Comment un éditeur musical se rémunère t-il ? A quel pourcentage ? Pour combien de temps ?



roxtar
Cette question a été posée par roxtar, le 09/10/2007 à à 03h20.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Droit de la musique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 roxtar a écrit [09/10/2007 - 03h20 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
roxtar

Bonjour
je suis ancien professionnel de musique electronique (amateur actuellement) sur le point de signer un contrat avec un editeur
il me demande de lui donner l'édition (veut il dire 50% des droits mecaniques ?), pour combien de temps en général ?
Lui s'occupe de presser les vinyls et m'a trouvé l'artiste.
Il compte par la suite, trouver lui meme une "majeur cie" chez qui signer
Je n'y connait rien en contrat ... c'etait à l'époque mon associé a qui je faisait une confiance aveugle qui négociait tout.
Que puis je lui proposer afin que le contrat reste equitable ?
Par avance merci !
pascal




 cochise_fr a écrit [09/10/2007 - 09h44 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour Roxtar,
Tu fais "presser des vinyls" ?? .... pas des CDs ??
Si tu est déjà célèbre dans ta branche, un éditeur peut être utile pour la fabrication et la distribution. Mais si tu reste amateur, le mieux serait de mettre ta musique "en ligne" pour la faire connaître, et de proposer un petit prix de chaque morceau afin que chacun puisse choisir après écoute.
Dans ce domaine, pour gagner 10000 euros, on peut attendre (parfois très longtemps) un gros chèque, mais on peut aussi obtenir directement 10000 fois 1 euro. N'oublie pas qu'internet déssert toute la planète, ce qui représente un nombre de client potentiel immense.
Quand à négocier un contrat, cela ne se fait pas sur un coin de table et toutes les circonstances doivent être envisagées, même les pires, afin de se prémunir à l'avenir.
Enfin, on ne fait JAMAIS confiance "aveuglément" en affaire, c'est l'ouverture certaine à de petites ou grandes escroqueries. Autant se taper dans la main comme on le faisait jadis pour sceller le contrat.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 roxtar a écrit [09/10/2007 - 11h16 ]  
roxtar

merci cochise....hé oui!...on fait encore du vinyl...surtout pour les test clubs
malheureusement j'ai besoin d'une réponse assez rapide, surtout concernant les pourcentages...sur quel base concrete puis je tabler,quels sont les differents points a ceder a l'editeur?
veut il dire 50% des droits mecaniques ?...je pense que c'est le maximum qu 'un editeur puisse prendre, non?? vraiment besoin d'etre éclairé...pas facile l'édition!! :-o




 cochise_fr a écrit [09/10/2007 - 12h27 ]  
cochise_fr

Bonjour,
C'est toi qui connaît ta valeur sur le marché dans ton domaine. D'autre part, si l'éditeur n'est pas assez rémunéré à ses yeux, il ne se cassera pas la tête pour promouvoir tes productions. Il faut trouver un juste milieu, mais tout cela doit être écrit noir sur blanc avec tous les détails et les engagements de chacun.
En matière de musique, je pense que chaque contrat est différent, ce qui me semble logique puisque toutes les musiques sont différentes, et chaque auteur a sa personnalité.
Enfin, plutôt que d'accepter le premier contrat venu, j'irai voir ailleurs ce qui peut m'être proposer pour pouvoir comparer les offres et les engagements et ensuite faire un meilleur choix.
Comme tu le dis, l'édition est un monde très secret fourmillant de requins en tous genres, alors méfiance est mère de la sûreté, car il est bien difficile de travailler ensuite avec les mains attachées dans le dos par un contrat trop inégal.
N'étant pas musicien ni auteur, je ne me lancerai pas dans des conseils sur tes éventuels revenus. En la matière, les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, il vaut donc mieux prendre ses responsabilités et les assumer.
Bon courage.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 sotaro a écrit [22/10/2007 - 13h39 ]  
sotaro

50% des royalties




Ma mission est de tuer le temps et la sienne de me tuer à son tour. On est à l'aise entre assassins". Cioran


Répondre à roxtar






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.