Quelle est l'origine de la fête de Pâques ?



bourriquet
Cette question a été posée par Bourriquet, le 18/03/2008 à à 09h22.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Fêtes.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 alban-masse a écrit [18/03/2008 - 09h33 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
alban-masse

La fête de Pâques est une fête religieuse chrétienne. Elle témoigne de la renaissance résurrection, selon le terme exact ) du Christ après sa mise à mort par les juifs.




 GAM a écrit [19/03/2008 - 13h14 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
GAM

En fait je suis désolé de te contredire mais la fête de pâques est une fête juive qui existait bien avant la naissance du christ.




GAM


 lucius a écrit [13/02/2009 - 23h54 ]  
lucius

Lucius va pouvoir prendre des vacances;merci belpitoune!

fais quelques recherches sur les fetes paiennes en rapport avec le soleil,et tu finiras en beauté le post ci-dessus!

paques est une fete paienne en rapport avec le culte solaire,culte qu'ont menés beaucoup de peuples au travers le monde,et notament les egyptiens...et les juifs sont des egyptiens.(R&m sabbah" les secrets de l'exode",I.Finkelstein et N.Asher Silberman "la bible dévoilée")

Pendant que je te tiens belpitoune,tu connais un peu la Kabbale...?
On peut aller plus loin?




Gare au gorille !


 belpitoune a écrit [13/02/2009 - 23h58 ]  
belpitoune

La vérité sur les coutumes de Pâques Lourde est la pierre qui scelle le tombeau de Jésus, et les trois femmes qui marchent dans l%u2019obscurité du jour naissant ne savent pas comment elles vont la déplacer. Cependant, leur désir d%u2019accomplir une dernière tâche pour l%u2019amour de leur Maître disparu les contraint. Avec ou sans la pierre, elles enduiront tendrement d%u2019aromates ce corps qui, trois jours auparavant, a été si cruellement cloué au poteau. Le geste paraît petit, mais il révèle la profondeur de leur amour. Comme elles approchent du tombeau, l%u2019obstacle suscité par la pierre s%u2019impose à leurs esprits avec plus d%u2019acuité encore. Mais en arrivant, elles sont étonnées de voir que la pierre a été roulée et que le tombeau est vide! Un ange vêtu de blanc leur explique: %u201CNe soyez pas saisies de stupeur. Vous cherchez Jésus le Nazaréen, qui a été attaché sur un poteau. Il a été relevé, il n%u2019est pas ici.%u201D %u2014 Marc 16:1-6; Jean 20:1, 2. LA RÉSURRECTION de Jésus Christ est l%u2019un des fondements de la foi chrétienne. L%u2019apôtre Paul a déclaré: %u201CMais si Christ n%u2019a pas été relevé, assurément notre prédication est vaine et notre foi est vaine.%u201D (I Corinthiens 15:14). Par conséquent, ne semblerait-il pas logique que les chrétiens commémorent ce grand événement? %u2018Faites ceci en souvenir de moi%u2019 Le Vatican a proclamé: %u201CToutes les semaines, au jour qu%u2019elle a appelé le jour du Seigneur [dimanche], [l%u2019Église] garde le souvenir de Sa résurrection.%u201D Il ajoutait: %u201CDans la solennité suprême de Pâques elle célèbre également une commémoration annuelle de sa résurrection.%u201D %u2014 Les documents de Vatican II. Pourtant, nulle part dans la Bible il n%u2019est dit que les premiers chrétiens commémoraient chaque semaine, le dimanche, ou chaque année, à Pâques, la résurrection du Christ. Le soir qui précéda sa mort, Christ prescrivit une tout autre célébration. Il servit à ses disciples un simple repas de vin et de pain et leur commanda: %u201CContinuez à faire ceci en souvenir de moi.%u201D %u2014 Luc 22:19. Ainsi, c%u2019était la mort du Christ et non pas sa résurrection que Jésus voulait voir commémorer. Combien de fois cela devait-il avoir lieu? Jésus servit ce repas le soir même où les Juifs prenaient leur repas pascal pour célébrer, comme ils le faisaient tous les ans, le jour où le peuple d%u2019Israël avait été libéré d%u2019Égypte (Matthieu 26:19, 20, 26-28). De toute évidence, l%u2019intention de Jésus était de remplacer la Pâque juive par ce repas commémoratif qui devait être servi une fois l%u2019an. Ni Pâques, tel qu%u2019il se présente aujourd%u2019hui, ni aucune autre célébration n%u2019a été demandée par Christ. Socrate, historien ecclésiastique du Ve siècle, a écrit: %u201CLes apôtres ne songeaient pas à fixer des jours de fêtes, ils encourageaient plutôt à une vie pieuse et irréprochable.%u201D Pâques fait son apparition Jésus Christ aussi bien que l%u2019apôtre Paul avaient prédit que de faux enseignements s%u2019insinueraient dans le christianisme (Matthieu 13:24, 25, 36-40; II Timothée 4:3). Après la mort des apôtres, l%u2019idée prit racine selon laquelle il serait approprié d%u2019observer un jeûne (appelé plus tard carême), suivi d%u2019une fête, au moment de la Pâque. On ne sait ni comment ni pourquoi ces rites en vinrent à être considérés comme un moyen de commémorer la résurrection de Christ. Pâques et ses coutumes Ainsi, l%u2019origine de la fête de Pâques n%u2019est pas biblique. Par exemple, selon certains exégètes le mot anglais Easter correspondant à notre Pâques proviendrait de l%u2019anglo-saxon et se rapporterait au printemps. Les anciens pensaient qu%u2019à cette époque le soleil renaissait après la torpeur mortelle des mois d%u2019hiver. Notre mot Pâques, de même que l%u2019italien Pasqua, dérive de l%u2019hébreu ancien pèsaḥ, qui désigne l%u2019action de %u201Cpasser par-dessus%u201D. La chrétienté prétend que Pâques remplace cette fête juive. C%u2019est oublier que Jésus a remplacé la Pâque juive, non par la fête de Pâques que l%u2019on connaît dans la chrétienté, mais par son repas commémoratif. L%u2019historien Socrate conclut donc en disant: %u201CIl m%u2019apparaît que la fête de Pâques a été introduite dans l%u2019Église par quelque ancien usage, tout comme ont été établies bien d%u2019autres coutumes.%u201D La pléthore de traditions pascales vient, à n%u2019en pas douter, de %u201Cquelque ancien usage%u201D, celui des nations idolâtres! Le prêtre catholique Francis Weiser a reconnu: %u201CQuelques-unes des traditions populaires du Carême et de Pâques remontent à d%u2019anciens rites de la nature.%u201D À l%u2019origine, ces rites printaniers étaient destinés à %u201Cchasser les démons de l%u2019hiver%u201D. Cependant, l%u2019Église n%u2019a-t-elle pas extirpé un tel paganisme de ceux qu%u2019elle a convertis? Le livre Curiosité des coutumes populaires (angl.) explique: %u201CL%u2019Église primitive ne s%u2019est jamais écartée de la ligne de conduite qui consistait à donner un sens chrétien à toutes les cérémonies païennes que l%u2019on n%u2019avait pu éliminer. Dans le cas de Pâques, le passage de l%u2019un à l%u2019autre a été particulièrement aisé. La joie suscitée par la renaissance du soleil et l%u2019éveil de la nature au sortir de la mort hivernale est devenue la joie suscitée par la renaissance du Soleil de justice, Christ ressuscité d%u2019entre les morts.%u201D %u2018Charmant%u2019? Dans Le livre de Pâques, Francis Weiser justifie tout ceci en alléguant que l%u2019Église a %u2018élevé le symbolisme préchrétien de la nature au niveau d%u2019un sacramental chrétien%u2019. Les pratiques non chrétiennes, dit-il, %u201Cont ajouté une touche charmante à l%u2019époque [pascale] déjà riche de sens surnaturel%u201D. De l%u2019avis général, le spectacle d%u2019enfants se bousculant pour obtenir des %u0153ufs aux couleurs vives peut sembler %u2018charmant%u2019. Il en va de même pour de nombreuses coutumes de Pâques. Cependant, peut-on prétendre qu%u2019elles sont un simple amusement inoffensif? Le propriétaire d%u2019un petit restaurant grec raconte: %u201CJe sais que l%u2019%u0153uf, c%u2019est stupide, et le lapin aussi, et ce jeûne de 40 jours avant Pâques, encore plus. Mais cela ajoute un peu de piment à notre vie.%u201D C%u2019est peut-être le cas. Les vrais chrétiens, toutefois, se soucient de ce que la Bible déclare: %u201CEn effet, quels rapports y a-t-il entre la justice et le mépris de la loi? Ou quelle association y a-t-il entre la lumière et les ténèbres? (...) %u2018%u201CC%u2019est pourquoi sortez du milieu d%u2019eux, et séparez-vous%u201D, dit Jéhovah, %u201Cet ne touchez plus à la chose impure.%u201D%u2019%u201D (II Corinthiens 6:14-17). Nul doute que ces paroles s%u2019appliquent aux coutumes qui tirent leur origine des pratiques de la fausse religion ou leur ressemblent manifestement. Le clergé, il est vrai, prétend que de telles pratiques deviennent acceptables à partir du moment où elles sont introduites dans l%u2019Église. Pourtant, c%u2019est cette façon de raisonner qui autrefois a failli causer la perte des Israélites! Ils violèrent le commandement de Dieu en se faisant un veau d%u2019or (Exode 20:4), lequel était sans doute modelé sur ceux qu%u2019ils avaient vus en Égypte. Puis ils associèrent l%u2019idole à un rite qu%u2019ils appelèrent %u201Cune fête pour Jéhovah%u201D. Mais Jéhovah pensa-t-il que cela ajoutait du %u2018charme%u2019 à son culte? Bien au contraire! Seule l%u2019intervention de Moïse sauva les Israélites de l%u2019extermination. %u2014 Exode 32:1-5, 9-14. Les coutumes de Pâques telles que les %u0153ufs, les lapins et les feux de joie ne sont donc pas rendues pures par le fait que des chrétiens les observent. Bien plutôt, elles souillent toute personne qui s%u2019y attache. %u2014 Voir Aggée 2:12, 13. Une observation intéressante a été faite sur ce sujet dans une publication australienne, Le bulletin: %u201CLes Témoins de Jéhovah rejettent Pâques comme étant un amalgame de rites chrétiens et païens.%u201D Oui, ils refusent toute participation à des rites idolâtriques; ce qui ne les empêche pas de rendre au Christ ressuscité tout l%u2019honneur qui lui est dû. L%u2019article poursuivait: %u201CLes Témoins se rassemblent (...) [une fois par an] pour commémorer la mort du Christ.%u201D Ceci se fait de la manière prescrite par le Christ, en servant du pain sans levain et du vin. Maintenant, que doit-on faire lorsqu%u2019on connaît la vérité sur Pâques? Ne doit-on pas agir en fonction de ce que l%u2019on sait? [Note] D%u2019après Bède le Vénérable, exégète catholique du VIIIe siècle, le mot anglais Easter dériverait du nom d%u2019une déesse anglo-saxonne du printemps, %u201CEostre%u201D. Et dans son livre Les Deux Babylones, Alexandre Hislop établit un rapport entre Easter et la déesse babylonienne Astarté. [Entrefilet, page 6] C%u2019est aux adorateurs du soleil que l%u2019on doit les offices religieux tenus le jour de Pâques, au lever du soleil. [Encadré, page 7] Pratiques païennes qui ont été %u201Crendues chrétiennes%u201D Les %u0153ufs de Pâques: Comme il était autrefois interdit de manger des %u0153ufs pendant le carême, %u201Cles %u0153ufs décorés, déclare l%u2019Encyclopédie américaine, pouvaient symboliser la fin de cette période de pénitence et le début d%u2019une joyeuse célébration%u201D. Cependant, les ouvrages de référence sur la question accordent que l%u2019%u0153uf était un symbole de vie et de fécondité chez les idolâtres. D%u2019après le livre Célébrations (angl.), %u201Con disait que les %u0153ufs étaient teints et mangés lors des fêtes printanières qui se tenaient dans l%u2019Égypte ancienne, en Perse, en Grèce et à Rome. Les Perses de cette époque offraient des %u0153ufs à l%u2019équinoxe de printemps%u201D. Les lièvres et les lapins de Pâques: En Europe, le lièvre est depuis longtemps un symbole traditionnel de Pâques. (En Amérique du Nord, c%u2019est le lapin, un proche parent du lièvre.) Pourtant la Nouvelle encyclopédie britannique explique que le lièvre était %u201Cun symbole de fécondité dans l%u2019Égypte ancienne%u201D. Ainsi, lorsque les enfants cherchent les %u0153ufs de Pâques, qui sont censés avoir été apportés par le lapin de Pâques, %u201Cil ne s%u2019agit pas d%u2019objets destinés à amuser les enfants, mais de vestiges d%u2019un rite de la fécondité%u201D. %u2014 Dictionnaire classique du folklore, de la mythologie et des légendes (1949) (angl.), de Funk & Wagnalls, tome I, page 335. Les offices religieux tenus au lever du soleil: Un ouvrage sur les fêtes religieuses indique qu%u2019%u201Cune croyance répandue chez les premiers chrétiens était qu%u2019au matin de Pâques le soleil dansait en l%u2019honneur de la Résurrection et les gens se levaient bien avant le soleil pour admirer le spectacle. C%u2019est peut-être de cette ancienne croyance que s%u2019inspirent les nombreux offices tenus au lever du soleil le matin de Pâques dans toutes les régions des États-Unis et d%u2019Europe%u201D. %u2014 The Book of Festivals and Holidays the World Over. Cependant, Curiosités des coutumes populaires (angl.) de Walsh nous dit: %u201CIl est aisé de voir que cette idée du soleil dansant le jour de Pâques trouve son origine dans des coutumes païennes. Les spectateurs eux-mêmes dansaient alors au cours d%u2019une fête en l%u2019honneur du soleil, après l%u2019équinoxe de printemps.%u201D Le livre Célébrations ajoute: %u201CLes offices tenus au lever du soleil ne sont pas sans rapport avec les feux de Pâques que l%u2019on allume sur le sommet des collines et qui font suite aux feux du nouvel an. Cette coutume avait cours dans tout le monde antique. Lors de l%u2019équinoxe de printemps, des rites étaient observés pour accueillir le soleil et son magnifique pouvoir de donner un souffle nouveau à toute chose vivante.%u201D Les rites de l%u2019eau: Très répandue est la croyance selon laquelle l%u2019eau qui coule des robinets le matin de Pâques est particulièrement bénie. Toutefois, l%u2019Encyclopédie de la religion et de l%u2019éthique (angl.), de Hastings, nous rappelle: %u201CÉtant donné que l%u2019eau joue un rôle essentiel dans la préservation de la vie et l%u2019abondance des récoltes, elle occupe par nature une place remarquable dans les cérémonies où sont invoqués les dieux de la pluie et dans les autres rites saisonniers propres aux peuplades primitives.%u201D La bénédiction du feu nouveau: Il s%u2019agit d%u2019un rite catholique préparatoire à la vigile de Pâques. On allume un feu à partir d%u2019une roche de silex. L%u2019Encyclopédie de la religion et de l%u2019éthique de Hastings nous dit à ce sujet: %u201CLe feu nouveau est probablement issu d%u2019une coutume païenne que les chrétiens ont adoptée en lui conférant un symbolisme évangélique.%u201D [Encadré, page 8] Bizarreries de Pâques Le jambon de Pâques: Pour beaucoup de catholiques, surtout dans les pays anglo-saxons, manger du jambon à Pâques est une coutume de longue date. Pourtant, il s%u2019agit là d%u2019une relique de la bigoterie anglaise. L%u2019Almanach des fêtes (angl.) précise que les Anglais avaient l%u2019habitude %u201Cde manger du lard en ce jour afin de montrer leur mépris pour la coutume des Juifs qui interdisait de manger du porc%u201D. Si l%u2019on en croit le livre Célébrations (angl.), Guillaume le Conquérant adapta la coutume à son goût en remplaçant le lard par du jambon. Pâques en Amérique: Étant donné que pendant longtemps c%u2019est la morale puritaine qui a dominé la scène religieuse en Amérique %u2014 et les puritains méprisaient le rituel %u2014 Pâques a d%u2019abord été un événement de moindre importance. Il semble toutefois que la fête soit devenue populaire pendant la guerre de Sécession. Ce conflit fit tant de victimes que l%u2019on décida de promouvoir la fête de Pâques dans l%u2019espoir d%u2019apporter un peu de consolation aux familles des disparus. Les feux de joie: Francis Weiser déclare qu%u2019au début ces feux de joie étaient interdits par l%u2019Église en raison de leur symbolisme païen (synode de Mayence, 742). Cependant, %u201Csaint%u201D Patrick en introduisit la pratique en Irlande %u201Cpour remplacer les feux printaniers inspirés du druidisme païen par un feu chrétien qui symboliserait le Fils de Dieu (...). Cette coutume, d%u2019abord tolérée, devint par la suite si populaire que les papes l%u2019incorporèrent à la liturgie de l%u2019Église d%u2019Occident vers la fin du IXe siècle%u201D. %u2014 Le livre de Pâques (angl.), de Francis Weiser. Pâques au Japon: Une catholique a demandé à une religieuse japonaise pourquoi, dans son pays, les lapins ne sont pas associés aux festivités de Pâques (appelé %u201CFukkatsu-saï%u201D ou fête de la résurrection). Celle-ci a répliqué: %u201CQue représentent ces lapins? Ont-ils une signification particulière à l%u2019époque de Pâques?%u201D Un ancien catholique déclare: %u2018Au Japon, Pâques était un événement un peu plus sérieux que dans les pays occidentaux. Après la messe, nous recevions des %u0153ufs de couleur, mais on ne nous en disait pas le sens. À l%u2019église, les croix et les statues étaient drapées de pourpre pendant le carême; et, le jour de Pâques, on ôtait cette parure pour symboliser la joie de la résurrection.%u2019
Le nom divin prononcé en Israël

DEPUIS des siècles, le judaïsme traditionnel interdit strictement à ses fidèles de prononcer le nom divin, Jéhovah. Selon la Mishna, quiconque prononce le nom de Dieu n%u2019aura %u201C pas part au monde futur %u201D. %u2014 Sanhédrin X, 1.

Le 30 janvier 1995, l%u2019ancien grand rabbin séfarade d%u2019Israël a pourtant prononcé délibérément le nom divin. Il l%u2019a fait en récitant un tikkun, une prière kabbalistique de réparation. Cette prière est dite afin que Dieu restitue à l%u2019univers une certaine harmonie qui, selon les fidèles, a été perturbée par les forces du mal. Dans son édition du 6 février 1995, le journal Yedioth Aharonoth déclarait : %u201C C%u2019est une liturgie d%u2019une puissance tellement incroyable que son énoncé ne figure que dans un livret spécial qui n%u2019est pas vendu au public. %u201D Invoquer le nom de Dieu dans ce contexte est censé conférer à la requête une force particulière.

Observons que la Bible enjoint aux serviteurs de Dieu d%u2019utiliser le nom divin, Jéhovah (Exode 3:15 ; Proverbes 18:10 ; Isaïe 12:4 ; Tsephania 3:9). Ce nom apparaît près de 7 000 fois dans le texte hébreu original. Toutefois, la Bible recommande expressément de ne pas faire un mauvais usage du nom de Dieu. Le troisième des Dix Commandements déclare en effet : %u201C Tu ne dois pas prendre le nom de Jéhovah ton Dieu de manière indigne, car Jéhovah ne laissera pas impuni celui qui prendra son nom de manière indigne. %u201D (Exode 20:7). Comment pourrait-on prendre le nom de Dieu d%u2019une manière indigne ? Un commentaire publié par une société d%u2019édition juive (The Jewish Publication Society) explique que le terme hébreu traduit par l%u2019expression %u201C d%u2019une manière indigne %u201D peut désigner non seulement un %u201C emploi frivole %u201D du nom divin, mais également %u201C la récitation d%u2019une bénédiction superflue %u201D.

Dès lors, comment devrions-nous considérer le tikkun, cette prière kabbalistique de réparation ? Quelle est son origine ? La kabbale, forme mystique du judaïsme, a commencé à être en vogue aux XIIe et XIIIe siècles de notre ère. Au XVIe siècle, le rabbin Isaac Luria a introduit les tikkunim dans la liturgie kabbalistique. Le nom de Dieu a alors été employé comme incantation mystique dotée de pouvoirs particuliers et il est devenu partie intégrante du rite kabbalistique. Pensez-vous que ce soit une façon convenable d%u2019utiliser le nom de Dieu ? %u2014 Deutéronome 18:10-12.

Quelle que soit votre réponse, vous conviendrez que c%u2019était un événement d%u2019entendre prononcer publiquement le nom de Dieu dans l%u2019Israël d%u2019aujourd%u2019hui. Pourtant, Dieu lui-même a annoncé : %u201C Oui, vous direz en ce jour-là : %u2018 Rendez grâces à Jéhovah. Invoquez son nom. Faites connaître parmi les peuples ses manières d%u2019agir. Mentionnez que son nom est élevé. Exécutez des mélodies pour Jéhovah, car il a agi d%u2019une manière incomparable. Cela, on le fait connaître dans toute la terre. %u2019 %u201D %u2014 Isaïe 12:4, 5............ces tu assez rapide??




 lucius a écrit [14/02/2009 - 00h05 ]  
lucius

Arretes les copiés-collés,cela devient inlisable.
Quant à l'invocation du nom de Dieu....La kaballe,c'est bien autre chose et je vois à te lire que tu ne connais pas,tu es plein d'interdit face au vrai message....Bye!
A lire :"Le symbolisme du corps humain" de A.Desouzenelle.




Gare au gorille !


 belpitoune a écrit [14/02/2009 - 00h08 ]  
belpitoune

ces la recherche que j'avais trouvé et le copier collé n'a pas fontionné a cause des chiffres....ces vrai que je ne connais pas ca mais je croit pas être moin intelligente pour ca! a bientôt ;-)




 belpitoune a écrit [14/02/2009 - 00h21 ]  
belpitoune

Une nouveauté? L’idée d’un code dissimulé dans la Bible n’est pas nouvelle. Elle occupe une place essentielle dans la kabbale, la littérature mystique juive traditionnelle. Pour les kabbalistes, le sens littéral du texte biblique n’est pas son sens véritable: Dieu s’est servi des lettres de la Bible hébraïque comme de symboles qui, bien compris, révèlent une vérité supérieure; il a placé chaque lettre avec une intention précise. Jeffrey Satinover, un chercheur qui s’intéresse au code de la Bible, explique que ces mystiques juifs attribuent un immense pouvoir aux lettres constituant le récit de la création. “ Pour résumer, écrit-il, la Genèse n’est pas simplement une description; c’est l’instrument même de l’acte créateur, un plan sorti de l’esprit de Dieu et manifesté sous une forme physique. ” Au XIIIe siècle, Bahya ben Asher, un rabbin kabbaliste de Saragosse (Espagne), affirma que des informations cachées lui avaient été révélées lorsqu’il avait parcouru une portion de la Genèse en ne lisant que lettre sur 42. Cette méthode consistant à sauter d’une lettre à l’autre selon un intervalle donné dans le but de découvrir des messages cachés est à l’origine des spéculations modernes sur le code de la Bible.




Répondre à Bourriquet






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.