A qui peut-on s'adresser si on a l'idée d'écrire un livre ?



ivresse
Cette question a été posée par ivresse, le 12/10/2010 à à 11h16.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Ecriture roman.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 ivresse a écrit [12/10/2010 - 11h16 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
ivresse

J'aimerais écrire un livre, j'ai le thème en tête, mais je voudrais de l'aidepour l'écrire. Savez-vous à qui l'on peut s'adresser ?




 bougainvilliee a écrit [12/10/2010 - 12h31 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour,
Il faut, déjà, avoir écrit son livre.

Ensuite en faire plusieurs copies et les envoyer à tous les éditeurs possibles.

Et attendre d'éventuelle réponses.

Quant à de l'aide pour l'écrire, je sais qu'il se trouve des écrivains qui mettent en forme des écrits de toutes formes, origines, genre et style (y compris autobiographiques).
Mais c'est assez onéreux (cela se comprend).

Ne sachant rien sur le genre d'ouvrage que vous voulez entreprendre, je pense néanmoins qu'en faisant une quête sur "Google", vous pourrez trouver la "chère" personne que vous recherchez.




Le doute est ma seule certitude


 carter a écrit [12/10/2010 - 13h12 ]  
carter

Il y’a deux façons de concevoir un livre :

-la méthode française : tu tapes ton livre que tu envoies ensuite à un éditeur (tu choppes leurs adresses mail sur les sites des maisons d’édition. Ils ont tous un lien internet pour que l’apprenti écrivain puisse leur envoyer une copie. Après tout, c’est leur job de dénicher les bons tapuscrits ! Ce n’est pas l’éditeur qui te lit en premier, mais une stagiaire payée au rabais (dans le meilleurs des cas) mais ca ne compte pas vraiment : son job est toujours de dénicher le bon grain de l’ivraie.

Ensuite l’éditeur te contacte. Il te propose des modifications sur ta copie. Normal : c’est son job. On a beau être grand écrivain ; il est normal d’avoir une baisse de tension sur certains passages écrits. C’est le rôle de l’éditeur d’être un bon lecteur et d’identifier les passages un peu faibles égrené par ci par là dans un livre au grand potentiel. Derrière les plus grands écrivains (Sartre, Camus, etc), il y’a souvent un grand éditeur qui savait détecter les passages à réécrire.



-la méthode américaine : Les américains sont pragmatiques : ils leur déplairaient d’écrire un livre (surtout si c’est un gros pavé) si c’est pour qu’il ne soit publié par personne ! Alors ils ont une méthode particulière : il envoie un « proposal » aux éditeurs.

C’est quoi un proposal ?
C’est l’équivalent livresque du pitch pour un scénario cinématographique : vous envoyez dans un petit livret à la fois le thème du livre, un résumé léger (pitch) dont l’objectif est de faire saliver le lecteur, éventuellement le plan (si c’est un essai et non un roman) et l’écriture complète du premier chapitre (afin que l’éditeur puisse analyser vos qualités littéraires. Apres tout, on sait qu’en littérature, le talent se voit dès les premières pages…)

La méthode américaine se fait également en France mais encore faut-il peaufiner son dossier au risque de paraitre pour un amateur doté d’un flemmard (Si tu veux concevoir un proposal, mieux vaut se renseigner auprès de sites américains pour bien connaitre la démarche afin de bien présenter son projet) . Sullitzer avait proposé son premier livre avec un proposal (apparemment, il n’avait même pas mis le premier chapitre puisque l’éditeur a-par la suite- eu la mauvaise surprise de découvrir qu’il ne sait pas écrire et qu’il fallait retravailler le tout avec un nègre… )



En fait les deux méthodes sont possibles et se répartissent comme suit :

-le débutant envoie souvent son tapuscrit en entier

-un professionnel aguerri envoie un proposal. D’autant plus que le proposal a un autre avantage : comme vous n’envoyez qu’un chapitre, si votre livre a déjà été écrit intégralement, vous risquez moins le vol d’idée ou le plagiat ( bien le milieu de l’édition soit clean de ce coté là –contrairement à l’industrie cinématographique- et qu’aucun vol n’a été signalé dans les tribunaux ; on ne sait jamais…)




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 ivresse a écrit [13/10/2010 - 13h41 ]  
ivresse

Je remercie les 2 personnes qui m'ont répondu. Vos réponses sont bien détaillées et très claires et je pense que cela va beaucoup m'aider.




 cochise_fr a écrit [31/10/2010 - 05h47 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Si vous n'avez que l'idée et peut de facilités à l'écriture, vous pouvez aussi passer par les services d'un "nègre" qui sera rétribué par vos soins mais n'apparaitra pas dans la publication..... en principe. ce sera à vous de négcier les conditions de travail et de discrétion.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à ivresse






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.