Que faire si mon enfant a des crises de violence ?



cecile27
Cette question a été posée par cécile27, le 06/09/2007 à à 20h06.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Enfants.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 Chu Fu a écrit [07/09/2007 - 15h14] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
Chu Fu

Nous sommes tous uniques, et du coup, il est difficile de vous...



[ Lire la suite de la réponse écrite par Chu Fu ]



Réponses



 cécile27 a écrit [06/09/2007 - 20h06 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cécile27

bonjour

mon enfant de six ans a des crises de violences quelquefois quelqu'un pourrait me dire comment surmonter cette epreuve




 cochise_fr a écrit [06/09/2007 - 22h22 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour Cecile27,
Avant de solutionner le problème, il faut en identifier les causes, qui peuvent être multiples et variées, mais ce n'est jamais sans raison qu'un enfant a cette attitude. Aussi faudrait il en connaître beaucoup plus sur ta vie pour définir un diagnostic.
Je pense que le mieux serait de présenter ton enfant à un pédiatre.... c'est leur métier.... et ce sera plus discret que de raconter ta vie sur le net.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cécile27 a écrit [06/09/2007 - 22h32 ]  
cécile27

si j'ai posé une question c'est que pour des personnes me viennent en aide pas pour me prendre des reproches. maintenant si tu n'as aucune solutions a apporter ne repond pas a ma demande .

merci bcp




 cochise_fr a écrit [07/09/2007 - 00h23 ]  
cochise_fr

Bonjour,
je ne vois pas du tout en quoi je t'ai fait des reproches.... c'est seulement ce que j'aurais fait moi-même dans cette situation.Je ne juge rien, je te donne mon avis dont tu peux faire ce que tu veux. On est pas encore en dictature.
Si je t'ai froissée, je te prie de m'en excuser, c'était parfaitement involontaire.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Ley a écrit [07/09/2007 - 11h57 ]  
Ley

Si votre enfant à des crises de violence, il est préférable de l'emmener voir un psychologue ou un pédiatre qui sera qualifié pour déterminer les raisons de cette violence. Il est préférable de ne pas trop attendre au risques qu'il soit trop tard. Mais parfois il suffit simplement de discuter pour arranger les choses. Votre enfant a peut-être simplement besoin de plus d'affection. Peut-être est-il jaloux ou énerver contre quelqu'un ! Quoi qu'il en soit je vous souhaite bon courage ! ;-)




Rien ne sert de courir, il faut partir à point...


 Chu Fu a écrit [07/09/2007 - 15h14 ]  
Chu Fu

Nous sommes tous uniques, et du coup, il est difficile de vous répondre, du fait que nous ne vous connaissons pas, ni vous ni votre fils : je pense que c'est ce qu'a voulu dire Cochise !
Je comprends que vous ayez besoin d'aide et je compatis à votre désarroi !
En tout cas, les seules choses que je peux vous dire pour vous aider sont que :
1/ Rien n'arrive pour rien ! Essayez de comprendre ce qui motive ses crises ; elles peuvent être de 3 ordres :
- "justifiées", c'est-à-dire qu'il s'est passé quelque chose de traumatisant ou d'injuste pour lui (les enfants sont très sensibles à l'injustice) ; dans ce cas, expliquez-lui que vous comprenez sa colère, mais que ce n'est pas avec ce type de réaction qu'on résout les problèmes, au contraire (la preuve !). Pour le lui prouver, obligez la personne qui lui a porté préjudice à réparer, ne serait-ce que par des excuses...
- "éducatives", c'est-à-dire qu'il essaye de prendre le pouvoir et que vous devez lui montrer que l'éducateur, c'est vous... que, à ce titre, vous êtes habilitée à lui apprendre à vivre en société et que, ne serait-ce que pour son propre intérêt, il n'a pas d'autre choix que vous écouter... mais n'abusez pas de la situation, non plus !
- "psychologiques", c'est-à-dire que vraiment rien d'important ou de grave ne justifie une réponse aussi démesurée de sa part et, là, il vaut mieux consulter un psychologue compétent : demandez conseil à votre médecin de famille ; il devrait avoir quelques noms à vous proposer ; quant à l'aspect financier, ces consultations sont prises en charge par la sécurité sociale.
2/ Privilégier le dialogue pour comprendre et proposer des solutions, écouter, aider et respecter pour être écouté, aidé et respecté ont toujours été mon credo, notamment pour l'éducation de mes deux filles ; je ne suis pas Super Maman, mais le résultat c'est que ni elle ne boivent d'alcool, ni elles ne fument, ni elles ne se droguent, ni elles ne forniquent à tour de bras comme c'est la mode ; elles ont appris à être respectueuse d'elles-mêmes comme d'autrui et vivent leur vie selon ce précepte, ce qui ne les empêche pas de faire la fête avec les jeunes adultes de leur âge !
3/ Accepter que les choses sont telles qu'elles sont pour ne pas se lancer dans des guerres perdues d'avance, mais au contraire, se servir du potentiel des choses présentes pour canaliser leur énergie vers un résultat positif est la meilleure solution pour une vie heureuse ; en clair, ne cherchez pas à transformer la nature de votre enfant, mais proposez-lui des solutions qui lui permettrons de laisser sa nature s'épanouir dans des actions "autorisées", positives !
Exemple : si vraiment il aime la baston et les gros muscles, le rugby, très porteur en ce moment, peut lui permettre de canaliser cette poussée impérieuse au lieu de la refouler jusqu'à explosion !
Je n'ose vous dire ni bonne chance, ni bon courage, parce que vous verrez vite des changements positifs si vous optez pour le dialogue et l'écoute. Par contre, ça sera sûrement plus long si vous devez passer par la voie psy. Tenez-nous au courant !




 faline a écrit [05/10/2007 - 15h41 ]  
faline

Salut, Votre question m'interpelle car je suis personnellement concernée si ce n'est que mon enfant va sur ses 12 ans mais le problèmes existait déjà à 6 ans dans de moindres proportions. Des solutions miracles, pour moi, il n'en existes pas. Les plus classiques : le sport pour canaliser, le dialogue, le suivit par un pédopsychiatre(si le problèmes est vraiment ingérable) et surtout mettre beaucoup de limites au niveau de l'éducation, tenir bon dans la punition,... Mais je n'ai absolument pas la recette miracle, c'est comme en cuisine, il faut savoir doser les ingrédients. Mon message est plus à titre de compréhenssion et surtout d'encouragement.




mpw


 Loris a écrit [05/03/2008 - 17h12 ]  
Loris

Bonjour. C'est des "petites" crises ou des crises "sérieuses" ?




A très bientôt


 cécile27 a écrit [05/03/2008 - 17h24 ]  
cécile27

bonjour loris merci de ton encouragements et merci a aussi a vous tous de vos reponses. les crises de mon petits peuvent etre violentes ou pas mais generalement c des cris, des hurlements et il balance tout ce qui trouve ou se roule par terre. malheureusement ce n'est pas seulement avec nous kil fait ca c'est aussi a l'école avec son maitre. je me sent un un peu destablilisés a cause de ca car je ne vois pas ce que j'ai fais ou n'ai pas fait pour que mon enfant soit sujet a de telles crises. par contre quand son pere est la il n'en fait pas, il le craint je pense que c surtout savoir poser mes limites pourtant je pense faire de mon mieux dans son education mais mon mari me dit souvent que je ne suis pas assez severe avec lui et quand je le suis ca ne chang rien a son attitude.




 Loris a écrit [05/04/2008 - 10h16 ]  
Loris

Je te conseille d'emmener ton fils chez un psychiatre, il pourra sûrement résoudre ce problème.




A très bientôt


 Chu Fu a écrit [06/04/2008 - 23h26 ]  
Chu Fu

Ce que tu décris, cécile27, ressemble effectivement à une recherche de limites : il ne fait pas ses crises avec son père puisqu'il sait que ça va mal finir pour lui ; par contre, avec toi, il semble qu'il puisse faire des colères épouvantables sans que tu saches comment réagir ; que ce soit pareil à l'école, cela ne m'étonne pas puisque le pouvoir de punir un mauvais comportement a été retiré aux enseignants !

Donc, je crois qu'il va te falloir la jouer "super nanny", à savoir le prendre à part en lui disant que tu dois lui parler, te baisser à son niveau et le regarder dans les yeux en lui demandant d'en faire autant et lui expliquer que son comportement n'est pas acceptable, qu'on ne peut pas agir comme ça et que, désormais, s'il recommence, il sera puni ; explique lui par ailleurs que cela vaut pour l'école, mais aussi pour n'importe quel endroit, et que si son maître t'explique qu'il a recommencé à l'école, il sera également puni. Demande-lui s'il a bien compris ce que tu viens de lui dire et insiste jusqu'à ce qu'il réponde "oui".

Évidemment, c'est sûr, il va en faire une pour vérifier ! Alors, là, il ne faudra pas faillir et, sans crier, appliquer la punition choisie simplement en lui expliquant : "tu te souviens, tu m'avais promis que tu ne le ferais plus et je t'avais prévenu que tu serais puni si tu recommençais ; alors maintenant, tu vas dans ta chambre "
Là ça va être le moment clé, parce qu'il va en rajouter une couche, d'abord pour vérifier que tu tiens bon et ensuite parce qu'il va l'avoir mauvaise !... Et là, franchement, tiens le coup, parce que tout le monde y trouvera son compte, lui le premier, qui sera rassuré d'avoir une maman forte sur qui il peut compter !
Mais, ceci dit, c'est un vrai crève-coeur que de punir nos petits bouts !!! :-o




 fraternité a écrit [21/06/2009 - 19h10 ]  
fraternité

bonjour.
j'ai voulu dire qc aussi.
C'est pourquoi j'ai repondu!
au revoir




 lailaine15 a écrit [23/03/2010 - 09h15 ]  
lailaine15

Bonjour, Voilà,je vous explique,mon fils à 12ans,il aura 13ans au mois de mai,depuis 2ans,il fait des crises de colère que je ne peux plus gerer,il se confronte avec moi ainsi qu'avec son père.Il nous insulte,essaye de nous rabaissé et j'en passe.Ce matin,rebelotte,il a recommencé pour ne pas aller a l'école(l'excuse a été un pull qu'il ne voulait pas mettre),je ne sais plus quoi faire car je me sent coupable et je suis franchement perdue




 Chu Fu a écrit [01/05/2010 - 19h46 ]  
Chu Fu

Le gros problème des enfants post-pillule, c'est que depuis la mise sur le marché de ce moyen de contraception, les enfants sont tous (sauf rares exceptions) des enfants désirés, donc des petits amours choyés qu'on n'a pas envie de contrarier : on ne leur veut que du bonheur, c'est bien normal ! Donc, on a tendance à laisser faire les petits et, une fois qu'ils atteignent les 12 ans, ça commence à coincer !

Le gros problème des générations post-68, c'est que, sous prétexte de libération, on a jeté aux orties les règles de base d'une vie sociale "heureuse" et que ces générations sont démunies devant l'éducation de leurs enfants, d'autant plus que, ces mêmes générations ont essuyé les début des mamans au boulot, les leurs, d'abord, qui n'ont pas pu être là pour les élever... et donc leur apprendre comment élever un enfant...

Bref, la crise d'adolescence, ça a toujours eu lieu, c'est normal autant que salutaire : les ados doivent se libérer de leur parents pour rentrer dans la vie d'adulte, mais, en même temps, ils n'en ont pas encore toutes les capacités, d'où orage dans l'air et mal dans sa peau !

Donc, papa maman s'en prennent plein la tronche et ça fait beaucoup de mal : il faut savoir que c'est normal, que ce n'est pas contre vous car vos enfants vous aiment, mais qu'ils ont autant besoin de vous qu'ils veulent que vous leur lâchiez la grappe !

Pas facile de savoir quoi faire dans tout ça !

Tout ce que je peux vous dire c'est :

1/ tenez le coup, vos enfants ont besoin de vous et vous serez récompensés au centuple de ne pas les avoir laissé tomber... quelques années plus tard !... ne serait-ce que par le fait que, grâce à votre vigilance, à votre ferme accompagnement, vous n'aurez pas à affronter des démêlées avec la justice, la drogue, l'exclusion des établissements scolaires ou autre tue-la-vie...

2/ intéressez-vous à leur vie sans être intrusif : ça vous permet d'être dans la confidence pour veiller au grain et de conseiller utile...

3/ Faites appel à votre bon sens : interdire des broutilles vous rendra non crédibles et complètement impuissants devant les vrais dangers ou problèmes...
Par exemple, le laisser traîner dans les rues le soir jusqu'à pas d'heure (en dehors de tout trajet 13' onClick="correctionSuggest('reponse','13',this);">maison-copain-copain-maison, et 14' onClick="correctionSuggest('reponse','14',this);">encore), c'est du suicide !!!!

4/ Ne prenez pas de décision sur un coup de tête : temporisez pour réfléchir sur les enjeux et rendez votre décision de manière ferme et définitive ! Pas question de céder au bout de deux heures de crises pour avoir la paix...

5/ Soyez intransigeants sur le minimum syndical de respect d'autrui : pas de violence, ni verbale, ni physique... ça vaut pour vous en tout premier : vous devez donner l'exemple...

6/ Sachez faire plaisir : à 14 ans, on n'a pas envie de vivre une vie d'ascète ! Ce n'est pas forcément une histoire de sous... Mais si vous faites régulièrement plaisir, on aura envie de vous faire plaisir, d'une part, et on supportera mieux les punitions (si elles sont justifiées), d'autre part...

7/ Informez sans en avoir l'air : à table, parlez entre adultes des problèmes liés à la drogue, l'alcool, la pédophilie ou les maladies sexuellement transmissibles... Cela ne tombera pas dans l'oreille d'un(e) sourd(e) et votre ado posera des questions à un moment ou un autre. Au besoin, pendant la discussion à table, demandez-lui ce qu'il en pense.

8/ N'ayez pas peur de votre rôle d'éducateur ! Je me souviens de n'avoir pas été à la fête lorsque, à un goûter, pour répondre à des questions inattendues de ma fille de de 13 ans et de sa copine du même âge sur les préservatifs (qu'est-ce que c'est et comment ça se met ?), j'ai empoigné une banane et installé un préservatif dessus pour satisfaire leur naturelle curiosité. Elles ont bien rigolé, pour faire genre, mais j'ai bien vu que ça les avait vivement intéressées et gênées en même temps. Moi, je n'étais pas très à l'aise, surtout à l'idée que la petite copine irait raconter çà à sa mère !!! :-o

Bref, si vous aimez vos enfants, n'ayez pas peur de les encadrer et de leur apprendre, vous en ferez des adultes heureux !




 cochise_fr a écrit [01/05/2010 - 20h47 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Tout cela est bien beau ChuFu, mais pourtant ce sont bien les parents qui sont les seuls responsables de cette situation.

On s'étonne des réactions adolescentes vers 11 à 14 ans, mais on oublie un peu vite le laxisme de l'éducation qui aurait du être prodiguée entre 3 et 11 ans.... ce qui fait quand même 8 ans (c'est long 8 ans) d'apprentissages divers et variés sur la vie en société, le règles sociales qui régissent les relations entre humains au sein et à l'extérieur de la famille (quand "la famille" a encore un sens.... ce qui est de moins en moins le cas... hélas!!).

Une grande partie de ces ados dits 'difficiles' ont fait leurs apprentissages "sur le tas", en se frottant aux autres de leur âge (voir plus vieux), aux autres dans la rue, et ignorent toutes les autres règles de la vie que "la loi du plus fort" (ou "la loi de la bande"). Comment s'étonner ensuite qu'ils mettent en pratique cette théorie (erronée mais ils ne le le savent pas le plus souvent car pour eux, c'est la meilleure) contre leurs parents qui sont leur plus proche terrain d'expérimentation sans trop de risques.?

L'éducation commence à 3 ans..... pas à 14 ou 15.!!..... et bien sur, plus on attend, plus ce sera difficile de redresser la barre.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Chu Fu a écrit [01/05/2010 - 22h47 ]  
Chu Fu

bon, oui, et alors ?! une balle entre les deux yeux ?... :-C




 Anonyme a écrit [02/02/2012 - 13h01 ]  
Anonyme

moi mon fils de 10 ans a eu des crises de colére uniquement à lécole.il est actuellement en itep se qui à tout changé .mais contrairement à se que j'ai pu lire ils n'agissent absolue pas de manière punitive mais ils cherchent d'ou vient problémes et les valorisent et leurs redonne confiance en eux .




 framboise72 a écrit [02/02/2012 - 13h25 ]  
framboise72

C'est quoi un itep?Merci.Votre fils a des crises de colère,peut être il arrive pas a verbaliser un mal etre une souffrance qu'il crie ainsi!mais si il est valorisé tant mieux!!c'est l'essentiel!il est sûrement en souffrance avez vous pensé a un pédopsychiatre a qui il pourrait parler,c'est une piste!courage.j'ai vu enfant des pédopsychiatres car j'avais des grosses colères petite,donc on ma fait consulter un psy et j'allais dans un CMPP.mais ca veut pas dire rassurez vous que votre fils deviendra colérique adulte!rien n'est joué. ;-)




 Chu Fu a écrit [02/02/2012 - 18h02 ]  
Chu Fu

Oui, c'est quoi un itep ???

Sinon, je viens de terminer un bouquin fort instructif, que je vous invite à lire, d'un psychiatre-naturopathe-morathérapeute qui a fait le lien entre les problèmes psychiques (des plus anodins problèmes comportementaux jusqu'aux atteintes les plus graves comme la schizophrénie, par exemple) et la présence dans l'organisme des substances toxiques - comme l'aluminium, par exemple - qui se fixent particulièrement dans le cerveau, et/ou des carences ou excès de substances indispensable à notre organisme.

Voilà plus de 20 ans qu'il soigne ses malades avec la morathérapie et les médecines douces comme l'homéopathie, la gemmothérapie, la phytothérapie, l'aromathérapie, etc. en s'appuyant sur des analyses de laboratoires et la morathérapie et obtient des rémissions notoires et des guérisons.

Il se pourrait donc que, tout simplement, le comportement excessif de vos enfants soient l'expression d'un problème de santé physique !

Malheureusement, ce médecin exerce à Marseille et ne prend plus de nouveaux clients, mais il peut peut-être vous donner des pistes et des adresses où trouver des réponses :

Dr Thierry LEBRUN
LES NOUVELLES VOIES DE LA GUÉRISON PSYCHIQUE
DE LA MÉDECINE CHINOISE A LA MÉDECINE QUANTIQUE
Guz Trédaniel
Editeur
19,90 euros

http://www.dentenerg.ch/mora_therapie.htm

http://bioresonat.free.fr/introduction/index.html

http://www.moratherapie.fr/




 cochise_fr a écrit [03/02/2012 - 00h08 ]  
cochise_fr

Bonjour:
ITEP = Instituts Éducatifs, Thérapeutiques et Pédagogiques




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à cécile27






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.