Les origines ont-elles un impact sur la médiatisation d'une carrière artistique ?



masdau
Cette question a été posée par masdau, le 14/01/2008 à à 12h37.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Arts Artistes.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 cochise_fr a écrit [15/01/2008 - 00h42] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
cochise_fr

Bonjour, Tout humain tend à se regrouper avec ses semblables...



[ Lire la suite de la réponse écrite par cochise_fr ]



Réponses



 masdau a écrit [14/01/2008 - 12h37 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
masdau

"Est-il exact que pour avoir une place dans la création artistique médiatisée il faut être né juif ?"
J'ai entendu cette affirmation dans un forum public sur les carrières artistiques, à la mutualité. Un silence pudique s'est alors établi, mais aucune réponse n'a été donnée. A l'appui, la personne qui posait cette affirmation a cité un nombre impressionnant d'artistes, animateurs télé, réalisateurs, d'origine juive avérée ou supposée.
Est-ce anti sémite de poser ce genre de question?




Rdaumas


 carter a écrit [14/01/2008 - 13h09 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
carter

Pour savoir si tu es antisémite ou pas, cela dépend de ce que tu fais de la réponse...
Mais c'est un secret de polichinelle que de faire remarquer que les dirigeants du star système et du showbizz et dans d'autres domaines culturels sont plus ou moins de religion juive... Donc ça aide indéniablement que de l'être à condition que l'on ait à la base quelques talents...

Mais à la rigueur, on s'en fout.
Ce qui dérange en soi, c'est lorsque ces "artistes" et hommes déclarés VIP finissent par vouloir impacter la politique équilibrée de la France dans le Moyen-Orient et de faire de black listés des artistes ou hommes de lettres français qui s'opposent à la politique d'Israël comme un Soral ou un Dieudonné, tous les deux black listés des médias. Tandis que des imbéciles peu talentueux comme un Redeker, philosophe sans pensée, sont construit de toute piece pour justifier leurs positions.
C'est le prosélytisme et le mélange des genres qui pose plus problème...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Carcarax a écrit [14/01/2008 - 13h19 ]  
Carcarax

- Il est assez rare qu'une personne dise ce genre de chose si elle n'a pas une idée derrière la tête. Et il est notable également que ce genre d'affirmations ne sont pas le fait d'humanistes convaincus. Certains adorent encore voir des lobby juifs partout, une sorte de tradition française pourrait on dire .... Les relents nauséeux de Vichy pourrissent encore certains cercles français. Je ne me donnerais même pas la peine d'essayer de contredire cette affirmation car le faire serait déjà dire qu'elle est concevable. D'aucun face à l'échec préfèrent se chercher des excuses ainsi le juif au nez crochu fait toujours recette. Quand on sait ou peuvent mener de tels affirmations je pense que le moins qu'on puisse faire c'est de ne pas les propager. J'adore d'origine juive ou supposée. Pour certains ce n'est pas sur mais bon vu qu'ils sont artistes ils sont sûrement juifs n'est ce pas ? Tous les juifs sont banquiers, psychiatres, bijoutiers, tailleurs ou artistes c'est une évidence. :-o




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 carter a écrit [14/01/2008 - 13h40 ]  
carter

C'est pourquoi la question dérange mais elle dérive actuellement en une autre: pourquoi tous les artistes qui se montrent critiques vis à vis d'israel sont soigneusement éliminés des médias tandis que d'autres comme un Houllebecq, un Dantec puissent cracher leurs haine d'une civilisation arabe et être encensé????

Jusqu'à preuve du contraire, aucun tribunal n'a pu déclaré un Dieudonné ou un Soral antisémite mais bien sûr; pour la majorité des français qui écoutent leurs présentateurs télé, ces mecs sont des salauds...Faut voir un Thierry Ardisson cracher sur ses anciens potes pour ne pas fâcher les gros bonnets du star système pour comprendre que c'est ce mélange des genre qui n'est supportable pour une démocratie.

Quand finalement des bléraux comme BHL, Fielkenkraut puisse déclamer tout leur mépris des pro palestiniens tandis que la chaise de leur contradicteur est vide sur une émission de débat public; faut admettre qu'il y'a un problème de représentativité. Y'a t-il donc pas d'artistes pour relever le gant?

Quand un Noam Chomsky dénonce la politique israélien, que font nos intellos francais??? Il le traite d'antisémite!!!! CHomsky, l'intellectuel vivant le plus important, nobélisable, père de la grammaire transformationnelle et penseur du cognitivisme, américain et juif ! être traité d'antisémite par les imbéciles de BHL et sa clique de faux philosophes!!! C'est n'importe quoi et en effet, c'est un mélange de genre qui n'est pas tolérable...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 masdau a écrit [14/01/2008 - 14h05 ]  
masdau

Je sais qu'il ne faut pas confondre "marchand du temple" style BHL et autres "copiés-collés". Moi qui suit né avec Israël, j'ai une tendresse particulière pour le Baron d'Heutuille qui a favorisé le mariage de ma grand-mère,née Lévi, intendante au château de Venelles, avec un certain Amédée Raimondin, majordome au même château, bien avant que les malades teutons ne débarquent. Je n'ai pas le nez crochu, mais de grosses narines car l'air est encore gratuit.




Rdaumas


 carter a écrit [14/01/2008 - 14h51 ]  
carter

Si je dis "les suédois sont blonds et grands"; est-ce que j'exprime une réalité ou un stéréotype? C'est justement tout le problème du stéréotype: il déforme la réalité mais cela ne sous entend pas qu'il n'ait pas quelques éléments de justesse... Le stéréotype, ce n'est dans le fait d'analyser la taille (donnée anthropologique facilement vérifiable sur les suédois) mais c'est de déformer cette réalité au delà du nécessaire (le beau mâle suédois) pour créer un modèle fantasmatique

Finalement, c'est tout le problème de ces questions piégés du genre "le lobby pro-israelien est-il important dans le show bizz?" (on remarquera que le terme Lobby juif a des relents raciste. Donc on ila été remplacé par le terme lobbying pro-israelien. Lire dernièrement le " Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine deJohn J. MEARSHEIMER, Stephen M. WALT )

Forcement, on crie au stérotype pour creer un angle mort de l'analyse du fonctionnement du show business. Cela devient un inpensé. Forcement, cela dérive sur Dachau dans une parfaite association d'esprit (qui soit en passant, est en contradiction parfait avec le Logos: l' analogie n'est permet aucune forme de déduction ou d'induction pour ceux qui connaisse les principes de la logique) . Non, sans blague? Vous croyez sincèrement que c'est reparti comme en l'an 30? Il vaut voir toute l'ambiance socio-politico-historique pour comprendre une telle poussée de barbarisme...

Ou on peut analyser cela comme un fait social en estimant que le concept du lobby pro-Israelien peut être pertinent à la manière de la diaspora chinoise: pour certains auteurs, il est censé influencer la politique américaine et on le retrouve en France, etc.

Je ne vois rien la-dedans qui relève de l'antisémitisme mais de la simple compréhension du monde en créant des concepts applicable. Hitler a aussi sali des notions comme Progres, Civilisation, le darwinisme; je constaste qu'ils ont encore la cote...

Finalement, je considère que toujours balancer les stéréotypes pour s'opposer à toute analyse concrète des faits sociaux (affaire Dieudonné, etc.) me parait un refus de l'analyse politique.

D'ailleurs, faut arrêter les fantasmes: les juifs ont le droit d'être critiqués: ils ne sont pas au dessus de l'Humanité. A fermer sa gueule sur certaines de leurs actions pour ne pas être catalogué antisémite, c'est finalement faire le lit du racisme en leur donnant un droit de supériorité morale...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 bougainvilliee a écrit [14/01/2008 - 15h53 ]  
bougainvilliee

Bonjour Macdo,
J'ai pas bien compris la question. J'ai lu attentivement et même relu toutes les réponses et je ne comprend rien. J'ai trouvé un Dieudonné, un Soral, un polichinelle, un showbizz, un VIP, un Moyen-Orient, des black listés, un Redeker, un Houllebecq, un Dantec (je suppose que c'est Georges), un Ardisson, des gros bonnets, un Fielkenkraut, des palestiniens, une chaise, un gant, un Noam Chomsky, des israélien, des intellos francais, un nobélisable, un père de la grammaire, un penseur du cognitivisme, un américain, un juif, un traité antisémite, des imbéciles, une clique, un mélange de genre, des marchand du temple, des "copiés-collés", un Baron d'Heutuille, une intendante de château, un Amédée Raimondin, un majordome, des malades teutons, des suédois sont blonds et grands, un stéréotype, un beau mâle suédois (encore !), un modèle fantasmatique, un John J. MEARSHEIMER, un Stephen M. WALT, un angle mort, une diaspora chinoise, une ambiance socio-politico-historique, un barbarisme, pour finalement faire le lit










Le doute est ma seule certitude


 bougainvilliee a écrit [14/01/2008 - 15h55 ]  
bougainvilliee

Aussi je reste là comme écrasé par un ciel immense, perdu, immobile, debout dans un champs, les bras ballants avec l'air stupide qu'on les gens en proie a un étonnement profond...




Le doute est ma seule certitude


 masdau a écrit [14/01/2008 - 16h08 ]  
masdau

C'est le propre du chercheur, même à la retraite, de rester baba devant l'inexplicable. Moi non plus, je ne comprends rien aux réponses proposées, sauf à une. Mais la question initiale a été reformulée par je ne sais pas qui. Elle est moins précise et beaucoup plus médiatiquement correcte. citation: "le poête est à l'humain ce que le sysmographe est à la terre." (ma-sdau)




Rdaumas


 carter a écrit [14/01/2008 - 16h15 ]  
carter

Et tu veux montrer quoi, Bougainvilliée en faisant une liste décousue de mots? Que la question ne mérite pas d'être posée?
Que ce soit une question piège ne la rend moins pertinente pour autant!
Car ce ne pas la question qui pose problème, mais ce que vous en ferez de la réponse...

La France, pays avec une population immigrée d'origine maghrébine ne peut pas se payer le luxe de suivre les idéaux du lobby pro-israélien. C'est pour cela que le quai d'orsay a toujours poursuivi sa politique d'apaisement au moyen-Orient. Mais les médias, les arts et les stars ont pour vocation de façonner l'opinion publique. Le mélange des genres qui consiste à mélanger les moyens du show business avec la politique pour dévier la politique du Quai d'orsay est malsaine...

A ne pas vouloir voir les accointances du milieu du show-biss avec Israël, vous risquez plus que la gène de parler d'incongruités, mais de provoquer une rupture d'équilibre dont Sarkozy, fasciné par le monde des paillettes, risque bien d'allumere la mèche...

Vous croyez sincèrement que la France, pays laminée partoutes les guerres de religion possibles, peut se payer ce luxe????

Et vous criez à ce sein que vous aimeriez cacher....Surtout ne vous posez de questions...Ça pourrait être dangereux.... Ou alors que des questions restent acceptées par l'espace publique...

Comme dit le problème chinois: "celui qui ne voit pas assez loin doit s'attendre à voir les problèmes de près..."
Que croyez qu'il arriva quand le showbiss influencera la politique du moyen orient de la France vers la logique américaine?




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 carter a écrit [14/01/2008 - 16h29 ]  
carter

Masdau, tu crois sincèrement que tu as levé le lièvre? Tu crois sincèrement que moi, dont coulent de les veine le sang de l'esclavage de par ma mère, le sang de la résistance de par mon grand-père, le sang de la discrimination que par l'homosexualité des certains membres de ma famille; je n'en ai strictement rien à foutre que l'on puisse me traiter de raciste et de développer tes fanstames!

Allons bon, t'inquiète pas qu'un gosse métis, traité de noir par les blancs et de blanc par les noirs a bien plus subi le racisme dans sa vie quotidienne que surement toi. Et encore quand ce gosse est le fils d'un penseur homosexuel. Alors question racisme, ne vient pas me faire chier...Et c'est justement parce qu'il est dur de me traiter de raciste, eu égard à mon passé que je permets de ne pas mettre de tabous dans certaines problématiques actuelles.

Si vous êtes incapable de comprendre les dangers du lobby pro-israélien dans les medias , alors vous avez guère capacité de déduction et vous amalgamez tout...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 masdau a écrit [14/01/2008 - 16h41 ]  
masdau

T'ai-je traité de raciste ? Pour tout dire, tu es la seule réponse que j'ai comprise avec celle de cararax. Mais la question demeure: En France , peut-on s'exprimer publiquement (télé,radio,scène etc..) :-D , qui que l'on soit, d'où que l'on vienne ? :(




Rdaumas


 carter a écrit [14/01/2008 - 17h11 ]  
carter

Malheureusement, non. La France n'a pas la logique américaine de la liberté d'expression. Il est quasiment impossible de s'exprimer librement en France pour peu que l'on s'approche de questions tabous. Ce que les français ne comprennent pas, c'est que la liberté d'expression doit être totale et que l'on n'a pas à s'indigner des propos de son ennemi: la liberté d'expression commence lorsqu'on accepte que son ennemi puisse parler; et que l'on se battent sur le plan des idées. On estime que les gens sont suffisamment murs pour pouvoir faire la part des choses. on valide donc la puissance du LOGOS sur les émotions.

Empêcher son ennemi de parler en le traitant de fasciste, c'est s'opposer au principe de démocratie qui consiste à dire que "les hommes sont la mesure de toute chose" et qu'il y'a pas de vérité absolue. Si quelqu'un possède la "vérité", alors quid du débat démocratique? Cala sous entend que les choix sociaux sont tous sujet à débat et que ce que l'on nomme "verité" est un consensus. Bref, en démocratie, tout doit se débattre. Voila pourquoi les membres du Ku Klux Kan peuvent s'exprimer librement aux USA. Les USA revalide le principe démocratique défini par le philosophe Protagoras.

Il ne peut donc y avoir de sujets tabous!
La liberté d'expression se confond en France avec la liberté d'information qui en est sa batardisation: on n'a le doit d'informer mais pas de parler de tou: la censure en France se développe extraordinairement: parler du lobby pro-israelien, critiquer le féministe (à moins d'être une femme) ou la la pensée homosexuelle, demander que l'on arrête de diaboliser lePen; tout ça vous transforme inévitablement en fascite...

Personnellement, ces débats sont pas les miens mais je trouve insupportable que ceux qui decident de les porter (Dieudonné et les exactions d'Israel, Soral et sa critique du feminisme, etc) soient transformés en monstre...
Quel démocratie avons-nous?
A t-on si peu d'arguments que la seule chose que nous savons faire, c'est de les diaboliser pour s'opposer à eux???




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Carcarax a écrit [14/01/2008 - 19h42 ]  
Carcarax

Bougainvilliee :p

- Ben tu lui reproches quoi a ma réponse ? -( Non que ce soit un modèle de concision, le trait n'est guère brillant certes, le style un peu brouillon, les idées exposés un peu naïves mais de là a la déclarer incompréhensible :p

Aussi je reste là comme écrasé par un ciel immense, perdu, immobile, debout dans un champs, les bras ballants avec l'air stupide qu'on les gens en proie a un étonnement profond... MDR ;




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 carter a écrit [15/01/2008 - 00h29 ]  
carter

Il y’a en France un spectre qui traverse la pensée actuelle : la crainte d’être traité d’antisémite présumé et de voir se fermer les portes du star système…Nul ne peut porter un regard critique sur les juifs sans subir un procès truqué d’antisémite. Ce qui est au départ pouvait être un devoir de conscience sur les douleurs infligées à un peuple finit en outil de censure pour clore tout débat.

Prenons une affaire moins houleuse que les affaires Soral ou Dieudonné. Prenons le débat classique en psychologie de la critique du freudisme et du débat cognitivisme/ psychanalyse.

Prenons le livre par qui le scandale est arrivé : « Mensonges freudiens » de Benesteau où il démontre le charlatanisme scientifique que représente la psychanalyse à travers son histoire : Freud a menti sur le nombre de ses patients et le résultat de ses cures, etc. Le livre importe en France les grandes découvertes des historiens américains du Freudisme.

Benesteau pose tout simplement une bombe dans la marre aux canards des intellos français…

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, les détracteurs de ce livre vont le traiter d’antisémite pour le réduire au silence car attaquer Freud, c’est bien sûr faire de l’antisémitisme inconscient ! On doit à la salope de Roudinesco (je n’avais rien contre elle mais ce qu’elle a fait est d’une telle malhonnêteté que seule une vraie salope peut faire ça) la belle trouvaille digne d’une chasse aux sorcières maccarthiste pour taire un débat historique dont, il me semble, cela eut été un devoir d’intellectuels que de l’ouvrir…

Benesteau fut blacklisté et on ne l’a guère vu traiter de son livre dans les émissions littéraires. Avec une fatwa d’antisémite au cul, notre chercheur en psychologie n’avait aucune chance de faire éclater les découvertes historiques sur le mouvement psychanalytique. Le comble de la tartufferie, ce fut « Le livre noir de la psychanalyse » ou entre gens de bonne compagnie, les cognitivistes complaisants (genre Cottreaux) s’amusent à nous faire croire qu’ils portent le fer à la psychanalyse alors le livre est d’un manque de courage déplorable et guère convaincant. Même les plus ferveurs cognitivistes admettent que ce livre n’accumulent pas les preuves des neurosciences nécessaires pour contredire les théories freudiennes…Et comble de la goujaterie, le nom de Benesteau disparaît du livre : le psychologue est effacé de l’histoire du débat…

Voila ce qui vous en coûte d’être traité d’antisémite présumé en France. Bien sûr, la Justice française, comme dans le cas de Dieudonné, en arrive toujours à retirer la plainte. Mais le mal est fait et la réputation quand un type est blacklisté « antisémite présumé » le poursuit jusque dans la tombe…

Cas isolé ? Relisez ce que j’ai dit dans mes posts précédents pour voir en quoi le problème est trop récurrent pour ne pas relever d’un dysfonctionnement du star système…

Et l’on voudrait me faire qu’il n’y a pas là matière à s’indigner, à débattre ? Que ce n’est pas lever le lièvre que de faire remarquer qu’il y’a en France une dérive de chasse aux sorcières qui :
-empêche de résonner sur l’existence du lobby pro-Israelien alors de nombreux universitaires américains traitent de la question sans être taxé d’antisémites ?
-qu’il n’y a pas une dérive de la censure aux services non plus du débat mais d’intérêts privées ?
-Que ces mêmes intérêts finissent par s’octroyer des visées politiques ?

On voudrait me faire croire qui si demain, je désire publier un livre ; je ne prierais tous les saints de la Terre pour que ne me soit pas attribué les remarques que je viens de dire, la peur au ventre de voir toutes les portes se refermer sur moi ?

C’est quoi pour vous un débat ? Jusqu’où l’intolérable a suffisamment franchi la ligne rouge pour que vous daigniez en parler? Jusqu’à quelle degré de vérité êtes-vous capable d’entendre ?

Mais c’est sur que la position de l’autiste, du mec au dessus de mêlée est plus confortable. La couardise est généralement apaisante pour l’esprit. Mais quand vous voyez un chercheur en psychologie se faire traiter d’antisémite pour ne pas nuire aux intérêts de l’institution psychanalytique en France ; il est facile de comprendre que n’importe quel imbécile qui n’aura pas lieu de plaire aux élites dominantes se verra vite broyer par la machine médiatique…

Pour ceux qui ont suffisamment de couilles pour s'informer de l'affaire Benesteau:
http://www.evoweb.net/blog/index.php/2005/06/04/p141/Complicit-d-antis-mitisme-masqu-.html




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 cochise_fr a écrit [15/01/2008 - 00h42 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Tout humain tend à se regrouper avec ses semblables pour former un groupe plus puissant capable de se battre réellement ou virtuellement contre d'autres groupes constitués de la même façon avec d'autres critères.
L'origine est bien sur un de ces critères justifiant un regroupement, mais ce n'est pas le seul.
Enfin vous confondez origine et religion !!! .....comme beaucoup de gens qui font cet amalgame inadapté.
La religion est un autre critère de regroupement, pour toutes les religions.
Les juifs se regroupent donc comme les autres sur des critères confessionnels. Comme il se trouve que beaucoup d'entre eux travaillent dans l'audiovisuel et les médias, le groupe tend à s'étendre en favorisant l'entrée de nouveaux membres pour le groupe de préférence à ceux qui ne l'intégreraient pas, ce qui laisse croire, souvent avec raison, à l'hégémonie du groupe sur le reste de la population des travailleurs de tel ou tel domaine.

Maintenant, est ce que cela peut influer sur une carrière artistique, c'est probable, mais je veux encore croire que celui ou celle qui a du talent sera reconnu par le public plus que par les médias. C'est d'ailleurs à mes yeux une des raisons de la lutte contre le piratage via internet. En effet, si les artistes se mettaient à proposer leurs services en direct sur le net, les intermédiaires médiatiques ne serviraient plus à rien et seraient voués à la mort prochaine, du moins sous leur forme actuelle.

Alors courage.!!! Juif ou pas, si tu as du talent, fais toi connaître sur le net, des centaines de millions de surfeurs sont prêts à en juger.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [15/01/2008 - 07h15 ]  
bougainvilliee

Bonjour à tous,
La bonne, la très bonne réponse est celle de cochise.

Je l'en remercie, bien que n'étant nullement concerné par ce débat. Je n'ai pas voulu tout d'abord y entrer. J'allais le faire, lorsque cochise a tout dit sur la question.

La morale de cette histoire, c'est qu'il faut se méfier des rumeurs et des pensées, préjugés, répandus.
"Les idées les plus répandues, sont les plus faciles, donc les plus suspectes".
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 masdau a écrit [15/01/2008 - 08h41 ]  
masdau

On a encore oublié la question initiale: "Est-il exact que pour avoir UNE PLACE dans la CRÉATION ARTISTIQUE MEDIATISEE il faut être NE JUIF?" Qui a modifié la formulation ainsi: "Les origines ont-elles un impact sur la médiatisation d'une carrière artistique ?" Quels sont les mots qui dérangent? Se pourrait-il que même sur les forums libres, la censure pointe son nez et sa morale restrictive? Est-ce que Masdau va être mis sur le bûcher pour avoir osé transmettre la question?




Rdaumas


 carter a écrit [15/01/2008 - 13h48 ]  
carter

Est-il exact que pour avoir UNE PLACE dans la CRÉATION ARTISTIQUE MEDIATISEE il faut être NE JUIF?"

Ma réponse est "je ne pense pas". L'art traversant une crise comme le journalisme du fait du développement des nouvelles technologies de la communication, tous les secteurs de la culture finissent par être rattrapés par des critères financiers drastiques et d'efficacité. Si les disques dans les années 80 possédaient un single brillant pour le reste rempli de daube; les albums d'aujourd'hui sont indéniablement mieux finis. Dans cet univers de plus en plus concurrentiel, je doute que le favoritisme, le copinage, le retour d'ascenseur puissent rester une bonne stratégie de réussite pour les majors. Quand bien même le milieu soit tenu par des juifs, le favoritisme qui commenceraient envers leurs pairs n'est plus viable: seul le talent compte et tandis que dans les années 80, on pouvait laisser un artiste développer son potentiel au fil des albums; force est de contaster que les premiers albums de jeunes talents actuels sont extraordinairement aboutis. Et ceci est vrai pour toutes les branches de la culture. Voyez les premières planches de dessin d'un Hergé: c'est totalement inabouti et pourtant il était publié... Voyez les planches de BD des artistes qui démarrent: ce qui me frappe, c'est la parfaite maîtrise narrative et graphique qu'ils ont du haut de leurs 20 ans... Les critères artistiques se sont indéniablement intensifiés et les décideurs ne prennent plus de risques: si jadis, ils laissaient toute l’attitude à un artiste pour développer son art, ils exigent actuellement sa parfaite maîtrise, oubliant un principe élémentaire: un artiste, un écrivain, un dessinateur, etc.ne peut atteindre sa pleine maturité qu'avec le temps et leurs demander d'être brillants dès le départ est la meilleure façon d'assécher la culture française...

Mais bon, à la rigueur, peu me chaut cet aspect.
Je constate que le milieu du star système (meilleure terme à user ; c'est-à-dire le milieu qui fabrique nos « stars » de la pensée, de la musique, etc) est traversé :
-par d'un part un lobby pro- Israélien qui tend à ne guère supporter la contradiction.
-et d'autre part par une censure incroyable du politiquement correct qui traverse, lui, toute la population française.
-par des intérêts privés autres qui vont user de ces deux tendances pour faire la chasse aux sorcières de leurs ennemis.

En quoi c’est dangereux :
-perte de représentativité des français dans l’espace médiatique :
Éliminer par exemple un Dieudonné de la scène médiatique qui représentait le Malcolm X français réussissant l’exploit de faire la jonction entre les diverses communautés noires de France, que nul autre avant lui ne pouvait symboliser :
-surtout pas un Senghor qui chialait de ne pas être blanc,
-surtout pas un aimé Cesar trop localisé,
Et quand on sait que la question noire peut ressurgir allègrement en France d’un jour ou l’autre, je me demande si ces imbéciles qui s’indignent de ses positions contre les exactions d’Israël voient la bourde qu’ils viennent de faire…
-politiquement correct qui crée des angles morts dans l’analyse de notre démocratie,
-la chasse aux sorcières des ennemis d’intérêts divergents : psychanalyse usant du star système pour réduire à néant leurs rivaux, en dehors des saines joutes verbales…

Quand à la question de la censure, t’inquiètes pas Maslau que tu en es à l’abri…Voyons, en France, on sait éliminer ses ennemis avec un minimum de talents. La censure sait se montrer discrète et on joue plutôt sur le fonctionnement de l’information.
On censure :
-en amalgamant liberté d’expression à liberté d’information.
-en noyant l’information contradictoire dans un flot d’informations sans intérêts,
-en empêchant l’information de passer tout simplement dans les medias

Loin de nous l’époque où l’on embastillait un Voltaire. On préfère aisément empêcher Voltaire de trouver un éditeur ou un salon où il puisse débattre. En interdisant à un écrivain gênant l’entrée aux émissions littéraires, la censure se fait plus discrète mais pas moins efficace, touchant l’écrivain là ou ça fait mal : le portefeuille. Car avec la crise du lectorat, aucun écrivain ne peut réussir sans la lumière des plateaux télévisés…
Et quand à ceux qui sont irréprochable ou intouchable du fait de leurs chaires universitaires, la censure :
-fait le silence sur leurs travaux : l’intelligentsia française médiatique a de nombreux trous de mémoire concernant Chomsky , Bourdieu, Serge Halimi, etc.
-les diffament lorsque ce sont de « petites » pointures de la recherches : Benesteau est parti pour faire un cas d’école.




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 masdau a écrit [15/01/2008 - 14h45 ]  
masdau

ça se précise! Ton language me plait Carter même si je ne partage pas tout à fait ton point de vue quant à la qualité des oeuvres artristiques qu'on nous propose. Plus abouti, plus abouti! Il faut le dire vite, car il ne s'agit que de la forme, du contenant, de l'insignifiant. Il est certrain qu'un mauvais vin se vend mieux dans une belle carafe. Mais quand tu parles du lobby pro-Israëlien, ça me gène. Il faudrait nommer justement cet ensemble de personnes, car moi qui suis juif par antécédent et athé par réflexion, je les appelle les "marchands du temple" ceux-la même qui refusent toute expression non mercantile. De plus, ils se servent des sévices infligés, par les Pharaoniens, puis par les nazis, au petit peuple laborieux dont je fais parti, pour imposer leurs règles de jeux, en culpabilisant les Chrétiens. Leur seule philosophie est leur réussite matérielle terrestre.
ON s'en fout que tu sois poëte
On veut que tu sois un produit
Ce qui se passe dans ta tête
On s'en temponne mon ami
On veut des cris
On veut des larmes
On veut du choc
On veut des drames
Enfin quoi, les choses de la vie!
La vie n'est déjà pas si drôle
Si en plus on y réfléchi
C'est la révolte qui nous frôle
La productivité qui faiblit
On est à l'ère des marchands
Ce qui est bien c'est ce qui se vend!




Rdaumas


 carter a écrit [15/01/2008 - 15h21 ]  
carter

Excuse- moi, Maslau (je te répondrais ultérieurement), je termine mon pamphlet tant que j’y suis…


« « La morale de cette histoire, c'est qu'il faut se méfier des rumeurs et des pensées, préjugés, répandus" »

Cette pensée est l’expression typique du politiquement correct. Elle en frise la caricature en comptabilisant les bons points sans prendre la peine d’analyser le fond.

Pour mémoire et mettre fin à des fantasmes d’antisémitisme qui vont me pendre au nez si mon esprit de conservation ne dit pas de taire le débat, je rappelle les travaux de Pettigrew et Meertens en psychologie sociale sur les phénomène de discrimination, de préjugés et de stéréotypes pour voir si oui ou non, ceux qui savent peuvent traiter ou pas ma position de relents antisémites.

Ces chercheurs ont permis une analyse fine des préjugés et distinguent deux formes de préjugés possibles :
-le préjugé flagrant : consiste en un rejet du hors groupe (ici les juifs) basé sur des croyances d’infériorité de ses membres. Hors sujet carrément.
-le préjugé voilé qui s’exprime en terme d’accentuation de différences entre les cultures ; de défenses de valeurs traditionnelles et dans l’idée que les gens du hors groupe (ici les juifs) inspirent des sentiments et affects différents.

Eventuellement, c’est donc en terme de préjugés voiles que la question pose problème. Sauf que mon analyse étant celle du dysfonctionnement des principes démocratiques et que celle de Maslau étant une question en terme de reproduction des élites artistiques, j’ai du mal a voir en quoi la question initiale (et les réponses faites) fait référence à des différences de culture, les juifs de France étant autant que moi rattaché à des valeurs de démocratie et de méritocratie (pour maslau l’aspect méritocratie ; car personnellement, telle n’est pas mon analyse)

Bon, ce qui dérange, c’est qu’il y’ait le mot juif en somme…

Ha oui ! il faudrait peut être vérifié dans l’esprit « liberté d’information plutôt que d’expression » que la communauté juive possède en son sein autant de dirigeants ou de décideurs qui font le star système. N’ayant pas :
- l’envie de mettre en place une liste de décideurs juifs qui, pour le coup, me paraîtrait incongrue…
-  Que des types ont osé dénoncer le lobby pro-Israelien dans le showbiz n’ont pas été poursuivi par la Justice française quand on sait son attrait pour « la liberté d’expression est celle de la liberté d’information »,
-  tandis que mes collègues de gauche fantasme sur l’ennemi intérieur et l’idée que nous sommes assiégés à chaque coin de rue par des SS potentiels…



Ha ! si y’a le malheureux « gros bonnets » en référence aux patrons capitalistes. C’est sur que dans ce débat sur les juifs, il eut mieux valu éviter l’appellation. Mais on remarquera que c’est purement une erreur contextuelle ; l’appellation étant largement admise dans les revues économiques…Lisez capital, il aime bien le terme…

Mais indeniablement, pour ceux qui débattent honnêtement sur les chaires universitaire des prejugés, ma question relève du souci de l’analyse démocratique et non de stéreotypes…

Mais il est intolérable en France que l’on fasse des procès d’intention à tord ou à travers pour justement clore le débat. Il est malheureux :
-que la seule astuce des Carcarax, des Bougainviliers sont d’user d’ analogies foireuses (gros bonnets, forcement c’est de l’antisémitisme larvée. Juifs/showbizz dérive forcement sur Dachau) indépendamment des critères élémentaire du LOGOS (une analogie en terme de raisonnement NE VAUT RIEN ! LE BABA de LA LOGIQUE)
-que la seule astuce d’un Cochise est d’user d’entourloupe littéraire ou l’on devie du lobbying au fonctionnement d’un groupe lambda. Le politiquement correct ou l’art de ne jamais appeler un chat un chat

Et tout ça pour quoi ? Pour ne pas voir que certains peuvent crier au choc des civilisations (BHL et sa clique) tandis que leurs opposants ferment leur gueule, de peur de disparaître du star système qui les nourrit. Alors que la situation française demanderait au pire la neutralité, au mieux l’apaisement….




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 Carcarax a écrit [15/01/2008 - 15h58 ]  
Carcarax

:-D




comme ils sont heureux, comme ils sont heureux tous ceux qui ne sont pas moi, tous ceux qui ne sont pas rongés par les dévorantes inquiétudes des rêves impossibles !!!


 masdau a écrit [15/01/2008 - 16h07 ]  
masdau

Mon cher Carcarax ton sourire me regonfle le pancréas.




Rdaumas


 carter a écrit [15/01/2008 - 17h22 ]  
carter

Je pense sincèrement qu’il faut être « fou positivement » en France actuellement pour se lancer dans une carrière artistique de quelque façon que ce soit. Je ne parle pas de ces produits directement crées par les majors, (star ac, etc.) construit mathématiquement selon des critères du marketing pour répondre à une demande précise ; mais d’un type passionné par un art qui décide d’en vivre.
Pour plusieurs raisons :

-les critères sont devenus financiers. Comme aux USA, un artiste sérieux doit peser une certaine somme sur le marché littéraire, musical, etc. en fonction de l’art qu’il souhaite entreprendre. La ou jadis on prenait le temps pour que l’artiste développe et son art et une reconnaissance sociale ; on lui demande maintenant des faire ses preuves ; c’est à dire qu’il vende tant dès sa première œuvre. Du coup, cela crée des paradoxes :

a) L’inflation de jeunes artistes arrivés aussi vite qu’ils disparaissent soit :
-une inflation de premières œuvres : premiers album, premier roman, premier film ; première BD. Puisque le star système ne souhaite qu’une chose : que l’artiste se vende le plus tôt possible,
- et une disparition flagrante de ces « premiers » au fil du temps. Malheureusement, le star système ne décline plus le suivi après vente …

b) le triomphe du « du genre » pour segmentariser le marché et qui finit par produire une infinité d’œuvre se ressemblant tous :
-Les artistes qui souvent se sont coupés les couilles et affaiblis leurs revendications pour s’offrir une première œuvre la plus vendable qui soit, sont de plus en plus catalogués dans des genres : vous êtes soit SF, soit polar, et attention ! Si votre premier roman polar ; pas question d’écrire un roman de SF pour le deuxième ! Même la Bd qui avait une grande liberté est de plus en plus dépendante du développement du « genre ».

c) la crise de la fonction même de l’artiste. Ce n’est plus l’artiste qui conçoit son œuvre mais le producteur qui le fait et l’artiste devient un simple exécutant. Ou l’on voit le producteur demander au dessinateur de réaliser un BD fantastique parce c’est tendance ; où l’on voit l’écrivain écrire un roman aztèque par c’est tendance. L’art est produit par cahier des charges et malheureusement c’est n’est plus l’artiste qui le conçoit mais le producteur. Bref, le modèle de tous les Arts ressemble à s’y méprendre au modèle cinématographique : le réalisateur doit rendre des comptes sur son Art au producteur. Le producteur n’avait à la base que le rôle de diffusion et de sélection. Il a aujourd’hui le rôle même de l’artiste : celui de modifier la vision du monde. Du coup, les artistes se transforment en de simples prolétaires.

d) un public blasé. Les gens sont indéniablement déconnectés de l’Art pour une raison fort simple : cela ne leurs parlent plus. A vouloir faire des oeuvres consensuels selon les diktats du Marché, les artistes n’émeuvent personne.

Dans le fond (arts engagés, anticonformistes), les artistes ne peuvent défendre leurs positions ; mais dans la forme, il en est autrement.

Car oui, l’art, c’est aussi une « méthode, un savoir faire » et là, indéniablement, les artistes conservent une virtuosité pour une absence de fond :
-les dessinateurs de BD qui démarrent sont bien plus talentueux que leurs ancêtres,
-les écrivains de paralittérature (j’aime pas le terme mais bon, on l’utilise) qui démarrent ont bien plus la maîtrise des règles de la dramaturgie que bien de leurs ancêtres à leurs débuts…


Par contre, pour la chasse gardée que sont le cinéma et un peu la littérature (mais à un degré moindre) forgée par le Star système ; le pistonnage peut encore compenser le talent Mais ce sont des cas isolés. cette spécificité bien française doit beaucoup au fonctionnement typique des medias et du non renouvellement des dirigeants à leurs têtes…Quand les anglais ont arrêtes de subventionné leurs cinéma ; on a crié à la mort du cinéma anglais. Finalement, les médiocres se sont tus et un véritable cinéma anglais, social et engagé, est apparu sur ses cendres…

Dsl pour la remarque: un miracle s'est produit: j'ai du travailler...




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


 carter a écrit [15/01/2008 - 17h45 ]  
carter

Remarquez qu'à mes yeux l'Art le plus libéré actuellement, c'est de loin la BD. Et c'est d'ailleurs pas pour rien qu'elle s'achète tant. Une œuvre artistique qui finalement conserve son rôle d'observateur aigu de son temps reste toujours encensé et il n'a pas besoin qu'elle en fasse des tonnes en publicité pour que le quidam s'y intéresse...
Finalement, la question de l'argent est secondaire: l'Art, le vrai, n'a jamais eu besoin de financement.




"Ne prenez pas la vie trop au sérieux. De toute façon,vous n'en ressortirez pas vivant!"


Répondre à masdau






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.