Quelle serait votre attitude si demain votre enfant était un assassin?



betina
Cette question a été posée par betina, le 27/11/2009 à à 00h46.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Famille enfants.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 bolo a écrit [27/11/2009 - 01h06 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bolo

bonjour si ce là m'arriverais demain je serais très responsable de son acte premièrement soit je l'ai mal éduquer ou c'est moi qui est mal educer les deux cas je n ai pas réussi moi,mon enfant et je finirais ma vie tête baissé




bolo


 cochise_fr a écrit [27/11/2009 - 01h33 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Je pense que je finirais ma vie en prison pour meurtre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 valou57 a écrit [27/11/2009 - 08h46 ]  
valou57

Bonjour! Comment savoir? D'ailleurs, je préfère ne pas savoir!




" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme " Rabelais


 eretria a écrit [27/11/2009 - 09h38 ]  
eretria

:-o Pour moi ça dépend de qui il serait le meurtrier!!! si c'est un "salopard" du genre pédophile, violeur, etc.. et qu'il aurait voulu défendre quelqu'un qu'il aimait, alors je crois que je lui serait reconnaissante d'avoir éliminé une "vermine" pour ne pas employer de vulgarités. Ceci dit je serais particulièrement triste de le savoir en prison pour ça quand même ! Par contre si c'était l'inverse qu'il aurait ôté la vie de quelqu'un pour rien alors ma réaction serait toute différente bien sûr, mais il resterait mon enfant malgré tout et je ne pourrais sans aucun doute le laisser tomber, car à mon avis ce serait un moment très douloureux pour lui (si c'est un homicide involontaire bien sur et c'est bien là qu'il aurait le plus besoin de moi je pense et par contre il est clair que je ne baisserais pas la tête, au contraire je ferais tout pour que son geste ne soit pas vu comme un acte odieux et je chercherais à minimiser son geste auprès des autres . C'est ça l'amour d'une mère même si ça ne doit pas être facile, laisser tomber son enfant dans un tel moment c'est inadmissible pour moi . ;-(




J'ai perdu m'quinzaine..!


 domie a écrit [27/11/2009 - 10h29 ]  
domie

C'est dure d'imaginer le pire, mais je pense que j'aime tellement mon fils, que je resterai toujours à ses côtés, et je prendrai toute la peine sur mes épaules, c'est dans mes gênes, je ne pourrai pas vivre sans le voir ni lui parler, mais il m'entendrai lui faire une morale comme jamais...




bonjour à tous les Web librers


 petronille a écrit [27/11/2009 - 14h10 ]  
petronille

bonne question chere betina. que puis répondre a votre question j'en suis incapable. un tel fait doit être dur a surmonter. mais tant que cela ne vous arrive pas il est dificil de donner son avis..




Le silence est le plus grand des mépris


 ftm_bi_végét a écrit [30/11/2009 - 03h52 ]  
ftm_bi_végét

Re-re-bonjour betina,
ah -soupir-.
Question fichtrement intéressante que tu poses là.

Outre le fait que je sois stérile (des miracles arrivent donc qui sair lol),
admettons, demain, j'ai la capacité de procréer, (tout d'un coup, je ne sais pas pourquoi mais ma capacité d'imagination reste très restreinte), j'ai donc 'crée' un enfant ou une enfante.
Et quand bien même serait un-e assassin-e, ça ne change rien à ce que je ressentirais parce que contre touttes le bien pensé répandu, les sentiments ne se pensent pas donc il n'y a aucune influence entre la raison et le ressenti.
Cela ne veut pas dire que je serais d'accord ou que je cautionne un acte tel que le crime ce que ça veut dire c'est que malgré la potentielle culpabilité qu'un parent puisse ressentir face à cet acte perpétré par son enfant, son enfante, les liens biologiques restent là. Mais bien évidemment, au delà des liens biologiques, si affection il y a, je ne vois pas pourquoi tout-d'un-coup, du jour au lendemain, comme par magie, elle se verrait s'amenuire.
Même si la personne a 'honte' de ce qu'à fait un proche, on ne pourra jamais lui reprocher parce qu'elle n'est pas responsable des actes des autres, même s'il s'agit de sa 'progéniture'.

Il y a définitivement un impact de la morale dans ta question en effet. C'est délicat.




 poètogrankeur a écrit [03/12/2009 - 19h12 ]  
poètogrankeur

Effectivement, la question est délicate. C'est un sujet que je qualifie de brûlant. J'ai 3 enfants qui sont en âge de commettre un tel acte. Je ne pourrais jamais les repousser. Ils sont mes enfants et passent avant TOUT ! Et donc, je les soutiendrai toujours et en toutes circonstances. Quand aux conditions qui les pousseraient à tuer, peut m'importe. Je suis là pour les écouter et essayer de les comprendre. Ils n'ont pas demandé à venir au monde. A moi d'assumer ! Et la honte, je me la mettrais dans la poche, et le mouchoir par- dessus ! Et j'assumerais !!!




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


 ftm_bi_végét a écrit [16/12/2009 - 17h34 ]  
ftm_bi_végét

Bonjour poètogrankeur,
si vous me le permettez, j'aimerais donner mon (modeste) avis sur ce que vous avez noté ci-dessus.
Je ne pense pas qu'il faille soutenir ces enfant-e-s au point d'être totalement indifférent-e aux motivations ou aux raisons qui ont poussé notre enfant-e à tuer qqn-e. Je songe en particulier au crime de haine et si jamais j'avais un-e enfant-e et que celui ou celle-ci tue qqn-e parce qu'il ou elle (l'enfant-e) manque de tolérance, d'ouverture d'esprit et de libre arbitre alors en ce cas, je ne pourrais pas soutenir mon enfant-e. Il resterait mon enfant-e certes mais je ne serais jamais derrière lui ou elle pour le ou la soutenir, comme je le dis précédemment.

Ensuite je ne suis pas d'accord non plus quand vous dîtes que les parent-e-s ont à asumer les agissements de leurs enfant-e-s : bien au contraire, les personnes étant des individu-e-s, chacun-e est responsable de ses actes et donc si culpabilité et honte il y a ce ne sera que sur la personne qui a fait les actes qu'elles devront être placées. Nul-le ne pourrait avoir le droit de 'juger' (dans le sens justice) une personne pour les exactions de son frère, de sa soeur, de sa mère etc. Vous êtes responsable du fait d'avoir mis au monde cet-te enfant-e mais en aucun cas o pourra vous imputer la responsabilité de leurs actes (si celui ou celle-ci est majeur-e, toutefois) donc d'un point-de-vue judiciaire, chacun-e a l'entière responsabilité de ses actions et de ses exactions à partir du moment où la majorité est atteinte (qui est fixée à 18 ans en France).

Par contre, pour la honte, je pense que c'est une affaire personnelle en effet : la fierté et la honte se placent là où on peut et veut bien la mettre...

CDT.




 poètogrankeur a écrit [16/12/2009 - 22h07 ]  
poètogrankeur

Si l'un de mes enfants tuait quelqu'un et surtout par haine, la première question qui me viendrait à l'esprit serait : "Qu'est-ce que je n'ai pas fait dans son éducation qui a pu le conduire au meurtre ?" Et c'est ça que j'ai voulu dire.




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


 ftm_bi_végét a écrit [17/12/2009 - 12h23 ]  
ftm_bi_végét

Bonjour poètogrankeur,
ah oui, je me doutais qu'il y avait l'argument de l'éducaton et donc du lien entre éducation et l'acte de l'enfant-e.
Vous partez donc du principe que vous êtes reponsable oou en tout cas avez joué un rôle dans l'éducation de cet-te enfant-e et donc si cette personne a tué par haine alors vous vous considérez comme partiellement responsable de son exaction. Je comprends bien mais en tout cas, ça ne change rien au fait que chacun-e soit responsable de ses propres actions et exactions et que nul-le autre personne n'en est responsable, du moins, au regard de la loi...
Encore une fois, comme je l'ai dit précédemment dans le préalable post, la question de la fierté ou de la honte face à 'ses' enfant-e-s ou à 'ses' parent-e-s n'est que facultative et 'secondaire'.

CDT.

PS : Merci pour la petite discussion...




 poètogrankeur a écrit [17/12/2009 - 16h20 ]  
poètogrankeur

Bonjour, Il me vient une autre question : Est-ce que la société ne rejetterais pas la faute sur moi en disant que j'ai mal éduqué mon enfant ? En fait, c'est dur à imaginer vraiment !!! Je dis tout ça alors que je ne suis pas dans la situation. Peut-on savoir ce qui se passerait dans tel ou tel cas tant que l'on n'est pas confronté à un problème ? Je ne le pense pas. Certes, nous avons tous plus ou moins une idée sur les sujets de société ; mais quand on est au pied du mur je pense qu'il en est tout autre. Je navigue entre les différents sujets ; alors à tout à l'heure peut-être. Amicalement. Poètogrankeur




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


 ftm_bi_végét a écrit [18/12/2009 - 18h06 ]  
ftm_bi_végét

Bonsoir poètigrankeur

pas la société mais certain-e-s idiot-e-s, oui.

C'est-à-dire un petit échantillon de la population sociétale.

Idiot-e parce que si tel est le cas (= c'est-à-dire si on rejette la faute sur vous) c'est injuste puisque chacun-e est responsable de ses actes et uniquement de ses actes donc nul-le ne pourrait reprocher les agissements de qqn-e d'autre à qqn-e.

Amicalement, ftm_bi_végét.




 poètogrankeur a écrit [18/12/2009 - 18h11 ]  
poètogrankeur

Eh oui ça devrait être ainsi ; mais le monde est injuste. En tout cas maintenant j'ai arrêté de culpabiliser et je vis !!! pleinement !!! Je vais voir les autres réponses et je file. A ce soir très tard dans la nuit ! Poètogrankeur




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


 ftm_bi_végét a écrit [21/12/2009 - 23h02 ]  
ftm_bi_végét

Ah bon?

Pensez-vous que je sois injste aussi?

En quelle mesure?

Comment ça?

Pourriez-vous (m')expliquer?

J'ai hâte de vous lire...

Je me permets de vous conseiller de faire le plus exhaustif possible afin que je comprennes bien...

Recevez mes remerciements anticipés.

Agréable sera votre soirée, je vous le souhaite en tout cas,
CDT.




 poètogrankeur a écrit [21/12/2009 - 23h56 ]  
poètogrankeur

Je ne me permettrais jamais de vous dire ni même de penser une telle chose. Vous m'êtes très sympathique et je ne voudrais en aucun cas vous blesser. Je l'ai trop été dans ma vie, là si tel était ce cas je me sentirais injuste. Je voulais simplement dire que je me sentirais en partie responsable si l'un de mes enfants commettait un tel acte. Je sais, il y a en moi de temps à autre de la culpabilité ce qui n'est pas bon moralement mais personne n'est parfait. Bien amicalement. Votre petite artiste




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


 ftm_bi_végét a écrit [22/12/2009 - 13h52 ]  
ftm_bi_végét

Bonjour poètogrankeur,
merci beaucoup pour votre gentillesse parce que je sais que c'est très rare et ici aussi c'est assez peu répandu.
vous savez vous auriez le droit de vous faire une opinion de ma personne d'après ce que j'écis ici et là -il y en a qui ne s'embarrassent pas à véritablement connaître la personne pour s'en faire une opinion erronnée...-. Mais je suis rassuré de constater qu'il est des personnes ayant une approche semblable à la mienne ici, sur ce site.
Remarquez que je suis désolé d'apprendre d'après la lecture de votre dernier post que vous avez été maintes fois blessée dans votre vie...
Il n'empêche sincèrement où est-ce que je suis injuste puisque vous dîtes que tout le monde est injuste et donc je me demande sincèrement où est-ce que je serais injuste... Ce n'est pas juste une question rhétorique.
Oui j'avais bien compris que vous vous imputiez une partie de la faute alors qu'il s'agissait dans le contexte posée par la question d'une faute commise par un-e de vos enfant-e-s (si enfant-e vous avez et à défaut en imaginant ce rapport). Vous savez, cette question même si elle paraît innocente touche un débat très sensible qui est la morale.
Ma position cela dit reste inchangée et pour la résumer ici je dirais alors :
je n'ai pas d'enfant-e et ne pourrai en 'avoir' mais j'imagine cette situation dans laquelle la question me plonge et je réponds sincèrement que si en tant que parent je fais de mon mieux mais que l'enfant-e décide de s'émanciper de tout ce que je lui apprends, aussi bien le 'mauvais' que le 'bon' alors en ce cas, ce ne serait plus mon souci, mon problème. Vient ensuite sans doute l'âge de l'enfant-e, en tout cas d'un point-de-vue législatif (il me semble me rappeller qu'au regard de la loi tant que l'enfant-e n'est pas majeur-e ce sont les parent-e-s ou/et ou les tuteur-e-s qui sont tenu-e-s comme responsables des fautes et exactions commises par l'enfant-e; peut-être parce qu'étant sous la tutelle et la férule d'un-e adulte plus ou moins 'bon', l'enfant-e aura disons une espèce d'exemple ou de contre-exemple à suivreou à ne pas suivre et donc l'adulte a une certaine responsabilité à l'égard de l'éducation qu'il ou elle prodigue à l'enfant-e : il y a une certaine redevabilité sociétale. Mais outre ce fait je pense qu'il faut analyser au cas par cas... Peut-être que la personne qui a posé la question devrait être plus précise dans son énoncé : dans quelles circonstances a été commis l'assassinat dont il est question? Et je pense qu'au dépend de la sensibilité ou peut-être de la conception de la moralité de chacun-e, les réponses vont varier... De mon côté je ne pourrai accepter que mon enfant-e soit assassin-e dans le cadre d'un crime de haine mais le lien filial restera inchangé. C'est plutôt en fait de pardon, après avoir été déçu par un acte de cet-te enfant-e je pense (de mon côté). [...]
Je pense que c'est grosso modo ce que j'avais dit auparavant. J'ai peut-être dévelloppé un petit peu plus tel ou tel point.

Et oui en effet personne n'est parfait-e.

Passez une agréable journée,
à une prochaine fois.

CDT.




 poètogrankeur a écrit [22/12/2009 - 16h52 ]  
poètogrankeur

Bonjour tutti, Je vous dois une explication ; jamais je ne mettrai tout le monde dans le même sac. Je sais simplement que certaines personnes méchantes m'ont rendues responsable de ce qu'avait fait mon fils aîné ; avant il volait. Mes 3 enfants ont été placés par décision judiciaire ; combien de fois la justice m'a rendue responsable et a fait retomber la totale responsabilité sur mes épaules, je ne puis vous le dire. Maintenant, je vis et commence à penser à moi-même (ce n'est pas trop tôt !) et je me dis que je ne pourrai refaire le monde. Le jugement gratuit et délibérément accusateur fait partie du monde !!! Alors maintenant, que chacun agisse à sa guise. J'ai choisi de faire le bien même si on me fait du mal !!! Alors, vous comprenez mieux pourquoi il m'arrive encore de culpabiliser. On ne tire pas d'un trait les situations qui nous ont fait souffrir au point que maintes fois j'ai voulu mettre fin à mes jours, et ceci à cause des services sociaux, tribunaux, police et même les médecins. Il est si facile de juger !!!! J'en ai tiré mon parti et maintenant, je vais me répéter, JE VIS !!! J'en reviens à la question, voler est un acte moins grave que de tuer mais ça l'est tout de même. On a tenté et réussit à me faire culpabiliser. C'est pourri !!! Mais c'est la vie ! A moi de m'adapter et je pense que depuis août 2008 j'y parviens ; en fait mes faiblesses du passé sont mes forces d'aujourd'hui. Bises amicales. Votre poète




Il n'y a rien de plus beau qu'une clef, tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre.


Répondre à betina






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Enfant tyran : c'est quoi au juste ?




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.