L'alcool considéré comme une drogue dure légale et vous qu'en pensez-vous ?



missterre80
Cette question a été posée par missterre.80, le 31/01/2009 à à 01h29.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Alcool.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 Edouard-Michel a écrit [31/01/2009 - 16h43 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
Edouard-Michel

On peut considérer que tout ce qui se boit, se mange et se fume sont des drogues. Par exemple, le chocolat peut être une drogue ou même un aliment spécifique comme des haricot. Tout est question de savoir dans quelle mesure on en fait usage. un peu, ça va. Beaucoup, on y prend goût, on ne peut plus s'en passer et cela devient alors une drogue. y compris, le vélo, le tennis, etc...




 cochise_fr a écrit [31/01/2009 - 17h11 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
cochise_fr

Bonjour,
Il suffit de voir l'état de délabrement de ceux qui en abusent pour avoir la réponse à votre question.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 altitude57 a écrit [31/01/2009 - 17h57 ]  
altitude57

bonjour, Je suis entièrement en accord avec edouard-michel et aussi cochise fr. Tant que l'on "consomme" avec modération quels que soit le produit ou activité) il n'y a pas de danger. Abuser conduit à une destruction générale.




 missterre.80 a écrit [31/01/2009 - 18h46 ]  
missterre.80

Les risques de dépendance à l'alcool sont-ils les même pour tous ?
Certaines personnes consommant modérément de l'alcool ne deviendront jamais dépendantes, et d'autres le deviendront très rapidement après le début de leur consommation, pensez-vous qu'il y ait une raison physiologique à cela ?
Sommes-nous inégaux face à la dépendance ?




Natacha


 altitude57 a écrit [31/01/2009 - 21h10 ]  
altitude57

bonsoir, Je ne connais pas personnellement le problème, mais j'ai connu une personne (dame) dépendante, décédée suite à ce problème (chute). Je pense que la dépendance à l'alcool est liée à un problème personnel. Déguster un bon verre de vin ou autre ne peut être qu'un plaisir. Si l'on devient dépendant c'est que l'on pense pouvoir régler ses problèmes en "oubliant" . Mais ce n'est malheureusement que pour un court instant. Je connais également un ancien alcoolique qui ne boit plus une seule goutte d'alcool depuis 23 ans. Par contre il ne peut plus boire une seule goutte d'alcool sous peine de replonger.




 cochise_fr a écrit [31/01/2009 - 21h15 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Eh oui, Missterre.80, nous ne sommes pas tous égaux, mais est ce pour cela une raison de faire des excès.?? Ceux qui sont plus faibles devraient simplement faire encore d'avantage attention que les autres, et ceux qui sont plus résistants ne sont pas d'avantages autorisés à faire des excès, ne serait ce que passagers sans devenir dépendants pour autant.

L'excès n'est pas dans la stricte quantité absorbée, mais dans l'effet d'une certaine quantité sur l'individu concerné. Pour certains ce sera deux verres de vin, pour d'autres d'avantage.

Quand à la conduite automobile, ce devrait être zéro, ainsi que toutes les autres drogues quelles qu'elles soient (y compris médicamenteuses). La conduite ne supporte pas les excès.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 missterre.80 a écrit [31/01/2009 - 21h31 ]  
missterre.80

Pensez-vous qu'il y ait une raison physiologique à la probabilité de devenir dépendant à l'alcool ?




Natacha


 cochise_fr a écrit [31/01/2009 - 22h39 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Chacun a son opinion la dessus.

Plus que physiologique, je suis persuadé que cela tient bien d'avantage de l'éducation (laxiste en l'occurrence). Chacun, selon moi (et on peut ne pas être d'accord), devrait apprendre très jeune à dire "non" à tout un tas de choses, de lui même, parce qu'on lui a expliqué et qu'il a compris que cela n'était pas bon....pour lui comme pour les autres d'ailleurs.

Et qu'on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas. Dire "non", ce n'est pas se priver de tout, c'est savoir où sont ses propres limites et savoir s'arrêter avant de les atteindre. Boire du vin ou de l'alcool, fumer, ce peut être agréable, mais il faut dire "stop" à un moment et il faut apprendre à connaitre ce moment.

Et personne ne nait avec avec un "gène de l'alcoolisme", y compris dans les familles d'alcooliques,.... sauf que lorsque tout le monde se torche la gueule tous les jours, il est bien évident que les enfants n'ont pas sous leurs yeux la meilleure éducation possible et ont donc une forte propension à reproduire cela, souvent malgré eux.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 missharper a écrit [01/02/2009 - 13h08 ]  
missharper

Je ne pense pas être complètement objective concernant l'alcool car l'alcoolisme est une maladie chronique chez certains membres de ma famille. On en a pas mal souffert. Voilà pourquoi de mon point de vue, oui, l'alcool est une drogue dure légalisée. J'ai vu les dégâts que ça pouvait faire, donc forcément je suis contre. Mais je sais très bien que si on boit raisonnablement, il n'y a aucun problème.




 Deep55 a écrit [06/03/2009 - 14h32 ]  
Deep55

Une classification :
Les dépresseurs du système nerveux central : ils ralentissent le fonctionnement du système nerveux, provoquent souvent une dépendance physique et peuvent avoir, à forte dose, des conséquences graves (dépression respiratoire). Cette classe inclut notamment ;-( l'alcool 8-O , les hypnotiques ( barbituriques ), les tranquillisants ( benzodiazépines ), les neuroleptiques et les analgésiques ( opiacés , morphine , héroïne ...)
les stimulants : ils stimulent le fonctionnement du système nerveux, provoquent souvent une dépendance et peuvent provoquer, à long terme, la paranoïa ou des dépressions graves. Cette classe inclut notamment les stimulants mineurs ( café, tabac ), les stimulants majeurs (amphétamines, anorexigènes, cocaïne, ecstasy), les stimulants de l'humeur et les antidépresseurs
les hallucinogènes ou perturbateurs : ils perturbent le fonctionnement du système nerveux et la perception de la réalité et peuvent, à long terme, modifier durablement la personnalité du consommateur (syndrome post hallucinatoire persistant). Cette classe inclut notamment le chanvre indien, les solvants (éther, colles), les anesthésiques volatils, le LSD, la mescaline, la psilocybine, la kétamine, etc.
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_des_psychotropes#Classification_selon_Pelicier_et_Thuillier_.281991.29




Plus penser que dire... telle est la devise de ma ville.


Répondre à missterre.80






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !






Articles de la même thématique :

• L'automédication : quand se soigner devient une drogue




Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.