Comment l'Homme se permet de faire disparaître une espèce sachant qu'elle n'apparaît qu'une seule fois dans l'évolution de l'Univers ?



lauura13
Cette question a été posée par lauura13, le 03/03/2012 à à 16h16.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Ecologie.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 lauura13 a écrit [03/03/2012 - 16h16 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
lauura13

Salut à tous,
Alors voilà ma problématique:Comment l'Homme se permet de faire disparaître une espèce sachant qu'elle n’apparaît qu'une seule fois dans l'évolution de l'histoire dans l'histoire de l'Univers? ,vous n'aurez pas des pistes?
Merci d'avance




 symbol a écrit [03/03/2012 - 16h35 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
symbol

C'est un sujet de devoir, et vous, avez-vous des pistes ? Qu'avez-vous étudié pour en avoir une petite idée ? Cela nous inciterait peut-être à faire avancer ce sujet car il y a différentes manières de l'aborder pour sans doute arriver à la même conclusion et j'imagine, vu votre âge, que ce n'est pas d'une manière philosophique.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 gaelig a écrit [03/03/2012 - 16h36 ]  
gaelig

Lol ! tu es maligne ! tu poses cette question ici et sur un autre site internet, tu poses la même, pour un devoir de SVT ! :-D - Dans ce cas, il faut travailler par toi même pour résoudre tes devoirs. Ton professeur dis tu déjà fait le plan de ton devoir ! à toi de travailler, un peu - http://www.sur-la-toile.com/discussion-226419-1-Expose-sur-les-actions-humaines-sur-la-biodiversite..html C'esdt facile de résoudre ses devoirs en les faisant faire par les autres, chose que tu n'auras pas le jour d'un examen ! ;-)




 carter a écrit [03/03/2012 - 21h55 ]  
carter

Bon, je m’y colle pour donner des pistes (je l’aborde selon l’angle éthique, soit coupable/non coupable. Mais on peut le traiter comme on veut) …C’est bien parce que Carter adoooore débiter sa culture œcuménique…


Partie 1) L’humanité innocente…

a)L’homme est innocent dans ce procès d’intention : les comportements des hommes ayant été façonné par l’Evolution ; il se trouve que l’humanité est quelque sorte « piégé » par les lois qui régissent justement l’Evolution. En somme, l’homme est piégé par sa Nature. Rappelons que la théorie de l’Evolution est basée sur trois principes fondamentaux :

-la variabilité intra-espèce, c'est-à-dire qu’à l’intérieur d’une même espèce, on trouve de grandes différences entre les individus ; de sorte que ceux qui possèdent un avantage comparatif par rapport aux autres vont transmettent cet avantage aux lignées suivantes.

Conclusion : L’Evolution ne marche que parce qu’il y’a reproduction. De sorte que le « gagnant » est celui qui se reproduit le plus…. « L’Evolution » pousse (façon de parler bien sur car l’Evolution n’est pas une « personne » mais un concept) les espèces à se reproduire le plus possible...D’où deuxième principe :

-la capacité de surpeuplement : c'est-à-dire que chaque espèce, lorsque les conditions lui sont favorables, tend à se multiplier jusqu’à exploiter au maximum son environnement et jusqu’à épuisement de ce dernier (que l’on nomme alors pudiquement un « Ecocide »)

-l’héritabilité bien sûr !

On voit donc le drame de notre espèce : L’homme agit comme toute autre espèce qui n’aurait plus de limite à son déploiement : sans contraintes, il tend à se multiplier jusqu’à ce que l’environnement soit saturé. Exactement comme le fond d’ailleurs d’autres espèces comme par exemple une bactérie élevée artificiellement dans une boite de pétri : elle tend à se multiplier jusqu’à « dévorer » tout son substrat.

Mais un tel phénomène ne se voit que rarement dans la Nature pour une raison fort simple : dans la Nature, aucune espèce n’a d’hégémonie sur son environnement ! En effet, toute espèce est en compétition avec d’autres espèces de sorte qu’elle ne peut saturer son environnement par sa « pulsion » de surpeuplement !

Si nous ne voyons jamais d’espèces saturant l’environnement jusqu’à l’hégémonie, c’est parce que les espèces sont en concurrence pour les ressources les uns par rapport aux autres, ce qui fait qu’aucune ne peut jamais avoir l’ascendance sur une autre ! Cela crée un subtil équilibre entre les espèces dont la science nommée « écologie » dévoile…

Le problème est que l’homme est devenu la seule espèce par son intelligence à ne plus posséder d’espèces « rivales ». Son intelligence lui a fait devenir « maitre et possesseur de la Nature ». L’homme n’a pas de concurrence dans la nature et peut donc se reproduire à sa guise. Ce faisant, la multiplication de notre espèce piétine forcement sur l’espace vitale des autres espèces.. Bref, tandis que l’humanité se reproduit à une vitesse folle jusqu’à dépasser les 7 milliards d’individus sur Terre ; la place qu’elle prend piétine forcement sur celle des autres espèces…

Mais à la base, il y’a une « loi naturelle » qui agit malgré nous (concept du « gène égoïste ») et qui nous « pousse » à nous reproduire…
Doit-on accuser l’humanité de faire ce que toute autre espèce régie par l’Evolution aurait fait ??? Ne faut-il pas accuser plutôt l’instinct de surpeuplement qui guide tous les espèces ???
D’ailleurs, à y regarder un peu plus près dans l’Histoire de notre espèce, les « écocides » ont été nombreux. Un exemple sans parler du cas du « dodo » : selon de nombreux paléontologues, le mammouth était en voie d’extinction même sans ère glaciaire : les néanderthaliens l’ayant un peu trop chassé, l’espèce était déjà en voie de disparition…

b) l’homme est innocent parce qu’il cherche à éviter le « piège malthusien » en économie. Selon Malthus, les hommes se reproduisant selon une fonction géométrique (soit une suite de Fibonacci : 1 1 2 3 5 …) alors que les denrées alimentaires produit par l’agriculture ne suivent qu’une fonction arithmétique ( 1+2+3+4…) ; il s’ensuit qu’il y’a un risque permanent qu’il y’a ait trop d’humains pour peu de denrées disponibles. Bref, selon Malthus, l’homme ne peut échapper à la misère. Toutefois, grâce au progrès de la Science et de la Technologie, nous avons pu produire une agriculture qui fonctionne selon une logique géométrique ; de sorte que nous vivons (tout au moins pour les pays riches) dans une corne d’abondance. Mais cette abondance a un contrecoup : l’augmentation de nos pollutions qui martyrise les écosystèmes d’autres espèces animales.

Quelque part l’homme doit faire un choix cornélien :

-soit « la pauvreté » ou « la frugalité » pour tous. Dit autrement pour un économiste : la décroissance.

-Soit beaucoup de richesses pour le plus d’êtres humains (dit autrement pour un économiste : le choix de la croissance économique) mais qui risque d’accroitre les « externalités » et la pression sur l’environnement ; ce qui aboutit à plus de destruction de la biodiversité et autres écocides…
Peut-on reprocher à l’Homme d’avoir voulu le Progrès, d’avoir voulu améliorer sa condition et d’avoir voulu éteindre l’angoisse, la misère et la souffrance pour les siens ? La quête du bonheur par une espèce pensante est-elle un crime ?


3) De surcroit, relativisons un peu : n’oublions pas que les extinctions d’espèces ont été nombreuses dans la longue histoire de la vie sur Terre : l’anthropocène est considérée comme la troisième grande vague d’extinction des espèces. Mais il y’en a eu deux autres dont l’homme n’a aucune responsabilité !

De plus, n’oublions pas que grâce à la génétique, nous savons désormais que de nouvelles espèces apparaissent ! Qui sait que le microclimat à l’intérieur du métro londonien a vu l’apparition d’une nouvelle espèce de moustique ? Qui sait que sur l’ile de Madère, une nouvelle espèce de rongeur vient au monde ?
Des espèces disparaissent mais de nouvelles espèces apparaissent également !



B- l’homme est un fumier salopard…


-Parce qu’il se rêve « Prométhée » , l’homme oublie de se voir comme un part d’un tout qui se nomme la . L’homme étant un mammifère, il a pourtant refusé de se reproduire comme un mammifère : sa population a cru au vingtième siècle selon une courbe exponentielle ; soit le développement typique d’une bactérie dans une boite de pétri. Il a « refusé » la stagnation de sa population, ce qui est le propre de tout mammifère au sommet de la chaine alimentaire..
En fond, l’homme refuse de se comporter comme le mammifère qu’il est censé être. C’est donc l’acquis et non l’inné le responsable de la surpopulation humaine qui débouche sur tant de problèmes écologiques.
Pourquoi l’homme refuse donc la mise en place de politique de dénatalité ?
Sans doute parce que l’humanité refuse toute restriction qui lui rappelle qu’il n’est qu’un animal comme un autre. La philosophie cartésienne y a sans doute responsable : en devenant « maitre et possesseur de la Nature », nous avons « désenchanté » Gaia qui n’est plus pour nous qu’un « étranger » à notre propre Nature…


2-l’économie humaine est devenu capitaliste, c’est à dire qu’elle est basée sur le profit et la propriété des outils de production. Or Karl Marx a montré que pour maintenir le profit malgré la tendance des rendements décroissants (diminution du taux de profits) , le capitalisme est obligé de croitre indéfiniment, c’est à dire d’accroitre indéfiniment le règne de la marchandise. Or la croissance finie dans un monde fini est impossible. Nous oublions que le capitalisme est sans doute le plus grand responsable de la dégradation de notre écosystème terrestre à travers sa demande de croissance infinie (logique de la création destructrice, de l’obsolescence programmée, etc.) …Elle est également responsable de la surpopulation dans le sens ou plus il y’a d’individus sur Terre, plus il y’a de consommateurs et donc de débouchés économiques.

Il est amusant de constater qu’avec le niveau technologique, c’est la grandeur de la population d’un pays qui fait sa force économique. En effet, le PIB étant la somme des valeurs ajoutées, soit de tout ce qui se produit ; elle est lié (selon l’équation de Cobb-Douglas en économie) à :
-la productivité, soit la performance technologique (machines-outils…)
-le nombre de travailleurs…
On comprend mieux le souci des pays d’accroitre sa population (dans la même idée : plus d’enfants pour payer les retraites, etc.)

Les capitalistes, pour engranger plus d’argent, détruisent l’environnement. De plus, les inégalités produites par ce système favorisent la consommation ostentatoire comme le dénonçait Thorstein Veblen : les riches voulant toujours se distinguer des autres (qui veulent leur ressembler) ; ils accroissent les dépenses somptuaires inutiles et in finé polluantes ! La boucle est bouclée…



CONCLUSION :

L’homme a sa part dans l’écocide actuel mais il est lui-même imbriqué dans des institutions économiques qui s’opposent à toute remédiation. Car l’homme est souvent en guerre avec les organisations qu’il a lui-même créé pour le servir (grand critique soixante-huitarde sur les institutions du philosophe Ivan Ilitch)
La vérité est que le combat écologique est également le combat contre l’âme autodestructrice du capitalisme ; mais peu de gens l’ont compris…


Livres à lire pour mieux développer chaque thèse :
-« Guide critique de l’Evolution » de Lecointre
-« Comment les riches détruisent la planète » de Kempf




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 lauura13 a écrit [04/03/2012 - 14h01 ]  
lauura13

Bonjour,effectivement sur mon compte j'ai un age avancé, mais je n'ai que 15 ans et je suis en 3ème,lorsque je créer ce compte il y a eu un énorme bug.
carter Merci de votre aide mais pour être en 3ème cela un peu trop "scientifique" vous pouvez plus pousser sur l'aspect du dodo s'il vous plait car je dois en parler.
Carter j'ai une question à vous poser "est-ce que le nombre d'Homme sur terre peut avoir un impact sur la biodiversité?" Car le professeur m'a parler de l'augmentation de l'espace de vie mais je ne sais pas si c'est pour l'homme ou l'animal?
Gaelig je ne suis pas maligne je suis désespéré.




 carter a écrit [04/03/2012 - 19h10 ]  
carter

est-ce que le nombre d'Homme sur terre peut avoir un impact sur la biodiversité »

Bien sûr ; car chaque être humain qui nait sur cette terre a des besoins : besoin de se nourrir, de se vêtir et d’avoir au moins un toit pour s’abriter. En somme, tout être humain qui vient accroit la pression que nous faisons subir à notre écosystème terrestre.

Il faut toutefois nuancer cet aspect par la dimension économique dans laquelle nous vivons : le capitalisme. Car les hommes veulent aujourd’hui obtenir une qualité de vie identique à notre mode de vie occidental. Or, nous les Occidentaux, nous surconsommons notre Nature au point de dépasser sa capacité de régénération : nous extrayons de la Terre des minerais indispensables pour notre confort technologique, nous avons besoin d’une agriculture intensive très polluante que l’on nomme « révolution verte », nous avons besoins d’un secteur immobilier florissant qui piétine sur l’espace d’autres espèces animales, etc.

En fait, nous, les occidentaux, nous consommons la richesse de 2, 5 fois notre Terre. Notre bien-être est dû au fait que 80% des autres êtres humains, vivant en particuliers dans les pays pauvres, ne consomment rien…Or, ils veulent atteindre notre mode de vie, ce qui ne peut se faire qu’en détruisant comme nous la Nature sauvage. ..
Et comme tout le monde s’y met, la pression écologique devient démesurée : c'est-à-dire que la Nature n’a plus les capacités de se régénérer et « d’encaisser » nos pollutions…


En somme, tout être humain qui vient accroit la pression écologique.
Cela sous-entend que pour le nourrir, il fait accroitre les rendements des terres agricoles, investir dans des habitats et produire plus de nourritures carnées (viandes).

Or la Terre est un espace clos : l’espace qu’un individu a besoin va piétiner un peu sur l’espace des autres espèces animales…

Démonstrations :

-Plus de nourriture à produire : nous sommes 7 milliards d’humains sur cette terre. Il faut donc produire de la nourriture en grande quantité pour nourrir tout ce beau monde. Il faut donc déboiser pour donner plus de champs agricoles à nos agriculteurs, ce qui détruit l’habitat de nombreuses espèces animales.

Pour accroitre la productivité de notre agriculture, nous avons recours à de nombreux pesticides (en économie, on parle de « révolution verte » pour expliquer les transformations de l’agro-alimentaire) , qui se révèlent mortels pour de nombreuses espèces animales : nos pesticides tuent par exemple les vers de terre, responsable de l’humus mais également les abeilles responsable de la pollinisation (en autres ; car d’autres facteurs comme un parasite interviennent également)

Mais si nous ne le faisons pas, nous serions incapables de nous nourrir car nous sommes trop nombreux (selon les théoriciens de la « révolution verte ») pour mettre en place une agriculture plus traditionnelle et plus respectueuse de la Nature. D’où la tentation d’accroitre la productivité de la révolution verte par la technologie des OGM. Mais les OGM pourraient par effet de contamination dans la nature modifier des écosystèmes fragiles…

-Plus de viande : donc plus d’uniformisation des espèces domestiques comme la vache laitière, le porc, etc. Or nos espèces domestiques demandent beaucoup de nourriture et accroissent l’espace dévolu à leur élevage…C’est encore moins de Terre pour la Nature sauvage…

-Plus d’habitat, donc on construit dans du béton en détruisant la Nature sauvage…etc

Bref, tu comprends le truc…


Quant au bobo, c’est juste un oiseau qui vivait sur une ile jusqu’alors inconnue des hommes. Comme il ne pouvait pas voler, il devenait une proie alimentaire facile pour les hommes qui l’ont découvert. Bref, il a vécu le phénomène de la surexploitation de la chasse par l’homme…

Le cas est malheureusement classique : nous faisons de la surpêche actuellement dans les océans ; de sorte que de nombreuses espèces de poissons sont en voie de disparition (comme le thon rouge) ; victime de la voracité des hommes pour ce genre de nourriture. Mais le mammouth, déjà, était victime de ce même phénomène (ça et une ère glaciaire)…



Ceci dit, il faut un peu relativiser : des espèces disparaissent mais d’autres apparaissent également. Toutefois, la perte de la biodiversité est avant un danger pour l’homme : comme il est au sommet de la chaine alimentaire, si les espèces disparaissent, la civilisation des hommes à terme tombera comme un château de cartes…
La Nature, elle s’en fout. Elle a survécu à bien des écocides et, laissée à elle-même, recolonisera bien des territoires perdues…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 lauura13 a écrit [05/03/2012 - 12h16 ]  
lauura13

Merci beaucoup de votre aide Carter est-ce -qu'il y aurait des animaux ,idée...que jedevrai absolument ajiuter dans cet esposé?




 carter a écrit [05/03/2012 - 16h18 ]  
carter

Je suppose que pour ton exposé, tu devrais le développer en trois points: les faits, les raisons et les solutions

Partie 1 : les faits

A) Causes perturbant l’écosystème terrestre dans son entier :

-déforestation (nombre de forêts en diminution constante sur le monde). Cause : demande de terre pour les hommes Conséquence : dérèglement du cycle de l’eau par disparition de l’évapotranspiration, inondations donc, destruction d’habitats animaux. On estime que 42% de la foret amazonienne pourrait avoir disparu en 2020…

-acidification des océans (destruction des coraux et des animaux qui fixent le calcaire comme les mollusques). Cause : gaz à effet de serre et économie tournant aux hydrates de carbone (pétrole, charbon, gaz)

-Réchauffement climatique. Cause : les gaz à effets de serre. Conséquence : bouleversement de tous les écosystèmes terrestres

-Dérèglement climatique. Cause : gaz à effet de serre+ déforestation. Conséquence : modification des écosytèmes…



B) Causes perturbant des écosystèmes spécifiques :

B-1Pollution (un très gros chapitre) :

-des mers ( « mer » de plastique qui tuent les mammifères marins, marée noires , etc.) . Cause : Cause : pollution des mers considérées comme la « poubelle du monde ».Conséquence : mort de dauphins asphyxiés par des sacs plastiques, etc.

-des terres (pesticides et fertilisants, mécanisation à outrance, salinisation des sols). Cause : agriculture productiviste (révolution verte). Conséquence : mort des abeilles via des effets complexes, réduction de la masse de vers de terre par kilo de terre labourés, etc.

-de l’air (usines polluantes). Cause : économie non durable. Conséquence : disparition d’insectes sensibles à la pollution de l’air comme les papillons, etc.



C) Causes perturbant la biodiversité (soit des espèces en particuliers) :


C-1-Surexploitation des ressources environnementales :

-chasse tuant les espèces plutôt de grandes tailles (disparition des bobos, des éléphants, etc.) cause : économie. Conséquence : moins de rêveries animalières pour les gosses..

-surpêches. Conséquence : disparition de nombreuses espèces de poissons : thon rouge, etc.)

C-2 : la bio-invasion (introduction accidentelle ou volontaire par l’homme d’espèces étrangères dans certains écosystèmes). Le cas le plus célèbre est l’introduction du lapin en Australie dont la prolifération a détruit l’habitat des autres espèces ; tout ça parce qu’un con de riche d’anglais voulait faire la chasse au lièvre dans ses nouvelles terres…

C-3 : les dérives de la Science ? Risque de contamination par les OGM et nanotechnologies ???


Partie 2 : les raisons

-Une économie basée sur le mythe de la croissance infinie ( le toujours plus du productivisme . Or on ne peut produire indéfiniment dans un monde fini). Cause : le règne du profit et donc du capitalisme.

-La surpopulation humaine (7 milliards et demain 10 milliards en 2050) qui accroit le stress environnemental (faut bien les nourrir, les loger, les vetir…). Cause : le Progrès. Conséquence : le pillage des ressources terrestres.

-Une Science et une Technologie en « free style » . Comme le disait le philosophe Jacques Ellul, « la technique crée des problèmes qu’elle promet de résoudre grâce à de nouvelles techniques » ou le mythe que l’on trouvera bien une solution par la science aux problèmes que la science elle-même crée…


Partie C : Quoi faire ? Ou l’homme face à des choix éthiques…

-Une conscience écologique à développer (éducation)

-Une politique de dénatalité (créer des incitations financières à réduire la procréation)

-une économie durable (est-ce possible ?) : décroissance, économie environnementale, facteur 8 ; décarbonisation de l’économie : les théories ne manquent pas…

-Brider les capitalismes autodestructeurs afin de planifier l’utilisation des ressources restantes

-développer une Technologie soucieuse du respect de l’environnement : biomimétisme, recyclage des déchets, etc.


De toute façon, si l’homme ne protège pas son écosystème, il disparaitra. D’où la question finale : l’homme peut-il être sauvé ?




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 lauura13 a écrit [05/03/2012 - 19h04 ]  
lauura13

Merci BEAUCOUP!Je sais que j'abuse de votre savoir et de votre gentillesse mais est-ce-qu'il y a des chose qui sont obliger de mentionner lorsque l'on parle pour les cause, de l'augmentation des espaces de vie?
Je comprendrai si vous ne voulez pas répondre :( ;-(




 carter a écrit [05/03/2012 - 20h33 ]  
carter

Je ne comprends pas ta question. En fait, je te donne des pistes et certaines de mes formulations sont imprégnées d’humour qu’il faudra évidemment ne pas remâcher comme tel !

Quand j’écris « Conséquence : moins de rêveries animalières pour les gosses » ; c’est de l’humour qu’il faut éviter de reprendre, bien sûr. Mais j’ai voulu dire quelque chose de plus profond : les espèces menacées qui produisent l’adhésion de l’opinion publique (panda, tigre, éléphants, requins) ne sont pas les espèces menacées les plus importantes pour l’écosystème terrestre : la disparition des abeilles et la réduction drastique du nombre de vers de terre dans les champs agricoles est beaucoup…beaucoup… plus problématique ! L’un produit l’humus et l’autre la pollinisation. S’ils disparaissent, nous sommes tous morts…

Bref, utilises ton esprit critique pour distinguer quand tu peux me reprendre tel quel, quand il faut reformuler car je m’exprime un peu trop familièrement…

Au delà de tout ça, j’ignore dans QUEL CADRE, dans quel discipline as-tu eu cette question ???

Car la question en tant que tel relève de la philosophie parce qu’elle pose une question éthique : « l’homme n’aurait pas le droit » versus « il s’accroit un tel droit ». On traite de Morale et de libre-arbitre, de Bien et de Mal ; de philosophie de l’écologie, etc.…

Mais apparemment, ce n’est pas en philo que l’on t’a posé cette question (sinon, mon post un est plus approprié)

C’est pour un exposé de biologie ? Si tel est le cas, il serait bien de faire un recensement de tous les dangers qui pèsent sur l’environnement, ainsi qu’un brève rappel de l’Evolution (après tout, faudrait peut-être expliquer pourquoi une espèce éteinte ne réapparait pas, non ?)
Mon post 3 est donc plus indiqué.
Toutefois, il n’est pas exhaustif (je ne parle pas par exemple de la sélection des plantes par l’homme qui réduisent la biodiversité : aujourd’hui, plus que 3 espèces de plantes assurent la moitié de la production mondiale agricole. Hé oui : la biodiversité des plantes cultivées s’amenuise aussi ! ) . Va sur les sites du WWF France pour connaitre plus de phénomènes destructeurs. Fais une recherche Internet ou lis des bouquins d’écologie.

Pour un ultime recensement de l’ensemble de nos actions néfastes, tu peux lire « STOP » de Bartillat et Retallack.

Si tu veux approfondir la science dite « écologique » tu peux lire « des catastrophes naturelles ? » de Ramade (excellente partie sur la surpopulation humaine et ses effets).
A ton âge, tu devrais être inscrite à la bibliothèque de ta ville. Tu trouveras au rayon « écologie » plein d’ouvrages dessus à parcourir et à embellir tes soirées mornes…
Mais Internet regorge de docs. Le site « Manicure » de Jancovici est un best pour le réchauffement climatique, etc.





"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 lauura13 a écrit [06/03/2012 - 14h33 ]  
lauura13

S.V.T désolé j'ai oublié de le rajouter,mais je n'ai pas trouver les raisons qui font qu'une espece ne réapparait pas?
Merci de m'aider ;-(




 carter a écrit [07/03/2012 - 12h08 ]  
carter

Parce l’évolution (d’une population) d’une espèce dépend :
-des contraintes environnementales au sens large (sélection naturelle ; sélection sexuelle, sélection parentale, etc.)
-des contraintes structurales ( c'est-à-dire dépendant de la biologie même de l’organisme comme la possession de certains gènes architectes, contraintes de la biologie même d’un individu)
-de contraintes historiques (une fois que vous avez évolué dans une voie, il devient difficile d’évoluer dans une autre : élément du « hasard-chance »)

La probabilité pour que l’Evolution puisse retrouver les conditions initiales, historiques, environnementales et autres qui produisent l’apparition d’une espèce précise est tellement rare que cela n’a pas pratiquement pas de chance de se reproduire.

Voilà pourquoi les espèces ne réapparaissent pas : trop de facteurs sont en jeu dans leur « apparition » de sorte qu’ils ne seront jamais plus réunis.
Voilà aussi pourquoi l’Evolution créée également de nouvelles espèces : de nouvelles combinaisons apparaissent permettant l’exploration de nouvelles possibilités…

(dsl pour le retard)




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 lauura13 a écrit [07/03/2012 - 18h14 ]  
lauura13

Ce n'est pas grave vous n'avez pas à vous justifiez!
Est-ce-que vous accepterez qu'une fois que j'ai terminé mon exposé,je vous l'envoie pour y jeter un coup d'oeil?




 carter a écrit [07/03/2012 - 22h56 ]  
carter

Si t’as besoin de références, de données et de citations ; question d’étoffer ton exposé :


a)Sur la déforestation (source : « Stop » de Bartillat et Retallack. Edition Seuil)


-«150 000 KM2 de forêts, équivalent à la surface de l’Angleterre et du pays de Galles sont détruits ou dégradés chaque année »

-« Selon le World Resource Institute, 80% de la couverture forestière mondiale originelle ont été abattus ou dégradés. En Europe occidentale, 98% des forêts originelles ont été abattus ou dégadés, en Asie 94%, en Océanie 78%, en Amérique du Nord 66% et en Amérique du Sud 54%. On détruit les forêts à une vitesse affolante. Les Philippines et la Thaïlande ont respectivement perdu et dégradé 55% et 45% de leurs forêts originelles entre 1960 et 1985. Et c’est une zone équivalente à la superficie de la France qui a été déboisée ou dégradée au Brésil depuis 1970 »



Causes de la folle destruction des arbres du monde :


-exploitation forestière est la principale cause de déboisement dans le monde. « Selon l’ONU, sur l’ensemble de ces forets aujourd’hui menacées par une activité humaine programmée ou en cours, 72% le sont par l’exploitation forestière »

-razzia pour cause de plantations et d’élevages industriels : « sur l’ensemble de ces forets aujourd’hui menacées par l’activité humaine, 20% le sont par le défrichage agricole »

-le défrichage de survie des population sans terres : « les petits agriculteurs sont eux aussi responsable du déboisement lorsqu’ils défrichent ou brûlent la foret pour ensemencer de petites parcelles de terres(…). 500 000 petits exploitants défrichent individuellement en moyenne 1 hectare de forets par an en Amazonie »



b) sur la surpopulation :


« En fin 2005, les experts estimaient à 6.5 milliards de personnes l’effectif de la population mondiale (…) .L’explosion démographique actuelle résulte avant tout d’une spectaculaire diminution du taux de mortalité m, à tous les âges de la vie, alors que le taux de natalité b est resté la même dans les pays du tiers-monde, ou n’a pas baissé dans des proportions comparables. Dans ces conditions, si m décroit, r le taux de croissance augmente puisque r= b-m.
Cette augmentation considérable de l’espérance moyenne de vie a résulté de nombreux facteurs qui ont drastiquement réduit la mortalité : vaccination systématique des populations, amélioration du milieu de vie urbain (hygiène publique, assainissement) , enfin progrès de l’agriculture ayant réduit les risques de famine et accru la qualité de l’alimentation »
In « Des catastrophes naturelles ? » de Ramade. Editions Dunod.


« En essayant de comprendre les causes des dangers environnementaux, deux schémas comportementaux (de l’homme) apparaissent comme étant la clé de ces problèmes : l’utilisation des énergies fossiles et l’augmentation rapide de la population humaine »
In « Psychologie et développement durable » de Weiss et Girandola. Editions « editions in press »



c) sur la perte de la biodiversité (in « Stop ».édition le Seuil ; livre précédemment cité…)


-« certains biologistes avancent le chiffre d’une centaine d’extinction par jour provoquées par l’homme. Le Dr Norman Meyer, éminent spécialiste de la perte de la biodiversité, pense qu’il peut disparaitre jusqu’à 40 000 espèces chaque année. Sur la seule période des trente dernières années, notre planète a perdu 30% de sa biodiversité. Le World Wide Fund for Nature estime qu’au cours de cette brève période les populations des forets tempérées et tropicales ont décliné de 12% , les espèces marines de 35% et celle d’eau douce de plus de 50% »

« Le World Conservation Union a calculé qu’un quart des mammifères et 12% des espèces d’oiseaux risquent de s’éteindre au cours des trente prochaines années. Parmi les espèces menacées de disparition dans les trois décennies à venir, citons le rhinocéros noir, le tigre de Sibérie, l’aigle des Philippines, le léopard de l’Amour, le lynx ibérique et l’antilope saïga d’Asie centrale. Parmi les espèces menacées d’extinction d’ici seulement dix ans, on compte le tigre de Sumatra et les grands singes (gorille, orang-outang et chimpanzés). On dénombre également d’innombrables insectes et micro-organismes vivant au contact du sol. »

« Les causes principales de cette décimation est la destruction d’habitats comme les forêts tropicales et les zones humides pour des raisons de reconversion de la terre. Parmi les autres causes, citons la bio-invasion, la pollution, les cadences non viables d’extraction des ressources naturelles (y compris par le moyen de la chasse et la pêche) et les monocultures agricoles. Au cours des décennies à venir, de nouvelles menaces apparaitront, en raison du réchauffement climatique de la planète et des modifications génétiques. Toutes ces tendances sont dramatiquement accélérés par l’industrialisation et l’augmentation de la population »



Voilà pour les citations…

PS : Au fait, tu peux parler des pluies acides dans les pollutions de l’air et de la transition démographique comme tendance qui peut « amoindrir » la pression environnementale. La transition démographique, c’est quand ce qui arrive quand les femmes sont instruites : elles diminuent le nombre de leurs progénitures. Cela fait partie des solutions aves la dénatalité.


Si tu veux, je peux regarder ton exposé. Mais je te le déconseille car tout est archivé sur ce site et donc, mieux vaut à un moment donnée que tu continues seule sur ta lancée…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


Répondre à lauura13






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.