Payé pour ne pas travailler; un contre sens dans le contexte actuel?



tofinho
Cette question a été posée par Tofinho, le 12/06/2011 à à 09h03.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Emploi.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Tofinho a écrit [12/06/2011 - 09h03 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Tofinho

Beaucoup d'agriculteurs sont, actuellement, payé pour ne pas produire. N'est-ce pas un contre sens, surtout quand on connait la situation économique actuelle et la montée constante des prix de certains produits?




www.olhares.com/Tof - http://locaisesquecidos.webnode.pt/


 Wisty a écrit [12/06/2011 - 09h36 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Wisty

Bonjour,
@ Tofinho, Quel argument te fait-il penser qu'un agriculteur est payé, pour ne pas produire ?

L'agriculture, est une catégorie de métier, où, en principe, on ne chôme pas, puisque les journées sont longues dans le travail à fournir, ce qui est un traitement des matières premières de la terre et d'un cheptel. L'investissement matériel et physique est très important, sans négliger, que les agriculteurs sont dépendants du climat, aussi d'éventuelles catastrophes naturelles ; pour leurs cultures, qui doivent être mises en évolution de production, pour être commercialisée.

S'ils en vivent dans leurs privés, il n'est pas non plus sans conséquences de devoir capitaliser énormément pour maintenir leurs marches bénéficiaire, si tout va bien dans la normale.

Je pense, que l'ardeur au travail de l'agriculteur, ne pèse pas lourd financièrement. ;-)




Wisty


 Tofinho a écrit [12/06/2011 - 10h19 ]  
Tofinho

Juste le fait que le président de la République l'ai dit hier.:-D

220000 agriculteurs reçoivent une allocation pour ne pas cultiver leurs terrains. Une mesure que le nouveau gouvernement veux éliminer, et très bien je pense. C'est totalement absurde (sauf pour l'agriculteur, qui doit être bien content d'être rémunérer pour ne rien faire). Quoi que, je suis quasiment sur qu'ils font autre choses en parallèle; donc, ils gagnent deux fois. :-|




www.olhares.com/Tof - http://locaisesquecidos.webnode.pt/


 Wisty a écrit [12/06/2011 - 10h32 ]  
Wisty

Tofinho,

Ne va pas penser cela, c'est une erreur, lorsque je voyage,j'observe beaucoup la nature, et j'en vois des agriculteurs qui travaillent, idem en France.
Néanmoins, près de chez moi, il y en a des agriculteurs, et crois moi, ils rament.....

Il faudrait peut-être proposer à votre gouvernement, d'aller passer des vacances dans une ferme, ils sauront mieux désister leurs idées anti-sociales, un agriculteur n'a pas d'intérêt à se faire payer pour ne pas travailler, c'est une utopie. Je pense qu'il serait temps de changer de politique afin d'éliminer une gestion d'individualisme . Gérer un pays, c'est penser le faire évoluer économiquement et commercialement au profit de la société.




Wisty


 cochise_fr a écrit [12/06/2011 - 11h38 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Cette politique incongrue des subventions et des magouilles dure depuis des années.
L'agriculture marche sur la tête en Europe, et plus particulièrement en France. Tout est fait pour maintenir les agriculteurs sous dépendances financières, sans aucun rapport d'ailleurs avec leur travail ou leur production.
- on subventionne pour planter
- on subventionne pour arracher
- on subventionne pour laisser en jachères
- on subventionne pour soutenir la production
- on subventionne pour maintenir les prix
- on subventionne pour exporter..... puis parfois pour ré-importer les mêmes produits un peu plus tard.

tout cela n'ayant quasiment aucun lien avec le travail réel de l'agriculteur. C'est le délire administratif européen dans toute sa splendeur.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 carter a écrit [12/06/2011 - 14h12 ]  
carter

La mesure ne me parait si stupide que ce que vous en dites ; mais comme vous voyez que l’angle de lecture économique –sans doute par gavage quotidien dans les mass médias des dictats néolibéraux et ravages qui s’en suivent dans le ciboulot par l’économisme- vous finissez par méconnaitre les autres angles de lecture possible des décisions comme par exemple les lois inviolables de la Nature…

N’oublions pas qu’économie signifie littéralement « lois de la maison », c’est à dire ce que nous devrions faire pour que notre maison « Terre » soit gérée de manière la plus intelligente qui soit afin qu’elle perdure dans le temps. La vraie économie devrait donc rejoindre la science écologique dont ils ont des racines communes…

Tous les agriculteurs de toutes les cultures ont toujours su une chose en agronomie : il faut laisser reposer la terre que l’on cultive si l’on veut qu’elle redevienne exploitable. C’est d’ailleurs pour ça que les agriculteurs du Moyen-Age mettaient en jachères les terres cultivées pendant un certain nombre d’années. En somme, il faut que la terre se repose. Point barre. « Soit esclave de la nature afin de la dominer » disait lucidement le philosophe Bacon.

Mais nous nous sommes pris pour des Dieux qui pouvaient cracher à la gueule de la Nature. Les scientifiques moderne ont cru résoudre ce problème en inventant les engrais et fertilisants chimiques afin d’éviter ce rendement naturel décroissant du sol connu jadis mêmes des physiocrates (les pré-économistes).

Toutefois, nous avons dû déchanter : même bourrés d’engrais et de fertilisants, nos sols subissent cette loi des rendements décroissants ! La Nature se rie de nous ! Par exemple, le phénomène du farming (légumes produits de plus en dépourvus de micronutriments) devient de plus en plus préoccupant…

De plus, avec des terres agricoles qui se réduisent comme peau de chagrin sous le coup de l’industrialisation, les rendements agricoles de notre planète ont pour la première fois atteint un plafond ! D’ailleurs, l’ONU a tiré la sonnette d’alarme sur le fait que nous n’avons pas réussi à accroitre la productivité alimentaire mondiale d’une année par rapport à une autre pour la première fois ! Or l’accroissement de la population mondiale guette.

Dans ces ténèbres géopolitiques qui nous guettent, les pays qui prendront des mesures pour offrir à leurs générations futures des terres cultivables de bonne qualité seront sans doute des puissances assurées.

Aussi, la France se montre digne de sa tradition colbertiste, soit encore une fois par la mise d’une politique économique à long terme pour les générations futures (ce n’est pas le cas pour l’innovation technologique mais en agriculture, notre pays a du style)
Donc faut assurer que notre agriculture ne décroitra pas dans le futur. Pour cela, il faut laisser reposer les sols. Toutefois, en système libéral, les terres sont des propriétés privées et les propriétaires ont fait ce qu’ils veulent de leur terre.

Il y’a alors risque de conflits entre intérêts à court-terme et intérêts à long terme. Le propriétaire, s’il laisse des terres en jachères, perd de l’argent et son intérêts à lui bien senti de de les rendre productifs quitte à laisser à ses petits-enfants des terres médiocres.
Mais l’intérêt de la nation n’est pas dans des approches aussi courtes-termistes. Bref, faut payer les agricultures pour qu’ils ne léguent pas à nos enfants des terres de merde. A moins de collectiviser les terres mais ça, c’est le mal absolu en liberaland !

Bref, l’Europe qui sait que le « stress alimentaire » comme disent les experts est une bataille en devenir sauve sa pérennité en payant les agriculteurs à ne rien foutre.
Bref, on sauve notre cul. Alors, désolé, mais vos reflexes anti-européens ou antiétatiques ne sont pas de mise cette fois…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 cochise_fr a écrit [12/06/2011 - 16h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Autant j'agrée à l'histoire décrite, à l'usage des terres en bon usage, cela ne cautionne en rien, mais alors en rien du tout les actions financières de pseudo-régulation qui ne régulent rien et continuent à appauvrir les terres comme vous décrivez fort bien, avec un supplément de privatisation des souches de reproduction agricole qui rendent encore un peu plus dépendants les agriculteurs piégés dans la nasse des multinationales captivant le vivant.

Que cela plaise ou pas, les politiques ont transformé une agriculture naturelle en agriculture industrielle privatisée par les semanciers et les fournisseurs de produits chimiques divers et variés, et directement ou indirectement par les banques mafieuses..... le meilleur exemple en étant les OGM assassins de l'économie agricole des pays en développement.... et quelques autres..

L%u2019Europe agit pour le futur...... certainement.... mais pas pour le futur des agriculteurs devenus des fonctionnaires de l'état financier et industriel.

Collectiviser les terres, interdire la spéculation sur les produits alimentaires, interdire la privatisation du vivant et du végétal, bref redonner les honneurs à une profession de pourvoyeurs alimentaires pouvant vivre de leurs production, où que ce soit sur la planète....... je souscris volontiers.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Tofinho a écrit [12/06/2011 - 16h44 ]  
Tofinho

Les terres ont besoin de repos, certes, mais payer année après année un agriculteur pour les laisser "reposer" n'est pas une façon d'encourager les agriculteurs à se reposer eux mêmes?

Certes le travail de la terre est dur (et je le sais de mes propres mains...), certes il y à beaucoup de travail pour des rendements (très) bas, mais au lieux d'encourager aux repos, ne serait-il pas judicieux d'améliorer les conditions de travail et un marché plus rentable et équitable à ceux qui travaillent la terre?

Au lieux d'importer des produits étrangers et les vendre au prix de l'or, ne serait-il pas plus malin d'acheter directement chez le producteur local? Surtout quand souvent les produits importé sont payé plus cher que chez le producteur local... Incohérent non?

La Suisse est un exemple à suivre, ou dans quelques grandes villes (je pense notamment à Fribourg), ou les grands supermarchés achètent aux producteurs des alentours.




www.olhares.com/Tof - http://locaisesquecidos.webnode.pt/


 betinaweb a écrit [12/06/2011 - 20h02 ]  
betinaweb

Une terre en jachère ne fait pas se reposer le cultivateur.C'est pour lui un manque à gagner,
donc la PAC verse 25 euros les 10 mètres linéaires.
Ce qui est intéressant,c'est de voir des jachères fleuries qui favorisent la biodiversité,grâce à cela on peut revoir des insectes,des oiseaux ,des petits mammifères revenir à condition que le cultivateur n'utilise pas d'engrais ou de produits chimiques.
Je peux vous assurer que c'est un ravissement pour les yeux et ça n'empêche pas la terre de se reposer.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


Répondre à Tofinho






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.