Comment traduire un texte anglais avec Word ?



darken-spirit
Cette question a été posée par Darken Spirit, le 13/03/2008 à à 22h09.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Dépannage informatique.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Darken Spirit a écrit [13/03/2008 - 22h09 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Darken Spirit

J'ai reçu un texte écrit en anglais au format word (.doc). Comment le traduire ?




"Ma réalité est intérieure"


 lulu 31 a écrit [13/03/2008 - 22h25 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
lulu 31

j'ai relevé ça sur google j'espère que sa ira ;-)




lulufamilly31.skyblog.com


 lulu 31 a écrit [13/03/2008 - 22h26 ]  
lulu 31

houps j'ai oublié quelque chose :
le voici :
Excel, PowerPoint ou Word

* Dans le menu Révision, cliquez sur Traduction.

Conseil Dans Word, cliquez avec le bouton droit à un endroit quelconque dans le document, puis cliquez sur Traduire dans le menu contextuel qui s'affiche.




lulufamilly31.skyblog.com


 Vianvian a écrit [15/03/2008 - 13h23 ]  
Vianvian

Ou sinon tu me files le texte et je te le traduis !!!

Un conseil d'angliciste : n'utilise JAMAIS un traducteur automatique pour traduire un texte ! La différence entre une personne et un ordinateur, c'est tout simplement que la personne est intelligente, et qu'elle pourra s'adapter selon les contextes et les difficultés.

Pour qui veut faire le test, faites la traduction d'un texte avec un traducteur automatique, puis assistez à un cours de traduction en Licence d'anglais... Vous comprendrez la nullité astronomique de ce système ! Et vous verrez le nombre de difficultés outre lesquelles un humain peut passer, mais pas un ordinateur.

Lors d'un stage que j'ai effectué en enseignement, un élève avait composé un texte entier en français, puis il l'avait traduit avec l'outil linguistique de Google.
Il en était arrivé à écrire "Hanging that time" pour dire "Pendant ce temps" 8-O... No Comment !!!
Cet outil, c'est de la m**** !!




Vian²


 cochise_fr a écrit [15/03/2008 - 13h51 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Effectivement, les traducteurs gratuits sont d'assez piètre qualité, tout comme les traducteurs de pages internet.... eux aussi gratuits, mais les ordinateurs n'y sont pour rien, ils ne font que ce que le programmateur du logiciel lui a demandé de faire.
Si, par exemple, tu utilises Systran dans sa version professionnelle (très chère, j'en conviens: 650 euros), le résultat, même s'il n'est pas parfait, n'est pas bourré d'incongruités dues à une traduction mot à mot le plus souvent.

Il existe une offre gratuite de systran en ligne
ici:
http://www.systran.fr/

Vianvian, toi dont c'est la spécialité, essaie le et dis nous ce que cela vaut.
Merci d'avance.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darken Spirit a écrit [15/03/2008 - 23h01 ]  
Darken Spirit

Message pour Vianvian : voici le texte. Bon courage !

Introductory remarks:
Pierre Godin dit Chatillon, master carpenter, born in 1632, son of Claude and Marie Bardin, emigrated to this country in 165 3, with the expedition of Paul de Chomedy, Sieur de Maisonneuve, founder and governor of Montreal. The following year he married Jeanne Rousseliere, daughter of Louis and Isabelle Paris of Xaintes. That he was held in high esteem by the Governor is attested to by the fact that when his first son, Laurent, was baptized in Notre-Dame Church Aug. 10, 1655, de Maisonneuve stood godfather.
Pierre lived in Montreal until 1664, when he moved to Charles-bourg, near Quebec, for about four years, then returned in 1669 to Montreal. From there he ventured into Acadie, arriving in Port Royal in 1676. Two years later we find him at Beaubassin, living with Roger Kuessey, the Irish refugee who had followed Jacques Bourgeois to the new colony on the shores of Chignectou Bay. By the census of 1686 he was already deceased, and two years later his widow married Pierre Martin of Port Royal, the son of Pierre and Catherine Vigneau.
It was Gabriel, the fourth son of Pierre Godin and Jeanne Rous¬seliere, who first used the name of "Bellefontaine." Born in Montreal in 1661, married to Andree Angelique Jasne (Joannes) Jul. 24, 1690 in Quebec, he moved to Acadie when the next year Robineau de Ville-bon, the newly appointed Governor of Acadie, granted him a sizeable concession on the St. John River, in the region of Nashwaak, near the present day Fredericton. It is then that Gabriel Godin took the title of "Sieur de Bellefontaine." Oddly enough only some of his sons used this title. Others either held to the family name of Godin, or assumed the names of de Beausejour, de Beliefeuille, de Boisjoli, de Chatilions, de Lincour.
It seems that few of the Godin-Bellefontaines were actually exiled in the general Expulsion of the Acadians in the fall of 1755. As most of them were living up the St. John River when word came to them of what was happening to their confreres across the Bay of Fun-dy, they began moving farther up the river,some even straggling through the woods as far as Quebec.
However, when Colonel Monckton sent a surprise expeditionary force, under the heartless officer Moses Hazen, in the winter of 1758-59, many of the helpless fugitives, including the Bellefontaines, were either slaughtered on the spot or brought eventually as prisoners to Halifax.

When the Seven Year War (1756-63) between Britain and France finally came to an end with the signing of the Treaty of Paris on Feb. 10, 1763, there were still in August of that year some 725 Acadian 'prisoners' held in Halifax. The British authorities here and at home seemed to be unable to know what to do with them. Hitherto some had been recruited to assist in public works, such as construction of the naval docks, opening up roads to Windsor and repairing dykes near Grand Pre. But, of course, there could be no question of them ever being allowed to return to their former possessions!

To restrict our observations to the eleven-member family of Gabriel Bellefontaine, most of the sons, like Joseph (b.1695),Jean (fa. 1712), Bonaventure (b.1715) and their families, made their way somehow to Louisiana, where their descendents still thrive. Jacques Philippe (b.1697) with his two children had made his way from the St. John River area to Becancour, Quebec, where he died six days before the signing of the Peace Treaty. Pierre (b.1704) with his child-dren managed to evade capture along the upper river, and with the approach of the Loyalists in 1784, was forced once more to remove to the north-eastern part of N.B., in the Caraquet area. He retained the name of Godin. Rene (b.1710) seems to have settled at Kamouraska, Que., and then at Sunbury, N.B.
As to Charles Bellefontaine dit Boisjoli (b.1708) , whom I consider to be the ancestor of the Chezzetcook branch, we know for sure that in 1763 he was held prisoner in Halifax with his wife and eight children. Married Aug. 18, 1733, at Port Royal, to Marie Melanson, he was on the St. John River in 1739, was probably caught in the Hazen raid of 1758-59, and finally brought as a prisoner to Halifax. Now, we have documentary evidence for,his first six children, as listed on page 3 below. Yet, the Halifax prisoner list clearly indicates he had eight children. It is my considered opinion that the two 'missing' children are the very Bellefontaine brothers, Jean-Baptiste and Alexandre, who were the first to settle in Chezzetcook. Some authorities, including one no less than Msgr. Edgar Godin, bishop of Bath-urst, N.B. are inclined to have these two Chezzetcook Bellefontaines descend from Rene (b.1710) and not from Charles (b.1708). Until further elucidations come our way I humbly offer the other educated theory.
The other members of the Charles Bellefontaine family, Marie, Madeleine, Cecile and Helena all married in the Halifax area and removed either to Yarmouth and Digby counties or to New Brunswick. It is not known what became of Charles (b.ca.1740) after his marriage at Halifax in 1769. Paul moved to Memramcook, N.B. , and Anne Married in 1765 in Beauport, Que.
Just when the two young Bellefontaines, Jean Baptiste and Alexandre, married and settled in Chezzetcook is not certain. We must remember that the Acadians and the Micmacs, their brothers in religion, were deprived of their missionaries from 1755 to 1760, when the revered Abbe Pierre Maillard, at the request of Governor Lawrence, came to Halifax from the northern shore of the province, as the "government agent to the Indians." The authorities rightly recognized in him the only power to keep them from the warpath. This he succeeded in doing, while at the same time acting as interpreter for them, and serving the needs of the A-cadians as well. Unfortunately the venerated Abbe died in Halifax on Aug. 12, 1762, and no record of his sacred ministrations has yet been found.

It was not until July 1768 that another Catholic missionary, in the person of the young Charles Francois Bailly, was able to come to the district and administer to the Micmacs (who kept pressuring the English authorities), as well as to the Acadians and the growing numbers of Irish immigrants in the southern part of the city. Covering the vast territory of what is now the Maritime Provinces, and extending his care by letters even to the exiled Acadians of Massachussets, this tireless priest from Quebec spent many fruitful days among the Catholic population of this area, Chezzetcook in particular* Fortunately he did leave us complete records of Baptisms, Marriages, and other ministrations carried out in our midst, until his departure in 1772 for Carleton, N.B., and then for Quebec, where later he became Auxiliary Bishop of that vast diocese.
The Catholics had to wait again until 1785 for the passage of the next missionary, the Abbe Joseph Mathurin Bourg (today, Bourque), the first priest of Acadian descent. Born in Grand Pre, he was only eleven years old when his family was put aboard a transport in 1755 bound for Virginia. This Anglo-American colony, however, refused to receive the Acadians sent to it without prior notice from Governor Lawrence. So the Bourg family, along with the others were re-directed to England in the early part of the winter of 1756. It was during the cold crossing from Virginia that the boy Mathurin witnessed the passing of his young mother, nee Anne Hebert. And there, in another hostile atmosphere, the Bourg family languished in captivity until the Peace Treaty of Paris in 1763. That year they, and the other prisoners, crossed over to Paris, where the boy was given a classical and theological education, and finally returned to Quebec to be ordained a priest on Nov. 15, 1772. Abbe Bourg visited Chezzetcook, among many places, in the year 1785, and left us a short written register of his sacred ministrations. Finally, broken down by the incessant labours of such a vast charge throughout the Atlantic region, he died near Montreal on Aug. 20, 1797, and was buried in the parish cemetery of Saint Laurent.
This digression into the often disrupted presence of Mission¬aries in our area should help to explain the many gaps in our genealogical data of that period. It is only from the time of the first Register of St. Peter's Church (later, St. Mary's Cathedral) in 1800 and those of St. Anselm, West Chezzetcook, in 1814, that we have a near complete record of our Catholic families, including the Bellefontaines.
Considerable care has been expended in the compiling of the following genealogical notes with the aim of achieving a minimum of errors. When the information at hand was uncertain this has been indicated by the sign (?). Where scanty or false data are offered the author would greatly appreciate receiving further information or correction, especially when substantiated by docu¬ments or reliable traditions.
He is deeply grateful to the many people who have been most helpful with this work, and feels sufficiently rewarded in the hope it may afford the people of Chezzetcook ancestry a deeper sense of pride in, and gratitude towards their forebears.
With fond remembrance,
F.J. Melanson




"Ma réalité est intérieure"


 Vianvian a écrit [18/03/2008 - 00h29 ]  
Vianvian

My god !! 8-O
Tu m'as bien eu, moi je disais ça pour rire !!
Je vais voir ce que je peux pour toi, Darken Spirit, mais un texte de cette taille devrait me prendre environ 6 heures, et le temps n'est pas mon point fort...
Je vais faire ce que je peux.




Vian²


 Vianvian a écrit [18/03/2008 - 23h23 ]  
Vianvian

J'ai commencé la traduction du début de ton texte. Je me demande bien d'où il peut provenir, et en même temps, cela m'aiderait à trouver de meilleures formules si tu contextualisais un peu... D'ailleurs, ne serait-ce pas un texte initialement écrit en français puis retraduit en anglais ? Certaines formulations me laissent le penser.

Quoi qu'il en soit, j'ai rédigé un petit texte au sujet de la traduction qui vous permettra de comprendre mon point de vue, et sûrement d'avoir une meilleure approche de cette discipline à part entière. Je pense qu'il est de bon ton de savoir les choses suivantes pour appréhender un texte traduit et pour connaître les difficultés d'un traducteur ou d'un interprète.




Vian²


 Vianvian a écrit [18/03/2008 - 23h24 ]  
Vianvian

Qu’est-ce que la traduction ?

La traduction est un compromis entre le sens du texte d’origine et la cohérence avec la langue d’arrivée.

Il faut coller au sens du texte source. L’auteur, ou plus généralement l’énonciateur (qui peut être un locuteur, soit auteur d’un énoncé oral, ou scripteur, soit auteur d’un énoncé écrit) a choisi ses mots à la base. Son vocabulaire, la structure de ses phrases, les connotations qui dérivent des mots et expressions employés, dépendent de l’âge, du sexe, du range social de l’énonciateur, des contextes historique et géographique dans lesquels le texte d’origine est formulé. Le traducteur doit respecter toutes ces données, et les conserver, qu’elles soient explicites ou implicites.

Tout ceci en prenant bien garde à formuler des phrases correctes dans la langue d’arrivée. Car deux langues différentes se distinguent par leur syntaxe, leurs expressions figées, leurs proverbes, leur perception, la richesse de leur vocabulaire, leur mode actif/passif, leur point de vue, la distance entre deux personnes, leurs conjugaisons et déclinaisons… et bien d’autres niveaux de différenciation encore. Bien entendu, c’est à ces contraintes de la langue d’arrivée qu’il faut se plier.

C’est en cela la difficulté de la traduction, car on est forcément amenés à un moment donné de privilégier une de ces contraintes au détriment d’une autre. C’est un choix complexe et parfois décisif qui incombe au traducteur.
De plus, il convient d’inscrire la traduction d’un texte dans le temps : les contraintes de la langue d’arrivée évoquées plus haut peuvent changer selon l’évolution de la langue. C’est d’ailleurs pourquoi il est possible d’effectuer une traduction du vieil anglais vers l’anglais contemporain, par exemple, puisque l’évolution d’une seule et même langue l’a divisée en deux langues distinctes. Pour le cas de cette traduction, il est clairement sous-entendu que l’on ne gardera pas les données temporelles du texte d’origine, et que au contraire on les actualisera à leurs équivalents contemporains.

En apparence, la traduction d’une langue à une autre paraît être un exercice très formel et qui n’exige pas beaucoup de réflexion : un mot pour un autre et le tour est joué ! Mais ce serait mettre de côté toutes ces contraintes, sans compter ce que l’on appelle les « faux-amis » (expression qui désigne un mot issu de la langue d’origine qui ressemble par sa phonétique ou sa graphie à un mot de la langue d’arrivée, mais qui n’a pas tout à fait le même sens, voire pas du tout. Certains linguistes pourraient affirmer qu’il n’existe pas de mot dont la traduction est « transparente » et qu’ils sont tous des faux-amis, en ceci que le sens d’un mot, l’objet ou la notion auxquels il réfère, est intrinsèque à la langue elle-même, et ne pourrait donc jamais avoir rigoureusement les mêmes références dans le monde qu’un autre mot qui lui ressemblerait dans une autre langue. Mais c’est compliquer inutilement les choses et ceci ne nous apporte rien.)




Vian²


 Vianvian a écrit [18/03/2008 - 23h28 ]  
Vianvian

C’est pour ces raisons qu’un traducteur automatique ne peut effectuer efficacement une traduction. En ce qui concerne les logiciels gratuits disponibles sur Internet et dont j’ai connaissance, ils procèdent mot par mot (expression par expression pour les plus évolués) sans prendre en compte le contexte, d’où les multiples incohérences qu’ils peuvent générer.

J'espère être parvenu à vous montrer à quel point il est préférable qu'un humain se penche lui-même sur la traduction d'un texte plutôt qu'il ne le refile aux "mains" d'un appareil dénué d'intelligence. La traduction est un moyen comme un autre d'affirmer la suprématie de l'homme sur l'ordinateur !




Vian²


 cochise_fr a écrit [19/03/2008 - 04h27 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Peut être que cela aidera Vianvian pour sa traduction:

http://www.geocities.com/acadienne_99/GodinPierre.htm

Cela te donnera quelques indications sur le contexte et l'histoire de ce français parti au Canada.
L'auteur F.J.Melancon est un ou une généalogiste.

A toi de jouer.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Darken Spirit a écrit [19/03/2008 - 09h57 ]  
Darken Spirit

Justement, la personne (pas l'auteur du texte) qui m'a envoyé ce texte est d'origine canadienne. Souvent les messages reçus de cette personne ont été écrits en anglais puis traduits par l'ordinateur avant d'être envoyés.




"Ma réalité est intérieure"


 phadeb a écrit [05/05/2008 - 17h03 ]  
phadeb

Traduction automatique = utile pour soi, pour comprendre un texte en chinois ou autres, c'est une sorte de cavernisation de l'anglais en francais pas très correct.




 albolakin a écrit [30/05/2008 - 19h50 ]  
albolakin

Bonjour Vivian le 30 Mai 2008 Vous semblez spécialisé en Anglais....pourriez vous m'aider je ne sais pas si vous verrez mon message...mais moi aussi j'ai besoin de traduire un texte français en anglais et lorsque je vois les tarifs pratiqués par les cabinets spécialisés cela est effrayant. Merci de me répondre Maryse




albolakin


 mlieycyrus a écrit [01/05/2011 - 14h22 ]  
mlieycyrus

Bonjour est ce que quelqu'un pourrait me traduire ca en francais ???

- Hi. I bought this in Manchester, but it keeps dropping off my shoe.
- I've seen those used on a string as a bikini top.
- How was your vacation ?
- a bit boring, but the weather was great.
- keep practicing and you'll do fine.
- Where are your training wheels ?
- Where's the teacher's cycle shed ?
- It's over there
- Over there
- thanks. I'm Jochem Damstra. Your new social science teacher.
- Flip van Hamel and this is Tobias.
- Or I'm Flip and he's Tobias
- It's time. That's okay, I'll do that.
- I can't stand those people any longer.
- Do they know you're here ?
- They think he's at school.
- Not going anymore. I'm quiting.
- You never finished school and still have a successful company.
- It's hard work.
- So ? Nothings wrong with my hands
- You're the only one in our family with a chance to learn. So use it.
- It's no fun with lose little kids
- because you flunked class.
- What do you foster parents say about this ?
- Nothing. they only fight.
- What do you want to do ?
- Work.
- It's your little brother, Ron.
- There are clean overalls in the guest room.
- Hurry up. I'm meeting a client at 9:30 am.
- Hurry guys.
- I'll give Ria a call to let her know you're staying here.
- Let him cool down. Before long he'll be dying to go back to school.
- Cool, isn't it ? One of a kind.
- Is it ?
- Sure is.
- Here they are. Good luck.
- Thanks
- Good morning everyone
- May I have your attention ?
- Your attention !
- hello ?
- Hello ! Hello ... ?
- Shut up everybody !
- Hi there.
- Jochem ... Damstra.
- I'm your tutor and social science teacher.
- He's nice.
- I also teach computer science and ...
- Are you talking about his cultural qualities or his ass ?
- Okay guys.




 Anonyme a écrit [11/12/2012 - 14h24 ]  
Anonyme

On ne peut pas traduire un texte en anglais avec Word, la seule chose à faire c'est copier coller le texte dans un traducteur comme Google Translate ou Reverso et d'ajuster la traduction avant de la remettre dans le document Word et de l'enregistrer.




Répondre à Darken Spirit






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Word : la référence du traitement de texte




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.