Est ce que cela sert à quelque chose de faire la grève ?



elow
Cette question a été posée par Elow, le 30/10/2010 à à 11h56.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Emploi Finance.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Elow a écrit [30/10/2010 - 11h56 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Elow

J'ai un documentaire à réaliser sur cette question, j'aimerais avoir des avis, que pensez-vous de la grève ? pensez-vous qu'elle sert à quelque chose ?




 bougainvilliee a écrit [30/10/2010 - 13h38 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour Elow,

"Oui, la grève sert à quelque chose... à empêcher les travailleurs de travailler !"
Réponse d'un apprenti du bâtiment.




Le doute est ma seule certitude


 Elow a écrit [30/10/2010 - 13h48 ]  
Elow

Bonjour bougainvilliee,

Merci bien pour votre réponse, j'en tiendrai conte.




 papiguy a écrit [30/10/2010 - 14h44 ]  
papiguy

Le droit de grève est inscrit dans la Constitution. Il existe de nombreuses lois plus ou moins utiles, mais si la grève était inutile, le peuple, par le biais de ses représentants, ne l'aurait pas maintenue comme un droit depuis des dizaines d'années.

Lorsqu'une direction d'entreprise refuse de négocier avec les représentants de ses employés, la seule possibilité que ces derniers possèdent pour "forcer" la négociation est bien la cessation du travail.

Sans les grèves passées un grand nombre d'avancées sociales n'auraient pu voir le jour (interdiction du travail des enfants, repos hebdomadaire, prestations sociales, congés payés,...

Sans les grèves à venir, la défense des salariés face à la tendance naturelle des employeurs à les exploiter, ne serait pas possible. Et sans même parler d'exploitation, les cas ne sont pas rares d'amélioration de la productivité des entreprises à la suite de la prise en compte des demandes de leurs salariés.

Sans droit de grève, le pouvoir dans l'entreprise est trop déséquilibré et ceci est nuisible à l'entreprise elle même.

Le débat sur les gènes causées à des tiers du fait de grèves est mineur comparé au fond des grèves. Il fait aussi partie du jeu mais ne doit pas être substitué à la discussion sur le fond à l'origine d'une grève.




 Wisty a écrit [30/10/2010 - 14h53 ]  
Wisty

Bonjour,

Si la grève est un droit, les circonstances de faire grève sont diverses, à savoir, qu'elles peuvent être négatives ou positives. Dans un sens comme dans l'autre, si elles protègent les travailleurs, par leurs revendications ; il faut quand même être conscients, qu'il y a une perte financière collective.




Wisty


 papiguy a écrit [30/10/2010 - 15h12 ]  
papiguy

Wisty, si les employeurs ne risquaient pas de perdre de l'argent, tu penses qu'ils négocieraient pour stopper une grève ?
Il ne faut pas confondre moyens et conséquences. C'est bien sur l'entretien de cette confusion que les adversaires de la grève (employeurs ou pouvoir en place) fondent leur stratégie.




 Wisty a écrit [30/10/2010 - 15h37 ]  
Wisty

D'accord papiguy, Mais alors, qu'ils ne viennent pas se plaindre ensuite....!!!! Par leurs reproches envoyées aux syndiqués




Wisty


 Wisty a écrit [30/10/2010 - 15h38 ]  
Wisty

C'est foutre l'emploi en l'air, par leurs stratégies......????




Wisty


 betinaweb a écrit [30/10/2010 - 23h26 ]  
betinaweb

Bien sûr que la grève sert à quelque chose,à faire entendre la voix des travailleurs mécontents.
Bien sûr que les grèves que nous avons eues ces derniers temps ont gêné beaucoup de personnes mais quel intérêt si elle ne gêne personne?
La grève est là pour bousculer les consciences,normalement le gouvernement aurait du réagir mais il a préféré faire la sourde oreille et faire de la répression par derrière pour casser le mouvement avec des menaces de prison.

Les grèves ont toujours apporté du mieux,n'oublions pas que que 80% des français soutenaient le mouvement.
Quelques retraités étaient bien vindicatifs et soutenaient l'action du gouvernement remettant du même coup en cause le droit de grève.
La grève est un rapport de force qu'il faut absolument garder que cela plaise ou pas.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 bougainvilliee a écrit [31/10/2010 - 10h00 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

La grève est inscrite dans la "constitution" parce qu'il fallait bien contenter le bas-peuple.

Maintenant, j'aimerai que l'on m'indique les avancées sociales obtenues par la grève ?

Je n'en ai vu aucune...

Que ce soit en 1936 (elles ont étés obtenues grâce à l'élection de Blum), en 1945 (obtenues grâce au Parti communiste au gouvernement).

Les grèves de 1968, n'ont débouché que sur de maigres avancées rapidement annihilées par l'inflation (les avancées furent avant tout dans les esprits).

Depuis, heureusement, les avantages acquis sectoriels s'amenuisent, nous faisant rêver d'une égalité de traitement pour tous (ce qui apparaît comme plus conforme à l'abolition des privilèges).




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 10h19 ]  
papiguy

bougainvilliee,
Il faut se demander ou tu puises tes informations, car tu énonces des âneries. On peut se tromper, mais à ce point cela devient triste.
Les écarts entre les revenus se creusent à une vitesse accélérée, et si on va vers une égalité c'est vers le bas pour la majorité, actifs et retraités.
Ta façon d'interpréter l'histoire est tellement imprégnée de préjugés que les lecteurs apprécieront tes commentaires à leur juste valeur.




 bougainvilliee a écrit [31/10/2010 - 15h48 ]  
bougainvilliee

La même retraite pour tous, en fonction des mêmes critères d'obtention, nuancés quelque peu suivant la "pénibilité", la "vraie"... (ce qui ressort de l'équité).

Mais pas d'avantages acquis sur le dos des autres...

Peut-être qu'au travers de cela notre république en arrivera à l'égalité... et peut-être au final, la fraternité.

Mais au vu des égoïsmes qui se font jour, j'en doute.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 16h02 ]  
papiguy

Et comment faire pour en arriver à cette république idyllique ? On le demande gentiment aux possédants et au pouvoir en place. Et si on ramasse un grand coup de pied au cul en guise de réponse, on dit merci ?
Les égoïsmes ne se font pas jour, ils ont toujours existé, et c'est en particulier par l'exercice de la grève qu'on a pu les contenir un peu.
Et qu'on ne parle pas d'avantages acquis, opposant en fait des catégories guère plus enviables les une que les autres. Je connait peu de fonctionnaires ayant bénéficié de "retraites chapeaux" ou d'indemnité de départ de quelques millions d'euros.




 papiguy a écrit [31/10/2010 - 16h09 ]  
papiguy

Le "s" manquant à "une" (les unes que les autres) est significatif. Sans reparler d'une "lutte des classes" ringarde, il n'y a qu'une catégorie de personnes qui doivent défendre leur droit à une existence décente. Les inégalités au sein de cette catégorie doivent permettre à ceux qui ont du talent et de la volonté, d'améliorer un peu leur situation, tout en maintenant un minimum de solidarité.




 Wisty a écrit [31/10/2010 - 16h25 ]  
Wisty

Bonjour, Pour répondre à la question : Une institution de pension en Flandre ont fait grève également, résultat : les retraités n'ont pas reçu leurs pension à la date prévue, si ce n'est qu'il vont avoir un courrier, leur indiquant à quel bureau de poste, près de chez eux, où ils auront la possibilité de percevoir leurs pensions. Encore faut-il qu'ils puissent se déplacer. Voilà, l'utilité de la grève, si les gouvernants seraient compétents dans leurs audits législatifs, cela ne devrait pas arriver. Eh oui, nous sommes voisins et similaire au niveau politique. Ceux-ci se rencontrent à Bruxelles. De quoi parlent-ils ? " D'une décadence de ressources humaines " ?




Wisty


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 16h40 ]  
papiguy

Wisty, on trouvera toujours l'exemple de la personne qui a été "victime" de la grève, et on va l'instrumentaliser pour dénoncer cette pratique d'un autre âge. Et là j'avoue que c'est très fort, on choisit cette victime parmi ceux qui auraient le plus à se plaindre de la modicité de certaines retraites.
Tu vas aussi tomber dans le panneau ?
On prend vraiment les gens pour des demeurés !

A tout hasard, la question est posée de l'utilité de la grève, dans son principe.
Les premiers à souffrir de la grève sont ceux qui la font.

Encore une fois, comment défendre des revendications quand personne ne veut négocier en face ?
Si tu as une solution miracle autre qu'une histoire belge, indique nous la (désolé, c'est tellement tentant)




 Wisty a écrit [31/10/2010 - 16h46 ]  
Wisty

Non papiguy, je ne tombe pas dans le panneau.....Ne crois pas cela, ma nature est plus réaliste que cela. Ma solution miracle : la voilà (j'étais plus jeune), tout simple. Je suis allée trouver la personne intéressée qui me devait de l'argent, j'ai mis un ultimatum, en retournant son bureau et tout ce qui avait dessus. Tandis que je disais aurevoir avec ma signature.




Wisty


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 16h56 ]  
papiguy

Terroriste :-D




 betinaweb a écrit [31/10/2010 - 18h17 ]  
betinaweb

Je n'ai jamais lu de choses aussi bêtes pour dire que la grève ne sert à rien,j'espère que c'est sur le coup de la colère sinon c'est grave d'avoir de telles idées.
Alors restons des petits soldats obéissants et disons oui à tout ce que l'on nous dit.... :-o




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 bougainvilliee a écrit [31/10/2010 - 19h07 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,

Personnellement ce n'est pas la grève en elle-même qui me semble intéressant, mais les manifestations qui les accompagnent généralement.

Cela me rappelle les processions religieuses de mon enfance :

Il y a, en début de cortège, les évêques, puis les curés, et tout cela chante des psaumes (ou des slogans), et la foule des fidèles suit, reprend en choeur les "salve Régina" (ou les "tous ensemble"), certains portent des rameaux (ou des banderoles), et cela se termine devant la cathédrale (ou la préfecture)...

Mais le résultat est le même : il faut , ensuite, balayer la rue...




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 19h38 ]  
papiguy

bougainvilliee,
on a rarement vu des processions suivies par des flics en civils qui cassaient des vitrines, ou des CRS qui envoyaient des grenades lacrymogènes ou des flash balls sur les enfants de coeur et les poussettes de bébés.

Il est vrai que ces manifestations la qui ne se réclament que du bonheur dans l'au delà, en prêchant l'acceptation des épreuves d'ici bas, ne gênent pas beaucoup le CAC40, le MEDEF et ceux qui nous gouvernent.
Mais s'il faut balayer la rue après une procession, c'est une agression inqualifiable envers les autres, fidèles d'une autre religion, agnostiques ou mécréants.

http://www.dailymotion.com/video/xm4vd_la-mauvaise-reputation_music




 betinaweb a écrit [31/10/2010 - 21h24 ]  
betinaweb

Si il faut balayer les rues,c'est une chose,la modération elle balaie certaines de mes réponses,c'est fatigant d'être autant surveillée,hadopi quand tu nous tiens..... :-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 21h44 ]  
papiguy

L'intimidation amène à l'auto-censure, puis à la censure tout court. Même la caricature est punie par le Prince quand on a l'outrecuidance de s'en prendre à lui, et s'il ne le fait pas ce sont les membres de la Cour qui font la sale besogne.
Suivons l'exemple de Beaumarchais et rions de ce, et de ceux qui nous accablent.




 betinaweb a écrit [31/10/2010 - 22h09 ]  
betinaweb

Par contre les caricatures de Mahomet,il a trouvé que c'était très bien,qu'il ne fallait pas s'attaquer à la liberté d'expression.

Quelle largesse d'esprit cet homme! :-D si petit soit-il....

Bientôt,nous n'aurons plus le droit de faire quoique ce soit sous peine de répression avec l'assentiment de certains français.Je me sens mal,très mal.
tiens papiguy,peut-être que tu connais déjà mais moi j'avoue que de jouer avec lui me détend.Je te mets le lien.

http://www.planetdan.net/pics/misc/sarkozy.swf

Tu n'es pas obligé de le décoincer......

:-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [31/10/2010 - 23h02 ]  
papiguy

Merci, betina, mais je connaissais




 betinaweb a écrit [31/10/2010 - 23h09 ]  
betinaweb

Je me doutais un peu mais d'autres auront peut-être la curiosité de regarder et si ils ne connaissent pas,ils feront comme moi,ils se défouleront sur le prince. :-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 bougainvilliee a écrit [01/11/2010 - 05h28 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

Le parallèle que je faisait entre manifestation revendicatrice et procession religieuse, n'était que pour montrer que l'homme a souvent des comportement similaires.

Sil n'y a pas, lors de processions religieuses, de CRS ou de casseurs, c'est parce qu'il s'agit de ferveur et d'amour de son prochain.

Pour revenir à la question... la grève dernière n'a servi à rien... et je pense qu'à l'avenir cela sera de plus en plus souvent ainsi.
Dans la mesure où elles génèrent plus d'inconvénient aux usagers qu'aux employeurs.
Que les résultats, de ce fait, en sont décevants.
Que d'autre part, dans la situation économique où nous nous trouvons, ils scient souvent la branche sur laquelle ils se trouvent.
De plus, en période de chomage, donner en spectacle des personnes qui ont un emploi, refusant de travaillern, semble une indécence.
Et lorsqu'on voit que ces grèves ont pour but de maintenir des avantages catégoriels, sur le dos des autres, l'indécence frise le mépris.
Pour tout cela, je pense, que les syndicats (de plus payés par l'Etat, c'est à dire l'ensemble des citoyens : la CGT ne reçoit plus ses sous de Moscou mais du Trésorier Payeur Général), perdent à chaque actions leur crédébilité.
Ils en sont assez inquiets pour faire de temps en temps grève pour compter leur reste d'impact.

En effet le nombre de journées de grèves (en France), ne cesse de diminuer,passant de 4 millions en 1976 à 900.000 en 2000.

Ainsi, la fréquence des mouvements sociaux ne cessant de diminuer, on peut conclure (et la conclusion n'est pas de moi), que la France, le pays le moins syndiqué d'Europe, marqué par un chomage élevé, voit ses grèves confrontées à l'hostilité croissante des médias et de l'opinion.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [02/11/2010 - 10h30 ]  
papiguy

bougainvilliee,
Les Français ont été tellement bien conditionnés qu'ils n'ont même pas saisi le vrai sens de cette réforme. Celle-ci marque un tournant dans notre société qui va de plus en plus vers la privatisation de notre système de retraites, puis ensuite de notre système de santé. Le tout au profit d'une minorité.

Quand l'essentiel de nos retraites sera payé par des entreprises privées, autrement dit des fonds de pension, que se passera-t-il si un fonds de pension qui aura spéculé de façon malheureuse fait faillite ? Les retraites ne seront tout simplement pas payées et les retraités n'auront plus qu'à se tirer une balle dans la tête s'ils ont encore les moyens de se payer un revolver.

Les USA nous ont donné une démonstration dramatique de ce scénario lors du pic de la crise, quand des banques ayant fait faillite, près de 3 millions de foyers se sont trouvés à la rue, obligés de vendre leurs maisons pour une bouchée de pain.

Depuis que Mr frère est président du groupe Malakoff Mederic :
- plus de 2 millions de cotisants d'organisations dépendant de l'Etat ont été "apportés" à ce groupe.
- les cotisations des assurances complémentaires maladie ont été augmentées de façon énorme (plus de 10 % par an).
Cherchez l'erreur !

Au moment ou Obama a réussi une timide réforme du système de santé américain, le rapprochant un peu du système français, il est attaqué de toutes parts avec des arguments d'une imbécilité ahurissante (du genre l'avortement favorise le cancer du sein) par des mini-partis politiques populistes financés de façon massive par des groupes de pression.

Dans le même temps, le pouvoir français actuel est en train de nous conduire tout droit vers le même type de société inégalitaire et sans pitié ou le profit écrase la solidarité.
Et pour nous faire avaler la pilule, on nous rebat les oreilles à la télévision avec les inconvénients de la grève, les malheureux automobilistes privés de leur joujou,... Même si des "travailleurs" ont souffert de la grève, les enjeux majeurs du choix de société qu'impliquent certains articles de la réforme, sont d'une autre dimension.

On nous prend pour des débiles et certains trouvent encore le moyen de dire que la frève est inutile.

Pauvres c...




 bougainvilliee a écrit [02/11/2010 - 11h09 ]  
bougainvilliee

Bonjour papiguy,

S'interroge-t-on de savoir, qui s'est largement servi dans les caisses, en obtenant des privilèges de retraites mieux payées (calculées sur les six derniers mois d'exercice), avec des départs largement anticipés (bien avant l'âge légal de la retraite).

Ils ont bien puisé, laissant aux autres leurs miettes.

Et maintenant les caisses sont vides... et tout le monde doit être ramené au même niveau.
Même si les volés sont dans le même panier que les destructeurs du système.

Ceux qui crient le plus, le font souvent pour dissimuler que ce sont eux qui sont à la base de ce "début" de remise en cause, que les plus pauvres devront subir.
Heureusement que tout le monde sera amené (on le souhaite, on l'espère) au même niveau.

Les hommes ont tous le même ventre...
Le peuple compte, qu'enfin l'égalité républicaine (qui n'aurait pas due être salie par les "avantages (privilèges) acquis", au profit de quelques uns et au détriment des autres) s'applique à tous et à chacun.




Le doute est ma seule certitude


 Wisty a écrit [02/11/2010 - 11h46 ]  
Wisty

Bonjour, papiguy, je viens de me relire et je constate que j'ai mal compris ta réac. du 30/10/2010 à 15 h 12, Je réajuste mon raisonnement. O.K. pour les négociations. Mais comme ils sont capitalisés, et assurés, ils peuvent effectivement laisser couler.... Mais néanmoins, pour les grévistes c'est quand même une perte financière, peut-être couverte par le syndicat, mais pas dans la totalité.




Wisty


 papiguy a écrit [02/11/2010 - 11h58 ]  
papiguy

bougainvillie,
Encore une démonstration du conditionnement dans lequel nous baignons depuis longtemps: les fameux "avantages acquis".
En fait des broutilles qui permettent de dresser des catégories de "couillonnés" contre d'autres "couillonnés" ! Et pendant qu'on disserte sur la réalité ou plutôt les chimères de ces "avantages" qui ne sont que des compensations, on passe à côté de l'essentiel.

Si les fruits du travail et la charge des impôts et cotisations étaient mieux répartis, il n'y aurait pas de problème d'équilibre financier des systèmes de retraite.




 bougainvilliee a écrit [02/11/2010 - 12h05 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

J'espère qu'ils ne seront pas indemnisé par les syndicats... Car ce sont nos sous (ceux de l'état).

Ils nous ennuyent, nous agacent un peu, prennent des vacances quand c'est pas le moment, font des piques-niques improvisés au milieu des routes, mangent des merguez et s'abreuvent de bière, chantent faux et braillent, laissent tout sale derrière eux, et on doit les payer ?

Qu'ils Grèvent !




Le doute est ma seule certitude


 Wisty a écrit [02/11/2010 - 12h06 ]  
Wisty

Bonjour, Ah ! papiguy, je vois que tu fais allusion à ce M. Frère....Négociant en quincailleries, d'avoir vendu de nombreux clous.....Ces clous qu'il a transformé en capitalisation boursière, en parcourant les couloirs gouvernementaux ; cela ne fait rien ! Aujourd'hui, en encloue les états, silencieusement et se la coule douce dans ses actifs......Dommage ! De ne pas en être l'héritière....???C'est un rêve... :-D




Wisty


 Wisty a écrit [02/11/2010 - 12h11 ]  
Wisty

correction : en enclouant les états........




Wisty


 papiguy a écrit [02/11/2010 - 12h17 ]  
papiguy

non Wisty, ce n'est pas de la famille Frère dont je parlais mais de la famille du locataire du Chateau bien de chez nous.

bougainvilliee,
Permets moi de ne pas répondre à ton dernier message, les lecteurs apprécieront. J'espère seulement que tu pousseras ta logique jusqu'au bout et renonceras de toi même, dans un grand élan de générosité, à ta couverture sociale, ta retraite, ton repos hebdomadaire,... toutes choses obtenues grâce à ces "salopards" de grévistes, sans doute à l'insu de leur plein gré.




 cochise_fr a écrit [02/11/2010 - 12h31 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Un peu en retard, mais tant pis.!!

La grève dans la constitution est une ânerie qui ne sert à rien, tellement il y a de solutions au patronat pour passer outre les perturbations dues à la grève.

Parler de la grève sans parler du syndicalisme n'est pas raisonnable, car les deux sont liés, ou plutôt devraient être liés.
Le gouvernement a la part belle de laisser les grévistes s'épuiser financièrement depuis que les jours de grève ne sont plus payés, en particulier dans les administrations. Comme les syndicats sont financièrement à la botte de l'état faute de cotisants en nombre suffisants, ils ne peuvent agir que symboliquement en faveur du peuple qu'ils sont censés défendre face au patronat.... quand ils ne vont pas jusqu'à la collusion.

Le principe du syndicalisme était (et devrait être) de se constituer une cagnotte substantielle afin, justement, de pouvoir prendre en charge les salaires retenus des salariés cotisants pendant les périodes de grève. C'est pour cela que les 1% du salaire versé chaque mois et cumulés pourraient permettre une force de contre_pouvoir si la syndicalisation était obligatoire. Les salariés auraient tout intérêt à regarder un peu plus loin que le bout de leur nez. Quand un patron sait qu'une grève longue est possible, il a bien plus de raisons de négocier avec les syndicats avant qu'on en arrive à la grève. C'est un peu comme cela que fonctionne les allemands, où les grèves sont rares, mais les syndicats puissants.

Quant aux retraites (système actuel) et à la Sécurité Sociale, ce sont des systèmes obsolètes qui ont été conçus pour fonctionner avec une croissance permanente positive significative ET une démographie en expansion proportionnelle..... hors aucune n'est possible actuellement.... ce qui conduit droit dans le mur, et il n'est pas besoin d'être énarque pour le comprendre.

Il y a une solution à cela, c'est d'instaurer rapidement un revenu minimal garanti à tous et de plafonner les revenus en les taxant autant que nécessaire à concurrence des dépenses publiques à engager ET des déficits publics à combler. Après tout, l'intégralité de ces fortunes petites ou grosses s'est construite par l'exploitation esclavagiste des travailleurs et non par le travail des intéressés qui ne font que recevoir le fruit de leurs investissements.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [02/11/2010 - 12h56 ]  
papiguy

cochise_fr,
Ton raisonnement est curieux,
sous prétexte que le gouvernement (et le patronat) trouvent des moyens de contrer les grèves, il faudrait en supprimer le droit dans la constitution ?
alors
- supprimons la liberté de la presse, puisque ce même gouvernement trouve le moyen de s'assoir dessus.
- supprimons la liberté de réunion, puisque le gouvernement envoie la force publique perturber les manifestations,...

Et il n'est pas besoin d'être énarque pour te suivre dans ton raisonnement qui conduit à déclarer qu'il faut supprimer les retraites et la Sécurité Sociale rendus obsolètes par les excès du capitalisme et non par les effets d'une démographie qui évoluant lentement permet des adaptations.
Tu sembles partisan de la démolition complète de tout un système de solidarité qui a été construit par des dizaines d'années de grèves et de négociations. Tu penses sans doute qu'un gouvernement et les puissances financières qui nous gouvernent, qui selon toi, trouvent le moyen de contourner la Constitution et les lois, te laisseront faire ta petite révolution ? Dans un premier temps ils ne pourront qu'applaudir à tes idées de démolition, mais pour ce qui est de ta solution, tu peux toujours rêver.

C'est plutôt ta pensée utopiste qui est obsolète.




 bougainvilliee a écrit [02/11/2010 - 13h19 ]  
bougainvilliee

Bonjour papiguy,

Je n'ai jamais eu (au contraire), aucune "compensation acquise", obtenues par des grèves.

Cependant j'ai regardé et fais regarder avec intérêt les manifestations diverses générées par les dernières "grèves"...
En soulignant qu'il s'agissait de quelque chose d'historique, une sorte de fin, de mise en bière des syndicats...

Cela m'a fait, fortement, penser aux Grandes Grèves des mineurs en 1966( sous Pompidou premier ministre). des gueules noires (charbonnées au bouchon pour l'occasion), casqués, ayant envahi Paris par milliers et descendant en marrée humaine compacte, les Champs-Elysées.

J'avais senti que c''était les derniers feux des houillères de France.
Mais non, me disait-on, regarde leur nombre impressionnant et déterminé.
(c'était l'époque où le parti communiste était puissant et où la CGT était son bras combattant).

Un lent déclin du Charbonnage de France, s'en est suivi.
Cela dura 30 ans, parce que l'état vendait le charbon à un prix inférieur à son coût d'extraction.

Nous étions entré dans l'ère de l'après-charbon.

Les dernières machines des mines du Nord-Pas-de-Calais, s'arrêtèrent, en 1990, et la dernière mine française de charbon cessa son activité en 2004 en Lorraine.

En regardant, les dernières grèves, je me demandais si nous n'étions pas entré dans l'ère de l'Après syndicats (tout au moins les vieux syndicats tels que nous les avons depuis 1945. Aujourd'hui, usés, au point de n'être plus que des caricatures de syndicats).

Ils essaient bien de mordre encore, mais ils n'ont plus de dents.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [02/11/2010 - 14h37 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Bougainvilliée, allez voir la force des syndicats allemands et vous verrez la différence. Eux ont encore des dents, et ils n'ont pas besoin de grèves car les négociations sont permanentes et constructives au sein de toutes les branches mais ils sont bien plus riches que les syndicats français qui font la manche auprès des gouvernements.

Et puis, si vous regardez bien, toutes les grandes familles du textile et des industries minières ont été sauvées financièrement par des aides de l'état, directes ou déguisées, et pendant des années, et ils sont toujours vivants à la tête de holding financiers payés par l'état sur le dos des salariés jetés à la rue.

Papiguy, ce n'est pas bien de déformer mes propos.
Je voulais juste mentionner que mettre cela dans la constitution n'en fait pas une garantie pour les salariés. Je n'ai jamais dit de supprimer le droit de grève.

Quant aux retraites, je rappelle que c'est un revenu comme un autre, de même que les indemnités chômage ou toute autre subvention, de même que l'accès au soins de la sécurité sociale. Alors l'important n'est pas le mode de calcul du revenu mais la création de son existence pour tous, quel que soit son âge, de la majorité à 18 ans jusqu'à sa mort.
Oui je trouve indécent des retraites à 400 500 ou 600 euros, et même à 900 ou 1000 euros puisque cela ne permet pas de vivre dignement, même si ces versements correspondent aux savants calculs des cotisations sur 40 ans. Et ce n'est pas le système de la réforme actuelle qui va valoriser les ressources des futurs retraités sans complémentaire.
Oui je trouve indécent que des français renoncent à se soigner en masse parce qu'il n'en ont pas les moyens.
Et je trouve tout aussi anormal que le chômeur à qui on verse une allocation ne travaille pas ne serait ce qu'un peu pour la collectivité qui le subventionne alors que les travaux à faire ne manquent pas.

Au lieu de se mettre la tête dans le sable pour ne pas voir, il vaudrait mieux faire les réformes de fond qui couteront de toute façon plus chère au fur et à mesure que le temps passe.... car il faudra bien que quelqu'un paye.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [02/11/2010 - 15h52 ]  
papiguy

cochise_fr,
D'accord sur ce que tu viens de dire aux réserves suivantes près:

- dire qu'il n'y a aucune grève en Allemagne est faux. Le nombre de journées de grève en Allemagne est de loin supérieur au nombre de journées de grève en France, mais leur perception est différente. En effet, les syndicats allemands sont corporatistes et non généralistes. De ce fait il y a une multiplication de petites grèves, moins gênantes pour la population et moins "visibles" pour les medias, et peu de grandes grèves nationales comme en France.

- l'organisation des syndicats allemands par corporation rend ceux-ci à la fois plus proches des salariés expliquant le taux de syndicalisation nettement plus élevé qu'en France, et donc des ressources confortables leur donnant des moyens d'action. Par ailleurs, cette organisation fait que les syndicats sont moins soupçonnés d'être des courroies de transmission des partis politiques, renforçant leur crédit auprès des salariés.

- si l'idée d'un revenu minimum pour tous, telle que tu la présentes, est généreuse, elle peut avoir des effets pervers et devenir une prime à la paresse. Elle doit s'accompagner d'autres dispositions. Ce que tu proposes n'est rien d'autre que la généralisation du système par répartition. Tout système pour fonctionner doit cependant être un compromis entre la valorisation des efforts et talents individuels d'une part, et la solidarité d'autre part.

Enfin je note que tu considères comme moi que la réforme votée récemment est injuste, en particulier pour ceux qui n'auront pas les moyens de cotiser suffisamment à des caisses complémentaires.




 Wisty a écrit [02/11/2010 - 18h37 ]  
Wisty

Bonsoir, Très intéressant votre débat, j'en apprends des choses sur votre législation. Eh ! Bien ? papiguy - vu le thème, j'ai pensé que le personnage dont tu faisais allusion, était celui précisé dans ma réaction . Il est vrai que beaucoup ont ce patronyme identique. Et puis, il y a plusieurs chiens qui s'appellent Picard....Parfois, j'ai tendance à penser que je n'ai pas affaire à un Français.... :-D La confusion est susceptible au port de n'importe qui.




Wisty


 cochise_fr a écrit [02/11/2010 - 19h22 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est bien parce qu'ils sont puissants que les grèves, quand il y en a, ne durent pas. Il ne faut pas oublier aussi que chez eux, on négocie en permanence toute l'année (et les salariés s'en rendent compte) ce qui, la plupart du temps ne conduit jamais à la grève qui est l'extrémité finale quand toutes les négociations ont échoué. Et en cas de grève, les patrons savent qu'ils peuvent tenir un certain temps.

Quant à ma solution:
"Elle doit s'accompagner d'autres dispositions."
Bien sur, à commencer par deux choses importantes:
- une réforme complète de la fiscalité et de la TVA avec comme structure "plus on gagne, plus on paye".... et ceux qui ne veulent pas payer perdent leur nationalité et tous les avantages qui vont avec.... y compris les nationaux. Si on est français, on paye ses impôts en France, la fiscalité des étrangers en France étant plus lourde que celle des français histoire de les décourager.
- une obligation de compensation (en totalité ou en partie, ou même pas du tout pour les personnes âgées par exemple) de toute subvention reçue, que ce soit par un particulier ou une entreprise. Le particulier compense par du travail d'intérêt général (peu importe le nom) géré localement et quotidiennement sous forme de bourse du travail informatisée, et les entreprises par prise de parts au capital à la hauteur des aides reçues (aucune aide gratuite).
- et la comptabilisation de tout cela dès la naissance par un compte bancaire d'état (chargé de la gestion des finances entre le particulier ou l'entreprise et l'état) qui sera clôturé au décès du titulaire. Cela permet l'étalement des compensations sur la durée de sa vie ce qui amorti les aléas financiers personnels.
.... et il y a plein d'autres choses comme les aides à la création d'entreprise ou à la possibilité d'accession à la propriété cautionnée, ce qui relance les constructions de logements, les gens ayant les moyens de payer leur loyer, que ce soit en propriétaire ou en locataire.

La suite ultérieurement.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à Elow






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.