Pensez-vous que vivre chacun chez soi peut renforcer l'amour d'un couple ?



zezette
Cette question a été posée par zezette, le 20/09/2007 à à 11h49.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Amour.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 Chu Fu a écrit [10/04/2011 - 22h18] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
Chu Fu

A partir du moment où deux personnes s'engagent l'une envers...



[ Lire la suite de la réponse écrite par Chu Fu ]



Réponses 1 à sur 79

 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  



 moons a écrit [20/09/2007 - 15h05 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
moons

je pense que vivre séparément permet d'échapper à la routine,c'est plus fun évidemment, ça laisse un champs d'horizon plus large pour chacun, toutefois cette situation peut finir par poser problème à la longue puisque chacun va conserver ses habitudes de "célibataire" qui peuvent s'avérer incompatibles avec une vie à 2!




 cochise_fr a écrit [20/09/2007 - 15h06 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour Zezette,
Si on vit chacun chez soi, il n'y a plus de couple, c'est juste deux individus égoïstes qui ne veulent pas assumer leurs problèmes, en ne gardant que le bon côté des choses sans en avoir les inconvénients.
Ce n'est que mon avis, mais quand on en est là, il vaudrait mieux que chacun suive son chemin de son côté.
Quand il n'y a plus de dialogue, qu'on ne se supporte plus dans la vie courante hors peut être les galipettes, que l'on se dit que ce serait mieux chacun chez soi...... eh bien on continue chacun chez soi, et la vie continue.
Je ne voudrais pas te casser le moral, mais ma réponse est NON.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Mana a écrit [20/09/2007 - 17h58 ]  
Mana

Vivre chacun de son côté c'est bien quand on a entre 20 et 30 ans (j'aime pas trop mettre des cas particuliers dans une tranche d'âge mais bon...). Sincèrement, je pense que vivre chacun de son côté n'est pas très bon pour le couple. Biensur s'il y a une grande distance entre chacun ça peut se comprendre mais habiter dans la même ville et avoir chacun son propre appartement ne permet pas d'avoir une vie de couple très saine. L'un se demanderait toujours ce que fait l'autre et la jalousie commencerait en empiéter sur la confiance qui autrefois unissait le couple.
Comme le disait cochise un vrai couple est un couple qui sait vivre chaque instant de la vie en restant unis, les meilleurs comme les moins agréables car dans un couple il faut se soutenir c'est primordial.




"If you talk to God you're religious. If God talks to you, you're psychotic."


 missharper a écrit [20/09/2007 - 20h13 ]  
missharper

Renforcer l'amour en vivant chacun de son côté, pour moi c'est tout simplement une solution de facilité. Comment peut on dire qu'on aime quelqu'un si on ne supporte pas de vivre à ses côtés tous les jours ? Si on aime vraiment une personne, on l'aime sous toutes ses facettes, sinon c'est trop facile. On ne peut pas aimer une personne à la carte et décider de la voir quand on en a envie.




 Chu Fu a écrit [21/09/2007 - 23h01 ]  
Chu Fu

Ben, moi je connais un couple qui vit comme ça ! Il faut dire qu'ils ont déjà eut leur vie chacun de leur côté avant de se connaître, qu'ils ont chacun des enfants de leur précédente union...
En tous cas, ils ont l'air très heureux : ils partagent les moments qu'ils peuvent se consacrer comme n'importe quel autre couple, mais ont chacun leur "tanière" : ça leur permet de ne pas imposer à l'autre les "mauvais" jours... s'ils n'ont pas envie de faire le ménage un certain jour, ça ne dérange qu'eux... il n'y a pas de guerre de vaisselle parce que l'un est toujours "l'invité" de l'autre... ni de lessive, parce que chacun a son linge sale chez soi ! Cela ne les empêche pas de se rendre service mutuellement : elle lui fait ses ourlets, il lui fait sa vidange, ça semble rouler !




 cochise_fr a écrit [21/09/2007 - 23h17 ]  
cochise_fr

Bonjour,
ChuFu, ce que tu décris, c'est une bande de copains ... à 2 , mais pas un couple, c'est justement là la différence, le partage des bons et des mauvais jours, le partage des activités agréables et des corvées.
Bien sur, chacun est libre de son choix de vie, mais il faut appeler un chat: un chat.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [15/11/2007 - 15h23 ]  
bougainvilliee

Bonjour zezette, Cela dépend des couples. Ce ne doit pas être un diktat de l'un, mais un accord implicite entre les deux. cela doit venir tout seul, au fil de la relation. Mais, à mon sens, c'est laisser l'autre dans sa réalité, dans sa liberté. Aimer, ai-je déjà dis, c'est rendre l'autre heureux. Le laisser libre de ce qu'il est fondamentalement. Dès que l'on met des condition de vie à quelqu'un, on l'ampute de ce qu'il est vraiment. On lui enlève ses désirs qui ne sont pas toujours les notre. Nos désirs, nos envies, sont les nôtres et pas forcément les siens. L'important c'est de vivre tous les deux libres. Une relation, quelle que soit sa forme, mariage, concubinage, union libre, espacée ou non, ne doit pas être une prison. Mais un lieu où chacun s'épanouit. Aimer c'est vouloir l'autre heureux. Ainsi si on aime vraiment, peu importe la forme que prend ce bonheur. On peut très bien, si on aime profondément, accepter que l'autre soit heureux, avec soi ou sans soi, ou avec un autre même. Sinon, ce n'est pas lui que nous aimons, mais un animal de cirque que nous aurons façonné pour satisfaire notre propre égo. Partager le même lieu de vivre ou ne pas le partager. Rendre l'autre libre, libre de ce qu'il veut vivre. Ce n'est pas du copinage. C'est se réaliser et laisser l'autre se réaliser. Mais il n'y a pas de norme et chacun et chacune peut concevoir sa relation comme il l'entend, le tout c'est de ne pas contraindre l'autre à nos propres valeurs, nos propres préjugés, nos propres comportements, nos propres scénarios de vie. Ou on s'accorde, s'entend, ou alors l'un enferme l'autre. Laissons les portes ouvertes et l'autre aura moins envie de partir, puisque cette possibilité nous est toujours donnée. Mais les hommes et les femmes sont tous différents, de par leur vécu, leur éducation, leur milieu et chacun réalisera le couple qu'il peut. Si possible en laissant l'autre être ce qu'il est et désire vivre.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [15/11/2007 - 16h35 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce que décrit Bougainvilliee est très beau, la liberté pour tous sans limites .... mais cela a un nom: l'anarchie.
Ou est le couple dans ce que vous décrivez, nulle part.
Un couple, c'est justement la limitation volontaire de sa propre liberté afin d'accepter l'autre..... qui en fait autant, et c'est bien là la différence avec les bons copains (copines) vivant chacun chez eux pour se voir... quand ça leur chante. Un couple n'est pas une collection "d'à peu près". C'est le partage intégral ou pas de partage du tout, à moins de vivre d'hypocrisie permanente..... bonjour l'ambiance.

D'ailleurs, quand on est en couple, ne dit on pas fort justement "JE NE SUIS PLUS LIBRE". ??




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Elias a écrit [27/11/2007 - 17h43 ]  
Elias

Apres 2 ans de ça avec ma copine elle a fini par me quitter... tot ou tard votre couple souffrira du fait que vous ne partagez pas certaines choses. Ca marche, mais pas pour faire un truc serieux a long terme.. Alors attention !




 elefterie a écrit [24/02/2008 - 21h17 ]  
elefterie

Bonsoir, C'est justement parce que je vis cette situation que j'ai cherché sur Internet ce que les autres personnes en pensaient. Mon ami et moi avons chacun notre appartement, je suis de mon côté maman de jumeaux de 5 ans et lui a 20 ans de plus que moi, papa de 2 grands garçons. Il ne souhaite pas vivre avec nous, alors que l'idée m'était venue après 3 ans ensemble !! Belle erreur, je peux comprendre...mais c'est dur à vivre, particulièrement lorsqu'on a 31 ans, pas trop moche et qu'on ne lui demande rien. Tout ça pour dire que c'est compliqué, l'amour surtout. On ne peut pas trancher aussi vite que tu sembles le faire cochise, mais je suis en partie d'accord avec toi. L'amour c'est partager, le bon comme le mauvais. Mais Bougainvilliée a raison également, il faut rester libre à 2 dans le respect de l'autre bien évidemment. Alors???? Vivre en aimant quelqu'un mais ne pas partager le même toit, c'est frustrant!!!! croyez moi!!! On partage des moments sympas et il nous ramène chez nous, nous dit au revoir je t'appelle demain, ça fait chi....; Tout est possible quand un couple s'aime quelque soit la manière!) mais uniquement dans un consentement mutuel du choix de cette vie à 2. A bientôt




 Chu Fu a écrit [24/02/2008 - 21h57 ]  
Chu Fu

En fait, comme le dit bougainvilliee , ça dépend des couples : il n'y a pas de règles générales de vie et chacun fait comme il l'entend dans la mesure où les individus concernés tout comme les bonnes moeurs sont respectés.
En ce qui te concernes, elefterie, il est clair que le choix de vie séparée est le fait d'une seule personne, l'autre, et que tu en souffres... et si tu souffres de cette situation, c'est que ton partenaire ne te convient pas ! Il a peut-être des qualités qui te séduisent, mais si tu n'es pas heureuse avec lui, le mieux est de le lui expliquer et de chercher ailleurs quelqu'un avec qui ça roulera sur du velours !!!
Il ne faut pas attendre quoi que ce soit d'autrui, c'est le secret du bonheur : ne t'accroche pas à lui en espérant ce qu'il ne peut pas te donner... tu trouveras sûrement quelqu'un d'autre et, ce jour-là, tu te trouveras bien bête d'avoir autant hésité !




 Chu Fu a écrit [24/02/2008 - 22h10 ]  
Chu Fu

Quant à ce que dit cochise sur le partage, c'est une façon de voir tout à fait respectable, mais c'est la sienne et non un postulat universel : avoir son jardin secret (ce qui ne signifie pas pour autant mener une double vie), ou encore, avoir de la pudeur par rapport à une certaine intimité, par exemple, sont des réalités humaines qu'on ne peut ni ignorer, ni mépriser !
Je persiste avec l'exemple du couple de mes amis qui a fait ce choix du "chacun son chez soi" parce que leur situation fait que c'est, par exemple, la meilleure façon de préserver leur couple d'une partie de leur vie comme la famille issue d'un précédent mariage qui va maintenant jusqu'à des petits-enfants des deux côtés... ou bien de leurs problèmes de vieillissement dont ils veulent préserver l'autre : tout le monde ne cherche pas dans sa compagne une infirmière ou une femme de ménage, ni dans son compagnon le bricoleur ou le garagiste !
Il s ont fait ce choix parce que, sur la deuxième moitié de leur vie, ayant assumé ex-conjoints et enfants ils ont besoin de liberté et de rêve... ce qui ne les empêche pas de s'entraider ! Simplement, c'est proposé et non attendu, voire exigé !




 elefterie a écrit [02/03/2008 - 21h13 ]  
elefterie

Bonsoir, Je ne consulte pas régulièrement mes mails sur mon ordi, je travaille toute la journée sur écran, alors...mais je tiens à continuer à fréquenter ce site et échanger idées et ressentis. J'ai fait le même constat un jour et depuis nos relations ne sont pas des meilleures. Cependant, je me demande souvent si c'est pas comme çà que malgré tout, l'amour est préservé, car je l'aime et ne me lasse pas de lui. Si nous avions décidé de vivre ensemble peut-être que çà n'aurait pas collé du tout. J'ai quand même égoïstement envie de rester seule parfois dans mon quotidien avec mes enfants et mes habitudes, donc savoir être heureux, c'est très compliqué et très relatif aux deux entités du couple et de comment ils appréhendent la vie future. Chu fu, tu as raison, ce partenaire n'est pas fait pour moi, mais doit on toujours chercher mieux, même si on souffre parfois? Souffrir ne fait il pas partie intégrante de l'amour ? Je ne sais plus trop, les femmes se posent trop de questions et compliquent tout!!!! Merci pour cet avis tout à fait logique et réaliste en tout cas. C'est difficile d'aimer!!!!!!!




 Chu Fu a écrit [02/03/2008 - 21h40 ]  
Chu Fu

A elefterie : Le problème, ma bichette, pour une vie heureuse, c'est qu'il ne s'agit pas de "chercher" (plus on cherche, moins on trouve), mais d'avoir suffisamment d'amour et de respect pour soi-même afin d'avoir le courage de dire non à des situations qui apportent trop de souffrance.

Personne, donc toi non plus, ne mérite d'être mal traitée (ce qui ne veut pas forcément dire se faire frapper !). Je sais que ce n'est pas facile d'être seul(e) dans la vie, mais je sais aussi que mettre en place les conditions les plus propices possibles au bonheur épanouissent et rendent attrayant : personne ne va vers une dépressive, une virago revancharde ou une râleuse (ça vaut au masculin).
Quand on fait un choix de vie avec ses limites à ne pas franchir, les amis viennent ! Ce que j'entends par amis, ce sont les gens qui ont fait des choix de vie similaires, avec qui tu peux partager plein de bonnes choses.
Je te donnes un exemple : lorsque j'ai été enceinte de ma première fille, j'ai décidé d'arrêter de fumer et, du coup, la règle à la maison a été que les fumeurs aillent fumer dehors. Quelques années plus tard, je me suis rendue compte qu'autour de nous, il n'y avait plus un seul fumeur. Pourtant, je ne les avais pas mis à la porte, ce sont eux qui étaient partis au fil du temps : nous n'avions plus ça en commun !
C'est pareil pour tout le reste ! Aucun de mes amis n'est chasseur, drogué, échangiste, alcoolique ou fan de tauromachie... parce que ça ne me branche pas, tout simplement ! Chacun son truc et "qui se ressemble s'assemble", c'est vrai !

Tout ça pour te dire que, si tu n'es pas heureuse avec ton mec, il y a de fortes chances pour qu'il ne le soit pas non plus ; alors, quittez-vous ! Cela fera mal sur le moment, vous allez avoir quelque temps de galère et puis, si tu réfléchis bien à ce que je viens de te dire et que tu règles ta vie pour ton bonheur, celui-ci arrivera, je te le promet !




 cochise_fr a écrit [02/03/2008 - 21h45 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Chacun est bien sur libre d'organiser sa vie comme il veut, mais ne venez pas dire que cela forme un couple. Car, passez moi l'expression, mais celui qui a les moyens d'entretenir une fille ou celle qui peut se payer un gigolo ne font pas autre chose.....mais au moins ils ne cherchent pas à se donner des airs de couple sans en avoir la chanson. Il n'y a aucun amour la dedans, seulement un exutoire de la solitude quotidienne de chacun avec quelqu'un dans la même situation....et hop, retour au bercail jusqu'à la prochaine fois....Ouais!!! .....faut pouvoir. Enfin, j'appelle cela de l'égoïsme caractérisé, pas de la liberté.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 isadora a écrit [09/03/2008 - 22h15 ]  
isadora

Bonjour je vis un situation similaire cela fait 4 ans que je suis avec mon amis dont 2 ans de vie commune et là il se reprend un appartement mais il aimerait que l'on continue de se voir chacun chez soi pour lui les enfants et la vie de couple c est dure on s'est déchiré et j'ai du mal a accepter je cogite et pense a mon avenir il sait ce que je pense et je suis presque sure que malgré l'amour que j'ai pour lui je vais me détaché, à bientôt.




 bougainvilliee a écrit [09/03/2008 - 22h37 ]  
bougainvilliee

Bonjour isadora,
La seule question que tu dois te poser, c'est : "Suis heureuse avec lui ?" et ajoute "Serai-je plus heureuse et lui aussi, si nous partagions le même toi ?". Réfléchis avant de répondre. Tu penses à ton avenir, dis-tu. Mais l'avenir est incertain. Incertain au point qu'on le remplis, par avance de nos fantasmes. L'essentiel, me semble-t-il, c'est que tu sois importante pour lui. Tu penses de détacher de lui. Mais peut-être es-tu déjà détachée de lui. Je ne sais pas. Peut-être aimerais-tu l'avoir en permanence près de toi, pour toi toute seule. Est-ce bien raisonnable. C'est un homme. L'homme que tu dis aimer. Il ne faut pas en faire l'objet de tes seuls désirs. Un couple ce sont deux désirs qui se partagent. Pour l'instant tu as l'impression que c'est lui qui fait ce qui l'intéresse. En es-tu sûre ? REn as-tu parlé avec lui. Peut-être qu'il tient plus compte de toi que tu ne le crois. Il faut parler avec lui en l'écoutant et non pas en lui opposant tes revendications. En essayant de le comprendre, de comprendre ce qu'il dit, comment il voit les choses. N'en fais pas un affrontement. Ne lui oppose pas l'impossible, mais regarde ce qu'il peut faire. Ne fais pas de ton fantasme de projet de vie, la seule issue de votre couple. Si tu peux faire tout cela, c'est que tu l'aimes vraiment. Sinon...




Le doute est ma seule certitude


 stephanies a écrit [22/10/2008 - 14h51 ]  
stephanies

Bonjour,
je me permets de participer à votre conversation car vos témoignages m'intéressent. Je suis journaliste pour l'émission "Toute une histoire" diffusée tous les jours sur France 2 par Jean-Luc Delarue. Je prépare actuellement une prochaine émission sur le thèmé "Faut il s'éloigner pour mieux s'aimer". Je recherche différents témoignages :
Vous êtes en couple et :
- vous vivez chacun de votre côté pour mieux préserver votre relation
- vous vous réservez des longs moments chacun de votre côté
- pour mieux vous retrouvez, vous faîtes régulièrement des pauses dans votre relation
- après quelques années de relation fusionnelle, vous êtes plus amoureux depuis que votre conjoint travaille à l’étranger
- vous trouvez que votre conjoint accorde trop importance à sa liberté, vous le vivez mal
- vous n’êtes pas capable de faire des concessions et renoncer à votre liberté
-après une rupture, vous avez retrouvé votre conjoint. Vous êtes plus amoureux que jamais

- vous ne concevez pas de vivre séparer de votre conjoint, aimer c’est vouloir partager un maximum de choses

Si vous vous sentez concerné(s), n'hésitez pas à me contacter : Stéphanie au 01.53.84.34.41 ou par mail à sspagnoli@reservoir-prod.fr
Merci d'avance pour vos réponses
Stéphanie




 bougainvilliee a écrit [22/10/2008 - 18h56 ]  
bougainvilliee

Bonjour stéphanies, Concernant ta recherche, la situation qui me (nous) correspondrait le mieux, serait : « vous vous réservez des longs moments chacun de votre côté. » Bien que cela ne corresponde qu’approximativement à notre relation. Nous ne imposons aucune contrainte dans notre relation. Une vraie relation doit être libre de toute contrainte. Si je suis avec toi, c’est parce que je suis heureux avec toi et je veux qu’il en soit de même pour toi. Ne faisons pas de notre relation une prison, ni pour toi, ni pour moi. Que la porte soit ouverte, pour chacun d’entre nous. Ouverte sur d’autres relations, dont nous pouvons nous enrichir. Aimer c’est rendre l’autre heureux, avec soi, s’il le veut, avec d’autres s’il y trouve son épanouissement. Ma compagne a près de 30 ans de moins que moi et notre relation dure depuis plus de huit ans. Nous avons chacun nos propres domiciles. Je l’ai aidée à trouver et à arranger le sien. Nous vivons tantôt dans l’un, tantôt dans l’autre, parfois seuls, parfois ensemble. Des fois longtemps seuls, des fois longtemps ensemble. Ceci sans règle, comme cela vient. Il n’y a aucune revendication ni de l’un, ni de l’autre. Relis, si tu veux, pour comprendre, cela, mes interventions, concernant la vie de couple, dans ce Web-libre. Cordialement. Bougainvilliee




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [23/10/2008 - 02h40 ]  
cochise_fr

Bonjour Stéphanie,
Inutile de venir importuner et profiter de la déchéance des pseudo-couples pour faire du fric dans des émissions minables qui ne font raconter au public qu'ils ne sont pas seule dans la panade..... c'est minable de votre part et de la production en général,..... et de tous vos confrères qui font pareils sur d'autres plateaux ou dans d'autres émissions..... comme si des problèmes de ce genre pouvaient être résolus en 1h d'émission.... foutaise !! Au chiottes les profiteurs de la misère humaine dont vous faites partie.!!

A Bougainvillée,
C'est bien sur votre liberté de vivre ainsi que vous le décrivez, mais cela ne forme en rien un couple, c'est bien là la nuance entre des amis qui s'aiment....et se voient quand cela leur chante, et un couple qui assume les obligations que cela impose réciproquement. C'est de l'égoïsme pur et dur !! L'important étant de préserver le bien être de chacun dans son coin et à la façon d'un GIE de mettre en commun uniquement ce que l'on a de commun........c'est à dire pas grand chose....parce que sinon, vous seriez en couple....sous le même toit, justement.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [23/10/2008 - 10h00 ]  
bougainvilliee

Cher cochise,
Je laisse à l'appréciation de chacun ta dernière saillie.
En ce qui concerne ce qui m'est particulièrement adressé, je connais depuis longtemps ta position, qui est partagée par le grand nombre. Pour ma part ma conception du couple, que tu connais, se situe sur un autre plan. Celui de la libre disposition de soi-même, de la porte ouverte, de l'amour sans contrainte, du respect de l’autre et de soi même. Celui de ne pas s'imposer à l’autre, ni de lui imposer les différences dont nous sommes porteur. Mais seulement partager ce qui est partageable. Sinon que chacun puisse pleinement vivre ses différences, ses propres centres d'intérêts, de mode de vie, de conception du monde, ses désirs profonds, hors du regard, du jugement ou de l’appréciation de l’autre. Donc, avec ou sans l'autre. Lui laisser ses jardins secrets, les respecter. Un même toit... Pourquoi pas... Vivre dans des lieux où nous pouvons exprimer pleinement nos différences et nos goûts, pourquoi pas, non plus... Le tout étant que l’autre tire son propre bonheur de cette relation.

Découvrir toujours l'autre, dans ce qu'il est "autre", ce qui est sa richesse et l’attirance qui nous a tout d’abord ému... Eviter, enfin, les inévitables discussions qui aboutissent soit au compromis, qui ne satisfait personne, soit au choix du plus fort, qui frustre celui que l'on prétend aimer... Tout cela est un choix de vie... Mais au vu du nombre de questions qui demandent comment "sauver son couple", "retrouver son ex-copine" ou tout autre difficulté de coexistence, je me pose des questions, sur le modèle que l’on croit établi... Ceci, sans y répondre... en tous cas pas vraiment... tant les êtres sont différents et s'emmêlent dans la soit disant normalité… dans les certitudes qu’ils en tirent... dans des systèmes de pensée conformes au moment, au milieu… dans une vision rêvée du couple... dans leurs propres pièges en somme.

En tous cas merci de vouloir me mettre sur le bon chemin, qui est le tien sans doute. Le bon chemin étant toujours le notre, (il est bordé de nos bons repères sans lesquels nous serions perdus et que donc nous évitons de remettre en cause), chemin auquel on est habitué et auquel l'autre doit se conformer, pour qu'il y ait couple... couple vrai, donc conforme... Conforme à quoi ? A qui ?
Très cordialement à toi. Tout ceci n'étant, pour moi qu'une réflexion du moment... pas une certitude.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [23/10/2008 - 10h50 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais, cher Bouogainvilliée, loin de moi l'idée de vouloir vous faire changer de chemin, juste l'expression de la définition de ce qu'on appelle "un couple" qui pour beaucoup reste très vague, ou tellement simpliste qu'elle apporte les désagréments largement répandus sur ce site.

Vous le voyez comme deux solitaires qui s'entre-croisent même si leurs buts sont différents, alors que je le vois comme deux êtres qui s'accordent à oeuvrer vers un même but ensemble, contre vents et marées, ce qui n'exclue pas les désirs personnels dans une certaine limite..

Vous me semblez heureux ainsi, et c'est bien le plus important, quelle que soit la formule choisie.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 zeynep a écrit [01/12/2008 - 14h05 ]  
zeynep

je suis d'accord avec cochise,car moi et mon ami nous avons vecus 10 ans chacun chez soi,et on a eu un désir d'enfant,et du jour au lendemain on a habiter ensemble,cela est très dur même maintenant au bout de 2 ans,c'est vrai a part les galipettes et les bons moments de la vie on ne partages rien,on parlait de nos soucis,de nos problèmes mais on ne les partageait,mais comme dit cochise,chacun trouve le bonheur dans la formule choisi du couple bisous a tous




 Chu Fu a écrit [03/12/2008 - 11h20 ]  
Chu Fu

Tout à fait, tous les individus sont différents, d'une part, et la vie évolue en permanence, d'autre part : ce qui convenait hier peut devenir ingérable aujourd'hui ! Donc, à chacun de vivre au meiux sa vie de couple !!!

Une solution intermédiaire pourrait être d'avoir un appart suffisamment grand pour que chacun ait son endroit "jardin secret" s'il en a envie ou besoin... ou deux apparts sur le même palier !!! C'est sympa aussi, d'inviter l'autre à un petit dîner en tête à tête chez soi, avec bougies et tout le tralala, comme quand on s'est connu




 bougainvilliee a écrit [03/12/2008 - 13h11 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Et en particulier Chu fu qui me surprend c'est par sa conclusion : "... comme quand on s'est connu.". Cela sous entendrait-il que cela ne s'est pas perpétué ? Que l'on ne faisait cela que lors du temps de premier temps de séduction ? Qu'ensuite ces moments délicieux ont fait place à autre chose sans fêter l’autre ?
Je trouve cela surprenant. Je croyais que la séduction impliquait la vérité de soi et que ce que l’on montrait de soi durant la séduction, ne devait pas se faire avec un masque. Qu'en conséquence un dîner aux chandelles, si on le pratiquait, n’était que le reflet de ce que nous étions et non une exception. Un art de vivre et d'être.
Que se donnant ainsi à l'autre sans fards, une telle fête devait montrer ce que nous étions au quotidien.
Quel plaisir de vivre ainsi, pleinement : pour le retour de l'être aimé, pour son anniversaire, pour les fêtes de fin d'année, pour toute une série d'anniversaires (le jour où on s'est rencontré, le premier jour où on a basculé), sans oublier la fête des femmes, des mères, des pères. Faire la fête à celle que l'on aime et qui partage notre vie, m'apparaît comme allant de soi. Sans oublier non plus les hebdomadaires bouquets de fleurs dont on se doit de l'honorer. Les invitations dans un bon restaurant, les sorties ensemble, les spectacles ou concerts partagés.
Mais il faut que cela soit fait sans contrainte, que cela soit un plaisir, un bonheur, une joie, de le vivre avec l'autre. Aussi ce ne doit pas être seulement un: « …comme quand l’on s’est connu », enfoui dans nos souvenirs et nos rêves.
Je pense que cela n'est pas du simple souvenir, de la simple politesse, de la simple galanterie, mais une façon simple de vivre et donc de rendre heureux l'autre et de lui dire que nous sommes heureux qu’il soit là près de nous, qu’il soit ce qu’il est. A côté vivre ensemble ou séparément n'est finalement que très secondaire. Ce n’est qu’un mode de vie qui nous évite les petites faiblesses de l’autre, pour ne le voir que rayonnant.
Cordialement à toi.




Le doute est ma seule certitude


 cochise_fr a écrit [03/12/2008 - 15h01 ]  
cochise_fr

Bonjour,
" Faire la fête à celle que l'on aime et qui partage notre vie, m'apparaît comme allant de soi."

Bien sur, sauf que votre choix n'est pas du tout un ....partage de vie.... justement, mais seulement un partage d'instants fugaces chacun reprenant son chemin et ses problèmes personnels pour le reste de la vie. Vous ne partagez finalement pas grand chose, la vie étant bien autre chose que l'accumulation de fêtes et de loisirs (le plus facile à partager).

Vous avez une maison ou un appartement, des enfants, des animaux, un jardin, des biens mobiliers, ... etc... en plus ou moins grand nombre, et tout cela demande une attention, du temps, de l'occupation....sans pour autant être la fête.... et à moins d'avoir le souhait et les moyens de tout transmettre à des prestataires de services pour se consacrer uniquement aux loisirs.... tout cela prend beaucoup plus de temps que les loisirs eux-mêmes. Ne pas les partager parce que ce sont des charges plus ou moins lourdes à supporter, plus ou moins agréables à faire, ..... mais qui doivent se faire.... montre bien que cela ne forme pas un couple, mais seulement un groupe de deux amis(es).... qui ne se voient que pour le plaisir.

Je respecte ce choix, comme vous le savez, mais je trouve utile de signaler à d'autres lecteurs que la vie de couple n'est pas faites que de loisirs.... justement.... et que c'est la résolution commune de toutes les contraintes quotidiennes qui apportent la soudure nécessaire à la solidité du couple.... les loisirs n'étant que la "cerise sur le gâteau" des activités de la vie.

C'est d'ailleurs pour cela que ceux qui commencent par les loisirs s'aperçoivent souvent qu'ils n'ont rien d'autre de commun le jour où ils décident de vivre ensemble sous le même toit pour assumer les obligations de la vie.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Chu Fu a écrit [03/12/2008 - 15h24 ]  
Chu Fu

"Tout ce qui apparaît disparaît, tout ce qui naît meurt...", c'est la première évidence qui apparait clairement à la méditation du Sage... l'amour ne fait pas exception à la règle, pourquoi le voudriez-vous ?!
En d'autres termes, si vous aimez votre dulcinée comme au premier jour, vous êtes soit de gros menteurs, soit de grands aveugles, car, ne serait-ce par le fait de votre avancée en âge, vous avez, je vous le souhaite, acquis de la maturité et, donc, vos centres d'intérêt ont évolué... concernant l'autre aussi ! Vous ne l'aimez peut-être pas moins, il se peut que vous l'aimiez plus (quelle belle chance !!!) ou tout simplement autant, mais sûrement pas de la même façon !

Cela est une première chose !
La seconde est qu'en amour on est deux et que vous avez forcément la surprise de voir l'autre changer et pas forcément dans la même direction que vous : peut-être que vous continuez à l'aimer, ce n'est pas pour autant que vous allez vous mettre à sa nouvelle passion comme le saut en parachute, si vous avez peur du vide !!! Du coup, que madame aille au club de Scrabble dont monsieur a horreur alors que celui-ci va seul à l'aérodrome pour sauter, je ne vois pas matière à divorce !!!!... ni que madame aille dormir dans la chambre à côté parce que monsieur imite un bombardier toutes les nuits !!!

Il faut arrêter avec ce mythe imposé qu'il faut tout partager, que l'autre soit notre alter ego sinon rien !... mythe qui entretien des images très exceptionnellement accessibles, qui met à mal les relations hommes femmes depuis la nuit des temps : j'affirme qu'on peut s'aimer sans aimer exactement la même chose que l'autre, sans tout absolument tout partager avec l'autre... l'amour, c'est avant tout donner à l'autre le droit d'être lui-même et admettre la possibilité que, quand ce "lui-même" change tellement, l'amour s'émousse...

Ne faites pas avec l'amour ce que ma mère fait avec l'eau de son robinet devenu depuis peu impropre à la consommation à cause de l'agriculture intensive : elle en a toujours bu, dit-elle, elle n'a jamais été malade !... comme si son verre d'eau d'il y a cinquante ans était son verre d'eau d'aujourd'hui !




 Chu Fu a écrit [03/12/2008 - 15h36 ]  
Chu Fu

Peu importe la façon dont chacun décide de vivre : ce qui compte, après l'attirance mutuelle et les sentiments, c'est la cohésion, l'entraide : mon mari vient de réparer la machine à laver pendant que je faisais un bout de vaisselle et que j'ai embrayé sur le repassage... c'est lui qui entretient les voitures, moi qui recoud les boutons ou fait les ourlets : ça pourrait être l'inverse, ce qui importe c'est que l'on puisse compter l'un sur l'autre...
On fait des choses ensemble et des choses chacun de notre côté et ça nous convient parfaitement.

Mais, lui, il est plutôt du soir - il travaille mieux le soir par exemple - et moi du matin : ce n'est vraiment pas facile à vivre ni pour lui ni pour moi... avec des compromis bâtards, lui se sent brimé de ne pas pouvoir traîner tard autant qu'il le voudrait et moi, je me balade les 3/4 du temps comme un zombie avec des virgules noires sous les yeux ! Ce serait vraiment bien qu'on puisse, au niveau de notre domicile, avoir suffisamment d'espace personnel : cela ne changerait pas grand chose aux sentiments qui nous rapprochent !




 cochise_fr a écrit [03/12/2008 - 16h11 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Partager ne signifie pas obligation à être identique et à tout faire tout le temps ensemble, ChuFu l'a fort bien décrit, mais le partage ne se limite pas non plus aux seuls loisirs et distractions diverses.
Chacun effectue en fonction de ses aptitudes et de ses possibilités une part des obligations quotidiennes, les deux parts devant obligatoirement couvrir les travaux à faire..... de gré si possible, de force faute de mieux.

Sérieusement, si l'un ronfle, faut il obligatoirement le jeter dehors (à l'extérieur) ou aller soi même dehors en compensation ???.....non, bien sur..... eh bien c'est pareil pour le reste. Ce n'est pas parce qu'un problème survient que tout doit éclater, et que chacun doit partir avec son sac dans sa direction propre le reste de sa vie. C'est justement là que l'on voit les couples solides qui cherchent puis trouvent une solution, un juste milieu et un compromis à chaque fois..... et ceux qui se séparent au premier pet de travers.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [03/12/2008 - 16h32 ]  
bougainvilliee

Bonjour cochise,
Je vous reconnais bien là. Mais je reprendrais qu'une phrase de votre démonstration (intéressante d'ailleurs par son classicisme). : "...deux amis(es)... qui ne se voient que pour le plaisir. Je dirais plutôt, pour les agréments de la vie. Le raffinement entre deux êtres sont, c'est vrai, un plaisir. Distinguer un être et avoir l'élégance de le rendre heureux et épanoui à votre contact, en est un autre. Nous n'avons qu'une vie, brève, faisons-en un Art., un art de vivre. Partageons le beau, le subtil, le délicat, si nous le pouvons. Gardons pour nous nos petites insanités, nos compromissions, nos petites lâchetés et nos petites saletés.
Aussi peut-on, ici, plagier Shopenhauer :
« Et tout d’abord, tout couple exige, nécessairement, un accompagnement réciproque, une volonté d’harmonie : Aussi, plus il dure, plus il devient fade.
« On ne peut être vraiment soi, qu’aussi longtemps qu’on est indépendant ; qui n’aime pas se retrouver avec lui-même, n’aime pas la liberté. Car on est libre qu’en étant face à soi-même.
« Toute couple a pour compagne inséparable, la contrainte, et réclame des sacrifices, qui coûtent d’autant plus cher que sa propre individualité est plus marquante.
« Par conséquent, chacun fuira, supportera ou chérira l’indépendance, en proportion exacte de la valeur de son propre moi.
« Car c’est là que l’être sent toutes ses limites, et l’esprit indépendant toute son indépendance. Bref, chacun s’y pèse à sa vraie valeur. »
J’ai un peu, si peu, édulcoré le texte. D’abord pour l’adapter à notre sujet et ensuite pour faire une conclusion plus posée.
Mais pour conclure ; il y a ceux qui apprécient d’avoir un regard toujours sur soi et d’autres qui s’en passent. Nous sommes tous différents. Il n’y a que notre animalité qui nous rapproche. Chacun se conforte dans son scénario de vie et ses repères, qui lui permettent d’être ce qu’il rêve d’être ou croit être. L’un vivra mal de ne pas vivre sous le même toit que celui qu’il a choisi, l’autre y trouvera son compte de ne pas en subir les contraintes. Rien n’est fixé pour l’être humain, et heureusement, cela nous laisse libres de toutes les possibilités, qu’elles soient de courtoisie, si elles sont partagées, ou de souffrance si elles ne correspondent pas à l’imaginaire de l’autre.
Mais vous avez raison, ne pas vivre en ensemble, à chaque instant, cela ne correspond pas à la définition académique du mot « couple », même si le code civil ne s’y oppose plus.
Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


 Chu Fu a écrit [03/12/2008 - 17h12 ]  
Chu Fu

Mais qui a dit qu'il fallait mettre dehors le ronfleur ou s'enfuir au plus vite ?! Pas moi, cochise, qui ne voit aucun inconvénient à ne pas dormir dans le même lit que l'autre... ce qui n'a jamais empêché les câlins que je sache !!!
Je ne vois pas toujours pas pourquoi prôner le " l'un sur l'autre à tout prix " pour que l'amour et la notion de couple puisse exister ?!?!?!




 cochise_fr a écrit [03/12/2008 - 18h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais non ChuFu, pas toi !! C'était juste un exemple désuet pouvant conduire à des conséquences épouvantables sans raison valable.

Bougainvilliée, je n'ai pas besoin de Schopenhauer comme guide.

J'ai toujours dit et accepté que le couple soit une aliénation réciproque de la liberté de chacun..... et je veux bien ajouter de l'indépendance de chacun....c'est justement ce qui différencie un couple d'une paire d'amis(es).
De plus, je m'oppose farouchement au fait que "Aussi, plus il dure, plus il devient fade.".... ce serait même l'exact contraire, car fort heureusement, il n'y a pas que les parties de jambes en l'air à partager, et l'amour s'enrichit des découvertes et des nouveautés de chaque jour..... charge à chacun de ne pas s'endormir sur la routine.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 envert a écrit [14/05/2009 - 23h15 ]  
envert

je suis d,accord que une relation ,ou cc,est chacun chez soie ,c'est déjà assez difficile a vivre ,mais en plus si ça ne suit pas et q,il y a trop de frein ça fini par déraper ,moi même j,en souffre actuellement pourtant il y avait des sentiment on avait les méme délires les méme goûts on avez plein de passions en commun ,la montagne le ski ,mais malgré tout ça as cassé ,apporté moi un peu d,aide morale dans ma douleur et ma déceptions .




 cochise_fr a écrit [14/05/2009 - 23h53 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Mais cher Envert, si tu relis les post depuis le début, tu verras que tu ne parles que de loisirs dans ta relation.... et la vie réelle est bien autre chose que des loisirs.

C'est justement en partageant tout ce qui n'est pas agréable mais obligatoire que l'on se rend compte du degré d'amour mutuel de chacun, à comparer à deux égoïsmes ayant quelques points communs.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 Chu Fu a écrit [15/05/2009 - 10h19 ]  
Chu Fu

Va plutôt lire cette question (voir le lien ci-dessous), si tu en as le courage,car il y en a treize pages. C'est te dire, même si cela ne t'aide pas, si tu n'es pas seul dans ce cas !!!!

Je résume toutes mes réponses sur ce thème : tout dans l'univers naît, croît vieillit et meurt. Refuser cette évidence est la source de toutes les souffrance : ce n'est pas elle qui te fait souffrir en partant, c'est toi qui fabrique de la souffrance à refuser son départ !
La seule marge de manoeuvre que nous ayons, c'est d'être conscient en permanence de cette vérité et :
1/de faire en sorte de prendre soin le mieux possible de ce que nous chérissons afin que cela dure le plus longtemps possible
2/d'accepter sincèrement la réalité qui se présente quelle qu'elle soit ; la bonne nouvelle, c'est que, si cette loi "d'impermanence" des phénomènes vaut pour ce qui nous rend heureux, elle vaut aussi pour ce qui nous rend malheureux !!!

Donc, concrètement :
- accepte la réalité actuelle et calme-toi
- médite sur les origines du problème et les solutions possibles
- s'il existe des solutions pour que votre couple aie une chance de se reformer, mets-les en place au plus vite : 1/ si ça marche, tant mieux, mais reste vigilant pour la suite des évènements ou 2/ si ça ne marche pas, accepte-le, tu auras au moins la satisfaction d'avoir fait tout ce qu'il fallait pour que cela n'arrive pas



http://www.web-libre.org/questions/charme-seduction_503/comment-faire-reconquerir-coeur-ex-copine,3299.ihtml




 ticrbti a écrit [21/07/2009 - 14h30 ]  
ticrbti

Je viens de tomber par hasard sur vos posts, car moi et mon ami vivons aussi chacun chez soi.
Cochise, nous sommes pourtant bien un couple, nous partageons nos peurs, nos soucis du quotidien, nos problèmes d'argent, etc. mais ne souhaitons pas associer l'autre aux détails ménagers qui ajouteraient un stress supplémentaire (nous avons déjà pu vivre ces situations par le passé en vivant avec quelqu'un, nous tirons les leçons). Chacun est toujours l'invité de l'autre, et c'est parfait ainsi.
Au risque de vous choquer davantage, je précise que seules quelques personnes savent que nous sommes ensemble et que l'un ne connaît ni la famille ni les amis de l'autre.
Malgré cela, nous VIVONS ensemble. Il est aussi souvent chez moi que je suis chze lui, mais sans aucune contrainte d'avoir à gérer une machine, une peinture, une vaisselle...et autres sources de prises de tête. Ca, on le gère chacun de son côté quand l'autre n'est pas là.
Je sais que cette façon de vivre ne pourrait pas aller à tous, mais chacun trouve le rythme et la relation qui lui convient.
Je ne suis pas d'accord avec vous Cochise, à vous lire on dirait que ce qui définit un couple ce sont ses galères et ses difficultés. Je suis fière de former un couple qui partage bien plus, d'excellents moments comme des larmes, mais qui ne se laisse jamais déborder par les futilités du quotidien. Même avec le temps qui passe, c'est la première fois que je ne me lasse pas. Nos courts éloignements nous font du bien, nous nous manquons et sommes heureux de nous retrouver.
C'est important pour moi d'exister comme moi, et non comme une partie d'un tout qu'est le couple. On a parfois l'impression que le couple est un seul individu, ce n'est pas ce dont j'ai envie, vraiment je l'ai déjà trop vécu.
Pour autant, je ne suis pas une personne égoîste. Je pense à la liberté de mon ami et à NOTRE bien-être autant qu'à mon indépendance. Je ne comprends pas le rapport avec l'égoïsme. Au contraire, je trouve que c'est un comportement extrêmement altruiste.
Mais, une fois de plus, aucune façon de faire n'est meilleure qu'une autre, il suffit juste qu'elle nous rende heureux. C'est là l'essentiel non?

Bonne journée,




 cochise_fr a écrit [21/07/2009 - 18h51 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Effectivement Ticrbti, vous m'avez fort bien compris. Vous êtes bien évidemment totalement libre de vivre comme vous le voulez, mais à mon avis, vous ne formez ni un couple, ni une famille, mais seulement un groupe de deux égoïstes refermés sur eux même. C'est votre choix, et je le respecte, mais j'appelle un chat "un chat".

Ce qui forme la solidité d'un couple (pas seulement au lit), c'est justement de tout partager, les bons moments et les obligations de la vie courante. Si vous ne savez partager que les bons moments, les loisirs, les parties de jambes en l'air, et que, comme vous le dites, "l'un ne connaît ni la famille ni les amis de l'autre. ", je trouve cela très triste et très loin d'une vie vie de famille. Et vous ne semblez pas avoir d'enfants.... ce qui ne simplifierait pas le problème.

Chacun assume, mais bon courage à vous.... si cela vous convient.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 phildu a écrit [21/07/2009 - 19h19 ]  
phildu

L'amour libre dans une société qui ne l'est pas me semble une utopie. :-)




http://www.chezvous.forumparfait.com/index.php


 ticrbti a écrit [22/07/2009 - 09h33 ]  
ticrbti

Cochise, voici le définition du couple donnée par Larousse "Homme et femme unis par les liens de l'amour ou du mariage". Vous avez, de manière léitime, votre propre définition du couple, mais elle est loin d'être acceptée par tous. La société évolue, autres temps, autres moeurs.
Néanmoins, je comprends votre vision même si je ne la partage pas. Et contrairement à vous, je ne vous traite pas d'égoïste, même si vous l'êtes plus que moi à mes yeux. Mais vous n'êtes pas le seul à penser ainsi et je ne vous en veux pas.
enfin, nous ne partageons pas que les bons moments avec mon ami, cela n'a rien à voir avec une histoire de jambes en l'air, c'est bien plus profond. Nous avons aussi partagé les problèmes et les moments difficiles...c'est pour cela que nous ne voulons pas rajouter un quotidien aux soucis de l'existence.
Pour ce qui est des enfants, j'aurais pu vous dire que, vraiment, dans le monde actuel, je ne souhaite pas en élever...mais vous allez sûrement me traiter d'égoïste !

La morale est en effet que chacun trouve midi à sa porte. Bonne vie de couple à vous Cochise, et merci beaucoup pour votre réponse.




 cochise_fr a écrit [22/07/2009 - 18h29 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Amour et mariage..... suppose que l'on vive sous le même toit.
Vous essayez de me convaincre que vous partagez tout..... je veux bien, mais alors .... qu'est ce qui vous empêche de vivre ensemble.? Sans vouloir être indiscret, il y a bien au moins quelques sujets importants pour justifier le "chacun chez soi".




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 ticrbti a écrit [23/07/2009 - 10h08 ]  
ticrbti

De l'amour OU du mariage. Et le mariage n'implique pas forcément la cohabitation...c'est juste un acte administratif. La seule chose qui nous empêche d'habiter ensemble est le besoin de se retrouver seul parfois, chacun de notre côté. Puis, le fait d'être "installés" qui, selon nos expériences passées, peut changer tout à une relation qui se passe pour le mieux. C'est juste un fort besoin d'indépendance et très certainement une envie de fuir la routine. Qui vivra verra ! Merci en tout cas Cochise pour votre ouverture au dialogue. Je vous souhaite le meilleur dans votre couple...à votre façon ! Bon vent à vous.




 tipoune a écrit [14/11/2009 - 18h10 ]  
tipoune

Bonjour,je viens de tomber par hasard sur ce post. Peut être qu'il n'y aura pas de réponses vu les dates mais cela me fera du bien de donner mon avis. je suis dans la même situation que la plus part des personnes.Nous vivons chacun de notre cote depuis 5 ans maintenant. J'ai 2 filles.Je n'arrive plus à dire que ce sont nos filles.C'est la dure réalité des choses.Je ne considère pas mon ami comme leur père puisqu'il ne vient nous que tous les 15 jours.J'ai beau l'aimais il arrive un moment ou on se pose beaucoup de question pour une relation comme celle-ci Je précise que nous étions dans la même ville mais chacun chez soi puis j'ai une mutation qui nous a fait partir à 500 km et maintenant encore mute car j'ai demande un rapprochement familial et je vous le donne dans le mille ce sera encore chacun chez soi. Voila ma vie ,vous pouvez me croire et bien je suis rincée et cette situation et insupportable.je trouve difficile de vivre chacun de son cote surtout quand il y a des enfants Je souhaite bon courage à toutes les personnes qui sont dans mon cas car il en faut.




 thyca117 a écrit [11/01/2010 - 01h48 ]  
thyca117

bonsoir, il n'y a pas de bons ou de mauvais choix, il faut etre en accord avec ce que l'on veut vivre. L'experience d'un chacun mérite d'être entendu comme quelque chose d'unique.




 Nono182 a écrit [11/01/2010 - 02h01 ]  
Nono182

a la longue, non je ne pense pas! ne pas partager le même lit les mêmes difficultés c'est vouloir juste se contenter des bons moments du couple! Hors la nature maligne est-elle à bien concue les choses! cette méthode est difficilement viable sur le long run... la distance imposer limitera les liens de tendresse, et votre coeur risque de bous jouer des tours... De toute façon, c'est triste d'être seule chez soi! on peut aimer cela parfois mais pas en permanence, cela développe le sentiment de tristesse, du manque de partage.... et si un jour vous comptez avoir des enfants oublie ce mode de vie!




 Chu Fu a écrit [11/01/2010 - 16h24 ]  
Chu Fu

A mon avis, c'est une question de situation de départ !
Ceux de mes amis qui vivent ainsi sont l'un retraité, l'autre presque : ils ont tous deux des enfants et petits-enfants d'un précédent mariage (l'un est veuf, l'autre divorcée) et ont choisi de garder chacun pour eux les "problèmes d'intendance" liés à ces précédentes unions (ce qui les n'empêche pas, l'un comme l'autre, de fréquenter la famille de l'autre). Mais quand le fils de l'un a des problèmes de couple et vient passer quelques jours chez "papa", ou quand "maman" accepte de récupérer sa petite fille pendant les vacances scolaires, il n'est pas obligé de l'imposer à l'autre.
Par ailleurs, s'ils partagent en général leurs voyages, ils leur arrive de faire des choses tout seuls et cela semble très bien leur convenir.
Ils sont aimants et fidèles, mais ont passé l'âge d'être collés l'un à l'autre, sachant pour l'avoir expérimenté, qu'il est impératif de respecter l'intimité de l'autre, et cette formule est idéale pour cela.

Mais concernant thyca, c'est différent : j'imagine très mal comment on peut former une famille qui élève des enfants sans vivre tous ensemble sous le même toit !!! Que l'on prenne, D'UN COMMUN ACCORD? NON DE MANIERE IMPOSEE POUR L'UN DES DEUX, des logements séparés quand les enfants sont grands, pourquoi pas, mais tant que les enfants sont au domicile... on parle quand même, ne l'oublions pas, de domicile conjugal !

Donc, thyca, il me semble que tu devrais :

- réunir ton conseil d'administration personnel et faire le bilan de ta souffrance grandissante : si tu sens que c'est désormais inacceptable pour toi, ce qui me semble incontournable, je ne te conseille pas d'opter pour attendre que la situation pourrisse d'avantage...

- marquer noir sur blanc tous les avantages et les inconvénients de la situation POUR TOUTE LA FAMILLE, car vos filles aussi doivent souffrir de l'absence de leur père de leur domicile et avoir du mal à reconnaître son droit à l'autorité !
Il va sûrement en ressortir que, au bout du compte, c'est papa qui s'en sort le mieux côté problèmes à résoudre et ce n'est pas normal !

- lui dire la prochaine fois qu'il vient :" la situation est de plus en plus difficile pour les enfants comme pour moi ; il faudrait qu'on discute de ton absence de la maison. Peut-être pourrait-on, avec le montant des deux loyers actuels, louer quelque chose de plus grand qui pourrait préserver le jardin secret de chacun, mais une chose est sûre, nous avons besoin que tu habites avec nous et ça ne peut plus continuer sur le modèle actuel".

Ce n'est pas agressif, mais ferme... et ferme, il faudra le rester, ne serait-ce que pour tes enfants à qui on impose un mode de vie qui ne leur convient sûrement pas. Mais c'est très important pour toi : personne ne mérite d'être maltraité et, si la vie en solo n'est pas facile, une séparation ne te changerait pas beaucoup et ça aurait l'avantage de te rendre libre, dans ta tête, pour une rencontre avec quelqu'un qui vous rendra toutes les trois heureuses !!!

S'il accepte, attend-toi à ce que ça déménage : ce retour soudain et permanent d'un monsieur qui va soudain se mêler de ton quotidien et de celui des filles, ça risque de finir en pugilat !!!
Mais bon, au moins, ça aura le mérite d'être clair !

S'il n'accepte pas, quitte-le en lui demandant d'assumer sa part financière concernant l'éducation des filles et sa part de garde... ça c'est à vous d'en décider. Je ne sais pas quelle sont les conditions "légales" dans lesquelles vous vous trouvez (pacsés ou non, enfants reconnus par lui ou non), mais une chose est sûre, si les liens entre vos filles et lui sont aussi détendus, il y a de forte chance pour qu'il n'aie pas envie de participer !!!

Afin que tout se passe pour le mieux, je te conseillerais d'aller voir des personnes qui puissent t'aider (association de soutien au femmes, planning familial, etc.)... méfie-toi des assistantes sociales qui ont le pouvoir de te retirer tes enfants si elles pensent que tu ne peux assurer seule ou que les enfants sont en danger !!!!

Si c'est à cela que tu arrives, et j'ai bien peur que cela soit le cas, je te souhaite de rencontrer un type bien (il y en a) pour continuer ta vie de manière plus heureuse !




 thyca117 a écrit [11/01/2010 - 19h44 ]  
thyca117

bonsoir chu fu, je pense qu'il y a maldone en ce qui concerne ta réponse, tu voulais certainement t'adresser à tipoune, je n'ais pas parlé de ma situation familiale.




 Chu Fu a écrit [11/01/2010 - 20h12 ]  
Chu Fu

Ah ! Pardon, oui, je me suis emmêlée les pinceaux ! :-/
Bon, mille excuses, mais, je pense que de toute façon, tout le monde aura rectifié, tipoune la première que se sera sans doute reconnue !!!!




 ancestor a écrit [07/04/2010 - 10h18 ]  
ancestor

bonjour, ben moi suis un homme encore marié(divorce en cours)j'ai 51 ans, 3 enfants, 25,21, et 7 et suis tombé amoureux d'une jeune femme de 33 ans, divorcée avec un enfant de presque 5 ans.
Elle vit donc seule, et pour le moment on se voit souvent, mais si je pense qu'elle est amoureuse aussi, je ne voudrais pas que la relation perde de son charme, quelle sont les erreurs a eviter de mon coté, sachant que du sien, elle n'est pas prete a revivre en couple et que ce n'est pas non plus mon souhait a court terme.
merci




 ancestor a écrit [07/04/2010 - 10h21 ]  
ancestor

j'avais oublié de préciser, qu'ayant décidé pour l'heure de laisser la maison a ma femme et a la petite, que je dors soit chez des amis soit chez la femme en question qui me la proposé bien sur, toutefois cela fait 1 mois et demi que notre relation est engagée, et la fréquence de nos relations est passée de 2/3 fois a presque tous les jours...




 bougainvilliee a écrit [07/04/2010 - 11h35 ]  
bougainvilliee

ticrbti, je partage tout à fait tes propos dans ton message du 21/07/2009...

En ce qui concerne le couple, j'ai bien relevé la définition : "homme et femme unis par les liens de l'amour..."
Le reste étant au choix de ceux qui éprouvent le besoin d'être ensemble...

Il y a, maintenant, un choix important de formules en lesquelles vont s'épanouir ou s'étioler leur raisons de vivre l'un près de l'autre...

En fait, aujourd'hui (c'est-à-dire au temps où nous sommes), L'amour étant le seul lien d'importance (cela n'a pas toujours été le cas), le reste ne sont que des aménagement humains, culturels et sociétaux... dont la valeur est laissée au goûts, désirs et rêves de chacun...

Ne pas vivre en promiscuité... sans cesse sous le regard de l'autre... pouvoir vivre nos travers sans en agacer l'autre... c'est ne pas faire de ses rapports avec l'autre une prison... afin de partager pleinement, ensuite, les moments d'être ensemble...

Une relation doit être un précieux raffinement à goûter sans contrainte...

En laissant à ceux qui le comprennent ainsi, les embarras d'être ensemble et qui pensent que tout se doit d'être vécu dans la gêne… (précepte inculqué par les tenants des pouvoirs, pour que le bon peuple accepte les peines, dans lesquelles ils le délaissent…).

Cordialement.




Le doute est ma seule certitude


Réponses 1 à sur 79
 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  

Répondre à zezette






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• Saint-Valentin : la fête des amoureux a lieu le 14 février




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.