Que pensez vous de l'inégalité des salaires entre femmes et hommes pour un même emploi ?



morphee63
Cette question a été posée par morphee63, le 19/05/2010 à à 15h49.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Emploi.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 16h05 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Lambda11

Parfaitement illégal et discriminatoire ! Mais en cette période de pénurie d'emploi où tant de candidats attendent à la porte, bien difficile de faire respecter tout ça...

La plupart du temps on cède à la pression pour avoir le job et porter de quoi manger à sa petite famille. Les employeurs le savent et en profitent.

L'égalité de fait et l'application des lois ont encore du chemin à faire dans ce domaine (come d'en d'autres), hélas. Les Etats généraux de la femme l'ont clairement démontré.

Y a encore du boulot pour faire avancer le schouimblick, ma pauvre Morphée... :(




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Wisty a écrit [19/05/2010 - 17h09 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Wisty

Bonjour,
Le partenariat des entreprises n'en ont rien à faire de légalité des salaires entre femme et homme, du moment qu'il y a la même rentabilité de travail, qui rapporte la valeur des bénéfices à l'entreprise au dépend de l'efficacité féminine.




Wisty


 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 17h55 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est un faux problème, très hypocrite de surcroit.

Que ce soit un homme et une femme, que cela soit deux hommes ou deux femmes, deux individus ne feront jamais exactement le même travail de la même façon, ni n'auront les mêmes résultats ou la même réussite sur un poste donné, même sur une chaine de travail robotisée et chronométrée.

Il est donc tout à fait justifié de ne pas payer deux personnes au même prix.

Je sais bien que cela va à l'encontre des habitudes, et même de certaines lois, mais je pense que le seul 'revenu minimum de dignité' doit être fixe, de l'ouvrier au PDG.... et tout le reste de la rémunération doit être variable en fonction de critères liés au travail lui même, aux performances ou au résultat du travail de l'individu concerné.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 18h05 ]  
Lambda11

On est bien d'accord qu'il s'agissait de salaire égal à travail égal, Cochise !




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 18h21 ]  
cochise_fr

Bonjour,
.... sauf que "travail égal' n'existe pas.
On peut donner le même nom à un poste donné, qu'il soit tenu par un homme ou une femme, un religieux ou pas, une peau claire ou pas, un français ou pas, deux individus sur ce poste ne feront pas le même travail de la même façon.... et les résultats ne seront pas identiques parce que les humains ne sont pas des clones... et c'est très bien comme cela.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 18h27 ]  
Lambda11

Poussé à l'extrême, ton raisonnement n'encouragerait-il pas les primes au rendement et la répartition élitiste des tâches, dans un système "tous les coups sont permis" pour démontrer qu'on est le meilleur pour écraser ses petits camarades. La loi du plus fort, en quelque sorte...

Bonjour l'esprit d'équipe et la solidarité... Que penserais-tu d'un joueur de foot ou un handballeur qui ne passerait pas la balle parce qu'il s'estimerait le meilleur ???




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Wisty a écrit [19/05/2010 - 18h41 ]  
Wisty

Bonjour,
Cochise, Je ne suis pas d'accord avec toi, pour la bonne raison, que je connais des femmes qui sont capables de faire le même boulot qu'un homme. Exemple : une femme, chauffeur international, une autre commissaire de police, une autre médecin, et ainsi de suite.
C'est tout à fait un travail identique aux mêmes fonctions. Donc, les tarifs doivent égaux. Je suis désolée. c'est la loi.




Wisty


 Nono182 a écrit [19/05/2010 - 19h00 ]  
Nono182

wisty,
"c'est la loi", bof tu sais. la loi, ou les lois, pas mal ne sont pas applique, d'autres pas respectes!! alors la loi on s'en fou pas mal!
physiwuement et intellectuellement, la femme ne peut pas produire autaut que l'homme pour le meme rendu energetique!

les femmes sont plus performantes pour le cerveau intuitif... contrairement a l'homme pour le cerveau du raisonnement!

c'est une question interressante, mais dans le fond, est-ce vraiment important ou grave qu'il y ai des differences salariales! si vous vous batez constament pour des causes qui vous semblent juste (a savoir que c'est relatif et donc chacun son opinion) alors laissez moi vous dire que vous vous usez, au lieu d'essayer de savoir ce qui est important pour vous!




 kipic a écrit [19/05/2010 - 19h22 ]  
kipic

Sur le fond tu as raison cochise, il s'agit ensuite de rémunérer une qualité de travail. Mais à l'embauche ... pourquoi pour un poste donné avec des diplômes équivalents, les femmes seraient moins bien rémunérée que les hommes ?




 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 19h26 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Eh justement Wisty,
"C'est tout à fait un travail identique aux mêmes fonctions."
mais ces personnes ne feront pas leur travail de la même façon, et n'auront pas les mêmes résultats, quel que soit le métier considéré et le poste tenu.

C'est pour cela que je suis favorable à une partie fixe et un intéressement pour tous les postes.... de l'ouvrier au PDG.... quel que soit le sexe ou la couleur de l'employé concerné.
On peut ergoter des heures sur l'égalité, il n'empêche que pour une entreprise, c'est la performance qui compte à un poste donné, et personne n'est égal à un ou une autre.
Il y a des choses que vous ferez mieux que moi, d'autres que je ferai mieux que vous.... simplement parce que nous sommes différents.

Il n'y a aucune justification à payer deux individus exactement le même montant comme cela se fait dans la fonction publique.... que vous fassiez votre travail ou pas, que vous le fassiez bien ou pas. Je trouve que cela est bien plus discriminant pour celui (ou celle, bien sur) qui s'efforce de bien faire son travail.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 19h28 ]  
Lambda11

Parce que c'est comme ça, nahhhh ! T'as pas encore compris ma pov Kipic ?

La liberté, faut qu'on se la gagne ! L'égalité, faut qu'on s'y pèle ! Et la fraternité, s'en foutent les mecs ils préfèrent faire autre chose avec les nanas de plus jouissif !

Et si en plus on pouvait la fermer, ça leur ferait des vacances... :-C




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 19h33 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bien sur Kipic, mais dans le système que je propose, le fixe est le même pour tout le monde, mais il ne représente pas la plus grande partie du revenu total.

Après, les diplômes ne donnent qu'une indication sur les capacités d'une personne donnée.... et ne garantissent en rien la qualité du travail qui sera produit et des résultats obtenus. Par expérience, je peut vous garantir que certaines personnes sans diplômes mais avec des années d'expériences font mieux le travail à certains postes que des pseudo-élites bardées de diplômes qui veulent tout révolutionner dès leur arrivée au titre de leurs diplômes.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 19h59 ]  
Lambda11

Rien ne vaut l'expérience, en effet !...

Cela dit, la validation des acquis professionnels permet aussi de justifier d'un niveau d'études supérieur.
Le tout en travaillant. C'est une bonne chose pour ceux qui se sont lancés très jeunes dans le milieu du travail.

Il est vrai que, de nos jours, la formation professionnelle est indispensable tout au long de sa carrière. Impossible de dormir sur ses acquis. Il faut savoir se remettre en question et s'adapter à des techniques sans cesse en évolution.

Mais vraiment, méfiance à l'égard des ajustements de salaire soi-disant adaptés aux performances qualitatives ou quantitatives du travail fourni. Tout cela est complètment suggestif, et bonjour les injustices et autres favoritismes des petits subalternes et autres sous-chefs avides de pouvoir et laissant la porte ouverte à toute forme de harcèlement...




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 kipic a écrit [19/05/2010 - 20h00 ]  
kipic

Mais cochise je suis d'accord avec toi, il y a des personnes bardées de diplômes tout à fait inefficaces, et d'autres sans aucun bagage parfaitement adaptées. Que les salaires évoluent ensuite en fonction d'un poste et des compétences me paraît logique. Moi je parle du salaire de base, et quand bien même à compétence égale H/F ça ne donne pas la même chose à la fin du mois ..

Mais bon si c'est d'un système révolutionnaire que tu nous parles ...




 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 21h19 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Il n'y a rien de révolutionnaire dans l'intéressement au travail et les salaires au mérite. C'est la sclérose du système qui interdit cela, ou pour le moins ne le favorise pas.

La seule chose que j'ai de spécifique est que le fixe est le même (ou presque) pour l'ouvrier et le PDG.... c'est la part variable qui change bien évidemment, mais un PDG qui ne fait pas de bénéfice.... il ne recevra que le fixe de base.... et rien de plus, comme tous les salariés. J'entends déjà les hurlements.... "ils vont tous s'enfuir"... eh bien qu'ils partent, d'autres prendront la place car personne n'est irremplaçable, même qualifié. D'ailleurs, ce ne sont que ceux qui font mal leur travail qui ont raison d'avoir peur.!! Quand tout le monde a intérêt à ce que cela fonctionne, chacun y met du sien, aide les autres, et participe à améliorer le système en place, car c'est le moins performant qui freine l'ensemble.... et quand cela marche, tout le monde y gagne en revenu (ça c'est une révolution!) le PDG bien sur, les actionnaires bien sur,.... mais tous les ouvriers et employés qui ont travaillés pendant l'année aussi.

Quant au salaire "de base" il est de 1500 euros net pour tout le monde, balayeur ou directeur général, ou chômeur, ou retraité, ou mère au foyer.... avec des contreparties de travail d'intérêt général pour ceux qui n'ont pas de travail et sont valides et en âge de le faire.
Il y a beau avoir plusieurs millions de chômeurs (soigneusement entretenus à mon avis), il y a du travail pour tout le monde en quantité au vu de tous les travaux qui ne se font pas au sein de la société civile.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 coeur de patate a écrit [19/05/2010 - 21h58 ]  
coeur de patate

en gros il faut bien que les mecs aient l'impression d'être encore importants ou de servir à quelques choses on à plus que ça pour garder la tête haute alors ça vaut bien un petit supplément !! non? :-D




ciao!


 betina a écrit [19/05/2010 - 22h38 ]  
betina

Je trouve que l'on dévie du sujet,on ergote,on chipote,les femmes sont moins payées c'est un fait et ce n'est pas juste.Une ouvrière à la chaîne qui doit par exemple sortir 3200 pièces tout comme son collègue homme a le droit de prétendre au même salaire.Je ne vois pas en quoi,on peut juger qu'elle a fait moins bien.

Et pourquoi les hommes ne seraient pas payés moins chers,ils ne sont pas tous des fers de lance....mais ils sont des hommes.

Un travail est un travail,si il faut faire des différences entre les travailleurs c'est faire le jeu des patrons.Avec de tels discours,on n'est pas prêtes de s'en sortir.

Le rendement,le rendement,les travailleurs robots c'est du n'importe quoi.
Si le terme à travail égal,salaire égal ne plaît pas on peut changer en mettant à poste égal salaire égal,les femmes en ont marre d'en faire les frais.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [19/05/2010 - 23h09 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce que vous semblez oublier, Betina, c'est dans certains cas, les femmes sont plus performantes que les hommes, ce qui justifie un salaire global plus élevé.

Comme je l'ai mentionné plus haut, la fonction publique ne fait pas de différence entre les salariés.... et on voit le résultat.... tu travailles, tu ne travailles pas, tu es payé quand même, alors pourquoi se fouler.?

Maintenant, pour reprendre votre exemple, s'ils font tous les deux 3200 pièces, il est justifié d'avoir le même salaire, mais peut être que la femme en fera 50 de plus.... ce qui justifierait un supplément de revenu.... non.?
Personne n'est égal dans le travail, non par discrimination, mais simplement parce que nous sommes tous différents, ce qui nous donne des avantages ou des inconvénients en fonction du travail demandé.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Rose96 a écrit [20/05/2010 - 16h48 ]  
Rose96

Bonjour,tu a parfaitement raison coeur de patate ,les femmes sont tellement intelligentes ,et sérieuses dans leurs travail qu'elles n'ont rien laissé aux hommes ! :-D Néomoints cela reste toujours une injustice dans notre société cela veut dire une menace des droits de la femme!!




 Leumas80 a écrit [20/05/2010 - 17h52 ]  
Leumas80

C'est une bonne idée cochise ce que tu proposes.

Mais que dire de métier qui ne sont pas évaluable?
Imagine, l'exemple qu'a donné Wisty.
Peut on réellement comparer l'action de deux commissaires de régions totalement différentes comme un commissaire dans la région parisienne et un autre dans le cantal ?

De même, sur un travail de secrétaire dans une entreprise, une va prendre les rendez vous pour un cadre et l'autre se trouve à l'accueil de l'entreprise.
Elles ont été embauchées toutes les deux pour un travail de secrétaire le même jour, avec traite de base égale.
Comment comparer ces deux boulots?

Encore un autre exemple, sur un groupe de travailleurs, le patron demande un objectif à l'ensemble du groupe, quelque soit la disposition des effectifs.
Comment va se passer la répartition des tâches, sachant que, par exemple, un va manipuler une pelle, l'autre une brouette et deux autres vont soulever des charges lourdes ponctuellement.

De même, pour tout ce qui est non quantifiable, la rentabilité va se baser sur des objectifs plus ou moins concret et non objectif.
La qualité du travail sera donc évaluée par un supérieur...
Que se passe-t-il si ce supérieur, sans raison particulière, vous a dans le nez ? Ou inversement, vous encense de manière honteuse ?

Et dernier point fort mais tellement vrai.
Etant donné que nous vieillissons (et oui, pour ceux qui ne le savent pas encore).
Nous ne produisons pas autant à 50 ans ce que nous produisions à 20.
Un employé ayant 20 ans de boite ne pourra jamais prétendre à une augmentation de salaire, ce sera même plutot l'inverse.




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 betina a écrit [20/05/2010 - 19h15 ]  
betina

Avec le système de Cochise,c'est la meilleure façon de se tirer dans les pattes et bien sûr de diviser le personnel,je suis plus pour que les salariés puissent s'entraider en cas de problèmes,pas pour qu'ils se regardent de travers.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [20/05/2010 - 20h50 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Reprenons:
Les commissaires sont des fonctionnaires... et pour autant que je sache, ils ne sont pas payés aux résultats... ce que je trouve anormal. Ils devraient avoir un fixe correspondant au poste dans la hiérarchie administrative et des primes aux résultats des affaires résolues par exemple, ou peu importe les critères di moment que ce sont les mêmes pour tous mais pas ...rien.
D'autre part, un commissaire à, je suppose, moins de travail dans le Cantal que dans le 93, mais il a aussi surement moins de personnel pour effectuer sa tâche. Il faut donc comparer les résultats au travail à faire, et non au travail d'un autre commissaire ailleurs. ce n'est pas une course à celui qui en fait le plus (ou le moins), c'est une (ou des) prime liée à la qualité du travail effectué.... quelle que soit la profession.

Chez les secrétaires, on a toujours payé plus cher une secrétaire de direction qu'une hôtesse d'accueil.... ce qui me semble logique. Et pour cet exemple spécifique, il est clair que les femmes sont plus performantes que les hommes même s'il y a surement des exceptions... ce qui justifie de préférer des femmes à ce poste et de les payer correctement.

Travail en groupe:
Quand les gens n'ont pas le même poste, ni la même pénibilité, ils peuvent avoir des salaires de base différents, puis, concernant les résultats du groupe, si prime il y a, elle sera répartie pour le groupe au prorata du salaire de base pour tous ceux qui y ont participé.

Quel travail n'est pas quantifiable.?
Tout est quantifiable, c'est la nature ou l'objet de ce qui et quantifié qui change... c'est tout.

"...Nous ne produisons pas autant à 50 ans ce que nous produisions à 20"
Ah bon.? Cela dépend fortement du métier en cause, et c'est souvent le contraire. Il est rare qu'on ait le même poste à 20 ans et à 50.
A 20 ans, même bardé de diplômes, il manque la pratique, et les connaissances dues à l'expérience.... qui remplacent avantageusement les diplômes.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cochise_fr a écrit [20/05/2010 - 20h54 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Non Betina, c'est le contraire.
Quand tout le monde est intéressé aux résultats, tout le monde aide les plus faibles pour que le challenge réussisse.
C'est quand les gens travaillent chacun en solitaire dans leur coin, avec leurs petites magouilles personnelles que les gens se tirent dans les pattes..... c'est à dire la situation actuelle.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [20/05/2010 - 21h11 ]  
betina

Et qui va quantifier le travail? et quantifiera le travail de ceux qui ont quantifier?
Il y aura toujours des surveillants qui ne serviront qu'à semer la discorde à mon avis,votre méthode n'est pas au point...




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 Leumas80 a écrit [20/05/2010 - 21h32 ]  
Leumas80

Pour les secrétaires, ok, je comprends.
Pour le travail de groupe, ok, c'est logique.

En revanche, tu ne m'as pas convaincu sur plusieurs points.
"Il est rare qu'on ait le même poste à 20 ans et à 50."
Explique ça à ceux qui travaillent à la chaine dans les usines "moyennes" qui ferment en Picardie.
Témoignage à l'appuie, pour faire pleurer l'auditeur, je cite : "Mon mari et moi travaillons depuis 30 ans, nous nous sommes d'ailleurs connus dans l'usine." (fermeture d'une usine de meubles de salon en 2009) et, à mon avis, dans cette usine, les postes de responsables ne sont pas donnés (ou rarement) à ceux qui ont débutés à la chaine et deuxième exemple, même si un jeune n'a pas d'expérience, si on lui demande de mettre des boutons sur un jean (un ami qui a perdu son boulot chez Levis Nord Pas de Calais), un jeune aura l'expérience au bout de quelques jours. Il était resté 15 ans dans l'usine et faisait toujours le même boulot, ce n'était pas le seul.

"Tout est quantifiable" ... là, c'est un point pour lequel je diverge totalement.
Dans la vente, peut être, dans le secondaire et le primaire également.
Mais prends dans ce cas l'exemple d'un téléconseiller de chez ORANGE par exemple (j'en vois déjà qui ragent et grincent des dents).
Sur un téléconseiller qui "traite" 30 appels à l'heure (1 toutes les deux minutes, c'est largement faisable) mais qui rappellent un autre jour ou dont le problème n'est pas résolu, et un autre qui en traite 3 à l'heure, mais dont les clients raccrochent satisfaits (si, si, ça arrive, j'ai déjà expérimenté), à salaire de base égal, qui doit ont le mieux payer? La quantité ou la qualité ?
Sachant que la qualité n'est pas quantifiable si le client ne se manifeste pas lui même (je rappelle que pour le premier téléconseiller, c'est lui qui indique sur le dossier client "problème réglé").

En deuxième exemple qui a d'ailleurs soulevé les syndicats de police (je reviens sur eux et oui).
Comment quantifier le travail d'un policier? L'ancien ministre de l'intérieur qui est actuellement président de la République (devinez qui?) a instauré la prime au mérite.
La base la plus simple pour quantifier le travail : le PV (ça vous parle?), je rappelle également que tout véhicule passé au crible par un féru du code de la route peut faire repartir le propriétaire avec un joli jeu de carte (entendez un paquet d'amende) d'où la dérive.
Maintenant, dans la police, il n'y a pas que police secours, il y a aussi la BAC (qui n'est pas là pour faire des PV normalement) et les délinquants ne se montrent pas en faisant coucou. Qu'est ce qui va se passer ? Les policiers vont se rabattre sur ce qu'ils peuvent prendre, le simple fumeur de joint (et hop, un baton) qui critiquera la police et patati et patata....
Chez les policiers, il y a également d'autres service : la canine (qui passent la plupart de leur vacation à entrainer le chien, vachement quantifiable), le GIPN (qui ne sort que quand ils sont demandés par un service, quantifiable, mais pas équitable), les formateurs (là, faut m'expliquer comment on quantifie ça...) etc... etc...
On va me parler du privé, mais là aussi, il y a du travail non quantifiable : va-t-on compter le nombre de papier utilisé pour le personnel travaillant dans un BRH? Comment fait on pour payer un cameraman sur la quantité? Et les portiers des grands hôtels, on verifie le nombre de p




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 Leumas80 a écrit [20/05/2010 - 21h37 ]  
Leumas80

Mince, tout n'a pas été inscrit. Je continue.
... on verifie le nombre de porte ouverte par le client et par lui?
Encore un autre exemple, les femmes de ménage. Pour elle, pas d'échappatoire, c'est propre ou non. Que faut il quantifier? Le nombre de poils de cul laissés sur la cuvette des toilettes?

Je rappelle cochise que je ne suis pas contre l'idée que tu as proposé, au contraire, mais ces questions que je soulève montre une grande difficulté pour appliquer cette méthode.

N.B. : Betina a raison sur ce point, qui va surveiller et qui va surveiller les surveillants?




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 betina a écrit [20/05/2010 - 21h48 ]  
betina

Cette technique n'est pas nouvelle,je l'ai connue dans les années 80.Le chef qui devait quantifier avait ses têtes et rien ne se passait comme prévu car il ne faut pas oublier que nous avons à faire à des humains et pas à des robots,et qu'il y aura toujours des dérives.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [21/05/2010 - 01h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
La quantification ou l'appréciation ne se décident pas après, mais avant que le travail ne commence, le challenge étant connu avant de débuter n'est pas à l'appréciation de quelqu'un d'autre.... le challenge (quelle que soit sa forme) est fait... ou pas.... c'est tout.
Un challenge n'est pas particulièrement une course de vitesse, et pour reprendre l'histoire France télécom ci dessus, il faut bien sur privilégier le travail bien fait à beaucoup de travail bâclé.D'ailleurs, en général, après chaque appel au SAV, je reçois un mail de demande de satisfaction.... que je rempli consciencieusement du mieux possible les questions n'étant pas toujours pertinentes.... et quand je ne suis pas content, je le mentionne.

D'autre part il y a avec mon offre plusieurs niveaux d'intéressement:
- le niveau personnel
- le niveau d'un groupe ( comme indiqué plus haut)
- le niveau de l'entreprise où tout le monde est concerné.
Chaque poste a ses spécificités, mais chaque poste peut être quantifié d'une manière ou d'une autre qui peut être différente pour deux individus distincts.

Il est bien évident, Betina, que la quantification ne peut se faire à posteriori afin d'éviter les appréciations "à la tête du client". C'est un peu comme si on changeait les règles d'un jeu en cours de partie.... ce serait stupide.

Le principe global est pour un individu quel qu'il (elle) soit:
- si vous faite cela.... vous avez tel salaire
- si vous faite cela en plus vous aurez cela en plus
- si le groupe fait cela ... le salaire ne change pas
- si le groupe fait cela en plus... les membres du groupe auront cela.
- si l'entreprise fait cela... le salaire ne change pas
- si l'entreprise fait cela en plus... tout le personnel aura cela en plus

et si on fait moins, d'abord on retombe au minimum vital (tout le monde), puis on dégage, chacun pris individuellement bien sur.
Par exemple une entreprise qui fait des pertes fera retomber tous les salariés au salaire de base de leur poste (du balayeur au PDG).
Une autre qui fait des bénéfices verra 25 pour cent des bénéfices répartis entre tous les salariés ayant travaillés dans l'entreprise au cours de l'année au prorata des heures travaillées sans distinction de poste. Les 75 pour cent restant sont partagés entre l'état et les actionnaires.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [21/05/2010 - 01h51 ]  
Lambda11

Je trouve toutes ces propositions bien méprisantes pour les travailleurs actuels, que l'on fait passer pour des fainéants chroniques et patentés ou payés à rien foutre... :-C

C'est une atteinte à tous ceux qui se lèvent tôt, font parfois des heures de trajet pour aller jusque sur leur lieu de travail, où ils mettent un point d'honneur à accomplir leur charge de travail en donnant souvent le meilleur d'eux-mêmes pour un métier qui n'est pas nécessairement leur vocation première ("faute de pouvoir faire ce que tu aimes, tâches d'aimer ce que tu fais", m'enseignait mon père quand j'étais jeune)...

La question du départ portait sur l'égalité de salaire entre les hommes et les femmes. C'est une loi du travail qui est trop souvent bafouée de nos jours encore dans les entreprises. Mais c'est une LOI sacrebleu ! Qu'elle soit appliquée, point final ! Faute de quoi, que les patrons voyous soient sanctionnés !

Quant à la rémunération actuelle, elle est bien définie :un salaire égal pour un travail égal, pour une tâche bien définie dans un temps de travail lui aussi bien défini. Le reste n'est que superfétatoire et n'est fait que pour créer des dissensions entre les différents personnels. Que les heures supplémentaires soient déjà réglées à leur juste prix, ça serait un bon début.




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 cochise_fr a écrit [21/05/2010 - 02h25 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je trouve très surprenant que des conditions améliorant grandement la condition ouvrière offre si peu de crédit à vos yeux.

Je ne vois aucun mépris à payer mieux les gens qui travaillent, ceux là même que vous décrivez comme étant méprisés.

Quand à l'inégalité, elle n'est jamais possible à établir et à prouver.... ou si peu souvent. Il existe bien des stratagèmes parfaitement légaux pour ne pas se faire prendre et rester dans la légalité, et les patrons ont largement les moyens financiers de se faire conseiller pour cela.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Lambda11 a écrit [21/05/2010 - 02h47 ]  
Lambda11

Cochise, je dis simplement qu'il existe des lois du Travail, et que ce serait déjà un grand progrès que de les faire respecter ! Et que je trouve regrettable d'essayer de quantifier qui fait le plus gros effort quand on tape avec un marteau, est-ce celui qui lève le bras ou celui qui le baisse ???!!!

D'instaurer la suspicion et la rivalité dans une entreprise revient à mettre en place une atmosphère puante au sein d'une équipe de travail. Forcer au rendement (qu'il soit quantitatif ou qualitatif) avec des systèmes de primes (qui paraissent toujours alléchantes au premier chef quand on a une petite famille à nourrir et à mettre du beurre dans les épinards) revient à intensifier les cadences de travail qui sont déjà poussées à . On voit ce que ça peut donner à Télécom et comment des personnels pressurisés à l'extrême en sont arrivés à se suicider par "burn out"...

Les lois sont là, appliquons-les, ça sera déjà un grand progrès !




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 cochise_fr a écrit [21/05/2010 - 04h37 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"je dis simplement qu'il existe des lois du Travail, et que ce serait déjà un grand progrès que de les faire respecter !"
Vous oubliez juste un petit détail d'importance..... c'est que ces lois auxquelles vous semblez attachée ont été faites par les patrons pour les patrons et sont beaucoup plus esclavagistes que ce que vous me reprochez. Alors, plutôt que de les respecter, je préconise de les anéantir et de les remplacer par des logiques de travail plus justes et plus rémunératrices pour les bas revenus.
Vous parlez des cadences "déjà poussées" vous même.... en oubliant de préciser "poussées mais pas payées".... et vous appelez cela de l'équité.?

Quand une crise survient dans une entreprise, vous avez déjà vu le revenu des cadres et dirigeants baissé avant celui des ouvriers.? Ce sont les plus bas revenus qui doivent augmenter la cadence pour le même salaire, ou baisser leur salaire pour conserver leur poste, ou carrément se retrouver en chômage technique quand ce n'est pas en chômage tout court. Et si cela ne convient pas, on ferme et on délocalise, ce qui revient à dire "faites ce que je dis et fermez la.!!"..... et des lois qui permettent cela vous conviennent.? C'est votre droit, mais ce n'est pas mon point de vue.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Leumas80 a écrit [21/05/2010 - 12h57 ]  
Leumas80

Cochise, tu as bien expliqué la proposition et j'ai bien compris, la quantification se forme par un objectif à atteindre, mais sur les simples propositions que j'ai faite, que proposera, à ton avis le directeur de ORANGE? Le nombre d'appel traités? Ce qui est vérifiable. Ou bien le nombre de clients satisfaits, ce qui n'est quasiment pas vérifiable, vu que les clients savent râler, mais ne savent pas féliciter (je le sais, combien de fois je me dis qu'il faut le faire et que je ne le fais pas moi même).

Les femmes de ménages, quel objectif supplémentaire à atteindre? A mon travail, elles lavent tout, tous les jours. Ce n'est pas un objectif, c'est un ordre. Ensuite, elles ont interdiction de s'occuper d'autres choses comme les fenêtres par exemple (ce n'est pas aux femmes de ménage de s'en occuper). Ce travail est il dans ce cas condamné à n'être payé que le salaire de base?
D'autres part, tu n'es pas revenu sur les objectifs liés à la pénibilité du travail par l'âge. La stagnation professionnelle n'est pas rare contrairement à ce que tu sembles vouloir dire.

Personnellement, je travaille de la manière dont tu l'expliques, avec des objectifs à atteindre, mais sans conséquence sur le salaire et bien, je dis, heureusement pour moi, vu que ceux qui donnent les objectifs n'ont pas conscience (partout), de la charge de travail que représente cet objectif ou ces objectifs, résultat, des fois on y arrive, mais en laissant de côté d'autres dossiers et des fois (souvent), on est débordés. Les supérieurs s'en fichent royalement des difficultés, ce qu'ils veulent, c'est du résultat, quelqu'il soit.
C'est donc, ça que tu veux généraliser, avec des conséquences sur les salaires?




Prends la pilule bleue et découvre la vérité.


 cochise_fr a écrit [21/05/2010 - 13h39 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Je rappelle que je n'applique pas ce principe à un employé particulier parmi d'autres, mais à toute la chaine hiérarchique, quelle que soit l'importance du poste.
Tous les employés ont une base ET un intéressement sur leur salaire mensuel ET un intéressement aux résultats de l'entreprise.
L'intéressement mensuel peut ne pas être important quand le poste ne s'y prête pas ou moins. Il peut être reporté sur un objectif de groupe que le groupe partage quand il est réussi..... et le chef est dans le même bateau.

Le salaire de base permet de vivre dignement.... et les primes (peu importe leur nom) sont.... des primes justement, pas un du qui doit tombé systématiquement tous les mois.
La vie d'une entreprise est ainsi faite qu'il y a des hauts et des bas, quelle que soit l'entreprise, et il me semble plus sain que lorsque l'entreprise marche bien, tout le monde touche, et quand cela va moins bien, tout le monde se contente du minimum de base.... ce qui n'est évidemment pas le cas actuellement.... où les gros encaissent dans tous les cas de figure, et les petits trinquent dès qu'il y a un problème.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betina a écrit [21/05/2010 - 17h42 ]  
betina

Pour l'instant ce n'est pas cochise qui fait la loi du travail.Si la loi était respectée,les travailleurs feraient un grand pas en avant.

D'ailleurs ce système aurait bien du mal à être mis en place,c'est un rêve que vous avez cochise mais que tout le monde n'a pas.




"La violence est le dernier refuge de l'incompétence".Isaac ASimov "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence" S.Gainsbourg


 cochise_fr a écrit [21/05/2010 - 21h03 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais rassurez vous Betina, les patrons s'acharnent à ce qu'elle soit respectée..... la loi, c'est de leur intérêt puisqu'elle a été faite pour eux, décidée par eux, et appliquée par eux.

Quand une réforme donne 1 au salarié qui se réjouit, il donne simultanément 5 (au moins) au patron qui ne dit rien mais n'en pense pas moins.

Vous pouvez prendre tous les sujets que vous voulez.... c'est comme cela que cela fonctionne. Après, si cela vous convient, libre à vous, mais il ne faut pas être dupe du système en place, et je dis qu'il est urgent de le réformer en profondeur.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à morphee63






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.