Langues régionales, faut-il les conserver ?



bluesypenny06
Cette question a été posée par bluesypenny06, le 22/01/2011 à à 07h56.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Dialectes et parlers régionaux.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 Dunamis a écrit [22/01/2011 - 11h01] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
Dunamis

Mon pauvre Bougain. Ton monde semble terne et monochrome. Un...



[ Lire la suite de la réponse écrite par Dunamis ]



Réponses



 bluesypenny06 a écrit [22/01/2011 - 07h56 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bluesypenny06

Les langues régionales, dialectes ou patois, font partie du patrimoine culturel d'une région, selon vous, faut t-il, les conserver en les apprenant par exemple en classe aux enfants ?




 bougainvilliee a écrit [22/01/2011 - 08h49 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
bougainvilliee

Bonjour,

Les conserver, pourquoi pas...
On conserve beaucoup de choses devenues inutiles, comme les outils de sabotiers.

Cependant, ce sont des langues figées que l'on conservera.
Or une langue n'a d'intérêt lorsque elle permet des échange fructueux.
De ce fait, elle vit et évolue sans cesse.

Conserver, voulant dire que l'on met en conserve. Cela laisse entendre qu'elle restera codifiée et apprise sans le support d'un échange fructueux.
Par là, on en fera une langue morte, fossilisée, sans doute utile pour les chercheurs et les linguistes, mais désormais inutile.

Ces langues apprises ou non, seront à ranger avec le folklore régional, comme les danses paysannes du temps passé, que l'on danse seulement lors de certaines manifestations régionales...
Mais qu'en réalité on ne danse plus qu'en ces occasions.

Avec les langues régionales on pourra, montrer de temps en temps, des vieux conteurs, raconter toujours les mêmes histoires (fossilisées) en patois, que personne ne comprendra, mais qui feront rire tout le monde.




Le doute est ma seule certitude


 Dunamis a écrit [22/01/2011 - 11h01 ]  
Dunamis

Mon pauvre Bougain. Ton monde semble terne et monochrome.

Un langue n'est jamais figée. Dès lors qu'elle est utilisée et appréciée, elle permet des échanges, non seulement à travers une discussion, mais aussi par ces histoires que certes peu de gens comprennent, mais qui transmettent une culture et des croyances.
Le monde évolue, des éléments sont créés, d'autres oubliés, chaque dialecte ou patois s'adapte.

Le grec ancien ainsi que le latin sont des langues dites mortes. Elles sont pourtant encore enseignées et des termes sont créés, lorsqu'un être végétal ou animal est decouvert.

Pour qu'une langue soit morte, il faut qu'il n'en reste que le souvenir. Qu'elle soit ignorée et que plus personne ne la connaisse.
Dis aux alsaciens, aux bretons, aux corses que leur langue est figée et morte, qu'elle ne présente aucun intérêt.

Une langue, c'est une culture, une identité.
Louis XV a interdit l'utilisation des pâtois au profit de son français à lui. Pourtant, des centaines de dialectes ont été préservés.
Les temps se chevauchent. Si un texte est dans une langue que nul ne comprend, nous perdrons des connaissances. Une connaissance, quelle qu'elle soit, n'est pas figée.
Seul l'humain se fige et se campe sur une idée, qui devient alors mauvaise, dès lors qu'elle ne change pas.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 bougainvilliee a écrit [22/01/2011 - 11h50 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

Il est vrai qu'il faut encore considérer des langues comme le "Corse" et "L'Alsacien".

Le Breton, lui est une langue en train de mourir.

Il est tout aussi exact que certaines personnes font un dernier éffort pour parler le Basque ou le Catalan.
Mais pour le reste, c'est entendu : ce sont des langues moribondes, dont il ne reste que quelque petites traces, ici ou là.

Même les vieilles personnes ne les parlent plus qu'entre elles.

C'est cependant intéressant pour les chercheurs et les linguistes (non pour les réssusciter ou tenter d'en faire des fantômes, mais pour les étudier et en comprendre la valeur passée).

Mais l'on peut penser le contraire.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [22/01/2011 - 13h39 ]  
papiguy

Dunamis a très bien exprimé mon sentiment. L'amnésie quant à ses racines est aussi inutile que la défense éperdue de l'identité est dangereuse.

Se rappeler d'où l'on vient ne permet pas de savoir où l'on va et l'expérience ne sert souvent qu'à éclairer le chemin parcouru. La compréhension des évènements ne peut être basée que sur la connaissance de certains mécanismes, et le passé peut nous aider en ce sens.

Le plaisir que certains éprouvent à s'exprimer dans une langue ancienne est du même ordre que celui que n'importe qui peut éprouver en regardant des photos jaunies de sa famille ou de ses amis.

Pourquoi alors vouloir se priver, ou priver les autres d'un plaisir ? La pseudo civilisation de l'éphémère et du bon à jeter à peine acheté procure-t-elle tant de satisfactions qu'il faille ne conserver que ses illusions ?




 betinaweb a écrit [22/01/2011 - 14h04 ]  
betinaweb

Les langues régionales sont enseignées dans certains lycées,je ne vois pas d'où bougainvilliée tient l'idée que les langues régionales tendraient à disparaître.

Beaucoup de jeunes n'ont pas envie que leur patrimoine soit mis aux oubliettes.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 symbol a écrit [22/01/2011 - 17h55 ]  
symbol

Ne devons nous pas apprendre à utiliser les choses (conservation des aliments par ex.) et aimer les gens ( avec leurs différences de langues, d'expressions ) ?
Pourquoi ne pas continuer à les apprendre ? Cela ouvre l'esprit à d'autres apprentissages de langues, éveille l'écoute, de plus elles sont très imagées et font donc travaillées l'imagination.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [22/01/2011 - 18h19 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,

Certes, mais le siècle dernier, à sa naissance (en 1914 -18) a porté un coup fatal au vieux monde.
Ce vieux monde qui perdurait depuis des siècles.

Tuant en une guerre fratricide, la paysannerie, les empires et les langues de nos provinces.

On ne peut que constater qu'elles ne sont plus, généralement que l'ombre d'elles-mêmes (figées de n'être plus réellement employées) et qu'elles ressortent plus du folklore ou d'une appartenance, que d'un véritable usage.

On peut parler créole, mais tous les créoles parlent d'abord français. Ils ne parleront créole qu'entre eux, pour affirmer une appartenance ou une identité (ou pour ne pas être compris par les non initiés).

Il en est de même du Corse, du Breton, du Catalan, du basque ou de l'Alsacien.

Pour faire, finalement, une différence entre l'homme du pays et celui qui est étranger au pays.

Mais tous parlent français et l'utilisent plus souvent que leur langue régionale (qui n'est pas toujours bien parlée, ni comprise, par ceux mêmes qui s'éfforcent à les maintenir sous perfusion).

C'est certes, peut-être, une richesse qui se perd et sans va, que nous regretterons un jour.

Mais le français est lui même en danger, menacé par des idiomes internationaux, en dépit des efforts que nous déployons pour la "franco-phonie".




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [22/01/2011 - 18h36 ]  
papiguy

Certes mais un futur vieux monde en chasse un autre. Qui nous dit que les langues régionales ne vont pas devenir un des moyens de dépasser le concept de nos vieilles nations européennes en train de se fondre dans un ensemble plus vaste.
Dans le passé, il y avait plus de liens entre la Catalogne et le Pays d'Oc qu'entre ce dernier et le Pays d'Oïl. Les deux rives du Quiévrain ont été séparées par une frontière artificielle et l'histoire est en train de montrer que la Wallonie est plus proche du Nord de la France que du Pays Flamand lui même plus proche de la Hollande.
On pourrait multiplier à l'envie les exemples.

Se trouver des racines et une culture communes est une façon de se rapprocher et de dépasser les clivages artificiels issus des guerres et combines de dirigeants. Et il n'y a aucune perte d'identité dans cette démarche, c'est seulement une façon de la refonder.




 betinaweb a écrit [22/01/2011 - 20h08 ]  
betinaweb

Tu es vraiment pessimiste bougainvilliée. sais-tu que les langues régionales sont en options au bac?




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Dunamis a écrit [23/01/2011 - 20h32 ]  
Dunamis

Et la jeunesse perçoit la menace de la disparition des langues de leur province.

Il réagissent en l'apprenant.
Une sorte de mule du pape.
ma mère m'enseigne un peu d'alsacien. C'est cool.
Et j'entend souvent des bretons parler leur langue. Même des jeunes.




L'espace d'une vie est le même qu'on le passe en chantant ou en pleurant. Proverbe japonais


 betinaweb a écrit [23/01/2011 - 20h47 ]  
betinaweb

Tu as raison Dunamis,beaucoup de régions continuent de transmettre leur langue régionale.
Lucius serait là,il en parlerait.Les bretons tiennent à leur langue.

Kenavo.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 symbol a écrit [24/01/2011 - 12h08 ]  
symbol

Les alsaciens aussi et lorsque j'entends un de mes amis converser en alsacien avec ses parents au téléphone, je m'y retrouve aussi avec une partie de mes origines allemandes (langue composée de dialectes du nord au sud).
Lorsqu'à une époque j'entendais le yiddish, je m'y retrouvais aussi. Et comme c'est étrange, l'anglais ne m'a jamais posé de problèmes. Lorsque je me déplaçais en Italie, en Espagne, sans maîtrisée la langue, cette gymnastique depuis toute petite entre 2 langues me permettait de nouveau de me déplacer, de comprendre et de me faire comprendre.
Cette ouverture aux langues, aux patois, aux dialectes est à préserver car c'est d'un magnifique apport qui a bien souvent été négligé et c'est bien pour cela qu'on en reparle ce jour, du fait de notre médiocrité dans l'apprentissage des langues.

Sinon nous pouvons passer directement au langage SMS, aux abréviations.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [24/01/2011 - 12h35 ]  
bougainvilliee

Bonjour,

Je suis bien d'accord avec toi, symbol, mais le constat est la.

Il ne faut pas prendre mes constats pour des prises de position.

Ce n'est pas parce que je constate qu'il pleut, que je suis d'accord pour être mouillé.




Le doute est ma seule certitude


 symbol a écrit [24/01/2011 - 14h52 ]  
symbol

J'aime beaucoup bougainvilliee ta dernière image qui me renvoie à " Il pleut dehors, si je veux sortir et ne pas être mouillé, je me couvre, c'est mon choix, ma responsabilité " et non pas à " Je suis mouillé, c'est de la faute aux intempéries... ".
Cela fait longtemps que j'ai compris ta formulation, c'est ce que certain appelle le second degré et bien au delà je dirai, je ne prends donc pas tes constats comme une prise de position mais juste comme un " regardez ce qui se passe dans la réalité " et " voyons ce que nous en faisons ".
Cela dérange bien souvent la personne qui accepte un système, qui se rue sur les effets néfastes du système lorsque cela va mal et qui se retrouve dans l'incapacité de s'en prendre aux fondements du système, noyé sous des dogmes...
Comme dit papiguy, un monde en chasse un autre et avant tout une pensée en chasse une autre, ces pensées réunies, avec la force de chacune de nos pensées, soit dans le respect de notre identité, peuvent faire bouger.




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 bougainvilliee a écrit [24/01/2011 - 15h10 ]  
bougainvilliee

Bonjour symbol,

Je suis surpris et heureux que tu aies si bien saisi ma façon de penser.
Qui est c'est vrai, souvent au second dégré, pour ne pas dire plus.

Et le "Regardez la réalité" et "voyons ce que nous en faisons", convient parfaitement à mon regard sur le monde, les êtres et les choses.

Merci pour tout cela.
Je me sent moins seul.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [24/01/2011 - 15h25 ]  
papiguy

Comme quoi il n'était pas faux de dire que les langues régionales oubliées ou en voie d'oubli peuvent servir à rapprocher les gens ;-)




 symbol a écrit [24/01/2011 - 16h22 ]  
symbol

:-D C'est franc et sincère !




"L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais le permettre" A. de St Saint-Exupéry


 domie a écrit [24/01/2011 - 16h43 ]  
domie

Ben oui, sans aucun doute, il faut conserver les langues régionales, le patois de nos régions de France. Nous dans le Nord-Pas de Calais, qui ne le sait pas encore, nous avons pour les anciens et beaucoup de jeunes y reviennent, le patois, le Ch'timi ou le Ch'ti, qui vous a sans doute bien fait rire, avec le film de Dany Boon, "Bienvenue chez les Ch'tis" et bientôt, je ne fais pas de pub, mais son nouveau film, "Rien à déclarer", qui racontera l'histoire de deux douaniers, un français et un belge. Il est important pour le Nord de la france que la langue ch'ti perdure, c'est un trésor, pour beaucoup de personnes. Toutes les langues régionales, ont toujours cours et font partie du patrimoine culturel de nos régions.




bonjour à tous les Web librers


Répondre à bluesypenny06






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.