Comment arrêter de boire de l'alcool quand cela fait partie de vos habitudes ?



didouche
Cette question a été posée par didouche, le 09/07/2007 à à 12h26.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Alcool.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

La meilleure réponse



 chico13 a écrit [10/06/2009 - 06h36] 
1 vote(s)  scorescorescorescorescorescorescore
chico13

lache pas mon ami je me fait prendre par la police le 31/05/2009 avec...



[ Lire la suite de la réponse écrite par chico13 ]



Réponses 1 à sur 213

 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2  3  4  5 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  



 Toli a écrit [09/07/2007 - 14h24 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Toli

Pour ceux qui n'arrivent vraiment pas à arrêter et qui en boivent tous les jours même si ce n'est pas jusqu'à l'ivresse, les groupes de soutien et l'association des alcooliques anonymes (même si ça peut en faire rire quelques uns) ont un effet assez bénéfique sur les personnes qui consomment de l'alcool un peu trop souvent. Quand on est dépendant de quelque chose, en parler fait beaucoup de bien, les thérapies de groupes sont très efficaces si on a une réelle volonté à s'en sortir. Cela n'engage que soi, personne n'oblige qui que ce soit à aller aux réunions et aux discussions.




«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.»


 Feelbill a écrit [09/07/2007 - 15h54 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Feelbill

Changer ses habitudes c'est sûrement pas sorcier! Pour l'alcool aussi je pense. Suffit juste de se prendre en main un petit peu et de se dire que ce n'est pas bon pour sa santé.




 Placebo a écrit [09/07/2007 - 16h22 ]  
Placebo

C'est plus facile à dire qu'à faire, l'alcool devient vite une dépendance comme l'addiction à une drogue. Il n'y a rien de plus difficile à vaincre que l'habitude...
Mais déjà, si tu t'en rends compte, c'est un bon début!
Ce que je te conseillerais, c'est de diminuer pas à pas. A table, avant de boire un verre de bière ou de vin, tu bois un verre d'eau par exemple, pour ne pas boire ton verre d'alcool cul sec, et au lieu de boire deux verres d'alcool, tu n'en bois qu'un...




 deedlit a écrit [09/07/2007 - 17h28 ]  
deedlit

Arrêter de boire de l'alcool ça n'est pas quelque chose de facile, tout comme arrêter de fumer. En général lorsqu'on est dépendant de quelque chose c'est qu'il y a souvent un problème psychologique derrière. Mais dans certains cas, il ne s'agit véritablement que d'une dépendance physique. Dans les deux cas, il est essentiel de demander un suivi médical car il est très difficile de s'arrêter seul. Après si tu as assez de volonté, c'est clair que tu peux te forcer à modifier tes habitudes et diminuer peu à peu ta consommation d'alcool...




« Difficile de se connaître soi même. »


 ticha a écrit [09/07/2007 - 18h50 ]  
ticha

jai connu qq1 d'alcoolique, et il ma affirmé que le fait d'arrêter est beaucoup plus dur que la cigarettes quand tu es vraiment accros. donc il faut une volonté de fer pour y parvenir et ne plus jamais toucher une goutte d'alcool




 Chris a écrit [09/07/2007 - 21h04 ]  
Chris

Comment arrêter de boire de l'alcool ? tu prends de l'eau à la place :-D




Le temps est un grand maître, il règle bien des choses.


 vince33 a écrit [10/07/2007 - 09h06 ]  
vince33

Il y a pas 36 solutions, si c'est tous les jours avec dépendance, si tu n'as pas la volonté tu n'y arrives pas, c'est le "stop j'arrête et je n'y touche plus jamais", pour ça c'est comme la cigarette, il faut que tu trouve des occupations (et j'ai bien dit DES occupations pour pas devenir dépendant d'autre chose) pour éviter d'y penser, ensuite serrer les dents pendant la période de sevrage ou ton corps réclame ça dose, pour ça les différente association comme les alcooliques anonymes et d'autre peuvent t'aider dans le fait que c'est un challenge que tu ne relèves pas tous seul, que tu vois qu'il y en a d'autre qui rame et qui on envie de sans sortir, le "pourquoi eux y arriveraient et pas moi". Le BUT et les raison de sans sortir son indispensable. Si c'est pas une grosse dépendance un planning de réduction peut être possible tu prend ton calendrier et tu te fait un planning d'abord 1 fois tous les 2 jours puis tous les 3....1 fois par semaine, ainsi dessuite jusqu'à que tu sentes que tu peut stoppé complet à condition que quand tu éloignes les jours tu n'augmente pas la quantités ingurgités sinon ça sert à rien




 fouta a écrit [10/07/2007 - 14h14 ]  
fouta

Il faut compenser par une autre drogue: le sexe, les bonbons, etc...




Ca manque de tramway dans le coin.


 lilou89 a écrit [11/07/2007 - 21h13 ]  
lilou89

quand tu arrives a ce stade, je pense que tu dois avoir recours aux alcooliques anonymes. Il y a éventuellement la cure de désintoxication. Tout cela varie de ton besoin d alcool.




 rOdg a écrit [24/07/2007 - 20h25 ]  
rOdg

Je pense qu'il suffit que tu te dises chaque soir que c'est la dernière fois et un jour ça le sera :)




 nelllll a écrit [11/10/2008 - 18h54 ]  
nelllll

je ne sais pas, je n'ai pas encore trouvé la solution...




 aurélien a écrit [26/10/2008 - 22h12 ]  
aurélien

Moi aussi je me pose la question. J'ai 25 ans, et suis saoul tous les week-end, et souvent la semaine en soirée. J'ai envie d'arrêter complètement, mais je crois que c'est vraiment difficile. J'ai l'impression que boire avec modération ne me convient pas, sitôt un verre bu j'ai envie d'en boire un autre, et ainsi de suite...Pour autant, tous mes amis boivent, certains plus que d'autres, j'ai du mal à m'imaginer avec eux sans picoler et rigoler. Vous voyez ?
Quelqu'un connaît une solution ?
Merci




 ERIC 31 a écrit [16/11/2008 - 12h05 ]  
ERIC 31

rien et facile l d'alcool s est terrible comme drogue . aidez moi svp




 chico13 a écrit [10/06/2009 - 06h36 ]  
chico13

lache pas mon ami je me fait prendre par la police le 31/05/2009 avec un taux de 225mg car je roulais a 30 km/heure et je me suis dit ca suffit des connerie j arrete de boire et en date d aujourdhui j ai 10 jours et je ne pas touche l acool mes amis m ont invite a plusieures sortie j ai dit non evite toutes les sorties meme si c est au resto rien a faire tu dit non et c est non car ton entourage ca va te nuire....quand tu as le gout de boire mange la nourriture beaucoup et tu me diras apres ton gout de boire va s en aller c est ca que je fais.




wig


 yoni0259 a écrit [30/09/2009 - 14h05 ]  
yoni0259

est ce que tu consomme de l'alcool tout les jours?




 Emeraude63 a écrit [25/01/2010 - 19h48 ]  
Emeraude63

Vous m'avez tous convaincu!!! C'est une mauvaise habitude qui a fait parti de mon quotidien trop longtemps et pour de mauvaises raisons!!
Car mes malheurs sont derrières moi!! Aujourd'hui j'ai trouvé la sérénité auprès de lui et j'ai l'impression de le trahir à chaque verre que je m'enfile en cachette!!

Oui je vais m'occuper reprendre le sport et ma guitare que j'aime tant et enfin faire honneur à l'homme que j'aime!!!

Mon dernier verre c'est ce soir!!!

Et je vous en fait la promesse!

Merci encore à vous tous qui avait posté sur ce site!!!

Emeraude




 yoni0259 a écrit [26/01/2010 - 08h05 ]  
yoni0259

attention sa va etre beaucoup plus dure que tu ne crois .




 detchen a écrit [02/02/2010 - 09h33 ]  
detchen

Comment s'en sortir alors que je viens juste de découvrir et d'admettre mon problème avec l'alcool, quels sont les signes d'une véritable dépendance ?




 cricri27 a écrit [15/03/2010 - 11h32 ]  
cricri27

Président d'une asso d'anciens buveurs je viens pour offrir mes services




 charlly a écrit [06/04/2010 - 13h10 ]  
charlly

bonjour,j'ai un souci avec l'alcool, je n'arrive pas a trouver la volonté d'arreter avant que cela devienne pire. je vois me degrader de jour en jour meme si je ne suis pas alcoolique g peur de le devenir!!! merci a vous pour vos conseil




charlly


 charlly a écrit [06/04/2010 - 13h28 ]  
charlly

en fait,des que je suis avec des ami(es) je n'arrive pas trouver la volonté de refuser un verre, puis deux, etc.... je recherche vraiment une solution sans pour autant m'empècher de voir mes ami(es).cela se produit regulierement,voir tous les week-end et javoue que j'en ai marre, car j'ai conscience de ce que cela peut apporter, mais impossible de refuser se verre;




charlly


 mel55 a écrit [23/04/2010 - 02h54 ]  
mel55

bonjour didouche! je m appelle mel ; c est sur que sa va etre difficile chaque jours car mon compagnon et moi avions l habitude de boire plusieurs verres par jours et quelque fois mon ami était dans l excés! Aujourd hui on veut tou stoper! c été notre dernier verre ce soir! on veu avoir de la sérénité et affronter la vie !! Jéspère k on y arrivera; on a décider de remplacer ce manque d alcool par le sexe( car on veu un enfant) et le sport !! je pense k on y arrivera si on a la volonté! mais à 2 on se soutiendra, on est un couple trés souder.




 laraffaella a écrit [09/05/2010 - 23h47 ]  
laraffaella

Bonsoir,

mel55, quand je vois ton profil et que je lis ton message ça me touche beaucoup, je suis exactement dans la même situation/age que toi, avec un copain qui aime également bien picoler, seulement, c'est moi qui suis dans l'excès le plus souvent.
Je ne sais pas trop quoi te répondre pour te soutenir...et je le regrette, car moi aussi je souhaiterais consommer de l'alcool avec modération, mais je n'y arrive jamais : après le premier verre, c'est la bouteille pratiquement tous les soirs...
Je me trouve pathétique.
Ce que je comprends de mon soucis avec l'alcool, c'est un besoin vital de me libérer et ça arrive la plupart du temps en fin de journée.
Je pratique du sport régulièrement, je joue également de la guitare, je dessine, lis, bref m'occupe tout le temps, mais malheureusement dans mon cas ça n'est pas suffisant pour diminuer ou stopper cette addiction : à vrai dire je ne sais pas trop quoi faire...




 Lambda11 a écrit [10/05/2010 - 00h29 ]  
Lambda11

Un des premiers signes de la dépendance, c'est quand un verre en appelle un autre sans qu'on puisse contrôler sa compulsion, s'arrêter de soi-même ou refuser le verre suivant...

Quand la dépendance s'est installée, il faut consulter un médecin, car l'alcoolisme est une maladie... et on y arrive rarement seul. D'autre part, le sevrage est pénible et on a vraiment besoin d'être aidé. Les associations (Les Alcooliques anonymes, par exemple) sont là pour t'aider sur le chemin de la délivrance alcoolique.

C'est un atout supplémentaire quand on a un entourage familial ou amical qui te soutient dans ta démarche. Si tu ne leur as pas encore fait part de tes difficultés et de ton désir de t'en sortir, fais-le au plus tôt. S'ils sont un peu dépassés par la chose, sache qu'il existe aussi des associations (ALANON, par exemple), pour les aider à t'accompagner sur ton chemin de sevrage. Parce que, souvent, ils ne savent pas quoi faire pour bien faire.

En effet, l'alcoolisme n'est pas uniquement l'apanage des familles en difficulté. Il touche de plus en plus jeune, dès l'adolescence, dans un contexte festif qui permet de désinhiber les plus timides. Au point qu'on ne sait plus rigoler si on n'a pas éclusé un maximum... On ne sait plus sortir avec la bande sans se mettre minable ("... la tête dans l'cul, l'cul dans le brouillard...").

En tout cas, bravo pour ceux qui ont ici pris conscience de leur problème. Bravo à ceux qui ont pris la décision de s'en sortir par tous les moyens. Car c'est tellement facile de tomber, mais que c'est difficile de se relever !... Je suis sincèrement à vos côtés.

Une Maman...




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 laraffaella a écrit [10/05/2010 - 01h01 ]  
laraffaella

Merci.




 Lambda11 a écrit [10/05/2010 - 01h02 ]  
Lambda11

Pas quoi, ma grande, c'est de l'abondance du coeur que la bouche parle...




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 lolo38 a écrit [13/05/2010 - 01h18 ]  
lolo38

slt a tous moi g 26 ans et g commence a boire quand ma fille est née ca cmal passér et depuis cette merde me pourrie la vie.j attend votre aidre car l alcool me rend completement insociable.g envie de rester enfermer chez moi a piccoler mais j aurai envie d avancer et de sortir de ca




 Lambda11 a écrit [13/05/2010 - 15h13 ]  
Lambda11

Si tu as "envie d'avancer et de sortir de ça", tu y arriveras, Lolo !
Tu associes ta chute dans l'alcool à la naissance de ta fille. Quel âge a-t-elle ?
Que craignais-tu que sa venue au monde bouleverse dans ta vie ou dans ta relation de couple ? Qu'en est-il réellement aujourd'hui ? Qu'est-ce que ça a réellement changé pour toi, en positif comme en négatif ?
Et que penses-tu que l'arrêt de l'alcool pourrait t'apporter pour ta reconstruction ?
Fais déjà le point sur ces quelques questions. Peut-être y verras-tu plus clair. Et si tu veux continuer, dis-toi que tu trouveras sur ton chemin des personnes pour t'aider dans ce sens.
Courage, et à bientôt !




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 dilane tresseur a écrit [13/05/2010 - 21h16 ]  
dilane tresseur

bonjour à tous, j'ai 45 ans, né dans une famille d'alcoolique, élevé des l'age de 14 ans à picoler. a 16 ans, je faisais des concours avec un pote agé de 30 ans, j'essayais de le suivre. je rentrais a la maison completement défoncé. en 2000, 35 ans, pour un samedi dimanche, je prévoyais une bouteille de wiski, une de rhum, un litre de pastis. le pastis, c'etait pour le petit déjeuné du dimanche matin. je me levais en tremblant. le plus dur, c'était le lundi matin. cacher son alcoolisme au boulot. saloperie qui m'a pourri la vie. j'ai fait une cure "aotal, en 2003. j'ai tenu jusqu'en 2007 quand j'ai perdu mon fils. puis, j'ai refait une cure, et j'ai rencontré ma copine actuelle. encore plus imbibée que moi. lol. ( je dit lol, mais je vous garanti que c'est pas rigolo) 4 ans de vie commune. j'arrive a faire des breacks avec cette merde d'alcool de 3 jours a une semaine. mais bon, quand on vous picole sous le nez, c'est pas facile. depuis une semaine, je me suis éfforcé à trouver une occupation. je me suis mis au jardinage. aujourd'hui, j'ai réalié que si je picole, c'est que je m'emmerde dans la vie. cette après midi, je me suis défoncé. défoncé a bécher, desherber, j'ai mal au bras, aux mains, au dos, mais voila. j'ai pas envie de boire. c'est quand même mieux que de passer la journée sur le canapè avec 2 packs de bavaria. allez, cette fois çi, j'essaye vraiment d'arreter. demain matin, au réveil, j'attaque serieusement mon traitement aotal, et je vous tiendrais au courant




 Lambda11 a écrit [13/05/2010 - 23h57 ]  
Lambda11

Tu as bien du mérite, Dilane, et beaucoup de courage aussi, car la vie ne t'a pas épargné, et le moins qu'on puisse dire, c'est que tu n'a pas été aidé dans ton entourage ni par les épreuves de la vie. Et ce n'est pas facile de se tenir à ses décisions quand on est entraîné sur la mauvaise pente par ses proches. Même si, sur le moment, on a l'illusion de se sentir compris parce qu'on partage avec toi les mêmes délires et les mêmes tentations.

Ta volonté de t'en sortir n'en est que plus belle. Cela me touche sincèrement. Permets-moi de te dire bravo pour tout cela.

Tu as raison de reprendre l'Aotal. C'est un médicament très efficace et une aide indispensable, surtout dans ton cas, en raison de l'ancienneté de ton problème. Je suppose que tu as déjà fait des cures de désintoxication ?

Ne néglige pas les entretiens psy. C'est parfois barbant, mais vraiment très important. C'est pas tant blablater pour blablater, mais comme il s'agit d'une personne complètement neutre, non impliquée dans ta vie quotidienne, elle peut t'apporter du recul sur ce que tu vis. Ce suivi fait un bien fou à la longue. C'est un soutien indispensable.

Je suppose que tu connais aussi les associations d'alcooliques. Tu en connais certainement déjà le réconfort. Tu auras sans doute déjà constaté que tu y es respecté en tant que personne libre de venir ou pas aux réunions. Va te réchauffer dans ce lieu de parole où personne ne juge personne. Tu te sentiras moins seul.

Et continues à jardiner. C'est une formidable thérapie. La terre nous apporte tant de choses. Maintenant que tu as bien préparé ton coin de terrain, que vas-tu y planter ? Quels soins vas-tu apporter à ce que tu vas y semer ? Tiens-nous aussi au courant de tes semis et de tes progrès !

A bientôt ;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 dilane tresseur a écrit [14/05/2010 - 19h14 ]  
dilane tresseur

merci xan64, mais aujourdh'ui, j'ai déjà oublier ma motivation d'hier soir. j'ai craqué. j'ai honte. je vais suivre tes conseils. seul, je n'y ariverais pas. ce matin, j'ai pas pris aotal, et ce soir, je me dégoute.
il faut que je retourne chez un psy. en 2003, j'ai fais une grande démarche, je croyais en etre sortie. si je peux aider quelqu'un, ecoutez bien ça: on n'est jamais sortie de cette merde. acceptons le, c'est une maladie. et nous sommes , en général, assez con pour ne pas l'accepeter, et nous refugier deriere des faux fuyants.
nos doutes sont des traitres, car il nous empeche même d'essayer.
william sheckspear
j'ai trop honte de moi, ne me lache pas, fais le relais entre le moment ou j'irais chez le psy
merci du fond du coeur de ta reponse
je ne sais pas quel age tu as, mais donne moi tes conseil,
affectueusement
dilane




 bougainvilliee a écrit [14/05/2010 - 19h40 ]  
bougainvilliee

Je crois que je n'aurais pas très bien compris ce problème d'alccol, si je n'étais pas attaché au tabac...

En effet, il ne m'est pas du tout difficile d'arrêter de prendre un apéritif ou de ne plus me servir de vin à table... Et cela durant un laps de temps relativement long...

je n'en éprouve aucun manque... je n'y pense même pas.

Cependant, j'arrive plus péniblement à arrêter, même pour un temps relativement court, de fumer...

Pourtant, je pense fumer peu... Trois ou quatre pipes par jour... car je ne fume que la pipe, ayant un certain dégoût pour la cigarette... en dépit de cela, il m'est plus difficile de me passer de tabac (malgré mon désir), que de vin...




Le doute est ma seule certitude


 Lambda11 a écrit [14/05/2010 - 20h07 ]  
Lambda11

Tiens bon Dilane... Promis, je ne te lâche pas la main.

Ne te laisse pas envahir par la honte. C'est un écran de fumée supplémentaire pour te cacher ton désir sincère de t'en sortir et te faire croire que "à quoi bon essayer, je ne m'en sortirais jamais !"... C'est un leurre. Ne te laisses pas avoir !

En réalité, si tu as ce désir d'arrêter quelque part au fond de toi, c'est sûr que tu va y arriver. ça prendra le temps qu'il faudra, mais tu y arriveras. On ne solutionne pas, comme par magie, en un seul jour, les problèmes de toute une vie.

Dis-toi que ta victoire est déjà en germe dans ton désir de t'en sortir...

Essaie de ne pas oublier ton AOTAL du matin. Sans lui, vraiment, ça sera trop dur... En attendant d'avoir ton rendez-vous avec le psy. C'est toujours un peu long à obtenir. Alors en attendant, fais ne serait-ce que cet effort. Juste ton Aotal... Tu te souviens qu'il est contrindiqué de boire en même temps... C'est peut-être pour ça que, inconsciemment, tu as "oublié" de le prendre...

En tout cas, Dilane, merci pour ce témoignage que tu nous apportes, du fond de ta détresse. C'est certainement lui qui empêchera quelqu'un de sombrer...

Tu as raison de parler de maladie... Ta prise de conscience sur ce point est capitale pour ton chemin de guérison. On ne naît pas toujours allergique aux fraises (pour exemple), et puis un jour, en en consommant, on fait une réaction violente qui montre qu'une allergie s'est installée. Ce jour-là, il faudra bien admettre, même si on aime les fraises, qu'on ne peut plus en manger...

Il en va de même pour l'alcool. Pour ne plus faire de crise de boisson, il faudra bien un jour arrêter définitivement de consommer de l'alcool, sous quelque forme que ce soit... Et lorsque tu en seras sevré, comme pour tous ceux qui l'ont déjà fait avant toi, ce sera la délivrance...

As-tu téléphoné pour prendre ton rendez-vous ? C'est pour quelle date ?

Tiens bon, Dilane. On est tous à tes côtés...

Affectueusement. ;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [14/05/2010 - 20h13 ]  
Lambda11

Heu... Pour répondre à ta question, je vais faire 58 ans dimanche !

Je suis juste une maman... ça explique peut-être des choses, beaucoup plus que mon âge... ;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [14/05/2010 - 20h34 ]  
Lambda11

Fumeur de pipe, Bougainvillée ?

Ce que je vais te dire n'engage que moi, mais je pense que ça relève plus de l'art de vivre que de l'addiction au tabac par la cigarette !

Le plaisir de prolonger le goût de l'instant... Tout en lisant, tout en flânant, en chinant, en écoutant paresseusement une bonne musique pour mélomane averti... Comme si cet âpre nuage en rajoutait à l'hédonisme ambiant...

La cigarette induit un geste plus effréné pour la porter à la bouche et tirer nerveusement une bouffée. Il me semble qu'elle conduit plus facilement à l'addiction.

En tout cas, le geste relève plus des problèmes d'oralité... Mon analyse m'a amenée à classer la boulimie dans ce même ordre d'idée. Avec cette différence majeure : on peut se passer de fumer et de boire de l'alcool pour vivre, mais pas de manger ! D'où la difficulté de trouver la juste mesure, la ration alimentaire suffisante et nécessaire à l'organisme pour vivre, sans basculer dans l'excédent.

Ton cas ne me paraît donc pas gravissime. Je pense que tu es en mesure d'arrêter le tabac très facilement si tu le désires vraiment comme tu le dis. Mais en as-tu vraiment envie ? Peut-être peux-tu réduire à 1 ou 2 pipes là où tu en fumais 3 ou 4... Ce serait déjà un bel effort pour tes poumons. Pense à boire beaucoup d'eau... ça aide grandement. C'est un pneumologue qui le conseillait sur une affichette dans sa salle d'attente.




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 bougainvilliee a écrit [14/05/2010 - 21h55 ]  
bougainvilliee

Merci Xan64,
Pour ton analyse et ta compréhension... C'est vrai tout ce que tu dis... Mais je n'en souffre pas vraiment... j'y prend quelque plaisir... Mais comment sais-tu que j'aime lire... que j'aime chiner.... que j'aime écouter de la musique... que j'aime flâner et siester...

Ceci dit, le plaisir que je prends à fumer calmement une pipe... Plaisir dont je me passe difficilement, n'est pas, c'est vrai, une réelle dépendance... Donc, c'est vrai, que dès lors, je suis mal placé pour juger de la dépendance des autres...

Même si je me fais l'illusion de croire que cela me permets, tant soit peu, de la comprendre... alors que je suis très loin de la souffrance que je sent chez ceux qui en sont prisonniers...

Dieu, le hasard, ou la génétique, je ne sais, m'ont préservé ... j'en remercie le destin...

Je ne peux en conséquence, prétendre donner des conseils, qui me paraissent dès lors un peu faciles, voire moralisateurs... et je ne veux pas en ce domaine être un père la sagesse... en donnant en indiquant des chemins de raison, alors que les choses se situent en des lieux ou la raison n'a plus sa place...

Car, on ne peut comprendre le péché, sans avoir soi-même péché...




Le doute est ma seule certitude


 Lambda11 a écrit [14/05/2010 - 23h53 ]  
Lambda11

Si si, Bougainvilliée, on peut comprendre le "péché" dès lors que la vie nous place sur le chemin du "pécheur" et qu'on a un tant soit peu d'humanité. A plus forte raison quand on prend connaissance qu'il ne s'agit pas de vice ou de vertu mais bien de maladie.

Je doute que ce soit par pur voyeurisme que ce sujet t'ait interpellé. Je doute qu'il y ait un quelconque jugement non plus. Et ton témoignage et ton regard par rapport à une autre forme d'addiction qu'est celle du tabac, apportent un plus dans la compréhension du mécanisme psychologique qui finit par emprisonner le malade dans sa dépendance.

L'avis de tous est recevable et intéressant. Car c'est un fléau qui concerne tout le monde. Il touche notre jeunesse de plus en plus tôt, à des âges où les organismes en pleine croissance de nos ados sont tellement vulnérables malgré les apparences. Au départ, ça commence comme un jeu ! Comme toutes les autres formes de drogues, du reste.

Sans compter que, la plupart du temps, les jeunes glissent de l'alcool à la drogue et réciproquement. Et s'ils veulent sortir en bande avec les copains, s'abstenir revient à les exclure du clan. D'autant que l'alcool leur sert de désinhibateur.

Difficile d'être toujours le "Sam" de service. Et pourtant, ce serait le bon choix à faire !

Ce qui je retiens de ton témoignage, et qui recoupe toutes les addictions, c'est qu'on peut parler de dépendance dès lors qu'il nous est difficile d'arrêter ou même simplement de diminuer, en tout cas de "dire non"...

C'est peut-être là l'indicateur : "Suis-je capable de dire non et de m'en passer ?"




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 dilane tresseur a écrit [16/05/2010 - 07h31 ]  
dilane tresseur

Bonjour à tous,
cette semaine va être la semaine de vérité. j'ai 4 jours de repos
je travail comme un dingue. et je réalise que l'alcool est mon refuge pour me "détendre". FAUX ET ARCHI FAUX!
qu'est ce que ça m'apporte au fond ?
une sensation de bien être ?
de la merde oui, a cause de ça, toute les nuit je me réveil aux environ de 2h30 et plus moyen de dormir
c'est un exitant. je ne suis pas spécialiste, mais c'est ma déduction
du coup, je me réveil mal, je passe des jourmées de merdes, j'ai mal à l'estomac, je mange mal, et le soir, quand je rentre du boulot, je ne pense qu'a une chose
me détendre avec quelques bierres
et ça recommence sans fin
j'ai rendez vous au service addiction, seul moyen pour être pris en charge rapidement, mardi, RDV centre médico psychologique
mon seul souci, c'est que ma femme estcomme moi, et quel ne veux faire aucune démarche pour s'en sortir
arrete de fumer avec des gens qui te fumes sous le nez. c'est pas évident
pour moi c'est pareil
il y aurais une solution
quitter ma femme
mais ça, c'est pas possible
je n'ai plus qu'elle
et en plus, malgrès ses défauts, j'en suis dingue
le chemin va être long, difficile et douloureux
à bientot
Dilane




 Lambda11 a écrit [16/05/2010 - 11h56 ]  
Lambda11

Bonjour Dilane ;-)

Juste un petit coucou avant d'aller au resto. Je suis invitée, faut pas que je fasse trop attendre !...
et de toute façon je reviendrai faire un tour plus ce soir sur ma messagerie dans la soirée pour bavarder plus longuement.
Mais je voulais te souhaiter un bon dimanche et te remercier encore une fois pour ton témoignage.
Pas évident du tout, ce que tu vis... Courage, tu tiens le bon bout !
Ta petite femme d'Amour suivra à son rythme le moment venu.
Je suppose que tu vas jardiner un maximum ! Bonjour les ampoules :-D
mais que ça fait du bien...
A plus tard...




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [16/05/2010 - 22h50 ]  
Lambda11

Chose promise, chose due ! Un petit bonsoir, en espérant que ta journée s'est bien passée...

Mardi n'est plus bien loin... C'est un rdv important pour toi, car ton médecin pourra te prescrire en même temps de quoi réguler ton sommeil. Ce qui devrait te soulager, te permettre de mieux récupérer et être plus en forme le lendemain pour le boulot...

Au resto, la patronne avait mis l'eau dans une jolie carafe vert pâle, avec une fermeture style ancienne bouteille de limonade, et dont le verre avait en relief plein d'inscriptions "H2O"... ça m'a rappelé l'importance de boire de l'eau. C'est un allié précieux pour le sevrage, comme pour toute détoxination du reste.

Tu ne nous as pas dit ce que tu avais planté dans ton jardin, ni de combien d'espace tu disposes...
Alors, fleurs ou potager ?... Pas trop d'ampoules après ton jardinage ?

Passe une bonne nuit, et bon courage pour demain et après-demain...

;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [17/05/2010 - 08h12 ]  
Lambda11

Un petit coucou pour la journée qui s'ouvre sans doute devant toi, Dilane...
et pour te souhaiter bon courage...

Journée de détente encore, puisque tu avais quatre jours de récup ?
C'est vrai que le boulot nous bouffe tout entier quand on s'y étourdit à fond et ça fait du bien de lâcher prise de temps en temps.

En même temps, heureusement qu'on l'a, pour exister socialement en dehors de ce pseudo-refuge qui nous démolit... Il nous apporte des repères importants, ne serait-ce qu'en terme d'horaires et de rdv à respecter, et d'un minimum de présentation pour nous forcer à surveiller notre apparence physique, à nous habiller comme il se doit...

Quelque part, c'est un peu un rempart qui nous protège pour ne pas sombrer davantage et nous redonner confiance en soi, pour se dire qu'on a au moins des compétences professionnelles, donc une valeur...

As-tu profité de ton congé pour reprendre contact avec ton groupe de parole, AA ou autre, puisqu'il y a plusieurs assos qui correspondent au mieux à notre sensibilité ??? En t'aidant toi-même, tu nous montres bien ton désir d'aider les autres, car pour être déjà passé par tant d'étapes, tu as acquis cette grande humilité de se dire que rien n'est gagné et qu'on a vraiment besoin les uns des autres... Je suis sûre que ton témoignage pourra le faire... aider d'autres à s'en sortir.

Même si ce n'est pas encore le cas sous ton toit. C'est bizarre comme situation, non ? Te voilà placé à la fois dans la situation d'alcoolodépendant ayant besoin de soutien, et d'accompagnant d'alcoolodépendant pouvant aider ta compagne. Même si, pendant longtemps, on se sent impuissant à regarder l'autre s'autodétruire. Ce qui ne t'aide pas d'un côté, et en même temps te rendsplus compréhensif et tolérant de l'autre, par la force des choses.

Donc il te faut doublement du courage. Mais j'ai l'impression que tu es quelqu'un de généreux et que tu as tout pour gagner ce double challenge.

Alors bon courage pour cette journée qui s'ouvre devant toi... Et à bientôt... ;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [18/05/2010 - 11h18 ]  
Lambda11

Grand jour pour toi, Dilane !
J'avais promis d'être présente pour toi jusqu'à ton RDV...
Tu as maintenant tous les éléments en main pour t'en sortir.
D'autres personnes prendront le relais à tes côtés pour t'accompagner sur ton chemin de guérison.
Encore bravo pour ton courage et ta détermination.
Merci également pour ton témoignage.
Tous mes voeux t'accompagnent ! ;-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 lolo38 a écrit [18/05/2010 - 19h37 ]  
lolo38

slt xan64 t avait pas rep tout de suite car j avais pris rdv pour ce matin.mais le problème c'est que suis pas allé.j'ai trop honte de parler de ca




 Lambda11 a écrit [19/05/2010 - 00h32 ]  
Lambda11

Bonsoir Lolo !

C'est bien de ne pas rester sur un échec en venant nous retrouver.
Tu n'as pas été à ton rdv ? Tu as toujours la possibilité d'en reprendre un autre, en te préparant un peu mieux que ce matin...

Quand tu vas te baigner, à la mer ou à l'océan, tu ne plonges pas toujours du premier coup.
Tu vérifies d'abord du bout du pied si l'eau n'est pas trop froide avant d'avancer l'autre pied et ensuite tu t'avances doucement pour t'habituer à la température de l'eau.
En prenant ce premier rdv, tu as montré ton réel désir de t'en sortir. C'était une façon d'avancer le bout du pied ! La prochaine fois, tu y avanceras vraiment.

La honte, c'est souvent le masque de la peur.
Peut-être as-tu simplement peur de confier ce qui te fait tant souffrir par peur d'être jugé ou incompris. Dis-toi que la personne qui va t'accueillir est là pour te soulager et pour t'aider, sans aucun jugement, et elle te comprendra d'autant mieux que c'est son métier. Elle est habituée à recevoir plein d'autres personnes dans le même cas que toi, car tu n'es malheureusement pas le seul dans ce cas.

Si tu as du mal à parler de ce mal dont tu souffres, entraînes-toi à dire juste une première phrase.
Le médecin t'aidera ensuite à exprimer ta souffrance en te posant quelques questions auxquelles il te suffira de répondre.

Tu peux dire une phrase du style, par exemple : "j'ai un problème avec l'alcool mais j'ai du mal à en parler"... avec tes mots à toi... une phrase courte qui résume ta situation. Tu verras qu'ensuite il fera tout pour te mettre à l'aise. Tu vois, c'est tout simple.

Et souviens-toi que "UN VOYAGE DE MILLE LIEUES COMMENCE PAR UN PAS !...

On est avec toi de tout coeur. Courage et à bientôt.




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 dilane tresseur a écrit [20/05/2010 - 16h25 ]  
dilane tresseur

cou a tous
nouveau toubib, nouveau traitement, et plein de decision
ma compagne a trouvé du boulot, elle commence demain, donc, elle ne bois pas depuis mercredi matin
moi, j'ai un nouveau traitement. qui m'a assomé.
mais je vais quand même au jardin vers 17h. mon terain fait 10 metre sur 30.
pour l'instant, je cultive que la moitié
j'ai planté: carottes, radis, betteraves, piments des landes, tomates, salades, patates, poireaux, choux fleurs, et persil, menthe basilique
tout a pris. premiere récolte les patates dans 1 mois, et les salades d'ici 15 jours
j'ai réussi a avoir un psy les soirs a 18h.
on verra bien...
je reprends le boulot demain, je passerais quand j'en aurais le temps
un gros bisou à tous, et un en plus à ma béquille xan




 Lambda11 a écrit [20/05/2010 - 20h48 ]  
Lambda11

Hello Dilane, bonsoir !

On ne m'avait encore jamais fait ce joli compliment de me traiter de béquille :-D
ça m'a beaucoup amusée !

Tu nous annonces plein de bonnes nouvelles. ça met du baume au coeur !

C'est super pour ta compagne ! Le boulot lui donnera une motivation sérieuse pour te suivre...
Vous allez donc pouvoir dorénavant vous épauler l'un l'autre... C'est une grande chance !

Avec ta description, j'imagine tout à fait ton jardin... J'ai de suite repéré que tu as presque tout ce qu'il faut pour mijoter bientôt une piperade basque ! Héhé!... C'est bon ça ! Si ta compagne cherche la recette un de ces quatre matins, je veux bien la lui faire passer... ;-)

Tellement heureuse de vous savoir en si bon chemin, je vous fais un gros bisou à tous les deux...

http://www.dailymotion.com/video/xlsid_sinsemilia-tout-le-bonheur-du-monde_music




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 dilane tresseur a écrit [21/05/2010 - 19h04 ]  
dilane tresseur

salut xan, bonjour à tous
je vous commente mes sensations sans alcool
1er jour, épuisé, shooté par révia, mon nouveau traitement
pas envie de boire du tout, mais gros tremblement le matin au réveil( crise de manque) rapidement évacué par les cachets
2 eme jour, je su comme une vache
3 eme jour, une pêche d'enfer
je grimpe au rideaux
4 eme jour, j'ai a nouveau faim, et pour info, les mecs, ma libido se reveil
se reveille en pleine forme. dormir comme un poupon
se reveiller sans avoir la guelle de bois
ne pas cracher les tripes et les boyaux
bienvenu dans une demarche de sevrage en direct
xan, tu veux tout savoir, parle moi de toît ! que fais tu là ?
AFFECTUEUSEMENT
dilane




 Lambda11 a écrit [22/05/2010 - 21h11 ]  
Lambda11

Bonjour Dilane ! :-)

La façon dont tu nous confies le "journal de bord" de ta démarche de sevrage me touche beaucoup.
C'est presque beau. Poignant. On dirait du slam ou du rap... Du Grand Corps Malade...
Je sais bien que ce n'est pas voulu de ta part, mais ça sonne comme ça quand je le reçois.

Tu devrais jeter ces mots sur une feuille, tenir un petit carnet... Plus tard quand tu le reliras,
tu réaliseras le chemin parcouru, cet extraordinaire retour à la vie, à l'Amour...

Pour moi, que te dire, Dilane ? ça a si peu d'importance au regard de ce que tu vis.
Juste peut-être, parce que ça ne serait pas sympa de ma part de botter en touche,
ce qui m'a amenée là, c'est une faille immense dans un coeur de Maman.
Quinze ans d'accompagnement, entre la descente aux enfers de ce qu'on a de plus cher au monde,
son enfant, et une année d'abstinence qui vient consolider chaque jour un peu plus la délivrance.
Des années d'impuissance à devoir rester là. Juste une présence. Car personne ne peut marcher à votre place. C'est vous seuls qui décidez du jour où basta ! Y en a assez ! et où vous vous redressez.

Et aujourd'hui, mon petit potager : il se tient sur la fenêtre de ma cuisine, un pot de basilic et un pot de menthe poivrée... Et le projet ferme de cultiver bientôt des germes de céréales. Hum, J'adore !...

Tiens bon Dilane, tenez bon tous les deux !...
Je suis, nous sommes de tout coeur à vos côtés.




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 Lambda11 a écrit [24/05/2010 - 01h44 ]  
Lambda11

Bonsoir Lolo !

Si tu as tenu 6 jours sans boire tout seul, c'est que tu as déjà de la motivation ! C'est super !
Bien sûr que tu vas y arriver. Mais tout seul c'est vraiment trop difficile.
Sache que ton médecin te prescrira des médicaments adaptés à ton cas qui t'enlèveront la pulsion de boire qui est si difficile à contrôler.
Sache que l'alcoolodépendance est une maladie. C'est pour ça qu'il faut voir un médecin pour t'aider dans ta démarche. En plus ils ont l'habitude de ces traitements. Il n'y a vraiment pas de honte à avoir. Au contraire, le médecin appréciera ton courage et ta motivation pour t'en sortir.
Alors, c'est pour quand, ton rendez-vous ???
On est tous à tes côtés pour t'encourager.
A bientôt :-)




"Les paroles s'envolent, les écrits restent !"


 lolo38 a écrit [25/05/2010 - 14h03 ]  
lolo38

j'ai eu mon doc au tel pour reprendre rdv. on en a parlé et il ma envoyer paitre pour être poli
il as pas de temps a perdre avec des alcoolos.
c'est dur




Réponses 1 à sur 213
 Première page ⋅ Page précédente ⋅ 1  2  3  4  5 ⋅ Page suivante ⋅ Dernière page  

Répondre à didouche






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.