Est-ce que l'homme ne devient homme que par l'éducation ?



phildu
Cette question a été posée par phildu, le 23/06/2008 à à 20h10.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Culture.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Darken Spirit a écrit [24/06/2008 - 01h05 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Darken Spirit

Ben oui...c'est logique, non ?

Il devient homme par l'éducation mais aussi par l'apprentissage, la culture et l'expérience.

Je me trompe sûrement, mais je ne vois pas autre explication... :-o




"Ma réalité est intérieure"


 carter a écrit [24/06/2008 - 03h26 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
carter

Cette question m’a toujours fait marrer. « On ne naît pas homme. On le devient » disait Nietzsche. Et bien sur, une fois la question posée, tout philosophe en herbe cherche à trouver les éléments essentiels pour le devenir…Est-ce l’éducation ou le rite initiatique ? Est-ce la souffrance, le combat ou l’échec qui vous apprend la condition humaine ? Est-ce le travail ou la liberté qui fait de vous un homme ?

N’en déplaise…cette question m’a toujours fait marrer car elle introduit un facteur utilitaire à l’humain puisque vous devez prouvez que vous êtes un homme …Désolé, mais moi, je m’en tiens qu’à la biologie : vous naissez homme, point barre. Vous n’avez rien à faire ; vous l’êtes déjà…
Et pourquoi c’est mieux ainsi ?

-parce que la vision culturelle de l’homme introduit une notion d’utilité, de performance avec les fantasmes de la pénibilité, de l’héroïsme ou du l’éducation bourrin qui vont avec…Dernière cette question, c’est tout l’idéal de l’humain qui transparaît, un idéal qui tend à créer un modèle de l’homme et du citoyen et qui finalement crée naturellement son antithèse : le nuisible, le « parasite » de la société…

-C’est aussi la démarcation arbitraire entre l’enfant et l’homme qui transpire dans cette question. Relisez le « if » de Kipling. Mon père me l’avait affiché dans ma chambre quand j’étais gosse…Ce poème est l’essence même de la crétinerie, car il est foncièrement castrateur…Tu seras un homme, mon fils quand tu travailleras dur, quand tu souffriras sévère, quand tu te battras dans l’adversité, quand tu te relèveras sans cesse…
ET MERDE ! S’il faut faire tout ça pour être un homme ; alors soyons clairs : nous ne serons jamais des hommes. Tel est l’essence de ce poème : rendre la transformation de l’enfant en homme impossible…soit le fantasme castrateur de tout parent envers son fils : ne jamais accepter qu’un jour il soit libéré de votre emprise…

Car finalement, dernière tout ça, transparaît l’idée que l’on puisse JUSTEMENT ne pas être un homme…et l’Histoire que ce que l’on fait aux hommes qui ne sont pas hommes manque cruellement d’humanisme…




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Toli. a écrit [24/06/2008 - 14h25 ]  
Toli.

Je commence à comprendre Carter : tu as des problèmes de castration infantile... Voilà pourquoi tu es si moralisateur dans tes propos en général... Dieu te pardonnera mon fils ! Amen !




 carter a écrit [24/06/2008 - 15h18 ]  
carter

Rappelons que selon Freud, l'angoisse de castration va structurer la personnalité de l'homme au sortir de son Oedipe...Ce qui signifie deux choses:
- son passage est synonyme de bonne santé mentale...
-une fixation dessus est synonyme de névrose intéressante car toute névrose introduit en soi une peur de la castration puisqu'elle est la victoire du Surmoi sur le Ca. Or tous les scénaristes d' Hollywood te le diront: une névrose construit toujours de bons personnages auquel le public aime à s'identifier (par exemple, la peur de la castration structure la personnalité du populaire Spiderman : de l'envoie de sa toile qui ressemble à une éjaculation à la thématique de l'échec qui hante Peter Parker, c'est bien cette névrose qui construit ce personnage)


Quant à me traiter de moralisateur; dans ton genre, tu n'es pas mal non plus, a fantasmer de distribuer bon points et malus... tellement d'ailleurs que l'on se demande si le fait de vouloir m'attribuer ce qualificatif n'est pas le produit d'un léger transfert de ta part: l'art de projeter sur mes réponses tes propres désirs...

Décidément, nous nageons dans les eaux troubles de la psychanalyse....




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Toli. a écrit [24/06/2008 - 16h20 ]  
Toli.

Freud est dépassé mon vieux !




Répondre à phildu






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.