Fessé cul nu à notre enfant de sept ans ?



blanka
Cette question a été posée par Blanka, le 14/12/2010 à à 23h45.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Droit des enfants.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


La meilleure réponse



 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 04h55] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
cochise_fr

Bonjour, Curieux de donner tous ces jugements sans savoir de quelle...



[ Lire la suite de la réponse écrite par cochise_fr ]



Réponses



 Blanka a écrit [14/12/2010 - 23h45 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Blanka

Dans la journée d'hier mon mari a mis une fessée à Jérémy notre enfant de sept ans car il avait fait une grosse bêtise.
Mon mari lui a mis trois fessées sur son derrière cul nu, moi je n'ai pas trop aimé cela et j'aimerais savoir ce que vous en pensez.




 betinaweb a écrit [14/12/2010 - 23h50 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betinaweb

C'est ridicule de donner la fessée à un enfant les fesses à l'air,c'est une belle façon de l'humilier,c'est ma façon de voir les choses.Certains sont pour moi je suis contre.Pour une bêtise,il y a d'autre moyen que de taper un enfant.
Votre mari a fait passer sa colère avant la réflexion.Il faut punir mais ne pas taper.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Wisty a écrit [14/12/2010 - 23h54 ]  
Wisty

Bonsoir Blanca, Je trouve cela déplacé, en allant plus loin de considérer que c'est de la maltraitance ; ton mari est-il conscient de la force extraite en donnant une fessée à ton fils, étant dénudé. C'est invraisemblable. Corriger son enfant par une punition de quelque chose qu'il aime bien d'avoir ou regarder, soit la T.V. ou ne pas lui acheter ce qu'il désire immédiatement, mais de là à le fesser nu. Je n'approuve pas, mais alors pas du tout.




Wisty


 papiguy a écrit [14/12/2010 - 23h57 ]  
papiguy

Ne t'étonnes pas si ton enfant fait ensuite pipi au lit.
Rien ne peut justifier une punition corporelle. Ce n'est qu'un aveu d'impuissance de la part de celui qui l'inflige. Mon père n'a jamais levé la main sur moi et je lui en serai éternellement reconnaissant. Ma mère l'a fait, mais rarement et c'était pour répondre à des provocations de ma part, mais cela relevait plus d'un jeu.

Un enfant qui fait une bêtise peut l'avoir faite pour deux raisons: par absence d'information ou par provocation.
Un enfant peut faire une bétise pour attirer l'attention sur lui car il peut sentir un manque d'affection.
Avant de réagir impulsivement et de punir, il convient de se poser des questions.




 Blanka a écrit [15/12/2010 - 00h16 ]  
Blanka

Je ne sais pas trop quoi vous dire car mon mari me fait peur




 Wisty a écrit [15/12/2010 - 00h32 ]  
Wisty

Blanka, Ton enfant ne doit pas être un otage, ni toi non plus, et tu as tout intérêt à lui montrer que tu n'en as pas peur, au sinon, il va abuser de son autorité. Tu n'as pas le droit de faire souffrir ton fils, cela peut apporter un traumatisme grave dans l'évolution de sa personnalité. Je pense, que tu devrais dialoguer avec ton mari, si nécessaire le mettre en garde, s'il récidive.




Wisty


 betinaweb a écrit [15/12/2010 - 01h08 ]  
betinaweb

Ton mari te fait peur par rapport à l'attitude qu'il a par rapport à ton fils.Si c'est la première fois,il faut en discuter avec lui et ensuite en parler avec l'enfant pour tenter de lui expliquer ce qui s'est passé.
Si l'attitude de ton mari est régulière,c'est différent,il y a de quoi s'inquiéter.Ton fils risque d'être traumatisé.
Ce n'est pas une attitude très saine avec son enfant.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 04h55 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Curieux de donner tous ces jugements sans savoir de quelle "bêtise" on parle.
Une fessée, une paire de baffes, ou un coup de pied au cul n'ont jamais traumatisé personne quand ils sont donnés à bon escient. Une violence mesurée et exceptionnelle garde son efficacité.... mais il ne faut bien sur pas que cela devienne une habitude et un mode d'expression.
D'autre part, cela suppose que les parents connaissent d'autres modes d'expression que les coups..... ce qui suppose une certaine éducation.... pas forcément très répandue.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 10h53 ]  
papiguy

La "violence mesurée" serait donc "efficace".
Le problème est que personne ne sait comment mesurer la violence et que l'échelle d'appréciation n'est pas la même pour tout le monde. Il est vrai que les paroles peuvent être parfois plus violentes que les coups.

Il faudrait avoir une "certaine éducation" pour pouvoir administrer des punitions adaptées ?

Curieuse conception de l'éducation, et plutôt lamentable, qui confond éducation et dressage,

Les enfants reproduisent souvent les comportements qu'ils ont vécu chez leurs parents et la maltraitance à l'égard des enfants (comme des adultes) est d'une certaine façon héréditaire.

Cautionner et justifier la violence n'est que la preuve d'une éducation défaillante.
Refuser la violence ne signifie pas pour autant permissivité et laxisme.
Une des manifestations de la volonté inconsciente d'apprentissage des enfants est l'exploration, et celle-ci ne va pas sans transgresser des barrières. Punir lorsqu'une barrière a été transgressée peut avoir pour effet de brider l'initiative des enfants au détriment de leur épanouissement.

L'éducation demande observation, intelligence et imagination.

Il existe d'autres méthodes éducatives plus efficaces que la punition, on les baptise "renforcement positif", mais ce serait trop long à expliquer ici, et difficile à comprendre pour des adeptes de la violence, mesurée ou non, dans tous les domaines.




 Dunamis a écrit [15/12/2010 - 12h41 ]  
Dunamis

Encore une fois je sui d'accord avec Cochise.

Les claques et fessées j'y ai eu droit. Je n'en suis pas morte et n'ai développé aucune névrose...

Par contre, c'est vrai que sur les fesses à l'air, c'est sans doute trop douloureux. Mais je là à crier au scandale et à la maltraitance.
Une bonne discussion s'impose.

Selon la bêtise, un grosse sanction s'impose si l'enfant a déjà fait cette bêtise et a déjà été sanctionnée.

Ce n'est pas comme si le mari avait pris un fouet clouté pour marteler le postérieur du petit. On peut pratiquer ce genre de chose sans être "adepte de la violence".
Et je dis cela en n'en étant pas adepte du tout.

Et je sais pour avoir été une enfant têtue et casse-cou que m'empêcher de faire quelque chose que j'aime ne m'a jamais freinée.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 13h10 ]  
papiguy

La contradiction permanente dans tes propos ne te gêne pas non plus ? Non adepte de la violence tu la justifies, sans doute à l'insu de ton plein gré, en citant ton exemple et cela devient comique quand tu dis
"m'empêcher de faire quelque chose que j'aime ne m'a jamais freinée."
et la fessée t'en a empêchée Dunamis ?

Tu démontres seulement que l'enfant, devenu adulte reproduit les comportements déviants qu'il a subis. Les parents étant des "modèles", leurs comportements sont donc, aux yeux de l'enfant, des comportements "adaptés" et normaux. La violence faite aux enfants, première étape vers la violence faite d'abord aux faibles, c'est à dire les enfants puis les femmes.

L'homme, que tu le veuilles ou non est un animal et garde certaines de ses comportements.
On dis à propos des chiens que la main qui caresse ne peut être celle qui chatie, sinon elle finira par se faire mordre.
Les enfants ne sont pas des chiens mais cela reste à méditer.

Apprenez la violence à vos enfants et vous aurez une société encore plus violente.

D'aucuns diront que le monde n'est pas un cocon douillet et qu'il faut former le caractère des enfants. Alors allons jusqu'au bout de la démarche et faisons comme certaines familles américaines, formons les enfants au maniement des armes à partir de 5 ans, mettons les dans des camps d'entrainement militaires,....




 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 16h00 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Il faudrait avoir une "certaine éducation" pour pouvoir administrer des punitions adaptées ?

Curieuse conception de l'éducation, et plutôt lamentable, qui confond éducation et dressage"

Je persiste et signe.!!
Il faut en effet avoir reçu une certaine dose d'enseignements (je ne parle pas de diplômes, hein.!!) pour pouvoir avoir le choix des modes d'expression envers toute autre individu, que ce soit une tierce personne, un membre de sa famille, un enfant à soi ou à quelqu'un d'autre, un administratif quelconque dans une administration (police, justice, école, civisme, etc).... car cela ne s'invente pas. Et quand la violence n'est pas maitrisée, cela devient de la violence gratuite pour tout et n'importe quoi..... ce qui est grandement plus dommageable à la société dans son ensemble comme aux personnes ou enfants concernés (comme vous l'avez mentionné), ceux-ci reproduisant les actes par copie au lieu de n'en faire qu'un choix possible parmi de multiples autres dont une grande part non violents.

"On dis à propos des chiens que la main qui caresse ne peut être celle qui chatie, sinon elle finira par se faire mordre."
Cela c'est une belle connerie.!!.... mais ce n'est pas le sujet de la question.

"Apprenez la violence à vos enfants et vous aurez une société encore plus violente"
Encore un poncif.!!
La vie réelle de la société se charge bien d'apprendre la violence aux enfants plus vite que les parents ne le voudraient. C'est bien pour cela qu'il faut être capable de présenter à ses enfants d'autres modes d'expression et les explications qui vont avec, ainsi que les moments de les utiliser ou pas, et envers qui ou pas.... et pourquoi.... ce qui suppose que les parents le sachent. En cela il s'agit bien d'éducation ou d'apprentissage.
La violence, même légère intervient quand les explications et l'enseignement ont échoué, et c'est toujours un échec, mais aussi parfois un échec nécessaire et utile (j'ai dit "parfois"...hein.!!) et dans de plus rares cas encore une action salutaire.... car il vaut mieux une petite violence tout de suite (au moment des faits) que rien du tout qui conduira à de grandes violences plus tard.... peut être trop tard..
La meilleure preuve est que l'on délègue à la police ces droits de violence pour éviter qu'ils s'expriment de manière désordonnées dans la population..... ce qui démontre encore que cela relève d'une éducation permettant le discernement des sanctions à appliquer...... (en principe pour ce qui concerne les administrations). Quand on appelle la police, c'est que l'échec est patent. Entre gens "éduqués", on ne devrait jamais avoir à appeler les forces de l'ordre pour résoudre des problèmes personnels.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Gabrielle a écrit [15/12/2010 - 16h20 ]  
Gabrielle

Je ne suis pas une adepte de la violence, mais une fessée, n'a jamais tué personne, qui de vous n'en a pas eu comme moi, quand nous étions petits ? je ne pense pas qu'une fessée de temps en temps, quand un enfant le mérite, a tué un jour un enfant, j'en ai eu, et je ne suis pas devenue violente pour autant, je pense que maintenant on fait beaucoup trop de psychologie, sur ce qu'il faut faire ou non avec les enfants. Je ne parle certes pas, de mauvais traitement, mais là c'est un autre registre. Sans mettre des fessées à longueur de temps, pour moi, ce n'est pas une catastrophe !




 papiguy a écrit [15/12/2010 - 16h26 ]  
papiguy

"Curieuse conception de l'éducation, et plutôt lamentable, qui confond éducation et dressage"

Je persiste et signe.!! "

On n'en attendait pas moins.
Tout est dit, quand on est incapable de différencier éducation et dressage, on doit se limiter à donner des conseils sur les animaux.

C'est justement parce que "la société se charge bien d'apprendre la violence aux enfants" que les parents doivent proscrire la violence comme un de leurs modes d'expression.

On pourrait être d'accord sur un certain nombre d'arguments, sauf qu'ils impliquent une banalisation de la violence et la considération de celle-ci comme un mode d'expression "normal". Ceci suffit, quelles que soient les intentions, à dénaturer et décridibiliser tout le discours. Dommage.




 betinaweb a écrit [15/12/2010 - 16h44 ]  
betinaweb

Vous criez au scandale quand un homme donne une gifle à une femme et vous dites bravo quand un parent corrige son enfant,c'est du grand n'importe quoi.
Vous avez de singulières façons d'éduquer vos enfants.Pour moi en arriver à cela prouve une certaine faiblesse,vous ne savez pas comment réagir,alors vous tapez,ça vous défoule.
Et vous pensez que les enfants arrêteront de faire des bêtises,pas si sûr.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 16h45 ]  
papiguy

"Je ne suis pas une adepte de la violence" mais une petite fessée de temps à autres...
Ceci me rappelle, à l'envers, un certain discours du genre
" tous les étrangers dehors ! mais je ne suis pas xénophobe, la preuve j'ai un bon copain sénégalais, ou juif, ou monégasque,...".


"c'est pour ton bien" accompagné d'un coup de règle sur le bout des doigts par un instituteur qui me refusait le droit d'écrire de la main gauche. Violence acceptable ?

Avoir subi des violences inutiles même si pas très méchantes, ne permet pas de justifier la fessée

La réaction première de pseudo adultes voyant un enfant pleurer dans la rue n'est pas de se demander s'il pleure parce que ses parents l'ont privé de sieste pour aller faire des courses, mais de jeter un regard réprobateur aux parents "mais pourquoi donc ne lui flanquent-ils pas une bonne tape sur les fesses, cela le calmerait ?".

Je caricature ? A peine....




 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 17h41 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Vous confondez les violences permanentes et non justifiées avec les violences mesurées, exceptionnelles et justifiées, on ne doit pas tout mélanger.

C'est plutôt vous, Papiguy, qui confondez l'éducation et le dressage..... car le dressage ne se fait que sur des animaux déjà éduqués, et sans violence.... justement. Ce n'est que lorsqu'on cherche à dresser un animal pas ou mal éduqué que certains dresseurs usent de la violence au lieu de refuser de dresser l'animal en attendant qu'il soit éduqué..... ce qui prend... un certain temps. Quand on fait les choses dans l'ordre, il n'y a aucun besoin de violence..... seulement de la patience et de la communication.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 18h11 ]  
papiguy

"violences mesurées, exceptionnelles et justifiées"
Pour quelqu'un victime de la violence, tenir de tels propos est complètement aberrant, sauf à admettre que puisqu'on a souffert il est normal que les autres souffrent.

Comment peut-on associer les mots violences et justifiées?

Rien, mais absolument rien ne peut justifier la violence. Celui qui mesure la violence qu'on lui fait est tout de même un enfant qui ne pourra pas l'exprimer autrement que par des pleurs ou une colère rentrée.

On ne règle rien avec la violence toujours mal mesurée à l'aune de vagues souvenirs personnels.

Parce qu'un enfant n'aura pas compris ce qu'on n'aura pas su lui expliquer, il faut le punir et l'humilier pour la connerie de ses parents ?

"La violence, même légère intervient quand les explications et l'enseignement ont échoué, ..." même si on la module avec un "parfois", reste une phrase inacceptable et irréfléchie. L'enfant n'est pas responsable de nos erreurs et insuffisances.

Une bêtise non punie bêtement sera toujours moins grave que la punition idiote de l'incompréhension, et ce n'est pas pour autant que l'enfant recommencera s'il n'a pas eu de fessée. On peut donner des repères aux enfants sans qu'ils soient destructeurs.


Il vaut mieux que tu t'en tiennes aux réflexions sur les animaux oû la compétence parait certaine. Avant de tenir des propos sur les enfants il faudrait non pas du dressage ou de l'éducation mais de la rééducation. ;-)




 Dunamis a écrit [15/12/2010 - 19h20 ]  
Dunamis

Je trouve ridicule de comparer une gifle à une femme et une fessée à un enfant.

Dans le premier cas, la femme est adulte et dispose d'autant de liberté que l'homme. Elle a conscience du bien et du mal.
Pas l'enfant.
Et oui, quand les menaces et le renforcement positif ne fonctionnait pas, une fessée me calmait. C'est balot mais c'est comme ça.

Et il faut être syndicaliste pour recomparer une sanction à la xénophobie. Serais-tu à court d'arguments papiguy ?

Et la fessée n'est pas perçue comme une humiliation. Je n'ai jamais vu personne la pratiquer en publique. Tu délire.
Autre chose, un enfant n'est as toujours à même de comprendre sa bêtise et son rôle est d'obéir à ses parents sans tergiversation.
Depuis quand doit-on justifier auprès d'un marmot le pourquoi du comment ?
On lui dit, c'est non.
Tu ne vas pas commencer à lui expliquer que "oui mais c'est une mauvaise idée car tu vois en faisant ça tu vas et puis en plus parfois alors tu comprend si jamais ? Tu es d'accord ? Cool."

Et une situation exeptionnelle ne peut pas être comparée à de la maltraitance. "victime de violences"...ben voyons.
Tu crois que j'ai quelles envies quand un morveux trépigner dans le magasin avec les parents qui lui répètent vainement de se taire .
Là, je dis, un bonne paire de claque ça forme la jeunesse.
Alors si, bien souvent, le fait de ne pas pratiquer les claques et fessées sous-entend la plupart du temps laxisme et permissivité.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 19h45 ]  
papiguy

Dunamis

- je ne compare pas l'enfant et la femme, je dis que c'est le même type de violence
- pour te calmer, tu viens de donner la recette à ton compagnon, mais il est d'autres méthodes plus douces, à moins que tu sois adepte du "Ahhhhh fais moi mal.."
- je ne compare pas sanction et xénophobie, j'établis un parallèle entre deux attitudes, et je ne vois pas ce que le syndicalisme vient faire ici, les fessées te montent à la tête...
- "justifier auprès d'un marmot" est inutile ? On commence par les marmots et on élargit ensuite aux infirmes, aux étrangers, et pourquoi pas aux cons, et là, comme disait le Grand Charles "Vaste programme". Pourquoi en effet perdre son temps à t'expliquer ce que tu ne veux pas comprendre, je te colle une bonne tarte et tout le monde est content....

Des propos tels que les tiens entrainent des démangeaisons à l'extrémité de mon pied, mais sado-maso comme tu sembles être, je te dis "non tu s'rais trop contente, ça te f'rait bien trop plaisir" (Pierre Perret)




 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 20h18 ]  
cochise_fr

Bonjour,
En principe, effectivement, les violences devraient être inutiles car l'éducation préalable aura permis de les éviter.... mais cela suppose les parents capables d'en arriver là, et le constat est malheureusement que ce n'est pas souvent le cas.

D'autre part, il ne faut pas confondre la non violence par principe qui finalement ne sanctionne rien et laisse libre cours à tous les excès, avec la non violence parce qu'elle ne s'avère pas utile en raison d'une éducation adaptée. Tout cela commence dans la petite enfance, bien avant que le comportement lui-même ne soit potentiellement sanctionnable au fur et à mesure que l'âge avance et que la compréhension du bien et du mal s'établit dans la vie de l'enfant.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [15/12/2010 - 20h29 ]  
betinaweb

Dunamis et cochise,vous êtes vraiment des psycho-rigides.Vos discours font peur.On peut éduquer un enfant sans le frapper même si il fait une colère,pose toi la question Dunamis du pourquoi des colères des enfants dans les magasins?
Je vois plus d'adultes râler dans les magasins que d'enfants,il y a ceux qui insultent les caissières,ceux qui bousculent les gens en gueulant parce qu'ils sont fatigués,ceux qui piquent la place dans la file d'attente, etc...
Doit-on leur mettre aussi des claques?
En fait vous êtes des faibles,taper est sans doute votre seul moyen de communication avec l'enfant car ses réactions vous dépassent,il y a bien d'autres façons de faire.
Quand la loi passera,vous serez passible de prison




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [15/12/2010 - 20h32 ]  
papiguy

cochise_fr,
Si nous sommes bien d'accord sur les objectifs, nous différons sur la méthode. Un enfant s'éduque en mettant en place un certain nombre de codes de communication, et de règles. La sanction doit être annoncée à l'avance et appliquée en rappelant la règle.
En agissant ainsi, on évite la fessée intempestive et brutale.

On ne doit pas refuser la fessée en raison d'un principe de non violence, mais tout simplement car elle est anti-éducative.

Là oû je te rejoins totalement c'est sur la nécessité de former les parents. Il n'existe que peu de choses sur le sujet, et les parents sont laissés à eux_mêmes. On prépare bien la mère à l'accouchement, et on suit ensuite l'enfant. Pourquoi n'incluerait-on pas un ensemble de conseils avec présence du père au moins une fois.




 cochise_fr a écrit [15/12/2010 - 20h49 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"La sanction doit être annoncée à l'avance et appliquée en rappelant la règle.
En agissant ainsi, on évite la fessée intempestive et brutale."
Je suis tout à fait d'accord la dessus. C'est ce que j'appelle "mesurée, exceptionnelle et justifiée".

Le problème, Betinaweb, est que vos exemples de supermarché ne tiennent pas la route. Je n'ai jamais vu mes enfants faire des crises de nerfs devant un rayon en faisant les courses..... et je n'ai donc jamais eu à intervenir ou à sanctionner quoi que ce soit. Quand les enfants en arrivent à des crises de cette nature, le problème est déjà bien plus grave, et toute l'éducation parentale est à revoir en profondeur.... à mon avis, bien au delà de la nécessité d'une paire de baffes ou pas.

De même, je ne sais plus qui parlait des femmes battues.... qui sont certes des actes inacceptables, mais qui n'ont rien à voir avec une éducation parentale. C'est de la violence gratuite pure. C'est un délit pas assez sanctionné à mon avis pour que ce soit dissuasif.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Mamie Lucie a écrit [16/12/2010 - 10h47 ]  
Mamie Lucie

Je suis en partie, d'accord avec les uns et les autres, je pense qu'il ne faut pas donner de fessée à cul nu, et qu'il vaut mieux dès départ essayer de faire comprendre à l'enfant, qui fait des bêtises, le pourquoi du comment, cela se passe très bien parfois, mais pas toujours, fonction du caractère de l'enfant auquel on fait face. Je pense que certains enfants sont colériques et n'écoutent pas, dans ce cas là une petite fessée sur le derrière, ne le tuera pas. Pour certains de vous, ce n'est pas éducatif, ni constructif ! de donner la fessée, mais pensez vous réellement que même si l'on éduque correctement son enfant, qu'il ne fera pas de bêtises, même si on lui a déjà expliqué inlassablement plusieurs fois ? Je pense que c'est un leurre !. Je pense qu'il faut au maximum, d'essayer de parler avec, mais au delà ... Papiguy, avez-vous eu des enfants ? si oui, votre épouse ou vous même, n'avaient jamais eu besoin de donner une fessée, quand ils étaient petits ? Si vous me répondez "non" vous avez eu des enfants qui étaient des anges !. J'ai eu des enfants, et je suis honnête, petits ils faisaient des bêtises, comme tous les enfants, je parlais avec eux, mais au bout d'un moment, en cas de récidive, je leur donnais une fessée, et aujourd'hui, ils sont devenus parents, et ne sont pas devenus des "bourreaux d'enfants", ni des délinquants !. ;-)




 papiguy a écrit [16/12/2010 - 11h58 ]  
papiguy

Bien sur Mamie Lucie, j'ai en des enfants, et comme beaucoup de parents ayant été eux-mêmes "éduqués" avec de temps à autres une petite fessée, je me suis laissé aller à donner une tape ou deux sur leurs petits derrières.

Depuis, un petit enfant autiste est arrivé et a bouleversé des conceptions que je trouve maintenant dépassées.
Ses parents se sont formés et informés et ont appris d'abord à gérer les crises qui ont pratiquement disparu. Cela passe par une maîtrise de son propre comportement.
Ils ont ensuite appris à inculquer des comportements "adaptés" et à corriger les comportements asociaux. Le tout absolument sans le moindre geste agressif, tout en douceur, mais non sans fermeté. L'enfant a bien évolué au point que ses parents, apaisés, en disent maintenant qu'ils aimeraient qu'il fasse des bêtises de temps à autre, manifestant ainsi une capacité d'initiative nécessaire. Je passe sur les idioties proférées par un certain nombre de psychologues et surtout de psychiatres attardés, car ce n'est pas vraiment le sujet.

Pour en avoir discuté avec des pédagogues ayant eu en charge à la fois des enfants "normaux" et des enfants autistes, j'ai rejoint leur conviction que les principes et méthodes d'éducation utilisées avec un certain succès avec les autistes gagneraient à être extrapolées et appliquées à tous les enfants.

Mais la condition impérative reste la formation des parents, comme l'a également souligné cochise_fr.
Eduquer est un "métier" difficile et c'est pourtant le seul pour lequel un minimum ne soit pas prévu. La société se contente de veiller à ce que la maltraitance ne fasse pas de dégâts.

C'est la seule raison de mon insistance sur le refus de la violence, même légère, faite aux enfants car mon propos n'est pas de culpabiliser mais de dire qu'on peut faire autrement.




 cochise_fr a écrit [16/12/2010 - 12h09 ]  
cochise_fr

Bonjour,
A ceci près que les autistes ont besoin (et en général bénéficient) d'une assistance permanente ou quasi permanente qui n'est pas possible la plupart du temps avec les enfants que vous dites "normaux". Il faut bien, alors, d'autres modes de communication.... qui demandent moins de temps et de patience.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 12h31 ]  
papiguy

Tu as tout faux cochise_fr

L'assistance permanente n'a rien à voir avec les modes de communication, et je le répète, il existe d'autres modes de communication que l'agression. D'autre part, ce qui est vrai avec les autistes l'est forcément avec les enfants normaux, d'autant plus qu'il n'y a pas de handicap de communication à surmonter. C'est exactement l'inverse, cochise_fr..

Enfin, l'éducation, handicap ou non, demande une attention sinon permanente, du moins soutenue. On ne doit pas seulement se préoccuper des besoins d'un enfant lorsqu'il fait un colère faute d'avoir été entendu et compris, surtout pour lui répondre avec une fessée.

ps: La majorité des enfants autistes na pas d'assistance permanente, sauf si tu considères que les camisoles chimiques, le packing et l'hopital de jour sont des assistances, alors qu'elles ne sont que la démonstration de l'état d'arriération de notre système en la matière. Il y a au contraire un scandale en France sur le sujet.




 Dunamis a écrit [16/12/2010 - 15h11 ]  
Dunamis

Betina, SI la loi passe.
A défaut de fessées, il aura mon pied au derrière.
Et si ça ne suffit pas, je le fais jeûner.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 15h41 ]  
papiguy

Et ensuite tu le fusilleras avec des balles rouillées pour qu'il crève du tétanos, cet enfoiré. non mais! Si on ne peut plus faire ce qu'on veut, c'est un monde, madame.




 Dunamis a écrit [16/12/2010 - 17h33 ]  
Dunamis

absolument ! :-D

Mais avant je le brûlerais conciencieusement avec de la poix bouillante. Et je le ferais marcher sur les rotules sur des braises incandescentes avec 5 kilos sur la tête.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 17h55 ]  
papiguy

Et bien sûr tu filmeras tout cela pour envoyer les images à tes copines, rigoler un peu, et aussi pour garder des souvenirs de ce cher chérubin, le pôvre qui me rendait bien service. Maintenant je suis obligée de taper sur mon mari quand je veux me défouler mais le hic c'est qu'il se défend cet andouille :-D




 PSYCHO1 a écrit [16/12/2010 - 18h13 ]  
PSYCHO1

Mdr, Papiguy et Dunamis ! :-D
Ceci dit, si je ne suis pas non plus adepte des fessées à popotin nu, je dis quand même que certaines fois une fessée est justifiée.
J'ai eu 3 enfants qui ont tous, à un moment ou un autre, eu une fessée. Moi-même en ai eu lorsque j'étais petite, et alors ? Ai-je l'air traumatisée ? Et bien mes enfants non plus. Je ne parle pas d'enfants qui ont déjà une pathologie (autisme ou autre) qu'il convient de gérer différemment, ou de sévices corporels répétitifs ! Il faut faire la nuance. Mais la culture de "l'enfant roi" je n'y crois pas un instant non plus.




Ah, si tous les gars du monde ...


 Dunamis a écrit [16/12/2010 - 18h16 ]  
Dunamis

Mais étant philanthrope, je compte bloguer le tout et envoyer une copie à TF1. Pour faire concurrence à Koh Lanta.
Je serais riche !
Raison de plus pour achever toupetit monde : pas question de partager.
Et si ça me manque, je ferait comme les copains : je kidnappe. Mais de préférence des enfants muets, c'es moins braillard.

Tu sais papiguy, il existe beaucoup d'activités à tester...




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 18h31 ]  
papiguy

Par exemple, le lancer de bébés, autrement plus ludique que le lancer de nains. .... Encore que.... si le nain avait une tête de sarko, bush ou même d'hortefroid, je ne bouderais pas mon plaisir, quitte à salir un peu les murs...




 betinaweb a écrit [16/12/2010 - 18h46 ]  
betinaweb

Ce n'est pas parce que l'on ne tape pas sur ses enfants que l'on en fait des enfants rois.Éduquer les enfants n'est pas une chose facile.
Mais leur éducation est quelque chose de sérieux qu'il faut gérer au mieux,un enfant cherchera toujours à transgresser les interdits et ce n'est pas en le tapant qu'on lui expliquera le pourquoi des choses.L'enfant doit se construire dans la confiance de ses parents et ne pas avoir peur d'eux.
Après chacun fait ce qu'il veut,mais beaucoup de névroses datent de la petite enfance,il y a des coups qui ont fait beaucoup de dégâts.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Maude a écrit [16/12/2010 - 18h58 ]  
Maude

Papiguy, bonsoir, avec tout le respect que je te dois, je pense que tes démonstrations, dépassent un peu la bienséance ! On ne peut pas comparer, une fessée avec les démonstrations que tu fais. Je comprends, que quand on a un enfant autiste, on ne va pas lui donner des fessées, il est vrai que ca ne serait pas le bon comportement, mais il faut quand même rester lucide et réaliste. Sans être non plus un être violent, je sais qu'une fessée, qui est méritée, après les explications de gravures que tu as fais à un jeune enfant et qui ne veut pas comprendre, et oui il y en a, ne le rendra pas plus tard, pas plus violent qu'un autre, dont les parents seront restés laxistes, devant l'enfant roi ! Il faut je pense nuancer, entre les mauvais traitements dont certains enfants sont victimes et là il y a matière à s'en occuper sérieusement et une tapette sur les fesses. Je ne prendrais que la France, si depuis des générations et générations, des enfants qui avaient reçu, une fessée ou plusieurs, quand ils étaient petits, seraient devenus des délinquants ou avaient reproduit des comportements violents à cause de fessées dans leur enfance, fait moi confiance, on le saurait. Par contre pour les enfants victimes de maltraitances perpétuelles, là oui, je suis d'accord avec toi. Pour le fessée, qui reste exceptionnelle tout de même, il faut relativiser ! ;-)




 betinaweb a écrit [16/12/2010 - 19h00 ]  
betinaweb

Dunamis,n'oublie pas de tout noter pour quand tu auras des enfants,si tu veux d'autres idées de tortures,adresse toi à des spécialistes.
Je ne sais pas si Wikipédia te renseignera mais tu trouveras bien un site.
:-D

Ce ne sont quand même pas les mômes qui vont faire la loi chez toi!!! :-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 19h01 ]  
papiguy

"J'ai eu 3 enfants qui ont tous, à un moment ou un autre, eu une fessée. Moi-même en ai eu lorsque j'étais petite, et alors ? Ai-je l'air traumatisée ?"

Prototype de l'argument bateau du genre:
- ma grand mère a été excisée, ma mère aussi et elles n'ont pas été traumatisées,..
- on a toujours fait comme cela, pourquoi changer ?
- le droit de cuissage a existé pendant des années, pourquoi le supprimer ?

Surtout, ne remettons aucune habitude, bonne ou mauvaise, en question, accrochons nous à ce qui est presque une tradition familiale, car sans ce type de béquilles nous sommes perdus....
Nul de chez nul comme argument...




 cochise_fr a écrit [16/12/2010 - 19h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Nul de chez nul comme argument..."
C'est pourtant ce que vous faites avec votre position.
C'est nul quand cela ne correspond pas à vos idées, et très bien quand ce sont les vôtres..... ouais... on appréciera.

Il y a des nuances entre une sanction ponctuelle et de la maltraitance permanente.
Le laxisme aussi fait des victimes.!!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 20h20 ]  
papiguy

Mais oui, cochise_fr, et quand on ne sait plus trouver d'argument on en vient à mettre en cause l'avatar. Nous sommes descendus d'un étage d'un seul coup et d'un seul.

Je crois avoir dit que mes idées avaient évolué, mais malheureusement, ou plutôt heureusement rien dans ce qui m'a été proposé comme argument n'a dépassé le banal que je traite de nul de chez nul.

Je ne demande à personne de changer d'avis et accorde à mon avatar le droit à l'exagération, histoire de bousculer un peu. Manifestement certaines l'ont bien compris, alors que d'autres restent avec leurs ergots plantés sur le perchoir de leurs certitudes.

Cherche les phrases écrites par moi qui peuvent te faire croire que le laxisme est mon credo. Par ailleurs si les nuances me sont totalement étrangères, et sans s'en embarrasser, c'est l'histoire d'une certaine poutre qui va remonter à la surface, genre détail....

Mais on ne va quand même pas se flanquer une fessée pour autant. Un forum de discussion est aussi d'une certaine façon un cirque et qu'on baptise mon avatar du nom d'un clown ma ferait plutôt plaisir. Il faut des clowns pour animer une salle qui dort, permet moi de ne pas avoir choisi le rôle du clown triste.




 betinaweb a écrit [16/12/2010 - 21h08 ]  
betinaweb

Tu as lu Vipère au poing,papiguy,j'ai l'impression qu'il existe encore des Folcoches... :-D




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 betinaweb a écrit [16/12/2010 - 21h13 ]  
betinaweb

http://www.youtube.com/watch_popup?v=2ms1AcnQg40&vq=medium#t=44

quelques punitions corporelles d'un autre siècle pas si loin de nous.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [16/12/2010 - 21h31 ]  
papiguy

Notre petite fessée, même cul nu, parait une sucrerie !
Les manuels scolaires décrits dans ce reportage sont quand même incomplets: il y manqua des notions de base sur la fabrication des bombes, le choix des pierres pour la lapidation,....

Les anglais devraient envoyer les enseignants utilisateurs de ces manuels en prison pour incitation à la violence.
Et je pense que certaine écoles coraniques en France ne sont pas mieux.

Et dire que pendant ce temps la on emm... des instits pour des broutilles et que l'on ne fait pas la chasse à ces fous, comme on doit chasser les chiens enragés...




Répondre à Blanka






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Enfant tyran : c'est quoi au juste ?




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.