Quel soutien après ablation du sein ?



francoise1957
Cette question a été posée par françoise1957, le 24/10/2010 à à 19h15.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Cancer du Sein.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Lambda11 a écrit [24/10/2010 - 19h51 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Lambda11

Bonsoir Françoise

Un reportage vient de passer dans l'émission "7 à 8" qui traite justement de ce sujet.
Un grand bol de courage pour celles qui sont concernées.
On y donne un lien internet que j'ai consulté et qui change vraiment le regard sur ce qui reste pour beaucoup un grand traumatisme :

http://www.lesamazones.fr/

Cordialement. :-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 betinaweb a écrit [24/10/2010 - 20h13 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
betinaweb

J'ai vu une émission l'autre soir sur la deux sur une femme qui avait un cancer du sein à qui on faisait une éxérèse de la tumeur du sein dans un premier temps,puis à une ablation du sein dans un deuxième temps.
Elle expliquait tout son cheminement.Elle avait vu 3 chirurgiens et avait décidé de se faire opérer par une femme en Belgique alors qu'elle habitait dans le sud de la France.
Elle a juste vu une psychologue avant son ablation mais le psychologique n'est pas bien pris en charge.Elle a fait tout le travail elle-même en amont.
Après avoir bien réfléchie,elle a refusé la reconstruction de son sein et a fait comme les amazones, est restée avec un seul sein.Elle a eu l'impression de s'être retrouvée.
Si tu peux revoir ce documentaire qui est passé le 21 octobre,il s'appelait "Mes deux seins ,journal d'une guérison".
Peut-être est-ce possible en replay fr2.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 papiguy a écrit [25/10/2010 - 02h07 ]  
papiguy

Lambda11,
Je viens de naviguer sur le site dont tu as donné le lien, et une page m'a touché, celle du témoignage du compagnon d'une femme ayant subi une ablation.

D'abord et pour que les choses soient claires, dans de nombreux cas, l'ablation est de loin la meilleure solution, les risques de rechute étant plus grands dans le cas d'une chirurgie partielle (déclaration de deux oncologues de deux hôpitaux spécialisés dans le traitement du cancer). Si la malade accepte une reconstruction, l'esthétique sera meilleure avec une prothèse interne, que celle d'un sein modifié.

En cas de reconstruction, bien que certains hôpitaux la pratiquent au cours de la même opération que l'ablation, il est préférable d'attendre environ un an après l'ablation pour envisager la reconstruction.

Dans les deux cas (reconstruction différée ou pas de reconstruction), le témoignage recoupe ce que j'ai pu connaître. Si le couple est solide, le compagnon saura trouver les mots et les gestes qui conduisent à l'apaisement.

L'homme doit également participer (dans la mesure du possible) à la chimiothérapie. Rien n'étant plus stressant que les salles d'attente des hôpitaux, la présence du compagnon permet de mieux supporter les séances à l'hôpital. Il peut aussi s'informer lors des entretiens avec les médecins et aider sa compagne, se faisant ainsi leur relais (en consultation, une femme, stressée ne sera pas forcément attentive).

A titre anecdotique, et non comme un exemple à suivre, il m'est arrivé ainsi de faire des opérations simples en cas d'urgence (réglage d'une pompe, remplacement de la cartouche) et même de débloquer un catheter bouché (après contact téléphonique avec l'hôpital).

Ce type de maladie doit être pris en charge par les deux membres du couple. Les épreuves partagées, au lieu de détruire le couple, le cimentent. Une femme qui se sent amputée d'une part de sa féminité n'est plus la même. Se comporter comme si on devait la reconquérir, y compris et surtout en la faisant rire, est la meilleure des thérapies.




 bougainvilliee a écrit [25/10/2010 - 15h57 ]  
bougainvilliee

Bonsoir,

Je me posais la question de savoir si cela concernait un "soutien" des seins (soutien-gorge ! Cela peut poser problème) ou un soutien moral.

A la lecture des précédentes intervention, il semblerait que l'on ait opté pour le soutien moral.

Dans cet ordre d'idée, la réponse de papiguy m'apparaît bien poser le problème, donner quelques bons conseils ayant pour objet de rassurer, ouvrir des pistes intéressantes et offrir quelques solutions d'importance

Cependant il parle de couple... Or toutes les femmes n'ont (malheureusement) pas l'appui d'un compagnon.

C'est donc deux vides (ou pertes) qu'elles doivent alors assumer, ceci dans l'angoisse de la solitude.




Le doute est ma seule certitude


 papiguy a écrit [25/10/2010 - 16h54 ]  
papiguy

Tu as tout à fait raison, bougainvilliee, et la situation des femmes seules ajoute à la maladie les problèmes matériels liés à l'activité professionnelle.

Dans certains hôpitaux des structures bénévoles existent. Elles sont souvent animées par des anciennes malades qui peuvent faire partager leur expérience, à laquelle les patientes peuvent confier leurs angoisses, et qui peuvent aider à résoudre les problèmes matériels.

La maladie et l'ablation ne doivent pas conduire à un retrait de la vie sociale et active.

Rester soignée fait partie de la thérapie. Choisir une perruque pour masquer la perte des cheveux ne doit pas être une résignation mais un acte de coquetterie, l'occasion d'un changement de look, à faire avec des copines (ou copains),....

Enfin, si le corps est amputé, la prise de conscience liée à la maladie, et la lutte contre elle, donnent à la femme une dimension telle que l'amputation devient dérisoire dans l'échelle des valeurs. C'est la leçon que j'ai retenue, et sans aller jusqu'à recommander aux hommes de choisir une femme atteinte de la maladie, il serait dommage de passer à côté d'elle sans la voir comme une femme entière dans toute sa richesse.




 betinaweb a écrit [25/10/2010 - 23h28 ]  
betinaweb

Merci papiguy pour ce grand respect dont tu témoignes.
;-)




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 Wisty a écrit [25/10/2010 - 23h51 ]  
Wisty

Bonjour, - En effet, papiguy, pour une femme, c'est une humiliation physique, mais elles n'ont pas toujours un mari ou un compagnon, dans ton style. J'ai une voisine qui a subi une ablation partielle du sein, elle en était tellement complexée, pour son habillement ; qu' en toute modestie, je lui ai fait un geste en lui donnant un renfort matériel à compléter dans son vestimentaire. Question moral, c'est pareil, il est utile de la soutenir constamment. Maintenant, faisant allusion à la chimiothérapie, il y a des cas, que si l'on veut brûler les métastases, on peut aussi brûler les bonnes cellules. Nous avons ici chez Erasme, je crois, ou St Luc à Bruxelles, un nouvel appareil qui détecte avec précision les endroits atteint, je ne connais pas encore le nom de cet appareil, mais apparemment, il s'avère de son efficacité. (informée par la T.V) il y a peu.




Wisty


 Lambda11 a écrit [26/10/2010 - 02h36 ]  
Lambda11

Bonsoir les Amis, et bonsoir Françoise...

Je suis très touchée de vos interventions, particulièrement celles de Papiguy et Bougainvilliée.
Si ces messieurs viennent apporter leur témoignage réconfortant, cela te montre bien, Françoise, que ce n'est pas un tabou.

Que tu sois seule ou avec un compagnon à tes côtés pour te soutenir à traverser ton épreuve, je constate que personne ne remet en question la féminité ni le pouvoir de séduction d'une femme, même amputée d'un sein (ou d'un membre, comme le vivent d'autres personnes, hommes ou femmes).

Il semble bien que c'est le regard que tu portes sur toi-même qui est le plus déterminant, bien plus que celui des autres. C'est à toi de t'autoriser d'être "entière" quoi qu'il en soit, et séduisante autant qu'avant si tu t'autorises à laisser rayonner ton charme naturel.

Mais ce n'est pas uniquement une question d'esthétique. Le moral dépend aussi des angoisses liées à la maladie elle-même et au risque de récidive. Il me semble important de t'informer pleinement à ce sujet.

Il existe des associations près de chez toi où les femmes peuvent exprimer leurs craintes et recevoir conseils et réconfort. Je pense particulièrement à une association dans la région parisienne, Etincelle, qui en est un bel exemple :
http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer_sein/reportages-tv/reportage-etincelle.htm

Renseigne-toi auprès de ton chirurgien, il t'indiquera une association proche de chez toi à laquelle tu pourras t'adresser. Car c'est important de ne pas se replier sur soi et d'échanger avec d'autres femmes vivant la même chose que toi.

La Ligue contre le cancer est dotée d'un service d'écoute téléphonique : 0.810.111.101
et d'une carte où tu pourras trouver des lieux d'information :
http://www.ligue-cancer.net/carte
ainsi qu'une carte où tu pourras trouver des groupes de parole dans ta région :
http://www.ligue-cancer.net/article/3308_l-eri-proche-de-chez-vous?Page=2

De tout coeur à tes côtés pour que tu retrouves confiance en toi et sérénité.





"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


Répondre à françoise1957






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !










Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.