Que pensez vous d'être jugé pour harcèlement au travail et condamné la victime à dédommager l'harceleur ?



wisty
Cette question a été posée par Wisty, le 23/11/2010 à à 21h21.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Emploi.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Wisty a écrit [23/11/2010 - 21h21 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Wisty

Une situation plus qu'humiliante d'un ouvrier qui a été harcelé pendant 10 ans sur son boulot, il se voit condamné à dédommager son harceleur. D'où ma question.




Wisty


 betinaweb a écrit [23/11/2010 - 21h25 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betinaweb

As-tu un article où il y aurait plus de détails Wisty?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Wisty a écrit [23/11/2010 - 21h33 ]  
Wisty

beti, va sur le site rtlinfo, il y a la vidéo, et puis sur la libre.be, on y donne les détails. J'ai vu l'émission dimanche sur rtl, à midi, controverse. J'en ai eu le coeur malade, et la victime a un post-traumatique du langage, il est devenu bégre.




Wisty


 Wisty a écrit [23/11/2010 - 21h39 ]  
Wisty

En regardant l'émission et écouter toutes les explications, de ce harcèlement, j'en avais le coeur serré. On l'enfermait dans une cage, pendant des heures. On le liait sur une palette, il ne pouvait se détacher, pendant qu'on l'arrosait au karcher, Un autre témoin était présent, son récit, il pleurait tout en expliquant.....Quelle horreur, ils ont vécu. Cela s'est passé dans une entreprise de Soignies, du nom Mactac, et la direction n'a jamais rien fait, et l'harceleur est un délégué syndical de la CSC. Chez nous. Le syndicat n'a jamais intervenu non plus.




Wisty


 Wisty a écrit [23/11/2010 - 21h41 ]  
Wisty

Et de surcroît, c'est l'harceleur qui dépose plainte au Tribunal du Travail de Mons, il fait condamné la victime à lui verser 250.000 €




Wisty


 betinaweb a écrit [23/11/2010 - 22h08 ]  
betinaweb

Ils sont fous ces belges.Le harceleur va se faire avoir surtout si l'affaire a été médiatisée.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 00h30 ]  
papiguy

Wisty, tu fais erreur !

Lorsque la Direction de l'entreprise a vu la video, les auteurs du harcèlement ont été licenciés immédiatement, mais le Tribunal de Mons a jugé le licenciement abusif et condamné l'entreprise et non la victime du harcèlement à dédommager les "bourreaux".

Ceci ne préjuge en rien des résultats de l'action en justice intentée par la victime. Mais il y a de grandes chances que la plainte n'aboutisse pas car les faits les plus graves sont prescrits.
Le problème posé est maintenant celui de la durée du délai de prescription, beaucoup trop court en Belgique (5 ans).

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1184310/2010/11/18/MACtac-a-licencie-les-bourreaux.dhtml

http://www.rtlinfo.be/info/belgique/faits_divers/754564/harcelement-chez-mactac-le-delegue-syndical-sera-exclu-de-la-csc

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/1186439/2010/11/23/MACtac-a-perdu-des-clients.dhtml




 cochise_fr a écrit [24/11/2010 - 11h39 ]  
cochise_fr

Bonjour,
La judiciarisation des phénomènes publics conduit à des aberrations.

Il faut "une formation" pour que les employés ne torturent pas leurs collègues.? De qui se moque t on.?
Le tortionnaire indemnisé de 250000 euros pour un licenciement non conforme.? De qui se moque t on.?

Il suffit de fermer l'entreprise et de la faire reprendre par l'état. Les autres patrons finiront par prendre un peu de temps pour traiter les problèmes avant qu'ils ne deviennent graves.

Actuellement, les médias en parlent pour faire de l'audience, mais en réalité, tout le monde s'en fout..... sauf les intéressés bien sur.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 12h46 ]  
papiguy

cochise_fr,
Ce n'est pas la judiciarisation "de phénomènes publics" qui conduit à des aberrations.
Les parties prenantes sont assez stupides et irréfléchies pour y conduire.

Qu'il faille de la formation ou plutôt de l'information pour éviter des dérives n'a rien d'anormal quand le monde tel qu'il nous est servi par les medias banalise violence, crimes et délits.

Qu'une entreprise qui ne respecte pas la loi en ce qui concerne les licenciements de personnes protégées soit rappelée à l'ordre par un tribunal n'a rien d'anormal, au contraire.

Faire reprendre l'entreprise par l'Etat alors qu'elle est en situation difficile c'est faire payer aux contribuables les erreurs de sa direction. La direction doit être sanctionnée car elle ne pouvait ignorer ce qui se passait de façon répétitive, et devrait verser des dommages et intérêts aux victimes.

Même s'il y a prescription sur le délit de harcèlement, ce délit pourrait être requalifié en coups et blessures volontaires pour les harceleurs et non assistance à personnes en danger pour la direction et complicité passive.

Que les medias en parlent est au contraire salutaire,
- c'est un rappel pour tout le monde, employés et directions
- la conséquence utile pourrait être le rallongement de la durée de prescription.




 cochise_fr a écrit [24/11/2010 - 15h06 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Les parties prenantes sont assez stupides et irréfléchies pour y conduire."
Non, si le système ne permettait pas cela, cela n'existerait pas.... tout simplement.

Je ne savais qu'il fallait une formation pour savoir qu'on ne doit pas foutre sur la gueule des autres. Bizarre l'éducation reçue.!!

L'entreprise n'est pas en situation difficile, et la faire saisir puis gérer par l'état ne coute rien à personne.... sauf aux actionnaires déchus et aux dirigeants indélicats ce qui est la moindre des choses.

Quand au droit de prescription, il ne devrait tout simplement pas exister. Tant que l'on peut apporter la preuve de ce qui porte tord, la justice devrait suivre son cour. Et les auteurs de délinquances sauront qu'ils ne sont jamais plus à l'abri.... même 40 ans après les faits.

Si en parler dans les médias avait une vertu éducative, cela se saurait. Tout ce que cela peut apporter, essentiellement grâce aux journalistes d'investigation, c'est d'éviter que les délits se résolvent en petit comité de direction et au dépens des victimes.

N'oublions jamais que la justice est faite par l'état pour l'état, alors qu'elle devrait être faite par le peuple pour le peuple. Les victimes sont le plus souvent ignorées, leurs cas sont minimisés, leurs indemnisations sous évaluées, ce qui est indigne d'une justice..... la preuve avec ce cas, ou l'indemnisation du licenciement est évalué à 250.000 euros mais le harcèlement et les sévices de tortionnaires à .... zéro euro. Une honte.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 15h53 ]  
papiguy

cochise_fr
"Non, si le système ne permettait pas cela, cela n'existerait pas.... tout simplement. "
Le système est fait et mis en oeuvre par des hommes, et croire qu'un système, même bien fait empêcherait les dérives est faire preuve d'angélisme.

"Je ne savais qu'il fallait une formation pour savoir qu'on ne doit pas foutre sur la gueule des autres. Bizarre l'éducation reçue.!! ".t bien le sens de mon message.
Il faut avoir peu d'expérience de la vie en société pour affirmer ceci. On peut conditionner des populations entières pour commettre les pires crimes. Le travail d'éducation (au sens positif) n'est jamais vraiment terminé. Comme pour la vaccination il faut des piqûres de rappel.

Sur le droit de prescription nous sommes d'accord et c'était bien le sens de mon message.

"Si en parler dans les médias avait une vertu éducative, cela se saurait."
Affirmation gratuite. Rien ne permet d'affirmer qu'une information bien faite qui rappelle les valeurs et le droit n'a aucune utilité. Il ne faut rien négliger en matière d'éducation.

"Tout ce que cela peut apporter, essentiellement grâce aux journalistes d'investigation, c'est d'éviter que les délits se résolvent en petit comité de direction et au dépens des victimes. "
Absolument d'accord, c'est la vertu essentielle de l'information, à condition qu'elle soit libre et non manipulée ou muselée.

Il y a deux affaires séparées en droit: celle du licenciement et celle du harcèlement.

- Sur les indemnités de licenciement:
La loi s'applique à tous, quelle que soit la raison de celui-ci. Cette affaire n'a pas été soumise à un jury populaire et le Tribunal a simplement dit le droit. , et personne ne se plaindra que l'entreprise ait été condamnée. L'entreprise fera sans doute appel, et le fautif risque de perdre son indemnité.

- Sur le harcèlement:
Le tortionnaire licencié reste sous le coup d'une information judiciaire. D'autres employés ont été également victimes et ont porté plainte.

Les deux dossiers sont séparés, relevant de deux juridictions différentes, et les affaires ne sont pas terminées.

Si on ne fait pas cette distinction, voir un tortionnaire indemnisé et sa victime non apparaît effectivement scandaleux. Mais la Justice doit rester sereine, on n'est plus à l'époque des lynchages.




 Wisty a écrit [24/11/2010 - 17h21 ]  
Wisty

Bonjour, papiguy - l'erreur que tu crois, l'être de ma part.....le dit dédommagement était spécifié dans un article de presse, au chef de la victime. Mais, tu as raison dans un certain sens, cette version a été corrigée. Oui, il y a bien eu ce licenciement, (dit abusif), mais je pense que la justice n'était pas au courant des faits, qui sont aujourd'hui médiatisés et visionnés sur vidéo. Tu as raison cochise, il faudrait fermer cette entreprise et que l'état la reprenne. Mais ça..???




Wisty


 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 17h27 ]  
betinaweb

La médiatisation de cette affaire va certainement faire bouger les choses.L'entreprise et le harceleur ne s'en sortiront pas si facilement.
Plus on en parlera,mieux ce sera.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Wisty a écrit [24/11/2010 - 17h28 ]  
Wisty

Avec cette affaire médiatisée, on va revoir la prescription (5ans), la ralonger par un projet sur une période de 10 ans. la ministre en cause, ne se rend pas compte, qu'une vie n'est jamais prescrite, et que si elle opte pour une Durée de 10 ans, les victimes de la pédophilie, suceront leurs doigts, dans le sens, de ne jamais être dédommagé par l'Eglise, eux aussi, c'est du spectres, abusifs, à gâcher la vie des autres en harcèlement sexuels sur des enfants. Où va t-on ? Comme tu dis cochise, on prend les gens pour des cons.....Malheureusement, il n'y a pas qu'en Belgique que cela se passe.




Wisty


 cochise_fr a écrit [24/11/2010 - 17h36 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais oui, mais oui, on le sait bien que la justice est faite par des administratifs qui ont tout leur temps et n'ont que faire des victimes.... ce n'est pas nouveau,mais cela s'aggrave.

"Mais la Justice doit rester sereine"
Parce que c'est cela une justice sereine.? Une justice payante, une justice de classe, une justice aux ordres.? Pas pour moi.!!
La justice doit d'abord se préoccuper du sort des victimes, tout le reste est accessoire. Quand aux délinquants, leur seule place est à l'isolement du reste de la société, de manière automatique, surtout au regard de la durée des procédures.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 17h36 ]  
papiguy

Faire reprendre une entreprise par l'Etat alors que celui-ci a du mal à assurer sa propre gestion, et que l'heure est à la diminution des déficits.

Les propriétaires de l'entreprise, c'est à dire ses actionnaires, ne sont probablement pour rien dans cette affaire, et on les spolierait pour punir quelqu'un d'autre ? On a un peu de mal à trouver le bien fondé d'une telle démarche. Ceci signifierait que parce qu'on est actionnaire d'une société on est forcément coupable des délits ou crimes commis par celle-ci, ce qui est absurde. Laissons la Justice faire son travail. Les incitations au lynchage n'ont jamais rien amené de bon.




 Wisty a écrit [24/11/2010 - 17h37 ]  
Wisty

Bonjour beti, Tu as raison, il ne faut pas arrêter d'en parler, le plus longuement possible, il doit y avoir des rebondissements, qui doivent rester déterminés, dans la conduite sociale. Ce qui me choque, dans cette histoire, de harceleur, c'est un délégué syndical de la CSC, affiliation chrétienne, supposée, alors qu'au sein de ce même syndicat, le personnel fractionné dans de petits pouvoirs, se croient tout permis en imposant leurs volontés aux affiliés, mais n'osent pas s'imposer aux politiques pour le bien d'un droit social égalitaire de leurs affiliés en pertes d'emploi. Mieux que cela, s'il y a des exclusions de chômeurs, celles-ci sont concertées à l'avance avec des éléments qui argumentent ces exclusions. Et voilà la misère démocratique......?????




Wisty


 Wisty a écrit [24/11/2010 - 17h41 ]  
Wisty

Je ne peux m'empêcher de dire que le syndicalisme se capitalise aussi, d'ailleurs plus d'affiliés ils ont, plus beaux bureaux ils s'offrent, incroyable mais vrai. On utilise l'argent des gens à bien du profit, dans certain couloirs. C'est dégueulasse tout simplement.




Wisty


 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 17h43 ]  
betinaweb

Qu'il soit délégué syndical,chrétien ou autre chose n'est pas le problème.Le problème est que cet homme soit un harceleur reconnu par différents employés avec des méthodes plutôt sadiques ce qui indique que sa santé mentale n'est pas très nette.
Il ne faut plus qu'il soit en mesure de recommencer et qu'il soit puni pour ce qu'il a fait.
Mais la justice fera son travail ,n'en doutons pas.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 17h47 ]  
betinaweb

Ne mélange pas tout Wisty,ce n'est pas parce qu'un syndicaliste a dérapé que tous les autres sont à mettre dans le même panier.
Les raccourcis sont vite faits,on ne va pas retourner sur ce terrain.Il est miné...

Heureusement qu'il y a encore des partenaires sociaux.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 17h51 ]  
papiguy

Wisty, ne mélangeons pas tout !

Il s'agit d'une affaire de harcèlement au travail, et la personnalité ou les fonctions du harceleur n'ont rien à voir avec le sujet, sauf à être des circonstances aggravantes.

On fait le procès d'un ou plusieurs individus et non ceux du capitalisme, du syndicalisme ou de la Justice comme se plaît à le faire cochise_fr.

Mélanger les questions est la meilleure façon de ne pas pouvoir y répondre correctement, pas plus que lancer des imprécations.




 Wisty a écrit [24/11/2010 - 17h51 ]  
Wisty

Oui beti, avoues quand même que de tels procédés sont démoniaques, c'est vrai, qu'il ne faut pas surtout en faire une généralité, naturellement, on sait que tout le monde n'est pas comme cela. Mais le syndicat CSC, est une chose à part, malheureusement je peux en parler, j'en ai fait partie. J'ai quitté, sans donner de raisons, mais dans le plus profond de moi-même, je préférais penser en silence.




Wisty


 Wisty a écrit [24/11/2010 - 18h01 ]  
Wisty

Oui, papiguy, mais chez moi, le coeur parle plus que la parole et parfois, ma pensée va plus vite que mes doigts. Et puis, je parle en connaissance de cause, j'ai fait beaucoup de choses dans ma vie. Et comme tu dis, on peut conditionner une stratégie pour une déstabilisation sociale ou cibler quelqu'un en particulier. Cela aussi je connais, je ne balaye pas les trottoirs.....si tu vois ce que je veux dire.




Wisty


 cochise_fr a écrit [24/11/2010 - 19h58 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais oui, mai oui, le harceleur, ce pauvre petit, est un grand malade qu'il va falloir soigner. Pour peu qu'il ait eu une enfance malheureuse et on aura gagné le pompon.
Mais ce que devient cet ouvrier maltraité (c'est le moins que l'on puisse dire) ne semble pas émouvoir grand monde. Que faire pour son bien être et sa reconstruction (si toutefois c'est possible) devra attendre la fin des débats (dans quelques années) et qu'il se démerde jusque là.... hein.? Pas mal, pas mal.! Lui, pourtant, c'est tout de suite qu'il a des besoins.
C'est d'ailleurs pour cela que bien des gens ne portent pas plainte, car il savent bien que rien ne sera fait pour les soulager de leur souffrance, avec les emmerdements administratifs et judiciaires en plus, alors ils se taisent et essayent d'encaisser au mieux les affres que la vie leur fait supporter.

Une vraie honte pour un pays qui se dit civilisé.!!

"Ceci signifierait que parce qu'on est actionnaire d'une société on est forcément coupable des délits ou crimes commis par celle-ci,"
C'est tout à fait cela.!!
Les actionnaires sont responsables des dirigeants qu'ils nomment en leur lieu et place pour gérer l'entreprise. Les dirigeants sont responsables de tout ce qui se passe dans l'entreprise, et s'ils ne sont pas au courant, c'est encore plus grave.!! La délégation de pouvoir n'entraine pas la délégation de responsabilité. Ils n'avaient qu'à nommer des dirigeants compétents.
Le harceleur tortionnaire est coupable de ses actes. Ses chefs sont coupables de n'avoir rien vu et de fait rien fait pour que cela n'arrive pas. La direction de l'entreprise est responsable de n'avoir rien fait pour que cela n'arrive pas, surtout à répétition. Être à la direction d'une entreprise, ce n'est pas seulement compter les billets à la fin de l'année.
Oui les actionnaires devraient être spoliés, et cela sera une leçon pour les autres de s'occuper d'un peu plus près à ce qui se passe dans les entreprises qui leur rapportent leurs revenus. Les donneurs d'ordre sont toujours responsables des ordres ET de la totalité des conséquences que leurs ordres ont induits, y compris s'ils n'y avaient pas pensé avant. Si on ne veut pas prendre ses responsabilités, on peut rester employé, ce n'est pas une obligation de diriger.

Quant aux syndicats, ils n'ont pas les moyens de vivre de leurs cotisations, alors ils sont à la solde des gouvernements et font la manche comme des putes sur les boulevards en fonction de leurs accointances avec les gouvernants en place. On ne peut dans ce cas pas en attendre grand-chose puisqu'ils ne vont pas couper la main qui les nourrit. Quand la syndicalisation sera obligatoire, avec une cotisation connue (1% par exemple), on verra alors des syndicats libres d'agir en fonction de leur popularité, et de l'exemplarité de leurs action ou de leurs décisions (qui ne consistent pas à défiler dans le rue).

Mais si Papiguy, tout cela est lié, et le pauvre malheureux ouvrier n'est que la victime expiatoire d'un système pourri qui laisse faire et permet de telles actes inacceptables. Il y en a surement d'autres qui dans le même temps subissent la même chose dans un silence assourdissant. Quand il n'y a aucun (ou presque) risque pour personne, pourquoi se gêner.? Hein.? On ne vit pas au pays de Candy.!!
Et ce n'est pas parce qu'on diluera les responsabilités jusqu'à les faire disparaitre que cela donnera moins d'importance aux délinquances diverses et variées, petites ou grandes.

On peut résumer tout cela par quelques exemples connus: Böpal en Inde, AZF en France, BP aux USA, le sang contaminé en France encore, l'affaire de Karachi en France toujours (et qu'il y ait d'autres exemples ailleurs n'est pas une excuse).

Responsables mais pas coupables.!!! On connait.!!
Responsables donc coupables.!! Évidemment c'est différent.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [24/11/2010 - 20h19 ]  
betinaweb

Mais pourquoi vous emportez vous,personne n'a dit qu'il n'était pas coupable et qu'il ne devait pas être puni.
Pourquoi ne tiendrons-nous pas compte des victimes? Pourquoi ne pas reconnaitre que ce mec est un détraqué,un malade,cela ne l'empêchera pas d'être puni pour ce qu'il a fait.
Les gens normaux n'agissent pas de cette façon.

La justice est faite par les hommes donc elle sera toujours critiquable chacun jugera en fonction de ce qu'il est d'où les disparités d'une affaire à une autre.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [24/11/2010 - 20h46 ]  
papiguy

cochise_fr,
il ne faut pas raconter n'importe quoi.
Un petit porteur d'une très grande entreprise ne désigne pas les dirigeants de celle-ci. C'est le conseil d'Administration qui le fait, et effectivement il a une part de responsabilité sur ce qui se passe dans l'entreprise.

L'Etat a démontré qu'il pouvait être aussi mauvais actionnaire que n'importe qui. L'Etat actionnaire de référence a une part de responsabilité dans les suicides au travail chez France Telecom.

Si on suit ton raisonnement, il faudrait renationnaliser totalement France Telecom, alors que l'Etat n'aura rien empêché? Et le petit porteur qui a placé quelques économies dans une ou deux actions de France Telecom devrait être spolié.

Ceci ne tient pas la route, et la hargne ne peut tenir lieu d'intelligence. On ne vit pas plus au pays de Candy qu'au Far West.




 cochise_fr a écrit [24/11/2010 - 21h27 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bah, oui.Pour autant que je sache, il n'y avait pas de suicide à France Télécom avant la privatisation.... non.?
Et puis l'état, quand il est concerné est autant responsable et les dirigeants ET les ministres doivent être condamnés. Vous voulez des exemples ou vous les avez en tête.?
Allez, encore une couche...
Et tout cela à cause de l'Europe.!!... parce que c'est l'Europe qui a imposé les privatisations, et qui continue à vouloir absolument démanteler tous les services publics.

"Pourquoi ne tiendrons-nous pas compte des victimes?"
Il suffit de lire les participations. L'ouvrier victime n'intéresse personne. Comment se sent il.? Comment lui rendre sa dignité.? Comment compenser au mieux les dommages subits.? Comment indemniser ses souffrances.? ..etc

Visiblement cela importe peu. Et pourtant n'importe qui peut devenir victime à son tour n'importe quand et n'importe où, avec ou sans raison préalable.

Regardez les meurtres de Marseille, "ah, la violence et la drogue c'est pas bien" (pas un journal ne passe à travers) .... mais en attendant il y deux familles dans le deuil pour l'une et dans l'appréhension pour l'autre..... et c'est tout de suite qu'elles ont des besoins d'aide et de soutien, à la hauteur de leur détresse, tout en sachant que cela ne ramènera pas les disparus..... et sur tout cela, pas un mot.... et guère d'actes.!! Ils devront comme les autres se démerder tout seuls avec leurs problèmes.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à Wisty






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.