Est-ce que sciences po est (devenu) trop élitiste ?



nomau
Cette question a été posée par Nomau, le 22/08/2009 à à 14h39.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Enseignement supérieur.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Nomau a écrit [22/08/2009 - 14h39 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Nomau

êtes-vous de cet avis ?




"le vase donne une forme au vide, et la musique au silence..."


 entropie a écrit [22/08/2009 - 21h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
entropie

pour faire science po, il faut faire une prepa, passer le concours , avoir le fric en rapport ce qui n est pas donne a tout le monde. l élitisme ,si t es intello ça va mais si tu as les moyens financiers c est encore mieux




 Darkauss a écrit [22/08/2009 - 23h28 ]  
Darkauss

Reprenons : pour faire Science Po, tu peux passer le concours directement à la fin de la Terminale, voire même l'avoir sur dossier selon tes notes au bac, ce qui ne coûte quasiment rien. Mais c'est très très difficile. Deuxième option : faire un an de prépa littéraire, ce qui est possible dans un lycée public, ce qui ne coûte toujours pas plus cher que le lycée ! Certes les concours sont cher pour ce que c'est, mais pas si cher dans l'absolu. Et enfin, n'importe quel banque fournira un prêt étudiant à quiconque accède à Science Po pour payer les études, l'appart', et tout ce qui va avec : les banques savent très bien qu'une fois le diplôme en poche, la carrière qui suit est très bien tracée et le remboursement du prêt est garanti. Donc au niveau financier, l'élitisme n'est absolument pas de rigueur.
Au niveau élitisme intellectuel, Science Po Paris n'est évidemment pas accessible pour tout le monde : en plus d'un travail très soutenu pour les concours, il faut de toutes façons des facilités et une intelligence minimum. Mais là encore, d'autres écoles de sciences politiques, moins reconnues, sont accessibles pour d'autres, et permettent à des "non-élite" d'accéder à cette formation.




 cochise_fr a écrit [23/08/2009 - 19h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce n'est certainement pas de l'élitisme. Ces gens sont très loin d'être les élites de la nations.... même si parfois l'un d'eux se révèle exceptionnel.

Il ne faut pas confondre la ségrégation de classe sociale et l'élitisme. Ce n'est pas parce que les gens sont riches ou aisés qu'ils en acquièrent automatiquement une quelconque valeur..... et à mon avis, ce serait même plutôt le contraire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 entropie a écrit [23/08/2009 - 23h15 ]  
entropie

c'est ça oui ,quant il faut passer un concours ce n est pas de l'élitisme. que le meilleur gagne!quand on n est enfant d'une vip ou d un général il n'y apas de passe droit? la ségrégation de la classe sociale ;elle est la. on ne devient pas forcement le meilleur par ses capacités mais surtout par ce que papa a du fric




 Darkauss a écrit [23/08/2009 - 23h39 ]  
Darkauss

Faudra m'expliquer en quoi avoir de l'argent te rend "meilleur" ! Et tu m'expliqueras également comment, dans un concours avec des copies anonymes, tu peux avoir un passe-droit parce que tu es "fils de". Les "fils de" que tu vois dans les très grandes écoles le sont parce qu'ils ont été élevés dans le culte de la performance, et sont donc là grâce à leurs capacités et leur travail. Mais justement, l'avantage du concours est que chacun à la même chance de réussir, quelque soit ton nom ou ton compte en banque.
Et je ne suis pas totalement d'accord avec chochise fr, ces gens ne sont pas "très loin d'être les élites de la nation". Ils ne sont pas les seuls, ils ne sont pas forcément non plus les plus intelligents, mais ils le sont quand même énormément ! J'ai connu des gens avec de grandes capacités qui ont été refusés à Science Po (Paris), je suis sur que ceux qui y sont l'ont vraiment mérité et font parti de l'élite de la nation (peut-être pas tous, mais en grande quantité).




 Carcarax a écrit [24/08/2009 - 01h13 ]  
Carcarax

- Bah, l'argent, même s'il n'est pas primordial aide à la scolarité, on ne peut pas le nier. Il suffit d'ailleurs de lire les étude sociologiques pour s'en rendre compte, les fils de cadre deviennent souvent cadre et les fils d'ouvriers restent souvent ouvriers... L'argent aide d'une part par le confort qu'il apporte, d'autre part, les enfants de familles aisés n'ont pas à travailler pour financer leur étude ce qui leur laissent plus de temps pour travailler. Faite science po en vous tapant en plus votre boulot a Mac Donald et on en reparle... De plus, les enfants de riche, ont bien souvent suivis leur scolarité dans d'excellents établissements avec des professeurs émérites ayant le temps pour chacun au contraire des enfants issus de l'enseignement d'état ayant subit prof et classes surchargés. L'argent apporte si nécessaire, le soutien scolaire et autre stage de perfectionnement, il ouvre également les portes de la haute culture... Les exemples sont multiples on ne peut nier que l'argent est un plus dans une scolarité. Il est toutefois vrai que l'entrée a science po est faite sur concours ce qui laisse une chance a tous mais comme dit plus haut les enfants des familles aisés sont tous de même avantagés par leur milieu d'origine. Darkauss à raison également de souligner le culte de la performance très ancré dans la haute bourgeoisie mais religion sans moyens n'est que vent.... Pour ce qui est de l'élite, je dirais fatalement qu'il ne faut pas être tout a fait abruti pour faire science po, toutefois réussir ce type d'études signale souvent plus une meilleures stratégie d'apprentissage qu'un Qi phénoménal.
Des très grands hommes sont sortis de science po mais aussi pas mal de nullités totales si l'on en juge par le résultat de leurs actions.... Regardez le cursus de pas mal de génies ayant révolutionné un domaine et vous vous rendrez compte avec effarement qu'ils étaient des cancres sûrement car le système scolaire n'est pas calibré pour recevoir des gens de leur classe intellectuelle.




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 cochise_fr a écrit [24/08/2009 - 11h02 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Il faudrait s'entendre sur que l'on appelle "l'élite" car cela peut recouvrer plusieurs sens.

Selon moi, il ne s'agit pas de culture ou de connaissances, mais de ce que l'individu apporte à la société toute entière.
Et justement, les soi-disant élites pour causes d'études supérieures n'apportent quasiment rien à la nation, et beaucoup à eux mêmes et à leurs frères de rang, ce qui en feraient plutôt des ennemis de la nation chargés de la ponctionner le plus possible pour des intérêts privés.

Ils sont tous anti-sociaux, souvent corrompus, et égocentriques.... mais cela n'en fait pas des imbéciles, au contraire. Leurs études leur servent à eux mêmes....et non à la nation, ce qui fait toute la nuance. Pour faire partie de l'élite, il faut montrer l'exemple au reste de la société, et ce qu'ils pratiquent, comment ils agissent, même ce qu'ils disent est à l'opposé de l'intérêt général de la population.

De plus, étant à la tête du pouvoir, toutes leurs âneries sont payées par le peuple (la crise actuelle par exemple est exclusivement de leur fait)..... ce qui me fait largement douter de la pertinence de leur enseignement..... du moins dans la direction du bien être de la population.... parce que pour le bien être privé, là, ils sont les champions.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [24/08/2009 - 13h02 ]  
Darkauss

Je rejoins Carcarax sur le fait qu'avoir de l'argent t'offre beaucoup plus de facilités à suivre de bonnes études et à te concentrer plus sur le travail, grâce à l'apport du confort et des petits "bonus scolaires" offerts par papa et maman. Et également sur le décalage entre le QI et la performance scolaire (qui n'a pas connu un total abruti qui avait pourtant de très bonnes notes...).
Par contre Cochise fr, le meilleur moyen de s'entendre sur ce que signifie "élite", c'est de regarder dans le dictionnaire : "petit groupe considéré comme ce qu'il y a de meilleur, de plus distingué". Je trouve que tu donnes à ta définition (comme à tes propos) un sens beaucoup trop politique. La question est donc juste "est-ce que Science Po est réservé aux meilleurs ?" (en tout cas moi je la comprends comme ça) ; ce n'est pas "est-ce que les gens qui y sortent sont bons pour la société ?". On se fiche si après ils utilisent leurs capacités dans un but personnel ou humanitaire.




 Nomau a écrit [24/08/2009 - 14h21 ]  
Nomau

"est-ce que Science Po est réservé aux meilleurs ?"
Oui je pensai avant tout à ça, c'est vrai que le mot "élite" peut porter à confusion.
Est-ce que les épreuves du concours devraient être revues ?
Aussi, que pensez-vous des concours spécifiques aux lycées en zone d'éducation prioritaire ?




"le vase donne une forme au vide, et la musique au silence..."


 Darkauss a écrit [24/08/2009 - 14h32 ]  
Darkauss

Là mon avis est personnel, donc je suppose que chacun aura le sien, mais je trouve que les concours spécifiques aux lycées de ZEP, c'est comme la discrimination positive pour les femmes ou autre : c'est une bonne idée au départ, mais il ne faut pas que ça dure. En effet, c'est vrai que n'ayant pas forcément les mêmes chances, pour des capacités intellectuelles égales, c'est bien de les attirer vers ce genre d'études, leur donner une chance à laquelle il n'aurait pas penser ou pas pu réussir sans ça. Par contre une fois que l'idée est intégrée, à la longue ça ne devrait pas durer : une discrimination positive reste une discrimination. Ce n'est pas forcément très mélioratif pour eux, et les autres peuvent se sentir lésés.
En ce qui concerne les épreuves du concours, c'est comme tous les concours, ça juge la capacité générale sur des matières plus ou moins inutiles. Pour le concours Bac+1, c'est sur des matières vues en prépa, donc chacun à la même chance, et pour moi ça peut rester comme ça. Ce que je trouve plus dommage, c'est au niveau du concours post-bac, le concours porte sur des parties très spécifiques du programme, pas toujours vu au lycée. Il faut donc suivre des semaines préparatoires très couteuses pour être d'un niveau suffisant pour passer les concours...et là l'égalité des chances en prend un coup.




 cochise_fr a écrit [24/08/2009 - 16h41 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Darkauss, si on ne fait pas de politique en parlant de Science-Po.... on en fera jamais.

Je veux bien admettre que ceux qui réussissent les concours sont les meilleurs..... mais les meilleurs pour quoi.? C'est bien là le problème. Ils ont des connaissances que je n'ai sans doute pas, soit, mais en quoi sont ils meilleurs..... en rien à mon avis. Et quand on voit les dégâts que ces gens parviennent à faire une fois leur(s) diplômes obtenus, dégâts intégralement payés par la population, je trouve que toutes leurs connaissances ne leur donnent pas le bon sens et la jugeote d'un paysan ou d'un ouvrier de base.

Il suffit de comparer ce que les humbles arrivent à faire avec leurs maigres revenus puis de comparer à ce que ces nantis n'arrivent pas à faire avec leurs immenses pouvoirs et leurs déraisonnables revenus pour faire la différence. Jongler avec les millions des autres peut sans doute être amusant quand on a pas à en payer les frais, mais payer les frais quand on a même pas eu la possibilité de jouer est plus injuste et inacceptable. On peut donc légitimement se demander si n'importe quel citoyen de base ne ferait pas mieux pour les finances de l'état que tous les diplômés de France et de Navarre, irresponsables patentés.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [24/08/2009 - 16h49 ]  
Darkauss

Ou sinon tu peux aussi essayer de répondre vraiment aux questions... Si tu n'y arrives pas, tu peux toujours aller décharger tes "idées" et revendications politiques au café du coin, mais ici ça ne fait pas avancer le débat, merci.




 Nomau a écrit [24/08/2009 - 17h23 ]  
Nomau

En fait je suis d'accord avec cochise, mais tous les diplômés de sciences po ne sont pas amenés à exercer de hautes responsabilitées, les débouchés à l'issue du cursus sont multiples, par exemple le journalisme ou je sais pas... à l'inverse tout nos dirigeants ne sortent pas de cette école




"le vase donne une forme au vide, et la musique au silence..."


 cochise_fr a écrit [24/08/2009 - 19h06 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je serais curieux de savoir, Nomau, parmi ces diplômés de 'grandes écoles' quel est le plus bas revenu du moins bien payé d'entre eux, quel que soit son métier. Je n'ai aucune statistique sur le sujet, mais j'ai de réelle certitudes qu'aucun ne touche le RMI, qu'aucun n'est au SMIC, et que beaucoup pour ne pas dire la totalité payent beaucoup d'impôts ce qui donne une idée de leurs revenus et de leur patrimoine.... dont certains sont d'ailleurs très fiers. Et je doute également qu'un seul d'entre eux (elles) ait une retraite de misère inférieure au SMIC comme une grande partie de la population quand ils en ont l'âge.

Darkauss, j'ai déjà répondu à la question depuis longtemps.
Oui, les grandes écoles sont sectaires et discriminatoires.... donc 'élitistes' selon ta définition..... et maintenant, on fait quoi.?
Mes réponses ne sont pas faites pour vous plaire..... qu'elles vous plaisent ou non.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [24/08/2009 - 21h55 ]  
Darkauss

Pour commencer, on voit que tu n'as vraiment pas compris (pas lu ?) ma définition de "élitiste", qui n'a rien à voir avec sectaire ou discriminatoire. Si tu as profité de ce sujet pour partager cette opinion, tant mieux, mais ça n'a rien à voir avec ma définition. Et enfin, tu élargis aux "grandes écoles"...si tu veux. Justement, je suis en école de commerce, ce qu'on nomme "grande école". C'est sur que la moitié de la promo est bien friquée, voire même énormément pour certains. Mais dans ma prépa, il y avait peut-être bien un tiers de boursiers, et autant qui ont fait un prêt pour financer leurs études. Mon meilleur pote a des parents divorcés, professeurs, donc dont le revenu se rapproche du SMIC justement : ça ne l'a pas empêché d'être dans l'une des 6 meilleures écoles de commerce de France, sans aucun problème ni difficulté lié à l'argent. Et il n'est pas du tout le seul à entrer dans ce milieu "sectaire et discriminatoire", n'ayant pourtant pas plus d'argent que la moyenne.
Et rassure toi, ce n'est pas ta réponse qui me déplait ... c'est l'absence d'argumentation raisonnée.




 Carcarax a écrit [24/08/2009 - 22h34 ]  
Carcarax

Salut Darkauss

- Une petite question sans vraiment de rapport avec le sujet. Comment se comportent les élèves les plus fortunés vis à vis des boursiers ? Vous ressentent ils comme des intrus, ou acceptent ils fraternellement votre présence ? Les rapports sont ils sereins ou l'ambiance est elle tendue ? Cela pousse t' il les plus mal lotis à se dépasser ? Y a t'il une sorte de lutte des classes, des factions ? Je parle bien sûr de manière globale, l'évidence me souffle que les réactions doivent varier d'un individu à l'autre. J'aimerais assez savoir en fait par curiosité.




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 Darkauss a écrit [24/08/2009 - 23h18 ]  
Darkauss

Tout d'abord, ma réponse ne va concerner que ce que j'y connais dans le milieu : je n'ai pas fait le tour de toutes les écoles ni de toutes les prépas. Mais en tout cas, dans ma prépa et mon école, je n'ai jamais vu de ségrégations quelqu'elle soit ! On ne peut jamais dire comme ça qu'un tel est riche et qu'un autre a moins d'argent. On voit cela à la taille et l'équipement de leur appart' en général, et les rumeurs sur les "fils de" tourne très vite. Bien sur, on voit au niveau vestimentaire ou accessoires (bijoux, sacs), certaines différences, mais je n'en ai jamais vu au niveau du comportement. Mais j'étais dans une prépa et je suis dans une école "moyenne", scolairement parlant. Au niveau des écoles, dans les relations que j'ai, je n'ai jamais entendu personne s'en plaindre (les seuls trucs sont que les riches ont des habitudes de riches et donc se retrouvent entre eux pour ça, mais sans dédain pour les autres). Et au niveau des prépas, dans celles de très bons niveaux, ils sont tous en concurrences entre eux, pauvres et riches, alors ça ne change rien à la donne ^^.
Voilà, après, c'est de ce que je sais, et ce que j'ai entendu, ce n'est surement pas exhaustif.




 cochise_fr a écrit [25/08/2009 - 15h41 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce milieu "sectaire et discrminatoire" n'est pas celui des élèves qui n'y sont pour rien, mais de l'administration qui organise les scolarités. Les élèves s'adaptent à ce qu'on leur propose, et on ne saurait leur reprocher. C'est l'organisation des études dites "supérieures", que je quaifierai plutôt d'études "intellectuelles" par oppositions aux études pratiques manuelles qui n'en ont pas moins de valeur.... même si elle sont souvent moins bien rémunérées, que je trouve mal organisées et non accessible à tous pour des raisons financières.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [25/08/2009 - 19h22 ]  
Darkauss

Là dessus je te rejoins, ce sont des études grandement valorisées, alors que le travail n'y est pas du tout soutenu, à partir d'un certain niveau. En fait, on achète juste le diplôme final pour avoir un bon boulot... Mais je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle sont "non accessible" à tous pour des raisons financières : comme dit plus haut, n'importe qu'elle banque fera un prêt parce qu'elle sait que le retour sur investissement est conséquent. Après, c'est sûr que sans papa et maman pour se porter garant, c'est moins facile, et on les gens ne pense pas forcément que ça peut être accessible.




 cochise_fr a écrit [25/08/2009 - 20h35 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Personne ne fera un prêt, même d'honneur, à une famille qui a du mal a finir toutes ses fins de mois et est déjà endettée, ..... parfois un peu trop, juste pour se payer à manger et les factures courantes.

De plus, ces écoles et leurs préparations sont rarement devant la porte, souvent dans les grandes villes où se loger est déjà la galère pour ceux qui y travaillent, ce qui laisse imaginer les magouilles pour récupérer une chambre d'étudiant quand il en faudrait 100 fois plus que le nombre existant..... et qu'elles existent physiquement..... il n'y a même pas à les construire.
Il faut donc avoir TOUS LES MOIS de quoi payer le loyer, et la nourriture, et les frais courants de transport, d'énergie, accessoirement de loisirs peu couteux, ce qui est déjà difficile à des tas de gens qui travaillent.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [26/08/2009 - 22h03 ]  
Darkauss

Le prêt ne se fait pas à la famille, juste à l'étudiant qui se lance dans des études qui ammènent à un boulot donc la moyenne des salaire touche plus les 2500 euros par mois que le smic, et ce dès la sortie de l'école. Pour te dire, c'est même les banques qui viennent faire leur pub dans les écoles... La famille de l'étudiant, ils s'en foutent. C'est même des fois la banque qui se porte garante pour le paiement de l'école. Et le prêt peut s'élever assez pour payer l'école, le loyer, et la vie courante (là encore, j'ai des exemples). D'ailleurs, je ne sais pas pour Science Po, mais les écoles de commerces sont généralement dans les grandes villes en effet, mais pour ce qui est des plus grandes, elles ne sont pas à Paris même, mais dans la périphérie. C'est moins chère, et il y a toujours une cité universitaire proche (des fois appartenant à l'école même).




 cochise_fr a écrit [26/08/2009 - 23h37 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Cette description ne m'étonne pas trop de la part des banques. Elles commencent déjà à endetter l'étudiant avant même qu'il n'ait obtenu le moindre job.

Cela permet de se rendre compte que les emplois à ce niveau sont bel et bien des magouilles entre les entreprises et les écoles.... auxquelles j'ajoute les banques. En effet, comment une banque peut elle avoir la certitude de l'emploi d'un étudiant 2, 3, 5, voir 10 ans avant qu'il ne finisse ses études.? On peut toujours croire que c'est un pari sur l'avenir de l'individu, pour fidéliser (ou plutôt tenir en laisse) son client qui l'aura aidé (chèrement) pendant ses études.

Quand aux logements, les cités universitaires sont très loin de satisfaire la demande en logement étudiant. C'est actuellement que se pose justement le problème..... et chacun voit bien les galères des jeunes concernés.

Et puis, concernant les banques, et sur la base de ton descriptif, je vais devenir agressif..... car pour toucher 2500 euros par mois, un bon BTS de plomberie, de couvreur, ou de pleins d'autres métiers artisanaux introuvables ne reçoivent pas le même accueil bancaire au niveau des études..... mais ce ne sont pas des boulots de bureau...




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [27/08/2009 - 13h56 ]  
Darkauss

Faudrait savoir : tu critiques le fait que la banque ne fasse pas de prêt, donc que les étudiants n'ait pas d'argent pour se payer l'école, et quand je te dis que c'est possible, tu critiques le fait qu'elles fassent un prêt et que l'étudiant s'endette... Tu veux quoi ? Que les banques le donne cet argent !? Ou sinon on peut abolir la bourgeoisie et créer une dictature du prolétariat, que tout le monde ait la même chose ... ah nan c'est vrai ça a déjà été piteusement essayé.
En ce qui concerne les BTS du bâtiment, je suis d'accord avec toi, c'est dégueulasse. Les banques restent sur le fait que le revenu n'est pas assuré s'il n'y a pas de client, alors qu'en ce moment il ne peut pas ne pas y en avoir dans ce secteur. Mais fort heureusement, ce ne sont que les grandes écoles qui coûtent cher, pas les BTS. A moins que tu considères que même les BTS sont "élitistes" selon ta définition ?




 cochise_fr a écrit [27/08/2009 - 16h13 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est simple: les études sont gratuites et payées par l'état à tous les niveaux humbles et deviennent payantes pour les hauts revenus... proportionnellement aux revenus. L'idéal étant que ce soit gratuit pour tous..... quand l'état pourra se le payer.

La ségrégation par l'argent se fait à tous les niveaux de l'école. La ségrégation commence à la crèche et se finit au doctorat. Cela n'a rien à voir avec de "l'élitisme" mais seulement avec une vision capitalistique pure et dure du régime actuel.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darkauss a écrit [27/08/2009 - 20h05 ]  
Darkauss

D'où le retour nécessaire au communisme ! Ou sinon on peut soit vivre au pays des Bisounours, soit aller vivre en Ethiopie, où les Grandes Ecoles ne sont pas payantes ... voire n'existent même pas. Au lieu de se plaindre on pourrait se satisfaire de la chance qu'on a je pense.




 cochise_fr a écrit [28/08/2009 - 03h52 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Au lieu de se plaindre on pourrait se satisfaire de la chance qu'on a je pense."
Tout dépend dans quelle classe on se place.!! Ceux qui peuvent payer n'ont évidemment rien à redire au système.

Et cela ne se limite pas aux études. On peut étendre le même principe aux services publics divers, aux services de justice, aux conditions immobilières,... etc.

"D'où le retour nécessaire au communisme !"
Pas forcément sous sa forme totalitaire, justement.
Une mixité des deux systèmes dans ce qu'ils apportent de bon dans leurs principes pourraient largement améliorer le sort de l'humanité. D'ailleurs, même le gouvernement actuel s'inspire de certaine formes de communismes en appelant cela du socialisme ou des aides sociales alors que tout dans sa politique économique fait le contraire. Les aides apparaissent juste pour ne pas faire crever de faim les intéressés et éviter les soulèvements populaires.... et ce n'est pas du tout pour le bien être du peuple, car si c'était le cas, aucun citoyen des pays développés ne devrait être dans la misère, les pays étant largement assez riches pour cela..... et pourtant, ils ne le font pas.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à Nomau






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.