensant, avec nos lunettes de nantis, que le monde est à notre image. La misère qui est à nos portes et dont nous nous engraissons, nous rattrapera si nous laissons les exclus, les SDF du reste du monde dans leurs rues. La catastrophe de HAITI et la façon dont ce sont comportés les pays "riches" dans ce pays pauvre devrait nous faire réfléchir. 1.700 "sauveteurs" (pompiers, humanitaires, etc.) de toutes nationalités ( US, Canadiens, Français, Italiens, Espagnols, etc.) sont intervenus, auxquels ont a adjoint 14.000 Militaires USA. Même la France y a envoyé ses gendarmes (300). On s'interroge... Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


Répondre à sisiacdc






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.